Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28, 29, 30  Suivant
AuteurMessage
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Sam 1 Nov - 7:26

Citation :
Le drame du Testet ne doit pas se reproduire, ni à Notre-Dame-des-Landes, ni ailleurs !

Suite à la manifestation de ce lundi 27 octobre à Nantes, l’ACIPA condamne les dégradations commises dans le centre-ville, dans le prolongement d’un hommage à Rémi Fraisse, tué par les forces de l’ordre dans la forêt de Sivens, dans le Tarn. Hommage rendu précédemment à 18h, pacifiquement et symboliquement devant le monument aux morts face à la préfecture.

L’ACIPA n’appelle pas à participer à la manifestation organisée par des habitant-e-s de la ZAD le samedi 1er novembre à Nantes, pour les raisons suivantes :
- Les débordements violents qui suivent les manifestations que nous voulons pacifiques sont inacceptables et nous refusons de risquer d’entrer dans la spirale de violence.
- La famille de Rémi Fraisse et le collectif des opposants au barrage du Testet ont appelé au calme et non à la vengeance. Nous entendons complètement cet appel et nous nous y associons.
- Une nouvelle catastrophe est à craindre comme celle de Sivens. La lutte de Notre Dame des Landes ne doit pas connaître la même situation dramatique.

L'ACIPA ne reste pas dupe devant les tentatives de salir la mémoire de Rémi, comme de salir la légitimité de nos luttes.

Le projet de Notre Dame des Landes ne sera pas stoppé par un « martyr » mais bien par la volonté pacifique et déterminée de ses opposants qui continueront de dénoncer les énormes mensonges liés à ce dossier jusqu’à l’abrogation de la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) signée en 2008.

Continuons les luttes à Notre Dame des Landes, en Picardie, dans le Tarn ou ailleurs tous ensemble, en restant fidèles aux 3 piliers de notre lutte (mobilisation sur le terrain, procédures juridiques et volet politique).
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Dim 2 Nov - 6:07

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Dim 2 Nov - 19:13


Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Lun 3 Nov - 18:46

Citation :
Hommage au manifestant tué dans le Tarn 01/11

Le collectif ornais contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a organisé un rassemblement, ce matin devant la préfecture, pour protester contre la mort de Rémi Fraiss.

« Rémi Fraisse mort pour la planète », « Ni oubli ni pardon, État assassin ». À l'appel du collectif ornais contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (NDDL), une vingtaine de personnes se sont rassemblées, ce samedi matin devant la préfecture de l'Orne, pour protester contre les violences policières, après la mort du jeune manifestant Rémi Fraisse, samedi dernier au Testet (Tarn), en marge d'une manifestation contre le barrage de Sivens.

Les partis EELV, NPA, Parti de Gauche et l'union syndicale Solidaires se sont joints au mouvement. « À l'heure où nous nous rassemblons, des centaines de policiers viennent d'être déployées sur le site de Notre-Dame-des-Landes », a déclaré Adèle, porte-parole du collectif ornais contre l'aéroport. « Quelle est la légitimité de tant de moyens utilisés et d'oppression policière ? »

Le collectif ornais contre NDDL combat « tous les grands projets que l'on juge inutiles et imposés, ceux qui nuisent à l'environnement ou qui dépensent énormément d'argent public »
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mar 4 Nov - 20:26

Citation :
Après les débordements de ce week-end, faut-il expulser la ZAD ? 03/11

De nombreux appels à expulser les Zadistes sont lancés depuis les affrontements en centre-ville, en marge de la manifestation en mémoire de Rémi Fraisse...

Même s'il est difficile de savoir qui étaient réellement les manifestants cagoulés ayant participé aux affrontements avec les forces de l'ordre samedi à Nantes ou ayant brisé les vitrines de ce même centre-ville lundi dernier, les opposants Zadistes à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes sont aujourd'hui pointés du doigt par de nombreux Nantais. Plusieurs personnalités politiques réclament désormais à l'Etat une évacuation sans attendre de la fameuse ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

« Mettre un terme à cette zone de non-droit »

« La situation de Nantes est insupportable, victime du contexte particulier lié au projet d'aéroport et à l'existence de la ZAD. Il faut maintenant en finir avec cette situation ubuesque et scandaleuse en mettant un terme à cette zone de non-droit » réclament les conseillers régionaux UMP. Ils présenteront un vœu en ce sens lors de prochaine session du conseil régional des Pays de la Loire.
Son président, le socialiste Jacques Auxiette, est d'ailleurs du même avis. « Aéroport ou pas aéroport, il faut aujourd'hui évacuer la ZAD » , estime-t-il. Et d'ajouter : « Certaines condamnations sont factices ou faciles. Ceux qui refusent l'évacuation de la ZAD doivent affronter leur part de responsabilité. » Le FN et l'association pro-aéroport Des Ailes pour l'Ouest ne disent pas autre chose. Sur les réseaux sociaux, de plus en plus d'anonymes expriment aussi leur ras-le-bol.

Le syndicat de police Alliance n'est pas étonné. « Les habitants sont excédés devant de tels agissements, constate Arnaud Bernard, secrétaire départemental d'Alliance. Il est anormal qu'un groupe de personnes puisse nuire ainsi à la démocratie. Dans les rangs de la police aussi il y a de l'exaspération. La manif anti-aéroport du 22 février avait déjà fortement marqué les esprits. Notre métier c'est la sécurité des personnes et des biens, pas d'être la cible de telles violences. »
Le syndicaliste reconnaît toutefois que l'évacuation des Zadistes serait «un projet compliqué». «Plus le temps passe, plus ils sont implantés, estime Arnaud Bernard. Mais c'est faisable malgré tout. Après, est-ce que leur expulsion serait la garantie d'un retour au calme?»

Un accord empêche toute expulsion

D'autres personnalités ne sont pas sur la même longueur d'ondes. S'ils condamnent bien sûr les débordements survenus la semaine dernière, Johanna Rolland, maire PS de Nantes, ou Ronan Dantec, sénateur EELV de Loire-Atlantique, rappellent aussi qu'un accord avec le gouvernement empêche toute expulsion jusqu'à l'épuisement des recours juridiques en cours sur le projet d'aéroport.
« Attention à la récupération, alerte Ronan Dantec. Les pro-aéroport profitent du contexte pour passer en force. L'important en ce moment me paraît surtout d'apaiser les tensions. Et ce n'est pas en appelant à évacuer la ZAD qu'on va y parvenir. »

« Ne pas faire d'amalgame »

L'Acipa, la principale association opposée à l'aéroport, invite également ceux qui stigmatisent la responsabilité des Zadistes à faire preuve de « prudence » et de « retenue ». « Le mouvement est hétérogène. On ne peut pas faire d'amalgame entre ces dérapages inadmissibles et l'ensemble des personnes installées sur la ZAD. On a des relations très saines avec beaucoup d'entre elles » , indique Julien Durand, l'un des porte-paroles de l'Acipa. Le militant y voit surtout «une nouvelle tentative de discréditer la lutte anti-aéroport». Et prévient: « S'il y a une intervention policière sur la zone, si des lieux de vie sont menacés, on sera là pour réagir. »
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mer 5 Nov - 13:30

Citation :
« détermination » de Valls « à voir le projet réalisé » AFP 05/11


Le Premier ministre Manuel Valls exprime « la détermination de l’Etat » à voir « réalisé » l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dans un courrier adressé à une association favorable au projet contesté, publié dans la
presse mercredi.

« La détermination de l’Etat à voir ce projet réalisé est intacte » , écrit M. Valls dans une lettre au président de l’association « Des ailes pour l’Ouest » , datée du 28 octobre et que publient lefigaro.fr et
franceinfo.fr.

« Pour autant, et conformément aux engagements pris par le gouvernement, les travaux ne s’engageront qu’une fois les recours contre le projet jugés » , prend soin de préciser le chef du gouvernement.

Début septembre, cette association pro-aéroport avait adressé une lettre ouverte à Manuel Valls, co-signée par une douzaine d’acteurs économiques régionaux, lui demandant de «lancer rapidement les travaux».

Le projet prévoit le transfert de l’actuel aéroport de Nantes, situé en zone urbaine, vers Notre-Dame-des-Landes, à une quinzaine de kilomètres au nord de la ville. L’inauguration du futur aéroport, initialement
prévue en 2017, n’est désormais pas envisagée avant 2019 par les partisans du transfert.

Le courrier du Premier ministre intervient en pleine controverse autour du barrage de Sivens dans le Tarn auquel la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal a dit vouloir trouver des « solutions alternatives » , à
l’issue d’une réunion mardi avec les acteurs concernés.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Jeu 6 Nov - 17:23

Citation :
De Notre-Dame-des-Landes à Sivens, les luttes écologistes convergent Raphaël Proust 02/11

Des mouvements hétéroclites et locaux prennent une dimension politique nationale grâce au succès du combat contre l’aéroport de Nantes

François Hollande et Manuel Valls ont appelé mardi à l’apaisement au moment où le ministère de l’Intérieur et les écologistes se livrent à une violente passe d'armes après la mort dans des circonstances encore à déterminer d'un jeune homme sur le chantier du barrage de Sivens, dans le Tarn.

La ferme des Mille vaches dans la Somme, le barrage de Sivens dans le Tarn, la ligne de TGV Lyon-Turin... la France est parsemée de ces conflits qui émergent çà et là, au gré de l’actualité. Ces mouvements de contestation de projets industriels ou de grandes infrastructures rappellent les combats populaires menés avec succès dans les années 70 contre l’agrandissement du camp militaire du Larzac ou la construction des centrales nucléaires de Plogoff et du Carnet, qui posèrent les jalons du mouvement écologiste. La mobilisation en 2012 et 2013 contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes a été un détonateur à bien des égards. Notamment parce qu’au delà d’une problématique très locale, les opposants ont réussi à donner une dimension politique à leur mouvement. Les militants écologistes d’aujourd’hui entendent réussir là où le mouvement altermondialiste a échoué il y a quelques années. «On assiste à une repolitisation de ces contestations qui veulent passer par le local pour changer les choses au niveau global. Cela passe par une mise en réseau de toutes ces luttes qui se découvrent des problématiques à la fois particulières et partagées», explique Hervé Kempf, rédacteur en chef du site Reporterre et auteur de Notre-Dame-Des-Landes (Ed. du Seuil).

Ces mouvements n'entendent pas simplement empêcher des projets accusés de vouloir détruire l'environnement, ils s'inscrivent dans une logique d'alternative. Que ce soit par le biais de contre-expertises et d'argumentaires ou par la mise en œuvre de modes de vie «plus sobres, plus écologiques et, surtout pour les plus jeunes, plus démocratiques avec des modalités de prise de décision sans hiérarchie», poursuit Hervé Kempf. Un idéal de démocratie directe qu'on a pu observer par le passé dans les mouvements alternatifs des «Indignés» en Espagne ou d'«Occupy Wall Street» aux Etats-Unis... et dans la «zone à défendre» (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes. La ZAD est le détournement de l'acronyme pour «zone d'aménagement différé», le secteur où devrait se construire l'aéroport du Grand Ouest et là où campent encore aujourd'hui en permanence une centaine de personnes, les «zadistes».

Si la tentation est forte d'opposer ces derniers aux militants plus traditionnels issus des partis politiques de gauche ou des syndicats, la séparation entre les deux ne serait pas si claire que ça car les «trajectoires sont souples et les luttes évoluent et une culture commune émerge dans le conflit», souligne Hervé Kempf. Les points de vue sur le recours à la violence ou à la désobéissance civile peuvent fluctuer, même si le journaliste reconnaît que «les bandes qui viennent pour casser ne sont pas au cœur de ces mobilisations». Ces convergences de vues ne débouchent pas pour autant sur une organisation ou un réseau et ce sont souvent les structures traditionnelles qui font le lien. Les partis mais aussi les syndicats comme la Confédération paysanne, étant donné que la question des terres agricoles est au cœur des projets contestés.

Le changement du rapport au sol et à la terre est d'ailleurs un autre aspect de ces luttes écologistes du XXIe siècle, en France comme dans le reste de l'Europe. «L'artificialisation des sols est de plus en plus ressentie par une partie des agriculteurs et par les néo-ruraux», explique Géraud Guibert, président de la fondation «La Fabrique Ecologique». La crise explique en partie l'ampleur de ces mouvements qui concentrent pour la plupart leurs critiques sur les investissements disproportionnés dans des ouvrages destinés au bien collectif. «Dans un contexte où l'argent public se fait rare, on se pose la question de savoir quel est le service, pour quel coût et au bénéfice de qui. Quand l'avantage est considéré comme suffisant et que le projet semble ne pas servir l'intérêt général, ce sont les inconvénients qui l'emportent», précise Géraud Guibert. Et pour les militants les plus versés dans l'idéologie, ces projets deviennent des symboles à combattre, partout en Europe.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Ven 7 Nov - 18:28

Citation :
Une marche solidaire samedi dans le bocage 06/12

Les opposants au projet d'aéroport marcheront sur les lieux où se déroulèrent les affrontements, il y a deux ans

Zadistes, paysans, élus, militants politiques et associatifs.. Les opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont présenté un front uni, jeudi, lors d'une conférence de presse. Celle-ci se déroulait à la Vache-Rit, quartier général de la résistance au transfert de l'aéroport de Nantes.

Les opposants ont appelé à une marche solidaire, samedi, "contre les violences policières et judiciaires".

L'initiative a été lancée par le COPAIN (collectif des organisations professionnelles agricoles indignées par le projet d'aéroport). Elle est relayée par les les paysans locaux de l'Adéca, les élus du CéDpa, l'association citoyenne Acipa, Attac, EELV, Ensemble, le parti de gauche...

La marche aura lieu dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes, sur les lieux des violents affrontements de novembre 2012 où, selon les opposants, "nous aurions pu vivre le même drame qu'au Testet".

Les gendarmes mobiles tentaient alors de déloger les occupants de la zone.

Les organisateurs ont été interrogés sur la lettre de Manuel Valls à l'association pro-aéroport Des Ailes pour l'Ouest. Le Premier ministre y exprimait "la détermination de l'État" à voir réalisé le projet d'aéroport. Réponse d'un opposant: "De tels propos renforcent la mobilisation".

Le parcours. Rendez-vous à 12 heures, samedi, au Sabot (sur la route La Pâquelais-Fay-de-Bretagne). La marche (2 km) ira jusqu'à la châtaigneraie où furent construites les cabanes des occupants de la ZAD," la zone à défendre".
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Sam 8 Nov - 19:46

Citation :
Chronique d’un aéroport en jachère DENIS FAINSILBER 04/11

40 fois plus vaste et 80 fois plus cher que le projet de barrage dans le Tarn, l’aéroport projeté au nord de Nantes est un casse-tête d’un autre calibre pour le gouvernement. Les opposants veulent croire à son abandon.

Les tritons marbrés vont pouvoir batifoler pour un bon moment encore en bord de mares avec les campagnols amphibies: les Boeing des compagnies low cost ne sont pas près de poser leurs roues à Notre-Dame des Landes. Un îlot de nature humide de 1.700 hectares très peu habité, protégé de facto du mitage périurbain de la banlieue nantaise, depuis ce jour de 1974 où il fut classé zone d’aménagement différé (ZAD) par arrêté préfectoral pour en faire à terme... un aéroport.

Les travaux d’aménagement des deux pistes parallèles et du futur terminal, qui devaient commencer au printemps 2014 pour une mise en service calée en 2017, afin de remplacer l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique guetté par la saturation, ont pris deux bonnes années de retard. Au mieux. Car ici, dans le bourg le plus connu de France (bien malgré lui), où l’une des associations d’opposants vient de passer le cap des quarante ans, certains interprètent le mutisme du gouvernement comme un renoncement implicite.
« Pour moi, cet aéroport ne se fera pas, mais on n’a pas complètement gagné. Ce que l’on craint surtout pour le moment, c’est l’enlisement complet », estime Dominique Fresneau, co-président de l’Acipa, une autre association d’opposants. « François Hollande ne fera jamais Notre-Dame des Landes », renchérit le sénateur Vert Ronan Dantec, qui se demande si l’Elysée aura le courage de l’annoncer clairement.
Interprétation erronée, relève à Nantes le sous-préfet de Loire-Atlantique, Mikaël Doré, chargé de ce dossier miné : « la légitimité de ce futur outil est démontrée et affirmée ; le tissu économique attend cet aéroport, et l’immense majorité des élus y sont favorables. Le gouvernement a marqué sa volonté de le réaliser, mais veut aller au bout des contentieux, pour être tout à fait clair ».

Un projet très ancien

Identifié sur les cartes dès 1967 par le service technique des bases aériennes, ressorti des cartons à l’automne 2000 par le gouvernement Jospin, « l’aéroport du Grand Ouest » fut confirmé par une demi-douzaine de premiers ministres, a résisté aux écueils de l’alternance et même au Grenelle de l’environnement. La mode étant de moins en moins aux financements publics, il a été décidé de laisser au privé 70 % de l’ardoise , dans le cadre d’une délégation de service public sur une durée de 55 ans. Sur un coût total de 602 millions d’euros pour la réalisation de la première tranche de la plate-forme (hors accès routier), l’Etat n’en mettrait que 130 millions et les collectivités, 115 de plus, le solde étant à la charge de Vinci, qui a décroché la concession fin 2010, sous le gouvernement Fillon.
S’ensuit alors la phase de confrontation dure (automne 2012/2013), véritables batailles rangées qui ont opposé dans les bois des garnisons de CRS à des cohortes d’opposants radicaux très politisés, bien déterminés à « réoccuper » le site. Période émaillée de destructions de fermes à coup de bulldozers et de grèves de la faim, jusqu’au saccage du centre-ville de Nantes. Puis le vent a tourné depuis ce jour de février 2014 où Jean-Marc Ayrault, alors premier ministre et chaud partisan de l’aéroport, brandissait la nouvelle doctrine: la suspension des travaux sur le site jusqu’à l’épuisement complet des recours juridiques. Et la « mise sous cloche » des quelques fermes qui devaient encore être rasées.
Une manière de calmer le jeu à la veille des municipales, et de préserver les fragiles alliances locales avec les Verts. Mais un geste qui a également surpris, dans la mesure où les différents recours en question n’étaient pas suspensifs. « C’est la première histoire d’une lutte foncière, en France, où une action devient suspensive dans les faits pour des raisons politiques, alors qu’elle ne l’est pas en termes juridiques », s’étonne Julien Durand, un autre membre historique de l’Acipa. « Il n’était pas indispensable d’avoir cette position-là », avance quant à lui Jacques Auxiette, président de la région Pays de Loire et président du syndicat mixte aéroportuaire, qui cache mal son sentiment « d’exaspération et d’impatience » face à ces atermoiements.

Encore 30 recours à purger

Et maintenant ? Manuel Valls devenu premier ministre, la doctrine Ayrault continue officiellement à prévaloir, et Matignon se retranche derrière le tribunal administratif de Nantes. « On a gagné jusqu’à présent 52 recours contre les opposants, détaille le sous-préfet de Loire-Atlantique. Mais il y en a encore une trentaine en cours, dont 24 liés aux arrêtés sur l’eau et les espèces protégées, un recours sur la déclaration d’utilité publique du programme routier, et un autre en cassation sur les ordonnances d’expropriation ». Chronologiquement, le dernier point pourrait être jugé à la mi-2015, « dès lors que le conseil d’Etat aura rendu son jugement en appel concernant les arrêtés de cessibilité », ajoute Fabrice Roussel, vice-président de Nantes Métropole (24 communes, 600.000 habitants).
Autrement dit, un premier coup de pioche à ce moment-là seulement dans le meilleur des cas, alors que Vinci imaginait se mettre au travail beaucoup plus tôt... Même Ségolène Royal, ministre de l’environnement et des transports, pour une fois solidaire du gouvernement, se range prudemment derrière le leitmotiv officiel : « J’attends l’issue des différents recours pour voir ce qu’il convient de faire ». Mais ici en Loire-Atlantique, beaucoup se souviennent de ses positions antérieures cinglantes contre ce « projet daté, imaginé avant l’arrivée du TGV sur Nantes-Paris, et qui sera très difficile à faire ».
Du coup, partisans comme opposants se sont mis, bien malgré eux, en mode « provisoire qui dure ». Exemple : après avoir versé 33 millions d’euros au concessionnaire au titre d’avance remboursable, les collectivités locales, prenant acte de l’enlisement, n’ont plus mis un sou au pot depuis décembre 2013. Et l’instruction du permis de construire vient d’être suspendue, pour pouvoir ajuster les plans du terminal avec le nouveau calendrier.

Laisser la décision à la droite ?

Sur le terrain cependant, le climat est de plus en plus lourd. « Les gens en ont ras-le-bol de tout cet enfumage. Le gouvernement n’a pas envie d’y aller, mais laisse pourrir la situation tout en continuant à faire avancer les dossiers. On se demande s’ils ne vont pas délibérément laisser tout ça à la droite » , se désole Françoise Verchère, conseiller général et membre du CéDpa (Collectif d’élus doutant de la pertinence de l’aéroport).
La guerre des nerfs tient aussi aux forces en présence. Car à côté des associations classiques, citoyennes ou d’exploitants agricoles, qui mènent un combat somme toute classique sur le terrain juridique, la cohabitation est plus difficile avec l’autre forme d’opposition, les « zadistes ». Qui sont ces ultras qui, après avoir envoyé quelques camionnettes de légumes maison à leurs « camarades de lutte » du barrage de Sivens (Tarn), ont affrété un autocar le 24 octobre pour venir faire le coup de poing avec eux contre les CRS, le temps d’un funeste week-end?
Environ 150 jeunes (un peu moins l’hiver) qui occupent l’emprise du futur aéroport, dans des cabanes ou des fermes squattées. Leur mot d’ordre est large: « la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame des Landes, contre Vinci et contre le monde capitaliste ». Et leurs méthodes, pas franchement pacifiques: des automobilistes sommés de verser leur obole à des « checkpoints », un relais téléphonique de SFR récemment vandalisé à la machette, au grand dam des habitants, des barrages de pneus brûlés, les zadistes ne sont pas nés à l’ère du « peace and love ». Ils dénoncent «l’agriculture productiviste qui marche aux intrants chimiques», refusent de parler à la presse «issue d’un monde conspirationniste et réactionnaire», et tentent d’inventer un nouveau monde, sorte de petite République autoproclamée, sans argent et sans leader.

Trois kilomètres de chicanes

Le coeur de leur territoire, la D281, n’a pas fière allure: trois kilomètres de chicanes faites de palettes, gravats et voitures brûlées, des trous creusés dans le bitume, la voie étroite qui serait en théorie recouverte par les deux pistes d’atterrissage et la future duty free sent la guerre civile. Et les spécialistes venus faire les prélèvements archéologiques sous escorte policière n’ont pas fait de vieux os dans les bocages de l’Ouest.
«Toute une mouvance est arrivée à Notre-Dame des Landes en août 2009, avec le Camp action Climat que nous avions organisé sur le site», reconnaît Dominique Fresneau, de l’Acipa. «C’est pas facile à gérer tous les jours sur place, on a des divergences dans la pratique. Ces gens-là n’ont rien à perdre, et ne croient pas au juridique». Après avoir négocié avec eux la levée de plusieurs barrages dispersés sur l’ensemble de la ZAD, les débats avec « les associations bureaucratiques de lutte » portaient, juste avant les évènements du Tarn, sur le nettoyage de la « route des chicanes ». Mais les « zadistes » se cramponnent à leur symbole, et l’ambiance s’est retendue depuis la mort de Rémi Fraisse.
Pour autant, les ponts ne sont pas rompus, et les opposants «légalistes» laissent même filtrer une certaine affection à leur égard. Car peu à peu, les « black blocks des bois » ont fait de la place à d’autres jeunes, souvent des fils d’agriculteurs de la région, plus axés sur l’introduction de nouvelles cultures et des « circuits courts », à la façon des Amap (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne). « Il faut laisser une part d’utopie à des jeunes qui s’investissent autant. Ils ont engendré une micro-société, ils créent beaucoup de choses, échangent beaucoup d’idées », raconte Dominique Fresneau qui fait le point avec eux une fois par mois.
Même sympathie chez Marcel Thébault, un « résistant historique », éleveur de vaches laitières en cours d’expropriation, aucunement dérangé par ses nouveaux voisins: ici dans son hameau du Liminbout, une maison squattée après avoir été vendue en 2012, là une autre rasée et remplacée par des caravanes, un peu plus loin un « collectif » regroupé autour d’un projet de culture bio. Les défenseurs de l’aéroport prétendent qu’ici, la terre argileuse, avec ses 98% d’humidité, est incultivable ? Eux veulent démontrer le contraire. Blé panifiable, pommes de terre, maïs, haricots secs, maraîchage mis à disposition des zadistes à prix libre... « Ils cultivent sans se faire bouffer par le boulot. Ils gardent du temps pour des spectacles,des discussions, des films. Leur projet est de remettre de la vie dans des lieux qui avaient été détruits », plaide Marcel Thébault. Bref, des méthodes d’action différentes, mais un but commun.

Problèmes de bruit à Nantes

Mais à Nantes, les défenseurs du projet Notre-Dame des Landes n’ont que faire de la réintroduction de la traction attelée dans le bocage. Avec 4,1 millions de passagers cette année (soit un million de plus en quatre ans) et sa piste unique orientée depuis l’origine vers le centre-ville, l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique, au sud-ouest de la métropole, touche ses limites avec trois ans d’avance sur les projections du débat public, font valoir la Chambre de commerce comme la préfecture. Son transfert à 25 km plus au nord « permettra à 41.000 personnes de ne plus être sous le bruit des avions, alors qu’à Notre-Dame des Landes, le plan d’exposition au bruit porte sur 3.200 personnes au maximum avec un trafic bien supérieur », plaide Mikaël Doré.
Changer plutôt l’orientation actuelle de la piste, pour épargner les Nantais des nombreux survols actuels ? Difficile, car une commune concernée est protégée par la loi Littoral. Et une telle opération de réorientation de l’emprise supposerait de nombreuses expropriations de bureaux et de logements, alors que le transfert vise au contraire à loger jusqu’à 16.000 personnes de plus dans ces quartiers.
Et si, de guerre lasse, l’Etat venait à renoncer au nouveau site, comme il l’a fait sans sourciller sur l’écotaxe? Sur le papier, tout est prévu : la déclaration d’utilité publique (DUP) deviendrait caduque, la trentaine d’exploitants agricoles ayant accepté à l’amiable de vendre à l’Etat seraient prioritaires pour récupérer leurs fermes, tandis que leur exploitation serait orchestrée par une CDOA (Commission départementale d’orientation agricole). Quant à Vinci, ses conditions d’indemnisation en cas de résiliation de la concession sont dûment couchées, avec moult formules mathématiques, dans un décret signé par cinq membres du gouvernement Fillon fin 2010. Mais le discours officiel balaye toujours ces scénarios : pour l’heure, «  il n’y a pas de plan B  » , assure la préfecture de Loire-Atlantique, tandis que Matignon ne daigne aborder le sujet. Jusqu’à quand ?
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mar 11 Nov - 0:32

Citation :
Un opposant au projet d'aéroport dépose la marque « Zad » 10/11

« Zad » , « PRO ZAD Zone A Défendre », « Notre Dame des Landes NDDL », « Zadiste de Notre Dame des Landes » : toutes ces expressions sont des marques déposées depuis le mois d'avril. A l'origine de cette initiative, René Leblanc, un opposant au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes.

Militant mort à Sivens : sa famille va porter plainte pour «homicide volontaire» Notre-Dame-des-Landes : des milliers de personnes pour dire non à l'aéroport Confirmant une information du quotidien Ouest-France, cet ancien délégué régional de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) à Rennes a expliqué ce lundi vouloir empêcher toute exploitation de ces expressions symboliques à ses yeux de la lutte pour le respect de l'environnement.

Les expressions Zad et Zadistes sont apparues dans la contestation à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les opposants investissant et s'installant sur la «Zone d'aménagement différé» réservée au projet et rebaptisée «zone à défendre» par leurs soins. Ces expressions, « symboliques pour ce qui concerne le respect de l'environnement (...) vont bientôt avoir à mon sens une valeur non négligeable » , estime René Leblanc. « Or des entreprises pourraient galvauder ces mots » et profiter de leur notoriété pour « faire de l'argent » , en faisant en outre fabriquer des produits dans des pays à bas coût salarial.

« Moi, je ne veux pas faire de l'argent »

«« Zad » devient universel » , analyse cet ancien maire de Quelneuc, une petite ville du Morbihan, et auteur du livre « Vol sur Notre-Dame-des-Landes » . Dorénavant, « tous les gens qui s'opposent à des projets inutiles sont des zadistes » , estime-t-il. Bien loin du projet d'aéroport nantais, le site du barrage controversé de Sivens, dans le Tarn, est aussi devenu « zone à défendre » pour ses opposants. A Rouen, la Zad était un campement installé par des écologistes dans le centre de la ville, à la mémoire de Rémi Fraisse, jeune homme tué par l'explosion d'une grenade lancée par un gendarme lors d'affrontements fin octobre sur le site du barrage de Sivens. Le campement rouennais a été évacué par la police.

« Moi, je ne veux pas faire de l'argent » avec ces marques, ajoute René Leblanc. Il n'exclut pas pour autant leur utilisation pour des produits fabriqués en France, qui respecteraient l'environnement et qui auraient « un intérêt économique pour tout le monde » . Dans ce cas-là, « je pourrais donner mon autorisation. »
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mar 11 Nov - 18:33

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mer 12 Nov - 13:24

Citation :
Comment les zadistes de Notre-Dame-des-Landes veulent réinventer la politique Nicolas Mollé 09/11

Tandis que 1.000 personnes viennent de manifester sans débordements en mémoire de Rémi Fraisse à la Zad de Notre-Dame-des-Landes, ses occupants rêvent, parfois dans le chaos, de reconstruire la citoyenneté à partir de zéro.
“Sans flics, pas de casseurs”. Le zadiste est fier de son slogan. Et de fait, un millier de personnes ont traversé pacifiquement samedi 8 novembre la “Zone à défendre” de Notre-Dame-des-Landes pour rendre hommage à Rémi Fraisse. Sans personne à affronter, ni casque de CRS ou matraque télescopique à l’horizon. Bienvenue donc au “plus grand squat à ciel ouvert d’Europe” comme le rappellent fièrement certains de ses occupants. Pour y accéder, on peut traverser le village qui lui a donné son nom, à trente kilomètres de Nantes : ambiance clocher et baguette de pain sous le bras. Difficile de croire que dans les bocages environnants se trouve un îlot d’humanité à la pointe de la résistance au capitalisme mondialisé
Une heure avant la manifestation, pas âme qui vive sur la petite départementale qui sert de vestibule à la Zad. Mais d’étranges signaux rompent la routine visuelle de ce coin de campagne et plongent dans une ambiance futuriste à la Mad Max. Ou plutôt, à la Malevil. Maison murée émaillée d’inscriptions anarchistes et antifascistes. Panneaux de signalisation détournés et taggués. Surviennent les premières chicanes, tas de pneus et de palettes, barrières de signalisation, séparateurs de voix routières en plastique, carcasse automobile bariolée. La Zad est marquée dans sa chair par l’opération “César” de l’automne 2012 au cours de laquelle au moins 1 200 gendarmes mobiles envahirent le terrain. Après avoir slalomé en voiture entre ces amoncellements, on parvient à une sorte d’avant-poste au bord de la route ou, une fois qu’on a baissé sa vitre, un costaud en treillis à l’accent méridional explique où se garer.

Quand on longe les fossés de la Zad, on entend des jappements de chien, des martellements secs et rythmés sur du bois. On se retrouve à clopiner à côté d’un zadiste dégingandé de 47 ans qui explique qu’il est en train de finaliser sa cabane. “Je viens de Cassis, je suis arrivé en janvier 2013. Le premier hiver, il faisait – 5° sous la tente, c’était pas facile.” Les premiers marcheurs arrivent bientôt. Patchwork bon enfant d’agriculteurs de la Confédération paysanne bardés de badges jaunes et noirs, de journalistes munis de caméras et de perches, de porteurs de dreadlocks ou de barbes plus ou moins longues. Et d’encapuchonnés au visage entièrement caché. Les plus radicaux. En voilà un qui surgit justement de derrière un talus, sur son VTT, avec ses inquiétantes lunettes de cyborg Ranxerox et sa cagoule hérissée de pointes.
“Je suis un indigné cagoulé, résume-t-il. Mon credo, c’est vivre libre ou mourir. Ce qui muselle le système, c’est la peur. Peur de perdre son confort, sa voiture, quand on gagne 1.300 euros par mois et qu’on redonne les ¾ de son salaire, à travers les crédits. Moi je me sens libre. Je défends ma planète, ça me donne de l’énergie de sentir qu’elle sait que je me bats pour elle.”

Ils sont quelque uns comme lui, régulièrement postés sur le parcours de la manifestation, les traits dissimulés. Blacks Blocs ? Ici on les appelle plutôt “nomades militants”, renforts qui débarquent en camion d’autres Zad comme les Mille Vaches ou de Sivens, quand un conflit se profile. Dans un contexte de radicalisation de la réponse policière, notamment des équipes de la Brigade anti-criminalité, comme lors de la manifestation du 1er novembre dernier à Nantes.
“On réinvente la vie en collectif”

Si la Zad n’est qu’un petit village de 150 à 200 personnes, son pouvoir de subversion ne vient pas du nombre mais de son potentiel expérimental démocratique. “Ici, nous sommes en confrontation avec l’Etat, il y a globalement un raz-le bol du système existant qui s’autoproclame démocratie et qui est en réalité au service d’une élite”, explique un zadiste originaire de l’île de Groix dans le Morbihan.

“Nous voulons un véritable pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. Être constamment dans la discussion et tout remettre en cause dès qu’un groupe ou un individu prend trop de pouvoir. Nous menons depuis le printemps dernier une expérimentation politique qui devrait déboucher sur la création d’une ou plusieurs assemblées. Nous avons deux ans devant nous pour mettre ça au point, pour s’organiser pour les corvées par exemple. En attendant, la Zad est un point de rencontre et de repos pour beaucoup de monde. On réinvente la vie en collectif.”

Bien sûr, tout n’est pas réglé comme du papier à musique, les déchets s’amoncellent en de nombreux endroits, l’alcool fait des ravages, avec parfois des poussées de fièvres anomiques (loi du plus fort). Un groupe responsable du vol de deux voitures du voisinage a dû être éjecté par l’ensemble de la communauté. Mais la Zad vise en priorité le lien social. Et a donc su aussi inventer ses propres agoras : le hameau de cabanes de la Chat-Teigne, sorte de complexe socio-culturel en planches de bois ou l’ancien hameau de la Wardine (interdit aux journalistes). Le “Sabot”, une des premières parcelles défrichée collectivement pour y installer un potager, fût saccagée par les forces de l’ordre il y a deux ans.
Jamais la vie quotidienne n’aura été aussi troublée à la Zad qu’à cette époque. Le bus scolaire dût alors renoncer à desservir le secteur, privant d’école les enfants des trois familles ici implantées. Dans ce climat de violence, Notre-Dame-des-Landes aurait pu connaître un drame similaire à celui de Rémi Fraisse au Testet. C’est bien pour cela que le milieu altermondialiste Nantais se sent aujourd’hui investi. Et organisera le 22 novembre 2014 une “auto-dénonciation” collective pour critiquer l’action du pouvoir, sur le parvis du Palais de Justice de Nantes.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Jeu 13 Nov - 17:13

Citation :
De nouveaux recours rejetés par le Conseil d'Etat ? avec AFP 07/11

Le rapporteur public a préconisé jeudi de débouter des opposants à l'aéroport réclamant l'annulation de leur expropriation...

Une nouvelle déception judiciaire pour les opposants au projet d'aéroport? Le rapporteur public a préconisé jeudi de rejeter le pourvoi formé devant le Conseil d'Etat par des riverains de la future zone aéroportuaire de Notre-Dame-des-Landes souhaitant obtenir l'annulation de leur expropriation. La décision du Conseil d'Etat a été mise en délibéré pour quelques semaines.

Les arrêtés préfectoraux de cessibilité contestés

Quelque 26 requêtes différentes avaient été présentées sur le même modèle devant la plus haute juridiction administrative française pour demander l'annulation d'un arrêté de 2011, par lequel le préfet de Loire-Atlantique déclarait cessibles plusieurs parcelles.Il s'agissait d'une étape préalable à l'expropriation de ces riverains.
Les opposants faisaient notamment valoir que l'appréciation des impacts du projet n'avait pas été réalisée de manière globale ou que l'Etat n'avait pas diligenté d'analyse comparée des conséquences des différentes options du projet. Le rapporteur public a constaté que plusieurs arguments développés étaient appuyés sur des textes publiés postérieurement à la déclaration d'utilité publique du projet, en février 2008, ce qui les rendait inopérants.
En décembre 2012 et février 2014, la justice administrative avait déjà rejeté par deux fois ces demandes d'annulation, avant que ces particuliers ne s'en remettent au Conseil d'Etat.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Sam 15 Nov - 0:32

Citation :
Qui est derrière l’appel à manifester des Ailes pour l’Ouest ? Lou-Eve Popper 13/11

L’association « Des ailes pour l’Ouest », qui défend le projet de Notre-Dame-Des-Landes, partage le même prestataire informatique que Vinci. Un rapprochement qui questionne.

L’association de lobbying d’inspiration très libérale « Des Ailes pour l’Ouest » doit sa récente notoriété à un courrier de Manuel Valls qui l’assurait que « la détermination de l’État sur [le] projet » de transfert de l’aéroport de Nantes « est intact ». Forte de cet appui, elle appelle à manifester demain pour soutenir la construction de l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes. Sans grande surprise, ses militants seront notamment accompagnés par des représentants du Medef et de la CGPME. Jusqu’ici, tout est normal. Mais un détail fait douter de la spontanéité de cette initiative et de l’indépendance de l’association : l’appel à ce rassemblement, diffusé par mail, porte la signature d’un prestataire informatique retenu par Vinci pour vanter sur le net les mérites du futur Aéroport du Grand Ouest (AGO), dont la tentaculaire entreprise de BTP est le constructeur et concessionnaire.

C’est un tweet, publié le 12 novembre par Yves Guérif, qui a mis la puce à l’oreille del’ACIPA (Association Intercitoyenne des Populations concernées par le Projet d’Aéroport de Notre-Dame-Des-Landes). Celui-ci relayait l’appel à la manifestation de l’association en publiant un lien internet vers le visuel envoyé sur une (ou des) liste(s) de diffusion. Pas de chance pour Les ailes de l’Ouest, le nom du prestataire informatique apparaît en clair dans la barre d’adresse de la page HTML mentionnée dans ce tweet. Au cas où elle serait supprimée nous en avons réalisé une jolie capture (à découvrir en cliquant sur l’image ci-dessous).



Il s’agit de VIGICORP, une société informatique qui a aussi réalisé le site internet du projet de construction de l’aéroport de…Vinci (Elle s’en félicite ici).

Malicieusement, l’ACIPA n’a pas manqué de remercier, sur Twitter, Yves Guérif d’avoir « mis en lumière les liens entre Ailes pour l’Ouest et Vinci ». Il est en effet étonnant, sinon troublant, que « Des Ailes pour l’Ouest » ait choisi VIGICORP, parmi les centaines de prestataires informatiques présents sur la marché.

Contacté par Politis.fr, Alain Mustière, président de l’association et ex-président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Nantes, nous a affirmé « ne pas être au courant » que VIGICORP ait réalisé cette page d’appel à la manifestation. « Je ne savais pas mais, maintenant que vous le dîtes, c’était une connerie de prendre le même prestataire », nous a confié pareillement, André Taméza, son vice-président. Il ne faudrait toutefois rien en conclure. L’association, jure Alain Mustière, « n’a aucun contact avec Vinci ». Qui nuance aussitôt : « Même si nous en avions eu, nous travaillons avec qui nous voulons, cela n’a aucune importance. » Avant de concéder, quelques minutes plus tard avoir déjà été en contact à plusieurs reprises avec AGO, la filiale de Vinci, pour connaître « l’avancement du projet ».
Alain Mustière et son vice-président, André Taméza, ont toutefois profité de notre coup de fil pour se plaindre du comportement de la presse, qui, selon eux, ne donne la parole qu’aux militants et aux élus écologistes. Le premier nous a même suspecté de vouloir « nuire » à son association. Une intention qui ne nous a jamais effleurés en cherchant à répondre à une simple question.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Sam 15 Nov - 13:31

Citation :
Depuis 2012 l'aéroport au point mort 14/11

Le quasi-quinquagénaire projet d'aéroport nantais de Notre-Dame-des-Landes, relancé au début des années 2000 en vue d'une inauguration en 2017, est au point mort depuis la dernière tentative d'expulsion de ses opposants, à l'automne 2012.

Le quasi-quinquagénaire projet d'aéroport nantais de Notre-Dame-des-Landes, relancé au début des années 2000 en vue d'une inauguration en 2017, est au point mort depuis la dernière tentative d'expulsion de ses opposants, à l'automne 2012.
Le Premier ministre Manuel Valls a bien tenté, le 28 octobre, de rassurer les partisans du projet en réaffirmant la volonté gouvernementale de le mener à bien, mais il n'en reste pas moins suspendu à l'issue de multiples recours juridiques dont nul ne voit le bout.
Alors qu'un calme relatif régnait dans le bocage nantais depuis le statu quo décidé en début d'année par le chef du gouvernement de l'époque Jean-Marc Ayrault, la mort du jeune écologiste Rémi Fraisse le 26 octobre sur le chantier controversé du barrage de Sivens dans le Tarn, a ravivé les tensions entre pro et anti-aéroport.
Du 16 octobre au 24 novembre 2012, plus d'un millier de policiers et de gendarmes intervenaient sur la «Zad», Zone d'aménagement différé renommée « zone à défendre » par les anti-aéroport, pour déloger à grand renfort de gaz lacrymogènes et grenades assourdissantes les opposants installés dans des fermes et des cabanes, aussitôt démolies.
En face, les opposants, de plus en plus organisés et nombreux avec le renfort de quelques 200 comités anti-« NDDL » créés dans toute la France, répliquent tantôt à coup de manifestation massives et pacifiques, tantôt à l'aide de fusées de détresse, de frondes et de toutes sortes de projectiles, menant une quasi « guérilla bocagère » .
Au soir du 24 novembre 2012, Jean-Marc Ayrault, pourtant farouche partisan du projet en tant qu'ancien maire de Nantes, annonce à la surprise générale la mise en place d'une «commission du dialogue»: elle suspend de fait les travaux en donnant un coup d'arrêt aux expulsions.
Depuis, les seuls travaux d'ampleur entrepris ont été la construction de plusieurs dizaines de nouvelles cabanes ainsi que des semailles de blé, de tournesol ou encore de sarrasin. Une « lutte d'occupation » qui passe par l'installation de jeunes agriculteurs, pour qu'en cas d'abandon du projet, « les terres ne reviennent pas aux paysans qui ont fait le choix de signer à l'amiable » avec le concessionnaire de l'aéroport, le groupe Vinci, souligne Cyril Bouligand, agriculteur proche de la Confédération paysanne.

« Quelque part on a gagné »

Vincent, fils de paysans préférant « cultiver la terre que faire la guéguerre » , a ainsi posé ses valises dans une ferme de Saint-Jean-du-Tertre, visée par une expulsion avortée en avril, où les récoltes sont entassées.
Un « Camille » , prénom générique des opposants qui souhaitent garder leur anonymat, a, lui, planté un hectare de vigne, espérant « dans dix ans avoir du vin » .
« Il ne faut pas oublier que l'aéroport devait être mis en service très prochainement, donc quelque part on a déjà gagné » , fait valoir Jean-François Guitton, membre du Collectif des agriculteurs opposés au projet, le « Copain 44 » , organisateur d'une « marche unitaire » le 8 novembre à Notre-Dame-des-Landes.
La marche est partie symboliquement de la « Route départementale 281 » , toujours entravée par les chicanes des opposants. Puis elle est passée par les lieux des plus intenses affrontements avec les forces de l'ordre, pour rappeler qu'avant Rémi Fraisse « c'était l'un de nous qui aurait pu y rester » .
A quelques jours d'une nouvelle manifestation contre « les violences policières et judiciaires » , le 22 novembre à Nantes, elle avait pour but, en réunissant écologistes, agriculteurs ou anti-capitalistes, de montrer « qu'il n'y a pas de scission » au sein de la « résistance » , malgré les « moyens différents de s'exprimer » , selon M. Guitton.
Pour le fervent défenseur de l'aéroport qu'est le président PS de la région Pays de la Loire Jacques Auxiette, « ceux qui sont aux responsabilités » ont laissé « s'installer des logiques qui essaiment sur toute la France » en n'évacuant pas les «70, 80 ou 100» occupants « illégaux » de la Zad qui n'ont « fait que contribuer à polluer les projets » , dont celui de Sivens.
« S'il n'y avait pas d'opposants sur le terrain et des violences, les travaux pourraient commencer demain » , déplore aussi Alain Mustière, président de l'association « Des ailes pour l'Ouest » , favorable à l'aéroport. Pourtant, 52 recours déposés par les opposants ont déjà été rejetés, insiste M. Mustière.
En réaffirmant la détermination de l’État à réaliser le projet, une fois jugés les derniers contentieux (encore une trentaine), « le gouvernement sait peut-être déjà que nous perdrons tous nos recours » , remarque Françoise Verchère, présidente du Collectif des élus doutant de la pertinence de l'aéroport (Cédpa). Selon elle, le projet est « loin d'être enterré » .
Pour Jean-Philippe Magnen, vice-président EELV du Conseil régional, des signes « d'immobilisme total » se multiplient au contraire, comme la suspension par les collectivités territoriales des versements financiers au syndicat mixte ou encore celle de l'instruction du permis de construire de l'aéroport pour mieux prendre en compte l'évolution du trafic.
Il est persuadé que « dans ce quinquennat, il n'y aura pas une pierre de posée à Notre-Dame-des-Landes » .
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Lun 17 Nov - 1:48

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mar 18 Nov - 3:04

Citation :
Huit recours contre les aides accordées à Vinci avec AFP 16/11

Le collectif des élus opposés au projet demande le remboursement de 38 millions d'euros d'aides versées par l'Etat et les collectivités...

Le collectif d'élus opposés au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes a annoncé avoir déposé huit recours en justice afin d'obliger l'Etat et les collectivités à réclamer le remboursement d'aides versées à Vinci, concessionnaire du futur aéroport.
«Près de 38 millions d'euros ont été versés de mai 2011 à novembre 2013, avant que la Commission européenne ne dise que ces aides sont compatibles avec le marché», avance Françoise Verchère, conseillère générale et présidente du collectif des élus doutant de la pertinence de l'aéroport (CéDpa).

L'Etat et six collectivités visées

Ces nouveaux recours ont été déposés «le 22 octobre dernier». Ils visent l'Etat, le syndicat mixte aéroportuaire, et six collectivités (les régions Pays de la Loire et Bretagne, le département de Loire-Atlantique, Nantes Métropole, les communautés d'agglomération de Saint-Nazaire et de La Baule). Trois juridictions, les tribunaux administratifs de Paris, Rennes et Nantes, ont été saisies, a précisé l'avocat du collectif, Me Thomas Dubreuil.
Bruxelles avait donné son feu vert le 20 novembre 2013 à la subvention de 150 millions d'euros octroyée par l'Etat français pour financer une partie des travaux de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dont l'inauguration était initialement prévue en 2017.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mer 19 Nov - 2:46

Citation :
Quel est le combat des « zadistes »? Marine Tertrais 11/11

Ces temps-ci on entend de plus en plus parler de Zad ou zadistes. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Qui sont ces militants qui font face, depuis plusieurs semaines aux forces de l’ordre, près du barrage de Sivens mais aussi à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes ?

On les a découvert à l’occasion des violents affrontements entre forces de l’ordre et opposants au chantier du barrage de Sivens. Les « zadistes », contraction de Zad (« zone à défendre ») et activistes, sont plus déterminés que jamais. La mort du jeune Rémi Fraisse et le peu de compassion des membres du gouvernement ont boosté leur résistance. Présents dans le Tarn mais aussi à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, ou à Calais, ils organisent une résistance sans relâche et sont devenus en quelques mois une véritable épine dans la chaussure du ministère de l’Intérieur et du gouvernement en général.

Mais attention, Zad est une marque déposée par René Leblanc, militant anti-aéroport, auteur du livre Vol sur Notre-Dame-des-Landes, maire de Quelneuc (Morbihan) jusqu'en mars dernier et ancien directeur régional de l'Inpi à Rennes.

Leurs valeurs

Qu’est-ce qui pousse aujourd’hui un militant à venir s’installer dans des campements très souvent insalubres, sans chauffage, ni eau courante, été comme hiver, dans les bocages détrempés de la campagne nantaise ou à Sivens ? L’objectif des « zadistes » est avant tout de vivre en conformité avec leurs valeurs. Un « zadiste » refuse la domination des hommes entre eux et des hommes envers les animaux ou la nature, il lutte contre ce capitalisme qui porte en lui la source de toutes les injustices.

Se trouvent donc parmi leurs rangs des écologistes, des anarchistes, des défenseurs de la cause animale, des féministes, des marxistes, des anti-faschistes, des opposants au nucléaire, bref, des altermondialistes prêts à tout pour combattre le système quitte à user de la violence si nécessaire.

Leur mode de vie, une expérimentation sociale

Le « zadiste » est aussi un utopiste. Dans la lignée d’un Thomas More qui avait décrit les contours d’une société idéale, dans Utopie (1516), ou d’un Rabelais qui, dans Gargantua (1534), avait imaginé l'abbaye de Thélème et sa célèbre devise « Fais ce que voudras », les « zadistes » rêvent d’un monde sans frontières, sans propriété, ni hiérarchie. La vie collective fait partie de leur mode de vie, que ce soit dans des squats, dans ce qu’ils appellent des « communautés rurales autonomes » ou dans des campements de fortune. Pour eux, l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ou le barrage de Sivens ne sont que des prétextes pour dénoncer un système qu’ils rejettent en bloc.

On compte aujourd’hui une dizaine de zones à défendre en France : on en trouve dans la Meuse, contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, dans la Somme, contre la ferme des 1000 vaches à Ducrat, à Calais pour venir en aide aux immigrés ou encore en Savoie contre le projet de LGV Lyon-Turin.

Leur mode d’action

Si devant les caméras, les « zadistes » se désolidarisent des casseurs et des activistes violents avec les forces de l’ordre, il est cependant bien difficile de savoir à qui imputer les débordements des manifestations. Quand des vitrines de banques sont brisées à Nantes, on ne sait pas trop s’il s’agit de casseurs infiltrés ou d’un message clair contre les institutions d’un système capitaliste et financier que rejette la totalité des « zadistes ».

Aussi n’est-il pas rare de croiser des militants écologistes de la première heure au sein de Black Blocs lors de manifestations. Vêtus de noir, capuches sur la tête, les participants au Black Blocs n’hésitent pas à user de violence et à dégrader l’espace urbain pour se faire entendre. Car, selon eux, la violence vient avant tout de l’Etat.

Alliance avec les Black Blocs ?

Mais manifester au sein de Black Blocs ne veut pas dire être un Black Bloc, c’est là toute la nuance. « Les Black Blocs appartiennent à une structure éphémère qui fédère différents courants avec l’appui de groupes venant d’autres pays, d’Allemagne en particulier », nous expliquait, en février dernier, Jacques Leclercq, auteur de et « Ultras-Gauches » (L'Harmattan - janvier 2013).

« Ces activistes ne se retrouvent que sur place, au moment d’en découdre. Il ne faut pas confondre les Black Bloc de tendance autonome qui sont particulièrement violents avec une organisation, parfois en cortège, de militants anarchistes libertaires qui sont organisés et qui marchent en Black Bloc, c’est-à-dire latéralement, groupés et de manière compacte », ajoutait-il. Une distinction pas toujours très évidente…
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Jeu 20 Nov - 2:06

Citation :
Les locaux du PS à Nantes " éclaboussés de rouge " , le parti va porter plainte contre X SIBYLLE LAURENT 18/11

Le collectif Pour un monde sans police entend " déclarer la guerre au pouvoir nantais " ‘ – partis politiques et police. Une nouvelle manifestation est prévue samedi à Nantes, devant le palais de justice, " contre les violences policières " .

Du rouge. Pour rappeler le sang. Ce mardi, les passants du cours des 50-Otages ont pu découvrir la façade des locaux du parti socialiste maculés de peinture rouge. Les dégradations ont été revendiquées dans la journée par un collectif, baptisé " Pour un monde sans police " .

Dans un communiqué, les militants expliquent leur geste, en faisant référence à Rémi Fraisse, décédé lors de la mobilisation contre le barrage de Sivens dans le Tarn, ou encore aux " blessés et mutilés par la police " lors des manifestations anti-aéroport qui ont eu lieu à Nantes ces derniers mois. " Le Parti socialiste et sa police tuent ont du sang sur les mains " , indique le collectif, pour qui " le pouvoir nantais nous a déclaré la guerre " .

Assemblée générale et manifestation

Cette action intervient dans un climat d’effervescence dans les groupuscules contre les violences policières qui sont très actifs actuellement à Nantes, agissant souvent en marge des à côté des mouvements plus institutionnels contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Acipa, Cédpa, Copain 44…). Ainsi des militants d'extrême gauche, antifascistes et anarchistes ont prévu ce mercredi une assemblée générale à l’Université de Nantes pour " échanger et s’organiser " après le drame de Sivens.

Face à ce qu'ils estiment être un " déchainement de la répression étatique " , qui " cherche à museler la résistance " , le mot d’ordre est clair : il faut " reprendre la rue " . Le prochain rendez-vous est d’ores et déjà fixé. Ils appellent à rejoindre la manifestation de samedi à 14 heures devant le Palais de justice, organisée initialement par les comités locaux contre Notre-Dame-des-Landes pour dénoncer " les " procès incessants " contre les opposants " , notamment après la manifestation du 22 février dernier.

" Aucune opinion ne saurait justifier de telles méthodes " , pour le PS

Le Parti socialiste de Loire-Atlantique a réagi dans un communiqué à ces actes de " vandalisme " : " Leurs auteurs semblent préférer garder l'anonymat plutôt que d'assumer leur geste " , écrit Fabrice Roussel, premier secrétaire fédéral. " Aucune opinion, aucun acte, aucun fait ne saurait justifier de telles méthodes. " Pour lui, " les socialistes ont toujours préféré le débat d'idées, le dialogue et le respect des cadres démocratiques et juridiques à la violence, l'affrontement, au rejet de l'autre et de ses idées " . La fédération du PS 44 dit " condamner fermement " ces dégradations : " Nous ne cèderons pas devant ces tentatives d'intimidation et nous comptons procéder au dépôt d'une plainte contre X. "
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Jeu 20 Nov - 16:36

Citation :
Opposants à Notre-Dame-des-Landes. " Il faut récupérer les aides ! " 14/11

Les élus opposés au transfert de l'aéroport nantais ont déposé de nouveaux recours. Ils portent sur les aides versées par les collectivités et l'Etat au groupe Vinci.

Les élus opposés au projet de Notre-Dame-des-Landes veulent obliger l'État et les collectivités à récupérer plus de 38 millions d'euros versés à la société AGO (Vinci), qui doit construire et gérer le nouvel aéroport.

Ces aides ont été versées par l'État et les collectivités entre 2011 et 2013. "La Commission Européenne les a déclarées compatibles avec le marché, mais illégales sur cette période car elles n'avaient pas été notifiées en temps utile à la Commission par l'État français", argumentent l'élue Françoise Verchère et l'avocat Thomas Dubreuil.

Les recours ont été déposés devant les tribunaux administratifs de Nantes, Rennes et Paris.

Sont concernées les régions Bretagne et Pays de la Loire, le Département de Loire-Atlantique, Nantes Métropole, la Carene (Saint-Nazaire), Cap Atlantique (Guérande-La Baule)

La construction de l'aéroport, dont les travaux préparatoires auraient dû démarrer l'an dernier (pour une ouverture en 2017), est gelée du fait d'accords politiques. Ceux-ci prévoient qu'il n'y aura pas de travaux tant que n'auront pas été jugés les précédents recours, dont ceux portant sur le volet environnemental.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Sam 22 Nov - 4:51

Citation :
Manif du 22 novembre à Nantes : appel des organisateur-trices

Face au déchainement de la répression étatique et des violences policières qui cherchent à museler la résistance et le droit de manifester dans un espace public, nous appelons à reprendre la rue le 22 novembre.

Cette initiative, lancée depuis l’automne, par des comités locaux anti-aéroport, suite aux incessants procès de participantEs à la manifestation nantaise du 22 février, résonne singulièrement avec l’actualité de ces derniers jours et le drame du Testet.

Nous voulons, par cette initiative, dénoncer deux choses. D’abord l’usage d’armes mutilantes et mortelles par la police dans le cadre des manifestations, dans des villes mises en état de siège par des arsenaux comme canons à eau, rues bloquées par des grilles, vidéo-surveillance des cortèges, etc... Ensuite l’acharnement des tribunaux via une justice d’abattage qui condamne les opposantEs, en appuyant les convictions des juges sur les fichiers de la DGSI, police chargée de surveiller les mouvements politiques d’opposition.

Le déroulement de cette manifestation consistera à déposer des lettres d’auto-dénonciation qui seront remises au procureur pour exprimer notre solidarité avec les personnes condamnées et refuser ainsi la stigmatisation des opposantEs aux décisions de l’Etat.

SOYONS CRÉATIFS ET CRÉATIVES POUR MONTRER NOTRE DÉTERMINATION !

Le collectif d’organisation de la manif du 22.11 considère qu’il y a un enjeu très fort à reprendre la rue en masse, à ne pas la laisser à la police. Et cela passe par le fait de vaincre la peur collective qui s’est installée ces derniers jours, suite à l’accumulation de blessures, mutilations, incarcérations et tabassage médiatique.

Nous ne condamnons pas les expressions de colère, surtout suite au meurtre de Rémi, mais nous considérons que les affrontements avec la police et la casse participent à faire monter la tension de telle façon que tout un tas de gens ne se sentent pas à l’aise pour retourner manifester, ou bien n’en voient plus l’intérêt stratégique.

Nous proposons donc à toutEs les participantEs à la manif d’apporter des idées nouvelles pour instaurer un climat de confiance, et donc de considérer comme un enjeu de s’abstenir de répondre aux provocations des flics ou s’en prendre aux biens matériels.

Il ne s’agit pas là de porter une critique idéologique sur ces actes mais bien d’une volonté stratégique de reprendre la rue en masse à cette occasion.

Le collectif d’organisation de la manifestation, composé des membres de comités locaux contre le projet d’aéroport, de collectifs anti répression, de membres de différentes associations et d’individuEs
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Dim 23 Nov - 3:08

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Dim 23 Nov - 20:56

Citation :
Malgré l'interdiction de fait de manifester, la mobilisation s'amplifie !

La manifestation contre les violences policières et la répression judiciaire a réuni plus de 4000 personnes. Plus de 300 lettres d'auto-dénonciation pour participation à la manifestation du 22 février à Nantes ont été envoyées au procureur. Malgré le dispositif policier délirant et le climat de peur instauré par les autorités, c'est la plus importante à ce jour.

Cependant, on ne peut que s'inquiéter quant à la possibilité même de manifester : blocage du centre-ville, fouilles et arrestations préventives, mise en joue au visage avec des LBD de manifestants désarmés, discours anxiogènes de certains médias en amont visant à dissuader de manifester...

Pourtant, la diversité des personnes présentes démontre que le mouvement s'élargit et que le discours de la peur ne prend pas. Ils ne parviendront pas à nous enfermer dans la figure caricaturale du black-block casseur ultra-violent, dont ils abusent pour justifier la répression de toute forme de contestation.

Le mouvement, dans sa diversité, reste solidaire et déterminé pour mettre fin aux violences policières et judiciaires, seule réponse de l'état à des luttes légitimes.

Nous donnons rendez vous le 7 décembre à 14h devant la préfecture pour un marathon jusqu'à la prison en soutien à Enguerrand, emprisonné depuis plus de 7 mois suite à la manifestation du 22 février et victime d'un acharnement judiciaire scandaleux.

Le collectif d'organisation de la manif, composé des membres de comités locaux contre le projet d'aéroport, de collectifs anti-répression, de membres d'associations et d'individu-es.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mar 25 Nov - 1:54

Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mer 26 Nov - 5:26

Citation :
Dégradations sur une gendarmerie près de Notre-Dame-des-Landes: 5 mises en examen avec AFP

Cinq personnes ont été mises en examen pour des dégradations commises vendredi sur la gendarmerie de Sautron (Loire-Atlantique), près du site du projet contesté d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Ces trois hommes et deux femmes, occupant la « zone d'aménagement différé » (ZAD) prévue pour le projet, ont été mis en examen notamment pour « dégradations volontaires » et placés sous contrôle judiciaire, a indiqué cette source à un correspondant de l'AFP.

Ils avaient été interpellés peu après les faits, à bord d'un même véhicule.

Ils sont soupçonnés d'avoir, avec une quarantaine de personnes, maculé de peinture et tagué la façade de la gendarmerie de Sautron, une action « symbolique » menée « dans une atmosphère bon enfant » , selon le communiqué anonyme qui la revendiquait, à la veille d'une journée de mobilisation contre les « violences policières » .
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait quant à lui condamné « très fermement les exactions commises ce (vendredi) matin par une quarantaine d’individus encagoulés » qui, « après avoir forcé le cadenas de la grille d’accès et pénétré dans l’enceinte des locaux de la brigade, (...) ont couvert les murs d'insultes à l’égard des forces de l’ordre et jeté un fumigène avant de s’enfuir » .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Aujourd'hui à 1:11

Revenir en haut Aller en bas
 
Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 27 sur 30Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28, 29, 30  Suivant
 Sujets similaires
-
» Aéroport Notre-Dame des Landes : NON MERCI !
» Blog BF Notre Dame des Paludiers
» Requiem de Mozart à la Basilique Notre-Dame de Montréal
» Ecole de Notre-Dame (1160-1250)
» 2010-10-12 - ROBILLIARD - Notre-Dame de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Manifs-
Sauter vers: