Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37, 38, 39, 40  Suivant
AuteurMessage
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Ven 3 Oct - 1:50

Citation :
Marine Le Pen quitte la propriété de Montretout à cause du doberman de son père Marc de Boni 01/09

La présidente du FN envisagerait par ailleurs de faire supprimer le statut de président d'honneur du parti pour écarter son père des instances dirigeantes.

Malgré l'entente affichée en façade, les relations ne sont toujours pas au beau fixe entre les Le Pen père et fille. Selon une information de L'Express, Marine Le Pen a quitté sa dépendance de la célèbre propriété familiale de Montretout, sur les hauteurs de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), pour s'installer dans une grande propriété dont elle a fait l'acquisition à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines). À l'origine de ce départ, selon l'hebdomadaire: l'une des chattes du Bengal de la présidente du FN a été tuée par l'un des dobermans de son père. Les chiens de Jean-Marie Le Pen continuent de vivre à Montretout, alors que le président d'honneur du FN passe le plus clair de son temps à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).
Un incident qui a précipité une décision prévue de longue date par Marine Le Pen qui souhaitait déménager pour s'installer avec ses trois enfants. Mais la propriété du patriarche du FN ne restera pas vide puisque sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen a prévu d'y succéder à sa tante, selon L'Express. Sa mère, Yann, y vit également.

La fin du poste de président d'honneur?

Alors que le prochain congrès du FN doit se tenir les 29 et 30 novembre prochain, une autre information pourrait perturber les relations familiales. Selon une information du Canard enchaîné, la présidente du FN envisagerait de supprimer le poste de président d'honneur, occupé « à vie » par son père. Une fonction symbolique qui permet à son titulaire de siéger de droit dans toutes les instances du parti et laisse à Jean-Marie Le Pen une certaine emprise sur le FN.
En juin dernier, la brouille s'était intensifiée au point de frôler la rupture au sein de la famille, après des propos polémiques de Jean-Marie Le Pen au sujet de Patrick Bruel, tenus dans son journal de bord. Le fondateur du FN avait alors nargué sa fille : « Contrairement à ce que dit Marine Le Pen dans Valeurs actuelles, ce n'est pas elle qui m'a nommé président d'honneur, c'est le congrès du FN, par conséquent je suis président à vie. Cette décision n'appartient à personne, même pas à un congrès suivant puisque cette décision est définitive jusqu'à ma mort, qu'on peut espérer légitimement mais contre laquelle j'espère résister le plus longtemps possible. »
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 4 Oct - 4:32

Citation :
Marine Le Pen cherche à récupérer son permis de conduire Emmanuel Galiero 01/10

La présidente du FN a engagé une procédure judiciaire pour récupérer son permis de conduire, qui lui avait été retiré en 2012.

En 2012, Marine Le Pen s'est vue privée de son permis de conduire, selon Le Canard enchaîné de ce mercredi. Selon l'hebdomadaire satirique, celle qui milite pour la suppression des radars routiers a perdu tous ses points après diverses infractions, notamment des excès de vitesse.
Si la présidente du Front national ne conteste pas le fait de ne plus avoir de permis de conduire, elle en explique les raisons: « En réalité, ces infractions n'ont pas été commises par moi. Profitant des services d'un chauffeur tout en utilisant ma voiture personnelle, j'ai subi la perte de ces points parce que je n'avais pas souhaité dénoncer l'auteur des infractions » , explique-t-elle au Figaro.
Pourquoi n'avait-elle pas enregistré le véhicule au nom du Front national ? « En effet, je n'ai pas eu ce réflexe-là qui, semble-t-il, est assez répandu aujourd'hui. Je dois être une des seules politiques roulant dans ma voiture personnelle avec mon chauffeur ! » Elle promet, enfin, que ceux qui souhaiteraient fouiller dans les fichiers des infractions concernées, n'y « trouveront jamais sa tête » .

Imbroglio autour du règlement des frais d'avocats

En janvier 2013, Marine Le Pen a engagé une procédure judiciaire, toujours en cours aujourd'hui, pour contester l'annulation de son permis. La patronne du parti frontiste a alors eu recours au cabinet parisien Dufour et Associés. Lequel, selon Le Canard, n'a jamais été payé pour le travail accompli. Et aurait en conséquence saisi le bâtonnier du barreau de Paris, Pierre-Olivier Sur, pour réclamer 3.000 euros d'honoraires.
Marine Le Pen assure quant à elle avoir elle-même saisi le bâtonnier, soulignant que la société d'avocats aurait connu des problèmes internes. « Ils se sont séparés dans des conditions vives et comme je ne savais plus à qui je devais adresser mon règlement de 3.000 euros, je me suis tournée vers le bâtonnier, sans contester cette somme, mais en lui demandant simplement à qui je devais adresser mon règlement » assure-t-elle.
Selon l'élue, le bâtonnier Pierre-Olivier Sur a formulé une « décision de taxation d'honoraires » lui précisant qu'elle devait adresser le paiement dû à la société d'avocats qui existait au moment de l'ouverture du dossier. « Je vais donc pouvoir adresser à qui de droit le règlement en question » , conclut la présidente du FN dans un communiqué diffusé dans la matinée.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Lun 6 Oct - 2:55

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 7 Oct - 2:00

Citation :
L'élection du maire FN du Pontet menacée d'annulation 02/10

Le rapporteur public du tribunal administratif de Nîmes préconise l'annulation du scrutin, qui le candidat FN Joris Hébrard avait emporté d'extrême justesse en mars dernier.

Sept petites voix d'écart. En mars dernier, le candidat FN Joris Hébrard avait remporté de justesse le second tour des municipales au Pontet, dans le Vaucluse. Immédiatement, comme il est souvent d'usage lorsque l'écart de voix est aussi réduit, son adversaire UMP, Claude Toutain, avait introduit un recours en annulation, estimant que des irrégularités avaient été commises.
Le rapporteur public du tribunal administratif de Nîmes, qui s'est saisi cette semaine de l'affaire, semble lui donner raison. Selon Philippe Parisien, cité par l'AFP, 17 signatures d'émargement aux listes électorales « ne semblent pas être apposées par la même main entre les deux tours » . « Ces 17 suffrages doivent donc être neutralisés » . Il préconise l'annulation du scrutin et l'organisation de nouvelles élections. Le tribunal se prononcera dans un arrêt attendu le 16 octobre.

Le maire FN se dit confiant

Lors de l'audience, mardi, l'avocat du candidat UMP, Jean-Baptiste Blanc, a mis en exergue de nombreux dysfonctionnements: « Des tracts ont notamment été distribués dans un délai réduit, à la veille du second tour, afin d'empêcher les adversaires d'y répondre. (...) Il y a également des irrégularités dans la procédure électorale, de nombreux électeurs ont ainsi été empêchés d'accéder aux bureaux de vote et il y a des listes d'émargement litigieuses. »
« On essaie de trouver la petite bête et on tente d'obtenir devant la justice, ce que les candidats n'ont pas obtenu dans les urnes » , a rétorqué Pierre Pelloquin, avocat du maire frontiste. « C'est regrettable qu'une élection soit annulée pour une petite différence de signatures, un gribouillis dont personne n'est venu se plaindre » , a-t-il encore dit. À l'issue de l'audience, Joris Hébrard s'est dit confiant: « Il ne s'agit que de l'avis du rapporteur public, ce sont les juges qui ont le dernier mot » , a-t-il dit, précisant « ne pas être en charge des élections et de ne pouvoir que regretter les conclusions du rapporteur public » .
Un second recours en annulation avait également été introduit par le candidat socialiste, Milani Makhechouche, et le candidat sans-étiquette Frédéric Quet. Tous les deux s'étaient retirés du second tour de l'élection municipale dans la commune du Pontet, afin de faire barrage au candidat du Front national.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 8 Oct - 1:08

Citation :
Le maire d'Hayange recule sur l'affaire de la boucherie halal 11/09

Le maire Front national Fabien Engelmann de la ville d'Hayange en Moselle qui avait envoyé une lettre demandant à une boucherie halal de fermer le dimanche matin, est revenu sur sa position à la suite d'un sujet réalisé par France TV info. Retour sur une affaire qui a défrayé la chronique.

Tout a commencé par l'envoi d'un courrier. Le propriétaire d'une boucherie halal de la commune de Hayange s'est vu notifier la fermeture de son commerce le dimanche matin au nom d'une présumée réglementation spécifique à la Moselle, d'après une information publiée par nos confrères de France TV info. «En cas de non-respect, il sera dressé un procès-verbal, lequel sera adressé au tribunal de police pour poursuites», promet le maire FN. Le journaliste Bastien Hugues qui a mené l'enquête, précise qu'aucune lettre de ce type n'a été envoyée aux autres commerçants qui ouvrent également leurs boutiques chaque dimanche matin. D'après la législation en vigueur, «les commerces alimentaires et épiceries ont le droit d'ouvrir en Moselle le dimanche matin, sur une plage horaire maximale de cinq heures», précise le site d'information. Fabien Engelmann a fini par reconnaître qu'il était «contre l'abattage rituel. (...) Il y a des commerces qui n'ont pas à rester ouverts le dimanche». Mais après la parution de ce sujet, le maire de Hayange s'est rétracté et ne s'oppose plus à l'ouverture de la boucherie halal.

Un maire multirécidiviste

Ce n'est pas la première fois qu'une affaire de ce genre se déroule dans la commune de Moselle. Il y a peu, une association proposant des cours de danse orientale s'était vu refuser une salle et, d'après des informations de France TV info, le maire aurait demandé à l'une de ses adjointes au commerce et à l'artisanat, Emmanuelle Springmann, de «déplacer les marchands maghrébins de la zone principale du marché bi-hebdomadaire, pour les installer plus loin». Elsa Ray, porte-parole du Collectif contre l'islamophobie en France, contacté par Zaman France, considère qu'on peut effectivement raisonnablement avancer l'hypothèse islamophobe de ce courrier étant donné le fait que le propriétaire de cette boucherie est le seul commerçant à avoir été contacté. «N'oublions pas également qu'il a déclaré être contre l'abattage rituel et sa couleur politique confirme également cette position».
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 9 Oct - 22:52

Citation :
Dourges : démission des deux élus du Rassemblement Bleu Marine 05/10

Après le groupe RBM carvinois qui, avant l’été, a connu un profond remaniement avec le départ de la tête de liste et de certains colistiers, c’est aujourd’hui à Dourges que le groupe Rassemblement Bleu Marine se renouvelle entièrement.

Cela a commencé, mi-août, par l’annonce faite à ses camarades par la tête de liste, Jérôme Vandesavel, de sa démission, suite à son départ de la commune : « Suite à un déménagement pour raisons personnelles et professionnelles, j’ai décidé de laisser la place de conseiller municipal FN de la ville de Dourges au suivant de liste. Une lettre sera adressée au maire dans les prochains jours. Rien ne m’obligeait à déposer cette démission, mais après mûres réflexions j’estime qu’il ne serait pas honnête de vous représenter tout en habitant une autre commune. Beaucoup d’entre vous ne le comprendraient pas… » En conséquence, Patrick Bonnel, qui ne compte apparemment pas faire de la figuration, puisqu’il n’hésite pas à se présenter aux siens comme « une grande gueule », a été installé, le 23 septembre. Et il a alors eu la surprise de siéger seul puisqu’Isabelle Spas, la seconde élue de la liste FN/RBM, vient également de prendre la décision de démissionner. « Elle a pris cette décision pour raisons personnelles et de santé ! » commente Daniel Florent, responsable de la section FN dourgeoise. Une mue sur les bancs de l’opposition qui va également s’accompagner d’une nouvelle communication sur les réseaux sociaux. Le secrétaire fédéral vient en effet de demander à M. Bonnel de fermer la page facebook RBM Dourges. « Mais c’est pour en faire naître une autre rapidement » assure M. Florent.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 11 Oct - 1:06

Citation :
Avec son local flambant neuf, le Front national s’enracine en Sambre NATHALIE WAROUX 05/10

Même si l’événement est d’envergure national, Louis-Armand de Béjarry surfe sur la présence du FN au Sénat pour se réjouir de son local maubeugeois.

Autour de lui, des représentants du Front national de communes voisines (Hautmont, Louvroil) et des militants, se réjouissent de ce local « permanent ». Le Front national ne se cache plus. Ce parti hors sol a désormais pignon sur rue. Mieux même, « il se structure », explique Louis-Armand de Béjarry qui vise déjà les prochaines élections territoriales.

PASSER LA VITESSE SUPÉRIEURE

Illustre inconnu en 2011, Louis-Armand de Béjarry a aujourd’hui « les crocs ». S’il se veut un opposant constructif au sein du conseil municipal de Maubeuge où il est élu, il aimerait maintenant que les choses s’accélèrent un peu. En clair, « j’attends qu’Arnaud Decagny passe à la vitesse supérieure ». Deux agents de police municipale recrutés et une vidéo surveillance renforcée, « c’est bien, mais ça ne suffit pas ». Torpiller le projet d’extension du zoo, « d’accord, mais maintenant il y a urgence à arrêter la phase d’étude ». L’homme veut que ça bouge. Le compte des promesses de campagne n’y est pas. « Il faut un électrochoc. » Idem du côté de l’Agglo de Maubeuge. S’il approuve l’arrêt des chantiers décidé par le président, dont il salue le courage, il attend avec impatience les orientations budgétaires.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 12 Oct - 2:30

Citation :
Six mois de mairies FN : Hayange, premier volet de notre enquête (1/3) Olivier Bergé 09/10

Six mois après l’élection de onze maires Front national, nous sommes allés voir comment ces communes vivent la nouvelle ère municipale. Premier reportage de cette enquête en trois volets, à Hayange en Moselle, avant le Var et Béziers vendredi et pour finir, Hénin-Beaumont dans notre édition de samedi.

« Marine ne nous impose absolument rien. » Fabien Engelmann a beau être un débutant de 35 ans de la gestion municipale, le maire Front national d’Hayange cherche d’abord à rassurer.
Tout juste concède-t-il des coups de fil pour « un renseignement technique ou juridique », à l’économiste héninois Jean-Richard Sulzer, à l’expérimenté perpignanais et numéro 2 du parti,Louis Aliot, ou au vice-président chargé des élections (et des contentieux), Jean-François Jalkh.
Personne n’est sous tutelle, nous dit-on au FN. Il a donc fallu apprendre vite. Parfois dans la difficulté. Remobiliser des services municipaux, plus que partagés sur la nouvelle tendance du pouvoir (un ancien de la CGT élu à Hayange)…
Sans surprise, une mairie FN s’appuie sur des fondamentaux : audit financier, baisse des impôts (quand c’est possible), économies budgétaires, réduction de l’endettement, embauches à la police municipale, soin apporté à la propreté de la ville. C’est en quelque sorte un tronc commun.
Il faut également noter une légère tendance à la revanche sur des associations marquées politiquement (la Ligue des droits de l’homme n’a plus de local gratuit à Hénin et Fréjus) ou chéries par le pouvoir précédent (assos sociales et sportives à Fréjus, un club de foot à Hayange).
Toutefois, on lui sait gré d’avoir évité jusqu’ici les dérapages anticonstitutionnels ou xénophobes des années 90 (Marignane, Toulon, Orange, Vitrolles).
On ne peut comparer le travail programmatique fouillé, la vision de l’investissement et le niveau de l’équipe à Hénin-Beaumont ou Fréjus avec les secousses désordonnées d’Hayange (deux directrices générales des services, trois retraits de délégations d’adjoints, un recours à la commission des comptes de campagne, des plaintes) ou les budgets timides à Cogolin ou au Luc dans le Var.
Sous sa casquette de secrétaire général, Steeve Briois ne s’en cache pas. Le FN a besoin de former des cadres à l’exercice du pouvoir pour progresser, s’installer.
On demande rarement sur trois pages et autant de jours le bilan après six petits mois de maires PS ou UMP. Le Front, ici municipal, se sait sous observation. Restera-t-il un cas à part ?

Programme, promesses : premier bilan

Baisse des indemnités des élus de 20 %. Fait. Sauf pour le maire maintenu à 2 471 € brut.
Audit financier. Pour fin octobre. La dette est de 16,7 millions d’euros, environ 1 000 € par habitant, sous la moyenne des villes de 10 000 à 19 999 habitants selon l’INSEE : 1 238,7 € (en 2010). « La ville vit au-dessus de ses moyens », affirme pourtant le maire.
Baisse des impôts. Objectif d’une baisse de 5 % de la taxe d’habitation en 2015.
Maintien des subventions. Variable. Le FCH, le club de foot favori de l’ancienne municipalité, de l’arbitre et ex-adjoint aux sports FN, Patrice Hainy, a perdu l’essentiel de ses subventions et de ses licenciés : 10 700 € contre 30 000 €, plus 20 000 € exceptionnels. Un nouveau comité espère ramener le maire à de meilleurs sentiments (17 500 € de dettes). « Sinon, à Noël, il n’y aura plus de club », craint le président Loïc François.
Arrêt du projet d’extension d’une salle de sport (3 M€). Fait.
Référendum. En attente pour septembre 2015. Trois projets seront mis au vote : refaire la salle de spectacle Molitor à l’abandon ; refaire le centre-ville ; baisser les impôts.
Divers, en cours. Baisse du budget communication et réceptions ; distribution au CCAS « au cas par cas et avec discernement » ; une embauche à la police municipale (huit au total), achat de tonfas, de bombes lacrymogènes ; propreté ; réfection de routes et trottoirs (plus d’1,5 M€) ; fleurissement ; peinture (en photo, le fameux œuf en granit repeint en bleu sans l’accord de l’artiste et qu’on a tenté de nettoyer sans succès).

Le maire et le militant

L’ancien ouvrier territorial CGT à Nilvange, le fan de Brigitte Bardot et de la condition animale, le militant de Lutte ouvrière – « j’ai voté Arlette Laguiller puis Ségolène Royal en 2007 » – et du NPA, plonge vers le FN en 2010. Chemin classique et renversant.
Surtout après la lecture de son bouquin Du Gauchisme au Patriotisme, publié en avril aux éditions Riposte laïque. On y lit une obsession pour « l’offensive islamique », une religion qu’il s’ingénie à nommer « idéologie ». Comme il nous dit sans ciller « boucherie-charcuterie traditionnelle », opposée à « boucherie islamique ».
Ses amis de Riposte laïque le soutiennent (le leader Pierre Cassen, condamné en première instance et en appel, est en cassation pour provocation à la haine envers les musulmans). Ils se montrent lors de la fameuse Fête du cochon, pas les leaders nationaux du FN. Fabien Engelmann, 35 ans, est pourtant membre du bureau politique et conseiller au dialogue social de Marine Le Pen.
Pour l’opposant d’Hayange plus belle ma ville, Marc Olénine, « il y a deux Engelmann, le maire qui applique le programme FN et un autre qui écrit ce livre avec Riposte laïque, son logiciel politique ».

Hayange, son passé glorieux, sa peinture bleue

Vu du haut, de la statue de la Vierge et des collines, Hayange semble écrasé par le glorieux passé de la vallée de la Fensch. Entre les hauts-fourneaux sous cocon du Patural et ce sidérant pont autoroutier qui survole le centre.
En un clin d’œil – cinq ans –, le FN et Fabien Engelmann y ont fait leur lit, au Konacker, à Marspich et Saint-Nicolas-en-Forêt comme dans le centre : victoire en quadrangulaire (34,7 %) pour éjecter le maire PS, Philippe David, incapable comme tant d’autres d’affronter l’autocritique (27,2 %, 28,3 % pour la droite).
« On n’est pas fou : quand on est une ville Front national, on est observé à la loupe. » Entouré de sa nouvelle directrice générale des services (la précédente est partie avant la fin de sa période d’essai pour « incompatibilités d’humeur ») et de son responsable de la communication, Fabien Engelmann sort son programme de mars et assure : « En six mois, on en a fait beaucoup plus que la précédente majorité socialo-communiste pendant six ans. » Soit.

Plus belle la ville

On décortique : « Un programme réaliste, sans fausses promesses. Les gens attendent ça : sécurité, propreté et payer moins d’impôts. Rien de plus. Les gauchos nous emmerdent avec leurs projets inutiles à 20 ou 30 millions d’euros. »
« Des mesures gadgets et visuelles, la peinture bleue (pas marine), des pots de fleurs, des mendiants évincés, des bouchers halal intimidés », conteste Gilles Wobédo, de l’association Hayange plus belle ma ville. « Je ne suis pas certain que cette caricature de politique lui porte préjudice. D’où notre choix de retravailler le collectif », juge Marc Olénine, son compère.
On a beau revenir à la charge sur l’investissement, la politique économique, le chômage (13 %), on est frappé par l’absence de vision, d’ambition du maire pour sa ville de 16 000 habitants : « On espère l’arrivée d’un cordonnier, d’un boucher traditionnel (comprenez, pas halal) et d’habitants si possible imposables. » Point.
Au-delà des réformes cosmétiques vite mises en place, ça tangue pour le maire. Sa première adjointe, Marie Da Silva, l’accuse de n’avoir pas inscrit ses dons de plusieurs milliers d’euros dans les comptes de campagne. La commission idoine pourrait bientôt rendre inéligible le maire de 35 ans. Deux autres adjoints ont aussi perdu leur délégation pour l’avoir accusé de manipuler le vote contre Mme Da Silva. « Ils ont voulu profiter de leur position », rétorque le Premier magistrat. Plainte pour abus de confiance d’un côté, diffamation de l’autre, les conseils municipaux sont sous pression.
Comme les services de la ville, affirme Hugues Miller, délégué syndical CGT. « Je suis un ancien de la CGT, ils me détestent. Ce sont avant tout des militants politiques », griffe Fabien Engelmann. Celui-ci a fait signer une note rappelant le devoir de réserve au personnel du Centre communal d’action sociale (CCAS). « Le climat n’est pas serein », estime le syndicaliste qui évoque l’entretien préalable d’un ouvrier (abandon de poste pour une broutille), le départ d’une agente pour avoir défendu sur Facebook une amie après une altercation avec Engelmann.
Mais au marché du jeudi matin comme au foot, on se moque de l’étiquette FN et des tensions. « Tout ce que je vois, c’est que la ville est plus propre, plus belle », note une maman au bord du terrain synthétique du stade Guy-de-Wendel. « Y’avait de drôles de gars à la fête du cochon », grimace une autre pour évoquer les extrémistes en goguette à Hayange le 14 septembre. Une troisième tranche le débat : « Remarquez, il y a bien la fête du mouton à Marspich. »
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 12 Oct - 22:48

Citation :
Une candidate " Rassemblement Bleu Marine " condamnée pour exhibition de croix gammée 02/10

La Nivernaise Séverine Amelot, candidate sur la liste "Rassemblement Bleu Marine" à Nevers, avait exhibé des photos montrant des croix gammées et autres symboles nazis sur son profil Facebook. Elle a été condamnée.

Le selfie sur fond de drapeau à croix gammée que la Nivernaise Séverine Amelot avait publié sur sa page Facebook avait suscité nombre de réactions indignées et une médiatisation nationale que la candidate "Rassemblement Bleu Marine" sur la liste de Christophe Gaillard aux dernières élections municipales n’avait pas imaginé (lire par ailleurs). L’affaire est allée sur le terrain judiciaire.

« C’était un passage de conneries »

Mars 2013. Quelques semaines avant le premier tour des municipales, une photo fait le tour des rédactions : celle d’une Neversoise, Séverine Amelot, en seizième position sur la liste "Rassemblement Bleu Marine" menée par Christophe Gaillard. Cette photo, c’est un selfie. Deux jeunes femmes posant devant un drapeau portant la croix gammée. Drapeau que l’on retrouve sur plusieurs clichés publiés sur le profil Facebook de la candidate (sans activité depuis le 16 août 2013), notamment sur une photo où on la voit arborant un tee-shirt portant l’emblème de la 33e division de grenadiers SS Charlemagne, l’une des divisions de la Waffen-SS.

Les commentaires et statuts postés sur cette page étaient dans la même lignée. Sous un cliché d’elle posant devant un canon, la jeune femme écrivait : « Il faut bien ça pour buter toute cette racaille, un tir groupé et c’est bon ». Des mots et des images condamnés par Christophe Gaillard, qui avait mis en avant son passé associatif à SOS Racisme et à la Ligue des droits de l’homme dans le département de la Nièvre (le candidat n’avait pas pu exclure sa colistière dans l’entre-deux-tours puisqu’il avait déjà déposé sa liste en préfecture). Et des mots sur lesquels Séverine Amelot elle-même s’était exprimée, faisant un mea culpa : « J’ai abandonné tout ça en août dernier. C’était un passage de conneries ».

Après avoir marqué la campagne électorale à Nevers et été médiatisées au niveau national, ces photos ont connu un autre prolongement. Judiciaire cette fois. Dans la deuxième quinzaine de septembre, la Nivernaise comparaissait en effet devant le tribunal de police de Nevers. Prévention aussi longue que rare : « Port ou exhibition en public d’uniformes, d’insignes, ou d’emblèmes rappelant ceux d’une organisation déclarée criminelle par le tribunal militaire international de Nuremberg ».

300 € d’amende pour chacune des infractions

Le tribunal de police l’a déclarée coupable de deux infractions, l’une pour le drapeau à la croix gammée visible en arrière-plan de la photo, et une autre pour avoir arboré sur son tee-shirt le blason de la division Charlemagne.

La jeune femme a été condamnée à 300 € d’amende pour chacune des infractions. Elle devra par ailleurs effectuer cent heures de travail d’intérêt général pour une association ou une collectivité locale d’ici à un an.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 14 Oct - 2:45

Citation :
Ebola : Jean-Marie Le Pen se vante d'avoir été un " éclaireur " 13/10

Nouvelle provocation nauséabonde du patriarche du FN. Alors qu'il s'inquiétait de l' " explosion démographique " dans le monde, il avait lancé en mai que " Monseigneur Ebola peut régler ça en trois mois " .

Jean-Marie Le Pen se vante dans une vidéo d'avoir été " un éclaireur " en attribuant récemment à l'épidémie d'Ebola la capacité de " régler " le problème de l' " explosion démographique " .

" J'avais fait une réflexion comme ça sur Ebola en disant que le problème démographique mondial, la catastrophe démographique mondiale, pouvait être peut-être endiguée, réglée, par des épidémies, des guerres nucléaires ou des choses comme ça " , rappelle le président d'honneur du Front national dans un nouveau numéro de son journal de bord daté de vendredi.

" Moi je suis un éclaireur de pointe, c'est là qu'on prend les plus grands risques " , se défend Jean-Marie Le Pen, interrogé sur ses propos de mai qui avaient suscité une large condamnation.

" Maintenant les gens se disent : 'Après tout, c'est Le Pen qui en avait parlé d'Ebola' " , ajoute l'eurodéputé FN, réélu en mai à la tête de la liste du parti dans le Sud-Est.

" Des porteurs malsains "

" Une épidémie de ce genre est impossible à contrôler " , assure le cofondateur du parti d'extrême droite. " Il va y avoir à La Mecque un million de pèlerins, qui viennent de toutes les parties du monde et qui, évidemment, ont l'occasion de rencontrer des gens venus d'Afrique qui sont déjà des malades, des porteurs malsains, et qui n'ont pas encore les stigmates de la maladie et qui sont déjà porteurs " , assure-t-il.

" Il y a beaucoup d'inquiétude à se faire. Il faut informer les gens, non pas les rassurer, non pas leur faire peur, mais les informer " , préconise Jean-Marie Le Pen.

Le patriarche du FN, lors d'une discussion mi-mai à Marseille où il s'inquiétait de l' " explosion démographique " dans le monde, avait lancé que " Monseigneur Ebola peut régler ça en trois mois " .

Les propos de Jean-Marie Le Pen avaient été relevés par un journaliste de l'AFP qui se trouvait à côté de lui lors de ce " cocktail de presse " préalable à l'un de ses meetings de campagne. Ils avaient provoqué un tollé dans la classe politique à quelques jours des élections européennes.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 15 Oct - 0:56

Citation :
" Adieu Le Pen " : un documentaire où Jean-Marie attaque Marine

Dans le documentaire "Adieu Le Pen" diffusé ce mardi sur France 2 à 22h40, le journaliste Serge Moati décide de livrer les coulisses de la famille Le Pen.
Et montre cette rupture consommée entre les deux Le Pen.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 16 Oct - 2:39

Citation :
FN04 : Jean-Claude Diedrich démissionne de son poste de secrétaire départemental Guillaume Messien 27/08

Le Front National des Alpes-de-Haute-Provence connaît des soubresauts suite à la décision de son secrétaire départemental et de son secrétaire départemental adjoint de quitter leurs fonctions.

En place depuis trois ans, Jean-Claude Diedrich a décidé de démissionner de son poste de secrétaire départemental du FN. Mais ce n’est pas le seul départ au sein de l’équipe dirigeante du FN des Alpes-de-Haute-Provence, puisque le secrétaire départemental adjoint depuis cinq mois, Eric Pinzelli (conseiller municipal d’opposition à Manosque) a lui aussi démissionné de sa fonction.
Contacté, Jean-Claude Diedrich, n’a pas souhaité "commenter cette décision". En tout cas, cette double démission, présentée lors du dernier conseil fédéral de juillet et effective au 1er septembre, peut surprendre alors que le FN avait obtenu ses meilleurs scores dans le département au printemps et de nombreux conseillers municipaux.
Selon certaines informations, "le FN dans les Alpes-de-Haute-Provence souhaite redynamiser sa communication, ainsi que sa présence sur le terrain et passer à une étape supérieure avant de nouvelles échéances électorales".
Suite à ces démissions, même si les deux responsables restent au FN, le nom de Marie-Anne Baudoui-Maurel, conseillère municipale d’opposition à Digne-les-Bains et candidate aux Sénatoriales, pourrait être avancé pour succéder à Jean-Claude Diedrich. Le bureau politique national devrait se décider tout début septembre.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 18 Oct - 14:42

Citation :
Alpes de Haute-Provence : le FN a nommé une nouvelle secrétaire départementale 02/10

Cette nomination était attendue depuis le départ de l’ancien secrétaire départemental le 1er septembre 2014, mais l’arrivée à la tête du FN des Alpes de Haute-Provence de Jeannine Douzon, proche de Jean-Marie Le Pen, risque d’attiser les tensions entre les sections de Sisteron et de Digne-les-Bains d’un côté, et de Manosque et Oraison de l’autre. Des tensions internes sur fond de gestion politique du parti, (retrouvez toutes les explications ici).

Quel avenir pour le FN 04, après cette nomination tardive ?

La nomination aurait dû avoir lieu le lendemain des élections sénatoriales, c’est-à-dire ce lundi, avec une forte probabilité de voir ce poste acquis à l’une des figures politiques du FN dans le 04 : Marie-Anne Baudoi-Maurel, conseillère municipale d’opposition de Digne-les-Bains, qui avait su rassembler derrière les couleurs de Marine Le Pen, et aussi à travers sa propre personnalité politique.

Mais entre le souhait de porter les valeurs de Marine Le Pen (Sisteron et Digne) et celles portées par Jean-Marie Le Pen (Manosque et Oraison), ce sont celles du président d’honneur qui l’auront emportées. Ce qui tend à prouver que Jean-Marie Le Pen tient encore dans sa main les élus de la région PACA, dont il est élu. En clair, le patron du FN en PACA, c’est encore le chef de la famille Le Pen.

Dans ces conditions, l’implosion du parti semble inévitable avec d'ores et déjà la dissolution du bureau fédéral. Et il y a fort à penser que le secrétaire de section de Digne les Bains mais aussi de Sisteron plient bagage, avec dans leurs valises une vingtaine de candidat FN pour les cantonales dont Marie-Anne Baudoui-Maurel.

Des questions qui trouveront toutes leurs réponses demain sur Alpes 1, puisque Gilles De Valckenaere, proche de Marie-Anne Baudoui-Maurel et secrétaire de section de Digne-les-Bains, sera l’invité de Midi Pétante (12h-13h).
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Lun 20 Oct - 2:16

Citation :
La justice annule l'élection du maire FN du Pontet 17/10

La justice annule l'élection de Joris Hébrard, le maire FN du Pontet (Vaucluse), indique son opposant UMP Claude Toutain, jeudi 16 octobre. "Le tribunal nous a rétablis dans notre légitimité", s'est félicité ce dernier. "A priori, c'est annulé", a indiqué de son côté le directeur de cabinet du maire, Xavier Magnin, qui attend toutefois une confirmation de son avocat.

Claude Toutain a introduit un recours dès le 4 avril, en dénonçant un certain nombre d'irrégularités supposées durant la campagne ou les opérations de vote. "Des tracts ont notamment été distribués dans un délai réduit, à la veille du second tour, afin d'empêcher les adversaires d'y répondre", avait expliqué son avocat à l'audience. "Il y a également des irrégularités dans la procédure électorale, de nombreux électeurs ont ainsi été empêchés d'accéder aux bureaux de vote et il y a des listes d'émargement litigieuses."

Les listes d'émargement sont en cause

Parmi celles-là, le rapporteur public en a retenu une, celle des listes d'émargement litigieuses. Dix-sept signatures d'émargement aux listes électorales "ne semblent pas être apposées par la même main entre les deux tours et ces 17 suffrages doivent donc être neutralisés", avait déclaré le rapporteur public avant cette décision, Philippe Parisien, avant de "préconiser l'annulation" de ces élections des 23 et 30 mars.

Le Front national avait conquis d'un petit rien, le 30 mars, cette ville de 17 000 habitants proche d'Avignon. La liste de son candidat, Joris Hébrard, est arrivée en tête de seulement sept voix au second tour, récoltant 3 141 suffrages, contre 3 134 pour l'UMP Claude Toutain lors d'une triangulaire.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Lun 20 Oct - 22:47

Citation :
Front national, le nom de la discorde SÉGOLÈNE DE LARQUIER 20/10

Faut-il rebaptiser le FN ? Voilà un véritable casse-tête qui oppose Marine Le Pen à son père, mais aussi la nouvelle génération et la vieille garde du parti.

Au Front national, c'est un vieux serpent de mer... Le parti, créé en 1972, doit-il désormais changer de nom ? Voilà une question que pourrait poser Marine Le Pen aux quelque 80 000 adhérents frontistes l'année prochaine, à l'occasion d'une grande consultation militante portant aussi sur leurs attentes sur les sujets de société, l'économie, la politique internationale. "Le changement de nom pourrait faire partie des multiples questions posées", reconnaît la présidente du FN. Cette dernière - qui devrait être reconduite à la tête du parti le 29 novembre pour un nouveau mandat - sait que ce sujet est ultra-sensible.

" Est-ce que Hermès change de nom ? "

La preuve ? Ce lundi matin, son père Jean-Marie Le Pen a sorti l'artillerie lourde pour dire une fois de plus tout le mal qu'il pensait de ce projet. "Rebaptiser le FN, ce serait une trahison des militants qui ont construit le mouvement, qui ont souffert, qui se sont battus, qui ont imposé envers et contre tout un des éléments déterminants de la vie politique française", a-t-il martelé sur RMC. Et d'interroger : "Est-ce que Hermès change de nom ? Est-ce que Veuve Clicquot change de nom ? Le Parti socialiste, le Parti communiste, le Parti radical changent de nom ?" Cet été, le vieux chef de 86 ans confiait au Point.fr être très attaché - "de façon affective" - au nom de son parti, car il a toujours été "la cible de persécutions". Un avis également partagé par le vice-président du FN Louis Aliot. "La question n'est pas d'actualité. Le nom du parti n'est pas un handicap, regardez comment on progresse dans les urnes !" Quant à Wallerand de Saint-Just, trésorier du FN et encarté depuis 1987, il insiste : "On doit garder le terme national. On pourrait remplacer le terme Front, mais aucun d'entre nous n'a trouvé mieux !" Et de prévenir : "On peut consulter les adhérents sur ce sujet, mais nous ne sommes pas forcés de suivre leur avis."

Querelle

En réalité se joue une querelle entre les anciens du FN - encartés depuis plusieurs décennies, comme Louis Aliot - et les modernes - ces chapeaux à plumes arrivés à partir de 2010, comme Florian Philippot. C'est d'ailleurs ce dernier qui a remis cette question sensible sur le tapis la semaine dernière. Une façon insidieuse de faire progresser cette idée controversée au sein du parti. Un choix symbolique puisque ce serait une façon radicale de prouver que le parti lepéniste abandonne définitivement "ses oripeaux malodorants aux relents antisémites et racistes", dixit un cadre du parti. De fait, si Marine Le Pen et les militants décident de rebaptiser le parti, "elle tue le père, et dans les deux sens du terme", renchérit notre interlocuteur.

" Marine a coupé le cordon "

Mais voilà de quoi remettre de l'huile sur le feu entre le père et la fille. Certes, Marine Le Pen aime profondément son père et lui est très reconnaissante. "Comme président et père, il a largement contribué à faire de moi la militante et la femme que je suis", avait-elle lancé à la tribune au congrès de Tours en janvier 2011, à peine élue présidente du FN. Elle se rappelle que si elle a décidé de militer au FN dès ses 15 ans, à l'occasion de la campagne municipale de mars 1983, c'est avant tout pour entrer dans le monde de ce père qu'elle voyait si peu à la maison.

Une trentaine d'années plus tard, l'ex-candidate à l'Élysée ne sait plus trop comment gérer la situation. C'est au mois de mai que Marine Le Pen s'est jurée d'être plus sévère à son égard. Le 20 mai, quelques jours avant les élections européennes, Jean-Marie Le Pen lâche une nouvelle plaisanterie de mauvais goût, affirmant que "Mgr Ebola peut régler en trois mois le problème de l'explosion démographique" en Afrique. La patronne du FN est horrifiée. "À cause de cela, le FN n'arrivera pas en tête aux européennes", craint-elle. La défaite redoutée n'a pas lieu. Mais, début juin, quand le "Menhir" évoque une "fournée" pour Patrick Bruel, Marine Le Pen condamne "une faute politique" et décide que le blog vidéo de son père ne sera plus hébergé sur le site web du FN.

En septembre, elle fait aussi ses cartons et quitte les écuries du domaine de Montretout, sur les hauteurs de Saint-Cloud, pour s'installer à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines). "C'est un déménagement politique", explique un proche. Marine Le Pen en avait assez de vivre à Montretout, une propriété trop identifiée à Jean-Marie Le Pen, et de subir les assauts de sa soeur Yann qui venait sans cesse défendre son père. "Elle a coupé le cordon", se réjouit un fidèle.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Ven 24 Oct - 2:33

Citation :
Jean-Marie Le Pen défend Eric Zemmour et assure que " Vichy est excusable " 21/10

C'est la polémique de ces derniers jours. Dans son livre Le suicide français (ed. Albin Michel), le polémiste Eric Zemmour dit-il vrai? Alors que nombre d'historiens et de personnalités politiques contredisent et dénoncent ses thèses, il a trouvé ce lundi 20 octobre un défenseur en la personne de Jean-Marie Le Pen.

" Eric est un homme intelligent et courageux (...), je le connais depuis longtemps, j'ai de la sympathie pour lui, j'ai de l'estime, parce que je sais quel courage il faut pour oser dire un certain nombre de choses", a déclaré le président d'honneur sur RMC et BFMTV.

Puis, l'eurodéputé a été interrogé sur l'un des passage du livre polémique dans lequel Eric Zemmour revient sur la période de l'occupation et n'accable pas - loin s'en faut - les dirigeants collaborationnistes, Pétain en tête. Pour le journaliste, le régime de Vichy aurait sauvé des juifs en France en sacrifiant "les juifs étrangers pour sauver les juifs français". "Je crois que Vichy à fait le maximum pour sauver les Français contre un horrible malheur qui venait de se produire", a déclaré Jean-Marie Le Pen, estimant que " oui, bien sûr " , le régime est " excusable " .
L'ancien candidat à la présidentielle reprend également totalement les thèses d'Eric Zemmour sur l'immigration. Ce dernier évoque "une hallalisation du pays" en reprenant à son compte l'idée "du grand remplacement" des population françaises par des étrangers. "C'est tout à fait en cours", a assuré Jean-Marie Le Pen.

Selon lui, tout cela " est caché aux Français " . Le responsable frontiste s'en est carrément pris aux aux statistiques de l'immigration en France. Elles seraient " falsifiées, truquées " , dit-il en se réfugiant derrière les déclarations d'une démographe, Michèle Tribalat.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 25 Oct - 1:44

Citation :
Le Front national trie les journalistes en Provence-*Alpes-*Côte d’Azur Communiqué le Ravi, Radio Galère, Mediapart

Le Ravi placé sur « liste rouge » par Marion Maréchal Le Pen dans le Vaucluse.

Mediapart et radio Galère, victimes des mêmes pratiques en Paca, protestent. Avec bientôt le reste de la profession ?

Et de trois ! Ce samedi 18 octobre 2014 Clément Chassot, journaliste au mensuel le Ravi, s’est vu interdire l’accès d’une conférence de presse de Marion Maréchal Le Pen. La députée et patronne de la fédération FN du Vaucluse y faisait sa « rentrée politique ». Le journaliste du Ravi figurait sur une liste rouge et a été éconduit, fermement mais sans heurts.

Cet incident s’inscrit dans une série. Le 8 octobre, Stéphane Ravier, le sénateur *maire du 7ème secteur de Marseille a préféré suspendre un conseil d’arrondissement plutôt que de laisser Étienne Bastide, journaliste à radio Galère, exercer son métier en enregistrant la séance publique. Le mois précédent, le 6 septembre à Fréjus dans le Var, Marine Turchi, journaliste de Mediapart a été elle aussi éjectée par le service d’ordre du Front national lors de l’université d’été du FNJ à laquelle assistait David Rachline, le sénateur maire FN de la ville.

Nous rappelons solennellement qu’il n’appartient pas, dans notre République, aux formations politiques de trier les journalistes participants à leurs conférences de presse ou à leurs réunions publiques.

Michel Gairaud, rédacteur en chef du mensuel le Ravi
Étienne Bastide, journaliste à radio Galère
François Bonnet, directeur éditorial de Mediapart

Journalistes, associations et clubs de journalistes, exprimez votre soutien en signant et en relayant ce texte.
Contact : redaction@leravi.org
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 26 Oct - 2:38

Citation :
Deux élus démissionnent du FN

Marie-Anne Baudoui-Maurel, élue FN de Digne (Alpes-de-Haute-Provence), candidate lors des dernières sénatoriales, annonce avoir transmis hier sa démission du Front national en raison d'un désaccord avec la politique du parti et notamment avec les propos de Jean-Marie Le Pen ("Le régime de Vichy est excusable"), suivie par Gilles de Vackenaere, un autre élu dignois qui a démissionné pour les mêmes raisons.

Tous deux étaient les seuls encartés de la liste Rassemblement bleu marine qui a obtenu 33,4% des voix aux municipales. De son côté, Jeannine Douzon, secrétaire départementale FN, indique que Marie-Anne Baudoui-Maurel et Gilles de Vackenaere devaient passer en commission de discipline du parti.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 26 Oct - 17:28

Citation :
Les militants quittent le navire Front national (FN) 22/10

Anciens candidats, militants ou membres du bureau, ils quittent un à un la fédération FN Flandre maritime ou s’en désolidarisent.
Le Front national, sous le vernis du slogan « tête haute, mains propres », se révèle un parti politique (presque) comme les autres. Alors que son audience grandit, ses pratiques brisent les illusions de militants ou candidats du parti d’extrême-droite. En Flandre et sur le Dunkerquois, les déçus de la vague Bleu Marine refluent en nombre.
Un noyau dur de sympathisants ou militants prend ses distances avec la fédération Front national Flandre maritime, fondée et tenue par Philippe Eymery depuis trois ans. L’élu municipal dunkerquois et délégué communautaire essuie en interne des défections en série. Le malaise est profond, puisque les griefs éclaboussent les instances nationales du FN, restées sourdes aux appels au secours.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 28 Oct - 3:57

Citation :
Le FN compte un maire de moins, mais on ne sait pas exactement combien il compte de maires Jean-Marie Pottier 16/10

Le tribunal administratif de Nîmes a invalidé, ce jeudi 16 octobre, l'élection comme maire du Pontet (Vaucluse) de l'élu frontiste Joris Hébrard, en mars dernier. La justice a retenu des litiges sur les listes d'émargement du vote qui font planer un doute sur la régularité de celui-ci, qui s'était joué à seulement sept voix entre le nouvel élu et l'UMP Claude Toutain. Le maire invalidé devrait déposer un recours.
Le nombre de maires FN ou apparentés descend donc officiellement de onze à dix, selon le décompte généralement retenus par les médias (par exemple par cette carte de Rue89): Fabien Engelmann (Hayange), Steeve Briois (Hénin-Beaumont), Cyril Nauth (Mantes-la-Ville), Franck Briffaut (Villers-Cotterêts), Julien Sanchez (Beaucaire), Philippe de la Grange (Le Luc), Marc-Etienne Lansade (Cogolin), Stéphane Ravier (Marseille-7e secteur) et David Rachline (Fréjus), qui viennent d'être élus sénateurs, et enfin Robert Ménard (Béziers), élu avec le soutien du FN sans en être membre. Le FN avait lui revendiqué douze victoires le 30 mars, en ajoutant le candidat qu'il soutenait à Camaret-sur-Aigues, et on intègre aussi généralement à la liste des mairies d'extrême droite celles contrôlées par les époux Bompard, à Orange et Bollène.
Mais au-delà du cas Hébrard, ce décompte pourrait être déjà périmé dans les faits, comme le relève cette semaine Le Canard Enchaîné sous le titre «Le FN régularise ses maires clandestins»: «On découvre que certaines communes rurales sont d'ores et déjà tombées dans l'escarcelle de Marine Le Pen», au besoin par l'intermédiaire du Rassemblement Bleu Marine, écrit l'hebdomadaire satirique. Alors que les villes conquises en mars faisaient toutes au moins 9.000 habitants, certaines communes beaucoup plus petites sont passées sous le radar (dans les quelque 27.000 communes de moins de 1.000 habitants, les candidats n'ont pas à déclarer une étiquette politique en préfecture). Le Canard a relevé au moins six exemples.

Brachay (Haute-Marne, 58 habitants). Ce minuscule village est devenu une «vitrine» du FN en lui offrant son plus haut score à la présidentielle (plus de 72%). Marine Le Pen y effectue désormais sa rentrée politique et a offert à son maire, Gérard Marchand, sa carte du parti.

Saint-Maurice (Haute-Marne, 120 habitants). Le maire Michel Perrin siège au groupe frontiste au conseil régional.
Villedieu-le-Château (Loir-et-Cher, 400 habitants). Le maire de la ville, Jean-Yves Narquin, vient d'être nommé délégué général du Rassemblement Bleu Marine. Toujours selon le Canard, il aurait notamment pour mission de «draguer» le vote des chasseurs en vue des régionales de 2015.

Saint-Bonnet-du-Gard (Gard, 780 habitants). La maire Sandrine Péridier figurait en deuxième position sur la liste FN aux sénatoriales, derrière le maire de Beaucaire Julien Sanchez.

Le Hamel (Oise, 170 habitants). Suppléant de la candidate frontiste lors de la législative partielle, le maire Jean-Jacques Adoux revendique son appartenance au parti.

Tressandans (Doubs, 36 habitants). Le maire, Jacques Ricciardetti, était tête de liste FN aux sénatoriales, dépassant les 4,4% des voix.

Bref, toutes communes confondues, le FN compte de plus en plus de maires plus ou moins «sympathisants», et la liste n'a sans doute pas finit de s'enrichir si l'on en juge par la percée du parti aux sénatoriales, où l'essentiel des élus proviennent des petites communes.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 28 Oct - 23:24

Citation :
la fronde dans les Alpes-maritimes Olivier Le Creurer 28/10

Gros mouvement d"humeur au Front national dans les Alpes-maritimes. A Nice, Vallauris et Menton des élus FN dans les conseils municipaux ne s'entendent plus. Certains changent d'étiquette. D'autres menacent d'avoir recours à la justice.

Ils ne divorceront pas à l'amiable. D'un côté Marie-Christine Arnautu, écartée de la présidence du groupe FN au conseil municipal de Nice. De l'autre, Gaël Nofri , l'instigateur de la fronde, soutenu par quasiment tous les élus de son groupe. Désormais ils siègent séparément.
Mais celle qui fut tête de liste durant la campagne électorale veut au moins récupérer l'étiquette politique Nice Bleu Marine, et se dit prête à déposer plainte pour usurpation de marque déposée.

Gaël Nofri n'est pas membre du Front National et ne risque donc pas d'en être exclu. Mais il annonce qu'il pourrait lui aussi saisir la justice.

A Vallauris aussi

Et les dissensions internes au Front National gagnent peu à peu d'autres villes azuréennes. Dernier épisode en date, Vallauris. En désaccord avec certains membres historiques du parti d'extrême-droite, le chef de file du groupe FN, Robert Crépin, vient d'annoncer qu'il siège désormais sous l'étiquette "Divers Droite", suivi par la plupart de ses colistiers à moins que les efforts du parti pour les convaincre de faire marche arrière, aboutissent.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 1 Nov - 7:32

Citation :
Pierre Ducarne trop gay pour le FN Alexandre POPLAVSKY 28/10

L’ex-candidat Bleu Marine à la mairie de Nancy, Pierre Ducarne, convoqué devant les instances de son parti pour avoir affiché son soutien à un collectif homosexuel.
Après avoir suspendu un élu FN converti à l’islam, le mouvement de Marine Le Pen convoque cette fois devant la commission des conflits du parti, son ex-candidat à la mairie de Nancy pour avoir affiché son soutien à une association homosexuelle. Pour le militant Frontiste visé par cette procédure disciplinaire, Pierre Ducarne, lequel avait rassemblé près de 9 % des voix aux dernières municipales, c’est son homosexualité qui dérange. Du moins c’est ainsi qu’il interprète le commentaire écrit à son encontre par Bruno Gollnisch sur son blog. Cette figure de la frange radicale du FN réagissait à une polémique survenue il y a un peu plus d’un mois dans la cité des ducs de Lorraine. « Le 27 septembre, se tenait en effet la fête des associations de Nancy. Je m’y suis rendu et je suis allé voir des amis du Kreuji, un collectif de 11 associations qui représentent la communauté homosexuelle, bi et transsexuelle », raconte Pierre Ducarne. Avec le soutien de la municipalité, ce collectif doit ouvrir une maison LGBT en centre-ville prochainement. Cette présence sur le stand du Kreuji avait été dénoncée par une autre association homosexuelle de Nancy, Équinoxe, non-membre du collectif et qui s’étonnait de voir un représentant du FN si proche d’un collectif soutenu par le maire UDI de Nancy, Laurent Hénart. Bruno Gollnish avait aussi réagi vigoureusement : « Autant dire que Pierre Ducarne brouille singulièrement le message porté par notre Mouvement et déboussole beaucoup de nos électeurs quand la presse locale rapporte qu’il tenait le stand du Kreuji ». Sur la maison LGBT de Nancy, le cadre du FN observait également : « Un projet intégralement piloté et subventionné par la ville de Nancy et son nouveau maire, Laurent Hénart, humaniste bon teint, membre de l’UDI et du Parti radical. Un membre candidat du FN peut-il légitimement participer à ce type d’initiative ».

Il lui est reproché une « attitude communautariste et des insultes proférées envers un dirigeant du FN »

Le 15 octobre, c’est le journal Minute qui s’est saisi de l’affaire écrivant que Pierre Ducarne, à la fête des associations, « s’était même fait prendre en photo, enlacé avec un beau gosse et a posté le cliché sur Twitter en pied-de-nez aux sectaires ».

L’outrage de trop pour le FN qui a donc décidé de le convoquer le jeudi 27 novembre prochain devant la commission des conflits de son parti, lequel lui reproche une « attitude communautariste et des insultes proférées envers un dirigeant du FN ». Le libellé est pour le moins sibyllin. En tous cas, on se demande, à travers cette procédure, qui insulte qui. Trop gay Pierre Ducarne ? Le militant du FN prévient qu’il ne se rendra pas à cette convocation. Il estime surtout ne rien avoir à se reprocher : « Je n’ai fait que me rendre à une fête des associations et passer un moment avec des amis, dont mon ami, sur le stand du Kreuji. Ce qui ne veut pas dire que je suis favorable à une maison LGBT. Et tant bien même je le serai, je n’ai pas à me justifier ». Pierre Ducarne pense payer les relations tumultueuses avec la vieille garde de son mouvement. Lors des municipales, le secrétaire départemental du FN de Meurthe-et-Moselle, il a depuis été écarté par la direction nationale du FN, avait miné en interne la campagne du jeune étudiant en droit candidat frontiste. Ce dernier n’avait finalement pu déposer sa candidature que quelques heures avant la date limite de dépôt des listes.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 2 Nov - 6:13

Citation :
Le FN assure avoir multiplié par 12 son nombre d'adhérents depuis 2007 29/10

Le Front national compterait désormais 83 000 encartés.

Le chiffre est spectaculaire. Le Front national aurait multiplié par près de douze le nombre de ses adhérents depuis 2007, passant de 7 000 à plus de 83 000 membres, selon Sandrine Leroy, secrétaire nationale aux adhésions, confirmant une information du Huffington Post. Tous sont appelés à voter pour renouveler les instances dirigeantes du parti frontiste lors de son congrès, le 29 novembre.

A titre de comparaison, souligne le Huffington Post, l'UMP revendique actuellement 268 341 adhérents, quand le PS dénombre 160 000 adhérents à jour de cotisation.

Quand l'UMP en revendique près de 270 000, et que le PS en dénombre 160 000, le FN comptait, le 24 octobre, 83 087 adhérents. Ils étaient environ 21 000 en 2011, lorsque Marine Le Pen a pris les rênes du parti, lors du précédent congrès. Par comparaison, le FN comptait environ 42 000 adhérents à la fin 1998.

Toujours selon le parti frontiste, les départements qui comptent aujourd'hui le plus grand nombre d'encartés FN sont le Var, les Bouches-du-Rhône, le Pas-de-Calais, l'Hérault, le Gard, la Gironde et Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 2 Nov - 19:31

Citation :
Poutine et le FN : révélations sur les réseaux russes des Le Pen Vincent Jauvert 26/10

Les Le Pen - Jean-Marie, puis Marine et Marion - ont toujours cultivé contacts et amitiés en Russie. Le FN est la tête de pont du régime de Poutine en France. Avec quelles contreparties ?

C'était le 12 juin dernier, dans un salon du "bunker", l'ambassade de Russie à Paris. Zakouskis et vodka glacée pour célébrer la fête nationale, l'ambiance est chaleureuse, et la salle, bondée. Malgré l'annexion récente de la Crimée, le gratin diplomatique est là, des artistes et des hommes d'affaires français aussi.

Soudain, une porte s'ouvre, une rumeur enfle. Marine Le Pen et sa nièce Marion, la jeune députée FN, s'avancent, en majesté. Le truculent ambassadeur Orlov les accueille d'un sourire complice. Ces derniers temps, ils se sont souvent rencontrés en privé, mais c'est la première fois que les Le Pen et l'émissaire de Poutine en France s'affichent ensemble.

C'est une alliance politique majeure qui s'est nouée dans la discrétion. Elle peut changer la face du Vieux Continent. Depuis plusieurs mois, le Kremlin mise sur le Front national. Il le juge capable de prendre le pouvoir en France et de renverser le cours de l'histoire européenne en faveur de Moscou.

Loin des regards, les dirigeants russes multiplient les rencontres avec les leaders du parti d'extrême droite, eux-mêmes ravis d'être enfin courtisés par une grande puissance.

C'est vrai, je vais souvent à l'ambassade de Russie, reconnaît Marion Maréchal-Le Pen. Ma tante m'y encourage."

La présidente du FN est une inconditionnelle de Poutine. Dans la presse russe, elle revendique sa "loyauté" envers l'ex-colonel du KGB, son grand frère de l'Est, qu'elle "admire". A tel point qu'elle souhaite que "la France quitte l'Otan et s'allie militairement à Moscou". Elle y est allée à deux reprises ces derniers mois. Son père, Jean-Marie, s'y rendra, lui, fin octobre. Mais, attention, lâche Marion, comme pour masquer sa gêne, "nous ne sommes pas des agents de Moscou".

Quelle est donc la nature des liens de plus en plus étroits qui unissent cette famille au clan Poutine ? Grâce aux témoignages des trois Le Pen et à d'autres, recueillis notamment en Russie, nous avons reconstitué l'histoire de cette relation troublante qui a débuté dans un bar il y a près d'un demi-siècle.

Des amitiés sulfureuses

Tout commence au quartier Latin, en plein Mai-68. Un jeune et talentueux peintre moscovite, Ilya Glazounov, débarque à Paris. L'artiste, déjà célèbre dans son pays, est un personnage sulfureux. Il se dit monarchiste, le KGB le qualifie même d'"antisémite". Pourtant, le régime communiste le juge utile à sa propagande et le promeut.

En France, Glazounov est donc en mission : il doit peindre les personnalités françaises que le Kremlin veut séduire, dont la plus prestigieuse, le général de Gaulle. Son aventure parisienne va prendre un autre cours.

Aujourd'hui, Ilya Glazounov, 84 ans, a gardé ses manières de dandy, sa crinière grise et son complet à rayures. En Russie, il est adulé. Il nous reçoit dans le musée d'Etat qui porte son nom à Moscou, inauguré par Poutine en 2004. Pour la première fois, il raconte sa rencontre avec Jean-Marie Le Pen :

Un jour d'été 1968, un copain français m'a emmené en face de la Sorbonne, dans un café tenu par un chanteur russe. Il y avait là un jeune homme qui avait édité des disques de chants nazis et de la Russie impériale. C'était Jean-Marie. Il adorait mon pays. Nous sommes restés amis jusqu'à aujourd'hui."

A défaut du Général, qu'il ne rencontrera jamais, Ilya Glazounov immortalise des ministres, tels Edgar Faure et Louis Joxe, mais aussi... Pierrette Le Pen, qui vient de donner naissance à Marine ("Je l'ai tenue dans mes bras", fanfaronne l'artiste). Il peint aussi son ami Jean-Marie en officier parachutiste - le portrait trône toujours dans le vestibule du manoir de Le Pen à Saint-Cloud.

Pendant vingt ans, Ilya et Jean-Marie s'écrivent et se parlent de temps à autre au téléphone. Ils se retrouvent en 1991, lors du premier voyage de Le Pen à Moscou. Glazounov anime alors Pamiat, un puissant mouvement antisémite que le pouvoir communiste a laissé prospérer et qui fournira bon nombre de leaders nationalistes russes d'aujourd'hui.

Au cours de son séjour, le président du Front national tombe sous le charme de l'autre vedette locale de l'extrême droite, Vladimir Jirinovski. Lui aussi est contrôlé en sous-main par le KGB. Qu'importe : le clown Jirinovski est francophone et bon vivant. Entre "Jirik", pour qui "trop de juifs" prospèrent en Russie, et "Jean-Marie", pour qui les chambres à gaz sont "un point de détail de l'histoire", une idylle se noue.

Un KGB omniprésent

Ils déjeunent ensemble, l'année suivante, chez les Le Pen à Montretout. "Jirik" vient avec l'un de ses assistants francophones, Edouard Limonov, l'écrivain devenu héros du livre d'Emmanuel Carrère.

J'ai remarqué le portrait signé Glazounov dans l'antichambre, Le Pen était ravi", se souvient Limonov.

En 1996, le leader extrémiste russe invite son ami français à ses noces d'argent, dans la banlieue de Moscou. Dix-huit ans plus tard, le président d'honneur du FN évoque, avec éblouissement, ces agapes sous haute surveillance :

La fête, somptueuse, était protégée par un bataillon du FSB [l'ex-KGB, NDLR]."

Mais leurs amours vont s'étioler. Après la prise du pouvoir par Poutine en 2000, "Jean-Marie" comprend que "Jirik" n'est plus le bon cheval. Le Kremlin mise sur un autre parti d'extrême droite jugé plus fiable, qu'il monte de toutes pièces pour siphonner les voix des nationalistes : Rodina ("Patrie").

Voilà Le Pen de retour à Moscou, en 2003, à l'invitation de l'un des fondateurs du nouveau mouvement, Sergueï Babourine (aujourd'hui vice-président de la Douma). Il est choyé.

Cette année-là, nous avons fait, Jany et moi, la tournée des grands-ducs pendant une semaine, s'amuse le fondateur du FN : une croisière à Saint-Pétersbourg, un déjeuner à l'Académie des Sciences, un dîner à l'Union des Ecrivains."

Et puis, à l'abri des regards, le leader de l'extrême droite française, qui vient d'affronter Jacques Chirac au second tour de la présidentielle, rencontre des personnalités politiques importantes, proches du président russe :

J'ai longuement discuté avec le père Tikhon, le confesseur de Poutine. Et avec un vieil homme qui connaissait très bien la France et qui tenait absolument à me voir : l'ancien patron de Poutine, Vladimir Krioutchkov [le chef du KGB de 1988 à 1991, celui-là même qui a 'créé' Jirinovski, NDLR]."

Que se sont-ils dit ? Le Pen élude.

Le chef du FN ne déplaît pas aux nouveaux maîtres du pays, Vladimir Poutine et ses amis, puisqu'il revient à Moscou, en juin 2005, encore à l'invitation du mouvement nationaliste Rodina. C'est son anniversaire, on lui offre un cadeau : un pistolet-mitrailleur. "Un modèle d'avant la kalachnikov", précise Le Pen, qui l'exhibe fièrement. Et puis on l'autorise - faveur rarissime - à visiter les appartements privés du président russe au Kremlin, refaits par son vieil ami Glazounov, devenu le peintre et le décorateur préféré du régime.

Au Kremlin, Ilya et moi étions accompagnés par un colonel du FSB."

Encore et toujours l'ex-KGB.

Le clan Poutine bichonne Jean-Marie Le Pen, mais prend garde à ne pas trop s'afficher avec lui. Le fréquenter ouvertement risquerait de déplaire aux présidents français, Jacques Chirac puis Nicolas Sarkozy qui nouent, alors, des accords stratégiques avec le pouvoir russe. Même attitude au début avec Marine Le Pen, après qu'elle a remplacé son père à la tête du Front national, début 2011.

Une idéologie commune

Pourtant, dès les premiers mois de son mandat, l'héritière s'emploie à vamper le Kremlin. Dans un quotidien russe, elle déclare sa flamme à Poutine et à son régime autoritaire.

La crise, dit-elle aussi, donne la possibilité de tourner le dos à l'Amérique et de se tourner vers la Russie."

L'année suivante, pendant la campagne présidentielle, elle veut être adoubée par son idole. Elle cherche à le rencontrer - en vain. "Un intermédiaire m'avait proposé de monter le voyage, mais il n'était pas sérieux", regrette la présidente du FN.

Mais l'idée d'un rapprochement officiel avec la nouvelle chef du FN s'impose vite comme une évidence à Moscou. Tout y contribue. Une idéologie commune, d'abord. Depuis son retour au Kremlin en mai 2012, Vladimir Poutine se veut le rempart de "l'Europe chrétienne" contre la "décadence occidentale" et l'"hégémonisme américain" - des thèmes chers à l'extrême droite française.

Le corpus des valeurs que Poutine défend est désormais le même que le nôtre", s'enthousiasme Jean-Marie Le Pen.

Marine vante, elle, le "modèle civilisationnel" de la nouvelle Russie. L'exacerbation des tensions diplomatiques entre Paris et Moscou explique le reste.

De nouveaux relais en France

A peine installé à l'Elysée, François Hollande critique violemment la position du Kremlin sur la Syrie, les visites ministérielles se font plus rares, le dialogue franco-russe se tarit. Le Kremlin a donc besoin de nouveaux relais à Paris. L'ambassadeur Alexandre Orlov et son conseiller chargé des partis politiques français, Leonid Kadyshev, proposent d'oser Marine Le Pen et son mouvement. Le Kremlin leur dit banco !

A l'été 2012, ils aident au lancement sur internet d'une chaîne de télévision imaginée par d'anciens cadres du Front national : ProRussia.tv, ouvertement prorusse, comme son nom l'indique.

Le directeur de la chaîne, Gilles Arnaud, un proche de Bruno Gollnisch, longtemps permanent du FN, raconte :

Par l'entremise de l'ambassadeur Orlov, nous avons signé un contrat avec des médias d'Etat, dont Itar-Tass. Ils nous ont donné 115.000 euros pour la première année, 300.000 la suivante."

La télévision, qui invite régulièrement des leaders d'extrême droite, diffuse la propagande du Kremlin en français.

Nous n'avons pas eu de problème avec le CSA puisque nos serveurs étaient en Russie", dit Gilles Arnaud.

Il précise que ProRussia a été fermée en avril, après que les autorités russes ont décidé de lancer elles-mêmes l'an prochain une chaîne francophone, dotée d'un budget de 20 millions d'euros.

Des offensives de charme

Orlov et Kadyshev reçoivent régulièrement - et discrètement - les dirigeants du FN à l'ambassade ou à la résidence du diplomate. Les Le Pen comprennent le message et multiplient, eux aussi, les offensives de charme. En décembre 2012, Marion Maréchal-Le Pen, qui s'est inscrite au groupe d'amitié franco-russe à l'Assemblée, va à Moscou pour son premier (et seul) voyage hors de l'Union européenne. Elle est conviée à une rencontre interparlementaire par le président de la Douma, Sergueï Narychkine, un ancien du KGB, intime de Poutine. Elle est l'unique députée française présente.

Au déjeuner, comme Marion fête ses 23 ans ce jour-là, Narychkine demande à ses convives (dont ce bon vieux "Jirik") d'entonner un bruyant "Joyeux anniversaire". A son retour, la benjamine de l'Assemblée accorde une longue interview à ses amis de ProRussia.tv, dans laquelle elle déclare :

La Russie a jeté son dévolu sur le FN. En tout cas, je l'espère..."

Tout est donc prêt pour une visite officielle de sa tante, Marine, en Russie - la première. Elle a lieu en juin 2013 et débute par un mystérieux colloque intitulé "Morale et démocratie" qui se déroule en... Crimée.

"Un hasard", assure la présidente du Front national, qui soutiendra l'annexion de la presqu'île quelques mois plus tard.

A Moscou, Marine Le Pen est reçue en grande pompe par l'incontournable président de la Douma, Sergueï Narychkine. Elle rencontre aussi un vice-Premier ministre de Poutine, chargé de l'armement, Dmitri Rogozine. Ce n'est pas un hasard. Rogozine est un ami du peintre Ilya Glazounov et l'un des fondateurs du parti nationaliste Rodina, qui a invité Jean-Marie à Moscou quelques années plus tôt.

Marine Le Pen se fend aussi d'un éloge passionné pour le régime de Poutine, à la prestigieuse université Mgimo, repère des futurs diplomates et espions. Elle rend hommage à son "cher Ilya Glazounov" et assure le pouvoir russe de sa "loyauté".

Soutien ou allégeance ?

Cette "loyauté", elle la prouve neuf mois plus tard, lors de l'annexion de la Crimée. Le 16 mars 2014, les séparatistes organisent un référendum à la va-vite. Moscou a besoin d'"observateurs" indulgents. L'extrême droite européenne, et notamment le Front national, est sollicitée pour "certifier" le scrutin si contesté. Le conseiller international de Marine Le Pen, Aymeric Chauprade, se rend sur place.

Qui l'a invité ? "Des amis russes", élude-t-il lui aussi. Le soir du scrutin, il assure à la télévision russe que tout s'est déroulé selon les règles. Mission accomplie.

Puis il s'envole vers Moscou, où, comme par hasard, il participe à une conférence à huis clos avec le financier des séparatistes, l'oligarque Konstantin Malofeev - "un ami", dit Chauprade. La discussion secrète a lieu dans une salle... du musée Glazounov. "Malofeev la loue tous les mois pour ses rencontres avec ses correspondants européens", explique le vieux peintre nationaliste. Chauprade retournera par la suite au moins deux fois à Moscou.

Marine Le Pen, elle aussi, fait du zèle. Le rapprochement s'accélère. Moins d'un mois après l'annexion de la Crimée, elle retourne dans la capitale russe, le 12 avril 2014. Une visite de soutien - certains diraient d'allégeance. Elle ne rencontre toujours pas Poutine, mais son ami Narychkine et le patron de la commission des Affaires étrangères de la Douma, qui, sanctions obligent, n'ont plus le droit de se rendre en Europe.

Cinq jours plus tard, elle est récompensée : à la télévision russe, le président Poutine se félicite du"succès de Marine Le Pen" aux élections municipales en France. Et, en juin, le parti du Kremlin, Russie unie, annonce qu'il va s'associer officiellement au Front national (tout en conservant ses liens avec l'UMP).

Un emprunt russe ?

Existe-t-il d'autres contreparties à cette "loyauté" affichée de Marine Le Pen ? Interrogée sur un éventuel financement de son parti par Moscou, la présidente du FN esquive :

Je ne comprends pas votre question, ce serait interdit."

Puis elle évoque une possibilité, indirecte.

Notre parti a demandé des prêts à toutes les banques françaises, mais aucune n'a accepté, explique-t-elle. Nous avons donc sollicité plusieurs établissements à l'étranger, aux Etats-Unis, en Espagne et, oui, en Russie. Nous attendons des réponses."

Quelle banque russe ? "Je ne sais pas, c'est le trésorier du parti qui s'occupe de cela." Celui-ci n'en dira pas plus. Toutefois, Marine Le Pen précise, comme si on pouvait en douter :

L'idée est, bien sûr, de rembourser ces prêts..."

Jean-Marie Le Pen retournera à Moscou fin octobre. "J'assisterai à un match de boxe", explique-il. Qui l'invite ? "Des amis russes." Lesquels ? Il ne veut pas répondre. Il dit seulement qu'il verra aussi son cher Ilya, qui rêve toujours de peindre Marine.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Lun 3 Nov - 19:04

Citation :
La justice confirme l'annulation du permis de conduire de Marine Le Pen avec AFP 30/10

La présidente du FN avait contesté la perte de tous ses points de permis en expliquant que ce n'était pas elle qui conduisait la voiture lors des infractions constatées.

Le tribunal administratif de Lille a rejeté jeudi la demande de Marine Le Pen visant à contester l'annulation de son permis de conduire, a constaté l'AFP. " La demande de Marion Le Pen [son nom à l'état civil] est rejetée " , a dit le juge Marc Paganel après avoir lu pendant une quinzaine de minutes le jugement, qui a été ensuite affiché.

La présidente du FN avait perdu tous ses points de permis depuis 2012, en raison de huit infractions, notamment des excès de vitesse. Elle estimait que ce n'était pas elle qui conduisait mais son chauffeur et disait vivre son annulation de permis comme "une grande injustice".
Les amendes payées et non contestées
Le tribunal de Lille a notamment expliqué que les différents courriers adressés à son domicile d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) étaient bien arrivés et que les amendes avaient été payées et non contestées. Le 16 octobre, le rapporteur public avait demandé le maintien de l'annulation du permis de conduire de Marine Le Pen.
L'avocat de la dirigeante du Front National, Me Jean-Baptiste Iosca, a indiqué à l'AFP qu'il allait se concerter avec sa cliente, tout en laissant entendre que celle-ci pourrait faire appel.
" Nous n'en resterons pas là. Il avait pourtant été démontré que ce n'était pas elle qui conduisait. Je récupèrerai le permis de Marine Le Pen " , a déclaré Jean-Baptiste Iosca, ajoutant: " C'est une bataille de perdue, pas la guerre " .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Aujourd'hui à 8:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 36 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 35, 36, 37, 38, 39, 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Revue de presse suite et fin
» Revue de presse
» Revue de presse
» couverture revue
» La Pluie sans parapluie - REVUE DE PRESSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: