Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38, 39, 40  Suivant
AuteurMessage
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 4 Nov - 20:35

Citation :
Pour MLP la théorie du grand remplacement relève du complot Ivan Valério 02/11

Souvent employé par son camp, le concept de « grand remplacement » ne plaît pas à Marine Le Pen. « Je pense de manière plus pragmatique » , explique-t-elle au JDD.

Théorisée par Renaud Camus, l'idée d'un « grand remplacement » fait parfois fantasmer au Front national. Dans le Journal du dimanche , Marine Le Pen s'en démarque. « Le concept de grand remplacement suppose un plan établi. Je ne participe pas de cette vision complotiste » , dit la patronne du FN. « Je pense de manière plus pragmatique que l'immigration est utilisée depuis trente ans par les grands milieux financiers pour peser à la baisse sur les salaires, avec une grande efficacité si j'en crois les derniers chiffres » , poursuit-elle.
En 2010, Renaud Camus définit son concept de «grand remplacement dans l'Abécédaire de L'In-nocence, avant de lui dédier un ouvrage en 2013, titré Non au changement de peuple et de civilisation. Le principe? L'idée que, l'immigration aidant, des populations aujourd'hui minoritaires deviendraient majoritaires en France.
Si Marine Le Pen prend ses distances avec ce concept, ça n'est pas le cas de son père, Jean-Marie Le Pen, qui s'est rallié à cette ligne en mai dernier lors d'un discours à Marseille. «Cette immigration massive risque de produire un véritable remplacement des populations», a prédit l'ancien patron du FN. Avec lui, Julien Rochedy, ancien président du FNJ croit aussi à cette théorie et l'utilise dans les communiqués officiels du Front national.
Son chef de cabinet affiche également une ligne différente et y voit un «phénomène démographique».

En octobre, Marine Le Pen avait déjà été interrogée sur la question, par France Inter. A l'époque, elle avait plutôt contourné la réponse. «La réalité c'est que notre pays vit une immigration massive. A partir du moment où on met en place le multiculturalisme, on ne permet pas à deux sociétés de vivre. On prend le risque de la confrontation des cultures», considérait l'eurodéputée. «Les sociétés multiculturelles sont des sociétés multiconflictuelles, toute l'histoire nous le dit. La culture de la France est la culture de la France et il faut s'y fondre. Il faut éradiquer de notre territoire l'Islam politique», poursuivait-elle.

Sur le fond, une étude de l'Insee publiée en octobre 2012 décompte 5,3 millions de personnes «nées étrangères», soit 8 % de la population. Dont 1,8 million viennent de l'Union européenne. A France Info, Christophe Dumont, chef de la division des migrations internationales à l'OCDE, rappelle qu'il y a eu dans les années 60-70, une forte immigration de travail. «Mais en terme de flux récents d'immigration, on est parmi les pays occidentaux où les niveaus sont les plus bas», analyse-t-il. Moins de 250.000 entrées permanentes en 2012, dont 100.000 Européens.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 5 Nov - 14:04

Citation :
Charente : ça se flingue dans les coulisses du Front national Stéphane URBAJTEL 01/11

Un ex-membre du FN publie les mails incendiaires que s’adressent l’élue cognaçaise Isabelle Lassalle et le patron du Front en Charente.

Pierre Deplanque doit sans doute se gargariser d’avoir mis l’histoire sur la place publique. Cet ex-membre du Front national, conseiller municipal à La Couronne (1) vient d’afficher sur son blog un échange de mails assez cinglant entre Isabelle Lassalle, élue d’opposition Rassemblement bleu Marine (RBM) à la mairie de Cognac, et Christophe Gillet, le secrétaire départemental du FN en Charente. Une correspondance où s’étalent les mésententes, le ressentiment et qui révèle les coulisses du parti de Marine Le Pen. On y découvre l’ironie grinçante de l’élue cognaçaise et le ton sans précautions oratoires du patron du Front.

Le différend porte sur les élections cantonales de mars prochain. Isabelle Lassalle, qui a déjà dit son intérêt pour ce mandat, n’a pas apprécié l’ingérence de Christophe Gillet dans les affaires cognaçaises. "En téléphonant à mes colistiers sans m’en avertir, en leur stipulant qu’ils étaient sous ta seule autorité, tu as balayé d’un revers de manche tout ce que j’avais eu tant de mal à construire", reproche-t-elle.

En bon CRS - c’est son métier - Christophe Gillet réplique en recadrant la Cognaçaise, façon flic: " Tu es adhérente et conseillère municipale RBM de Cognac. Ce sont là tes seuls rôles. Tu n’as aucune fonction au sein de la fédération, aucune équipe et donc aucune autorité légitime " . Et comme les autres adhérents, poursuit-il, " tu es toi aussi sous mon autorité. Tu en prendras acte à l’avenir " . Christophe Gillet menace : gare a celui - ou plutôt celle - qui roulera un peu trop des mécaniques: " Je ne laisserai personne créer une baronnie locale " .

" 20 noms " sur la liste des adhérents FN dont " quatre vivants "

La réponse d’Isabelle Lassalle est moins abrupte, mais le ton employé est finalement plus caustique. Elle rappelle d’abord son bon score aux municipales à Cognac (13,9%, " le meilleur de Charente " ). Une performance obtenue " sans armes, sans expérience et sans aide " . Et surtout pas celle de Christophe Gillet, considère-t-elle: à la veille de la campagne, le patron du FN lui a fourni, dit-elle, un " fichier adhérents " du Front national à Cognac comportant "20 noms" dont " quatre vivants " .

La Cognaçaise, qui mène depuis des mois un travail de fourmi dans les associations et clubs locaux sans se départir d’un large sourire, met dos à dos son mode de fonctionnement et celui de celui qui s’affiche comme son supérieur. "Nous n’avons pas la même façon d’aborder les gens. Je ne dis pas que ma manière est la bonne, je dis juste que les nôtres sont différentes".

Elle l’affirme, elle ne pliera pas sous les injonctions du chef. "Je ne renierai pas mes convictions (...) mais je n’accepterai aucune fonction qui pourrait me faire dépendre de toi d’une façon ou d’une autre". Contactés l’un et l’autre, hier, pour commenter l’affichage public de leurs différends, Isabelle Lassalle et Christophe Gillet sont au moins d’accord sur un point: "Cet échange est privé, il n’avait pas à être dévoilé sur la place publique", déclarent-ils avec les mêmes mots. Tous les deux ajoutent d’emblée qu’ils ne feront "aucun commentaire" sur cette affaire.

Mais chacun, dans la foulée, glisse quand même quelques phrases. Isabelle Lassalle: " J’ai beau être un bon petit soldat, je veux dire que Christophe Gillet est mon responsable, pas mon supérieur hiérarchique " . Christophe Gillet: " Mon mail, je l’ai adressé à Madame Lassalle et à mes cadres. Qui l’a transmis à Monsieur Déplanque ? En tout cas, j’ai confiance en mes cadres " .

(1) Élu en mars dernier à La Couronne sur une liste estampillée Front national, Pierre Déplanque siège au conseil municipal sur les bancs de l’opposition. Il a claqué la porte du parti de Marine Le Pen depuis pour rejoindre pour le groupusculaire Mudi (Mouvement unitaire des droites indépendantes). En délicatesse avec Christophe Gillet, le secrétaire du FN en Charente, il n’hésite pas à qualifier ce dernier d’"ex-gaucho opportuniste".
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 6 Nov - 17:29

Citation :
Le maire FN d'Hayange, Fabien Engelmann, visé par une plainte pour entrave syndicale Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord 23/10

Nouvelles tensions à la mairie FN d'Hayange. Après la rébellion de trois adjoints et le retrait de leur délégation, Fabien Engelmann a maille à partir avec un syndicat. L'Unsa Territoriaux d'Hayange vient de déposer plainte contre le maire pour entrave à l'action syndicale, harcèlement et diffamation.

Il se passe toujours quelque chose à la mairie FN d'Hayange. Après la rébellion de trois adjoints et le retrait de leur délégation, Fabien Engelmann a maille à partir avec un syndicat. L'Unsa Territoriaux d'Hayange vient de déposer plainte (le 17 octobre) contre le maire pour entrave à l'action syndicale, harcèlement et diffamation. Des tracts ont été diffusés ces derniers jours.

Ce que reproche ce syndicat à Fabien Engelmann, c'est de leur mettre constamment des bâtons dans les roues, avec des promesses de traitement de faveurs aux agents municipaux qui quitterait l'Unsa pour rejoindre un autre syndicat mieux considéré en mairie. Avec des menaces à l'encontre d'adhérents ou de sympathisants, menaces sur leurs postes en mairie. Voilà quelques-uns des exemples cités par les responsables de l'Unsa territoriaux d'Hayange. Et d'ajouter: "Nous avons eu du mal à constituer une liste pour les élections syndicales parce que plusieurs personnes se sont désistées. Les gens ont peur", conclut ce représentant syndical.

Pas d'entrave syndicale pour le maire FN d'Hayange

Ces attaques, le maire frontiste les balaye en bloc: "Ils ont confondu intérêt personnel et collectif. Ils m'ont demandé des augmentations de salaires, des passages de mi temps à temps plein, mais j'y est mis le hola", affirme Fabien Engelmann. "C'est vrai que nous avons plaidé des dossiers qui nous concernaient, mais je ne vois pas pourquoi nous défendrions les autres salariés et pas nous même aussi", se défend le représentant Unsa

L'ex-première adjointe Marie Da Silva confirme en tout cas une ambiance détestable, et une pression croissante sur le personnel de la mairie FN. L'ambiance s'annonce encore crispée lundi 27 octobre, pour le prochain conseil municipal. L'adjoint aux sports et l'adjointe à la culture, également en délicatesse avec le maire frontiste, se verront retirer officiellement leur délégation.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Ven 7 Nov - 18:35

Citation :
Le Front national (FN) perd sa tête Ludovic boutin 04/11

Démission, lundi, de la tête de liste de Gravelines Bleu Marine, siégeant au conseil municipal de Gravelines depuis le 24 mars, « non sans une certaine amertume ». Une lettre recommandée a été envoyée à Bertrand Ringot, maire. Carole Van Hullebusch, portant la première candidature FN à une municipale à Gravelines, a réalisé un score conséquent, entrant avec deux colistiers au conseil. Elle expose que « si mes convictions envers les idées et l’idéologie du Front national restent intactes, il n’en n’est pas de même pour les dysfonctionnements internes ».

Déçue du FN

Les griefs s’adressent à son parti, à la fédération FN Flandre maritime dirigée par Philippe Eymery. « Malgré les tentatives pour alerter la direction du Front national sur ces dysfonctionnements, celle-ci persiste encore à ce jour à rester sourde, quand bien même un article de presse du 22 octobre 2014 du Journal des Flandres fut publié sur les dysfonctionnements de la fédération Flandres maritime notamment. Lorsqu’un parti politique ne se soucie plus de sa base, de ses élus, qui sont l’essence même de la représentation du Front national localement, il y a matière à réfléchir. Ce qui me conduit aujourd’hui à me détacher de mes fonctions. »
Candidate novice, elle avait été « désignée en dernière minute en tant que tête de liste ».Elle comptait sur un soutien effectif de la fédération FN Flandres maritime, « comme il me l’avait été assuré ». Soutien qui ne fut efficace que lorsqu’il s’agissait de rendre ma candidature officielle. Lorsque ce fut fait, j’ai dû me débrouiller quasiment seule pour assurer
Elle qualifie d’« inefficace » sa campagne, faute de moyens alloués « à part quelques tracts diffusés au niveau national, qui ne touchaient guère aux problèmes et questions locales ».
Sur la constitution de la liste, « les derniers colistiers furent choisis à la va-vite, selon une méthode commerciale plutôt que sur des critères personnels et d’engagement politique ».
La candidate, devenue conseillère municipale, attendait le soutien d’élus rompus aux arcanes politiques, de Philippe Eymery, conseiller municipal de Dunkerque. « Ne bénéficiant que d’un soutien inadapté pour la préparation des conseils municipaux, sinon que de se calquer sur le modèle défi dunkerquois, qui est bien sûr inadaptable à Gravelines, j’ai dû une nouvelle fois me débrouiller seule, face à des élus rodés à l’exercice de leur fonction, et devant composer avec l’absence de la plupart des colistiers lors des préparations des séances du conseil municipal. Je tiens d’ailleurs à remercier ceux qui sont restés à mon côté et qui m’ont apporté leur aide, dans la mesure de leurs moyens. »
Une profonde déception transparaît. « Mon seul regret va à l’encontre des Gravelinois et Gravelinoises qui m’ont élue en mars 2014. Comme moi, ils ont cru que le Front National pouvait apporter sa voix, faire la différence. Je suis malheureusement aussi désabusée qu’eux. J’espère sincèrement que le FN saura retrouver son identité originelle, à savoir un parti fédérateur, uni, un parti d’exception. Sans quoi, il ne fera que ressembler à ces autres partis politiques qu’il ne cesse de dénoncer. »
Se définissant « attachée à ses convictions », Carole Van Hullebusch n’entend pas « renouveler son adhésion au Front national, ou se rattacher à une autre formation politique ».
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 8 Nov - 19:59

Citation :
Puteaux : L'élection de Gérard Brazon, seul élu FN, a été annulée 20/10

La justice a annulé l'élection de l'unique conseiller municipal Front national de Puteaux (Hauts-de-Seine), parce qu'il avait inscrit sur sa liste un homme qui nie avoir donné son accord.
Le recours avait été déposé par une ancienne conseillère municipale de la ville, Marie-Sophie Mozziconacci (DVD), dont la liste avait été invalidée par le préfet des Hauts-de-Seine avant le scrutin de mars, au motif que l'un de ses co-listiers figurait déjà sur la liste du FN.

Une analyse graphologique de sa signature pour prouver sa bonne foi

Or, ce dernier conteste avoir donné son accord pour apparaître sur la liste du parti de Marine Le Pen, qui a recueilli près de 6% des voix. Il a fourni au tribunal plusieurs attestations antérieures à l'élection ainsi qu'une analyse graphologique de sa signature pour prouver sa bonne foi.
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a considéré que la présence involontaire de cet homme sur la liste FN était "une manœuvre", qui "a altéré les résultats du scrutin et permis la proclamation du candidat figurant en tête d'une liste irrégulièrement constituée". Il a ainsi annulé l'élection de cet élu FN, Gérard Brazon.

Pas d’annulation totale de l’élection

Le tribunal a en revanche rejeté la demande d'annulation totale de l'élection: les conseillers municipaux de Puteaux, dirigé par le maire UMP, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, siégeront à 42 au lieu de 43. Les parties concernées ont un mois pour faire appel.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 11 Nov - 0:42

Citation :
Municipale à Annemasse : élection annulée, deux élus FN suspendus avec AFP

La justice a annulé les élections municipales de mars à Annemasse (Haute-Savoie). Deux élus FN ont été suspendus à cause des irrégularités de leur liste.

Le tribunal administratif de Grenoble a annulé les dernières élections municipales à Annemasse (Haute-Savoie) ce mardi 28 octobre. Les mandats des deux élus FN, dont la liste était entachée d'irrégularités, ont également été suspendus. Une décision dont s'est félicité Louis Mermet, candidat UMP battu à l'élection et à l'origine du recours, confirmant une information de France Bleu Pays de Savoie.

Le procureur avait préconisé une annulation de l'élection car "en cas d'annulation de la liste FN, on ne peut pas savoir comment se seraient reportées les voix car on était dans le cadre d'une triangulaire", a expliqué Louis Mermet.

Déposée juste avant la clôture des listes, la liste FN conduite à Annemasse par Jean Capasso comportait le nom d'une octogénaire pensionnaire d'une maison de retraite, dont la signature avait été imitée par sa fille, elle-même candidate. L'élection municipale avait vu la réélection au second tour du maire sortant, Christian Dupessey (DVG), avec 47% des suffrages.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 11 Nov - 18:40

Citation :
L'encombrant passé d'une recrue de la mairie FN de Cogolin 05/11

Le Toulonnais Julien Langella, récemment embauché en tant que chargé de communication à la mairie, est le co-fondateur du groupuscule " Génération Identitaire " qu’il a depuis quitté.

C'est une nomination, à un poste-clé de la mairie FN de Cogolin, qui provoque de fortes turbulences politiques. Julien Langella vient d'être embauché en tant que chargé de communication. Rien d'anormal jusqu'ici. Sauf que ce Toulonnais de 27 ans n'est autre que l'un des créateurs du groupuscule d'extrême droite « Génération Identitaire », qu'il a quitté l'année dernière.

Il n'en fallait pas plus pour déclencher la colère du collectif de citoyens « Place Publique », avec à sa tête Francis José-Maria, l'un des candidats battus aux dernières municipales : « Je suis très inquiet en voyant arriver ce jeune d'un mouvement identitaire. Leurs slogans nous ramènent au Moyen Âge. Mais cela me semble malheureusement cohérent avec cette volonté de la municipalité en place d'exclure et de discriminer une partie de la population. »

« Je l'ai choisi pour ses compétences »

L'encombrant passé de Julien Langella a ainsi resurgi sur le site Internet de son collectif. Des révélations qui ne gênent pas outre mesure le maire Marc-Etienne Lansade : « Je n'ai aucun problème avec les identitaires. J'ai choisi Julien Langella pour ses compétences en matière de graphisme, de mise en page et de photos. Il n'intervient pas dans ma politique : il est là pour la mettre en page. » Sur le sujet des identitaires, l'élu ne se montre pas choqué. Au contraire. « Même s'il faisait encore partie des identitaires, cela ne me poserait aucun problème. Ce sont des poils à gratter, qui ont plus une fonction associative que politique. »

Là où cette nomination pose le plus grave problème concerne le volet judiciaire de sa recrue. Avec son groupe identitaire, Julien Langella a occupé le chantier de la mosquée de Poitiers en 2012, en arborant des banderoles islamophobes. « Ce qu'il a fait s'inscrit merveilleusement bien dans ma vision de la politique nationale », estime M. Lansade.

Placé sous contrôle judiciaire

Depuis, le nouvel employé cogolinois est connu des services de police et serait fiché à la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur) selon le journal Libération, qui ajoute qu'il a été « mis en examen pour incitation à la haine raciale », suite aux événements de Poitiers.

Julien Langella « réfute l'existence de cette fiche » et assure qu'il n'a pas de casier judiciaire : « L'affaire est en cours. Je ne me souviens plus des motifs d'accusations. Il n'y a pas eu de procès donc je n'ai pas été condamné. » Il a néanmoins été placé sous contrôle judiciaire.« Techniquement, oui je le suis encore aujourd'hui », concède celui qui faisait partie de la liste de Jacques Bompard aux Régionales de 2010 (Ligue du Sud). Pas de quoi inquiéter le maire : « Je me moque de savoir s'il a un casier ou non. Je choisis les gens en fonction de leurs compétences », martèle-t-il.

Il n'empêche, sa dernière recrue, parmi sa garde rapprochée, ne manque pas de faire jaser au vu de son « pedigree identitaire ».

Un groupuscule aux positions extrémistes

Sur le site Internet de « Génération Identitaire », les motivations du groupe apparaissent sans équivoques : « Nous appelons la jeunesse à relever la tête : face à la racaille, face à ceux qui veulent fliquer notre vie et nos pensées, face à l’uniformisation des peuples et des cultures, face au raz de marée de l’immigration massive », est-il inscrit en guise de présentation.

Toujours actif, ce mouvement existe depuis septembre 2012. Ses militants se sont notamment fait connaître par des « tournées de vigilance citoyenne » vêtus de « K-Way jaunes ».

Quelques semaines seulement après la création du groupe, l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers, par soixante-dix membres, avait suscité une vague de consternation et d’interpellations. Des banderoles du type « 732, souviens-toi de Charles Martel » (il a stoppé les Sarrasins à Poitiers, Ndlr) avaient été déployées sur le site.

« Je partage toujours les mêmes idées et je ne renie rien, rappelle son co-fondateur Julien Langella. Mais je n’appartiens plus du tout au mouvement “ Génération Identitaire ”. J’ai quitté ce groupe l’année dernière pour des raisons personnelles que je ne détaillerai pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 12 Nov - 13:32

Citation :
A Frejus, la police municipale du Front National empeche la votation citoyenne pour le droit de révoquer les elus Raquel Garrido, porte parole de la campagne pour la 6e République

Le Parti de Gauche s’indigne contre la remise en cause des droits démocratiques les plus élémentaires par la Mairie FN de Frejus.

Alors que les citoyens revendiquent la mise en oeuvre du droit de révoquer les elus, le Front National s’est affronté physiquement au bureau de votation pour empecher sa tenue.

Ceci démontre que le FN craint la participation du peuple qui veut conquérir sa souveraineté. Pétri dans le système oligarchique de la 5e République, le FN a peur d’etre révocable et révoqué.

Face à une telle remise en cause des libertés, le Parti de Gauche se réserve la possibilité de saisir la justice pour voie de fait.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 13 Nov - 17:35

Citation :
Hayange : deux ex-adjoints au maire quittent le Front national avec AFP 28/10

Le Front national victime d'un retour de flamme à Hayange (Moselle). Deux ex-adjoints au maire FN Fabien Engelmann ont annoncé, lundi 27 octobre, qu'ils quittaient le parti de Marine Le Pen. Ils ont ainsi déchiré symboliquement leurs cartes d'adhérent à l'issue d'un conseil municipal.

Un parti " qui cautionne les actions d'un maire qui n'a pas les mains propres "

Parmi les deux dissidents se trouve Marie Da Silva, ex-première adjointe au maire limogée en septembre, qui avait porté plainte contre Fabien Engelmann, en l'accusant d'avoir fraudé ses comptes de campagne. La commission nationale des comptes de campagne a rejeté les comptes du maire la semaine dernière.

"Les cadres n'ont qu'une idée en tête, c'est de monter au sein du parti, et nous, les petits soldats recrutés, on est perdus. (...) Quand on essaie de lancer des bouées pour dire que ça ne va pas, personne ne nous entend, a déploré l'ancienne première adjointe. J'ai servi un parti qui cautionne les actions d'un maire qui n'a pas les mains propres."

"On n'est pas des moutons, a expliqué de son côté Patrice Hainy, l'autre élu démissionnaire. A chaque fois qu'on utilise notre liberté de parole on risque un procès, alors je préfère partir."

Fabien Engelmann satisfait

"Grand bien leur fasse, a commenté Fabien Engelmann, interrogé mardi par l'AFP. De toute manière, j'allais demander rapidement une procédure d'exclusion à l'encontre de Mme Da Silva, qui n'a de cesse de critiquer notre parti et qui ne respecte rien à rien. Je ne pouvais pas garder ces trublions, ces apostats. Depuis qu'ils ne sont plus dans les couloirs de la mairie, on travaille dix fois mieux."

Le Front national continue, au moins officiellement, de soutenir le maire d'Hayange, par ailleurs conseiller politique de Marine Le Pen au dialogue social.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 15 Nov - 1:07

Citation :
Dieudonné et Soral lancent leur parti puisque le FN est " entré dans le système " AFP 13/11

Le comédien controversé Dieudonné et l'écrivain polémiste Alain Soral, condamnés à plusieurs reprises pour antisémitisme, lancent " Réconciliation nationale " , un parti qui se veut antisystème puisque, à leurs yeux, le FN rentre dans le rang.

Dans une séquence publiée notamment sur le site Egaliteetreconciliation.fr, les deux hommes expliquent qu'ils n'entendent pas se présenter –l'humoriste rappelle être inéligible– mais vouloir " aider les gens " à le faire " un peu partout " , particulièrement aux élections locales. Ils s'appuient essentiellement sur internet mais soupçonnent qu'on tentera de les faire taire.

Ils montrent d'ailleurs une vidéo dans laquelle le secrétaire d'Etat PS Thierry Mandon souligne dès le 22 octobre la nécessité de vérifier que la création d'un parti par les deux hommes soit bien "conforme au droit" et un autre ministre socialiste, François Rebsamen, assure que la liberté d'expression s'arrête à Dieudonné. Sur Dailymotion, la séquence avait été vue 173.000 fois jeudi à 13h.
Les deux hommes, qui avaient animé une " liste antisioniste " en 2009, multiplient les allusions à une " élite " juive, montrant des images rassemblant Julien Dray, Daniel Cohn-Bendit ou Jacques Attali.

" Il faut des méchants "

" On constate que le Front national, après l'éviction de Jean-Marie Le Pen, est entré dans le système, il faut bien qu'il y ait un nouveau parti antisystème " et " ce sera nous " , déclare Alain Soral, qui collectionne les condamnations pour diffamation. Marine Le Pen " a trahi les idéaux patriotes de son père " , accuse Dieudonné. Après avoir tenté d'influer sur ce parti, ils font un pas de côté, disent-ils.

Alain Soral pointe notamment l'eurodéputé et spécialiste de géopolitique Aymeric Chauprade, assurant qu'il les avait " sollicités " mais " dès qu'il a été élu, il a été retourné " . " Il faut des méchants " , ironise Dieudonné, alors "entre un nazi ( " de gauche " , glisse Soral) et un primate inculte... "

Autre motivation des deux hommes: " l'incroyable promotion du livre de Zemmour nous a obligés à bouger " . L'écrivain assure que 90% du Suicide français du journaliste à succès est constitué de son propre opus Comprendre l'empire.

Mais pas ses conclusions: " Zemmour nous prépare une guerre civile " antimusulmans alors que " la question de l'islam radical est une création des manipulations américano-sionistes " . Le FN, selon eux, a validé la " ligne Zemmour " afin d'accéder au pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 15 Nov - 14:04

Citation :
A Hayange, « où est passée la caisse ? » Noémie ROUSSEAU Envoyée spéciale à Hayange (Moselle) 03/11


Fabien Engelmann (au micro) à Hayange, pendant la Fête du cochon. (Photo Stéphane Harter. Vu)

Chèques envolés, avances de frais, Libération publie des enregistrements détaillant les micmacs du maire frontiste en guerre avec son ex-adjointe.
C’est «une simple erreur technique» qui aurait conduit à l’invalidation de ses comptes de campagne. Fabien Engelmann, maire FN d’Hayange, se dit « serein » , il « prépare son mémoire pour le tribunal administratif » . L’audience devrait avoir lieu d’ici la fin de l’année. L’élection pourrait être annulée et le maire déclaré inéligible pour une période d’un à trois ans. Le scandale est arrivé par son ex-première adjointe, Marie Da Silva, qui, inquiète des « dérives autocratiques » d’Engelmann, avait brandi des factures et alerté la presse et la Commission nationale des comptes de campagne et financements politiques (CNCCFP). Elle a été limogée lors du conseil municipal du 3 septembre, deux autres adjoints ont suivi.

Engelmann, lui, compte « plaider [sa] bonne foi» mais refuse pourtant de montrer le courrier de la Commission des comptes de campagne et renvoie à son communiqué de presse, publié sur le site du Front national. Dans le texte intitulé « Pas de fraude retenue » , il assure que le rejet de ses comptes repose sur « un problème de procédure (écriture comptable) et non une malversation financière » . « Je n’ai fomenté aucun stratagème frauduleux » , écrit-il. A l’en croire, « le seul moyen retenu […] concerne l’avance, à titre de caution, d’une somme de 1 575 euros relative à une commande de création graphique et de tracts » . Avance faite par Marie Da Silva en mandat-cash alors que toute dépense doit être réglée par le mandataire financier. Et le maire de préciser qu’à ce moment-là, « le solde bancaire chez [son] mandataire était largement créditeur, et ce pour démentir ceux qui osent prétendre qu’il s’agissait d’une avance de ma colistière destinée à couvrir un solde débiteur » .

Argent liquide.

Mais qui ose prétendre une chose pareille ? Fabien Engelmann lui-même, lors d’une conversation téléphonique avec sa colistière le 21 août. « Pourquoi on avait dû lui faire un mandat-cash au début, c’était parce qu’il n’avait pas assez d’argent sur son compte et on devait absolument lancer l’impression de ces tracts » , explique-t-il, avant de détailler le montage financier mis sur pied - en toute bonne foi - pour couvrir la manœuvre : « Terre de fer [l’association chargée de l’impression, ndlr] nous a rendu un chèque de 1 500 euros, tu as souvenir ? Je te l’avais donné et je t’avais dit : "Après, tu l’encaisses par qui tu veux." […] On voulait pas que ça soit toi ni moi.» Et d’insister : «Ce chèque-là, je te l’avais remis, tu l’as fait encaisser par je sais pas qui et tu as récupéré l’argent, c’était convenu comme ça, Marie», puis : «Je t’avais demandé d’encaisser ce chèque-là par un tiers […]. Là, on est bon là-dessus ?»



En dehors de l’«erreur technique» des 1 575 euros, Engelmann affirme que tous les autres «montants jugés " frauduleux " par [son] ex-première adjointe » ne sont « ni établis ni retenus à [son] encontre » .Il faudrait le croire sur parole, puisque le détail de la décision de la CNCCFP n’est pas public.

Pourtant, dans l’enregistrement téléphonique, Marie Da Silva se plaint d’avoir réglé la note « à chaque sortie » sans avoir été remboursée. Engelmann s’étonne : « Tout le monde [les adjoints, ndlr] avait donné 100 euros. » Ce que l’adjointe conteste, avant d’énumérer toutes les petites factures non intégrées aux comptes de campagne : 535 euros au total. Une somme qu’Engelmann dit avoir « intentionnellement exclue » .« Dans un élan de générosité, il n’aurait pas demandé le remboursement, mais il ne pouvait pas : il n’a pas les factures puisque ce n’est ni lui ni son mandataire qui ont payé !» tonne l’ex-adjointe. Elle maintient lui avoir fait un chèque de 1 000 euros, dont elle a réclamé une copie à sa banque. Document consulté par Libération. Le chèque, daté du 21 novembre 2013, est établi à l’ordre de Fabien Engelmann, qui y a apposé sa signature au dos pour l’encaisser. « J’ai pas du tout souvenir de ça » , dit-il dans l’enregistrement.

Plus tard, courant septembre, ce chèque lui reviendra en mémoire. Il expliquera alors que le couple Da Silva lui a acheté sa vieille voiture. « Il a abandonné son Scénic dans notre cour, il avait coulé une bielle, le moteur était foutu, raconte Alain Da Silva. En juillet, il nous a donné la carte grise barrée et signée, avec un acte de vente vierge, il voulait s’en débarrasser. J’ai emmené la voiture chez un garagiste, qui l’a retapée entièrement. Engelmann a porté plainte contre moi pour usurpation d’identité. Mais le garagiste est un ami de trente ans, comment aurais-je pu me faire passer pour un autre ? » interroge-t-il, assurant avoir « apporté une preuve irréfutable au commissaire » .

Selon l’ex-adjointe, les 1 000 euros devaient financer l’apéro saucisson-pinard organisé le 29 novembre 2013 lors de la venue de Louis Aliot, le vice-président du Front national et compagnon de Marine Le Pen. En plus, Marie Da Silva aurait acheté les victuailles, la porchetta… Sur place, le « casse-croûte» était payant, comme les boissons. « Où est passée la caisse ? » , interroge-t-elle. Durant la campagne, de l’argent liquide semble avoir circulé dans le plus grand flou.

Dans un autre enregistrement que Libération s’est procuré, une sympathisante FN, toujours fidèle au maire, raconte : « J’ai donné une enveloppe avec 100 euros à Fabien, il a dit que cela l’arrangerait d’avoir du liquide. » Elle reconnaît ensuite qu’aucun reçu-don ne lui a été délivré, contrairement à ce que prévoit la loi pour tout versement d’un donateur.

Nouvelle équipe.

D’après nos informations, Engelmann n’en serait pas à son coup d’essai. Candidat FN lors des législatives de 2012, il s’est brouillé avec nombre de militants frontistes d’alors. L’un d’eux accuse : « Les comptes ont été validés, la fraude était bien camouflée. […] J’ai découvert lors d’une soirée arrosée qu’il avait demandé à Patrice Philippot - devenu son mandataire financier aux municipales de 2014 - de créer une auto-entreprise [immatriculée en mai 2012, ndlr] pour facturer au mandataire financier les distributions de tracts, village par village, alors même qu’il n’a ni permis de conduire ni voiture ! Il y en avait pour 9 000 euros environ, que l’Etat a remboursé. » L’argent devait être reversé en liquide aux militants pour les défrayer, assure-t-il. Un autre reconnaît avoir touché 50 euros : « J’ai été un des seuls à être remboursé partiellement pour mes frais d’essence. De toute façon, on n'était que trois à avoir le permis. Il bidouille tellement qu’à chaque élection, il repart avec une nouvelle équipe pour ne pas être rattrapé par ses mensonges. » Une autre n’a, elle, rien réclamé, question de principe : « Le tractage, on l’a fait, c’était bénévole, on militait sur le terrain sans compter notre temps. » Contacté, Patrice Philippot s’énerve, « je n’ai rien à dire » , et raccroche illico. Engelmann dénonce, lui, des « polémiques mensongères » .

Ecouter la version longue de l'enregistrement d'une conversation téléphonique entre Fabien Engelmann et Marie Da Silva :

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Lun 17 Nov - 1:59

Citation :
Lydia Poirier renonce à sa candidature aux élections départementales avec Jean-Claude Blanchard 06/11

Lydia Poirier adjointe au maire de Trignac avait souhaité se présenter aux élections départementales sous les couleurs du Rassemblement Bleu Marine avec Jean-Claude Blanchard. Lydia Poirier avait été élue à la mairie de Trignac sans étiquette.

Cette attitude avait provoqué un tollé de la part du PS et de l’UMP départementale qui a lancé une procédure d’exclusion à l’encontre du maire de Trignac David Pelon par ailleurs délégué de la 8e circonscription. Ce dernier s'est vu contraint de demander à la jeune élue de choisir entre son poste d’adjointe et sa présence aux élections départementales avec RBM.
Finalement la jeune Lydia Poirier a préféré poursuivre sa mission d’adjointe à la mairie de Trignac en accord avec le Rassemblement Bleu Marine.
Pour David Pelon « elle fait un très bon travail d’adjoint à la Mairie et ça aurait été dommage de perdre une jeune fille en plein devenir. » De son côté Jean-Claude Blanchard ironise sur l’attitude des responsables UMP du département : « ll est assez cocasse de voir le président de l'UMP 44 François Pinte, et son secrétaire départemental, Gatien Meunier dénoncer David Pelon maire de Trignac pour son « accord » avec le FN. Mais bien sûr après les municipales... »
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 18 Nov - 3:14

Citation :
Nouvelle défection au sein de la majorité FN du Pontet Romain Cantenot 07/11

Après l'annulation de l'élection du maire FN, la tension atteint son paroxysme

Déjà, on peut dire que cette séance avait démarré très fort. Le maire avait-il à peine prononcé quelques mots que son opposant UMP Claude Toutain bondissait sur le micro pour s'indigner de propos tenus à son égard par Joris Hébrard au moment du procès devant le tribunal administratif qui a abouti à l'annulation de l'élection municipale de mars dernier (première étape vers la probable tenue d'une nouvelle élection).

Tant de colère rentrée ne pouvait pas aboutir à un propos intelligible. "Vous commencez mal Monsieur Toutain", avait lâché le maire affectant l'impassibilité. Survolant le brouhaha, Claude Toutain, s'était ensuite avancé jusqu'à lui pour lui exhiber les procès-verbaux de bureaux de vote litigieux. Dans la confusion, on entendra voler des mots tels que "honteux", "indécents", mensonge", "nullité"... La séance avait commencé moins de 10 minutes plus tôt.

On pensait la tension provisoirement retombée lorsque Magali Ceci, élue aux côtés de Joris Hébrard, demande, à son tour la parole. Et voila qu'à la surprise générale, la jeune conseillère municipale en charge de la petite enfance annonce qu'elle quitte la majorité.

" Votre gestion est un véritable repoussoir "

Dans une violente diatribe, elle justifie sa décision par l'absence de sanction "même symbolique" prise à l'encontre l'élu de la majorité Frédéric Delettre, impliqué dans une altercation avec l'opposant UDI Alexandre Quet à l'issue du conseil de septembre. "Vous préférez le mensonge et nier la violence de M. Delettre par lâcheté, cingle-t-elle sous les huées, je me suis rendue compte que votre système est une véritable dictature où il est interdit de penser librement".

Et de conclure : "Votre gestion est un véritable repoussoir". S'en suivra donc une nouvelle mêlée verbale autour de la plainte déposée par Alexandre Quet. Puis une autre sur le règlement intérieur de l'assemblée.

Une encore sur le site internet de la mairie dont la réalisation a été confiée à une agence à laquelle collabore la compagne de Philippe Lottiaux, élu du Rassemblement Bleu Marine à Avignon et directeur de cabinet du maire FN de Fréjus.

Joris Hébrard tombe dans l'arrogance

Alors que les Pontétiens seront probablement appelés d'ici quelques mois à choisir parmi eux leur nouveau maire, c'est la curée. Tous les élus sont à couteaux tirés. Pour un rien, majorité et oppositions défourraillent à l'arme lourde. Ça canarde à qui mieux mieux. Attaqué de toutes parts, Joris Hébrard joue fin mais sa nouvelle assurance le fait parfois tomber dans l'arrogance ou la provocation ("Je ne voulais pas vous empêcher de parler Monsieur Toutain, je voulais vous empêcher de dire n'importe quoi. Mais je n'ai pas réussi").

L'assemblée enfiévrée ira ainsi d'une convulsion à l'autre entre lesquelles seront tout de même votées quelques décisions notables telles que la mise en place de brigade de nuit de la police municipale tous les soirs (sauf le dimanche) jusqu'à 3 heures du matin, les animations de Noël, le dispositif de lutte contre le décrochage scolaire...

La séance est sur le point de s'achever lorsque le bon docteur Toutain est appelé pour secourir une personne dans le public, prise d'un malaise. Trop d'émotions sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 19 Nov - 3:03

Citation :
Le débat public tombe dans le caniveau Romain Cantenot 08/11

Altercations, attaques personnelles, le petit monde politique perd la tête

Mais quelle folie s'empare du Pontet ? Alors que l'annulation de l'élection du maire par le tribunal administratif rend très probable la convocation d'un nouveau vote d'ici quelques mois, le petit monde politique de cette ville emportée par le FN en mars dernier semble chaque jour un peu plus se rapprocher de la crise de nerfs. Et le débat public courber en direction du caniveau. Après avoir récemment affirmé sur son site internet que l'UMP Claude Toutain " perdait la tête " , la mairie publiait hier un nouveau communiqué que l'on peut qualifier d'ordurier visant la conseillère municipale Magali Ceci, déléguée à la petite enfance élue en mars dernier aux côtés de Joris Hébrard.

3e défection d'un élu de la majorité

La veille, cette dernière avait annoncé en plein conseil municipal qu'elle quittait la majorité FN (voir notre édition d'hier ) comme trois autres ex-colistiers de Joris Hébrard avant elle. Dans une intervention au vitriol, elle justifiait son départ par une prise de conscience survenue à la suite de l'altercation survenue fin septembre entre l'adjoint au maire FN Frédéric Delettre et l'opposant UDI Alexandre Quet qui s'étaient écharpés dans un fast food au sortir d'un conseil municipal particulièrement âpre. Une plainte déposée par le second contre le premier est toujours en cours.

En guise de riposte au départ de Magali Ceci, la mairie du Pontet a donc réagi hier sur son site internet en reprenant à l'écrit les insinuations faites le soir même par Joris Hébrard. Ce texte indigne de la part d'une institution républicaine, laisse ainsi entendre que cette défection s'explique par le refus du maire de fournir un logement social à l'intéressée malgré " sa demande insistante " . La mairie de Joris Hébrard dépasse toutes les limites de bienséance en se permettant même de suggérer que Magali Ceci entretient une liaison avec l'opposant Alexandre Quet qui pourrait " être responsable d'une altération de son jugement " .

" Ces gens ne connaissent que l'insulte " , réagit l'intéressée qui dément en bloc toutes ces accusations. Lui aussi visé, Alexandre Quet dénonce des " allégations infâmes qui touchent à la vie privée et traduisent l'état desprit délétère qui règne dans cette équipe " et se réserve le droit de donner une suite judiciaire à cette affaire. Pendant ce temps, loin de chercher à apaiser le climat, le directeur de cabinet de Joris Hébrard remettait encore un peu d'huile sur le feu. Interrogé par nos confrères d'Europe 1 - Le Lab, il s'amusait encore hier à comparer Magali Ceci à "une dinde".

Au Pontet, on ne voit plus bien aujourd'hui ce qui pourrait stopper cette escalade tant qu'une nouvelle élection ne viendra pas rebattre totalement le jeu politique. Dans le meilleur des cas, cela prendra encore de longs mois avant que la Justice le décide. Des mois qui paraîtront une éternité dans un climat si nauséabond.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 20 Nov - 2:19

Citation :
La rupture est consommée entre les chefs de file dignois et le FN 23/10

La tension n'est pas retombée dans le microcosme politique bas alpin. Dernier rebondissement au Front National : hier matin, Marie-Anne Baudoui-Maurel, tête de la liste Rassemblement bleu marine élue à Digne et candidate aux sénatoriales, a annoncé qu'elle et Gilles de Valckenaere avait transmis mardi soir leur démission du parti. " Oui la rupture (...).

(...)
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 20 Nov - 17:52

Citation :
La première antenne de la Ligue du Sud est bas-alpine Antoine Marigot et Emmanuelle Fabre 19/11

Le parti vauclusien de Jacques Bompard a dévoilé sa nouvelle recrue , le Sisteronais Michel Blume

Les déçus du Front national bas-alpin ont trouvé une épaule sur laquelle s'appuyer, juste à leur droite : la Ligue du Sud. Pour la première fois depuis sa création par Jacques Bompard - le maire d'Orange - en 2010, le parti se déploie au-delà de ses frontières vauclusiennes (il est déjà représenté à Orange, Bollène et Piolenc). Et c'est dans les Alpes-de-Haute-Provence qu'il a fondé une antenne le 7 novembre dernier.

À l'instar de Jacques Bompard - qui avait claqué la porte du FN en 2007 - ce sont des ex-membres du parti lepeniste qui composent le premier bureau politique de la Ligue du Sud dans le département. Avec, à sa tête, celui qui fut pendant un temps candidat à Sisteron lors des municipales, Michel Blume.

Le trésorier n'est autre que Gilles de Valckenaere, élu FN (!) à la Ville de Digne. " Notre comité directeur est composé de trois membres. Et nous avons une vingtaine d'adhérents " , précise le président de cette "association politique".

" Une vraie droite "

Et si Michel Blume a quitté le Front national, " c'est parce qu'il s'est passé des choses extravagantes au moment des sénatoriales. Des parachutés ont décidé d'écarter ceux qui prennent trop d'importance pour prendre leur place. On ne les a pas vus venir " , explique cet "ami" de Marie-Anne Baudoui-Maurel, l'élue dignoise FN en disgrâce vis-à-vis des instances départementales du parti d'extrême droite.

Il ne serait d'ailleurs que peu étonnant que cette ex-UMP rejoigne la Ligue du Sud bas-alpine dans les prochains mois. "Elle a beaucoup de scrupules vis-à-vis de ses électeurs. Elle doit d'abord éclaircir les choses avant de prendre position", avance Michel Blume.

Quant au positionnement du parti sur l'échiquier politique, " c'est une vraie droite " , déclare le nouveau président. " S'il y en a qui la qualifie d'extrême-droite ils peuvent le faire, ça ne me dérange pas. Ce qui est sûr, c'est que je suis antisocialiste et anticommuniste " , martèle-t-il. " Et je ne crains personne ! "

Reste maintenant à cette toute jeune formation de se trouver des militants et de préparer les échéances électorales : " les cantonales, puis les régionales " . Et Michel Blume en semble convaincu, " La Ligue du Sud sera bientôt dans les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes et le Var " .

Du PS à la Ligue

Il a été membre du Parti socialiste, puis du Front national. Après en avoir démissionné le 21 octobre, Gilles de Valckenaere, élu dignois, est trésorier de la Ligue du Sud 04. Un cheminement qu'il relie à " une succession de déceptions, au niveau de la gestion locale et nationale. Cela a commencé au parti socialiste, avec les divergences entre René Massette et Serge Gloagen, puis le départ de Jean-Louis Bianco. Il était un vrai patron, capable de prendre des décisions et de les imposer. Après, il y a eu Bernard Aymes, puis Joël Aubert... Le PS est devenu inaudible. Ils ont le doigt sur la couture du pantalon et ne prennent pas d'initiative. C'est ce que j'ai vu également au FN.La Rassemblement Bleu Marine m'intéressait pour les idées patriotiques. Mais quand on a dénoncé les propos de Jean-Marie Le Pen, on a eu une remontrance du secrétaire fédéral... À la Ligue, on n'attend pas l'aval de Jacques Bompard. Son bilan financier et sa position sur l'immigration m'intéressent " .
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 22 Nov - 5:04

Citation :
Remous au sein du groupe d'opposition Front National Frédérique Gros 01/11

Hervé Itrac remplace Yann Farina, ex-tête de liste, à la tête du groupe

On le sentait venir depuis quelques semaines... Les relations semblaient en effet tendues, depuis le conseil municipal du 29 septembre, entre Yann Farina, candidat "historique" du Front National à La Ciotat et tête de liste lors des dernières élections municipales de mars 2014, et le reste du groupe La Ciotat Bleu Marine, Hervé Itrac en tête. Les deux hommes s'étaient alors disputés, sur un ton qui aurait encore pu passer pour celui de la plaisanterie, le titre de "responsable du groupe" au conseil municipal.

Et puis voilà que dans le numéro de novembre du magazine municipal La Ciotat Infos (page 26), le groupe qui jusque-là signait toujours sa tribune "Groupe FN/ La Ciotat Bleu Marine" choisit de détailler les noms des élus - Magali Viglione, Hervé Itrac, Dominique Barbieri, et Bernard Lubrano di Scampamorte -, et fait tout simplement disparaître celui de Yann Farina. Un malheureux "oubli" sur un document rédigé "un peu à la hâte", selon Hervé Itrac, interrogé hier par La Provence.

Des propos confirmés par la responsable de la circonscription pour le Front National, conseillère municipale à Aubagne et députée européenne, Joëlle Mélin, qui affirme que "pour des raisons qui lui sont personnelles, Yann Farina n'a pas souhaité rester responsable du groupe au conseil municipal".

Pourtant, Hervé Itrac n'hésite pas à souligner que "les membres du groupe" l'ont "désigné comme responsable, fin septembre", mais que "Yann Farina n'a pas pris part à ce vote". "Au Front National, ajoute-t-il, il n'y a pas de responsable local du parti. Il y a quelques mois, Yann Farina a été désigné comme tête de liste jusqu'au 31 mars 2014, aujourd'hui, il est un élu comme un autre."

Malgré tout, un autre membre du groupe nous confiait hier qu'il y avait avec l'ex-tête de liste "des désaccords sur la façon de faire..." concluant que "le parti a fait le choix des compétences plutôt que des apparences". Malaise... Que Joëlle Mélin préfère balayer du revers de la main : "Nous avons eu il y a quelques jours une réunion à La Ciotat où j'ai trouvé une très belle équipe, en pleine forme et sur le pied de guerre pour les cantonales !"

Hervé Itrac quant à lui souhaite couper court : "Ce sont des questions internes, souligne-t-il, ce qui m'intéresse, c'est mon travail et ma participation active au conseil municipal en tant que membre de l'opposition. Or, aujourd'hui, on ne nous donne pas les moyens de travailler correctement..." Et Yann Farina dans tout ça ? Contacté hier, il n'a pas donné suite à notre demande d'entretien...
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 23 Nov - 3:15

Citation :
Réseaux sociaux : le FN inspecte les profils Facebook et Twitter de ses candidats aux départementales Geoffroy Clavel 12/11

Quand on aspire à devenir le premier parti de France, on ne laisse plus grand chose au hasard. Pris de court par les polémiques entourant les profils Facebook de ses candidats avant les dernières élections municipales, le Front national a décidé de contrôler d'un peu plus près les contenus partagés par ses membres sur les réseaux sociaux.

Selon nos informations, le parti d'extrême droite a chargé depuis la rentrée de septembre deux de ses salariés au siège de Nanterre de passer au peigne fin les comptes Facebook et Twitter des candidats à l'investiture en vue des élections départementales de mars prochain. Scrutin pour lequel Marine Le Pen nourrit de très sérieuses ambitions. Leur mission: traquer les tweets, retweets, posts, likes et autres partages susceptibles d'embarrasser le Front national ou de contredire sa ligne programmatique.

" Il ne s'agit pas d'un fliquage. C'est essentiellement une vérification mise en place dans le cadre de notre procédure d'investiture " , nous explique Nicolas Bay, chargé de piloter les opérations. Cette " vérification " ne concernerait d'ailleurs pas les cadres et élus bien implantés jugés " irréprochables " . Le secrétaire général adjoint du FN assure qu'il ne s'agit pas simplement de "prévenir les dérapages" comme ceux qui ont défrayé la chronique ces douze derniers mois mais surtout " d'harmoniser la communication " des futurs candidats et élus du parti.

Qu'adviendra-t-il si de nouveaux contenus embarrassants sont détectés? " Si des photos ou des images sont totalement contraires à nos valeurs, les candidatures seront écartées. Pour les autres, ce sera surtout l'occasion de formuler des recommandations sur la meilleure manière de communiquer sur les réseaux sociaux " , précise Nicolas Bay.

Ces militants et cadres dépassés par Internet

Le Front national se serait en effet bien passé du scandale provoqué par la page Facebook d'une de ses candidates en octobre 2013. Le parti avait dû suspendre puis exclure Anne-Sophie Leclere, qui avait comparé devant les caméras de France2 la ministre de la Justice Christiane Taubira à un singe, photomontage partagé sur son profil Facebook parmi d'autres blagues à caractère raciste, xénophobe ou islamophobe. Depuis, l'ex-candidate a été condamnée en première instance pour racisme, décision dont elle a fait appel.

En mars 2014, une nouvelle candidate, cette fois-ci à Nevers, s'affichait sur sa page Facebook en train de boire de l'alcool devant un drapeau nazi.

Des dérapages " aussi regrettables qu'extrêmement rares " , insiste-t-on au Front national, mais qui avaient ébréché le long travail de dédiabolisation du Front entamé par Marine Le Pen depuis son élection à la présidence du parti en janvier 2011.

Même les cadres expérimentés et disciplinés du parti ne sont pas à l'abri d'un dérapage incontrôlé. Principale difficulté sur les réseaux sociaux : contenir l'enthousiasme parfois très gênant de vos supporters. En octobre 2013, Julien Sanchez, devenu depuis maire FN de Beaucaire, était condamné par la cour d'appel de Nîmes à 3000 euros d'amende pour avoir laissé deux internautes publier sur son mur Facebook des commentaires à connotation raciste en octobre 2011. Jugé par le tribunal comme le " directeur de publication " de sa page Facebook, l'élu frontiste avait dû se résoudre à brider sa communication en ligne. “ La seule solution est de rendre privé son mur Facebook ” , se désolait-il à l'époque.

Une expérience qui a servi de leçon à de nombreux cadres frontistes, veut-on croire au siège de Nanterre. " Nos candidats sont déjà sensibilisés à ces problématiques " , se rassure Nicolas Bay tout en estimant qu'il appartient à la direction de former ses futurs élus aux subtilités de la communication numérique.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 23 Nov - 21:27

Citation :
Marine Le Pen décroche les millions russes Martine Turchi 22/11

Le Front national, nouveau « parti de l’étranger » ? La question risque de hanter le congrès du parti d’extrême droite, qui s’ouvre samedi prochain, au centre des congrès de Lyon. Selon les informations obtenues par Mediapart, la présidente du FN a décroché, en septembre, un prêt de 9 millions d’euros de la First Czech Russian Bank (FCRB), une banque fondée en République tchèque aujourd’hui basée à Moscou.

Les fonds ayant déjà été partiellement versés au parti, à hauteur de 2 millions d’euros, la nouvelle du déblocage de l’argent russe a fini par sortir du premier cercle des conseillers de Marine Le Pen. « Le prêt est arrivé » , a confirmé à Mediapart un membre du bureau politique. Un proche conseiller de la présidente du FN confirme lui aussi à Mediapart la signature de ce prêt, d’un taux d’intérêt fixé a 6%, qui offre au parti un droit de tirage selon les besoins de financement » . C’est le député européen Jean-Luc Schaffhauser [philosophe, théologien de formation, actif dans la création du Conseil régional d’Alsace, tête de liste aux élections européennes en Ile de France du FN-Rassemblement Bleu Marine] ancien consultant de chez Dassault, qui a servi de « go-between » en Russie pour acter le principe de ce prêt.

Le déblocage de ce prêt au Front national par une banque russe survient à un moment critique des relations entre l’Union européenne (UE) et la Russie, mises à mal par la crise ukrainienne. Cinq banques publiques russes (Sberbank, VTB Bank, Gazprombank, Vnesheconombank et Rosselhozbank) sont visées par les sanctions, et 119 personnes, parmi lesquelles des oligarques et des banquiers, sont interdites d’entrée sur le territoire de l’UE. L’un des contacts du FN, le député Alexander Mikhailovich Babakov, est d’ailleurs visé par cette mesure.

Si l’on en croit Marine Le Pen, c’est à contrecœur que le Front national s’est tourné vers les banques étrangères. «Notre parti a demandé des prêts à toutes les banques françaises, mais aucune n’a accepté» a-t-elle expliqué à l’hebdomadaire français l’Observateur. «Nous avons donc sollicité plusieurs établissements à l’étranger, aux États-Unis, en Espagne et, oui, en Russie.» La présidente du FN expliquait attendre encore « des réponses » , et ne pas savoir quelles banques avaient été sollicitées : « C’est le trésorier qui s’occupe de ça » , signalait-elle. « L’idée est, bien sûr, de rembourser ces prêts » , croyait-elle nécessaire de préciser à l’hebdomadaire (l’Obs).

« On a pris des contacts avec beaucoup de banques françaises et européennes, a expliqué Me Wallerand de Saint-Just, trésorier du Front national à Mediapart, fin octobre 2014. C’est niet en France. Ils ne prêteront pas un centime après le rejet des comptes de Nicolas Sarkozy. Nous, on a élargi le cercle. Ce genre de négociations, plus c’est discret mieux c’est. On a pris des contacts avec les plus grosses banques. On a envoyé des lettres, c’est tout. La plupart du temps, on n’a pas de réponse. » Le trésorier ne confirmait pas encore la signature de l’emprunt russe, intervenue en septembre.

Sollicitée par l’intermédiaire de son chef de cabinet et du directeur de communication du Front national, Marine Le Pen n’a pas donné suite. « Comme d’habitude, je ne réponds pas à Mediapart. Marine Le Pen ne vous répondra pas » , a indiqué Philippe Martel, son chef de cabinet. « Merci mais je n’ai pas l’intention de vous répondre » , a également fait savoir à Mediapart Wallerand de Saint-Just. Finalement joint samedi après-midi (le 22 novembre 2914), après la publication de cet article, Jean-Luc Schaffhauser a confirmé son rôle central dans l’obtention de ce prêt. « Nous avons fait notre travail, il n’y a rien de répréhensible » , a-t-il admis, tout en déplorant l’exposition médiatique de ses « amitiés et réseaux » .

« Les banques sont très frileuses pour prêter aux partis politiques, quels qu’ils soient, confie un membre du bureau politique du parti. Ce n’est pas un boycott du Front national, c’est une crainte généralisée. À partir du moment où ce n’est pas un don, ni une subvention, ce qui serait interdit venant d’un État étranger, cela ne me choque pas. »

« Pourquoi ce ne serait pas une bonne nouvelle d’avoir trouvé une banque qui prête ? » , a réagi le russophile Christian Bouchet, secrétaire départemental adjoint du FN en Loire-Atlantique et ancien nationaliste révolutionnaire. Ce n’est pas pire que d’aller emprunter à Kadhafi. Pourquoi pas une banque russe ? Ce qui intéresse les militants de base et les cadres moyens, c’est que Paris nous verse notre part tous les ans. L’argent n’a pas d’odeur, c’est surtout ça. »

L’obtention de ce prêt est le résultat d’un rapprochement politique engagé par Marine Le Pen dès son arrivée à la tête du Front national en 2011, lorsqu’elle dit « admirer Vladimir Poutine » [voir article dans Mediapart le 19 février 2014]. Un lobbying intense a été mis en œuvre en direction de Moscou parallèlement aux visites de la présidente du FN sur place. Marion Maréchal-Le Pen s’y rend en décembre 2012, Bruno Gollnisch, en mai 2013. Après une visite en Crimée, Marine Le Pen y va en juin 2013 avec Louis Aliot. Elle est reçue par le président de la Douma, Sergueï Narychkine, un ancien général qui a connu Poutine au KGB et au FSB (sécurité de l’État). Elle rencontre aussi Alexeï Pouchkov, qui dirige le comité des affaires étrangères de la Douma, et le vice-premier ministre Dmitri Rogozine.

Marine Le Pen se fait alors l’apôtre de « l’approfondissement des liens entre la France et la Russie » . « Je pense que nous avons des intérêts stratégiques communs, je pense que nous avons aussi des valeurs communes, que nous sommes des pays européens, affirme-t-elle. J’ai le sentiment que l’Union européenne mène une guerre froide à la Russie. La Russie est présentée sous des traits diabolisés (…) une sorte de dictature, un pays totalement fermé: cela n’est pas objectivement la réalité. Je me sens plus en phase avec ce modèle de patriotisme économique qu’avec le modèle de l’Union européenne. » Une vraie déclaration d’allégeance politique. L’un des conseillers officieux et prestataires de service de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, est présente à Moscou au même moment.

En avril 2014, la présidente du Front national retourne à Moscou, cette fois-ci en visite privée, pour y revoir Sergueï Narychkine. Son engagement pro-russe s’illustre à chaque visite. Les Russes, de leur côté, courtisent depuis longtemps l’extrême droite française, et réservent un bon accueil à Marine Le Pen. «Vous êtes bien connue en Russie et vous êtes une personnalité politique respectée», lui avait lancé Sergueï Narychkine lors de sa visite en 2013, selon le quotidien de droite Le Figaro.

Comme l’a signalé L’Obs (16-10.2014), elle rencontre fréquemment en privé l’ambassadeur de Russie en France Alexandre Orlov. Ses entrées en Russie sont favorisées par les relations sur place d’Aymeric Chauprade, son éminence grise durant quatre ans, devenu officiellement son conseiller international à l’automne 2013, et le moteur de l’alliance pro-russe..

Chauprade avait lancé un appel devant la Douma, en juin 2013, visant à résister à «l’extension mondiale des droits des minorités sexuelles». Il est invité à plusieurs reprises à Moscou jusqu’en septembre dernier, après avoir été, en mars 2014, l’un des «observateurs» du référendum organisé par les séparatistes en Crimée.

Consultant international à Vienne, au sein du cabinet Lee & Young GMBH, élu député européen en juin, Chauprade est en relation avec un oligarque clé du régime, proche de Poutine, Konstantin Malofeev, qui est à la tête du fonds d’investissement Marshall Capital, et de la fondation Saint-Basile-le-Grand, la plus importante organisation caritative orthodoxe russe. Le 31 mai 2014 à Vienne lors d’une célébration des «200 ans de la Sainte alliance», réunissant près d’une centaine d’invités à huis clos, puis le 12 septembre, lors de la visite d’une délégation de députés français, à l’hôtel Président à Moscou.

«Je ne crois pas que l’on touche de l’argent du Kremlin»

Mais c’est un troisième homme qui a permis au Front national d’obtenir un financement bancaire en Russie: Jean-Luc Schaffhauser, ancien consultant de chez Dassault, propulsé l’hiver dernier tête de liste aux municipales à Strasbourg puis, au printemps, 3e sur la liste Île-de-France aux européennes. Schaffhauser aurait présenté Marine Le Pen à un puissant député nationaliste, Alexander Mikhailovich Babakov – conseiller du président Poutine en charge de la coopération avec les organisations russes à l’étranger – lors d’un voyage resté confidentiel en Russie, en février. Lors de ce déplacement, la présidente du Front national aurait rencontré Vladimir Poutine, et enclenché la recherche d’un organisme susceptible de faire un prêt au Front national.

Elu à la Douma, Alexander Mikhailovich Babakov, ancien chef du parti nationaliste Rodina [un parti ultra-nationaliste dont beaucoup d’analyses affirment qu’il est aux ordres de Poutine], responsable de la commission en charge du développement du complexe militaro-industriel de la Fédération de Russie, a fait son apparition sur par les sanctions de l’Union européenne consécutives à l’intervention russe en Ukraine. Aujourd’hui député européen, M. Schaffhauser a précisé dans sa déclaration d’intérêts avoir été consultant spécialisé dans «l’implantation de sociétés à l’étranger et dans la recherche de financement pour sociétés». Cet ancien centriste, qui n’est pas membre du Front national, est très actif sur la question de l’Ukraine, au parlement européen comme dans certains des médias des élections séparatistes en novembre et en Crimée en mars lors du «référendum».

Homme d’affaires et intermédiaire avant d’être député, Schaffhauser s’est vanté auprès de certains dirigeants frontistes d’avoir apporté l’emprunt russe à Marine Le Pen. Il fallait certainement de bonnes connexions pour dénicher ce petit établissement. Créée en République tchèque, en 1996, la First Czech Russian Bank (FCRB) a été progressivement reprise par le géant russe Stroytransgaz – leader dans la construction de gazoducs –, avant de basculer entre les mains de Roman Yakubovich Popov, un ancien chef du département financier de Stroytransgaz.

Aujourd’hui «banquier indépendant» basé à Moscou, Popov a créé au sein de la First Czech Russian Bank (FCRB) plusieurs filiales, notamment la European Russian Bank destinée à s’ouvrir aux pays européens, notamment l’Italie. Alors que son établissement a été classé 42e banque russe, Roman Yakubovich Popov apparaît bien placé dans l’establishment moscovite. Il a coprésidé l’anniversaire des 50 ans du vol spatial de Youri Gagarine aux côtés du premier ministre de la Fédération de Russie Dmitri Medvedev.

Le recours à cette banque, de dimension modeste et peu connue, plutôt qu’à un établissement de premier plan, pose question sur le dispositif de financement trouvé par le Front national, et l’origine des fonds mis à disposition du parti français. D’autant que cette banque est, de facto, entre les mains d’un ancien cadre bancaire de l’État.

Le Kremlin a en tout cas toutes les raisons d’encourager en France une force politique qui lui est aussi favorable, et d’autant plus si Le Pen fait figure d’alternative à droite. «La Russie a tout intérêt à avoir une partie du monde politique en France qui ne lui soit pas hostile. Cela ne me semble pas idiot. On n’est quand même pas tous obligés de trouver que les États-Unis sont le summum de la civilisation mondiale», estime le russophile Christian Bouchet [issu de l’extrême-droite nationaliste-révolutionnaire, pro-Algérie française, adhère au FN en 2008]. «Il y a parmi les vecteurs d’opinion de la Russie le Front national et certains députés UMP, c’est un fait acquis. Maintenant je ne crois pas que l’on touche de l’argent du Kremlin», explique un dirigeant du FN.

« Légalement, rien n’interdit à un parti politique de contracter un emprunt auprès d’une banque française ou étrangère, à la condition bien sûr que le prêt ne dissimule pas un don de personne morale ou un blanchiment d’argent » , remarque Me Jean-Christophe Ménard, avocat spécialisé en droit du financement politique, ancien rapporteur auprès de la commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP).

Dans les années 1990, les dirigeants du Parti républicain (PR) avaient eu recours à un prêt fictif souscrit auprès d’une banque italienne, le Fondo. Alors dirigeants de ce parti, l’ancien ministre de la défense François Léotard et Renaud Donnedieu de Vabres ont été condamnés pour «blanchiment» dans cette affaire, en février 2004.

« L’origine des fonds prêtés au parti est évidemment cruciale, poursuit l’avocat. Dans le cas présent, il faudrait s’intéresser aux conditions de l’emprunt ou bien encore à l’éventuelle participation de l’État russe au capital de la banque. Le problème est que la CNCCFP ne dispose pas des compétences lui permettant de contrôler la légalité de ce type de montages financiers, parfois complexes. »

« Un parti a tout à fait le droit de contracter un prêt auprès d’une banque à l’étranger, explique-t-on à la CNCCFP. Cela apparaît forcément dans les comptes du parti, mais nous n’avons qu’un montant global des emprunts, seuls les commissaires aux comptes ont les détails en mains et effectuent ce contrôle. Nous exerçons un contrôle sur les dons, pas sur les prêts. »

En revanche, les juges d’instruction Renaud Van Ruymbeke et Aude Buresi sont aujourd’hui saisis de soupçons d’irrégularités sur les financements du Front national – à travers le micro-parti de Marine Le Pen –, une enquête à des faits de « blanchiment en bande organisée » liés aux contrats de prêts accordés à des candidats frontistes. Il ne serait pas absurde qu’ils s’intéressent à terme au financement accordé au FN par la First Czech Russian Bank.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 25 Nov - 2:35

Citation :
Le salut fasciste de l'argentier de Marine Le Pen MARINE TURCHI 24/11

Une photo révélée par Spécial Investigation (diffusé ce lundi soir sur Canal Plus) montre le trésorier du micro-parti de Marine Le Pen faisant un salut fasciste. Axel Loustau, ancien du GUD, anime avec Frédéric Chatillon le réseau de sociétés qui fournissent le matériel de campagne de la présidente du FN. Des éléments recueillis par Mediapart montrent les curieux rituels de ce cercle qui entoure Marine Le Pen.

Ce sont des photos qui font voler en éclats la stratégie de « dédiabolisation » du Front national. Sur deux clichés qu'a obtenus le journaliste Thierry Vincent et que Mediapart publie, le trésorier du micro-parti de Marine Le Pen, Axel Loustau, fait un salut fasciste devant ses amis. À Canal Plus, M. Loustau a affirmé qu'il ne faisait que « saluer l'amitié et la présence » de ses « 150 amis ». Pourtant, de nombreux éléments recueillis par Mediapart montrent les rituels obsessionnels du trésorier de Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen, comme de son ami Frédéric Chatillon, anciens membres du Groupe union défense (GUD), qui n'ont cessé de fréquenter la mouvance néofasciste européenne.

Axel Loustau et les responsables de Jeanne sont déjà au cœur d'une information judiciaire ouverte en avril sur des soupçons de « faux et usage de faux », d’« escroquerie en bande organisée », et élargie à de possibles faits d’ « abus de biens sociaux » et « blanchiment en bande organisée » , concernant le fonctionnement de l'association de financement de Marine Le Pen. Les enquêteurs se penchent notamment sur le système de prêts accordés aux candidats FN et la vente de kits de campagne.

La scène de la photo se déroule sur une péniche près de la tour Eiffel, à l’occasion du 40eanniversaire d'Axel Loustau, en février 2011. Parmi les invités figurent le vieil ami de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon, ancien leader du GUD, et Minh Tran Long, ancien de la FANE, un groupuscule violent et ouvertement néonazi dissous dans les années 1980.

Mediapart a questionné Frédéric Chatillon et Axel Loustau au sujet de ces photos, ils ont tous deux réagi par l'envoi de « mises en demeure » de leurs avocats, expliquant qu'ils engageraient « sans délai une procédure pour diffamation » et « violation de la vie privée », en cas de publication de notre article (lire notre boîte noire). Notre confrère de Canal Plus a reçu la même mise en demeure de la part d'Axel Loustau. Marine Le Pen a fait savoir le 19 novembre par son chef de cabinet qu'elle « ne souhait(ait) pas réagir à (notre) article ».

Ces photos du trésorier de Jeanne sont révélées dans un documentaire de Canal Plus consacré à la recrudescence des violences à l’extrême droite, qui sera diffusé ce lundi soir dans l’émission Spécial Investigation. Pendant un an et demi, le journaliste Thierry Vincent a enquêté sur des violences ou agressions commises par des groupuscules d’extrême droite à Paris, Lyon, Lille, Clermont-Ferrand (notamment sur la mort du militant antifasciste Clément Méric). L'une des séquences est consacrée à Axel Loustau :



Cet ami et associé de Frédéric Chatillon fait partie du cercle des anciens du GUD, qui occupe une place grandissante auprès de la présidente du Front national. S’ils ne sont pas encartés au FN, ils travaillent avec lui, via leurs sociétés. Frédéric Chatillon a été le prestataire phare de la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2012. Axel Loustau et sa société Vendôme Sécurité ont assuré à plusieurs reprises la sécurité des Le Pen lors de meetings et événements frontistes. Déjà prestataire de la campagne 2012 de Le Pen, Minh Tran Long travaille avec la plus grande mairie FN, Fréjus. Tous trois sont au cœurdu QG de la rue des Vignes, dans le XVIe arrondissement de Paris, où sont installés les prestataires de confiance de Marine Le Pen, et où elle se rend parfois.

Candidat FN aux législatives de 1997, Axel Loustau, 43 ans, apparaît régulièrement dans des manifestations de l'extrême droite la plus radicale, à Paris :au traditionnel défilé du 9 mai ; au « Jour de colère », mobilisation ponctuée de slogans antisémites, en janvier, où Mediapart l'a aperçu aux côtés d'un organisateur ; ou encore à une manifestation des identitaires, en octobre 2010, où il était venu surveiller la nouvelle génération du GUD.

M. Loustau a aussi participé aux débordements en marge de manifestations contre le mariage pour tous, aux Invalides, à Paris, où il a été interpellé le 23 avril 2013. Malgré cela, il a été promu au fil des années. Il a été propulsé, en mars 2012, au poste clé de trésorier de Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen. En septembre dernier, il est devenu, d’après Le Monde, le responsable du cercle Cardinal, un nouveau cercle du FN rassemblant des petits patrons.

D'après plusieurs documents et témoignages d'anciens de ce cercle du GUD recueillis par Mediapart, le bras tendu d'Axel Loustau n'est pas un geste anecdotique. De fait, s'ils ne sont plus officiellement aux manettes du groupe radical, les anciens gudards qui entourent Marine Le Pen – Frédéric Chatillon, Axel Loustau et Olivier Duguet (trésorier de Jeanne entre 2010 et 2012, condamné en juin 2012 dans une affaire d'escroquerie au préjudice de Pôle emploi) –, en ont gardé les traditions et le folklore.

Craignant des menaces ou des représailles, plusieurs témoins n'ont accepté de nous livrer leurs récits qu'à condition que leur anonymat soit préservé, mais certains d'entre eux se disent prêts à témoigner devant la justice. Un seul a accepté d'apparaître. Denis Le Moal, militant du GUD entre 1986 et 1995, qui a « beaucoup côtoyé Frédéric Chatillon », a livré en janvier un témoignage inédit, publié sur Mediapart, remis au tribunal de grande instance de Paris par le journaliste Frédéric Haziza, dans le cadre d'une procédure en référé engagée par Chatillon pour faire censurer des passages de son livre. Depuis, l'ancien gudard a donné à Mediapart un grand nombre de détails, malgré les « menaces de mort » qu'il affirme avoir reçues après s'être exprimé.

Il faut dire que les gudards se sont déjà montrés menaçants. L'ancien rédacteur en chef de Minute, Bruno Larebière, a été frappé en public par Frédéric Chatillon, en juin 2010. Un mois plus tôt, nos confrères du Monde avaient raconté les menaces (et crachat) reçus de la part d'Axel Loustau lors du traditionnel défilé de l'extrême droite radicale. Sur Twitter, M. Loustau s'en est aussi pris à Mediapart (ici et là) et s'est amusé à poster la photo de l'auteure de ces lignes la veille d'une manifestation que nous couvrions. Lors de son enquête pour Canal Plus, Thierry Vincent a lui aussi fait l'objet d'intimidations de l'extrême droite.

Contacté par Mediapart, seul Minh Tran Long a accepté de confirmer sa présence à l'anniversaire d'Axel Loustau. « Cette soirée était festive, déclare-t-il, pour ma part aucune allusion et aucun doute possible. Tout sera toujours pris dans le sens qui intéressera vos médias. » « Cela m'étonne qu'une telle photo ait pu paraître, surtout si je suis dessus », ajoute-t-il. Sollicité, Olivier Duguet n'a pas répondu à nos questions.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 26 Nov - 5:46

Citation :
Emprunt russe : le Front national avait sollicité un prêt à Abu Dhabi et en Suisse 25/11

Après les révélations sur l'emprunt du Front national auprès d'une banque russe, le Canard Enchaîné de mercredi indique que le parti avait sollicité auparavant des banques à Abu Dhabi puis à Genève. L'eurodéputé FN Jean-Luc Schaffhauser a finalement touché 100.000 euros pour avoir servi d'intermédiaire avec la banque russe.

Un véritable tour du monde des banques. Quelques jours après les révélations de Mediapart sur le prêt de 9 millions d'euros contracté par le Front national auprès d'une banque russe, le Canard Enchaîné de mercredi donne quelques détails sur la démarche qui a conduit à cet emprunt.

L'hebdomadaire satirique a contacté Jean-Luc Schaffhauser, l'eurodéputé FN qui a servi d'intermédiaire pour l'obtention de ce précieux prêt auprès de la First Czech-Russian Bank, localisée à Moscou. Ce dernier indique notamment au Canard avoir touché une commission "d'environ 100.000 euros" au titre de cette mise en relation. Une prise de contact qui a consisté à solliciter deux connaissances, proches de la banque en question et membres de l'Académie européenne, un think tank dirigé par Schaffhauser.

Des émirats à la Suisse

Au-delà de cette rémunération, l'eurodéputé indique au Canard que le FN, littéralement "asphyxié" financièrement, avait sollicité au préalable une banque d'Abu Dhabi (Emirats arabes unis) mais que les négociations avaient échoué au dernier moment. Le parti d'extrême droite avait ensuite démarché une banque de Genève (Suisse), qui s'était rétractée "au dernier moment pour des raisons d'image".

Dimanche, Marine Le Pen, a justifié l'emprunt russe par le fait que, selon elle, aucune banque française n'acceptait de prêter de l'argent à son parti. "On a lancé des hameçons partout : en Espagne, en Italie, aux États-Unis, en Asie et en Russie. Et le premier qu’on a attrapé, on a signé et on est très contents", indiquait la patronne du FN, sans mentionner alors la banque d'Abu Dhabi.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 26 Nov - 19:35

Citation :
Si tu es Juif, si tu es radin… Action discrète au congrès 2011 du FN à Tours. 25/11

A la veille du congrès FN de ce WE à Lyon, revenons sur un reportage qui a fait scandale au point de disparaitre 15 jours après sa mise en ligne sur le site internet de C+, pour ne réapparaitre qu’il y a seulement 6 mois sur Youtube. Ces 8mns38 en caméra cachée ont révélé une complaisance déjà connue de certains policiers pour le FN, en particulier un fonctionnaire de la Brigades d’Information de Voie Publique (BIVP-DDSP) transformée depuis en Service du Renseignement Territorial (SRT-DDSP). Ce sous-officier reçoit les comédiens d’Action Discrète dans son bureau au commissariat de Tours, le passage commence à 5mns23 :

- C’est pour la victoire de Marine (… ) Quand on va célébrer la victoire dimanche (… ) il y aura des Maréchal nous voilà, des Islam assassin (… ) C’est pas méchant, on va un peu pogoter : Si tu es Juif, si tu es radin, sache qu’il existe au sud de Berlin, un camp magique appelé Auschwitz [on peut y prendre des douches gratuites, gratuites...]
- Sur le fond votre festivité j’ai rien contre. J’aime bien l’esprit de votre fête. C’est festif. 

 Le couplet chanté de façon incomplète (d’où les crochets) sur l’air de L’Ours Gabby et les Petits Malins (Danièle Hazan) est une reprise directe d’une chanson apprise dans certains établissements catholiques intégristes hors contrat, par exemple au Collège Saint-Jean-Bosco (Cours Saint-Projet, Bordeaux) comme l’a montré l’émission Les infiltrés du 27 avril 2010 consacrée à Dies Irae. Et le fonctionnaire de police continue :

On a une extrême gauche à Tours, c’est des ” Anti-Tout ” ; ils ont pas d’humour (… ) ils vont vous casser le cul c’est sûr (… ) c’est des connards, quoi.

 Au final la manifestation du 15 janvier 2011 a rassemblé un peu plus de 2500 personnes dans une ville quadrillée par les forces de l’ordre épaulée par un hélicoptère qui a volé pendant toute l’après midi et deux véhicules blindés canons à eau qui ont permis de dissoudre plus vite la fin de la manifestation. 22 arrestations souvent très brutales ont été recensées, certaines ont été effectuées par des policiers des Brigades Anti Criminalité (BAC) infiltrés dans le cortège et bardés d’autocollants Sud PTT et Solidaires. Solidaires 37 a déposé plainte pour faux et usage de faux (les autocollants sont déposés à l’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI)) et usurpations de qualité, le procureur a classé sans suite…

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Ven 28 Nov - 6:42

http://lahorde.samizdat.net/2014/11/25/lhistoire-du-fn-en-frise-chronologique

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 30 Nov - 2:45

Citation :
Congrès du FN à Lyon : pourquoi le Parti de Gauche ne manifestera pas samedi 28/10

La journée de samedi promet d'être explosive. Alors que 3000 personnes sont attendues à la Cité Internationale pour le congrès du FN, des milliers de manifestants devraient se retrouver place Jean-Macé pour dénoncer l'évènement politique à l'appel du collectif de vigilance contre l'extrême droite. Plusieurs partis manifesteront, mais pas le Parti de Gauche. Pour expliquer la démarche, Alexis Corbière, secrétaire national du parti donnait une conférence de presse à Lyon vendredi. Et il a prôné la "réponse politique" face au congrès plutôt qu'un rassemblement qui présage des débordements selon le préfet du Rhône qui craint la venue d'anarchistes entre Rhône et Saône.
Toute la semaine, des actions ont été menées par le Parti de Gauche, lundi soir devant le Veilleur de Pierre, mardi soir dans le square Manouchian de Vaulx et mercredi dans le square Delestraint.
Le Parti de Gauche reproche également à Gérard Collomb d'avoir ouvert "la ville de Jean Moulin au Front National. Il devra assumer les conséquences de cette provocation".
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 30 Nov - 22:32

Citation :
La composition du Comité central du Front National

Membres élus en ordre de suffrages reçus (non communiqués)

1. Marion Maréchal-Le Pen ;
2. Louis Aliot ;
3. Steeve Briois ;
4. Florian Philippot ;
5. Bruno Gollnisch ;
6. David Rachline ;
7. Wallerand de Saint-Just ;
8. Stéphane Ravier ;
9. Marine-Christine Arnautu ;
10. Nicolas Bay ;
11. Bruno Bilde ;
12. Julia Abraham ;
13. Valérie Laupies ;
14. Joëlle Mélin ;
15. Julien Sanchez ;
16. Jean-François Jalkh ;
17. Huguette Fatna ;
18. Philippe Sanchez ;
19. Thibaud de la Tocnaye ;
20. Marie-Christine Arnautu ;
21. Franck Briffaut ;
22. Mireille d’Ornano ;
23. Sylvie Godyn ;
24. Mylène Troszczynski ;
24. Fabien Engelmann ;
26. Bernard Monot ;
27. Sophie Montel ;
28. Jean-Yves Waquet ;
29. Dominique Bilde ;
30. Didier Chabaillé ;
31. Alain Jamet ;
32. Philippe Loiseau ;
33. Marie-Christine Aubert ;
34. Mireille Chevet-Pinatel ;
35. Sabine de Villeroché ;
36. Frédéric Boccaletti ;
37. Etienne Bousquet-Cassagne ;
38. Michel Guiniot ;
39. Hortense Roquebert-Gas ;
40. Audrey Guibert ;
41. Julia Plane-Vouzellaud ;
42. Muriel Coativy ;
43. Amaury Navaranne ;
44. Alain Vizier ;
45. Mathilde Palix-Androuet ;
46. Ludovic De Danne ;
47. Agnès Marion ;
48. Pierre Cheynet ;
49. Hervé Toulzac ;
50. Gérald Gérin ;
51. Guillaume Vouzellaud ;
52. Charles Perrot ;
53. Lydia Schénardi ;
54. Christelle Dehaye ;
55. Yoann Gillet
56. Elizabeth Lalanne de haut ;
57. Marie D’Herbais ;
58. Jean-Claude Philipot ;
59. Françoise Grolet ;
60. Frédéric Pichon ;
61. Louis-Armand de Bejarry ;
62. Agnès Henry ;
63. Jacques Colombier ;
64. Marie-Claude Aucouturier ;
65. Jofrey Bollée ;
66. Jean-Richard Sulzer ;
67. Tony Cardi ;
68. Olivier Monteil ;
69. André Canuzac ;
70. Michel Thooris ;
71. Eric Domard ;
72. Julien Langard ;
73. Christophe Boudot ;
74. Armelle de Pierrefeu ;
75. Erwan Le Gouellec ;
76. Sophie Souchère ;
77. Bruno Subtil ;
78. Sophie Robert ;
79. Guillaume L’Huillier ;
80. Jean-Michel Cadenas ;
81. Alexandre Piel ;
82. Catherine Salagnac ;
83. Blanche Chaussat ;
84. François Bonnieux ;
85. Alain Breuil ;
86. Bernard Marandat ;
87. Jean-Marc de lacoste-lareymondie ;
88. Cyril Nauth
89. Eric Audebert ;
90. Martine Clement-Launay ;
91. Thibaut Monnier ;
92. Dominique Martin ;
93. Jean-Baptiste Vendeville ;
94. Gonzague Malherbe ;
95. Raymond Blanc ;
96. Nicole Hugon ;
97. Nathalie Pigeot ;
98. Louis de Condé ;
99. Brigitte Neveux ;
100. Laurent Guiniot ;

Membres du comité central cooptés par la présidente.

Jean-Michel Dubois ;
Edouard Ferrand ;
Gilles Pennelles ;
Philippe Emery ;
Thierry Gourlot ;
Gaëtan Dussaussay ;
Jean-Paul Piloz ;
Pascal Gannat ;
Sandrine Leroy ;
Isabelle Cochard ;
Philippe Chevrier
Antoine Mellies ;
Bruno Lemaire ;
Catherine Griset ;
Hervé de lepineau ;
Marc-Etienne Lansade ;
Aymeric Chauprade ;
Julien Rochedy ;
Christopher Szcurek ;
Ludovic Pajot
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Aujourd'hui à 20:19

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 37 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38, 39, 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Revue de presse suite et fin
» Revue de presse
» Revue de presse
» couverture revue
» La Pluie sans parapluie - REVUE DE PRESSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: