Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 40  Suivant
AuteurMessage
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 17 Déc - 18:42

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 18 Déc - 16:59

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 20 Déc - 2:40

Citation :
Ouverture de Québec Facho Watch — http://www.FachoWatch.com

Suite à près d’un mois de travail intensif, le site web de Québec Facho-Watch est enfin prêt à être ouvert au public !

Facho-Watch, c’est un front commun antiraciste et antifasciste, mais neutre et sans affiliation partisane, créé en réaction à une recrudescence de groupuscules xénophobes et fascistes au Québec.

Vous trouverez sur Québec Facho-Watch de nombreux dossiers très complets sur chacun des acteurs principaux de cette nouvelle génération d’idéologies fascisantes. Nous exposerons au grand jour leurs liens avec l’extrême-droite et les néo-nazis en nous appuyant sur des preuves, des photos, leurs fréquentations, des analyses idéologiques et des sources diverses.

Les motivations nous ayant poussé à lancer ce projet sont non seulement l’importante montée de ces idées réactionnaires au Québec, mais surtout l’ignorance accablante des médias et du public face à cette nouvelle mouvance qui trompe les québécois et québécoises en dissimulant leurs idées sous des apparences plus modérées. L’ignorance et la banalisation sont des dangers encore plus menaçants que leurs idées et créent un terrain fertile pour la croissance du fascisme.

En tant que résistants et résistantes contre les idées fascisantes, il est de notre devoir d’informer le public face à cette menace, d’où la nécessité d’un outil d’information collectif. C’est dans cette optique qu’est né Québec Facho-Watch.

Étant un projet construit sur des bases collectives, toutes personnes partageant nos objectifs communs sont les bienvenu(e)s à collaborer avec nous en nous soumettant informations, photos, suggestions de publications, correctifs, etc. Facho-Watch c’est toi, c’est moi, c’est eux, c’est vous, c’est NOUS !

Détruisons les graines de l’intolérance avant qu’elles s’enracinent dans notre société ! Le fascisme c’est la gangrène, on l’élimine ou on en crève !

http://www.FachoWatch.com

Sujets abordés (catégories) :
- Groupes, organisations et partis politiques
- «Skinheads» et groupuscules de rues
- Historique
- La fachosphère et médias de droite
- Scène musicale
- Articles
- Actualité

Plusieurs autres articles seront publiés après l’ouverture du blog. Inscrivez-vous à notre Newsletter pour être avisé des nouvelles publications !

Afin de présenter Québec Facho-Watch en détails, nous vous suggérons de lire notre texte de présentation : http://www.fachowatch.com/presentation
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 21 Déc - 2:32

Citation :
Faut-il relire Maurras ? JEAN-PAUL ENTHOVEN

Le fondateur de l'Action française opère un retour en librairie. Autopsie d'une oeuvre chahutée par l'histoire.

Charles Maurras, ex-académicien, nationaliste et... inspirateur du régime de Vichy.

Rien n'est plus édifiant que de visiter un monument désaffecté. Et de voir comment certaines de ses splendeurs, hier glorifiées, ne sont désormais que colonnes défaites, toiles d'araignée, courants d'air ou éboulis désuets. L'oeuvre de Charles Maurras - pour lequel, entre l'affaire Dreyfus et la "divine surprise" de 1940, trois normaliens sur quatre se seraient fait tuer - illustre, à cet égard, la cruauté du temps qui ronge concepts, idées, doctrines. Un Cahier de l'Herne vient de paraître, consacré à l'actualité de ce poète provençal, antiromantique, théoricien de l'urgence nationale et âme vibrante de cette Action française qui fit trembler la République, tout en étant la lecture favorite du dreyfusard Marcel Proust. Cela mérite une contre-expertise en forme de question : le cadavre de
Charles Maurras bouge-t-il encore ?

Au lendemain de la dernière guerre, les médecins légistes de l'idéologie avaient pourtant constaté l'incontestable décès de cette pensée systématique, colérique, phobique, monarchique - et passablement compromise par les événements. Or, les exégètes rassemblés par L'Herne sont, en majorité, d'un avis contraire. À les en croire, Charles Maurras serait aujourd'hui trop réduit à sa surdité (Gide : "Maurras est un sourd, comme l'Angleterre est une île") et à ses excès. L'époque l'aurait même aplati, simplifié, confondu avec certains de ses partisans qui ne lui ressemblaient guère. On se souvient du jugement du général de Gaulle : "Maurras avait tellement raison qu'il en est devenu fou." Mais devrait-on aller pour autant, comme l'affirme en substance cette défense et illustration, jusqu'à prétendre que Maurras avait raison, même quand il devint fou ?

Organique

On s'en tiendra d'abord aux épisodes dont l'éclaircissement commande une éventuelle indulgence. Pour l'histoire, en effet, Maurras fut surtout l'homme d'une triple méprise : justicier, il choisit sans gêne le camp de l'injustice dans l'affaire Dreyfus ; nationaliste, il consentit à l'abaissement de la nation en 1940 ; germanophobe, il occupa, fût-ce malgré lui, la place de l'"intellectuel organique" de la collaboration avec l'Allemagne. Sur ces trois points fondamentaux, les contributeurs de L'Herne font preuve d'une fidélité embarrassée : ainsi, Maurras n'aurait été antidreyfusard qu'au nom d'une logique dans laquelle l'"antisémitisme de peau" n'entrait pour rien, même si l'"antisémitisme d'État" y avait sa place.

Plaidoirie classique : le faux du lieutenant-colonel Henry était un acte patriotique destiné à contrarier les services d'espionnage allemands et, dans le drame de cette affaire, le "parti de l'étranger" exploita la cause d'un innocent." Si Dreyfus n'est pas coupable, écrivait Maurras, faites-le maréchal, mais fusillez cinquante de ses partisans." Paradoxe injustifiable, mais bizarrement compréhensible pour ceux qui, au nom d'un "nationalisme intégral", tiennent l'individu pour négligeable au regard de la communauté qui le légitime. On doit encore penser de la sorte parmi les islamistes les plus farouches.

Vichyste

Il se trouve, de plus, que Maurras, malgré son antigermanisme, devint de facto le complice de l'occupant à partir de 1940 et qu'il inspira la "révolution" vichyste. Mais cette évidence ne gêne pas ses lointains épigones, qui nuancent et corrigent : le nationalisme de Maurras aurait été, d'emblée, suspect aux yeux des nazis. Pour preuve, telle longue dépêche du conseiller Schleier, ou telles confidences d'Otto Abetz, dénonçant l'attitude "anti-allemande" de l'auteur de Mademoiselle Monk. Michel Déon, fidèle d'entre les fidèles, se souvient même que son maître, qu'il accompagnait à Lyon en 1942, salua le corps d'un résistant abattu par la Gestapo. Dans l'ordre de la théorie, on pourrait alors résumer cette thèse comme suit : Maurras fut, par son enseignement, le plus solide rempart contre la tentation fasciste d'une génération subjuguée. Sans lui, sans son "politique d'abord", l'infamie eût été plus radicale - et les dérives d'un Drieu La Rochelle, d'un Brasillach, d'un Rebatet ne se conçoivent, précisément, qu'à partir de leurs ruptures avec les principes de ce qu'ils appelaient l'"inaction française". Quant à la fameuse "divine surprise", rien de plus, paraît-il, que ce qui fut espéré par les hommes de la Restauration quand ils durent composer avec les vainqueurs de Waterloo afin d'adoucir les traités de 1815. Cette argumentation, sans grande nouveauté, surprend toujours. Pourtant, j'ai souvent entendu Maurice Clavel - ce résistant dont le journalisme transcendantal devait autant à Maurras qu'à Bernanos ou à Péguy - défendre la même thèse, et s'en servir, mutatis mutandis, pour expliquer comment Lacan (fin lecteur de Maurras) sut retenir par sa position de maîtrise la génération gauchiste des années 70 tentée par le terrorisme. On peut ironiser devant ces sophistications infalsifiables. Il serait injuste de ne pas tenir compte de la dose de vérité qu'elles recèlent.

Demeure l'essentiel : comment peut-on encore être maurrassien ? Et quelle est, à l'heure de la mondialisation et des flux migratoires, la pertinence d'une oeuvre bâtie pour des complexions frileuses ? Sur ce point, L'Herne se contente, avec prudence, de présenter un dossier assez complet : de la condamnation pontificale de 1926 aux polémiques avec Barrès, de l'"empirisme organisateur" au "catholicisme sans la foi", de Frédéric Mistral à Léon Daudet, de Pierre Boutang à Jacques Bainville ou Daniel Halévy, du prisonnier de Clairvaux au disciple d'Auguste Comte. Il en ressort un Maurras hypostasié en réincarnation de Socrate - le Socrate de l'Apologie, bien sûr, le martyr des démocrates. Ce fantasme est indestructible. Et, heureusement, inoffensif.

Géostratégique

Reste qu'on trouvera, dans ce volume, des rappels utiles sur les thèses de certains ouvrages importants - surtout L'avenir de l'intelligence et Kiel et Tanger - où se résument de profondes intuitions maurrassiennes. Le premier prend acte, en le déplorant, du "sacre de l'écrivain", de ce moment où l'intellectuel, devenu par l'"alliance du sang et de l'esprit" le vrai successeur des Bourbons, vide le pouvoir de sa légitimité spirituelle. Quant à Kiel et Tanger, incontestable chef-d'oeuvre de lucidité géostratégique, il contient depuis 1905 les principes qui semblent avoir triomphé dans la Constitution de la Ve République : n'y est-il pas démontré, entre autres, qu'une démocratie ne peut avoir de politique extérieure puisque les raisons du dedans y commandent toute action au-dehors ? D'où cette monarchie gaullienne qui, par ruse de l'histoire, n'aurait certainement pas déplu au Maurras condamné à la Libération.

De ce voyage étrange au pays d'hier on reviendra donc intrigué et sceptique. N'étaient les fâcheux relents d'une rhétorique révolue - où les "loges", la "ploutocratie" ou l'"entropie égalitaire" surgissent comme autant de déplaisants vestiges -, il y a là, malgré tout, une pensée puissante. On y perçoit, comme un vacarme éteint, un peu de la fascination qu'elle exerça à l'époque où il suffisait, dit-on, de lire L'Action française du jour afin de connaître l'esprit du lendemain. Pour le reste, cette "arche nouvelle, catholique, hiérarchique et classique", voguant sur une mer oubliée, semble avoir quelques sérieuses brèches dans sa coque.


A lire

" Maurras ", cahier dirigé par Stéphane Giocanti et Axel Tisserand (L'Herne, 392 p., 39 E).
" La bonne mort ", de Charles Maurras, préfacé par Boris Cyrulnik (L'Herne, 80 p., 9,50 E).
" L'Action française ", de François Huguenin (Perrin, coll. " Tempus ", 686 p., 12 E).
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 22 Déc - 3:28

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Ven 23 Déc - 22:29

Citation :
Présidentielle 2012 : " Marine Le Pen ? C'est Sarkozy en pire "

Nathalie Arthaud a violemment attaqué Marine Le Pen. La candidate de Lutte Ouvrière à la présidentielle 2012 est sortie de son silence.

Pas facile d'exister dans une campagne présidentielle surtout lorsque l'on est estampillé « petit candidat ». Nathalie Arthaud ne va pas vous dire le contraire. La candidate de Lutte Ouvrière peine à développer ses arguments. Il faut dire que les invitations dans les médias, télé, radio ou presse écrite, ne sont pas légion. Alors, lorsqu'une occasion se présente, il est nécessaire de se faire remarquer. Sur son programme ? Pas évident. L'attaque reste le moyen le plus sûr. Et Nathalie Arthaud, remplaçante discrète d'Arlette Laguiller l'a bien compris.

Sur BFM-TV, la candidate Lutte ouvrière à la présidentielle, a affirmé mercredi que Marine Le Pen, présidente du Front national, c'était « Nicolas Sarkozy en pire ». Une petite comparaison qui n'est évidemment pas passée inaperçue. Mais Nathalie Arthaud ne s'est pas contentée de cela. « Je pense que les travailleurs qui sont tentés par le vote Front National, ils ont tort, c'est se tirer une balle dans le pied parce que Marine Le Pen, elle est comme tous les autres (...) elle veut sa petite place au soleil », a-t-elle assuré.

Marine Le Pen ciblée

Et la charge perdure. Pour elle, la candidate FN à la présidentielle « veut s'intégrer au système alors qu'elle a cet avantage sur les autres qu'elle n'a jamais gouverné et qu'elle peut se présenter comme le sauveur suprême mais non elle est comme les autres ». Pour conclure, Nathalie Arthaud lance encore quelques banderilles. « Elle a trouvé son petit créneau, son créneau bien dégueulasse basé sur les préjugés racistes, nationalistes, elle compte là-dessus pour se faire élire », a-t-elle terminé. La réponse de Marine Le Pen devrait fuser dans les prochaines heures, elle qui est la cible de nombreux candidats actuellement.

François Hollande a récemment dit lors d'un déplacement que le Front national était une « impasse » et que ce n'était pas une solution. Éva Joly a également répondu à « MLP » dans une interview à la radio disant, « face à la crise, l'agressivité et la haine de Marine Le Pen ne servent à rien. Elle ferait mieux de travailler son programme ». A droite, les attaques fusent également. « C'est la candidate à abattre » disait un de ses proches avant d'ajouter, « ils ne sont pas prêts de l'avoir ».
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 25 Déc - 1:37

Citation :
Bernard Thibault redoute une montée de l’extrême droite

Ce n'est que les 1er et 2 février 2012, lors de la réunion de son comité confédéral national (CCN) – le parlement de la centrale où siégent les représentants des unions départementales et des fédérations – que la CGT procédera à un premier "échange" sur l'élection présidentielle. Juste avant, le 31 janvier, elle tiendra un meeting pour réclamer le rétablissement de la retraite à 60 ans.

La position de la CGT sera ensuite arrêtée par sa commission excécutive : elle n'appelera à voter pour aucun candidat mais elle se prononcera clairement contre la réélection de Nicolas Sarkozy. Bernard Thibault ne cache pas à ses visiteurs – il s'est entretenu en tête à tête avec François Hollande le 24 novembre – sa crainte d'une montée de l'extrème droite, avec une Marine Le Pen arrivant devant le président sortant en captant une partie de l'électorat de gauche qui ne verrait pas dans le candidat socialiste l'incarnation du changement et de la rupture qu'elle attend.

" Manifester une volonté de changement "

Selon ses proches, le secrétaire général de la CGT s'inquiète de la "banalisation du vote Front national" qui est présenté comme "le vote du mécontentement", le FN apparaissant même comme "le premier parti chez les ouvriers". Selon son analyse, "si le candidat socialiste n'incarne pas une rupture, ce sera Marine Le Pen qui l'incarnera". Bernard Thibault a expliqué à François Hollande que si la situation économique ne permet pas "de dire n'importe quoi, il faut manifester une volonté de changement". Il lui a conseillé de "ne pas s'indexer sur le terrain de la droite, en s'inscrivant sur le même registre, comme pour montrer que la gauche saurait mieux gérer que la droite".

Lors de leur entrevue, Bernard Thibault et François Hollande ont parlé de leurs divergences sur les retraites. "Avec une gauche qui reviendrait au pouvoir, le retour aux 60 ans, qu'elle a elle-même instauré en 1983, c'est une mesure qui aurait du sens", lui a dit Bernard Thibault en rappelant que "plus de 50 % des Français gardent un sentiment de colère sur la réforme des retraites conclue par une démarche autoritaire, voire vexatoire". S'il n'entend pas en faire "un casus belli", le secrétaire général attend plus d'ouvertures du candidat socialiste sur la pénibilité et sur une durée de cotisations qui devrait prendre en compte les années d'études. Il lui a demandé, comme la CFDT, d'engager la négociation, prévue par la loi en 2013, dès 2012, ce qu'il a accepté.

Selon son entourage, Bernard Thibault est préoccupé par l'évolution de la CFDT qui, explique-t-il, cherche à se positionner déjà en interlocuteur privilégié du Parti socialiste dans l'éventualité de sa victoire, et où le numéro deux de la centrale, Marcel Grignard, prend, à ses yeux, une place prééminente. Le secrétaire général de la CGT a mal accueilli la signature par la CFDT, avec la CFTC et la CFE-CGC, d'un document commun avec le Medef, la CGPME et l'Union professionnelle artisanale (UPA), sur la compétitivité de l'économie française qui reconnait la nécessité d'une réforme du financement de la protection sociale.

Il s'était déjà démarqué de la déclaration commune signée début novembre à Cannes dans le cadre du G20 entre les patronats, Business 20, et les syndicats, Labour 20. Ces "réelles divergences" expliquent les difficultés de l'unité intersyndicale, qu'il observe partout ailleurs en Europe sur fond d'une multiplication de manifestations contre l'austérité. Pour M. Thibault, "la CFDT dit qu'il faut que les syndicats ramènent quelque chose, ce qui est logique car on ne cherche pas à aller à l'échec, mais dans son esprit il s'agit de définir des revendications dont on sait qu'elles seront acceptables pour le patronat". La CGT récuse cette démarche.

Exprimer clairement ses désaccords

Bernard Thibault conduira la délégation de la CGT au sommet sur l'emploi du 18 janvier mais il boycottera de nouveau les vœux présidentiels. Sans être "dupe", il entend y présenter des revendications et surtout s'en servir comme d'une tribune pour exprimer clairement ses désaccords avec les orientations de Nicolas Sarkozy. La CGT a décidé d'organiser seule des manifestations le 18 janvier.

Quant à sa succession, normalement prévue au prochain congrès de la CGT, du 18 au 22 mars 2013 à Toulouse, M. Thibault indique à ses visiteurs qu'il réserve toute annonce aux instances de la CGT avant d'en faire part aux médias. Partira-t-il ? Rempilera-t-il ? Il entretient le mystère sur ses intentions.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 25 Déc - 18:21

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Lun 26 Déc - 21:12

Citation :
Quand Marine Le Pen s'adresse aux travailleurs, elle ne leur propose rien Alexis Corbière

Alexis Corbière revient sur l'absence dans le discours de Marine Le Pen, de propositions concrètes pour la classe ouvrière.

Quand Marine Le Pen s'adresse aux travailleurs, elle ne leur propose rien

Dans la vie publique, le choix de certains mots, ou le non-choix, a son importance. Il éclaire toujours des faits et des actes à venir. La sémantique est aussi de la politique. Aussi, je crois utile de revenir sur le discours que Marine Le Pen a tenu à Metz dimanche dernier.

A croire les médias présents, cette dernière aurait fait à cette occasion un discours social, volontairement donné sur des terres à forte tradition ouvrière, où c'est par les luttes sociales que les droits collectifs ont progressé. Dans son discours, elle voulait montrer, paraît-il, l'importance qu'elle accorde aux catégories populaires et à la classe ouvrière.

Vraiment ? Une étude un peu fine des termes choisis pour son discours démontre l'inverse.

Dimanche dans ce discours prétendument social donc, de plus d'une heure, et d'une quinzaine de pages, Marine Le Pen a réussi le tour de force de n'utiliser que deux fois le mot "ouvrier", deux fois également le mot "travailleur", deux fois le mot "précarité", mais jamais celui de "titulaire" ni de "titularisation", une seule fois le mot "salaire", mais jamais le mot "augmentation".

Quid des grèves, quid du Smic ?

Si le verbe "augmenter" est utilisé, ce n'est pas au sujet du pouvoir d'achat, des retraites ou d'un quelconque droit social, alors qu'il y a là des demandes fortes dans la population, mais c'est une seule fois, pour le regretter, à propos de l'immigration. Au FN, les présidents changent, mais pas les boucs émissaires.

Pendant une heure, la présidente du FN a prononcé une seule fois les mots "retraite" et "service public", deux fois le mot "logement", mais jamais celui de "loyer", alors que toutes les études démontrent qu'il y a là les principales priorités des catégories populaires. Jamais elle n'utilise les mots "grèves", "licenciement", "SMIC", et "riche". Si le mot de "syndicat" est employé une fois, c'est pour le critiquer bien évidemment de façon violente. Elle reconnaît elle-même vouloir représenter "ceux qui ne manifestent pas".

Le FN rêve d'un pays sans syndicat qui proteste, avec des travailleurs bien sages, qui ne se mettent jamais en grève à l'appel de leurs organisations syndicales. On le sait, Marine Le Pen veut des syndicats exclusivement nationaux qui ne défendent que les travailleurs français en concertation étroite avec les patrons français. En d'autres temps, on appelait cela du corporatisme.

Dimanche, dans le vocabulaire de la candidate d'extrême-droite, il n'y a eu que quatre fois le mot "banque" mais il n'y avait pas de "patrons", pas de "profit", pas de "capitalisme" ni de "libéralisme". Ces oublis sont assez incroyables. Cela n'empêche pourtant pas la Présidente du FN d'affirmer : "je serai la présidente du retour à la réalité de ce que vivent les Français." C'est pourtant l'inverse. Ses discours sont l'archétype des grandes généralités et des grandes banalités, où le quotidien des gens modestes n'est jamais vraiment abordé de façon précise, où aucun engagement social précis n'est pris en faveur des plus modestes.

Par contre, au cours de ce long discours, les mots "France" et "Français" sont utilisés soixante et seize fois, et le mot "peuple" quinze fois ! La présidente de FN saoule son public et l'enivre de "cocoricos" ronflants vides et sans contenus qui tombent à plat. L'exaltation d'un nationalisme xénophobe sans dimension sociale n'est qu'un dangereux attrape-nigaud.

Le partage nécessaire en période de crise

L'enjeu majeur, en ce début du 21e siècle, dans un pays qui n'a jamais été aussi riche, où les inégalités n'ont jamais été aussi profondes, est celui du partage. Et sur ce point, Marine Le Pen est silencieuse depuis des mois et le mot de "partage" ou le verbe "partager" n'est jamais présent dans aucun de ses discours.

Peut-on aimer la France, la France républicaine belle et rebelle, et ne pas voir que sa première identité c'est cette passion de l'égalité et du partage qui a servi de moteur à tant de combats collectifs pendant des siècles ? Selon moi, non. On peut donc répéter soixante-seize fois un mot et ne pas le comprendre dans sa dimension profonde. Marine Le Pen nous en a fait une nouvelle démonstration.

Loin d'un "retour à la réalité", la campagne du FN et les discours de sa présidente sont ceux au contraire des grandes planantes soporifiques, toujours opposés au progrès social, où les coupables désignés ne sont pas toujours les vrais responsables. Il est temps que Marine Le Pen réponde clairement à une question : que propose-t-elle aux travailleurs ? La réponse est claire : rien. A la différence du Front de Gauche qui veut le SMIC à 1700 euros, elle refuse toute augmentation réelle du SMIC qu'elle considère comme une "mesurette" indigne de sa hauteur de vue.

Quelle avancée sociale ?

Quand le Front de gauche propose la mise en place d'un salaire maximum dans l'entreprise n'excédant pas un écart de un à vingt, elle dénonce immédiatement "une fausse bonne idée, version soviétique". Elle s'indigne encore face à toute idée d'un encadrement des loyers. D'autres exemples équivalents existent et ils illustrent tous combien le FN ne propose aucune avancée sociale matérielle pour les travailleurs de notre pays, mais à l'inverse se moque de toutes propositions concrètes sitôt qu'elles sont portées dans le débat public notamment par le Front de Gauche et Jean-Luc Mélenchon.

Pour contourner cette question majeure, la candidate à la présidentielle est fidèle aux vieilles techniques de son père, agite les mots de "voyous", qui revient quatre fois dans ce discours, accolés à celui "d'immigration" et même celui de "barbares".

Enfin, concernant la laïcité, terme parfois kipnappé par le FN, il faut souligner que le même jour où se tenait ce meeting à Metz, une manifestation d'intégristes catholiques se déroulait à Paris, pour interdire une représentation théâtrale qui leur déplaisait, sans que le FN n'y trouve rien à redire. On sait même que de certains responsables du FN soutiennent activement ces rassemblements d'exaltés qui veulent réhabiliter le délit de blasphème pourtant inconcevable dans une république laïque. Sur ce point aussi, dans les silences de la candidate d'extrême droite, on constate une fois de plus sa fausse conception de la laïcité à géométrie variable.

Pour lutter contre les idées du Front national, il importe d'écouter d'abord ce qu'elle dit réellement et de faire appel à la raison pour lui répondre. Trop souvent, des commentaires approximatifs sans reculs de certains médias renforcent la campagne de "communication" de Marine Le Pen. C'est regrettable. Il faut dire les choses clairement : le "tournant social" du FN n'existe pas et aucun travailleurs de notre pays n'a d'intérêt à voter pour cette formation. Bien au contraire.

Le seul candidat qui refuse la rigueur, qui veut engager le partage des richesses et la transition écologique, qui propose une relance économique et qui avance des mesures sociales concrètes qui changeraient la vie, vraiment, c'est Jean-Luc Mélenchon. Sa campagne est la plus efficace pour faire reculer le FN.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 27 Déc - 21:52

Citation :
Nouveau déchaînement de violence à Gerland en marge du match OL/Evian Vendredi 23 décembre 2011
Communiqué de presse Collectif Vigilance 69 contre l’extrême droite

Tags nazis sur la Mosquée de Decines Ça suffit !

Ce samedi 17 décembre, alors qu’ils/elles attendaient tranquillement pour accéder à la salle de concert du Kao (avenue Marcel Meyrieux, Lyon 7ème) pour aller voir le rappeur Sniper, des spectateurs/trices ont été pris à partie par des hooligans lyonnais.
Ceux-ci étaient organisés et leur action préparée puisque pendant que certains provoquaient des jeunes présents dans la file d’attente, d'autres exhibaient une banderole « La France, tu l’aimes ou tu retournes au bled ».
Une fois, quelques personnes sorties du rang, c’est un groupe important qui s’en est pris à la totalité des personnes attendant tranquillement de pouvoir entrer dans la salle : jets de barrières, de bouteilles, de pétards et utilisation de fumigènes.
Heureusement, les organisateurs du concert ont pu faire rentrer rapidement tout le monde à l’intérieur de la salle, sans quoi le bilan aurait pu être très lourd...

Ce n’est pas la première fois que le stade de Gerland ou ses abords servent de véritable défouloir à ces énergumènes proches ou faisant partie de certains groupes de prétendus supporters du club.
Il est maintenant avéré que ces pseudo-supporters ont l’habitude de se retrouver rue Marcel Meyrieux pour un « avant-macth » de leur club et les incidents depuis le début de l'année s'enchaînent de manière fort préoccupante.
Cela a été le cas par exemple le 29 octobre dernier lors du derby où toute la zone (métro + rue) est restée inaccessible pour les passant-e-s pendant de longues minutes.

Le Collectif avait déjà pointé - dans un précédent communiqué de presse et dans le dossier sur le local néo-nazi de Gerland - les accointances de certains groupes de supporters (dont certains se disent « apolitique mais de droite») ou des indépendants, avec des mouvances extrémistes.

Campagne des identitaires contre le rappeur Sniper, violence de « supporters » contre les spectateurs de son concert : la question de l'existence d'un lien se pose clairement.

Depuis plusieurs années, les identitaires s’en prennent au rappeur Sniper en essayant d’interdire un maximum de ses concerts par des campagnes publicitaires dans les communes le programmant.
Les violences de samedi soir posent la question de l'implication des jeunesses identitaires sur l’agression des spectateurs/tices et surtout quels liens véritables ont-ils avec les groupes de supporters officiels ou officieux ayant place au stade de Gerland.
Étant donné que l’action violente mise en place semblait préparée en amont et que les agresseurs venaient de leur regroupement habituel, ces questions et les soupçons du Collectif semblent légitimes !

Jusqu’à quel point les instances du club laisseront ces extrémistes violents agirent à leur guise à l’intérieur ou aux abords du stade ?
Faudra-t-il un incident plus grave encore pour qu’enfin ils se décident à agir ?

Le Collectif ne peut qu’alerter une nouvelle fois, les personnes empruntant cette portion de rue les soirs de matchs d’être prudentes car ces nervis agissent comme si ce territoire leur appartenait et tout ce qui ne leur ressemble pas (fan de rap par exemple) peut devenir une cible.
Le Collectif demande aux autorités de prendre les mesures de sécurité nécessaire pour empêcher toute nouvelle agression.

Nous dénonçons et condamnons vivement également les Tags nazis sur la mosquée de Décines dans la nuit du 19/20 décembre qui cible les musulmans comme "boucs émissaires" et stigmatise par la haine raciste et xénophobe la plus extrémiste les populations immigrées ou françaises d origine non européenne que nous assurons de toute notre solidarité. Nous les appelons a rejoindre ou a soutenir notre action de vigilance contre l'extrême-droite.

Pour permettre de poursuivre la mobilisation et les poursuites contre tous les auteurs de violences xénophobes, le Collectif demande à toute personne concernée de faire suivre son témoignage sur ces évènements sur notre boîte mail : apa69@riseup.net
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 29 Déc - 2:05

Citation :
Marine le Pen : que sait-on de son livre à paraître le 25 janvier 2012 ? 28/12/2011 L.M.

Que contient le second livre de Marine le Pen, Pour que vive la France, à paraître le 25 janvier prochain aux éditions Jacques Grancher ? La suite de ses confidences autobiographiques exposées en 2006 dans son premier livre A contre flots, publié chez le même éditeur ? Son programme pour les élections présidentielles ?

" Que vive la France " est aussi le titre du programme de Bruno Mégret

L’éditeur ne souhaite pas encore communiquer sur cette parution et n’en révèle que la couverture et l’intitulé, Que vive la France, un titre emprunté – involontairement ? – à celui du discours de présentation du programme du Mouvement national républicain de Bruno Mégret le 30 septembre 2000.

Une couverture de comédie hollywoodienne

Mais peu importe, car la couverture vaut déjà le détour, semble-t-il. Photographiée de plain pied au bord de l’océan, aussi riante, rayonnante et légère qu’une jeune femme qui viendrait d’accomplir avec succès son programme régime et bien-être de l’été, la présidente du Front national a immédiatement été comparée par ses propres soutiens aux plus grandes stars de comédies romantiques hollywoodiennes.

Marine le Pen et Kate Winslet : comme deux gouttes d'eau !

Pour le journal Minute, "les références ne vont pas manquer. Kate Winslet sur l’affiche de Titanic. Marilyn Monroe pour la pose les pieds nus (…) Après Françoise Sagan et Zazie, connues pour leurs apparitions pieds nus, la populiste aux pieds nus, version moderne de La Comtesse aux pieds nus interprétée par la divine Ava Gardner!". Moqueries affectueuses ou prise de distance de la part de l'hebdomadaire nationaliste ?

Les livres récents sur Marine le Pen

Rappelons que Marine le Pen a fait l'objet de plusieurs publications fin 2011, parmi lesquelles une enquête de Romain Rosso et Christophe Forcari intitulée La Face cachée de Marine le Pen (Flammarion), un livre documenté de Caroline Monnot et Abel Mestre sur les réseaux du Front national intitulé Le Système le Pen (Ed. Denoël) et le récit imaginaire de l'élection de Marine le Pen à la tête de l'Etat français par Frédéric Deslauriers, Les Deux-cent jours de Marine le Pen (Ed. Plon).
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Ven 30 Déc - 0:38

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 31 Déc - 2:53

Citation :
Cette droite radicale qui laboure les terres du FN | 28.12.11 | 12h43

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur est-elle en train de devenir un laboratoire de la recomposition de la droite ? Ici, le Front national a connu certains de ses succès les plus fulgurants à la fin des années 1990, s'installant durablement dans le paysage local. L'extrême droite ne dirige plus les mairies de Toulon (Var) ou de Vitrolles (Bouches-du-Rhône), mais elle a su imposer ses thèmes et son agenda.
Dans la région, l'UMP est incarné par quelques membres de son aile la plus radicale. On y croise le député des Alpes-Maritimes Lionnel Luca et le ministre des transports Thierry Mariani, élu du Vaucluse. Ou encore Eric Ciotti, le "Monsieur sécurité" de l'UMP, député et président du conseil général des Alpes-Maritimes. Tous incarnent cette droite qui flirte avec les thématiques d'une extrême droite qui les met sous pression et à laquelle ils disputent une clientèle infidèle.

La plupart d'entre eux appartiennent à la Droite populaire, un groupe de parlementaires de l'UMP qui prend de plus en plus de poids au sein du parti présidentiel. Créé le 14 juillet 2010, ce collectif est composé pour beaucoup de grognards de la vie politique. Ces élus se présentent comme les "gardiens" du sarkozysme historique. Leur but est double : d'abord, empêcher les déçus de Nicolas Sarkozy d'aller vers le FN ; ensuite, réitérer le scénario de la présidentielle de 2007 où le futur président de la République avait réussi à "siphonner" les voix de Jean-Marie Le Pen en reprenant ses thèmes de prédilection, comme l'immigration et l'insécurité.

Une bonne part de leurs propositions ont été reprises dans le programme de l'UMP, qui servira de boîte à outils pour le projet présidentiel de Nicolas Sarkozy. On y trouve pêle-mêle la responsabilisation des mineurs délinquants dès 12 ans en les rendant passibles de "travaux de réparation", une meilleure maîtrise des flux migratoires, le durcissement des conditions de regroupement familial ou encore la fin de l'automatisation de l'acquisition de la nationalité française pour les personnes nées en France de parents étrangers.

Marine Le Pen et le FN ont conscience de la concurrence sur leur terrain de ces élus de la droite de la droite. D'ailleurs, il ne se passe pas une semaine sans que les cadres frontistes ne dénoncent cette "agence de publicité mensongère", cette "entreprise d'enfumage électoraliste".

Pour l'instant, la stratégie de durcissement du discours de l'UMP ne fonctionne que dans un sens. Certes, le chef de l'Etat retrouve une dynamique dans les sondages. Mais l'activisme de la Droite populaire ou les déclarations de Claude Guéant, ministre de l'intérieur, empiétant sur le terrain du FN, ne semblent pas gêner la candidature de Marine Le Pen, qui se stabilise dans les sondages entre 17 % et 20 % des intentions de vote.

DROIT DE VOTE DES ÉTRANGERS

Dernier exemple en date de cette concurrence entre droite et extrême droite : le débat sur le droit de vote des étrangers. Portée par la gauche au Sénat, cette proposition de loi a été combattue à la fois par le FN et la Droite populaire. Cette dernière a même lancé une pétition et diffusé des tracts à ce sujet, dont les couleurs et la maquette rappelaient les outils de communication du FN. Le parti frontiste a répondu avec sa propre campagne, assurant qu'il était le seul à s'opposer vraiment à la gauche sur cette question.

Il en avait été de même fin mai, quand Marine Le Pen avait envoyé une lettre aux députés demandant l'interdiction de la binationalité. Lionnel Luca avait immédiatement embrayé et mené le "combat" sur ce thème.

Mais sur le terrain, dans le Sud-Est, cette stratégie de concurrence avec le FN ne semble pas porter ses fruits. L'extrême droite enregistre toujours de bons scores. C'est à Carpentras (Vaucluse) qu'a été élu le seul conseiller général FN lors des élections cantonales du mois de mars. Un autre, dont l'élection a été invalidée, avait recueilli la majorité des suffrages à Brignoles (Var).

Localement, militants associatifs, élus de gauche et du FN conviennent que le discours radical de cette partie de l'UMP légitime la parole frontiste plutôt qu'il ne l'empêche de prospérer. Mais, estiment les observateurs locaux, l'enjeu va au-delà du scrutin présidentiel : pour l'aile droite de l'UMP, il s'agit aussi de ne pas insulter l'avenir en cas de défaite au mois de mai. Et de préparer la recomposition de la droite pour les élections à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 31 Déc - 21:44

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 1 Jan - 21:37

Citation :
Cour administrative d'appel : le FN et le MNR font front contre la mosquée

Quatre élus municipaux FN et MNR avaient attaqué hier devant la cour administrative d'appel de Marseille le bail emphytéotique d'une durée de 50 ans conclu au profit de l'association "La Mosquée de Marseille". Ils demandaient l'annulation de la délibération municipale du 16 juillet 2007, qui a approuvé cette mise à disposition par la mairie. Le rapporteur public Anne-Laure Chenal-Peter a conclu hier au rejet des deux requêtes qui étaient présentées.

Les élus invoquaient, à l'appui de leur demande d'annulation, une série d'arguments, dont un défaut d'information des élus, un détournement de pouvoir et surtout une entorse au principe de neutralité de l'État qui, aux termes de la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l'État, ne doit pas subventionner les cultes. Le magistrat a toutefois estimé que le Conseil d'État avait tranché cette question et que le principe d'une redevance modique - en l'occurrence 24 000€ de loyer annuel - n'était pas illégal.

"Rien n'est remis en cause. On avance", a estimé Me Grégoire Rosenfeld, l'avocat de la mairie. Le permis a été annulé, mais l'association "La Mosquée de Marseille" a fait appel. Cet appel n'est pas suspensif. L'arrêt de la cour, présidée par Gérard Ferulla, a été mis en délibéré.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 3 Jan - 2:46

Citation :
1.500 euros d’amende pour avoir perturbé un conseil municipal, qui portait sur un projet de mosquée AFP 02/01/2012

Le leader du Bloc identitaire angevin, qui avait perturbé une séance du conseil municipal de la ville d'Angers en avril avec des comparses affublés de masques de cochon pour protester contre un projet de mosquée, a été condamné lundi 2 janvier 2012 à 1.500 euros d'amende.
Le ministère public avait requis trois à quatre mois de prison avec sursis à l’encontre du prévenu lors de sa comparution devant le tribunal correctionnel d’Angers en novembre pour « entrave à un conseil municipal ». L’homme, fonctionnaire à la préfecture du Maine-et-Loire et leader local du groupuscule d’extrême droite, devra en outre verser un euro symbolique à la ville d’Angers.

Propos racistes - Le 8 avril, une demi-douzaine de militants affublés de masques de cochons avaient scandé leur hostilité au financement par la ville d’un projet de mosquée et lancé des tracts aux élus, provoquant l’interruption de la séance. Le maire d’Angers, Jean-Claude Antonini (PS), avait porté plainte pour « trouble à l’ordre public » et « propos racistes » mais cette dernière qualification n’a pas été retenue.

Infraction mineure - L’Association des musulmans d’Angers, qui s’était portée partie civile et avait sollicité une requalification des faits, a été déboutée dans ses demandes. Son avocat, Me Bertrand Salquain, a annoncé lundi faire appel, soulignant que la communauté musulmane était « déçue et choquée » du jugement. « Quel intérêt y avait-il à mener une enquête pour provocation à la haine raciale pour ne retenir au final qu’une infraction mineure ? », s’est-il interrogé.

Quatre autres militants du Bloc identitaire qui avaient participé à l’action seront jugés pour les mêmes faits sous le mode de la composition pénale.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 4 Jan - 0:50

Citation :
Tags nazis dans une commune des Monts-du-Lyonnais Catherine Coroller

EXTREME-DROITE - D'après Didier Fournel, maire d'Amplepuis (Rhône), ils étaient "un peu alcoolisés". D'après Stéphane Delhomme-Lafond, commandant de gendarmerie à Villefranche (Rhône), "certains d'entre eux se reconnaissent comme appartenant au GUD" (organisation étudiante d'extrême-droite). Dans la nuit du 28 au 29 décembre, six jeunes âgés de 17 à 22 ans ont dessinés 21 tags à caractère nazi sur les murs d'Amplepuis, commune des Monts-du-Lyonnais.

Cette zone située sur les contreforts du Massif Central, à cheval sur les départements de la Loire et du Rhône, est-elle un terreau favorable à l'extrême-droite? Les associations anti-racistes le disent. Pour ce qui concerne Amplepuis, Didier Fournel s'en défend : "Nous sommes dans une région bien calme, un coin de campagne. Dans toutes les familles, il y a quelqu'un qui a fait la guerre. Personne, ici, ne véhicule des idées nazies". A Amplepuis, le vote FN représenterait 20 à 25% des suffrages selon le maire.
Les auteurs des tags ont été appréhendés. Un seul habite Amplepuis, mais n'est pas originaire de la commune selon le maire, les autres viennent de Lyon et ses environs. Quatre sont majeurs, deux mineurs. Tous se sont retrouvés chez le premier pour une soirée arrosée.

A son domicile, les gendarmes ont trouvé des tracts et des drapeaux à caractère nazi.

L'un de ces six jeunes avait été interpellé mi-décembre pour des tags racistes au Bois d'Oingt, autre commune des Monts-du-Lyonnais."Mercredi, il n'a pas tagué. Il a été observateur", précise Stéphane Delhomme-Lafond.

Une instruction a été ouverte et confiée à un juge de Villefranche. Le commandant Delhomme-Lafond espère que les interpellations effectuées après les événements d'Amplepuis et Bois d'Oingt permettront "d'assainir la situation".

L'enquête devrait également permettre, selon lui, "d'en savoir davantage sur le réseau en question, et les personnes qui se réclament de cette mouvance".
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 7 Jan - 4:23

Citation :
Les parrainages, l'éternel boulet des Le Pen

A l'occasion de ses voeux à la presse, Marine Le Pen a insisté sur ses difficultés à réunir les 500 signatures d'élus nécessaires pour le dépot d'une candidature à la présidentielle.

Marine Le Pen rencontre les mêmes difficultés que son père à réunir les parrainages d'élus.

La "dédiabolisation" n'a semble-t-il pas bien fonctionné auprès des maires. A trois mois et demi du premier tour de l'élection présidentielle, Marine Le Pen a dû sacrifier à un rituel auquel son père fut habitué : l'appel public aux maires, qui seraient toujours aussi réticents à accorder leur parrainage à la candidate du Front national. "En ce début d'année 2012, je suis très loin du compte en ce qui concerne les parrainages de maires nécessaires pour être candidate à l'élection présidentielle", a affirmé lors de ses voeux à la presse la candidate d'extrême-droite, sans toutefois donner d'indication sur le nombre de promesses de signatures déjà récoltées. Marine Le Pen réclame donc une réforme d'un "système absurde", prônant l'anonymat pour les élus donnant leur parrainage. Mais il est douteux que cet appel sera entendu par les parlementaires.

S'agit-il pour Marine Le Pen d'adopter une posture de victime? Devant les journalistes, elle le nie : "Je n'ai pas besoin de jouer les victimes, j'ai autre chose à faire." Les cadres du Front national, quant à eux, disent leur inquiétude face à ce qui s'apparente à un mouvement de défiance des élus. "On ne pensait pas avoir la grève des maires", confie Louis Aliot, numéro deux du parti. La "grève", à en croire le FN, serait la manifestation d'un ras-le-bol face au système des parrainages. "Les maires nous disent : 'Ce système nous emmerde, on ne veut plus contribuer à ce genre d'opérations'. Même des gens qui votent pour nous!", constate auprès du JDD.fr Michel Guiniot, élu au Conseil régional de Picardie et chargé de l'aspect opérationnel de la chasse aux signatures. Les relations avec les autres collectivités locales et le développement des intercommunalités rendraient les maires trop dépendants des partis du "système". Ce qui fait dire à Jean-Marie Le Pen que "les maires n'ont à gagner que des ennuis" à soutenir le Front national. La complainte est habituelle, mais cette fois, la collecte serait plus difficile encore qu'en 2007 et en 2002. Et pourtant, rappelle Michel Guiniot, "en 2007, nous avons eu la dernière signature deux heures avant la clôture du dépôt".

Une collecte usante

Pour le Front national, la quête des signatures est une véritable malédiction. Dans le parti, une centaine de personnes seraient ainsi mobilisées pour la collecte. Steeve Briois, secrétaire général du Front national, déplore auprès du JDD.fr un travail "usant qui prend beaucoup de temps". "C'est dans l'intérêt des partis au pouvoir", juge l'élu d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), qui doit s'organiser pour participer à l'effort. Sans compter que la difficulté à rassembler les signatures a une autre conséquence : elle entrave le financement de la campagne, puisque les banques se montrent réticentes à avancer les sommes nécessaires.

La bataille pour réunir les 500 précieux paraphes d'ici le 16 mars sera donc rude. Le Front national a bien tenté de trouver une parade, en écrivant au Premier ministre François Fillon pour lui réclamer l'instauration de l'anonymat. Sur la base du refus opposé par Matignon, le parti a saisi le Conseil d'Etat, qui pourrait prochainement transmettre une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) au Conseil constitutionnel. Les Sages pourraient alors décider d'annuler les dispositions encadrant la collecte des parrainages. Mais rien ne garantit que le Conseil acceptera d'étudier la QPC, d'autant que le FN est seul dans son recours, aucune autre formation n'ayant accepté de le rejoindre. Pourtant, à en croire Marine Le Pen, l'UMP aurait intérêt à la laisser se présenter. "Si je ne suis pas candidate, Nicolas Sarkozy peut faire une croix sur sa réélection. Les électeurs du FN ne lui pardonneraient pas", a-t-elle menacé devant des journalistes. Pas sûr que l'avertissement porte jusqu'à l'Elysée.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 8 Jan - 1:48

http://www.20minutes.fr/politique/854632-fn-replique-sarkozy-jeanne-arc-symbole-jeunesse-nationalisme
http://www.ladepeche.fr/article/2012/01/06/1254758-sarkozy-et-le-pen-se-disputent-l-heritage-de-jeanne-d-arc.html
http://www.lefigaro.fr/politique/2012/01/07/01002-20120107ARTFIG00291-jean-marie-le-pen-s-en-prend-a-sarkozy-sur-jeanne-d-arc.php
http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Sarkozy-et-Le-Pen-se-disputent-l-heritage-de-Jeanne-d-Arc-446659
http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Le-Pen-a-rendu-hommage-a-Jeanne-d-Arc-lance-un-appel-a-la-jeunesse-et-critique-Sarkozy-446982/
http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/01/06/la-mythification-de-jeanne-d-arc-de-l-action-francaise-au-fn_1626855_1471069.html
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/228983-sarkozy-jeanne-d-arc-et-la-peche-aux-voix-de-l-extreme-droite.html
http://www.paris-normandie.fr/article/france-monde/sarkozy-et-le-pen-se-disputent-la-figure-historique-de-jeanne-darc
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 8 Jan - 14:59

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 10 Jan - 4:40

Citation :
Marine Le Pen le 18 février chez Ruquier Emmanuel Berretta - 06/01/2012

L'animateur de "On n'est pas couché" est contraint d'appliquer la règle fixée par le CSA sur le temps de parole politique.

Ce n'est pas de gaieté de coeur, mais Laurent Ruquier recevra bien Marine Le Pen dans son émission On n'est pas couché sur France 2. "Nous sommes entrés dans le temps officiel de la campagne électorale. Je ne l'ai pas invitée avant, je ne l'inviterai pas après. Mais j'applique les règles édictées par le CSA", indique Laurent Ruquier. "Du reste, je ne sais pas si elle viendra elle-même ou si elle préférera déléguer Louis Aliot ou maître Collard. Aucune date n'est arrêtée. Cela dépendra de l'agenda des uns et des autres", explique-t-il au Point.fr.

"Marine Le Pen viendra en personne dans la joie et l'allégresse, assure de son côté Alain Vizier, l'attaché de presse du Front national. L'équipe de production de Laurent Ruquier a même arrêté la date de tournage au jeudi 16 février. Donc, diffusion le 18 février."

On n'est pas couché conservera des invités politiques jusqu'en mars. Et dès lors, tous les candidats à la présidentielle disposeront chacun de 30 minutes précises. "Nous ferons apparaître le chronomètre à l'antenne", précise Laurent Ruquier. Dès samedi, François Bayrou inaugurera cette formule d'interview chronométrée. Il aurait été dommage de priver Natacha Polony et Audrey Pulvar du ring politique.

" Ma position est simple " (Ruquier)

Laurent Ruquier n'a jamais caché son aversion pour l'idéologie du Front national. L'animateur a d'ailleurs été assigné au tribunal par Marine Le Pen en raison d'un dessin d'humour présentant l'arbre généalogique de la candidate sous la forme d'une croix gammée. La rencontre, si elle a lieu, s'annonce électrique. "Ma position est simple : tant que rien ne m'y oblige, je choisis les invités politiques que je reçois comme bon me semble", déclarait-il au Point.fr en décembre 2010. "Je veux avoir plaisir à la recevoir et ne souhaite pas livrer mon audience aux idées du Front national, qu'il soit représenté par Marine, Jean-Marie ou Bruno Gollnisch. Je n'invite pas les mauvais films. Je n'invite pas non plus les invités politiques qui encouragent les mauvais sentiments et sont un danger pour la cohésion nationale. C'est ma vision du service public."

On n'est pas couché est, avec C à vous (France 5), l'une des deux seules émissions de divertissement du groupe France Télévisions à être autorisées à recevoir des politiques dans cette première phase de la campagne électorale. À compter du 20 mars, le CSA exigera des radios et des télévisions, durant les cinq semaines précédant le premier tour, une égalité de temps de parole parfaite entre tous les candidats officiels.

Citation :
Marine Le Pen : Elle ira chez Laurent Ruquier Ingrid Bernard

Laurent Ruquier recevra Marine Le Pen le 18 février prochain sur le plateau d'"On n'est pas couché". L'échange s'annonce musclé...

Il avait affirmé haut et fort qu'il ne recevrait pas Marine Le Pen dans son émission On n'est pas couché. Et pourtant, à l'approche de l'élection présidentielle, Laurent Ruquier n'a pas eu d'autre choix que de l'inviter. « Nous sommes entrés dans le temps officiel de la campagne électorale. Je ne l'ai pas invitée avant, je ne l'inviterai pas après. Mais j'applique ls règles édictées par le CSA », a-t-il confié au journal Le Point. « Du reste, je ne sais pas si elle viendra elle-même ou si elle préfèrera déléguer Louis Aliot ou maître Collard », a-t-il ajouté.

Mais à en croire l'attaché de presse du Front National, Alain Vizier, la candidate - qui a dernièrement porté plainte à l'encontre de Laurent Ruquier alors qu'il avait présenté, à l'antenne, l'arbre généalogique de sa famille sous la forme d'une croix gammée - aurait décidé de se déplacer en personne. La date de l'enregistrement serait même fixée au 16 février pour une diffusion le 18 février. Pas de doute, l'audimat est assuré...

Pour rappel :

L'animateur qui reçoit régulièrement sur son plateau des invités politques, doit respecter « le pluralisme », à l'approche de l'élection présidentielle. On n'est pas couché a fait savoir au journal le Point qu'elle continuerait d'en recevoir jusqu'en mars. Dès lors, tous les candidats disposeront chacun de 30 minutes précises. Un chronomètre sera même affiché à l'écran. François Bayrou sera le premier à se soumettre à cette règle, ce samedi.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Ven 13 Jan - 1:19

Citation :
François Hollande attaque le FN, " ennemi de la République " Reuters

TULLE, Corrèze - François Hollande a mis en garde samedi contre la tentation que représente pour un électorat populaire le vote Front national.

"L'extrême droite a vu le bénéfice qu'elle pouvait tirer du malheur, de l'inquiétude et de l'angoisse dans cette campagne", a dit le candidat socialiste à l'élection présidentielle lors d'un meeting sur ses terres, à Tulle, en Corrèze.

"N'oublions jamais cet adversaire-là, cet ennemi de la République", a-t-il ajouté.

"Comment admettre que des ouvriers, des employés qui n'ont aucun intérêt à voter pour un parti qui a toujours fait le choix de la haine, de l'exclusion et de la stigmatisation, que des électeurs qui devraient voter à gauche hésitent à le faire aujourd'hui ? C'est notre responsabilité", a dit François Hollande.

Citation :
Louis Aliot (FN): " Hollande insulte les patriotes " AFP

PARIS - Le numéro deux du FN Louis Aliot s'est indigné dimanche des propos de François Hollande contre le Front national, estimant qu'ainsi, le candidat socialiste à la présidentielle "insult(ait) les patriotes, la République et le suffrage universel".
"Se voyant déjà en haut de l'affiche, alors que les sondages confirment une baisse lente mais continue, Hollande n'a pas hésité à insulter les catégories populaires qui s'apprêtent à voter pour Marine Le Pen", écrit le vice-président du FN, dans un communiqué intitulé "Hollande insulte les patriotes".
Samedi à Tulle, le candidat PS à l'Elysée avait qualifié le parti d'extrême droite "d'ennemi de la République". "Ce qu'il faut dire à tous ces électeurs qui peuvent un moment, par dépit, par colère, regarder de ce côté-là: +Mais vous méritez mieux que ce vote, vous êtes des Français, des citoyens !+", avait également dit M. Hollande.
M. Aliot estime que, "frappé par une amnésie générale, Hollande a tiré un trait sur seize ans de gestion économique et sociale calamiteuse, en évoquant "des résultats catastrophiques pour l'emploi, la sécurité, la laïcité et la morale publique" dans les collectivités gérées par le PS.
"C'est dans ce contexte que monsieur Hollande s'apprête à rendre hommage à François Mitterrand, l'ami de René Bousquet et le plus célèbre décoré de la Francisque", ajoute-t-il.
Il fait valoir que "la démocratie ne se discute pas et (que) les électeurs comme les élus sont égaux en dignité comme en droit". "Lorsque Hollande insulte les électeurs de Marine Le Pen, il insulte la République et le suffrage universel", conclut-il.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 14 Jan - 1:46

Citation :
Non au racisme, non à l’impérialisme. Appel à un cortège libertaire antifasciste

Dans un contexte de crise capitaliste, la bourgeoisie et l’Etat français redoublent d’agressivité : l’Etat mène une politique de casse sociale qui vise à préserver les intérêts du patronat et des actionnaires. Nous en payons le prix au quotidien : explosion du chômage, précarité, gel ou la baisse des salaires, envol des loyers, dégradation de notre santé et de notre accès aux soins, les difficultés pour boucler les fins de mois.
Ce 14 jan­vier, un groupe natio­na­liste prend le pré­texte de la guerre d’Afghanistan pour dif­fu­ser son venin anti­sé­mite et raciste. Son oppo­si­tion à cette guerre n’est qu’une posi­tion oppor­tu­niste pour para­der dans nos rues et dif­fu­ser leurs idées. Elle reflète aussi le point de vue d’une frac­tion de la bour­geoi­sie fran­çaise voyant seu­le­ment dans cette guerre leur ali­gne­ment sur celle de la bour­geoi­sie amé­ri­caine. Elle se contre­fout du sort des tra­vailleu­ses et des tra­vailleurs afgha­nEs, coin­céEs entre une armée d’occu­pa­tion et des forces réac­tion­nai­res reli­gieu­ses, elles mêmes favo­ri­sées dans le passé par les puis­san­ces impé­ria­lis­tes, dont la France. Cette même offi­cine raciste ne dit rien bien entendu de l’impé­ria­lisme fran­çais, des exac­tions et de l’occu­pa­tion mili­taire fran­çaise dans bien d’autres par­ties du monde, et notam­ment en Afrique.
Pas plus qu’il ne dénonce les entrai­ne­ments de l’armée fran­çaise à la gué­rilla urbaine, qui visent à la pré­pa­rer à inter­ve­nir sur le ter­ri­toire fran­çais en cas de révolte sociale.

« Diviser pour mieux régner » : ici et là-bas

Pour pré­ve­nir tout risque d’explo­sion sociale, la bour­geoi­sie joue la carte du natio­na­lisme. Avec un double objec­tif : mobi­li­ser les tra­vailleu­ses et tra­vailleurs der­rière elle pour pré­ser­ver sa posi­tion inter­na­tio­nale, et dési­gner des boucs émissaires pour lui per­met­tre d’échapper à la colère popu­laire.
MusulmanEs, arabes, rroms, juifs, immi­gréEs sont tour à tour ou touTEs ensem­ble dési­gnéEs comme res­pon­sa­bles des pro­blè­mes, soit par l’Etat, les partis poli­ti­ques, soit par les grou­pes natio­na­lis­tes ou racis­tes.
Sans avoir l’air d’y tou­cher, la bour­geoi­sie et l’Etat favo­ri­sent ces cou­rants qui repré­sen­tent leur der­nier rem­part contre une explo­sion révo­lu­tion­naire.

Mais qui nous exploite ? Les patrons et les action­nai­res ! Qui nous extor­que des loyers ? Les pro­prié­tai­res ! Qui nous licen­cie et nous pré­ca­rise ? La bour­geoi­sie, et au tout pre­mier chef, la bour­geoi­sie fran­çaise !
Non, nos inté­rêts ne sont pas les leurs, et c’est pour mettre fin à la domi­na­tion bour­geoise, mais aussi de l’Etat que nous devons nous orga­ni­ser et lutter. Cela veut dire éviter toutes les manœu­vres de divi­sion qui veu­lent nous amener sur le ter­rain de la « guerre de touTEs contre touTEs ». Cela veut dire choi­sir la lutte des clas­ses et non la guerre contre un « ennemi inté­rieur » ou exté­rieur dési­gné par la bour­geoi­sie.

Quant nous nous oppo­sons à l’impé­ria­lisme, en com­men­çant par l’impé­ria­lisme fran­çais, en Afghanistan comme ailleurs, qui redou­ble d’agres­si­vité en ce contexte de crise, uni­que­ment pour le contrôle des res­sour­ces. Car toute pré­ten­due « solu­tion natio­nale » à la crise capi­ta­liste ne se fera que sur notre dos, et sur celui des tra­vailleu­ses et des tra­vailleurs des pays ciblés par l’impé­ria­lisme fran­çais. Nous nous ins­cri­vons dans les luttes des exploi­téEs, qui ici ou en Egypte, en Russie ou en Argentine, lut­tent contre la bour­geoi­sie (y com­pris leur bour­geoi­sie natio­nale !) loin des impas­ses meur­triè­res du natio­na­lisme.

Solidarité inter­na­tio­nale des tra­vailleu­ret des tra­vailleu­ses !

Pas de guerre entre les peu­ples, pas de paix entre les clas­ses !

Appel à la cons­ti­tu­tion d’un cor­tège liber­taire lors de la mani­fes­ta­tion anti­fas­ciste : Samedi 14 Janvier à 14h place du pont / métro Guillotière

A l’appel de la Coordination des Groupes Anarchistes - Lyon, de l’Organisation Communiste Libertaire - Lyon, Les Voraces, La Rafale ...

http://www.20minutes.fr/article/857998/defiles-sous-etroite-surveillance-samedi-lyon
http://www.lyoncapitale.fr/journal/Autre-contenu/Breves/Les-jeunes-ecologistes-rejoignent-la-manifestation-contre-l-extreme-droite
http://lyon.france-webzine.com/news/societe/5654-lyon-le-prefet-veut-eviter-les-affrontements.html
http://www.leparisien.fr/lyon-69000/lyon-le-prefet-utilise-la-saone-comme-rempart-entre-manifestants-d-extreme-droite-et-de-gauche-12-01-2012-1808415.php
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 17 Jan - 3:33

http://www.leprogres.fr/actualite/2012/01/14/les-anonymous-s-en-prennent-aux-sites-de-l-extreme-droite-lyonnaise
http://www.leprogres.fr/rhone/2012/01/16/des-poursuites-judiciaires-apres-les-manifs-de-samedi
http://www.leprogres.fr/rhone/2012/01/14/manifestations-d-extreme-droite-et-antifasciste-lyon-encore-sous-tension
http://www.lest-eclair.fr/article/a-la-une/les-extremes-ont-defile-dans-le-centre
http://www.libelyon.fr/info/2012/01/plusieurs-centaines-de-manifestants-dextr%C3%AAme-droite-dune-part-et-antifascistes-de-lautre-ont-d%C3%A9fil%C3%A9-samedi-apr%C3%A8s-midi.html
http://www.lyoncapitale.fr/journal/Autre-contenu/Breves/Manifestation-d-extreme-droite-des-militants-venus-de-l-etranger
http://www.lyon-info.fr/?Manifestations-pas-de-debordements
http://www.lyon-info.fr/?+Manifestation-d-extreme-droite-SOS+
http://www.lyonmag.com/article/34080/manifestations-des-extremes-le-resume-de-l-apres-midi-a-lyon
http://www.lyonmag.com/article/34068/manifestations-des-extremes-lyon-sous-haute-tension-samedi
http://www.paris-normandie.fr/actu/manifestation-anti-le-pen-en-marge-du-meeting-au-zenith-de-rouen
http://rebellyon.info/Les-rues-de-Lyon-ne-sont-pas-aux.html

http://www.youtube.com/watch?v=Mw8gvuIdTo4
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 17 Jan - 23:17

Citation :
Zéro parrainage pour le FN en Auvergne ?

Comme en 2007, le FN pourrait ne recueillir aucune signature d’élus en Auvergne pour permettre à Marine Le Pen d’être candidate à la présidentielle.?
Credit : photos th. Lindauer

Info ou intox ? Le FN affirme rencontrer de grandes difficultés pour obtenir des parrainages d'élus en Auvergne. En 2007, le parti n'en avait reçu aucun.

Affichant un large sourire, ces derniers mois, devant les sondages favorables à Marine Le Pen en vue du 1 er tour des élections présidentielles, les responsables départementaux du FN ont cette fois les maxillaires crispés.

« Inquiet », le mot est revenu plusieurs fois dans la conversation au cours d'une conférence de presse donnée à Clermont, hier, à moins de 100 jours de la présidentielle.

Venue pour mobiliser les adhérents dans cette course aux signatures qui a pour terme le 16 mars, Nathalie Pigeot, directrice nationale du Front nationale de la jeunesse, le confirme : « Nous avons de grosses difficultés pour recueillir les parrainages d'élus. Or, ce serait un grand manquement pour la démocratie si Marine Le Pen ne pouvait pas se présenter ».

Info ? Intox ? Manière de faire parler du FN et de sa candidate ? « Marine Le Pen a suffisamment d'arguments pour faire parler d'elle autrement », tranche Nathalie Pigeot. « Interrogez les maires des petites communes, ils pourront témoigner de notre difficulté », insiste-t-elle, en évoquant un déficit d'une « centaine de promesses de signatures » par rapport à la même période, en 2007. « S'il y avait l'anonymat pour les signataires - ce que nous revendiquons -, il y a belle lurette que nous aurions ces signatures », assure la directrice du FNJ.

Secrétaire du FN 63, Erik Faurot témoigne de cette « peur » de certains élus qui craignent pour leur « avenir politique » ou pour « les subventions de leur commune ».

Cette année, comme en 2007, le FN est parti pour n'obtenir aucune signature en Auvergne. Alors même qu'Erik Faurot avait recueilli les voix de 12 grands électeurs aux sénatoriales du Puy-de-Dôme en septembre dernier.

« Il y a des pressions, il ne faut pas le négliger », insiste Nathalie Pigeot, pour qui « il est impensable que Marine Le Pen ne se présente pas ». La candidate du FN est, en tout cas, annoncée à Clermont le 25 mars. Sauf si….

Cédric Gourin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Revue de presse suite et fin
» Revue de presse
» Revue de presse
» La Pluie sans parapluie - REVUE DE PRESSE
» Revue de presse - Charvel/Jackson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: