Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 18 ... 30  Suivant
AuteurMessage
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mer 19 Déc - 2:45

Citation :
Cyril s'est fait condamner en comparution immédiate fin novembre après s'être fait arrêter sur la ZAD par des gendarmes infiltrés sur une barricade.

Il nous répond et nous envoie une chanson qu'il nous demande de publier.

Pour lui écrire : centre pénitentiaire quartier maison d'arrêt Cyril n°d'écrou 57360 rue de la Mainguais 44300 nantes

Mes chers camarades,

Un très grand merci pour votre soutien et celui des autres camarades zadistes. Pas une journée ne se passe sans que je pense à vous tous. Merci pour ces infos non muselées que tu m'apportes, cela renforce encore plus mes convictions déjà fortes et ne me désespère pas pour notre cause qui est juste, elle. Nous ne sommes peut-etre qu'une épine dans le pied de ce gouvernement mais elle est assez profonde pour qu'il puisse la retirer.
Remplie d'un venin qui se nourit d'amour et de solidarité, elle envenime ceux qui sont pour la destruction, la repression violente et les constructions capitalistes inutiles pour une population pacifiste mais resistante qui ne demande que de vivre en paix et en harmonie avec la mère nature. Ils ne sont pas à leur premier coup d'essai. Mais la resistance est toujours là. Nous faisons partie de la nouvelle et de l'ancienne génération qui lutte depuis tant d'années contre ces multiples projets inutiles. Ils depassent les bornes. Ces souffrances qu'ils infligent à nous et à la mère nature sont malheureusement irreversibles et nous ne les oublieront jamais. Qui sont-ils pour penser que la valeur de l'argent est plus importante que celle de l'être humain et de son environnement. Pour moi c'est un devoir envers les miens de crier mon opposition à tout celà.
La destruction massive de notre mère la terre doit cesser car les conséquences en sont désastreuses. Que laisserons-nous à nos enfants ? Une chose est sûre, nous ne sommes pas des lâches. Nous nous battons pour des valeurs sûres, justes et ils en seront fiers. L'Etat ne peut en dire autant, car il en est pas à sa première erreur. Mes grands parents et mon père ont subis les memes erreurs à une échelle differente et leur etait reproché à l'epoque le simple fait d'etre juifs et de vouloir protéger cette terre qui est la nôtre.
Refusant de partir de leur terre pendant la guerre, ils en ont payé le prix fort. Fusillés par les collabos de l'époque devant mon père qui n'avait que 5 ans. Certaines choses ont changés mais le gouvernement lâche et hypocrite reste ferme devant les cris et les pleurs de ses enfants qu'il dit capricieux. Je pense que le caprice vient d'eux et que la Raison vient de notre passion et de notre amour pour ces nombreuses causes justes et défendables. Ils ne l'entendent pas de même et nous poussent dans l'illegalité et la rébellion. Ma peine est celle d'un être humain qui ne se soumet pas. Comme la vôtre. Faut-il pourtant subir ? Ma réponse est Non. Nous ne lâcherons rien. Car peu importe le temps , ce qui compte ce sont les messages et le résultat ainsi que les erreurs flagrantes que le peuple voit. Ne changez rien, reste comme vous êtes, libres!
Mes bottes me manquent, vous me manquez camarades et ami-e-s et je continue la lutte d'une autre manière. Grace à vous j'ai assez de contacts à l'exterieur pour me faire entendre. Cela fait plus de dix ans que je me bas pour differentes causes. Je suis originaire de cette région et je le resterais malgré mon interdiction de séjourner dans le 44 pendant 2 ans.
Sauf Avessac où j'ai acheté un petit corps de ferme que je rénove pour tous ceux qui aiment la nature et la liberté. Je suis tailleur de pierre et cela me plait. Ma lutte se fait aussi dans la musique depuis 12 années et passera ces messages grace à l'aide exterieure, étant à l'heure actuelle prisonnier. Je suis sur le projet d'un nouveau CD destiné à notre cause. Car il me semble nécessaire de faire passer ces messages. Je vous fais donc part du premier jet de la première chanson que je vous offre en espèrant votre participation future d'une verité qu'on nous demande de cacher.
J'aimerais si possible que cette lettre ainsi que cette chanson soient mises sur Indymedia. Merci. Je compte sur vous et vous remercie tous pour le soutien que vous
m'apportez et surtout pour cette cause juste. La terre de nos parents est la future terre de nos enfants, ne l'oublions pas.
V.D.R et S

Je vous embrasse,

Cyril n°ecrou 57360 prison de Nantes

Cette chanson se fredonne comme un chant de pirate

ZAD PACIFISTE MAIS RESISTANTE

Refrain:

Nous ne sommes pas des criminelles, nous sommes des enfants
Nous nous battons pour la terre et non pour l'argent
Que laisserons-nous derrière pour tous ces enfants?
Surement pas une terre meurtrie depuis trop longtemps.

Nous ne pouvons plus nous taire car l'erreur est flagrante
L'Etat reflète notre misère et en est conscient.
Pousse l'humain à bout de nerfà cause des dirigeants.
Dans une atmosphère austère et si méprisante.

Nous nous battons pour cette terre que nous aimons tant.
Pour combattre cette misère nous restons devants.
L'égalité sur cette terre n'est pas si flagrante.
Regarder autour mes frères l'ampleur est dégradante.

Pour nos soeurs et pour nos frères même pour nos enfants.
Le reflet d'une misère crée par tous ces gens.
De finance et de guerre nous 'nous laisserons pas faire.
En avant tous ensemble.

refrain

Que laisserons-nous derrière si ce n'est le temps de réparer
cette terre qui nous offre tant.
Nous ne sommes pas des criminels nous sommes des enfants
tous issus de la même terre celle de nos parents .

N'ayons plus peur de nous taire devant toute cette violence.
Envers nous envers la mère qui nous rend vivant.
Des cultures si différents et enrichissantes.
Pour combattre la misère qui est juste devant.

Allons marchons mes frères unis tous ensemble.
Montrons leur ni peur ni souffrance car nous nous sommes fiers.
De combattre vaillement mais pas pour la guerre.
Pour un futur rayonnant résistons mes frères.

Que laisserons-nous à nos enfants sûrement pas la misère.
Que le ministère comprenne que l'on ne peut se taire
devant toute cette violence gratuite et volontaire
nous ne pouvons nous taire.

Merci pour tout et continuez à vivre
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Jeu 20 Déc - 3:18

Citation :
Message du collectif lillois de la marche sur NDDL

Bonjour à tous nos camarades en lutte contre l'Ayrault-port et son monde!

Nous avons pour projet, ici, à Lille, de rejoindre Nantes à pied. Pour délivrer un message à dimension humaine, à un rythme humain. Un message de solidarité, de non violence, de décroissance. Nous voulons montrer à travers cette marche, que la France est unie, organisée, qu'elle ne veut, ni de cet aéroport, ni de tous les autres grands projets inutiles imposés. Et qu'il est grand temps que l'on cesse de massacrer la Terre, sans laquelle l'humain ne peut vivre.

Nous vous invitons tous à nous rejoindre, ou que vous soyez, ou à créer d'autres chemins pour ceux qui viennent de l'autre bout de la France ou d'ailleurs pour nous rejoindre et rejoindre NDDL!

Et nous vous demandons votre aide. Pour dormir au chaud et manger le soir. Pour se rencontrer. Ce peut être l'occasion d'organiser un débat sur la place publique dans votre ville? De parler de vos propres groupes?

Nous partons Samedi 5 janvier 2013, rendez vous à 8 heures devant l'Opéra de Lille, place du Théâtre 59 000 LILLE, Métro Rihour ou Gare Lille Flandres pour un départ à 9 heures.

http://www.convergencedesluttes.fr/index.php?post/2012/12/16/DE-LILLE-A-NOTRE-DAME-DES-LANDES
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Sam 22 Déc - 2:51

Citation :
Appel à défendre la Sécherie, dernier lieu-de-vie en dur sur la ZAD

Depuis le 16 octobre 2012 la ZAD subit une opération destruction de toutes ses infrastructures et lieux de vie. La Sécherie sera elle aussi le 27 décembre dans la ligne de mire des forces de destruction socialistes, les derniers recours en justice possibles étant épuisés.

La défense d'un lieu de vie collectif n'est pas chose aisée, surtout lorsqu'il s'agit de maisons en dur ou de cabanes avec un accès par les routes. La force publique ripoux-blicaine a d'ailleurs réussi jusqu'à présent à les détruire en utilisant tous les moyens répressifs dont elle dispose : un déploiement répressif de gardes mobiles et de CRS très important permettant aux entreprises privées qui collaborent avec VINCI/AGO d'acheminer sur nos lieux de vie tout le matériel nécessaire à la destruction.

La Bellishroot, la Gaîté, le Sabot, le Rosier, les Planchettes, le Pré-failly, l'Aprés-Faillite, le Squat à Puces, le Tertre, la Saulce, Bel-Air, les 100 chênes, la forêt de Rohanne...



L'État saucialiste a parié sur la destruction de ces lieux de vie et de leurs jardins collectifs en imaginant qu'il arriverait par ce moyen à décourager l'engagement qui nous anime à combattre L'aéroporc et son monde. Il s'est évidemment lourdement planté, il suffit de voir pour cela tous les nouveaux lieux occupés sur la ZAD pour s'en convaincre. L'opération César est un échec total.

C'est aussi en pleine période hivernale que les terroristes sociaux démocrates ont choisi de tout détruire. Malheureusement pour eux, leur incapacité à comprendre la flamme qui nous anime toutes et tous les dépasse. Nous n'aurons la liberté que nous saurons prendre à cet état policier qui tente par tous les moyens de nous bâillonner en utilisant tous les dispositifs répressifs dont il dispose.

Gouvernement de voleurs, cleptocratie criminelle, l'État déclenche des guerres contre les peuples depuis des siècles afin de les asservir, de les affaiblir, de les diviser car sa loyauté va aux grandes multinationales comme Vinci qui lui ont toujours permis de se maintenir au pouvoir.

Résistance. Résistance au colonialisme, à l'oligarchie criminelle capitaliste, à tout type d'asservissement, de domination et de contrôle social, à la barbarie nucléocrate, au sexisme, au racisme, au bétonnage de la terre, à l'exploitation de l'humain, des animaux et des ressources naturelles, à l'enfermement carcéral, à la justice du capital, à la police et à l'armée.

Le 27 décembre soyons le plus nombreux/nombreuses possibles pour défendre la Sécherie.

Toute future destruction sur la ZAD sera suivie de représailles partout en France et en Europe.

Partout où Vinci, le PS et les entreprises collabos qui travaillent avec seront présents nous frapperons à notre tour pour leur faire payer au centuple ce qu'ils nous feront subir.

Mettons le capitalisme à genou toutes/tous ensemble.
La terre n'est pas une marchandise. Rien n'est à négocier.
Non à l'Ayraultport de Notre-Dame-des-Landes et à son monde !
Vinci dégage, résistance et sabotage !

Le mardi 18 décembre - Les habitant.e.s de la Sécherie - Zone d'Autonome Définitive.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Dim 23 Déc - 3:00

Citation :
Notre-Dame-des-Landes : trois opposants condamnés 20-12 avec AFP

Présenté en comparution immédiate, l'un d'eux a été condamné à deux mois fermes pour violences à l'encontre des forces de l'ordre.

Un opposant a été blessé dimanche soir par une grenade de désencerclement, lors de heurts qui ont opposé les gendarmes qui surveillent la zone à Notre-Dame-des-Landes.

Le tribunal correctionnel de Nantes a condamné mercredi 19 décembre en comparution immédiate trois opposants au projet d'aéroport Notre-Dames-des-Landes interpellés dans la nuit de lundi à mardi, l'un à deux mois fermes et six avec sursis et les deux autres à trois mois avec sursis chacun.

L'opposant condamné à de la prison ferme a été écroué à la sortie de l'audience. Il était poursuivi pour violences à l'encontre des forces de l'ordre, outrages et rébellion.

L'avocat général avait requis à son encontre 12 mois de prison dont six avec sursis compte tenu d'antécédents dans son casier judiciaire.

Les deux autres opposants, un couple d'Allemands au casier judiciaire vierge, ont été condamnés à trois mois de prison avec sursis, et comme le premier opposant, à une interdiction de séjour sur les six communes concernées par le projet contesté d'aéroport Notre-Dame-des-Landes.

Polémique nationale

Il s'agit de la deuxième condamnation à de la prison ferme à l'encontre d'un opposant à l'aéroport depuis le déclenchement à la mi-octobre d'une vaste opération d'expulsion des quelques 150 opposants alors installés sur le site.

Cette opération a suscité l'émoi et le dossier est devenu un objet de polémique nationale du fait de l'implication du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, ancien député-maire de Nantes.

Alors qu'une commission de dialogue, créée fin novembre par le gouvernement pour apaiser le débat, doit être présentée jeudi et commencer ses entretiens vendredi, sur le terrain, la tension reste vive entre les opposants et les gendarmes qui surveillent la zone.

Un opposant a été blessé au pied dimanche soir par une grenade de désencerclement, lors de vifs heurts qui ont opposé les gendarmes qui surveillent jour et nuit le carrefour central de la zone du projet d'aéroport à des groupes d'opposants. Ces heurts se sont reproduits lundi soir, et ont débouché sur l'interpellation des personnes condamnées mercredi.

Citation :
Notre-Dame-des-Landes : des opposants condamnés à de la prison ferme

Un an de prison, dont six mois fermes, pour violences à l’encontre des forces de l’ordre : c’est la peine dont a écopé un des opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le 20 décembre. Avec interdiction de séjourner en Loire-Atlantique pendant cinq ans. Depuis le déclenchement mi-octobre de l’opération policière César – qui prévoyait d’expulser en quelques jours les occupants installés sur la ZAD – c’est la troisième condamnation d’un opposant à de la prison ferme, assortie d’une interdiction de séjour.

D’autres opposants ont été condamnés à des peines de prison avec sursis ou des amendes. Comme l’agriculteur Sylvain Fresneau, président de l’Association de défense des exploitants concernés par l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Adeca), condamné à 800 euros d’amende pour « fait de violences contre les gendarmes avec usage ou menace d’une arme, en l’espèce un tracteur » ! Lors d’une manifestation contre les modalités des enquêtes publiques, il a fait reculer son tracteur avec remorque en direction d’un barrage de gendarmes.

« Quand la police n’est pas là, tout est calme »

Sur la ZAD, les tensions sont vives entre gendarmes et occupants. L’un d’entre eux a été grièvement blessé au pied le 16 décembre, par un tir de grenade assourdissante. Ces armes, censées être seulement défensives, ont déjà fait de nombreux blessés fin novembre. Les opposants — occupants, élus, membres de l’Acipa — demandent à nouveau le retrait des forces de police. « Il faut qu’ils partent tant que la commission du dialogue n’a pas statué », estime un opposant. « La grande manifestation du 17 novembre l’a prouvé : quand la police n’est pas là, tout est calme. »

Les forces de l’ordre « contrôlent certaines personnes seulement, de manière totalement arbitraire », décrit un militant de l’Acipa. « Ils se mettent sur les chemins encore praticables pour obliger les gens à passer dans l’eau et dans la boue. Et ils sont trop près de la Châtaigne (lieu d’occupation symbolique de la lutte depuis le 17 novembre). C’est insupportable pour les gens sur place. » Drôle de climat pour accueillir la commission du dialogue, présidée par Claude Chéreau, qui doit commencer ses auditions le 21 décembre.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mar 25 Déc - 1:31

Citation :
Lobbying pro-aéroport sur les réseaux : l'appel d'offres polémique abandonné

Le syndicat mixte aéroportuaire a fait connaître hier soir dans un courrier adressé aux collectivités qui le financent sa décision d'arrêter l'appel d'offres qu'il avait lancé la semaine dernière pour du lobbying sur les réseaux sociaux, et à destination des médias en faveur du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Le président du syndicat mixte, Jacques Auxiette, détaille dans cette lettre ces motivations.


Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mar 25 Déc - 18:20

Citation :
Décorations de Noël : Florian, l’adolescent qui illumine Notre-Dame-des-Landes 24/12

Supporter du FC Nantes et passionné d’illuminations, Florian Candille est contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, mais pour « donner du bonheur aux gens ».

Au cœur du site du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, vit la famille Candille. Le fils, apprenti cuisinier, est fou de décorations de Noël. Cet adolescent a enguirlandé sa maison. TF1 devrait se rendre chez Florian Candille ce 24 décembre 2012. Le reportage sera diffusé au journal télévisé de 13 h dans les prochains jours.

L’histoire

À Notre-Dame-des-Landes, au moins un jeune qui ne passe pas pour être un illuminé. Florian Candille, 16 ans, est juste raide dingue d’illuminations de Noël. Papa, maman, Aurélie sa sœur et lui vivent depuis fin septembre à 500 m à vol d’oiseau de la Zad (Zone à défendre).

Au cœur de cette ambiance électrique, l’apprenti cuisinier en formation au Château de La Groulais, à Blain, appuie sur l’interrupteur chaque soir à 18 h. Hé hop, tout s’éclaire d’un coup autour du pavillon familial.

Florian a « tout installé » : une piste de ski « faite maison », une crèche, six Pères Noël en vinyle, 70 m de guirlandes autour de deux chênes, 30 m autour d’un peuplier, un « christmas tree » (arbre de Noël) de trois mètres de haut…

« J’ai enroulé des guirlandes autour d’un mât en ferraille. On fait ça en Amérique, en France, on n’en voit pas ». « Il a un esprit créatif et a bon goût, explique Guylène, sa mère. Et puis, ces lumières, ces éclats et ces reflets apportent beaucoup de gaîté dans une zone où il y a de la violence et de la tension ».

« Les gens ralentissent, s’arrêtent… »

Florian allume-t-il un feu de joie dans un Notre-Dame-des-Landes sous les feux des projecteurs ? Un peu mon n’veu. Marie-Christine, sa tante de Nort-sur-Erdre, nous a branchés avec lui parce qu’il faisait des choses « pacifistes ». Les pare-chocs des fourgons de gendarmerie sont souvent garés juste en face de chez lui. La Route entre La Pâquelais et Notre-Dame-des-Landes étant barrée, on passe forcément par le lieu-dit l’Épine et devant chez les Candille.

Les gens « ralentissent, s’arrêtent ou rentrent carrément pour regarder », savoure la famille. Florian, dit « Dadou », a copié son père, Patrick, décorateur à ses heures : « Je l’ai laissé faire. Ça fait maintenant trois ans qu’il s’est passionné pour les illuminations. Il évolue d’année en année. »

« Si vous aviez vu ses yeux »

Le fiston tient un blog. Il partage des photos et fait notamment état de l’avancée de ses réalisations, dont l’une de ses plus importantes, une cabane en bois pour le Père Noël. Au moins celle-là, personne ne la détruira.

Le 30 novembre, Patrick, Florian et Aurélie sont allés au Mans dans une enseigne spécialisée dans les décorations lumineuses, Chromex, qui déstockait. Ils en sont sortis avec trois chariots pleins à ras bord. « Si vous aviez vu les yeux de Florian, on aurait dit un enfant de 4 ans », se rappelle sa sœur. Il y en avait pour 10 000€, Florian a payé 300 €. Toute sa paye, la première, y est passée.

Les 35 guirlandes raccordables, les 10 000 ampoules led, les cinq jabots blancs de type canadien, les 40 ampoules led flash… ont été rangés à l’étage. Florian les garde pour l’an prochain. « Il y aura un disjoncteur général et les prises de courant seront enterrées », promet son père. Vive Notre-Dame-des-Lampes !
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Jeu 27 Déc - 3:09



http://www.youtube.com/watch?v=Ipy01M4Bci4
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Ven 28 Déc - 1:56

Citation :
La construction d’un nouvel aéroport pose la question du grignotage continu des terres agricoles en Loire-Atlantique. 19/12

Le projet de Notre-Dame-des-Landes, un mal pour un bien ? C’est ce qu’expliquait le 29 novembre 2012 Gilles Retière, président de la communauté urbaine de Nantes, au théâtre du Vaudeville à Bruxelles lors de la remise à la ville du prix « Capitale verte de l’Europe 2013 ».
Evoquant la destruction de zones humides et d’espaces boisés, l’élu socialiste estime toutefois que le bilan environnemental présente un bénéfice supérieur au coût.

En 2009, Jean-Marc Ayrault précisait déjà que le transfert de l’aéroport libérerait ses 300 hectares au sud du périphérique, constituant ainsi « une opportunité pour lutter contre l’étalement urbain ».
Mais cette perspective suppose la fermeture complète de Nantes Atlantique, incompatible avec la pérennité de l’usine voisine Airbus : le maintien de la piste amoindrit du coup le potentiel constructible.

L’un des taux plus élevés dans l’Hexagone hors IDF - Or la disparition des terres agricoles est un sujet sensible en Loire-Atlantique : le taux d’artificialisation des sols s’élevait à 14 % en 2010, l’un des plus élevés dans l’Hexagone hors Ile-de-France selon les données Agreste.
Le service statistique de l’Etat souligne que ce mouvement sollicite désormais « l’ensemble de ses ressources foncières », y compris les espaces naturels.

D’où la mobilisation de la Confédération paysanne, syndicat à la pointe de la contestation à Notre-Dame-des-Landes : la commune est présentée par les scientifiques comme le château d’eau naturel du département, à cheval sur les bassins versants de la Loire et de la Vilaine.
« Ce territoire d’élevage fonctionne bien dans un bocage préservé avec des structures foncières adaptées », relève l’association Bretagne vivante.

Plus d’un millier d’hectares ? - Selon la chambre d’agriculture, la réalisation de la plate-forme aéroportuaire nécessitera de sacrifier 550 hectares (250 selon l’Etat) auxquels il faut ajouter 200 hectares liés à la desserte routière.
Les travaux toucheront partiellement ou totalement 45 exploitations.

Mais l’impact réel s’annonce encore plus important : en 2007, la commission d’enquête publique pointait « le lourd tribut » agricole, l’estimant à plus d’un millier d’hectares « à long terme ».
Et sans doute davantage encore car un tel équipement ne reste pas isolé en plein champ : habitat, activités économiques, services, etc. emboîtent alors le pas.

Quant au périmètre de protection des espaces agricoles et naturels (PEAN) prévu sur 19 000 hectares entre l’emprise aéroportuaire et Nantes, son intérêt est évident mais sa création n’interviendra pas avant 2015 au mieux et ne suffira pas à contenir la spéculation foncière, font remarquer plusieurs responsables associatifs.

Curieusement, la commission départementale de consommation des espace agricoles (CDCEA) ne s’est toujours pas penchée sur le dossier. Depuis sa création en mai 2011, l’occasion d’une auto-saisine s’est pourtant présentée plusieurs fois à elle.

Mission - Reste à connaître la position de la « mission agricole » confiée le 30 novembre par le gouvernement à Dominique Pélissié, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts.

« Arrêter de considérer la terre agricole comme une réserve pour les projets » Bernard Jochaud, président de l’association Terre de liens en Pays de la Loire

« Avec 2 000 hectares soustraits chaque année à l’agriculture, la situation en Loire-Atlantique n’est pas tenable. Et les dispositions du Grenelle de l’environnement sont insuffisantes. Il faut des mesures plus contraignantes. Un dispositif a fait ses preuves en Belgique : toute perte de terres agricoles doit être compensée par de nouvelles terres agricoles. En France, lorsqu’un agriculteur demande un foncier équivalent à celui qu’il lui faut céder pour un projet donné, on puise dans le stock des terres productives, ce qui se traduit in fine par un solde global négatif. Autre mesure : il conviendrait de taxer les parcelles non cultivées et du coup exemptes de l’impôt. Elles représentent 5 à 10 % de la surface agricole utile. Dans l’agglomération nantaise, une étude estime ces friches à 5 000 hectares. »

Citation :
Pour Eau et Rivières de Bretagne, un avis légal manque dans le dossier aquatique du projet d’aérport 13/12

Le responsable d’Eau et Rivières de Bretagne n’en revient pas. L’avis de l’autorité environnementale ne figure pas dans l’enquête publique de la loi sur l’eau appliquée à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

« Cet avis, qui doit éclairer le public sur l’impact du projet, était obligatoire au moment de l’enquête, cet été », affirme Gilles Huet, délégué général de l’association. « Inquiète », l’association l’a demandé trois fois. La direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement des Pays de la Loire (Dreal) vient de répondre.

Effectivement, l’avis n’existe pas. « Il n’est pas nécessaire dans la mesure où il n’était pas obligatoire lors l’enquête de déclaration d’utilité publique (2006) qui a précédé la récente enquête loi sur l’eau, explique la préfecture de région. Mais le ministre de l’Environnement avait donné un avis en 2006. »

Une logique contestée par le responsable d’Eau et Rivières de Bretagne. « Les deux procédures, déclaration d’utilité publique et loi sur l’eau, n’ont rien à voir », affirme-t-il.

« Alors qu’elle multiplie les avis sur les projets mineurs, le moindre camping, la plus petite zone commerciale, la Dreal n’a pas jugé bon d’analyser le plus vaste projet d’aménagement de l’Ouest, destructeur d’un millier d’hectares de zones humides », dénonce Gilles Huet.

Celui-ci pointe le double rôle de la direction régionale de l’environnement, à la fois experte en environnement et chargée de mener des projets. Ici c’est elle qui s’occupera de la desserte routière de l’aéroport.

« On peut douter de la capacité de l’État à être un arbitre objectif dans ce dossier », regrette le responsable, par ailleurs persuadé que « l’absence d’une pièce importante augmente la fragilité du dossier au regard des mesures environnementales ».

Le nouvel aéroport est situé dans le bocage nantais, en zone humide. Ne pouvant compenser en surface les atteintes à l’environnement, l’État et le constructeur Vinci ont élaboré une autre formule, expérimentale.

Celle-ci va être évaluée par une commission d’experts. La nouvelle méthode ouvrira la voie au contournement de la loi sur l’eau, estiment les associations de défense de l’environnement.

Quant à l’avis de l’autorité environnementale, les associations n’auront plus besoin de le chercher. Delphine Batho, ministre de l’Écologie et du Développement durable vient de modifier le code de l’Environnement. Par décret, elle a supprimé, précisément, l’obligation de produire l’avis de l’autorité environnementale pour les travaux visés par la loi sur l’eau.


Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Sam 29 Déc - 2:33

Citation :
Rassemblement devant la prison de Nantes-Carquefou Contre l’aéroport et ses prisons

RASSEMBLEMENT BRUYANT DEVANT LA PRISON DE NANTES/CARQUEFOU SAMEDI 29 DECEMBRE

Rendez-vous à 16H00 au parking du centre commercial Carrefour La Beaujoire du côté du Mc Donald

Pour s’y rendre depuis le périphérique de Nantes : sortie n°41 , le centre commercial est situé entre la route de paris et le boulevard de la Beaujoire.

----------------

Parce que dans ce bocage, dans ces champs de gadoue, autour de ses barricades, lors de ces tambouilles gargantuesques, dans les rues de Nantes et partout en France, nous sommes toutes et tous ensemble contre leurs machines et leur monde du saccage... Rassemblons-nous devant les murs de la prison pour faire entendre notre solidarité et notre détermination à rester ensemble.

Ce projet d’aéroport, ils veulent le faire passer par la force. Ils occupent, ils essayent de contrôler et de bloquer la zone, ils fouillent, ils foutent la pression, ils tentent de manipuler, de diviser ; nous les évitons, nous les perturbons, nous continuons à vivre, à construire et à résister encore et encore.

Certain.es d’entre nous ont été condamné.es à des interdictions du territoire, de la Zad ou du département pour 1 ou 2 ans, à de la prison avec sursis, et dernièrement à des peines de prison ferme de deux et cinq mois. Lors des procès, les procureurs de la république justifient les peines prononcées comme “n’étant pas des peines contre le mouvement de contestation du projet d’aéroport, mais contre des actes délictuels”. Nous voulons affirmer que dans cette résistance contre les expulsions, nous ne nous habituerons pas à leur présence, à leur répression, et nous continuerons à lutter pour qu’ils dégagent.

Ils tentent de nous intimider, nous leur répondons que ça ne fonctionne pas ! Ils tentent de nous isoler physiquement, ça ne se passera pas comme ça !

Information complémentaire : pour en parler, une discussion-bouffe auberge espagnole est organisée LE VENDREDI 28 DECEMBRE A MIDI à la Chat teigne.

Bonjour,

On s’organise depuis une dizaine de jours pour faire un rassemblement bruyant devant la prison de Nantes-Carquefou où sont détenus deux opposants (Cyril pour 5 mois et un autre copain pour 2 mois) qui aura donc lieu le SAMEDI 29 DECEMBRE A 16H.

De plus, on doit faire savoir que sur la ZAD, on fait face à une répression judiciaire plus intense qu’avant. Ainsi on doit s’occuper de frais de justice important et de soutien actif aux copains emprisonnés et à toutes celles et tous ceux inculpé.es ou réprimé.es. On pense qu’il faut qu’on discute de tout ça et du rassemblement, donc on vous invite à venir à une bouffe auberge espagnol sur la Chat-teigne le VENDREDI 28 DECEMBRE A MIDI.

On souhaite que vous puissiez transmettre ce message autour de vous, aux listes de diffusion locale, aux comités, aux groupes antirépression, aux groupes anticarcérales, aux différentes associations et collectifs en lutte contre l’aéroport. On voudrait que ça se diffuse car pour trouver les contacts de tout le monde c’est pas encore très au point...

On veut aussi vous dire qu’on ne pourra pas centraliser toutes les idées que les gens veulent apporter pour ce rassemblement. Soyons inventifs, et on pourra en discuter le vendredi à la chat teigne... On sait que la période de fin d’année est pleine de "fêtes", on souhaite quand même se retrouver avec ceux et celles avec qui on lutte pour ne pas oublier celles et ceux réprimé.es, pour faire la fête tous et toutes ensemble. Pour la fin du monde de l’aéroport aussi en 2013 !
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Sam 29 Déc - 23:29

Citation :
COMMUNIQUE DE PRESSE DES MARCHEURS DE LILLE A NDDL

A toutes et tous les camarades en lutte contre l’Ayrault-porc et son monde...

Nous avons comme projet de partir, ici de Lille à Notre Dame Des Landes via Nantes à pied. Nous voulons montrer à travers cette marche que la France est unie, organisée, qu’elle ne veut ni de cet aéroport, ni de tous les grands projets inutiles imposés.
Nous sommes un groupe de marcheurs, prêts à partir de Lille jusqu’à Notre Dame Des Landes en passant par Nantes. Nous avons en effet décidé de partir le samedi 05 janvier 2013 de Lille pour rejoindre les gens qui sont déjà sur le terrain depuis des années et avons décidé de rejoindre les marcheurs qui sont déjà partis de Nice depuis le 08 décembre 2012. Un point de rassemblement se fera lors de notre arrivée lors du weekend du 09 au 10 février 2013 dans la ville de Nantes.
La marche est une première action de soutien aux habitants de la Zone A Défendre de N.D.D.L afin de montrer que la population de toute la France est présente et que n’importe quelles actions sont les bienvenues. Nous devons montrer au Gouvernement de François Hollande que nous ne lâcherons rien du tout quoiqu’il arrive. En marchant, nous espérons pouvoir dialoguer avec les personnes qui sont intéressées mais aussi ceux et celles qui ne sont pas au courant et qui ne connaissent pas ce sujet. Cette marche peut être un tremplin pour toutes et tous, la Z.A.D est un endroit qui permet de faire réfléchir sur plusieurs sujets différents : la résistance, la réunification de tout le peuple, etc…
La marche va permettre le partage de savoir, de mieux communiquer en y préparant des débats (avec tracts, affiches, etc…), de multiples informations, de connaissances humaines…
Pour l’arrivée du weekend du 09 au 10 février 2013, nous serons accueillis par les personnes qui sont déjà présentes sur Nantes.


Vous pouvez vous inscrire à cette marche par mail à : marchelillenddl@gmail.com
Nous demandons votre aide et soutien pour dormir au chaud et manger le soir,pour se rencontrer…
Cela peut être l’occasion d’organiser un débat sur la place publique dans votre ville.
Pour plus de renseignements, voici quelques liens et coordonnées téléphoniques :
http://www.facebook.com/events/527450820598492/?fref=ts
http://marche.nddl.lillenantes.overblog.com/
http://lille.demosphere.eu/node/533
https://twitter.com/MarcheLillenddl

Pour s’inscrire, voici le mail : marchelillenddl@gmail.com

Pour plus de renseignements sur la marche, voici les contacts : 06 18 92 25 69 / 06 66 88 79 80 / 06 47 38 58 64

Le Collectif de la Marche Lille NDDL
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Lun 31 Déc - 4:39

Citation :
Notre-Dame-des-Landes : manifestation devant la prison de Nantes

Environ 300 opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont manifesté samedi devant la prison de Nantes-Carquefou. Un rassemblement de soutien aux deux militants interpellés par les gendarmes lors de heurt avec les forces de l'ordre, il y a quelques semaines, sur le site du futur aéroport.

Les manifestants ont contourné les barrages routiers autour de la prison en passant par la forêt © MaxpppIls ont quitté la ZAD (Zone d'aménagement différé du futur aéroport) de Notre-Dame-des-Landes, direction la nouvelle maison d'arrêt de Nantes-Carquefou. Entre 200 et 300 militants, opposés au projet de nouvel aéroport du Grand Ouest, étaient rassemblés pour une manifestation de soutien à deux de leurs camarades détenus.

Interpellés respectivement à la fin du mois de novembre et à la mi-décembre, ces deux militants anti-aéroport purgent actuellement des peines de cinq et deux mois de prison. Ils ont été condamnés après leur arrestation, lors de heurts avec les gendarmes dans le bocage nantais.

" Ils tentent de nous isoler physiquement "

Dans le communiqué d'appel à la manifestation, les organisateurs du rassemblement expliquent que "certains d'entre [eux] ont été condamnés à des interdictions du territoire, de la ZAD ou du département pour un ou deux ans, à de la prison avec sursis et dernièrement à des peines de prison ferme. Ils tentent de nous isoler physiquement, ça ne se passera pas comme ça !".

La manifestation, bruyante mais sans violence, a duré environ une heure et s'est déroulée sans accrochage. Les manifestants se sont approchés au plus près des grilles de la prison pour chanter et crier des slogans de soutien, avant de quitter les lieux en scandant "on reviendra".
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Lun 31 Déc - 20:17

Citation :
On dirait qu’ca t’plait de marcher dans la boue… Tuttle 26/12

Du 10 au 17 décembre j’ai passé une semaine, un petit mois après la manif de réoccupation du 17 novembre (cf. rapide chronologie des derniers événements de la ZAD) sur la désormais fameuse ZAD, (cette Zone à Défendre ou Zone d’Aménagement Différé ou Zone d’Autonomie Définitive voire Zone d’Ancrage de Dissident-e-s, tout dépend d’où l’on parle), cette Zone d’Atterrissage Difficile pour J-M Ayrault et son projet d’aéroport dans le nord de Nantes.
Je ne reviendrai pas sur pourquoi toute une frange de la population est opposée à cet aéroport et sur les arguments des un-e-s et des autres. Non, je préfère me concentrer sur les quelques jours que j’ai passés là-bas et sur ce que j’y ai vécu, partagé.

La boue

Le premier élément matériel à prendre en compte et à apprivoiser est… la boue. Au début, surtout quand on vient de la Provence sèche, la boue est une substance qu’on a peu l’habitude de manipuler, et dans le bocage la boue est omniprésente, les précipitations les dernières semaines ayant été exceptionnelles dans un pays déjà à vocation humide.
Planté dans mes hautes bottes, régulièrement je posais le pied avec l’appréhension de ne sentir la terre ferme qu’une fois la boue ayant dépassée le haut de mes bottes. Sans mentir, à certains endroits il devait y avoir pas loin de 50 centimètres d’une boue extrêmement fluide, très jolie dans sa viscosité due aux passages de centaines de personnes.
Et si au début on peut être surpris, voir réticent, on apprend rapidement à évoluer avec plaisir dans cet élément fascinant. En tout cas d’une manière plus joyeuse que les flics restant sur place et dont j’ai vraiment l’impression qu’ils ont du mal à s’y faire…. Tout comme les femmes de ménages d’un des hôtels les accueillant et qui se sont mises en grève contre l’omniprésence de cette boue.

Les flics

Parlons donc un minimum de ces forces bleutées et surarmées.
Dans la biodiversité des forces d’occupation militaire sur le terrain nous avons droit soit aux CRS soit aux Gendarmes Mobiles. Entre les deux mon cœur balance. Check points quotidiens, avec ou sans contrôle d’identité. Leur présence fait que les cars de ramassage scolaire ne passent plus sur la zone. Les flics parfois, sans qu’on appréhende exactement pourquoi, (quel ordre a été donné quand et dans quel but ?) bloquent tout mouvement, y compris des personnes qui habitent sur place depuis 20 ans… ou laissent passer sans contrôler ou contrôlent que les voitures, ou les vélos ou les piétons ou tout le monde ou personne… Quand nous y étions trois arrêtés préfectoraux avaient prétention à régir la vie de la zone: interdiction des explosifs, pétards et autres feux d’artifices, interdiction du transport d’essence, et interdiction des matériaux de construction.

Les flics ont parfaitement conscience de leur inutilité dans l’application des ces arrêtés vu qu’eux-mêmes disent « de toutes façons ça va passer par les bois à pied ». Ce qui effectivement se passe sauf quand des personnes veulent justement s’opposer à l’aberration de telles interdictions et d’une occupation militaire et qu'ils font du forcing pour passer le matériel devant les gardes mobiles dépités et néanmoins gazant. C’est ce qu’il c’est passé le samedi 15, avec un tracteur qui amenait une crèche pour bambins en kit. Si tu ne veux pas croiser des uniformes, il suffit de couper sous leurs nez et leurs moustaches par les champs, et donc patauger dans la boue, de nouveau. Et quand il gèle, la boue tord les chevilles.

L’omniprésence policière engendre néanmoins pas mal de casse au sein du mouvement par la répression et les blessés, j’y reviendrai. Face au harcèlement policier un certain harcèlement de la police existe. Depuis des personnes âgées et très bavardes qui pendant des heures parlent et usent la patience policière en leur demandant pourquoi ils font ça, est-ce qu’ils n’ont pas honte, etc. jusqu’à des actions plus offensives de lutte. Les forces policières génèrent l’insécurité et dès qu’elles ne sont pas présentes ou qu’on s’en éloigne une tranquille vie de sécession s’élabore dans un phénoménal laboratoire d’expérience humaine.

La vie sur place

Il n’est pas aisé de décrire la fourmilière ZAD, et quasiment impossible de savoir ce qu’il se passe sur les 2.000 hectares de bocages.
Ce qui est évident, c’est que ça construit. Et ça construit, et ça construit… Des cabanes-palettes, des yourtes, des caravanes… Jusqu’à certain rêve de gosse, comme cette maisonnette sur pilotis au milieu de l’étang nommé les Noues pourries et qu’il faut rejoindre en bateau. Un gros lieu de stockage de la nourriture s’est organisé au champ, si bien nommé, Hors-Contrôle. Il est constamment réapprovisionné par la générosité et la solidarité d’une foule très diverse de personnes. Différentes cuisines collectives existent autour des quelques gros lieux collectifs et d’activités: cuisine de la Chat-Teigne, de Hors-Contrôle, des Fosses Noires...

Les journées commencent, dès 6 heures, en écoutant « la radio pirate fait par des pirates qui n’ont jamais fait de radio », radio Klaxon qui squatte les ondes de Radio Vinci autoroute. L’info trafic s’est transformée en info traflic ! « Vous êtes bien sur Radio klaxon Pouêt-pouêt 107.7. Une réunion sur les projets d’élevages et de maraîchages est organisée cette après-midi à 17h à la salle de réu de la Chat-Teigne. Et nous vous rappelons qu’il y a toujours 5 camions de Gardes Mobiles aux Ardillières. Apparemment ils ne contrôlent que les voitures mais pas les piétons ou vélos… ».

Des permanences médicales se tiennent régulièrement, avec de vrai-e-s médecins et infirmièr-e-s et ce n’est pas un luxe vu le nombre de blessé-e-s engendré-e-s par les forces militaro-démocratiques. Dans le même genre d’idée de protection du mouvement une équipe légale se relaie avec en permanence un téléphone possible à appeler en cas de problème. Un pool d’avocats acceptent aussi de défendre les personnes tombant dans le filet judiciaire.

Et puis il y a les barricades. Forcément, nous devons parler des barricades… Quand les savoir-faire et les matériaux agricoles rencontrent le savoir-faire militant on arrive à des réalisations impressionnantes. Les balles rondes mélangées à la tôle ondulée donnent des barricades à la fois très hautes et qui paraissent plutôt solides. Surtout là, quand il y a eut du temps pour penser, construire et renforcer les barricades. Les barricades alliées à la détermination des personnes défendant les lieux sont de réels obstacles et en tout cas des ralentisseurs de l’action policière permettant aux soutiens extérieurs à la zone de venir en renfort lors de possibles attaques policières. La vigilance sur les barricades commence aussi très tôt le matin, vers 5 ou 6 heures. La tension et l’attention dépendent malgré tout de la situation juridique (même si à différentes reprises la préfecture est passée en force sans même respecter le droit dont elle se targue !) et que pour l’instant on est dans une sorte de statu quo assez bizarre.

La barricade génère d’un côté un enthousiasme, de l’énergie car, enfin, nous sommes dans une situation où de vrais barricades existent et ne sont plus une référence historique (type la Commune ou Mai 68) ou exotique (type Oaxaca). Ici et maintenant nous vivons des circonstances historiques nécessitant ces moyens. D’un autre côté la mythologie de la barricade et sa dynamique quelque peu guerrière entraîne une ambiance qui n’est pas forcément ultra agréable car très viriliste, grosses couilles et testotérono-compatible. Un certain nombre de femmes qui ont pu être sur les barricades ou participer aux différents affrontements passés ne veulent plus mettre les pieds là-bas à cause de cette ambiance. C'est dommage.
Dans le même ordre d’esprit de ne pas idéaliser ce qu’il se passe sur la zone, des attitudes et propos homophobes et sexistes plombent parfois l’ambiance. Au moins deux couples homos se sont fait suivre, moquer ou menacer… Comme quoi, on peut être contre l’aéroport mais pas contre son monde…

Les risques

Si dans les premiers temps des expulsions la violence était relative, cette situation de pression policière a, par la suite, mené, comme je le disais déjà, à pas mal de casse humaine. Les flash-balls et grenades assourdissantes font beaucoup de blessé-e-s. Les grenades envoient des tout petits bouts de plastique ou de métal qui, comme ils sont chauffés à blanc, entrent dans les chairs en cautérisant la plaie. Il est très difficile ensuite d'enlever ces restes. Sans compter bien évidemment les tirs tendus, de lacrymos ou de grenades de désencerclement.

La volonté répressive paraît grandir les derniers temps, avec une augmentation des procès et des arrestations. Au dernier compte, on en était à 80 arrestations avec procès à venir ou se tenant dans la foulée du fait des comparutions immédiates. Les peines sont principalement du sursis, avec des amendes pour refus de fichage ADN ou d'empreintes et avec interdiction de territoire des cinq communes entourant la ZAD. Deux personnes sont néanmoins en prison pour 5 et 6 mois ferme, ce qui commence à faire très lourd. Le besoin de solidarité est important. Est-ce parce que les procès ont commencé de manière sporadique et dispersée que la mobilisation contre la répression m'est apparue comme assez légère au début ? C'est en cours de changement car on arrive à un tel nombre de personnes incriminées que la solidarité commence à s'organiser concrètement. Une pensée aussi aux personnes blessées, plus ou moins grièvement, et qui sont soit encore à l'hôpital soit en convalescence.

Situation politique

Le foisonnement humain et social, le quotidien de suractivité pourrait presque faire oublier la situation politique concrète de où en est la lutte et le mouvement. J'ai l'impression que depuis bien longtemps nous avons un mouvement de lutte réellement fort et qui ne faiblit ni par les revirements médiatiques et ni par la pression/répression policière. La violence des agressions policières des 23 et 24 novembre (1) et les plus de 100 blessé-e-s ont renforcé la cohésion du mouvement, la solidarité.

Une bagarre juridique a aussi été menée sur l'autorisation de destruction/d'expulsion des cabanes construites le 17 novembre, en particulier la Chat-Teigne. Le 4 décembre au tribunal de St Nazaire, la pref en demandait la destruction. Le tribunal a donné son rendu le 11, ce qui était déjà une déception pour la pref. Le 11 au matin, le tribunal autorise la destruction des cabanes. Les opposant-e-s disent qu'il y a des personnes qui y habitent, et qu'il faut un jugement ordonnant leur expulsion avant de pouvoir détruire. En trois heures (sans doute un record du monde de célérité judiciaire), le tribunal donne l'autorisation d'expulser. La préfecture déclare alors que les opposant-e-s n'ont plus aucun droit. Encore une fois la préfecture s'est lamentablement fourré le doigt dans l’œil, car ces opposant-e-s qui ne revendiquent pas le droit ont prouvé à la préfecture qu'il y avait d'autres voies, et en particulier un recours en rétractation qui aurait été du plus mauvais effet pour les services préfectoraux, puisqu'ils risquaient d'être forcés de lancer une procédure d'expulsion nominative, les procédures traditionnelles sur les squats. La préfecture a demandé que le recours ne soit pas déposé et a lancé cette procédure nominative. Toute cette fastidieuse action juridique démontre une des forces du mouvement: on ne lâche rien sur rien, des barricades jusqu'au plan juridique...

A côté de ça, l'Etat a lancé le 21 décembre la commission du dialogue, avec trois zoli-e-s technocrates qui ont déjà participé et/ou organisé des débats publics sur des grands projets d'infrastructures type autoroute. Une commission qui brasse du vent peut-elle être nommée d'éolienne ? Au moins deux conditions ont été posées par l'ACIPA, l'association citoyenne opposée à l'aéroport: le retrait des forces d'occupation policière et la possibilité d'aborder le fond du sujet, c'est-à-dire la construction ou pas de l'aéroport. Il n'est pas question de discuter des aménagements à apporter au projet pour qu'il puisse se faire.

Le PDG de la commission du dialogue a annoncé que son travail continuerait jusqu'au 31 mars dernier délai et que ce serait un mauvais signe de dialogue s'il y avait des expulsions (ou tentative) sur la ZAD. La préfecture comprendra-t-elle cette subtilité ou au contraire essaiera-t-elle de nouveau un coup de force croyant les opposant-e-s endormi-e-s par les déclaration de la commission du dialogue ? Juridiquement, un des derniers lieux en dur sur la zone, la Sécherie, est expulsable dès le 27 décembre et on verra les suites juridiques sur la Chat-Teigne.

La rencontre des comités locaux

Les 15 et 16 décembre avait lieu la première rencontre nationale des comités locaux à Notre-Dame-des-Landes. Entre 150 et 180 comités s'étaient déplacés réunissant de 300 à 400 personnes (à ce jour, il y a presque 200 comités locaux). Pour comparaison et mémoire, au plus fort de la lutte au Larzac contre l'extension du camp militaire, on ne comptait qu'entre 70 et 80 comités locaux. C'est vrai qu'Internet n'existait pas encore...

Après une matinée passée à la présentation succincte des diverses dynamiques locales et des actions de soutien qui ont pu être réalisées dans toute la France, nous avons travaillé une après-midi en commission. Il y en avait quatre:
- L'implication des collectifs locaux sur la vie de la Chat-Teigne et sur la ZAD. Il en est sortie une proposition de relais par ville et un début de calendrier a été élaboré. Ceci permettrait d'une part de soulager les personnes vivant sur la ZAD et par ailleurs d'apporter un contenu de discussion et de débat issu de l'identité et la manière de faire de chaque lieu.
- Organisation de la réponse sur la zone en cas de tentative d'expulsion (de la Chat-Teigne ou tout autres lieux). L'idée était de voir ce qu'on pouvait imaginer un peu dans le style de la manif de réoccupation du 17 novembre. Tout n'est pas encore très clair, mais il semblerait qu'on s'oriente pour une manif de Nantes à la ZAD quelques semaines après les tentatives d'expulsion.
- Coordination d'actions décentralisées par les comités locaux. Ces actions seront de deux ordres, soit en réaction à une tentative d'expulsion sur la zone soit les actions du «quotidien» pour continuer la pression populaire. En réaction à une attaque policière, un appel à occuper dans les deux jours suivants les lieux de pouvoir: préfectures, sous-préfectures, mairies, etc. Sinon, différents appels ont aussi été lancés, hors actions policières sur la zone: appel à péage gratuit lors des vacances de noël, appel à parasiter les vœux de nouvel année des nos cher-e-s élu-e-s PS à quelques niveaux que ce soient: mairies, conseils généraux, conseils régionaux, députation... Deux jours d'action nationale contre Vinci se tiendront aussi les 18 et 19 janvier, à chacun selon ses moyens et envies. Et peut-être que j'en oublie.
- Outil de coordination entre les comités locaux et évocation d'une charte. De grands débats stratégiques et politiques autour de la possibilité d'une charte se sont tenus. Votre serviteur est dans l'incapacité d'en rendre compte, désolé. Ce qui est apparu clairement c'est la gestion commune d'une liste mail entre l'ACIPA et le mouvement des occupations. Ca paraît peut-être anodin, et on pourrait se dire encore une énième liste mail. C'est vrai, mais ce qui est à noter c'est la gestion commune de la liste et pas son existence, car la relation entre l'ACIPA et le mouvement des occupations n'a pas toujours été très facile et il y a quelques semaines il aurait été impossible d'imaginer une telle gestion commune. Une autre rencontre nationale est d'ores et déjà prévue pour le printemps, dates à préciser.

Après la boum disco endiablée du samedi soir, le dimanche matin un débat stratégique en grande assemblée nous a réunis avec, auparavant, une prise de parole des différentes composantes de la lutte. L'après-midi une visite de la Chat-Teigne était organisée.

En dehors des insatisfactions inhérentes aux assemblées en grand groupe par exemple, ces rencontres étaient particulièrement enthousiasmantes. Je n'avais jamais assisté dans une telle diversité de personnes à des discussions où l'évidence d'une certaine radicalité ne se discutait pas. Certaines personnes issues de partis politiques ont demandé à ce que les partis puissent exister dans cette lutte. Même pas ça se discute! Le principe que les individus peuvent venir mais pas les organisations en tant qu'organisation et encore moins les partis en tant que parti est intégré et on n'en parle plus. Dans le même genre d'idée la diversité des tactiques et des types d'actions étaient une base d'accord avec comme pilier l'union du mouvement et la non-dissociation. Il est vraiment revigorant de sentir un mouvement où enfin le débat violence/non-violence est concrètement dépassé dans la pratique et dans la parole.(2) La composante issue du mouvement des occupations a su gagner ses galons de respectabilité par la lucidité politique et stratégique de son implication. Avoir pensé des années à l'avance les occupations, les expulsions et les moyens d'y faire face, avoir toujours gardé un temps d'avance sur les gouvernants en particulier en ayant prévu la manif de réoccupation depuis plus d'un an et demi et avoir eu le courage et la pratique des barricades et de se défendre des agressions policières, toutes ces raisons font que beaucoup de monde comprend mieux cette dynamique politique et la respecte enfin. Et ceci n'évacue pas les débats ni certaines incompréhensions venant de culture de lutte très différentes...

Ces deux jours de rencontres vont avoir une importance dans les temps à venir, même si ce sera très difficiles de l'évaluer. Le mélange de radicalité alliée avec un réel espoir de victoire et la brèche ouverte pour parler de l'aménagement du territoire et des infrastructures nuisibles et imposées, tout ceci a commencé à irriguer la société française, et on verra dans quelques temps comment ces graines auront germé...

La suite

Il paraît assez évident que l'Etat, ses chiens de garde et les élu-e-s militant pour le projet commencent à paniquer et à ne plus savoir quoi faire face au kyste zadiste. Dernier exemple en date, la publication d'un appel d'offre de 200.000 euros par le syndicat mixte de l'aéroport pour favoriser les arguments pour l'aéroport aussi bien dans les médias que dans les réseaux sociaux. Appel d'offre déjà hautement comique car il semblerait donc que les arguments pour l'aéroport ne soit pas suffisamment probant puisqu'il faut les asséner à coup de sociétés spécialisées dans le lobbying. Et le dernier gag en date est le retrait de cet appel après le tollé suscité par ce dernier et aussi les actions menées par les opposant-e-s pour se procurer et répondre à l'appel d'offre. Enième recul des édiles qui ne savent plus comment faire... Leur dernier et ultime argument quand tous les autres sont démonté pied à pied est le respect de la démocratie représentative, car ils ont été élu-e-s en étant pour ce projet, ne s'en sont jamais caché-e-s et que quand même il faut la respecter cette démocratie. Et ben non, et c'est justement aussi ce qu'il s'élabore sur place dans le bocage, c'est une autre démocratie, sans délégation, sans représentant-e-s, sans expert-e-s, juste une démocratie directe et égalitaire. Tu m'étonnes que les personnes sortant de l'ENA ne comprendront jamais ce genre de dynamique et de pensée ! Un autre monde se vit.

Un des débats lors de la rencontre des comités locaux portait sur le lien avec les luttes locales avec deux axes. Doit-on surfer sur la dynamique ZAD pour renforcer les luttes locales (contre les lignes LGV ou THT, contre les surfaces commerciales, contre les stades, contre les autoroutes etc.) ou doit-on d'abord se concentrer sur la ZAD, continuer à taper, et taper encore pour enfoncer le coin et enfin gagner ? Et cette victoire renforcerait toutes les luttes locales. Difficile de trancher, évidemment, et en terme de mouvement social il n'y a, heureusement, pas de science exacte. Ce débat révèle deux choses, la prégnance future des débats sur les infrastructures comme déjà mentionnée et aussi la possibilité, l'éventualité de la victoire. Ce qui ne va pas sans poser de questions. De quelle victoire parle-t-on, quand on lutte contre l'aéroport et son monde ? Pour l'aéroport, peut-être que nous pouvons gagner, pour le monde un nouveau cycle de luttes acharnées devra être menées pour commencer à entrevoir des prémices de lumière...

Et puis que va-t-il se passer sur la ZAD si le projet est abandonné ? Des discussions commencent sur la zone. Des discussions PAC: Perspectives Agricoles Communes. C'est bien de garder l'initiative et un pas d'avance, même s'il ne faudrait pas pêcher par optimisme. La lutte doit continuer, car le projet est toujours d'actualité. Autre question: l'union sacrée actuelle qui vient des agressions policières tiendra-t-elle quand on discutera avec le pouvoir de l'avenir de la zone ?

Mais on en est pas là, et le recul du gouvernement n'a pas encore lieu. Ce qui paraît sûr c'est que Ayrault ne pourra pas rester comme premier ministre s’il y a un recul sur le projet. Donc à voir avec les prochains remaniements.
Et puis continuons encore et toujours, répondons aux différents appels issus de la ZAD, allons voir sur place comment ça se passe, pourrissons nos élu-e-s et leurs vœux indigestes et continuons cette lutte enthousiasmante !


Rapide chronologie incomplète :

1967: Début du premier projet de l’aéroport de NDDL prévu pour accueillir le Concorde.
1973: Création de l’ADECA, association des exploitants agricoles, 1ère association contre l’aéroport.
Le choc pétrolier et le fiasco Concorde ont raison de ce premier projet.

Début des années 2000: une certain Jean-Marc relance le projet. Création en 2000 de l’ACIPA, association citoyenne ayant lutté principalement sur le terrain juridique, avec pétition et grand rassemblement humain ponctuel.
2008: Le collectif des habitant-e-s qui résistent invitent à venir s’installer et occuper la zone.
2009: Camp Action Climat sur la ZAD. (R)appel à occupation. La dynamique d’installation sur la zone est potentialisée.

2012: Après une grève de la faim de quelques personnes à Nantes pendant la campagne électorale accord avec le PS: pas d’expulsion jusqu’à la fin de tous les recours juridiques. Désaccord et différence d’analyse au sein du mouvement d’opposition. Certain-e-s croient que cet accord s’applique pour tout le monde, d’autres disent que ceci ne concerne pas la dynamique des occupations d’après 2008.
16 octobre 2012: Début de l’opération César des expulsions sur la zone. A midi la préfecture déclare que l’opération est terminée et que les expulsions ont toutes réussies. Pendant presque 3 semaines des affrontements entre les flics et les opposant-e-s auront lieu. Il faudra plusieurs jours pour expulser certains lieux.
17 novembre: Grande manif de réoccupation. Environ 40.000 personnes participent à ce qui s’apparentent à une action directe de masse avec reconstruction de 6 cabanes. Le cortège est ouvert par un groupe d’auto-défense de 2.000 personnes, avec banderole renforcée et caddies de supermarchés. France Inter parle au journal de 13 heures d’une manifestation de 2.000 personnes.
23 et 24 novembre: Attaque policière sur la Chat-Teigne, très probablement illégale pour le 23. Très durs affrontements dans la forêt de Rohanne. Plus de 100 blessé-e-s. Réactions dans toutes la France avec des actions de solidarité qui d’ailleurs ont débuté dès le 16 octobre.

La suite est à écrire.

Notes
(1) A noter que l'intervention du 23 est très certainement illégale, même si elle venait de la préfecture avec des ordres des plus hautes instances. Les même qui se gargarisent de l'Etat de droit et de la légitimité démocratique ne se donne même plus la peine de respecter leurs propres principes quand ils se retrouvent face à une force réelle et déterminée. Les naïvetés démocratistes en ont encore pris un coup !
(2) Voir à ce propos le texte paru sur le site du Monde en réponse entre autres à la tentative de récupération de Susan Georges (hé oui, il semblerait qu'elle existe encore et qu'on n'en soit pas encore débarrassée) et intitulé « Contre l’aéroport mais pacifistes que ça ! ».
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mar 1 Jan - 21:56

Citation :
Sévère mais juste !

L’affaire des deux jeunes filles mineures et fugueuses retrouvées à Notre-Dame-des-Landes entraîne un certain nombre de commentaires, çà et là, de la part de ces « braves gens qui n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux ».
Parmi toutes ces réactions, celle-ci, postée sur Orange Actu, me semble mériter le prix Manuel-Valls des commentaires en ligne :
« Il faudrait pour limiter l’action de ces groupes anarchistes les punir individuellement autrement que par le tribunal dont ils se moquent. Leur supprimer toutes aides et allocations pour un temps relativement long. Les priver du droit de vote pour des années également, ce qui libérerait certaines bonnes consciences politiques qui les soutiennent car ils comptent sur leurs voix. Et cela pour commencer… »
Supprimer le droit de vote aux anarchistes, voilà une idée grandiose, « pour commencer » ! Et pour continuer, on pourrait leur interdire l’accès à certaines fonctions : général de brigade, archevêque de Paris, miss France…

Citation :
[Parce que nous nous battons contre l'aéroport mais aussi son monde, fachos hors de nos vies !] Breizh journal et autres blogs/sites fachos/identitaires surfent sur notre lutte contre l’aéroport de Notre Dame Des Landes pour propager leurs idées à gerber !

Les articles du blog breizh journal sont pas mal relayés par des camarades de lutte sur le net : blogs, sites internets, mailing listes, réseaux sociaux… Or en parcourant bien le blog on remarque assez vite le fascisme prégnant chez son auteur : Louis-Benoît GREFFE , malgré la « subtilité » qu’il met à le cacher.

On aurait envie de gueuler un peu sur les camarades que l’on avait prévenus de ce fait il y a déjà plus d’un mois, mais en sachant que ce blog était identitaire, pourquoi on n’a pas réagi tout d’abord en écrivant un petit billet… un peu par peur de lui faire de la pub, puis par oubli mais oui… on s’en mord pas mal les doigts au vu de la popularité croissante de Breizh journal !(car oui le faf qui écrit les billets a des qualités d’écriture et d’investigation, mais bordel c’est un faf !).

Donc on rattrape notre oubli vraiment stupide !, et on espère que notre billet permettra à tous/toutes ceux/celles qui se battent contre l’aéroport, mais aussi contre son monde, de boycotter Breizh journal, de diffuser l’info autour d’eux/elles et d’être plus vigilant-e-s sur les blogs/sites qui relaient les infos sur NDDL !

Le fascisme ne passera pas ! Ni sur la ZAD, ni ailleurs ! Solidarité avec toutes les victimes des identitaires et fafs en Grèce, à Lyon, en Italie, aux USA et là où toute leur haine de l’autre et des différences se manifestent.

Solidarité avec les immigrées, les homosexuels, les féministes… qui subissent leur haine.

Battons-nous pour une vie collective, égalitaire et solidaire ! Pour un monde sans frontières !

Ci-dessous des extraits d’articles du blog Breizh journal commentés par nos soins, du mieux qu’on peut :

« Comme les Juifs désormais minoritaires en Israël, mais qui enterreront d’eux-mêmes tous les plans de paix et progresseront dans l’oppression du peuple palestinien, les protestants d’Irlande du Nord sont appelés à se radicaliser. »

N.B : pour Breizh journal, tous les juifs d’israël seraient donc des oppresseurs ? Nous soutenons la reconnaissance du droit à l’auto-détermination pour les palestinien-ne-s, mais peut-être faudrait-il faire la différence entre juifs et sionistes… à moins que pour Breizh journal les juifs soient tous des oppresseurs, voire plus…?

« Ainsi, lui, Henri VII, prétendant à la couronne de France – et non de Bretagne – a le courage de prendre une position que même les nationalistes Bretons dans leur désordre terrible ne sont pas capables de prendre. Preuve s’il en fallait encore de l’échec désastreux du nationalisme politique Breton. »

N.B : de beaux relents nationalistes identitaires, la reconnaissance du « courage » d’un royaliste… c’est de mieux en mieux…

Extrait d’un article sur la fécondité bretonne (sic) : « Plus sérieusement, cela permet d’instiller aux élus et à la population Bretonne le discours selon lequel leur région amputée n’est pas si dynamique que cela, et que pour échapper au déclin, elle a besoin des mêmes expédients que la France : le recours, les vannes grandes ouvertes, à une immigration « de travail » durable alors même que le taux de chômage des jeunes français explose et que de nombreux secteurs peinent à embaucher. »

N.B : de la belle propagande du FN à la sauce identitaire bretonne mêlée à une volonté de rétablir notre fécondité pour mieux purifier la… »race »?! On se rapproche en fait plutôt du bloc identitaire….peut mieux faire ?

Et bien si peut mieux faire puisque dans l’extrait qui suit, il se met à justifier le tabassage des groupuscules fafs envers des féministes qui souhaitaient dénoncer une manif contre le mariage gay… manif plutôt dirigée contre les gays en tant que personnes en fait, mais bon pour Louis-Benoit, les gays sont surement une engeance abominable et contre-nature (sic) ! Breizh journal pourrait en fait être un parfait rédacteur pour le bloc identitaire ! Avec ses idées xénophobes, identitaires, racistes et justifiant la violence néo-nazie, il risque d’aller loin dans les milieux fafs ce « journaliste »… L’extrait qui conclut donc notre référencement de propos fafs, mais en fouillant vous en trouverez d’autres… :

« Le député d’Orange (Ligue du Sud) Jacques Bompard, condamne la violence des militantes de Femen, qu’il qualifie de « militantes d’extrême-gauche ». Elles avaient troublé l’ordre de la manifestation anti-mariage gay à Paris le 18 novembre. L’AFP et la « grande presse » ont minimisé le fait que les militantes de FEMEN avaient agressé la manifestation et se sont ingéniés à présenter ladite manif comme un rassemblement de réacs homophobes et dépassés. »

Pour info supplémentaire, Louis-Benoît GREFFE, l’auteur principal du blog facho Breizh journal, est un ancien journaliste (parti en octobre 2012) du flochingtonpost, un autre journal identitaire breton qui ne cache pas ses affinités avec des groupuscules identitaires :

http://leflochingtonpost.wordpress.com/2012/10/22/le-telegramme-amalgame-jeune-bretagne-et-adsav

Et il est aussi un ancien journaliste de l’ABP (Agence Bretagne Presse)…

On en profite aussi pour signifier que Novopress, qui est parfois pas mal référencé, et qui se présente comme un site de presse est aussi un site facho !

Plus d’infos sur les mouvements fachos/identitaires, leurs nouvelles stratégies et leurs violences actuelles :

http://rebellyon.info/-Facho-.html
http://droites-extremes.blog.lemonde.fr
http://scalp-reflex.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Jeu 3 Jan - 2:03

Citation :
Geneviève, l'autre lycéenne fugueuse, rentre chez elle 02/01

Geneviève était en fugue depuis près d'un mois.

La jeune fille, qui se trouvait à Notre-Dame-des-Landes avec les opposants à la construction de l'aéroport, a retrouvé sa mère mercredi.

Après un mois de fugue, elle rentre finalement chez elle. Geneviève, la lycéenne du Puy-en-Velay qui avait disparu le 4 décembre et qui résidait à Notre-Dame-des-Landes parmi les opposants à la construction de l'aéroport, a retrouvé sa mère mercredi et décidé de rentrer à la maison en sa compagnie. «Elle avait donné rendez-vous hier à sa mère pour une rencontre à Nantes à 16h30 aujourd'hui (…). Elle a décidé de rentrer», a en effet déclaré le procureur du Puy-en-Velay, Jacques Louvier, précisant que les deux femmes étaient en chemin vers le domicile familial.

« Heureuse » à Notre-Dame-des-Landes

Geneviève, 16 ans, et son amie Camille, 17 ans, deux lycéennes de Haute-Loire, avaient fugué le 4 décembre dernier, prétextant aller à l'infirmerie, pour rejoindre les opposants au projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Les parents des lycéennes avaient alors alerté les médias, puis fait appel à la justice, allant jusqu'à porter plainte pour «soustraction de mineures».

Camille, de son côté, avait été récupérée samedi dernier par ses parents sur le site. Mais Geneviève, elle, refusait de quitter Notre-Dame-des-Landes, car elle se sentait «heureuse» parmi les opposants au futur aéroport, et en accord avec ses idées anarchistes. «Je me reconnais dans le combat des anti-aéroport, un projet qui menace la nature sans être nécessaire. On défend une cause juste», affirmait-t-elle dans Le Parisien-Aujourd'hui en France. Sa mère en avait alors appelé à la «compassion» des adultes entourant sa fille pour la convaincre de rentrer chez elle.

De leurs côtés, le procureur de la République du Puy-en-Velay et le SRPJ de Clermont-Ferrand, chargé de l'enquête, avaient indiqué que le recours à la force publique pour récupérer la lycéenne fugueuse n'était pas l'option privilégiée et que «l'idéal était qu'elle change d'avis», craignant que cela n'entraîne la détérioration d'une situation déjà explosive sur place. Une inquiétude relayée par le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui avait jugé qu'il serait «dangereux d'envoyer des gendarmes» pour la récupérer dans le campement des opposants à l'aéroport.

Citation :
C’est bien foutu la société 01/01

Certaines personnes s’inquiètent du fait que la présence de “fugueuses” puisse nuire à la lutte. Nous ne chassons personne d’ici et nous ne kidnappons personne, nous ne forçons personne à rester ici, surtout pas les relous qui se sentent obligés de faire acte de présence. En l’occurence, à propos des violences subies par la famille de Camille venue la chercher, il convient de donner quelques éléments de contexte, commodément oublié dans les récits des médias et notamment de la presse écrite. Des récits entendus de témoins oculaires directs de la scène, Camille ne souhaitait pas suivre ses parents. Ceux-ci la forçaient physiquement à les suivre quand des personnes sont intervenues et que le ton est monté.

Ce qui nuit à la lutte, ce sont ceux qui se réapproprient tout et à n’importe quel prix, c’est parfois l’alcool, le manque de communication, les crises d’ego sur-aigues, le sexisme, l’homophobie entre autres, les journalistes “suceurs de sang”, le non respect de tous les êtres vivants et celui des décisions personnelles de chaque individu.

Pour en revenir à Geneviève, nous ne pouvons pas lui imposer de rentrer chez elle, de lui dire qu’elle n’est pas la bienvenue, parce que c’est faux, en tout cas, aux dernières nouvelles, elle aurait pris la décision de partir pour ne pas voir tout un bataillon de soldats venir la chercher, ne pas avoir à être mise de force dans une voiture ou subir un interrogatoire. Et pour ceux qui s inquièteraient vraiment trop, on vient de recevoir cette information :

« Pour le procureur de la République Jacques Louvier, la décision de Geneviève de rejoindre Notre-Dame-des-Landes n’a rien d’un coup de tête : “L’audition (de Camille ndlr) confirme qu’il s’agit d’un acte réfléchi, pensé, qui répond à un engagement”. Les deux adolescentes “avaient parlé de leur projet d’aller rejoindre les opposants à la construction de l’aéroport à leurs proches. Elle défend son idéal”, a-t-il poursuivi. Ainsi, ramener la jeune fille de force alors qu’elle a mûri son projet pourrait conduire à une détérioration des relations avec sa mère, a estimé le procureur. »

M. Valls a aussi déclaré « qu’il serait dangereux “d’envoyer des gendarmes” pour récupérer Geneviève à Notre-Dame-des-Landes. Les relations entre les opposants au projet d’aéroport et les forces de l’ordre sont déjà tendues à l’extrême. »

Ouais elles sont super tendues les relations, d’ailleurs Manuel, si tu pouvais dire à tes gendarmes de garde de quitter la zone, ça nous ferait des vacances

(Encore) À propos des “fugueuses”, on a reçu ce texte, qui détaille un autre aspect du monde qui va avec cet aéroport et contre lequel on lutte : La domination des adultes sur les “enfants”/”mineurs” :

En France, la majorité pénale, au sens strict, est fixée à 18 ans.
Mais, par abus de langage, beaucoup la font commencer bien plus tôt, à 13 ans, voire à 10 ans, car à compter de cet âge, l’enfant fautif est pris en charge par la justice de façon personnelle.
Concrètement, le mineur reconnu coupable d’infraction fait l’objet :
• à partir de l’âge de 10 ans : de mesures de protection, de surveillance et d’éducation ;
• à partir de l’âge de 13 ans : de sanctions éducatives (notamment dans des centres éducatifs fermés) et, exceptionnellement, de peines d’emprisonnement en centre de détention spécial.

Source : service-public.fr

C’est bien foutu la société

Ah les grand-es moralisateurices s’en donnent à cœur joie, des milliers de fugues passent inaperçues, mais l’envie de vivre autre chose de deux jeunes fait la une de l’actualité. Un peu comme pour les otages, quand il s’agit de journalistes la corporation s’en inquiète quotidiennement, mais il suffit qu’illes soient libéré-es pour que l’actualité devienne hebdomadaire pour les autres, autant dire insignifiante, il en ira de même des fugueureuses.

Dans ce cas d’ailleurs peut on parler de fugue ? Une fugue c’est une fuite, un échappatoire, la nécessité à moment donné de quitter un quotidien qui vous étouffe, qui vous opprime, pour aller ailleurs, n’importe où. Quelqu’un parmi les journalistes qui se perdent en délire collectif, s’est-il posé la question de savoir si ces jeunes n’ont pas plutôt souhaité-es faire un voyage, vivre autre chose, se laisser guider par leurs désirs ? Sans les connaître, sans les avoir croisé, j’attendrai que Camille et Geneviève précisent si pour eulles c’était une fugue ou une vogue.

En tous cas il semble que leur voyage réponde à au moins un des slogans entendu dans la lutte contre le projet d’AGO : ”en finir avec leur monde” et ce monde s’articule autour de la famille nucléaire, privant les moins âgés de libre choix, les plaçant sous la tutelle de parent-es, des jeunes jugé-es incapables de discernement pour ce qui concerne leurs envies de rencontre, d’évasion, d’éducation, etc… Sauf dans un cas, si illes commettent un délit pénal. Là c’est pas tout à fait pareil, si illes font une connerie ce ne peut être à cause de l’environnement familial, ce ne peut être à cause de leur environnement social de merde, la seule possibilité c’est qu’illes soient responsables individuellement, leur environnement pourra être une circonstance plus ou moins pénalisante, mais c’est eulles seul-es qui en seront responsables. Imaginons que Geneviève et Camille, aient plutôt choisi-es dans leur périple de vivre de chapardage, prenant à droite et à gauche dans quelques commerces de quoi subsister et qu’illes aient déjà été en contact avec la justice pour des faits identiques. Illes seraient des délinquant-es récidivistes, pénalement responsables. Illes auraient la porte du cachot ouverte et les grand-es moralisateurices du moment en appelleraient à la sévérité de la ”justice”.

Et oui chères camarades, selon eulles, vous êtes assez âgé-es pour vivre en prison mais bien trop jeunes pour vivre libre. Vous ne pouvez vous résigner à ce constat ? Si c’est le cas, tant mieux et je suis de tout cœur avec vous, mais cette lutte est encore bien plus difficile à mener que celles des zadistes, c’est une lutte permanente, totale, contre tousses et d’abord contre soi-même, contre ce qu’on veut nous inculquer ou qu’on nous a inculqué. Des prisons il y en a de toutes sortes, famille, école, usine, morale, … vouloir les détruire est un combat de toute la vie.

Si les réactions journalistiques sont si violentes, si les commentaires sur les blogs ou sites ”d’infos” sont si durs, c’est parce que Geneviève et Camille ont osé-es remettre en cause la famille et leur dépendance à l’autorité parentale, illes ont osé-es proclamer qu’illes étaient en droit de choisir ce qu’illes voulaient faire de leur vie, librement. Illes ne sont pas mineur-es, mais aptes à faire les choix qui les concernent, vitalement responsables. Les familles s’inquiètent nous dit-on, heureusement qu’illes s’inquiètent, illes ont décidés que c’est d’eulles que devait venir l’éducation apportée aux plus jeunes et illes n’ont jamais pensé-es à leur apprendre à vivre libre, illes n’ont jamais pensé-es à leur expliquer ce que pourrait être le quotidien sans eulles, illes s’inquiètent parce que ces deux jeunes ne sauraient pas (selon eulles) se débrouiller, se protéger, … Illes s’inquiètent parcequ’illes ont pris soin de ne pas leur apprendre tout ça. Pour les garder égoïstement sous leur aile, pour conserver leur pouvoir, illes les ont privé-es de ces confrontations à l’indépendance, illes leur ont appris à se prononcer en fonction des choix qu’illes leur proposent, sans jamais les avoir associé-es à la définition de ces choix, ou alors simplement sur des sujets secondaires.

Illes s’inquiètent surtout, parce que les unes et les autres se rendent compte, qu’en fait les jeunes n’ont pas besoin d’eulles, que les parent-es ne sont utiles aux jeunes que tant qu’illes n’ont pas la possibilité de se nourrir par eulles-mêmes (et encore ce pourrait être aussi un besoin assumé par la société, comme cela c’est apparemment passé pour Camille et Geneviève, nourri-es par le partage de dons de tous horizons).

Ce qui alimente la déferlante de commentaires haineux, moralistes et finalement très cons, sur la toile, c’est la peur de tousses ces ”adultes” qui voient bien que la supercherie de l’autorité parentale est ici mise au grand jour, en pleine lumière. Illes voient bien que rien ne peut empêcher une personne quel que soit son âge de partir. Pourquoi faut-il ”ne pas laisser les enfants sans surveillance” ? Parce que sinon illes se rendraient compte de l’inutilité de la famille, illes se rendraient compte qu’illes peuvent se laisser guider par leurs désirs. Le problème étant que personne aujourd’hui ne les a éduqué à mesurer les risques, à faire attention, à évaluer une situation ”hors cadre familial”, … L’éducation se borne à apprendre à respecter l’autorité, à travailler, à apprendre des choses dont la plupart d’entre nous n’ont que faire. Rares sont les adultes qui préparent les enfants à l’indépendance, illes sont éduqué-es à être autonome dans une société de juges, de patron-nes, de représentant-es, … une société de flics.

On nous parlera sans doute bientôt de risque d’acte pédophile auxquels les deux ami-es se sont exposé-es, sans jamais remettre en cause le pouvoir que se donnent les ”adultes” sur les ”enfants” ou les ”hommes” sur les ”femmes”, comme partie responsable de ces actes, sans jamais se poser la question de savoir si l’éducation au respect total des choix de chaque personne petite ou grande, ne serait pas la meilleure protection à toutes les violences auxquelles sont exposées les individu-es jugé-es plus faibles.

Vous le savez aussi Geneviève et Camille, tout le monde a accès à toute la pornographie possible sur internet ou à la télé, illes mettent le sexe au centre de toutes relations, mais c’est votre choix de route qui va être jugé irresponsable. Que voulez-vous, la pornographie leur rapporte beaucoup de fric, votre liberté zéro. Vous n’avez pas le droit d’avoir des envies, des désirs qui sortent de ce qu’illes estiment de ”bonne morale” si ça ne leur rapporte rien, le flirt hétéronormé à la limite, mais pas plus, vous verrez les moralistes réactionnaires, vont vous le rappeler très bientôt, avant d’aller se branler devant la dernière vidéo XXX, ou de retrouver leur amant-e hors de leur ”famille”, noyau familial sacré quand ça les arrange (certain-es même y accompliront des fantasmes bi ou homosexuel à deux ou plus, soyez-en sûr-es).

On pourrait discourir encore longtemps sur ce que Geneviève et Camille, parmi tant d’autres mettent en lumière par leur choix et la façon dont illes ont mené-es leur périple, tous ce que leur expérience met en lumière comme carences dans ”la bonne éducation”, comme carences dans la société, mais pour moi un fait est certain, cette vogue [si il s'agit bien d'une vogue (?)] autonome et autant que je puisse en juger organisée, est une pierre (et pas la moindre), de la fin de leur monde !!
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Ven 4 Jan - 2:46

Citation :
Carcassonne. Opération péage gratuit par les opposants au projet de Notre-Dame-de-Landes

Ce jeudi matin, de 10h à 11h, une trentaine d’opposants au projet de construction d’un aéroport à Notre-Dame-de-Landes (Loire-Atlantique), ont organisé une opération péage gratuit, à hauteur de l’échangeur de Carcassonne Ouest. L’action, pacifique, s’est déroulée sous escorte de la gendarmerie nationale, qui a sécurisé les lieux.

Les manifestants, qui arboraient des gilets fluorescents jaunes, agitaient également des pancartes et autres drapeaux avec des inscriptions du type : “Stop à l’Ayraultport”, “Basta les grands projets inutiles imposés, ni à Notre-Dame, Ni ailleurs”, ou encore “Solidarité avec les expulsés de Notre Dame des Landes. Vinci dégage !”.

Pour mémoire, Vinci sera le concessionnaire de l’aéroport du grand ouest qui verra le jour dans La Loire-Atlantique, et les ASF sont sa propriété, d’où l’action des militants à Carcassonne.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Sam 5 Jan - 8:19

Citation :
L'OPPOSITION S'ANNONCE BRUYANTE EN 2013

Entre tracteurs et concerts reggae, l'opposition au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes s'annonce bruyante et rythmée dans le bocage nantais en 2013, au moment où la discussion voulue par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault risque fort de tourner au dialogue de sourds.
Les opposants au projet qui campent dans la pluie et le froid sur le site prévu pour la construction de l'aéroport du grand-Ouest ont prévu de relancer leur mouvement vendredi avec un "Festi-ZAD", trois jours de musique sous chapiteaux. Mercredi, plus de 7.500 personnes avaient annoncé sur Facebook leur intention de s'y rendre.

Après la grande mobilisation de mi-novembre, qui a vu entre 13.000 et 40.000 manifestants converger sur le site, les anticapitalistes de la Zone d'aménagement différé (ZAD) ont fait parler d'eux lors de heurts sporadiques avec les gendarmes chargés de les expulser. La présence de deux jeunes fugueuses, dont une refuse de regagner son domicile, n'a pas forcément donné une bonne image du mouvement, d'où l'intérêt pour les opposants de reprendre l'initiative sur le terrain médiatique: l'Acipa, la principale association d'opposants au projet, vient d'annoncer une chaîne humaine pour le 11 mai et un autre festival musical les 3 et 4 août.

"Nous travaillons à ce que la mobilisation soit de plus en plus importante", confie à l'AFP Julien Durand, porte-parole de l'Acipa.

Le calendrier joue en faveur de ces derniers, estime "Sophie", une occupante de la ZAD qui, comme ses camarades, refuse d'être identifiée sous son vrai nom. Le gouvernement ayant annoncé fin novembre un report de six mois des opérations de défrichage, les bûcherons ne pourront revenir qu'en juillet-août.

"Ce sera l'été, il y aura plein de gens qui pourront être libres pour venir nous soutenir", espère la jeune femme.

"Il y aura plusieurs dizaines de milliers de personnes, ce sera un camping permanent. Si l'Etat décide de passer en force, ce sera très difficile à gérer", pronostique José Bové, l'eurodéputé écologiste, qui voit mal comment les pouvoirs publics pourraient justifier la présence pendant des mois de milliers de CRS sur place.

Tentant de désamorcer le dossier, M. Ayrault, en première ligne en tant qu'ancien député-maire de Nantes et fervent partisan de l'aéroport, a mis en place une commission du dialogue qui a entamé ses auditions juste avant Noël et devra rendre un rapport fin mars. Mais le gouvernement a exclu que cette commission puisse retoquer le projet dans son ensemble et certains opposants comme l'Acipa ont décidé de boycotter ses travaux.

"La commission, c'est une blague", tranche "Sophie", qui s'attend à ce que les trois sages nommés par le Premier ministre ne remettent pas en cause le bien-fondé du projet. "Ca va mettre l'Etat en position de vouloir passer en force", prévoit-elle.

Du côté des partisans du projet, à savoir l'ensemble des élus PS et UMP de la région, les positions sont tout aussi tranchées. "Ce n'est ni la violence ni des hurlements qui décident à la place de l'application du droit que le suffrage universel est seul à donner", plaide Jacques Auxiette, président PS du Conseil régional des Pays de la Loire, qui dénonce la présence de "professionnels de la guérilla venus d'Europe et d'ailleurs". "On doit être capables de faire des grands projets en France", argumente-t-il.

Le groupe Vinci, concessionnaire du projet qui doit remplacer l'actuel aéroport de Nantes, n'exclut désormais plus un retard dans l'ouverture de l'infrastructure, prévue en 2017 pour un coût qui dépasse 550 millions d'euros. Les travaux proprement dits ne démarreraient plus au mieux qu'au deuxième semestre 2014.

Pour les retarder, les opposants multiplient les recours juridiques, dont un, ayant trait à la loi sur l'eau, doit être tranché en mai par les institutions européennes. "On va faire en sorte que petit à petit, l'esprit d'un moratoire se mette en place", résume le porte-parole de l'Acipa.

Pour José Bové, le rapport de la commission du dialogue pourrait permettre au gouvernement de se sortir du dilemme sans se déjuger si les sages reconnaissent que le projet n'est pas viable économiquement. "2013 pourrait être la fin de ce projet inutile et imposé", espère-t-il.

Citation :
La préfecture met en danger des milliers de personnes

Etonnant communiqué que celui émit par la prefecture hier après-midi. La première moitié est entièrement consacrée à expliquer que la préfecture n'aurait pas été prévenue et n'aurait pas non plus réussi à nous joindre.
Outre le fait que les contacts étaient visibles sur le site depuis près d'un mois et que nous recevons environ 200 mails par jour, l'équipe sanitaire avait appelé la préfecture il y a 15 jours de cela pour se mettre en relation. Le but étant d'être sure qu'ils puissent accéder sur zone. Il leur avait été répondu que la préfecture laisserait faire l'évênement et n'interviendrait pas sur site. Cela semblait coincider avec la demande émise par la commission de dialogue. Etrangement, selon le cabinet du prefet, notre interlocuteur n'aurait pas transmis les informations et serait actuellement en congés. Cela ne nous semble pas
très crédible... Effectivement, la préfecture n'a pas interdit cette manifestation festive. Pourtant, depuis ce matin, tout est bloqué aux entrées de la ZAD. Que ce soit de la nourriture, des structures, du materiel médical et même les toiles de tente des manifestants! En gros tout ce qui peut servir de près ou de loin au bon déroulement de la ManiFestiZAD. La majorité du matériel de sonorisation et quelques chapiteaux étant deja sur place, la manifestation aura bien lieu. Toutefois la sécurite sanitaire des participants s'en trouve fortement impactée : plus d'abris ni de tentes pour dormir au chaud la nuit, plus de matériel médical de premier secours et une tension évidente ne pouvant conduire qu'à des affrontements.
Loin de vouloir calmer la situation, la préfecture semble donc vouloir créer de nouveaux champs de batailles. Par cette situation, elle fait surtout en sorte de favoriser les accidents sanitaires lors de cette manifestation festive. Elle en assumera pleinement les conséquences. Cette manifestation se voulait festive, si les provocations continuent nous n'hésiteront pas à déplacer la manifestation au centre ville de Nantes.

Contact Presse : 06 43 28 23 90
Contact Mail : festizad@riseup.net

Citation :
Concert à Notre-Dame-des-Landes: les gendarmes filtrent les accès (AFP)

NOTRE-DAME-DES-LANDES — La gendarmerie filtrait étroitement vendredi soir les accès au site du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), où les opposants tentaient d'organiser un concert de soutien à leur mouvement.
Des barrages étaient installés sur les principales voies d'accès à la Zone d'aménagement différé (ZAD) prévue pour la construction du futur aéroport nantais, ont constaté des journalistes de l'AFP. Certains accès, comme la D281, ont été bloqués temporairement, même pour les personnes arrivant à pied.
Si des voies sont interdites à la circulation, "c'est pour garantir l'accès des secours", a expliqué à l'AFP le directeur de cabinet du préfet de Loire-Atlantique Patrick Lapouze, en ajoutant notamment que les pompiers de deux centres de secours près de Notre-Dame-des-Landes avaient été mis en alerte pour la durée de la manifestation. "Nous ne prenons pas les choses à la rigolade, on se donne les moyens de venir au secours des gens", a-t-il affirmé.
Dans un communiqué, les organisateurs du festival - prévu pour durer jusqu'à dimanche - avaient accusé la préfecture de mettre "en danger des milliers de personnes".
"Depuis ce matin, tout est bloqué aux entrées de la ZAD. Que ce soit de la nourriture, des structures, du matériel médical et même les toiles de tente des manifestants", ont dénoncé les opposants à l'aéroport, qui estiment que "la sécurité sanitaire des participants s'en trouve fortement impactée: plus d'abris ni de tentes pour dormir au chaud la nuit, plus de matériel médical de premier secours et une tension évidente ne pouvant conduire qu'à des affrontements".
"La majorité du matériel de sonorisation et quelques chapiteaux étant déjà sur place, la manifestation aura bien lieu", assuraient les organisateurs dans leur communiqué.
"Cette manifestation se voulait festive, si les provocations continuent nous n'hésiterons pas à déplacer la manifestation au centre ville de Nantes", avertissent-ils.
Sur place, quatre chapiteaux, deux grands et deux moyens, étaient dressés vendredi, alors que la préfecture les avait interdits , mais les préparatifs pour l'organisation du Festi-ZAD prenaient du retard à la tombée de la nuit. Seuls quelques centaines de jeunes, équipés de tentes, attendaient dans la boue le début du festival, dont le programme annonçait la présence de groupes de musique rap, reggae ou punk. Les scènes étaient en cours d'installation et l'électricité n'était toujours pas raccordée.
Une association, Technoplus, a installé une "zone de relaxation" avec trois tentes, afin de venir éventuellement en aide à des festivaliers ayant besoin de repos. Selon Stella, membre de l'association, 20 bénévoles se tiennent prêts à intervenir et peuvent distribuer des préservatifs, ainsi que des éthylotests.
Sur la page Facebook du Festi-ZAD, plus de 8.600 personnes avaient annoncé vendredi soir leur intention d'assister à l'événement.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Dim 6 Jan - 1:48

Citation :
Le FestiZad contre l’aéroport a débuté à Notre-Dame-des-Landes Christophe JAUNET 05/01

Bottes aux pieds, vêtements chauds, sacs de couchage et tente sur le dos, toute la journée de vendredi, des milliers de personnes ont déferlé vers Notre-Dame-des-Landes, où se déroule ce week-end un festival politico-festif contre le projet d’aéroport. Il est organisé par les occupants illégaux de la Zad (zone d’aménagement de l’aéroport rebaptisée par les opposants « zone à défendre »).

Un festival bricolé

Une quarantaine de concerts sont programmés jusqu’à dimanche soir. Les premiers dès ce soir. Mais à 18 h, alors que la nuit tombait, toutes les scènes n’étaient pas encore alimentées en électricité. Les festivaliers s’activaient à creuser des tranchées dans le champ boueux pour faire passer les câbles.

D’autres donnent un coup de main pour déplacer la petite caravane qui sert de toilettes sèches, installer la buvette, un poste de secours, des poubelles… C’est un grand atelier de bricolage ! Malgré l’interdiction préfectorale, « nous avons pu installer trois chapiteaux, sur les cinq prévus », montre Lucie, un faux prénom. Cette Grenobloise, arrivée depuis trois jours « pour défendre ce lieu », reconnaît que « l’organisation se fait à l’arrache ».

Les gendarmes filtrent les accès

Une route départementale est totalement interdite à la circulation. À 1 km du festival, les gendarmes mobiles bloquent les camions chargés de matériels nécessaires à monter les chapiteaux. Plusieurs barrages des forces de l’ordre filtrent les accès au site. Les véhicules sont fouillés.

Les occupants de la Zad n’apprécient pas et accusent la préfecture de « mettre en danger des milliers de personnes. La préfecture n’a pas interdit cette manifestation festive. Pourtant tout est bloqué aux entrées de la Zad […]. La sécurité sanitaire des participants s’en trouve impactée : plus d’abris ni de tentes pour dormir au chaud, plus de matériel médical de premiers secours, et une tension évidente ne pouvant conduire qu’à des affrontements. »

Les organisateurs menacent : « Loin de vouloir calmer la situation, la préfecture semble vouloir créer de nouveaux champs de batailles […]. Si les provocations continuent, nous n’hésiterons pas à déplacer la manifestation au centre-ville de Nantes ». Jeudi, la préfecture avait indiqué que le FestiZad n’avait pas été déclaré aux autorités, mais que l’État en assurerait « au mieux » la sécurité.

Contre l’aéroport et pour les concerts

Les festivaliers arrivent de la France entière et de l’étranger, surtout attirés par les concerts et le côté « alternatif » de ce festival autogéré.

Tous ne sont pas de farouches opposants à l’aéroport. D’ailleurs, beaucoup sont très mal informés sur le projet. « On a fait 500 km. On partage le combat contre l’aéroport, mais s’il n’y avait pas la musique, on n’aurait pas fait le déplacement », avouent quatre copains arrivés de Beauvais. Une jeune Grenobloise revendique davantage « un acte militant pour défendre ce lieu ». Combien sont-ils exactement ? Impossible à dire.

http://www.youtube.com/watch?v=DWlKsItRCTk
http://www.youtube.com/watch?v=DLTZaKOXPCw
http://www.youtube.com/watch?v=YFQOlYcbYiY
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mar 8 Jan - 1:56

Citation :
Dernière Sommation

Ce texte est l’œuvre de quelques personnes présentes lors de moments d’affrontements avec la police sur la ZAD. C’est un retour d’expériences qui a pour vocation d’informer toutes celles et tous ceux qui sont prêts à venir en renfort pour défendre des lieux, des expériences grandeur nature au moment des opérations policières lorsqu’on est nombreu-ses-x à résister sur un secteur précis. Il aidera notamment toutes celles et tous ceux qui n’ont pas suffisamment d’expérience de ce genre de chose à mieux se préparer pour faire face à la violence des « forces de l’ordre » et surtout à pouvoir les ralentir efficacement. Il a pour but d’enrichir le savoir collectif en matière d’auto-défense face à la police afin d’éviter de prendre des risques inutiles et d’être victime des brutalités policières. Ce n’est pas un manuel de guérilla ni un guide légal, d’autres que nous ont déjà fait ce travail mieux que nous ne pourrions le faire. Nous avons donc essayé d’éviter de répéter ce que nous avons lu dans la documentation déjà accessible sur le sujet, à laquelle nous renvoyons expressément le lecteur désireux d’en savoir plus. On n’y trouvera donc pas de conseils du type « ayez toujours du sérum physiologique et le numéro d’un avocat sur vous » ni de recettes pour cocktails Molotov. C’est plutôt une somme de réflexions diverses, de conseils sur les bons réflexes et les erreurs à éviter, individuellement et collectivement lors d’une confrontation avec la police à émeutes (et non pas anti-émeute, conception orwellienne s’il en est) sur la ZAD.

Nous avons tou(te)s choisi des moyens divers de résistance face au monopole de la violence d’état et tous ces moyens sont les bienvenus, étant donné qu’ils garantissent notre imprévisibilité et qu’ils constituent donc notre plus grande force face aux troupes trop disciplinés de l’Empire. Il est clair que celui-ci tolère de moins en moins les expériences alternatives et les mouvements d’opposition active à ses projets technocratiques, et qu’il n’a toujours que la violence comme seule forme de dialogue à nous proposer dès lors qu’il n’est pas possible de nous acheter ou de nous convaincre. La guerre est la continuation de la diplomatie par d’autres moyens, disait Clausevitz. Voilà pourquoi le débat entre violence et non-violence est et demeurera stérile dès lors que nous sommes confrontés aux robocops, au gaz et aux matraques. Il y a un temps pour s’asseoir à une table et discuter, mais il viendra toujours un moment où nous devrons défendre nos lieux, nos combats face aux chiens de garde du capital et où toutes les tactiques, dès lors qu’elle n’augmentent pas le degré d’une violence déjà présente à cause de la police et ne mettent pas directement en danger les camarades seront les bienvenues, comme en ce moment sur la ZAD. Voilà pourquoi il importe de faire face et d’éviter les erreurs et les divisions qui nous ont trop souvent causées du tort.

Sortons-là du débat comme nous y sommes rentrés, et passons au côté pratique des choses, quand elles dégénèrent...

La route ne nous appartient pas. Il faut s’en méfier dès qu’une opération policière est en cours, l’éviter le plus possible si on est seul ou en petit groupe, se considérer en terrain ennemi dès qu’on y met les pieds, d’autant plus que sur la ZAD elles constituent un véritable piège puisqu’on ne peut souvent pas s’en échapper sur les côtés à cause des haies, des fossés et des barbelés. Si vous devez emprunter la route, regardez autour de vous au fur et à mesure que vous avancez pour repérer les « sorties de secours » en cas de rencontre avec la police. Ayez également une bonne connaissance préalable du terrain, car c’est la clé du succès dans toute guérilla. Si vous ne connaissez que les routes sur la ZAD, le jour de l’opération vous serez complètement perdu puisque contraint de les éviter, et vous perdrez un maximum de temps à contourner les innombrables obstacles du bocage et à vous orienter.

La route permet une charge rapide des fantassins et une mobilité maximale des véhicules, ce qui constitue le pré-requis obligatoire à une intervention efficace de l’ infanterie mécanisée, c’est à dire transportée par camions. Celle-ci est tributaire des routes, d’où l’utilité des barricades pour ralentir les troupes ennemies, mais sûrement pas pour les stopper durablement dans leur offensive. De là le précepte souvent entendu : « on ne peut pas tenir une barricade face aux flics ». Ce n’est pas une raison pour se barrer en courant dès qu’ils arrivent, puisqu’on a généralement un délai de plusieurs minutes entre le moment ou une section se place devant la barricade et la charge proprement dite. Il faut mettre ce temps à profit, ce temps gagné grâce à la présence d’une barricade pour préparer la défense et impressionner l’adversaire en lui montrant notre détermination, pour l’obliger à combattre là où nous avons choisi de le combattre, c’est à dire le plus loin possible du lieu à défendre sur un chemin qu’il sera forcé d’emprunter. Cette défense doit se faire dans l’esprit d’un recul inéluctable face à l’ennemi, étant donné que l’esprit n’est pas au corps à corps, puisque la plupart d’entre nous en a peur et n’a pas un profil de guerrier, et que les flics feront tout pour l’éviter, employant pour ce faire leurs fameuses grenades lacrymogènes qui vous forceront à reculer. Certain(e)s, il s’agit souvent des éléments les plus « chauds » du groupe ont tendance à l’oublier par bravade. Il faut donc un point de repli hors de la route, suffisamment large pour permettre le passage rapide de dizaines de personnes en quelques secondes. Les larges fossés suivis de talus bordés de barbelés sont donc à proscrire. Ils permettront votre passage, mais pas celui de tou(te)s les camarades en même temps lors de la fuite face à la charge. Un champ facilement accessible par une large ouverture pour le passage des tracteurs sera idéal pour ça. Il faut garder à l’esprit que ce qui nous importe est la défense du terrain hors de la route, car c’est la seule que nous pouvons réussir efficacement. En l’état actuel du rapport de force, nous sommes condamné(e)s à perdre les routes lors d’une opération policière, mais nous pouvons non seulement stopper mais même faire reculer l’ennemi dans les champs, les forêts et les chemins. Les flics s’éloignent rarement de leurs véhicules, donc des routes. C’est quand ils sont forcés de le faire qu’ils sont les plus vulnérables. Il ne faut donc pas chercher à s’interposer passivement trop longtemps face aux flics sur une route, surtout si elle est dégagée. Mieux vaut profiter du terrain autour, se disperser un peu pour ne pas constituer de cible trop compacte, sinon les flics n’ont plus qu’à charger dans le tas. On ne peut tenir une barricade sans trop de risques que si on est sûr de pouvoir s’échapper hors d’atteinte des flics dès qu’ils chargeront.

Il est arrivé que des dizaines de personnes massées entre deux barricades sur la route se retrouvent pris en tenaille par les forces de l’ordre, le chemin qui constituait l’issue de secours ayant été lui aussi barricadé. Des personnes ont été arrêtées à cette occasion et ont écopées de peines de prison ferme. Cela n’avait rien d’une fatalité. Les camarades avaient eu plus d’une demi-heure pour se préparer à l’assaut et n’ont strictement rien fait pour y faire face. Il aurait même pu y avoir des gens piétinés. La seule issue de secours lors de l’assaut était un fossé suivi d’un talus sur lequel avaient été posé une ou deux palettes en guise de pont. Ça ne suffisait manifestement pas à permettre le passage de la cinquantaine de personnes présentes. Nous aurions pu être plus efficaces si les gens s’était positionnés dans les champs alentours, ne laissant que le nombre de personnes nécessaires pour faire face et pouvant s’échapper rapidement ensuite, en l’occurrence moins de 20 personnes. Des projectiles volant de part et d’autres sur la route auraient obligés les flics à regarder sur les côtés et à parer avec leur bouclier, les ralentissant efficacement. Il aurait pu ne pas y avoir d’arrestations, seuls les « traînard(e)s » ayant été interpellé(e)s, victimes du sauve-qui-peut général.

Autre souvenir qui jette une lumière un peu particulière sur l’opportunité du dialogue avec les flics, les sit-ins et autres tentations de faire baisser la pression : les seules arrestations dont nous avons été témoins sur la ZAD, outre celles racontées précédemment ont eu lieu à l’occasion d’un autre face à face, toujours sur une route.

Cette fois-ci, une trentaine de personnes s’étaient laissées progressivement endormir par l’apparente décontraction et le comportement passif des gardes mobiles assez peu nombreux qui leur faisaient face. Certain(e)s se sont assis(e-s) sur la route, d’autres se sont mis à haranguer longuement les flics, façon moraliste, d’autres encore à jouer de la musique. Seule issue pour tous ces gens, dont bon nombre avaient dépassé la cinquantaine d’années : un petit trou dans la haie, de l’autre côté du fossé qui séparait la route du champ adjacent. Une seule personne pouvait passer à la fois, et non sans difficulté. Après analyse de la situation, nous y retrouvons la même absence de sortie de secours adaptée que la fois précédente. Nous avons décidé de ne pas rester là, et de revenir dans le champ d’à côté. Ça n’a pas raté, les flics ont chargé brusquement et ont maîtrisé 3-4 personnes. On a pu obtenir leur libération une heure plus tard, mais de nombreuses personnes ont été gazées, ont fait des chutes, ont pris des coups... Encore une fois, pas de fatalité ; il suffisait de jauger la situation calmement comme nous l’avons fait pour réaliser qu’elle n’était pas à notre avantage. Notre grand regret est, dans les deux cas cités de n’avoir pas osé(e)s élever la voix pour prévenir les camarades d’un danger qui malheureusement n’était pas immédiatement perceptible pour toutes/tous.

La route est un terrain où nous n’avons jamais l’avantage. Par contre, des flics ont été légèrement blessé par des pavés ou des bouteilles jetés depuis le champ ou le bois d’à côté, sur lesquels ils n’avaient pas de visibilité. Cela les a forcé à s’arrêter et à envoyer de petits détachements pour reconnaître le terrain. Ceux-ci étaient vite forcés de rebrousser chemin à cause de la résistance active qu’ils y ont rencontré, retardant leur décision de charger pour prendre pied dans le champ de plusieurs heures (oui, plusieurs heures de face à face et ça n’a rien d’exceptionnel). Nous avons donc constaté l’efficacité d’une résistance à la fois passive et active venue de plusieurs côtés à la fois, provoquant constamment les flics pour les empêcher de se sentir en terrain conquis. Également notable est le fait que la résistance passive, pacifique et frontale est toujours la plus dangereuse pour celles et ceux qui y prennent part, puisqu’ils/elles s’exposent directement à la répression, souvent sans y être préparé(e)s.

Il est clair que bien plus de personnes « non-violentes » se font arrêter sur la ZAD lors des affrontements avec la police que de personnes ayant eu des gestes offensifs envers elle, tout simplement parce que croyant n’avoir rien à se reprocher, elles ne réalisent pas le danger, ou alors trop tard. Ça ne changera pourtant rien, les flics les accuseront souvent de violences, d’outrage ou de rébellion, faux témoignages des leurs à l’appui. Au risque d’énoncer des évidences, rappelons tout de même que la police n’est pas là pour maintenir l’ordre mais pour provoquer l’affrontement avec ceux qu’elle juge dangereux pour la sécurité de l’état. Elle n’est pas là pour attraper les criminels, mais pour faire du chiffre à l’aide de toute personne s’étant trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment, comme le type assis devant eux par exemple.

Il n’ y a pas de dialogue possible autre que celui du rapport de force, et donc de l’intimidation face à des gens lourdement armés, astreints au silence et se considérant en terrain ennemi à reconquérir y compris « en faisant usage de la force ». S’ils doutent de notre détermination, ils feront un carton et pas de quartiers. S’ils croient avoir affaire à une véritable opposition qui n’hésitera devant rien pour les repousser, ils avanceront en prenant plus de précautions, car malgré l’impunité dont ils jouissent ils chercheront à éviter les bavures qui pourraient rendre la situation incontrôlable. Nous pensons qu’il n’y a donc pas d’utilité à vouloir faire baisser la pression par des manifestations de bonne volonté si nous voulons conserver nos acquis, cela ne sert qu’à se faire endormir. La demi-heure de préparation que n’ont pas mis à profit les gens dont il a été question dans le premier exemple pour se préparer à l’assaut avait été obtenue par une brève négociation avec les flics afin de faire partir ceux qui ne voulait pas assister à l’affrontement. Le seul résultat visible a été l’endormissement des gens présents, qui n’ont pas su faire face à l’assaut dans les bonnes conditions, occasionnant la retraite en désordre que souhaitait la police à ce moment-là afin de faire des arrestations. Nous pensons que le dialogue courtois avec la police n’a qu’une seule utilité : instaurer le doute et calmer les éléments trop bouillants des deux côtés. Il est important que le troufion de base sache qu’il n’a pas affaire à des « ultras » terroristes, mais à des gens réfléchis en situation de légitime défense face à l’arbitraire de l’état dont lui, troufion est le représentant légal. Ce dialogue n’en est en fait pas un, étant donné le devoir de réserve et la pression des officiers sur leurs troupes pour ne pas qu’ils parlent avec les opposants. Parlez donc aux flics si vous le voulez, mais ne prenez pas de risques inutiles et restez vigilant(e)s.

Lorsque vous voyez un officier faire le tour de ses petits gars en leur glissant quelques mots à l’oreille à chaque fois, c’est probablement les ordres pour la charge qui va suivre. Celle-ci ne devrait donc pas trop tarder, et ne sera pas toujours précédée des sommations d’usage. Cependant, il y a souvent des tirs de grenades lacrymogènes avant. En effet, la procédure veut que 1) les sommations soit effectuées, 2) on dispersent les opposants à coups de grenades lacrymogènes et assourdissantes, puis 3) on prend possession du terrain ainsi dégagé à l’aide d’une bonne charge. C’est ce qui se produit dans peu ou prou 90% des cas, du moment que les flics ont l’initiative. Dès que celle-ci change de camp, attendez-vous à beaucoup moins de précautions et de savoir-vivre de leur part.

Le bluff, l’intimidation est une tactique toujours payante, quelque soit la situation. Peu de lanceur(euse)s de pavés sont des gens « violents ». Peu d’entre elles/eux espèrent blesser un flic, mais toutes et tous veulent faire peur. A tel point qu’il font parfois peur, à tort, à ceux qui se revendiquent de la « non-violence ». Ceux-là doivent comprendre que cette tactique là aussi est nécessaire, car rien ne ralentit mieux une escouade qu’une bonne pluie de projectiles, et celle-ci les obligent à s’arrêter à distance respectueuse avant de charger, plutôt qu’à jouer le rouleau compresseur imperturbable. C’est aussi un bon moyen de prendre conscience de notre force et de ses limites. Il est peu probable que vous mettiez hors de combat un flic avec un pavé. Dans la plupart des cas, celui-ci n’atteint pas sa cible, ou bien il est paré, ou bien il ne fait pas grand dégât à ces gaillards cuirassés de la tête au pied. On ne peut cependant pas écarter la possibilité d’un coup au but occasionnant une blessure grave, même si à notre connaissance cela ne s’est jamais produit sur la ZAD. Voilà pourquoi la boue, la peinture et le fumier sont à privilégier, car ils rajoutent l’humiliation au tableau et indisposent moins les « pacifistes », tout en aveuglant le flic qui le reçoit sur la visière. Le cocktail molotov, lui, est un véritable joker. Dans chaque intervention policière, il y a un avant et un après cocktail. Dès lors qu’un molotov atterrit devant eux, les flics changent d’attitude et deviennent beaucoup plus prudent, voir lâches. Il ne faut jamais oublier de quel côté est le courage. Le courage est de notre côté. Sans armure et pratiquement sans armes, sans discipline et sans la protection de la loi et de l’état nous affrontons une armée ayant toute latitude pour agir de manière violente, y compris lors d’une « bavure », vu que celle-ci n’est jamais sanctionné par la hiérarchie ou les tribunaux. Si vous en doutez, nous vous conseillons la lecture de l’excellent rapport d’Amnesty International dont voici le lien : http://www.amnesty.fr/sites/default.... Ce rapport examine entre autres des cas de décès en garde à vue. Avis aux amateur(ice)s...

Bref, soyez conscient(e) de la lâcheté de l’adversaire et de son manque de motivation préalable pour mieux l’impressionner. La guerre que nous menons face à lui est avant tout psychologique. Le simple fait de hurler fonctionne, soyez donc vous aussi une grande gueule face aux flics, en évitant bien entendu les insultes qui pourraient heurter les camarades, tel que « cassez-vous bandes de pédales » ou autres « ta femme eh ben moi je la suce, t’entends, j’l’encule bien profond » qu’on a parfois entendu. Ce genre de propos a déjà occasionné des prises de becs entre camarades devant les flics, ce qui est bien entendu contre-productif. Montez sur les barricades, faites croire au flics que vous êtes bien plus nombreu(ses)x que vous ne l’êtes, par exemple en allant les harceler par petit groupe si vous pouvez le faire depuis la forêt ou derrière des buissons, ça marche très bien et permet en plus d’écouter ce qui se dit de leur côté moyennant un peu plus de discrétion. Faites un maximum de bruit en tapant sur tout ce qui traîne. Soyez déroutant(e)s. Imaginez que ces braves policiers qui se lèvent de bon matin pour aller faire ce qu’ils appellent leur travail font face à une foule bigarrée, d’où sortent tour à tour des gens venus s’asseoir devant eux, leur offrir des fleurs, se mettre à poil, les haranguer longuement ou bien les insulter, leur jeter des pierres, des engins incendiaires ou de la merde au visage. De quoi être sacrément perturbé. César en perdrait son latin.

L’humour est une arme redoutable, et souvent absent de ces moments de tension. Il est pourtant très important afin d’alléger l’atmosphère et de redonner le moral aux camarades. On ne saurait en abuser tant ses vertus sont grandes. Moquez-vous des flics dès que c’est possible.

Quant au matériel (cailloux, nourriture, eau, boucliers, etc...), il est souvent oublié lors des charges et saisi par la police. Prenez-donc le temps de le mettre en sécurité plus en arrière lorsque vous sentez que la charge est proche, il est indispensable car la confrontation peut durer toute la journée, voire plus. Si vous vous en sentez le courage, n’hésitez pas à venir apporter des projectiles en première ligne s’il y a du monde pour s’en servir, vous rendrez ainsi un grand service. Transmettez alentour toutes les informations utiles dont vous prenez connaissance, par rapport à ce qu’il se passe plus loin, à la répartition des effectifs de police, les actions de soutien, qui sont les R.G, flics en civil ou indics présents, etc... si vous êtes en recherche d’infos fiables pour confirmer une rumeur, allez voir le porteur ou la porteuse de talkie-walkie ou de radio le/la plus proche. La circulation de l’information est un facteur crucial dans ces moments-là, elle aide à la cohésion du groupe et à la prise de décisions informelle et collective. Côté flics, ils agissent toujours sur ordre et il y a des choses à savoir : autorisation ou non d’employer les gaz, objectifs de l’opération, quota d’arrestations, démonstration de force ou bien ordre de "calmer le jeu", etc... Si vous apercevez un blessé, réconfortez-le et appelez tout de suite un « médic », il y en a toujours un dans le coin. Ne prenez pas en charge vous-même les soins si ce n’est pas immédiatement nécessaire, comme dans le cas d’une hémorragie importante que vous pouvez tenter d’arrêter en comprimant la plaie, événement peu probable quand-même. Criez "flashball" si vous voyez un flic en épauler un avec l’intention de tirer sur quelqu’un. Surveillez les gens inconscients qui se mettraient à pique-niquer alors que la situation est précaire, et avertissez-les calmement du danger s’il existe. Soyez toujours extrêmement attentif aux autres, ils sont votre principale protection, et vous êtes la leur. Si vous sentez que certains se mettent en danger, ou bien font courir des risques aux autres de par leur inconscience, ne soyez pas timide et dites-leur franchement. Il arrive que des provocateurs cherchent à mettre les gens en situation de se faire attraper par les flics, soyez attentif à cela sans tomber pour autant dans la parano. Un type très motivé qui veut "casser du flic" n’en est pas forcément un, ni plus que celui qui joue au chef. Tout deux sont par contre nuisibles à l’esprit de groupe, il faut les remettre à leur place ou s’en inquiéter auprès des autres. Ne cédez jamais à la panique, c’est extrêmement contagieux et crée facilement un effet de troupeau qui peut faire prendre des décisions stupides, ou n’en faire prendre aucune lorsque cela s’avérerait pourtant nécessaire. Lorsque les lacrymos sont de sortie, passez-donc entre les gens leur proposer du sérum physiologique, beaucoup n’y pensent pas à temps. A titre individuel, restez sur les bords du groupe, sur les côtés et non pas à l’avant ou au milieu, vous avez de meilleure chance de pouvoir vous échapper rapidement en cas d’assaut, et vous aurez une meilleure vue d’ensemble sur ce qu’il se passe. Ayez toujours une sortie de secours en tête, vous éviterez d’hésiter au moment critique. De manière générale, éloignez-vous à l’arrière dès que vous ne comprenez plus la situation ou dès que vous êtes inquiet(e). Si vous êtes du genre à lancer des trucs pour toucher votre cible, lancez-les prioritairement lors des charges sous réserve que vous soyez bon(ne) coureur(euse), vous aurez de meilleures chances de succès, l’ennemi étant moins attentif, moins couvert par son bouclier et en train de foncer vers vous. Le top est d’être embusqué sur les côtés si le terrain le permet. Ne vous isolez jamais entre les flics et le groupe, ni à fortiori derrière les lignes ennemies. Vous pouvez tenter des actions de ce type à plusieurs, c’est risqué mais ça peut en valoir la peine. Ayez un(e) binôme, un groupe de potes qui va veiller sur vous et savoir qui vous êtes en cas d’arrestation. Autrement, ce n’est pas grave mais ne prenez pas de risques. Sachez que si vous n’avez pas ni cheveux longs ni vêtements trop cool et que vous êtes un homme seul, vous risquez d’être pris pour un flic, ce qui n’est jamais très agréable.

Pensez à vous munir de miroirs, vous pouvez aveugler les flics avec lorsque le soleil est de la partie ou mieux lorsque ils utilisent des projecteurs la nuit. Dans ce dernier cas de figure ce n’est vraiment pas un extra, ceux-ci vous aveuglant complètement, rendant toute action difficile à mener alors que le contexte y est très favorable. Les flics lâchés de nuit sur la ZAD ont peur, ils ne voient pas forcément venir la menace et elle peut toujours leur tomber dessus.

Pour en revenir aux projectiles, n’oubliez pas que les flics ne peuvent pas parer de tous les côtés à la fois. Ce qui fait que si en même temps il en prennent par devant depuis la barricade et depuis les côtés ils vont être obligés de se replier s’ils n’arrivent pas à chasser les assaillant(e)s plus loin. Lorsqu’on en arrive à un cas de figure semblable, où les charges policières alternent avec les contre-charges et les lancers de projectiles, n’oubliez pas de ne jamais vous approcher trop près des flics, à moins d’avoir une excellente raison de le faire, car vous pouvez être victime du « friendly fire », c’est à dire d’un tir venu de votre propre camp et aussi parce qu’en cas d’arrestation vous allez prendre pour tous les autres, y compris si vous êtes « pacifique ». Après tout, pour eux vous aurez pris part à un attroupement armé et masqué ayant refusé de se disperser après sommation. Les robocops sont lourds et bardés d’équipement divers, ce sont donc de piètres coureurs. Surveillez les quelques flics non cuirassés du coin de l’œil, soyez toujours prêt(e) à courir et vous n’avez pas de raison de vous affoler. En règle générale, une charge policière ne parcoure pas plus d’une trentaine de mètres avant de s’arrêter. Regardez donc derrière vous et ne courez pas trop loin, au risque de laisser des camarades seuls et d’inciter les flics à avancer pour venir les choper. Un bon moyen pour ne pas trop se fatiguer, sans se faire arrêter ni laisser trop de camarades derrière est de faire un bon sprint dès le début de la charge sans attendre que les flics se rapprochent mais sur une courte distance, puis de continuer à courir normalement en se retournant à ce moment-là. Lorsque vous voyez les flics s’arrêter après leur charge, retournez immédiatement vers eux, en restant à la distance qui vous semblera bonne, jamais moins de 15 ou 20 mètres, en tout cas dans un premier temps. Pensez à prendre un bouclier quelconque dans votre avancée si vous en trouvez un afin de vous protéger vous-même ainsi que les autres. Cela redonne du courage à ceux qui vous entoure de vous voir avancer et envoie un signal fort au flic, tout en les ralentissant. En effet, comme c’est généralement ce que font les gens après une charge, les flics gagnent peu de terrain au pris d’une dépense physique considérable et réalisent qu’ils ne font pas très peur à leurs adversaires.

Toujours essayer de regagner du terrain sur les flics, sans prendre de risques inconsidérés mais avec obstination, sinon autant rentrer à la maison. Vous observerez de toute façon qu’ils ont un rituel bien rodé et facilement prévisible, et qu’ils ne prennent jamais le risque de s’isoler délibérément de leurs collègues pour frapper ou bien procéder à une arrestation. Le moment précis de la charge est quant à lui plus difficile à prévoir, ce qui fait que si vous êtes à moins de 50 mètres des flics soyez très vigilant(e) par rapport à leurs manœuvres, et restez éloigné(e) si vous n’êtes pas bien réveillé(e). Cependant, il faut remarquer que les flics procèdent généralement à peu d’arrestations, en tout cas dans le cadre d’une lutte hors zones urbaines, car la présence d’un véhicule est nécessaire pour évacuer au plus vite le ou les interpellés, sans quoi ceux-ci constituent un facteur d’emmerdement maximal pour les flics, qui ont d’autres chats à fouetter dans ces moments-là. Il arrive régulièrement que des personnes maîtrisées par les flics soient relâchés peu de temps après à cause de ça. Vous avez donc mathématiquement beaucoup plus de chance d’être arrêté(e) si vous êtes sur une route ou à proximité d’une route. En tout cas, ne perdez pas de temps et profitez du premier moment de calme relatif pour gueuler franchement et plusieurs fois « libérez nos camarades » avec motivation si vous apprenez que des arrestations ont eut lieu. A tous les coups, les gens autour de vous reprendront le slogan et foutrons la pression aux flics tout en se rappelant immédiatement ce pourquoi ils sont là. Ce simple « libérez nos camarades » est une telle manifestation de solidarité que tous les cœurs en sont immédiatement réchauffés.

Hors des charges, il y a un endroit dangereux et un moment dangereux. L’endroit dangereux, c’est juste derrière la première ligne, c’est-à-dire les quelques braves qui provoquent les flics, s’abritent derrière des boucliers improvisés et jettent des pavés ou autres. Juste là, à 10 ou 15 mètres derrière elles/eux, c’est le spot précis que vont viser les flics s’ils balancent des grenades assourdissantes, des grenades lacrymos ou s’ils tirent au flashball sans intention de faire mouche, ce qui arrive lorsqu’on à affaire à des humains, après tout. Soyez d’autant plus prudent(e) lorsque vous vous aventurez dans cette zone. Si vous remarquez un flic en train de vous pointer avec une arme, c’est un flashball, et dans ce cas-là si vous voyez qu’il ne vous lâche pas avec son canon, ne faites pas le héros/l’héroïne, reculez à plus de trente mètres (c’est à peu près la distance ou le flashball cesse d’être efficace et précis) et faites vous oublier quelques minutes. Si vous entendez les lacrymos (pop-pschiiiiiiit), levez la tête et éloignez vous du point de chute, ça peut brûler. Mieux vaut être bien couvert et avoir le visage propre, cela diminuera l’effet des gaz. Sachez également que ceux-ci peuvent occasionner des dommages irréversibles à l’appareil respiratoire et digestif, bien que ce soit rarement le cas dans des espaces ouverts. Évitez-les donc un maximum. Si une grenade tombée à proximité n’explose pas tout de suite, courrez, c’est peut-être une grenade assourdissante. Vous pouvez essayer de renvoyer les grenades, mais utilisez de préférence une raquette pour ça et ne vous précipitez pas trop : il est possible de prendre une grenade à éclats pour une grenade lacrymo dans le feu de l’action, et votre main ou votre pied s’en souviendrait, vos oreilles aussi. Dans tous les cas, ne paniquez pas : même à moins de 5 mètres du point de chute d’une lacrymo, du moment que le vent ne pousse pas le nuage dans votre direction et n’est pas trop changeant ni trop faible, vous êtes tranquille pendant un moment avant de commencer à sentir les gaz, le temps qu’ils se dispersent. Cependant, restez proche du groupe car c’est au moment où ces foutues grenades tombent ou que les flics chargent que vous êtes le plus susceptible d’être lâché(e) par les autres. N’ayez jamais une trop grande confiance dans le courage de vos camarades, c’est le meilleur moyen d’être arrêté bêtement. C’est triste à dire, mais réaliste. Jaugez tout le temps l’état d’esprit et des flics et des vôtres, et modelez votre conduite là-dessus. Méfiez-vous de l’esprit de troupeau qui fait parfois rester groupés à des endroits dangereux pour tout le monde, sachez prendre du recul sur les événements. Pour en revenir aux gaz, leur effet semble être cumulatif, c’est à dire qu’on peut en prendre une bonne grosse bouffée et ne pas trop en sentir les effets, et être vraiment indisposé un peu plus tard par seulement de petites quantités résiduelles, bien après la chute des grenades. Ce qui fait qu’il est important dès le départ de contourner le gros du nuage, pour pouvoir ensuite supporter des quantités plus faibles pendant plus longtemps. Il ne sert à rien de supporter stoïquement le gaz pendant que tout le monde fuit, pour ensuite être hors-combat à la moindre approche d’un nuage. Lorsque les gaz sont utilisés massivement, c’est quelque chose qu’il faut garder à l’esprit, en même temps qu’il faut toujours se placer par rapport au sens du vent, lorsque c’est possible.

Le moment le plus dangereux, c’est lorsque les flics se replient, car c’est dans ces instants qu’ils sont les plus vulnérables, et ils le savent. C’est le temps pour eux d’envoyer le bouquet final, de vider les chargeurs et la peur peut alors les rendre plus agressifs et moins disciplinés. Ils auront alors la gâchette facile et auront plus souvent recours aux tirs tendus. C’est aussi le moment ou le courage renaît dans nos rangs, incitant bon nombre de gens à prendre des risques supplémentaires. C’est souvent un moment très marrant, voire grisant, mais évitez tout de même d’être la dernière victime du peloton. N’oubliez pas : il y a toujours un moyen approprié selon le moment d’être efficace contre les flics sans prendre beaucoup de risques, à vous de le trouver. Soyez toujours conscient que si vous avez peu de chance de sympathiser avec l’ennemi, peu de flics souhaitent faire autre chose que leur boulot et aller au delà des ordres directs en faisant du zèle. C’est avec leur trop grande discipline la grande faiblesse des forces de l’ordre, celle qui devrait vous inciter à ne pas vous laisser intimider. Au contraire, intimidez-les à votre tour, ça mange pas de pain comme on dit. C’est frappant de constater leur peu d’efficacité vu tous les moyens dont ils disposent. On a vu lors d’une énième opération de dégagement de route, lorsque la lutte s’est déplacée dans les champs autour un guerrier viking défier avec courage, que dis-je, avec une témérité insensée les flics qui venaient de nous repousser plus loin dans le champ. Avec son casque à cornes et son épée en plastique il a carrément chargé tout seul 2-3 flics un peu isolés, et les à fait reculer (!). La vidéo a été publiée sur le web. Le guerrier en question ne devait même pas mesurer 1m70, et n’avait rien d’un monstre... C’est une belle leçon d’audace et d’humour qu’il nous a donné, en tout cas. Sortez de votre tête l’image des guerriers invincibles et surentraînés ayant tout prévu que beaucoup associent aux gardes mobiles. Lorsqu’on leur laisse l’initiative, leurs tactiques sont excellentes, mais dès qu’ils font face à une résistance déterminée ils temporisent immédiatement, car eux non plus ne souhaitent pas le corps à corps ni faire de martyrs. Ils ne faut ni les sous-estimer ni les surestimer ; la légitimité, le courage sont de notre côté, et eux le savent, quoiqu’ils en disent, ce qui abaisse considérablement leur moral. Ainsi avons-nous souvent affaire à de simples pions que déplacent les officiers à grand peine sur un terrain qui ne leur est pas favorable, face à des camarades qui prennent toutes sortes d’initiatives personnelles et imprévisibles, ce qui je le répète constitue notre grande force. En conséquence, la police est souvent dépassée par les événements si vous restez mobiles et réactif(ve)s. Nous ne devrions pas chercher à nous discipliner, ou adopter de tactiques communes trop prévisibles, hors celles que dicte le bon sens tel que se masquer le plus souvent possible, ne serait-ce que pour atténuer l’effet des gaz. Les flics aiment beaucoup les photos-souvenirs et les films de vacances, ils sont très souvent en train de nous filmer lorsqu’ils interviennent. Se masquer permet d’éviter à certaines personnes un peu trop motivées de se faire identifier et cibler, ou d’être reconnues comme ayant déjà participé à des actions semblables. Si vous êtes là, c’est que vous êtes solidaires avec eux, quoi qu’ils fassent et même si vous n’approuvez pas leurs méthodes. Alors masquez-vous, même et surtout si vous n’avez rien à vous reprocher. Vous pourrez toujours discuter avec les camarades ensuite si certaines choses ne vous conviennent pas. 

Définition de guérilla (source : toupie.org) :

Étymologie : de l’espagnol guerrilla, petite guerre, qui est un diminutif de guerra, guerre. Son utilisation remonte aux tactiques utilisées par les Espagnols pour lutter contre le régime imposé par Napoléon Bonaparte au début du XIXe siècle.

Le terme "guérilla" est employé pour désigner des combats réalisés par de petits groupes menant une guerre de harcèlement, de coups de main, d’embuscades et de sabotages contre une armée régulière. Contrairement au terrorisme, elle ne vise pas les civils. Elle a pour objectif de renverser une autorité en place en la déstabilisant par des confrontations peu intense mais de longue durée. Le terme "guérilla" est plutôt réservé à des combats politiques menés par des groupes de partisans qu’à des missions militaires de commandos conduites par des corps francs (détachement d’une armée chargé d’opérations de sabotage ou de la réalisation de coups de main). Par extension, "guérilla" désigne aussi les groupes qui mettent en œuvre ce type de combats.

Caractéristiques de la guérilla :

asymétrie des forces en présence (nombre, armement, organisation),
effet de surprise des attaques,
terrain d’action étendu et difficile d’accès,
mobilité, dispersion et flexibilité des guérilleros,
absence de ligne de front,
un lien fort avec la la population locale.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Mer 9 Jan - 2:14

Citation :
Les beaufs réacs s'expriment à Notre Dame Des Landes, mais passeront-ils à l'offensive?...
...encouragé par le maire Jean Paul Naud


Ah, la campagne, on connait bien. On aime la nature, les animaux qui nous entourent et qu'on élèvent, la solidarité qui peut parfois s'y nouer. Mais faut bien l'avouer, c'est aussi souvent le refuge des propos et comportements des plus fachos et réacs... et on a pas mal eu à batailler personnellement contre cela. On est paysans parce que l'on aime la terre et ce qu'elle peut nous enseigner, en terme de respect des différences, de l'importance de chaque être vivant, même de celui qui parait le plus insignifiant... mais on se demande si certain-ne-s de nos collègues y voient la même chose...

Alors on est pas trop étonné d'entendre sur France Inter qu'un "paysan" de Notre Dame Des Landes est prêt à tirer au fusil sur les camarades zadistes. On l'est encore moins lorsque l'on entend dans ce même enregistrement, fait par un journaliste surement à la botte des socialos, des gars dans le bistrot de NDDL, lâcher tous leurs ressentiments nauséabonds sur les camarades zadistes.
On retrouve donc de tout dans leur discours nauséeux, beauf et proche des fachos. Du mensonge lorsqu'ils mentionnent un soi-disant péage obligatoire sur la D281, alors qu'il s'agissait d'un faux péage Vinci à valeur humoristique (mais bon l'humour avec eux, ça se résume à comparer une vache à une femme...urk ! mais déjà entendu dans des bistrots et caves du 44). Y'a aussi le bon vieil argument du "bon à rien" (sic)... Peut-être que pour eux "bon à rien" signifie ne pas pointer au bistrot tous les jours, ils voulaient en fait dire "bon à rien...boire" non ?...

Sérieusement, comme tout bon beauf des campagnes, ils parlent de choses qu'ils ne connaissent pas. Ont-ils été voir les cabanes de la ZAD, ont-ils lu les nombreux textes écrits par les camarades, les potagers qui nourrissaient une centaine de personnes, la boulangerie zadiste qui nourrit toujours pas mal d'habitant-e-s de NDDL et des environs, la chèvrerie... ?

Et puis même, ils n'ont pas torts d'être bons à rien nos camarades dans un système qui vous rend esclaves de vous-mêmes, qui vous enchaînent par des crédits de toute sorte dans un boulot commun pour une maison aux normes pour une vie aux normes ! Bon à rien pour le système peut-être, mais pour eux-mêmes pas du tout, car ils prennent le temps de réfléchir, de discuter et d'agir collectivement, de tâtonner, de bricoler pour trouver quelque chose qui sera véritablement bon pour eux/elles, pour le reste du monde et pour la nature.

Ce seraient plutôt eux les bons à rien, ces beaufs de campagnes qui n'arrivent pas à rentrer des vaches égarées au bout de deux jours ! (non mais on se fout de qui ?!). On imagine bien leur "agriculture de pro", comme ils disent, avec ses pesticides, ses engrais chimiques qui nous tuent au quotidien. Ce seraient plutôt d'eux dont on devrait avoir peur !

Quand aux arbres coupés (qui d'ailleurs ne le sont plus depuis longtemps par décision collective sur la ZAD, et qui sont "replantés" via des appels à plantation), à la D281 et ses chicanes et trous dans la route... peut-être préféreraient-ils que l'aéroport se réalise et élimine complètement cette route et les arbres qu'ils ont l'air de tant chérir (hypocrisie!)?! On voudrait après nous faire croire qu'ils sont contre l'aéroport, non mais on se fout encore de notre gueule !

En fait, si on est autant en colère, c'est parce qu'à la fin de cet enregistrement de france inter-socialo et dans un enregistrement précédent, on entend Jean Paul Naud (Jean Paul Nigaud ?), maire de Notre Dame Des Landes, déblatérer une nouvelle fois ses discours de terreur, propres à ne pas calmer les réacs du coin ! Ce bon vieux maire de NDDL, toujours prêt à veiller sur la propreté de son territoire, comme il y a deux ans, où il avait demandé, par lettre au préfet, l'expulsion rapide de tous/toutes les zadistes.

Cette fois-ci, les zadistes, et les jeunes en général, sont assimilés à des pollueurs en puissance, des envahisseurs d'un bourg si tranquille habituellement... merde on s'est trompé jean paul ! On croyait que c'était Vinci et le parti socialo les envahisseurs et pollueurs mais apparemment on doit pas être du même bord. Ah oui, on avait oublié, tu es contre l'aéroport en facade, mais par derrière tu collabores, comme d'autres élus des communes concernées par le projet, avec le PS, pour que les impacts du projet éventuel (mais pour vous certain, c'est pour cela que les zadistes vous dérangent tant...hein, hein...) ne nuisent pas trop à tes électeurs/trice-s, et donc à toi-même.

Tu es aussi coprésident du collectif des élu-e-s qui doutent de la pertinence du projet d'aéroport(CEDEPA) (sic). Ah, nous on croyait qu'il n'y avait pas de doute sur la question... mais au fait comment cela se fait qu'il existe toujours ce collectif composé de ce genre d'élu-e-s? Petite question personnelle à la coordination des opposant-e-s à l'aéroport de NDDL (en fait seulement composée de partis et d'associations) qui compte quand même Debout La République dans ses rangs... y'a de quoi être fière quand même (sic).

Pour finir, Jean Paul Naud ne plonge pas du tout dans la caricature politicienne en affirmant que les habitant-e-s de NDDL sont majoritairement contre l'aéroport de NDDL mais massivement contre les zadistes... c'est pas comme si les dons et soutiens de toutes sortes affluent pas mal du bourg de NDDL... Mais en fait Jean Paul, tu n'es plus du tout à l'écoute de tes électeur-trice-s, qu'est-ce que tu fais là alors ? Ce n'est plus l'heure d'être à la récré et d'avoir peur des plus débrouillards que toi jean paul. Il faut changer de bac à sable dans ces conditions là....

Mais ne t'inquiète pas jean paul, tu retrouveras tes petits camarades au bistrot après la fin de la lecture de cet article, et vous pourrez ressortir toutes vos vieilles saloperies bien crasses sur les zadistes en rigolant comme des bons beaufs que vous êtes. Et pourquoi pas préparer la prochaine charge* contre les zadistes à coups de pétoires et de hochets ?

A moins que d'ici là on te vire de la mairie... Ce sera peut-être l'heure de sonner la fin de la récré ?

Des paysans bio du 44, membres du CLCA

* On rigole mais lors de la nuit de samedi à dimanche, au cours du festizad, des habitant-e-s du coin ont gueulé des insultes xénophobes, homophobes, genre: "bande d'enculés"(sic) en direction de plusieurs camarades et d'un membre du CLCA, puis, deux heures plus tard, tagués une dizaine de camions de slogans pro-aéroport et pro-Vinci. L'un d'entre nous se souvient de la lutte contre le projet de centrale nucléaire du Carnet (44), où des petits fachos du coin tiraient à coups de fusils sur les manifestant-e-s sous les yeux des flics, ont brûlé plusieurs bus et voitures de camarades venu-e-s lutter contre ce projet... et tout cela avec le soutien tacite du maire. Bientôt la même à NDDL... ?

Le lien vers les enregistrements de France Inter : http://www.franceinter.fr/depeche-un-festizad-sans-incident-a-notre-dame-des-landes

Lire aussi En réponse aux mensonges et aux courbettes de Jean-Paul Naud et Philippe Grosvalet par rapport au événements aux Ardillières début mars : http://zad.nadir.org/spip.php?article252
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Jeu 10 Jan - 0:51

Citation :
Défendre La Chataigneraie

A Notre-Dame -des-Landes

« Enfin, je dois encore te dire ça : beaucoup d'entre nous ignoraient la saveur de la liberté, et ils ont appris à la connaître ici, dans les forêts, dans les marais et les périls, en même temps que l'aventure et la fraternité (...).
Si ce n'est ainsi qu'il faut faire, quoi faire?
Et si ce n'est maintenant, quand alors? »
(Primo Levi, Maintenant ou jamais)

A l'ouest de la Lande de Rohanne, dans la Châtaigneraie, un petit village a été bâti dans le temps d'une semaine, sans autorisation préalable. Cet ensemble de maisons de bois se divise en deux parties : l'une destinée à dormir et à soigner, l'autre composée d'une grande cuisine, une salle de réunion, une taverne et une manufacture. Près de quarante mille personnes rassemblées le 17 novembre contre un projet d'aéroport et pour la ré-occupation du bocage que dépeuplaient les forces de l'ordre depuis le 16 octobre, en rasant des maisons anciennes, confluèrent de Notre-Dame -des -Landes vers la forêt. Dès lors commença, plus qu'un chantier : une oeuvre, une oeuvre commune. Tel jour au son d'un duo de saxo et d'accordéon grimpé sur un toit, tel autre sous une pluie battante ; toujours dans la boue et sous les espèces d'une fraternité communicative. Un de ces moments de pur bonheur où l'on pourrait croire qu'un tel déploiement de forces libres est facile et durerait toujours. Pourtant, tout a été accompli sous la pression jamais relâchée des gendarmes, des hélicoptères, des déclarations menaçantes des notables, et dans la conscience que le reste du monde n'avait pas changé, qu'il regorgeait de dispositifs hostiles, braqués contre nous dès lors que nous démontrions par l'exemple que nous n'avions pas besoin d'eux pour nous conduire.

Une telle oeuvre est le fruit de ce qui, autrefois, portait le beau nom d'émotion populaire : un ébranlement d'être qui engendre ce cri : ça suffit ! On a tout supporté jusque-là, les mutilations et les prothèses, la mise à l'encan de tout ce qui vit, le bétonnage des sols, la programmation et la traçabilité de tous les déplacements, des sentiments et des gestes, et les discours des imposteurs pour faire avaler tout cela. Mais il aura suffit qu'à Notre-Dame-des-Landes les machines de l'Etat viennent ravager, sous haute protection policière et après des années de tension, le potager du Sabot, les cabanes des bois de la Saulce et de Rohanne, des Cent chênes et de la Bell'ich, les vieilles fermes du Rosier, des Planchettes, de La Gaité et quelques autres, pour que la colère remonte des profondeurs. Autant de destructions, autant de blessures, autant de raisons d'apporter dans la Z.A.D. ( Zone d' Aménagement Différé, devenue Zone A Défendre) tout ce que nous avions de meilleur : matériel pour reconstruire, vêtements, nourriture, literie, forces, rêves et pratiques qui se conjuguent pour figurer une conception concrète du monde, foncièrement opposée à celle de l'entreprise Vinci dont les édifices ( aéroports, parkings, autoroutes ...) reposent sur la dévitalisation froide, préalable, des territoires qu'elle occupe, pour plaquer ses décors en béton massif. Auprès d'eux, quoi de plus frêle que ces assemblages de bois, de paille et d'argile, que nous façonnons : des châteaux de cartes gonflés de sève, de vie, qui ressemblent à nos rêves mais sculptés dans la matière, et que nous défendrons comme on défend sa peau.

Un « kyste », déclare l'Etat chirurgical ; une « zone de non-droit » selon les barons du département. Est-ce en vertu de tels commentaires qu'il existe des juges pour exécuter la sentence de Vinci – faire table rase – en bannissant systématiquement ceux qui comparaissent en justice pour faits de résistance aux gendarmes ? Mais ceux qui distribuent si généreusement leurs forces sont chez eux dans la Z.A.D., et c'est une manière de crime de les arracher à un sol et à un milieu qui redonne le souffle et la vie à toutes sortes de déracinés. Ce bocage, ainsi habité, est un refuge et un commencement.

« Mes bottes me manquent » a écrit un jeune tailleur de pierres emprisonné pour cinq mois. Les bottes et la boue, la vie commune, les animaux de rencontre, les coups de griffe des ajoncs, l'épuisement, le pain de chaque jour, les feux dans la brume, les barricades habitées, les planches transportées et cloutées, les frondes forgées, la nourriture offerte ... C'est la vie même, sous la forme d'une brèche aux mille contours par où s'engouffrent les mille visages de l'avenir, que veulent canaliser ou anéantir les spéculateurs du vivant.

Cette brèche, il faudra la tenir ouverte et pour cela, défendre ce lieu « jusqu'à l'extrême limite » ; parce qu'il incarne l'un des terrains que nous offre la vie pour éprouver nos forces effectives et mesurer ( la mesure d'aimer, c'est d'aimer sans mesure ) nos chances de faire de notre passage d'enfants perdus sur la terre une aventure directe, âpre, éblouissante.

Patrick Drevet, à la Châtaigneraie, le 7 janvier 2013
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Ven 11 Jan - 2:21

Citation :

Mariage homosexuel : pourquoi Marine Le Pen a tergiversé
04/01

La présidente du FN n'ira pas manifester le 13 janvier de peur de sembler à la remorque de l'UMP. Mais pas seulement...

Marine Le Pen rappelle de façon très ferme son "opposition au mariage, à l'adoption et à la procréation médicalement assistée" qui sont des "revendications ultra-minoritaires".

Après de nombreuses tergiversations, la présidente du FN, Marine Le Pen, a tranché : elle ne participera pas à la manifestation du 13 janvier contre le mariage et l'adoption pour les couples gay. Il n'est pas question de participer "à ce qui est devenu une grossière tentative de récupération politicienne et d'enfumage sociétal de la part de l'UMP et du PS", explique-t-elle vendredi dans un communiqué, affirmant que cette manoeuvre était avant tout "destinée à détourner l'attention des Français des questions urgentes".

Néanmoins, Marine Le Pen assure de son soutien tous les élus et les adhérents du FN qui souhaitent se joindre au cortège parisien le 13 janvier. Dans ce communiqué, la présidente du FN rappelle de façon très ferme son "opposition au mariage, à l'adoption et à la procréation médicalement assistée" qui sont des "revendications ultra-minoritaires". Florian Philippot, vice-président du parti chargé de la stratégie, a lui aussi annoncé qu'il ne battrait pas le pavé le 13 janvier. En revanche, d'autres dirigeants frontistes y seront, comme Louis Aliot, Marie-Christine Arnautu ou Bruno Gollnisch.

Le communiqué envoyé par Marine Le Pen fait donc habilement la synthèse entre les deux lignes qui se sont affrontées au sein de la direction du Front national. D'un côté, ceux qui - à l'instar de Florian Philippot - jugent que le FN n'a pas intérêt à s'engager fortement contre le mariage homosexuel et à sembler à la remorque de l'UMP qui s'est déjà emparée de ce débat. Selon eux, la présidente du FN - qui a fait campagne en 2012 sur le "ni droite ni gauche" - doit faire attention à ne pas se couper de ses électeurs issus de la gauche. De l'autre côté, il y a un Jean-Marie Le Pen - président d'honneur du parti - ou un Louis Aliot qui jugent que le FN devait soutenir la manifestation du 13 janvier. "La question du mariage homo est capitale pour notre société. En plus, la manif du 13 janvier sera une manifestation anti-Hollande. Il faut qu'on y soit", explique-t-on.

" Il y a autour de cette table beaucoup d'homosexuels "

À l'origine, la question de la participation du FN à la manifestation devait être tranchée ce lundi lors de la réunion du bureau exécutif, puis du bureau national du parti. Finalement, Marine Le Pen a préféré annoncer sa position plus tôt que prévu, histoire de dépassionner un débat qui avait pris beaucoup d'ampleur ces dernières semaines. Sur le terrain, nombreux sont les cadres et les adhérents FN qui regrettaient l'embarras et la tiédeur de Marine Le Pen sur ce sujet de société. "La défense des valeurs traditionnelles est l'une des préoccupations majeures des électeurs du FN. En politique n'existe que ce qui paraît. Que penseront les électeurs si le FN se prononce contre le mariage homo et qu'il est en retrait sur le sujet ?" alertait un cadre. Ces derniers jours, des centaines et des centaines de mails d'adhérents étaient arrivés au siège du parti faisant état de leur incompréhension. "Marine Le Pen a reçu des mails d'adhérents non militants qui pensaient qu'elle était pour le mariage homo. Elle a donc clarifié les choses. C'est très bien", se félicite un dirigeant du FN.

Lors de leur bureau politique de lundi, les membres du FN échapperont donc à un nouveau psychodrame sur la question de la mobilisation contre le mariage homosexuel. De quoi en soulager plus d'un. Fin décembre, Bruno Gollnisch avait plombé l'ambiance en lançant une petite bombe en prélude de son intervention : "Il y a autour de cette table beaucoup d'homosexuels. Ces choix relèvent de la vie privée et de la conscience de chacun, mais ne doivent pas influer sur la position du Front national." Outrées, deux personnes avaient quitté la pièce. Cette scène a levé le voile sur l'homosexualité de proches de la présidente du FN Marine Le Pen qui pose, selon certains cadres, des questions politiques. "S'il y a eu des réticences à prendre une position claire au sujet du mariage homo, c'est également à cause d'eux", juge un dirigeant sous le couvert de l'anonymat. Marine Le Pen a encore du travail pour mettre un peu de cohésion au sein de son équipe.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Sam 12 Jan - 1:03

Citation :
Saines et sauves

Pendant cette longue absence, je n'en ai pas moins gueulé sur Twitter, sur divers sujets — les connards homophobes, les crétins machistes qui s'assument pas (et même ceux qui s'assument), la surveillance, les élitistes, les bigots, les flics, la répression, les pollueurs, les capitalistes. Et ce sera pareil cette année. Je n'ai toutefois pas trouvé matière à écrire un vrai post, surtout parce que ça m'aurait donné l'impression d'enfoncer des portes ouvertes.

Mais je voulais revenir sur une histoire dont les grands médias nous ont rebattu les oreilles avec une médiocrité affligeante, à savoir la "fugue" de Camille et Geneviève, les deux lycéennes qui ont osé s'échapper de leur lycée pour aller rejoindre la Zone A Défendre de NDDL.

Ils disent que c'est une fugue. Que c'est pas bien, que ce sont des jeunes en pertes de repères, que leurs parents faut les comprendre. Et surtout, surtout, ils insistent bien sur leur âge. Des "jeunes filles", des "adolescentes" voire des "ados" (ce diminutif qui décrédibilise encore plus les paroles et les actes de quelqu'un). Bref, des gens irresponsables.

Putain de merde. Le nombre de fois où j'ai eu envie d'exploser la radio/l'ordinateur.

Ces filles se sont débrouillées toutes seules. Autonomes. Elles ont eu le courage de partir pour aller donner un coup de main, se sentir utiles, lutter. Elles ont eu le courage d'accomplir ce que je n'ai pas su faire : partir vraiment, aller lutter concrètement, joindre leurs gestes à la parole, prendre leurs idées en main, faire.
Et leurs parents, au lieu de se poser des questions sur la force de ce geste, de les féliciter pour leur investissement politique, vont les chercher de force, alors que Camille les avaient invités à venir voir comment ça se passait.

C'est pourtant ce qu'on prône, nan, en méritocratie ? Les self-made (wo)men, tout ça… Des gens qui se prennent en main (dixit mes profs).

Aaaah oui. Mais il y a un petit problème. Plusieurs, en fait.

D'abord, elles vont quand même voir des gens ultra-dangereux.
Des anarcho-autonomistes. Des délinquants. Des opposants au gouvernement qui utilisent des méthodes de protestation très très louches, comme les débats, les concerts, le plantage de choux-fleurs, l'écriture de tracts (activité qui rappelle la période souvent évoquée avec un ton paternaliste et condescendant, genre c'était-pas-sérieux-et-ça-a-pas-marché, mai 68).
C'est tellement suspect que l'autre soir, au JT de France 2, la journaliste disait que Camille n'avait "subi aucune agression". Avec deux sous-entendus : "c'est bizarre" et "si elle avait eu quelque chose, ça aurait forcément été la faute des anarchistes".
Mais dites-moi, c'est qu'on avait peur hin. C'est sûr que depuis deux mois, c'est vraiment les Zadistes qui font le plus preuve de violence. J'aurais eu plus peur qu'elle se fasse taper par des flics, personnellement.

Ensuite, ce sont des gens qui n'ont pas eu envie de suivre des voies toutes faites. Ça, ça ne plaît pas, ni aux parents, ni à l'opinion, ni aux flics, ni aux journalistes de France 2, ni aux ministres. Ces ingrates qui osent défier le système qui les nourrit !

Et puis, et puis, leur âge.
La place des mineurs, c'est à la maison chez papa-maman. Sûrement pas en train de prendre des initiatives.
Les mineurs ne doivent pas trop réfléchir.
Ou plutôt si. Ils doivent réfléchir à se trouver une "bonne place" dans la société. Et pour ça, ils doivent ingurgiter ce qu'on leur sert à l'école. Que la démocratie c'est le bien, que le capitalisme ça va forcément avec et que c'est tout ce qui existe pour éviter les dictatures. Et par-dessus tout, que l'enfant ou l'adolescent a une place bien définie (celui pour qui on décide), tandis que l'adulte a le rôle du décideur.
Et que ces rôles ne changeront jamais.
Alors autant l'accepter.
Autant se résigner.
Les mineurs doivent réfléchir selon des normes imposées "pour leur bien".
Les mineurs doivent être continuellement protégés, et ce sont les gentils adultes qui vont le faire.

Que… quoi ? Qu'entends-je ? L'autogestion ? Mais vous n'y pensez pas ! Des enfants ? Se protéger eux-mêmes ? Ils en sont incapables, voyons. Ils sont faibles. Ils sont inexpérimentés. Et l'expérience, bien sûr, ne s'acquiert qu'à l'école dans les bras des adultes. Pas sur les routes ou en construisant des cabanes en rondins.

Ceux qui contestent cette vision des choses doivent en permanence se justifier de leurs idées : la domination des adultes sur les enfants n'est pas admise et remise en question par grand monde. Elle semble couler de source.
Non, je ne dis pas qu'il ne doit jamais y avoir d'adultes pour donner quelques repères aux enfants.
Non, je ne pense pas qu'un enfant de cinq ans doit pouvoir faire ce qu'il veut.
Non, je ne suis pas contre la notion de respect, au contraire. Je veux juste que ce respect soit exactement le même de l'adulte pour l'enfant que de l'enfant pour l'adulte. Sans que plus personne ne dise "mais enfin, c'est évident, on ne doit pas le même respect à quelqu'un de 10 ans qu'à quelqu'un de 40".
Oui, je connais des gens de tous âges qui défendent ces idées.
Non, ce n'est pas lié à une rébellion passagère contre mes parents. C'est politique. Ça s'inscrit dans un refus du monde tel qu'il est, dans un refus de toutes les oppressions et de toutes les inégalités.
(Et suivent les habituelles approximations sur l'autogestion) : Non, je n'ai jamais dit qu'il ne devait pas y avoir de règles, anarchie ≠ anomie. Non, ça ne conduit pas au chaos. Oui, ça a déjà été expérimenté et ça a très bien marché, ça existe toujours aujourd'hui.

A l'école, on nous dit qu'on doit être « responsables ».
Responsable, pour eux, ça veut dire rentrer dans le rang. Faire plaisir aux profs. Être sage, ne rien déranger. Ne pas faire partie des statistiques de la délinquance juvénile, "problème fondamental de nos sociétés actuelles". Se "prendre en main", mais selon leurs règles.
Si tu ne corresponds pas à ce schéma (et même pas besoin de caillasser des voitures, hein, suffit d'avoir des idées un peu bizarres), tu es décrété inexpérimenté, immature, idéaliste. Bref, la définition habituel du "jeune" par les adultes.
On doit tous s'excuser d'être libres, mais encore plus quand on est jeune, femme, pas très hétéro et pas très blanc.
Le fugueur ou la fugueuse est toujours supposé instable, victime de problèmes familiaux, etc. Toujours sans but.
Nous sommes trop jeunes pour comprendre, trop jeunes pour penser par nous-mêmes. On nous rabâche ça tous les jours, mais la justice des adultes peut quand même nous foutre en prison quand ça les arrange. Toujours ça de potentiel contestataire en moins.

Ce qui est drôle, c'est de voir les journalistes qui aimeraient bien pouvoir dire que les deux filles ont été maltraitées, mais qui sont bien obligés de rapporter leurs réactions : elles étaient en sécurité, elles se sentaient en accord avec elles-mêmes, et utiles à une lutte.

Je me suis surprise à apprécier les déclarations du proc. Il les prend au sérieux, lui ; beaucoup ont considéré cet acte comme quelque chose d'irréfléchi. Des mineures qui s'engagent, réellement, dans un vrai combat politique, pas juste pour "jouer les rebelles", ça n'existe pas dans l'idée qu'ils se font de la jeunesse.

Il suffit de voir les premiers paragraphes, lamentables, précédant cette interview de Geneviève dans Le Parisien.
"Le manteau de cuir clouté, les rangers de bûcheron et le pantalon camouflage n’y font rien. Derrière son look un peu rude, Geneviève cache mal sa petite bouille d’adolescente."
"Les deux ados, qui se revendiquent anarchistes, voulaient goûter à la vie en communauté sur fond de contestation écolo."
On a droit aux classiques. "Elle essaye de faire rebelle mais en fait c'est un cœur tendre"… "Elle se revendique anarchiste" = "elle ne sait pas vraiment ce que c'est, elle est trop petite pour ça, elle ne se rend pas compte, elle ne l'est pas vraiment, c'est juste une attitude". Je passerai sur le sous-entendu condescendant sur le combat même de tous les zadistes.

Cet excellent article d'un zadiste (Lisez la suite, j'ai envie de le citer en entier. Faut juste ignorer les fautes d'accord dues à une louable volonté de parité du langage...) dit :
Si les réactions journalistiques sont si violentes, si les commentaires sur les blogs ou sites ”d’infos” sont si durs, c’est parce que Geneviève et Camille ont osé remettre en cause la famille et leur dépendance à l’autorité parentale, illes ont osé proclamer qu’illes étaient en droit de choisir ce qu’illes voulaient faire de leur vie, librement. [...] Les familles s’inquiètent nous dit-on, heureusement qu’illes s’inquiètent, illes ont décidés que c’est d’eulles que devait venir l’éducation apportée aux plus jeunes et illes n’ont jamais pensé à leur apprendre à vivre libre, illes n’ont jamais pensé à leur expliquer ce que pourrait être le quotidien sans eulles, illes s’inquiètent parce que ces deux jeunes ne sauraient pas (selon eulles) se débrouiller, se protéger, … Illes s’inquiètent parce qu’illes ont pris soin de ne pas leur apprendre tout ça. [...]
Illes s’inquiètent surtout, parce que les unes et les autres se rendent compte qu’en fait, les jeunes n’ont pas besoin d’eulles, que les parent-es ne sont utiles aux jeunes que tant qu’illes n’ont pas la possibilité de se nourrir par eulles-mêmes (et encore ce pourrait être aussi un besoin assumé par la société, comme cela c’est apparemment passé pour Camille et Geneviève, nourri-es par le partage de dons de tous horizons).

L'âge adulte n'est pas beaucoup mieux, mais au moins, tes pairs te considèrent comme un interlocuteur légitime.
Jamais on ne prend au sérieux le désir de révolte des enfants. Suffit de taper "children rebellion" dans son moteur de recherche : des images de petits garçons qui boudent, des solutions pour endiguer la "rébellion" de vos enfants qui ne veulent pas manger leurs épinards. Des analyses de psychologues disant que "ça les aide à se construire", aka "ça va passer, c'est normal, circulez, rien à voir". C'est ça, la révolte des enfants, pour beaucoup d'adultes.

Il est très difficile de trouver des informations sur les mouvements de mineurs des années 70 en France. Il y en a un peu plus sur les grèves d'enfants de 1911 en Angleterre, parce que leurs revendications paraissent aujourd'hui raisonnables : baisse du prix des livres scolaires, suppression des châtiments corporels. Ça ne vient pas d'une volonté de taire ces évènements. C'est juste que tout le monde s'en fout.

Les quelques discours positifs sur la jeunesse aujourd'hui servent juste à encourager leur engagement dans La Vie Politique pour dire "aaaah, les jeunes, l'aveniiiiir". Genre "ouf, heureusement que vous êtes là pour réparer les conneries des générations précédentes". Quand on s'intéresse à nous sans nous dénigrer complètement, c'est pour nous mettre sur le dos un engagement forcé. De manière raisonnable et "adulte", nous allons devoir « améliorer le système ». Pas nous révolter contre notre condition et contre le monde qui va avec. Jamais.
On demande aux élèves de respecter leurs profs sous prétexte d'une "reconnaissance de l'expérience et du savoir". Et alors ? On doit féliciter chaque prof de tout ce qu'il/elle sait en disant « merci maître » ?
Ça ne veut pas dire qu'on ne peut/veut rien apprendre d'eux (sinon je n'irais pas en cours de violon). Ça ne veut pas dire qu'on n'estime pas le travail qu'ils ont fait pour en arriver là. Ça veut juste dire que ce n'est pas ce qui doit déterminer les relations prof-élèves.

J'ai tellement envie que les gosses, ensemble, reprennent en main leur vie, leurs libertés, soient conscient de l'aliénation et aillent contre elle. Et même que les majeurs se joignent à eux.
L'aliénation des enfants fait partie d'un système, comme toutes les formes d'oppression. Elle témoigne d'un fonctionnement plus global. On ne sera pas assez de milliers de mômes pour la détruire. Il ne s'agit pas d'une guerre contre "les adultes", mais contre le monde qui leur permet d'être "les adultes", d'avoir le pouvoir qu'ils ont, et surtout de ne pas voir eux-même l'oppression qu'ils exercent sur les mineurs.

http://www.youtube.com/watch?v=O1yF4CJVP00
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Sam 12 Jan - 19:59

Documentaire sur l'occupation de la forêt de Rohanne de la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes, avant et pendant les expulsions.
http://archive.org/details/ZadNddlQuandLesArbresSagitentWhenTheTreesShake
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Dim 13 Jan - 16:42

Appel à une journée internationale de dénonciation des violences d’Etat !

. . . . . . .

Citation :
Invitation à participer et relayer l’appel à la JOURNEE INTERNATIONALE DE DENONCIATION PUBLIQUE DES VIOLENCES D’ETAT

Le Samedi 26 janvier 2013 créons des espaces d’expressions publiques festifs et artistiques là ou nous le voulons ! http://zad.nadir.org/spip.php?article990

Victimes d’irréparables violences policières (fractures, hémorragies internes, éclats de grenades, surdités, yeux crevés…) plus de 120 blessé(e)s en deux jours lors de la dernière opération policière) et d’une forte répression politique (des centaines de procès et d’arrestations, et deux prisonniers politiques à ce jour), des occupant(e)s de la ZAD - Zone à Défendre contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes - auxquels s’associe l’ACIPA, lancent une invitation à dénoncer publiquement les violences d’Etat le 26 janvier, dans toutes les villes de France et d’ailleurs.

Ces violences ont été extraordinairement choquantes, mais les occupant(e)s politiques de la ZAD ne sont évidemment pas les seuls à subir des violences d’Etat. Violences symboliques, légales, judiciaires, policières, militaires, institutionnelles, présomption de culpabilité, discriminations, humiliations, déportation de sans-papiers, contrôle de nos vies... sont autant de formes de violences ordinairement subies par la population. Invitation est donc lancée à toute personne qui se sentirait concernée à dénoncer aussi ces autres formes de la violence d’Etat.

Cet appel porte au delà des frontières, en résonance avec d’autres luttes contre la dictature économique et les grands projets inutiles qui l’accompagnent, en Italie (No TAV), en Espagne, en Russie (Kimski), au Brésil (Mouvement des Sans-Terre)...

A la violence d’Etat, nous avons décidé de répondre par des actions non-violentes, des marches festives, artistiques, conviviales et fédératrices. Il n’y aura pas d’organisateurs officiels, ni de programme prédéfini. Toute action artistique est donc la bienvenue (théâtre de l’opprimé, Chorales Républicaines de Sérénité (CRS), expos photos, projections vidéos, musique,...).

La marche de Nantes partira à 15 h de la place de la Petite Hollande.

Nous appelons a :
vous coordonner avec les comités de soutien de la zad - la liste est disponible sur zad.nadir.org.
relayer l’appel le plus largement possible afin que des espaces d’expressions fleurissent partout

Exprimons nous publiquement et collectivement, que les idées fusent, et que soit une nouvelle fois démontrée la force de l’auto-organisation populaire !

ZAD partout !

Quelques idées : Projection de vidéos ; chorales ; expositions (photos, musée des armes des "forces de l’ordre", témoignages...) ; théâtre-forum ; théâtre de l’opprimé ; clown ; ateliers divers (survie en garde à vue...) ; conférences gesticulées etc.

Témoignage : Une liste de textes, videos, idées en tout genre pourra vous être envoyée par mail : gadnv@riseup.net

Liste des comités de soutien à la ZAD : http://zad.nadir.org/spip.php?rubrique34&lang=fr


https://copwatchnord-idf.info/?q=node/166




Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Lun 14 Jan - 23:48

Citation :
EN 2013 SEULE LA LUTTE DÉCOLLE ! CorrespondantEs du NPA 44 Hebdo Tout est à nous ! 177 (10/01/13)

Début d'année en fanfare pour les opposantEs à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes : 20 000 personnes sont passées au festival organisé sur la Zad, dans une ambiance à la Woodstock version bretonne, pour assister aux concerts rap, reggae et punk organisés en soutien au mouvement.C'est dire à quel point Notre-Dame-des-Landes est devenue une lutte et un lieu populaires. De quoi énerver un pouvoir qui tente, dès qu'il en a l'occasion, de discréditer le mouvement, comme le montre l'actualité récente. Un pouvoir qui essaie de rétablir sa légitimé après l'échec de sa stratégie d’expulsion, en décrétant une commission de dialogue bidon dont le seul but est de faire passer la pilule aéroport à la population. Peine perdue, personne n'est dupe de la manœuvre, et les constructions sur la Zad ont repris de plus belle.

Le mouvement se construit

Même chose pour l'entreprise de communication honteuse des pouvoirs locaux : un appel d'offres pour du lobbying sur internet et auprès des journalistes a échoué, noyé par près de 3 000 réponses des opposantEs. Et ce n'est pas non plus en maintenant un harcèlement policier quotidien, en arrêtant et en condamnant des jeunes à la prison ferme (jusqu’à six mois) dans une stratégie d'usure, que le gouvernement Ayrault enrayera le formidable élan de solidarité qui continue de se développer.
Les 180 comités de soutien qui se sont réunis les 15 et 16 décembre le montrent. Les actions à venir aussi ! Le recul du gouvernement dans la mise en œuvre du projet fait que le temps joue désormais pour nous. D'ores et déjà des initiatives de grande envergure sont engagées : les 18 et 19 janvier, une journée d’action contre Vinci ; le 9 février, l'arrivée des marches Nice-Lille ; au printemps, une grande manifestation de remise en culture ; le 11 mai, une chaîne humaine de 20 000 personnes autour de la Zad ; les 4 et 5 août, un « méga rassemblement » avec pour objectif 300 000 personnes. Plus que jamais, à Notre-Dame-des-Landes en 2013, seule la lutte décolle !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)   Aujourd'hui à 20:59

Revenir en haut Aller en bas
 
Manif anti aéroport Notre Dame Des Landes (44)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 30Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 18 ... 30  Suivant
 Sujets similaires
-
» Aéroport Notre-Dame des Landes : NON MERCI !
» Blog BF Notre Dame des Paludiers
» Requiem de Mozart à la Basilique Notre-Dame de Montréal
» Ecole de Notre-Dame (1160-1250)
» 2010-10-12 - ROBILLIARD - Notre-Dame de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Manifs-
Sauter vers: