Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Anonymous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Lun 28 Fév - 22:58



















_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Mar 1 Mar - 2:24

je me souviens de l'histoire maintenant ...
4chan




_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Mar 1 Mar - 18:32

Citation :
Les Anonymous s'interrogent sur "l'opération Wisconsin"
LEMONDE.FR | 28.02.11 | 18h55 • Mis à jour le 28.02.11 | 18h

Il y a eu la Tunisie, l'Egypte, la Libye, et ces derniers jours... le Wisconsin. Le collectif informel Anonymous, qui regroupe de manière spontanée et temporaire des activistes volontaires autour d'une ou plusieurs causes, a multiplié ces dernières semaines les opérations coup de poing. Dernière en date : #OpWisconsin, pour "opération Wisconsin", en protestation contre la politique menée par le très conservateur gouverneur du Wisconsin, Scott Walker, qui a provoqué la colère des syndicats et des démocrates.

Cette multiplication des cibles n'est pas, en soi, une nouveauté pour Anonymous. Décentralisé, volontiers anarchiste et sans chef, le collectif a toujours mené plusieurs batailles simultanément. Mais les incursions dans la politique américaine sont rares de la part du groupe, qui privilégie en général les questions de censure internationale, de filtrage du Web, et se garde de prendre part pour un parti politique. Le lancement de l'"opération Wisconsin" a provoqué des discussions au sein du mouvement, tant sur le site spécialisé AnonNews que sur les canaux de discussion IRC.

C'est l'un des principes d'Anonymous : tout un chacun peut se revendiquer "anonyme", et publier des appels à soutenir une cause ou à attaquer une cible vue comme un oppresseur. Mais cette absence de centralisation a aussi ses limites : plusieurs textes récents publiés sur AnonNews rappellent que "personne ne parle pour Anonymous. Rien n'est officiel. Aucune vidéo. Aucune opération. Même ce communiqué de presse, bien qu'il ait été créé par un nombre inconnu d'anonymes à une heure et un emplacement inconnus, et mis en ligne anonymement, ne s'exprime pas au nom d'Anonymous". Cet autre texte, adressé aux journalistes, note que "comme la marque Anonymous a acquis de la légitimité, des opportunistes ont et continueront à tenter de faire endosser leur propre agenda politique au mouvement."

APRÈS LES ANONYMES, LES "MAGNANIMES"

Car si les sympathisants d'Anonymous se posent des questions, jusqu'à transformer le canal de discussion consacré à "l'opération Wisconsin" en lieu de débat permanent sur ce que représente Anonymous, et comment définir ses membres, c'est aussi parce que certains appels à l'action récents tranchent avec le style habituel du groupe. Ce communiqué, par exemple, appelle au boycott des produits des entreprises Koch, dont les propriétaires soutiennent le gouverneur Walker, et à soutenir les syndicats. Des modes d'action qui ne sont pas ceux d'Anonymous, plus accoutumé aux attaques informatiques par déni de service.

Si "l'opération Wisconsin" est quelque peu différente des opérations classiques d'Anonymous, c'est aussi parce qu'elle est corevendiquée par un autre groupe : Magnanimous, "les magnanimes", qui se définissent eux-mêmes comme une sous-division d'Anonymous, investie dans le rejet du projet du gouverneur Walker, et qui semble plus à l'aise avec les méthodes de revendications classiques que les attaques informatiques. A tel point que certains Anonymes, pourtant sensibles à la cause, ne s'y retrouvent pas vraiment : "Ce pad [document éditable anonymement par plusieurs utilisateurs, très utilisé par Anonymous] semble créé pour les militants syndicaux [...]. Je pense qu'il faudrait créer un autre pad qui prenne en compte les éléments clés des Anonymous : le lol [humour], goatse, la pâtisserie érotique, la liberté d'expression, le comique de répétition, et la critique de la concentration du pouvoir entre les mains des grandes entreprises."

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Mar 1 Mar - 18:41

Origine


Citation :
Guérilla masquée contre la Scientologie

Né sur le Net, le mouvement activiste des Anonymous mène des actions partout dans le monde contre la secte fondée par L. Ron Hubbard

Correspondance à Washington EMMANUELLE RICHARD
Libération: lundi 14 avril 2008


En moins de trois mois, une mystérieuse guérilla de l’ombre a surgi sur Internet pour former ce que l’expert amé- ricain des cultes, Rick Ross, considère «comme le plus gros mouvement d’opposition à la Scientologie. Histo- rique!» Son nom ? Anonymous.

Un réseau d’anonymes, sans leader reconnu, forts d’être nulle part et partout. Mais ils ne se contentent pas du monde virtuel. De New York à Londres, en passant par Berlin, Tokyo, Paris, Melbourne, Oslo, Dublin, ils étaient à peu près 7'000 à chanter et danser, le 10 février, devant les centres de l'Eglise de scientologie d’une centaine de villes du monde entier.

Leur seconde manif planétaire, le 15 mars, recensait 10'000 participants. La troisième s’est tenue ce samedi (lire encadré). Leur objectif : «faire connaître au grand public les centaines d’actes illégaux, activités frauduleuses et violations des droits de l’homme perpétrés par l’Eglise de scientologie».

A quelques jours de ce rendez-vous du 12 avril, les Anonymes étaient gonflés à bloc à en juger par la poussée de fièvre et de paranoïa sur leur principal forum, www.enturbulation.org «Attention aux mini-scientos», prévenait l'un des 14'000 membres du forum, relayant une rumeur à l’attention des sympathisants à Washington: la Sciento- logie aurait prévu d’envoyer des nuées d’enfants pour espionner les manifestants dans la capitale américaine. «Regar- dez bien le type à chapeau sur la photo: nos sources l’ont identifié comme un détective employé par COS» (Church of Scientology), alertait un autre.

Il y a un mois, leur rassemblement devant le QG de la secte à Washington offrait une scène surréaliste typique des happenings d’Anonymous: 300 contestataires au visage caché, beaucoup sous le masque du héros révolutionnaire anarchiste de la BD «V pour Vendetta». Paisiblement, ils brandissent des pancartes «La Scientologie détruit des vies !» ou «La Sciento = grosse arnaque» au son du tube des années 80 «Never Gonna Give You Up» (Je ne te lâcherai jamais les baskets). Une atmosphère à la fois festive et grave, avec le témoignage au micro de Jeanne- Marie Boucher, une jeune femme élevée dans la Scientologie qui accuse l’organisation d’avoir conduit son père au suicide en 2001.

Dans la foule, l’ex-scientologue Arnie Lerma, catogan poivre et sel, un vétéran réputé pour ses dénonciations de la secte via son site www.lermanet.com. «Tous les anciens comme moi ont les larmes aux yeux depuis l'émer- gence d’Anonymous, soupire ce réparateur informatique. On se di : mon Dieu, enfin … Nous allons obtenir justice.»

Le phénomène est d’autant plus stupéfiant aux Etats-Unis que l’Eglise de scientologie y a pignon sur rue. Fondée en 1954 par l’écrivain de science-fiction L. Ron Hubbard sur la base d’une méthode de développement personnel, elle est reconnue outre-atlantique en tant que religion. A ce titre, au terme d’un long bras de fer judiciaire, elle a même obtenu en 1993 un statut fiscal privilégié. Le nombre d’adeptes américains reste débattu: 3,5 millions selon la Scientologie ; seulement 55'000 actifs à en croire une étude de l’université CUNY de 2001. Parmi eux, des stars d’Hollywood, de Tom Cruise à John Travolta, en passant par le réalisateur de Collision Paul Haggis. Dotée d’impo- sants bâtiments dans les meilleurs quartiers, présente dans les communautés via une nébuleuse de programmes éducatifs et de cures antidrogues, la Scientologie monte des centres de secours sur toutes les catastrophes, comme à la Nouvelle Orléans après l’ouragan Katrina.

«L’étincelle qui a déclenché la révolution»

«En vertu de la liberté de religion, la Scientologie a parfaitement le droit d’exister, admet un membre actif du réseau Anonymous à Washington. Mais ce sont leurs méthodes qui sont intolérables.» Cet étudiant a accepté de nous rencontrer à condition qu’aucun détail physique, ni même son pseudo, ne soient révélés.

Les premiers «Anon’», comme ils s’appellent entre eux, avaient formé un groupe il y a deux ans, sur le site humo- ristique SomethingAwful.com, repaire de jeunes technophiles attachés à la liberté d’expression sur le Net.

En janvier, le site new-yorkais Gawker.com met la main sur une vidéo interne au culte, montrant Tom Cruise vanter les mérites de sa religion dans un concert d’éclats de rire bizarres. Cette vidéo aurait été vite oubliée si les avocats de l’Eglise de scientologie n’avaient pas sommé YouTube de la retirer et menacé Gawker de procès pour «violation de copyrights». Gawker refuse d’obtempérer, «au nom de la liberté d’information» mais YouTube, propriété de Google, cède sur le champ. C’est, raconte l’étudiant, «l’étincelle qui a déclenché la révolution».

Le 21 janvier, Anonymous publie sur YouTube un manifeste vidéo adressé aux dirigeants de la Scientologie: «Vos campagnes de désinformation, votre suppression de la dissidence, votre nature litigieuse retient notre attention depuis des années», annonce une voix synthétique à la Stephen Hawking, avant de poursuivre: «Anonymous a décidé que votre organisation doit être détruite. Pour le bien de vos fidèles, pour le bien de l’humanité, pour notre plaisir, nous vous expulserons de l’Internet et nous démantèlerons l’Eglise de scientologie.» Une déclaration de guerre assortie de tout un arsenal «terroriste», proteste la Scientologie.

Au cours des trois semaines suivantes, la secte recense d’innombrables actes de hacking contre ses sites, 22 alertes à la bombe et 8 menaces de mort contre des membres. «Faites gaffe, Anon’ : vous courez à la catas- trophe !», s’émeut Mark Bunker, un vétéran de la critique scientologue sur son site www.xenu.tv.

Début février, ce producteur de télévision enjoint les activistes de cesser toute activité illégale. Il est écouté : «Les Anonymes semblent avoir rompu avec certains fanatiques du début et font la police au sein du groupe», remarque Mary McConnell, une ancienne adepte de la Scientologie. Avec d’autres vétérans, comme Arnie Lerma, elle contribue au forum alt.religion.scientology, créé dès 1991. Mary, pour qui «Internet est le plus gros cauchemar de la Sciento- logie», voit déjà les retombées positives des Anonymes: une recrudescence d’adeptes qui osent quitter la Scientologie et le dire en ligne.

«Groupe de cyber-terroristes»

La Scientologie n’a pas tardé à lancer la contre-offensive. Elle avait saisi la justice américaine pour faire interdire les rassemblements d’Anonymous le 15 mars. Echec. Mais ensuite, au moins une cinquantaine de manifestants ont reçu chez eux des injonctions à cesser toute collaboration avec Anonymous, «une organisation qui incite ou opère des activités illégales contre l’Eglise de scientologie.» Des missives qui ont «fait leur petit effet», déplore un réci- piendaire, car «pour être démasqués, les manifestants ont forcément été suivis et placés sous surveillance.» A Los Angeles, la Scientologie a porté plainte contre plusieurs d’entre eux et à Boston, un organisateur est convo- qué au tribunal pour répondre d’une accusation de «harcèlement criminel».

Ce processus d’identification est «absolument» justifié estime Karin Pouw, porte-parole de l’Eglise de scientologie Internationale à Los Angeles. «Notre devoir est de protéger les cadres de notre Eglise et nos paroissiens.» Aux yeux de l’organisation, Anonymous est un «groupe de cyber-terroristes». Tout en continuant «à prendre Anony- mous très au sérieux», la dame conclut sur un ton des plus aimables: «Je ne veux pas que vous communiquiez l'idée que l’Eglise et ses paroissiens sont assiégés aux Etats-Unis, car ce n’est pas vrai: notre Eglise est floris- sante alors qu’Anonymous est un mouvement très marginal et confiné à l’Internet.»

L’endurance d’Anonymous et son impact à long terme restent à mesurer, reconnaît l’expert des cultes Rick Ross. «Le statut fiscal préférentiel de la Scientologie est pour eux un cheval de bataille évident», estime-t-il.

Les Anonymes américains ont prévu de manifester sur ce point devant le Capitole avant l’élection présidentielle de novembre. Et, déjà, ils entrevoient une lueur d’espoir: fin mars, un Anon’ délégué du Parti républicain au Texas a enclenché une procédure pour la révocation du statut de «religion» de l’Eglise de scientologie dans son Etat. Une première depuis 1993, souligne le révérend John Wetzel. Ce pasteur luthérien, qui agit à Washington comme lobbyiste bénévole des «antisciento», constate: «C’est inédit, cette dynamique pour informer le public au sujet de la Scientologie sans se soucier de leur réaction. Mais ce sera difficile : la Scientologie a de l’argent et du monde qui la soutient.»

http://www.info-sectes.ch/presse-anonymous.htm

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Mar 1 Mar - 18:44

http://www.youtube.com/user/AnonymousFrancophone

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Mer 2 Mar - 1:43

Citation :

Planète Anonymous

Nouvelle conscience de la toile ou nébuleuse anarchique de cyber-activistes ? Les Anonymous sont sur tous les fronts, au chevet de WikiLeaks, aux côtés des insurgés d'Egypte et de Tunisie... Jeunes geeks ou militants politiques, ils disent n'avoir qu'un combat : la liberté d'expression.

"Consultez votre boîte mail, vous trouverez un numéro où appeler."
Vous pensiez faire une simple enquête journalistique, vous voilà dans une ambiance de film d'espionnage. Le type à la voix grave a déjà raccroché. Vous êtes docile et composez le numéro donné dans l'e-mail. Il décroche. Sa voix est moins inquiétante. Vous vous enquérez de son nom, il répond : "Anonymous vicious mais vous pouvez m'appeler le Vicieux". Vous ne riez pas et tentez de comprendre.

Le Vicieux, dont la voix s'adoucit et finira par être celle d'un sympathique jeune homme d'une vingtaine d'années, explique : "c'est parce qu'ils sont très puissants, nous devons nous méfier d'eux en permanence". La veille il voulait se faire appeler via un numéro de téléphone à l'étranger, en vain, aujourd'hui il répond d'une cabine téléphonique pour être sûr de déjouer "leur" surveillance.

Bienvenue dans le monde étrange des Anonymous.

Un nouvel activisme

Le Vicieux fait partie de la centaine de Français, membre de cette nébuleuse internationale qui, en à peine trois ans, a inventé un nouvel activisme. Jusqu'à être surveillée comme le lait sur le feu par toutes les polices et crainte par les dictatures du monde entier.

Le régime Ben Ali en sait quelque chose. L'opération Tunisia est peut-être à ce jour la plus belle réussite de ce jeune mouvement. L'histoire retiendra que la révolution de jasmin naquit d'une immolation et d'un cyber-sabotage. Alliance de l'archaïque et du high-tech.

En janvier, alors que la rue tunisienne gronde et affronte les balles réelles de la police du dictateur, une autre bataille silencieuse celle-là, se déroule dans un monde qui n'a de virtuel que l'immatérialité de ses réseaux. Du monde entier, des Anonymous entreprennent de faire de la toile un espace d'aide aux insurgés tunisiens. Ils mettent leurs compétences à leur service, qui pour indiquer les "proxys" via lesquels se connecter pour accéder aux sites censurés, qui diffuser des conseils pratiques, qui pour brouiller les sites gouvernementaux ou pour saturer les serveurs et les rendre inopérants.

Danger bien compris par le gouvernement Moubarak qui dans les premières heures du soulèvement égyptien débrancha purement et simplement le réseau Internet, imposant un black-out inédit à sa population.

"Pas un hacker, juste un passionné d'informatique"

Un peu plus tôt, à la fin de l'année dernière, les Anonymous avaient déjà frappé fort en attaquant par un déni de service massif Mastercard, Visa et PayPal pour venger WikiLeaks à qui ces sites de paiement en ligne avaient coupé les vivres suite aux révélations de Julian Assange. Le jour dit, près de 3.000 personnes avaient uni leurs compétences en informatique et leurs ordinateurs, devenus "zombies volontaires" pour spammer jusqu'à la paralysie ces sociétés. Pas besoin d'être des millions pour déstabiliser un système.

L'opération, "pacifique" selon les Anonymous puisqu'elle ne détruit pas les sites en question, n'a pas amusé du tout le FBI et les polices européennes. Une quarantaine de perquisitions ont été menées aux Etats-Unis, cinq jeunes ont été arrêtés en Grande-Bretagne et deux aux Pays-Bas.

En Auvergne, c'est un collégien de troisième qui a été mis en garde à vue durant trois heures pour avoir géré trois serveurs situés en France, en Allemagne et aux Etats-Unis et qui pouvaient adresser des millions de messages aux sites attaqués.

Le procureur de Clermont-Ferrand a précisé que le suspect, âgé de 15 ans, n'était "pas un hacker, juste un gamin passionné d'informatique". Il encourt en théorie jusqu'à cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende pour entrave au "fonctionnement d'un système de traitement automatisé de données". Personne ne connaît son nom. Il est un Anonymous. Hacker imprudent ou gamin inconscient il incarne parfaitement ce mouvement inédit, mélange d'individus venus de tous les horizons et pour des raisons différentes. C'est la contestation 2.0.

"Il vaut mieux être assez parano"

Le Vicieux n'a pas participé à l'opération Payback qui voulait venger WikiLeaks. S'il l'avait fait, on peut parier qu'il ne le dirait pas et qu'il aurait pris toutes les précautions pour ne pas se faire repérer par les vigies du FBI.

Car quand le Vicieux est en mode cyber-activiste, il est aussi discret que l'homme invisible. Ses discussions sur Internet sont cryptées et s'il doit téléphoner, il est adepte de la cabine téléphonique ou du (très) vieux portable agrémenté d'une carte à puce récupérée lors de soirées de lancement publicitaire de téléphone à l'étranger.

"La règle veut qu'aucun d'entre nous ne connaisse plus de trois anon, sinon c'est douteux", explique un Anonymous. La prudence est la mère de toutes les résistances, en 1940 comme en 2011, disent-ils. Le Jean-Moulin-du-web a ainsi pu en toute discrétion apporter sa pierre à l'Opération Tunisia en bloquant les sites du gouvernement : "le but n'est pas de provoquer les révolutions, dit-il, mais d'aider les peuples à faire circuler leurs messages".

Etudiant en aéronautique, féru de nouvelles technologies, il n'a jamais, hormis quelques manifs contre le CPE, milité auparavant. Il a rejoint les Anonymous fin 2009. Il aime le côté clandestin, ça apaise sa (légère) paranoïa : "il vaut mieux être assez parano que de se retrouver devant les tribunaux, ils sont très procéduriers".

"Nous ne pardonnons pas, nous n'oublions pas"

"Ils" ce sont les scientologues, la première cible des Anonymous. Le mouvement nait au début 2008 lorsque la secte interdit la diffusion sur le web d'une vidéo à usage interne montrant l'acteur Tom Cruise en véritable illuminé prosélyte.

Le groupe des Anonymous fédère dès ses premières heures des opposants à la dianétique de Ron Hubbard et des défenseurs de la liberté totale sur le web. Sa devise ? "Nous ne pardonnons pas, nous n'oublions pas". C'est parce qu'on apparaît sous le pseudonyme "anonymous" si l'on ne souhaite pas renseigner son identité sur les forums que le groupe prend ce nom et se lance sur la scène activiste.

Les premières manifestations sont organisées le 10 février 2008 : dans 14 pays, le même jour, des gens se retrouvent devant les sièges de la secte. Tous portent le masque inspiré de Guy Fawkes, ce terroriste anglais du 17ème siècle qui tenta de faire exploser le palais de Westminster et d'assassiner le roi Jacques 1er, rendu célèbre par la bande dessinée et le film V pour Vendetta.

10.000 personnes manifestent. Parallèlement se déploie le volet hacking du mouvement : les sites de la secte sont rendus inaccessibles et les recherches Google sur "scientologie" sont détournées vers les sites anti-sciento.

"Nous évitons de parler politique"

Cette simple devise est la clé du succès des Anonymous : mot d'ordre minimal et suffisamment large pour fédérer des gens venus de tous les horizons. Certes des routards de la politique, ex- militants autonomes ou anarcho-syndicalistes, se sont vite intéressés au mouvement. Mais ils ne sont pas majoritaires.

"Nous évitons en réalité de parler politique sur les forums, explique l'un d'entre eux. Nous sommes trop différents, ça part en vrille direct. L'autre jour sur une discussion en anglais, est apparu le terme "socialist" : les Américains se sont déchaînés ! Ce qui nous unit c'est que nous sommes des libertariens dans l'âme, fondamentalement individualistes et réticents à toute tentative d'organisation."

"Des petits cons qui s'amusent avec leurs machines"

Pas de chef, pas de membres connus, les cyber-résistants auraient donc inventé le premier mouvement planétaire sans hiérarchie... Trop belle pour être vraie, la légende des Anonymous ?

"Je note tout de même que les dernières opérations, notamment sur la Tunisie, ont été très bien organisées. J'ai vu circuler sur les forums de véritables manuels de subversion à destination des tunisiens, rédigés en anglais, on peut se demander d'où cela venait".

Celui qui doute ainsi de la totale spontanéité du mouvement s'appelle Franz Lefrançois Bailliard. Il est présenté par beaucoup comme le chef des Anonymous français. Ça fait sourire ce quinquagénaire, ancien militant autonome et opposé de longue date à l'église de scientologie qui l'a trainé devant les tribunaux : "je préfère le terme d'animateur", dit-il.

Avant d'expliquer qu'il connait plusieurs dizaines de militants anonymous, certains par leur pseudo seulement, d'autres par leur numéro de téléphone. Son nom de code à lui est Victor Charlie. Un de ses amis, démasqué lui aussi par la Scientologie, se fait appeler Nono la patate. Il est clown de quartier, pratique l'activisme par l'humour et observe : "les anciens coordonnent indirectement le mouvement, ils ont l'expérience que les nouveaux n'ont pas. Pour ma part le hacking ne me plait pas, je suis contre ces petits cons qui s'amusent avec leurs machines".

Anciens contre modernes : le mouvement a beau être récent, la bataille fait déjà rage dans des débats souterrains où l'on s'écharpe à coups de messages postés sur les forums. Faut-il cautionner des actions illégales ? Peut-on sans en savoir plus sur Assange venir à son secours les yeux fermés ? Et, au nom de la légitime libération des peuples du joug des dictatures, ne risque-t-on pas d'accélérer la prise de pouvoir par des groupes peu fréquentables comme les frères musulmans égyptiens ?

Entre les anciens, revenus de tout, prompts à voir de la manipulation partout et qui imaginent déjà que les forums sont infiltrés par la CIA et la scientologie et les jeunes geeks vierges en politique mais excités par le challenge technologique, les questions n'ont pas fini d'agiter les réseaux.

Isabelle Monnin
(article paru dans le Nouvel Observateur du 24 février 2011)

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Sam 5 Mar - 2:30


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Sam 5 Mar - 2:35


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Sam 5 Mar - 2:42


Suite anonymous

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Dim 6 Mar - 2:44

Citation :
Evgeny Morozov: “WikiLeaks doit se renforcer au niveau politique”

J’ai interviewé jeudi dernier Evgeny Morozov, un chercheur et blogueur biélorusse, actuellement à Stanford. Il est spécialiste de l’impact d’Internet sur la politique, et de ce qu’on appelle la cyberguerre. Il contribue régulièrement à Foreign Policy et au Boston Standard. Son livre The Net Delusion : How not to liberate the world parait en janvier 2011. Ses analyses sont à retrouver sur son blog.

Depuis mercredi, le collectif « Anonymous » multiple les cyber attaques contre les sites qui ont laché ou qui font barrage à WikiLeaks. Que se passe-t-il ?

WikiLeaks appartient à un écosystème, beaucoup plus large, de groupes qui sont de plus en plus mécontents de leur gouvernement, notamment parce que ceux ci instaurent des lois strictes sur les droits d’auteur ou parce qu’ils les jugent trop opaques. Ce sont des organisations non structurées, anonymes, décentralisées qui agissent de façon très erratique. Pour eux, la façon dont Julian Assange est traité est une attaque politique, l’accusation de viol le moyen de restreindre la liberté sur Internet. Le cas WikiLeaks sert de déclencheur.

Ces groupes avaient l’habitude d’attaquer des entités comme l’Eglise de Scientologie ou des entreprises. Ils ont les moyens et l’expérience des attaques. Ils les utilisent maintenant pour une cause qui leur semble juste : attaquer les sites qui ont cessé de travailler avec WikiLeaks, le Tribunal ou le gouvernement suédois, Joe Lieberman ou Sarah Palin. Je ne pense pas que cela soit pensé de façon stratégique. C’est juste un groupe d’adolescents de plus en plus énervés. C’est de la contestation menée virtuellement. Dans le passé, ils auraient lancé des cocktails Molotov sur le parvis du Tribunal. Cela étant, ils n’aident pas la cause de WikiLeaks : que des cybergroups puissent lancer des attaques contre les sites de cartes bleus, ceux-là même qui permettent à l’économie mondiale de fonctionner, est très inquiétant pour nombre de politiciens américains. Bien plus que le fait que WikiLeaks ait des câbles diplomatiques !

Du coup, il est très probable que les attaques lancées ces jours-ci par le collectif “Anonymous” en faveur de WikiLeaks ne fassent qu’activer une réponse encore plus radicale contre WikiLeaks. D’ailleurs cette dernière vient de se démarquer par rapport à ces attaques. C’est un signe de maturité politique. WikiLeaks se professionnalise.

Assistons nous à l’émergence d’un mouvement politique alternatif mené par les pro de la technologie ?

Les “geeks” ont du pouvoir aujourd’hui car ils savent où sont les points d’inflexion et de faiblesse de l’infrastructure web. Ils savent comment bloquer ou boucher ces points si besoin. Je ne sais pas si cela correspond à une force politique, étant entendue comme la capacité à influencer les lois. WikiLeaks est l’entité la plus “romantique” de cet Internet-là mais sa vision politique n’est pas sophistiquée. Elle va bientôt découvrir que sa stratégie (révéler les données pour influencer positivement les gouvernements) n’a pas d’effet – même le fait que les diplomates soient chargés d’espionner les représentants de l’ONU n’est pas vraiment un scandale aux USA – si ce n’est des effets contraires à ce qu’elle cherchait.

En janvier 2010, Hillary Clinton était le chantre de l’Internet libre. En décembre, elle tente de faire taire l’Internet. “L’effet WikiLeaks”, c’est que tout le monde sur-réagit et s’auto-détruit. La relation entre la mise à disposition de données et le changement politique n’est pas aussi directe que WikiLeaks le pense. Pour créer le changement politique, il faut être très stratégique. La plupart des gens chez WikiLeaks n’ont aucune formation politique. Ce sont des pros de la techno avec des vues très affirmées sur le rôle de la transparence des données. Ils croient aux Lumières, que les idées ont vraiment du pouvoir, qu’exposer les idées est suffisant pour changer le monde. J’adorerais y souscrire mais, non. Ce n’est pas la technologie qui est importante mais la façon dont les gouvernements réagissent et inter-agissent. La vraie raison pour laquelle WikiLeaks émerge comme mouvement ce n’est pas grâce à la force de leurs idées mais parce que les Etats-Unis ou d’autres justement sur-réagissent.

La suite
http://owni.fr/2010/12/14/interview-evgeny-morozov-wikileaks-doit-se-renforcer-au-niveau-politique/

Autre réflexion
http://owni.fr/2011/02/02/doctorow-pour-une-critique-serieuse-du-cyber-activisme-contre-morozov/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Anonymous   Dim 6 Mar - 3:47

Citation :


C'est donc dimanche des 14H30 place Gambetta mairie du 20eme
pour les masques de GUY FAWKES ils sont en vente rue du faubourg de montmartre metro grands boulevards magasin LE FOU RIRE le masque 8 euros piece
et sinon place de la République il y a aussi le magasin LE COTILLON MODERNE

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Dim 6 Mar - 4:04


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Dim 6 Mar - 13:11


Citation :
France 2 vs. Anonymous (MAJ)

Ecrit le 05 mars 2011, par Fabrice Epelboin

Je ne regarde presque plus la télévision, mais en début de semaine, quand le programme de Complément d’Enquête annonçait un spécial Transparence et Wikileaks, j’ai fait un effort.

Le programme m’a donné l’impression d’une opération d’intox ratée, bien moins efficace que l’époque ou Envoyé Spécial tentait de persuader les parents que leur chères têtes blondes trouvaient de l’extasy sur Facebook facilement. Un discours aujourd’hui repris par Kadhafi, qui tente, lui, de persuader son peuple qu’on sert des acides aux enfants au petit déjeuner.

La télévision. Quel média fantastique. Dire qu’il fut une époque ou ça marchait. De nos jours, tout le monde sait qu’on utilise Facebook pour des motifs bien plus sérieux, comme se libérer d’une propagande d’Etat, ou organiser la lutte contre un tyran.

Là, Complément d’Enquête a fait dans le Fail. Assange est un parano soupçonné de viol qui se déguise en femme, les Anonymous sont des black hats, voleur de cartes de crédit et activistes demeurés. Dangereux qui plus est : ils sont en possession de la documentation interne du plus grand marchand d’arme Français (un clin d’oeil à certains qui se reconnaîtrons dans un reportage qui a 97,8% de chances d’être bidonné). FUD FUD, FAP FAP. Dieu merci, une loi sous peu interdira de publier de tels documents (le hasard parlementaire et médiatique fait bien les choses). Tremblez en paix, Français, les lois sécuritaires de l’internet vont vous mettre à l’abri de ces criminels.

Les invités étaient remarquables. Du blogueur Tunisien, expliquant calmement au sujet d’Assange qu’un brin de parano ne nuit pas à la survie en environnement hostile, laissant le journaliste Français, confortablement installé dans un fauteuil depuis trop longtemps, esquisser une grimace gênée, ou un Henri Guaino hypernerveux, bafouillant ses arguments et lâchant des éléments de langage comme du name dropping, qui tente d’expliquer maladroitement en quoi Michèle Aliot Marie aurait été victime d’une atteinte à sa vie privée du fait de cette transparence… qui dérange…

C’était médiocre par rapport aux chefs d’oeuvres de la propagande Sarkozyste, comme le célèbre reportage sur Facebook en 2008, qui avait valu à France 2 une levée de bouclier des powers bloggeurs Français, traités avec le plus grand mépris par France Télévision. C’était il y a plus de deux ans. Depuis, la plupart d’entre eux ont renoncé à infléchir la “ligne éditoriale” de la télévision d’Etat.

Mais cette fois ci, ce ne sont pas les powers blogueurs qui demandent à la propagande d’Etat de baisser d’un ton, ce sont les Anonymous. Et de la même façon qu’un adulte se fait éclater par un ado dans un jeu vidéo, il n’est pas interdit de penser que les Anonymous réussissent là ou l’alliance de tous les “influents” de la bloggosphère a échoué : mettre un terme à la propagande produite quotidiennement par certains média.

Problème : il s’agit tout de même d’un média, et on ne DDoS pas un média. Le communiqué des Anonymous ne fait d’ailleurs pas de menaces, il invite les millions de Français qui sont derrière la fracture numérique à se renseigner par eux même, soulignant que, curieusement, France 2 n’a nullement fait mention des messages de paix et de justice répétés des Anonymous, et de leurs engagements aux cotés des peuples Tunsiens, Egyptiens, Lybiens, etc, etc, etc.

La plupart des journalistes ont jusqu’ici traité avec mépris les Anonymous, même s’il y a des exceptions notables, et il semblerait qu’en poussant le bouchon de la propagande un peu plus loin encore, la machine médiatique Française ait franchi une ligne jaune.

Heureusement le gouvernement français nous sous-estime.
Heureusement tous les journalistes ne sont pas à la botte des gouvernants.
Heureusement la nouvelle génération possède dans ses mains des outils qui lui permettent de ne pas être dépendante de l’information d’état.


Anonymous est né d’internet,
Internet est incontrôlable,
Anonymous est incontrôlable,
Nous sommes dans l’ère de l’information,
Nous sommes une génération que vous ne pouvez aisément manipuler et cela vous dérange,
Nous sommes Anonymous,
Nous sommes Légion,
Nous n’oublions pas,
Nous ne pardonnons pas,
Redoutez-nous.

http://fr.readwriteweb.com/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo


Dernière édition par Newo le Dim 6 Mar - 13:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Dim 6 Mar - 13:13



http://fr.readwriteweb.com/2010/12/14/prospective/les-anonymous-premire-forme-dintelligence-collective/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Dim 6 Mar - 13:18

Citation :
États-Unis: Ils détestent les gays, les juifs et Lady Gaga et ils ont le droit de le dire
3 mars, 2011

Le célèbre collectif Anonymous est-il à l’origine des cyberrattaques contre la Westboro Baptist Church? Tous les sites internet de ce groupe ultra-fondamentaliste sont paralysés. Ce qui ne l’empêche pas de sévir sur le terrain puisque la Cour suprême vient de réaffirmer le caractère absolu de la liberté d’expression aux Etats-Unis.

EN CROISADE CONTRE L’HOMOSEXUALITÉ
Peut-être connaissez-vous déjà la Westboro Baptist Church (WBC)? Célèbre pour sa triste croisade contre l’homosexualité et son slogan «God hates fag», «Dieu hait les pédés». Ses membres n’hésitent pas à se déplacer dans tout le pays pour assister aux enterrements de soldats morts au combat. Pour ces illuminés homophobes, leur mort constitue une punition divine envers les Etats-Unis pour ne pas lutter contre l’homosexualité. Ils font la promotion de leurs idées nauséabondes à travers plusieurs sites internet répondant aux doux noms de GodHatesFags.com, GodHatesAmerica.com, GodHatesTheWorld.com, JewsKilledJesus.com und AmericaIsDoomed.com.

Fondée par le révérend Fred Phelps en 1955, la Westboro Baptist Church, basée à Topeka (Kansas), ne compterait que 75 membres en son sein (selon AFP). Une entreprise familiale en somme, puisque ses membres font le plus souvent partie de la même fratrie. C’est le cas de Megan Phelps qui n’est autre que l’une des nombreuses petites-filles du fondateur. En tant que représentante de la WBC, cette dernière a acquis une certaine notoriété lors d’une campagne contre Lady Gaga en adaptant le tube de la chanteuse «Poker Face» à la sauce fondamentaliste. Attention, les paroles décoiffent.

EFFET D’ANNONCE?
La 16 février dernier, la WBC annonçait que le collectif Anonymous avait prévenu l’Eglise qu’elle comptait pirater ses sites internet. Effet d’annonce? Les pirates ont fait savoir quelques heures plus tard qu’ils n’en n’était rien, non sans menacer la WBC de représailles pour avoir diffusé un hoax (une cyberrumeur). Conséquence, lors d’un débat animé entre une représentante de l’Eglise et un membre d’Anonymous, le collectif a piraté les sites de la WBC, pour de vrai, cette fois (vous pouvez l’entendre à 8:24 de la vidéo).

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=OZJwSjor4hM

CYBERGUERRE OU PIÈGE DE LA WBC?
Dans un communiqué, Anonymous annonce avoir perdu patience face aux provocations de la WBC et accuse l’Eglise du révérend Phelps de chercher l’attention des médias. «Dieu déteste les pédés: supposition. Dieu déteste les sangsues: c’est un fait», conclut le collectif. La presse spécialisée se perd en conjoncture: Cette affaire marque-t-elle le début une guerre entre Anonymous et la WBC ou s’agit-il d’un piège pour démasquer les hackers? Car jusqu’à présent, Anonymous s’était illustrée face à des cibles plus importantes comme l’Eglise de scientologie en 2008 ou plus récemment contre les sites de Paypal et Mastercard, lorsque ces derniers avaient gelé les comptes de WikiLeaks. Selon Gabriella Coleman, anthropologue et professeur à la New York University, et spécialiste du phénomène, le collectif chercherait désormais à diversifier ses cibles: «Les Anonymous sont politiquement plus sophistiqués qu’avant», écrivait-elle sur le site «The Article» en février dernier. Cette cyberattaque contre les sites de la WBC semble lui donner raison.

A L’ABRI DE TOUTE POURSUITE JUDICIAIRE
Aujourd’hui, les sites anti-gays, anti-juifs et anti-américains restent inaccessibles aux internautes. Reste que la Westboro Baptist Church peut poursuivre son entreprise de haine en toute tranquillité. Qui pourrait l’en empêcher? Pas la Cour suprême, qui vient de la mettre à l’abri de toute poursuite judiciaire au nom du Premier amendement qui garantit la liberté d’expression. «Nous avons choisi une voie différente, qui est de protéger la liberté d’expression, même quand elle peut blesser», explique la Cour suprême dans son arrêt. Fait inhabituel, les juges ont ajouté un commentaire bien senti à l’encontre des fondamentalistes: «L’Eglise de Westboro pense que les Etats-Unis sont moralement corrompus. Mais il est fort probable que les Américains pensent de même à son endroit». A l’annonce du jugement, l’Eglise s’est félicitée d’avoir transmis le message divin «à la Nation et au Pentagone».

Un complément d'actualité LGBT
http://pdnews.yagg.com/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Lun 7 Mar - 1:31


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Lun 7 Mar - 22:53

Citation :
Bercy victime d'un PDF piégé

150 ordinateurs du ministère de l'Economie et des Finances ont été infectés par un Cheval de Troie dissimulé dans un e-mail. "Cyber-espionnage" ou "banale attaque" ?

Le ministère de l'Economie et des Finances a été victime d'une vaste attaque informatique visant les dossiers ultra-sensibles de la présidence française du G20, qui l'a conduit à débrancher 10.000 ordinateurs au cours du week-end.

"Cette attaque a débuté en décembre", alors que Paris s'apprêtait à prendre la présidence tournante de cette instance qui réunit les vingt principaux pays développés et émergents, raconte à Nouvelobs.com le directeur général de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI), Patrick Pailloux. "L'affaire s'est terminée ce week-end."

Le secrétaire général des ministères des Finances et du Budget, Dominique Lamiot, confirme à Nouvelobs.com que des données ont bien été récupérées par les pirates. L'opération visait "principalement les dossiers liés au G20", ajoute-t-il, affirmant "qu'aucune donnée personnelle n'a été ni visée ni compromise".

"Nous sommes sûrs que les données des douanes, du fisc, des impôts... n'ont pas été touchées", ajoute Patrick Pailloux. "Beaucoup d'informations exfiltrées" par les cybercriminels étaient "très banales" mais il y avait "aussi des éléments sensibles", a-t-il reconnu.

"Le Cheval de Troie est arrivé via un PDF"

Au total, 150 ordinateurs du ministère ont été victimes d'un Cheval de Troie.

D'après le récit de Paris Match, qui révèle l'affaire, l'un des ordinateurs du ministère a été infecté par un Cheval de Troie reçu dans un e-mail. Cheval de Troie qui s'est ensuite vraisemblablement dupliqué dans le réseau interne et les informations sont remontées aux pirates via Internet.

Une version confirmée à Nouvelobs.com par Dominique Lamiot : "le Cheval de Troie est arrivé via une pièce jointe PDF dans un e-mail. Il s'agit d'une faille encore non détectée par les éditeurs. Au total, 150 ordinateurs sur 170.000 postes ont été infectés".

"Plusieurs personnes du ministère ont été piégés par un e-mail usurpant l'identité d'une personne qu'ils connaissaient et qui contenant une pièce jointe en rapport", précise Patrick Pailloux. "Nous nous sommes rendus compte de l'attaque début janvier, quand les pirates ont tenté d'usurper d'autres adresses e-mails."

"Dès qu'on a identifié les difficultés, des mesures conservatoires ont immédiatement été prises, notamment les communications des documents relatifs au G20, puisqu'on a rapidement identifié l'intérêt manifeste pour ce sujet", a fait valoir la ministre de l'Economie, Christine Lagarde.

Du "cyber-espionnage" ?

"Nous sommes ici face à un schéma d'attaque ciblée", analyse Laurent Heslault, expert en cybercriminalité chez Symantec, interrogé par Nouvelobs.com. "C'est du cyber-espionnage, avec des gens qui savent ce qu'ils font", poursuit-il.

"Les pirates font des recherches sur le ministère pour choisir la personne à qui s'attaquer et lui envoi un mail soigné pour être sûr qu'elle ouvre la pièce jointe. Le Cheval de Troie est un malware unique, créer pour l'occasion et très difficile à détecter", pointe-t-il.

Une telle attaque est au final "relativement compliquée à organiser", résume Laurent Heslault.

A l'inverse, Damien Bancal, rédacteur en chef du site Zataz.com, spécialisé dans la sécurité informatique, estime que "la mise en place d'une telle attaque est très simple, presque banale". "C'est inquiétant est de voir que les ordinateurs du ministère ne sont pas protégés, qu'il n'y a pas de protection sur leurs serveurs..."

"Les ordinateurs du ministère sont des PC standards avec des antivirus", rétorque Dominique Lamiot. "La faille exploitée est une faille nouvelle qui n'a pas encore été détectée par les éditeurs."

"Les ordinateurs étaient protégés comme beaucoup d'ordinateurs d'entreprises avec des antivirus classiques", ajoute Patrick Pailloux.

"Cela peut être n'importe qui"

L'origine de "l'attaque" concentre toutes les questions. "Il y a certainement des informations qui ont été obtenues mais ce qui est important c'est que l'on connaisse l'origine, que l'on définisse les modalités de cette attaque", a souligné le ministre du Budget, François Baroin, sur Europe 1.

Un haut-fonctionnaire anonyme a affirmé à Paris Match "qu'un certain nombre d'informations étaient redirigées vers des sites chinois", sans plus de précisions.

"Cela ne veut pas pour autant dire que les responsables de l'attaque sont en Chine", pointe Dominique Lamiot. "Mais nous savons qu'il s'agit d'une équipe de professionnels et pas un type seul dans son garage."

"Les pirates brouillent les pistes en utilisant une quantité de serveurs de part le monde", poursuit Patrick Pailloux.

"Un vrai 'pirate' trouvera le moyen d'effacer ses traces et de faire croire que cela vient de Chine ou d'ailleurs", explique Damien Bancal. "Cela peut être n'importe qui..."

"Il est difficile de dire d'où provient l'attaque", renchérit Laurent Heslault. "Une machine compromise située n'importe où dans le monde aurait pu lancer cette attaque, même au Pentagone."

La rumeur Anonymous

Le groupe des Anonymous et WikiLeaks ont également été évoqués comme potentiels organisateurs de l'attaque. Fantasme ?

La rumeur est rapidement démentie par de nombreux Anonymous contactés par Nouvelobs.com sur leurs canaux de discussions. "Je n'ai jamais entendu parler d'une telle opération et je ne vois pas quel intérêt nous aurions à faire cela", lance un premier.

"Si des Anonymous étaient derrière cette attaque, ils l'auraient déjà revendiqué et des documents auraient fuité", poursuit un autre.

Bercy a porté plainte contre X auprès du Parquet de Paris et la DCRI (les services de renseignement français) a été saisie.

Boris Manenti - Nouvelobs.com

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Lun 7 Mar - 22:55

Citation :
Citation :
Anonymous et la jeunesse tunisienne: entre fascination et rébellion
Publié par Melek Jebnoun le 07 mars 2011 dans Tunis-Hebdo

Anonymous, les plus célébres des "anonymes" de la planète. Justiciers des temps modernes, ce groupe d'Hacktivistes a fait trembler plus d'un gouvernement. Derrière leurs masque inspirés du film "V for Vendetta", ils militent pour un monde meilleur, un monde sans censure et où la liberté d'expression n'est pas menacée. Ils fascinent au point d'en intriguer plus d'un. Certains les voient comme une menace pour la société au travers de leur organisation opaque mais la majorité les perçoit comme de glorieux activistes ayant participé à faire débuter des révolutions comme pour la Tunisie et à lever le rideau sur la politique de censure de certaines administrations.

Très soucieux de garder le mystère entier autour de leurs identités, ils communiquent par l'intermédiaire d'un canal IRC (Internet Relay Chat) et un site AnonNews.org afin de diffuser leurs communiqués de presse. Rares sont ceux qui ont droit à la précieuse invitation pour accéder à leur canal privé, le vrai Q.G des opérations et prises de décision des sites à attaquer. Leur arme de combat est toute simple: les attaques DoS (attaque par déni de service), des attaques ayant pour but de rendre indisponible un service, et ce, en l'inondant de requêtes.

Mis aux devants de la scène mondiale suite à l'affaire de la censure du site Wikileaks pour avoir révélé des câbles diplomatiques tenus top secret, la sucess story d'Anonymous continue son parcours avec les révolutions arabes. Le gouvernement tunisien a été le premier a se retrouver dans le collimateur du groupe.

Les sites gouvernementaux ainsi que les sites des proches du président déchu sont tombés face aux attaques massives de tous les coins du monde. C'est à ce jour que la jeunesse tunisienne avide de liberté est "tombée sous le charme" de ces activistes. Leurs caractères clandestins et interdits par la loi ont alimenté d'autant plus cette fascination. Lors de leurs attaques, la majorité des photos de profils sur Facebook ont été changées pour devenir soit un masque représentant Anonymous ou bien la bannière de l'opération lancée par ces derniers: Operation Tunisia. Des vidéos de soutien mettant en scène des messages à l'attention des Tunisiens de la part d'Anonymos apparaissaient petit a petit sur facebook. Les premiers signes révélateurs du bras de fer lancé par les jeunes tunisiens au tant redouté "Ammar" sont là.

Les hostilités ont été lancées la nuit du 2 Janvier 2011. Les étudiants d'informatique et les passionnés étaient scotchés à leurs ordinateurs afin de voir l'avancement de l'opération lancée par Anonymous et aider à faire tomber les sites .gouv.tn. La réponse de Ammar 404 ne s'est pas fait attendre. Le gouvernement tunisien connu pour être un Etat policier et un ennemi d'Internet a lancé une opération d'usurpation d'identité (phishing) des pages Facebook et comptes email Yahoo, Gmail et Hotmail des activistes tunisiens. Mais c’était sans compter sur le soutien d'Anonymous qui ont développé un script afin de contrer ces attaques. Le soutien a été sans faille. La semaine qui a précédé le fameux discours du 13 Janvier, jour où la censure sur tous les sites a été levée, Anonymous ont affiché un soutien sans faille au peuple tunisien. Nuit du sacre, l'État a flanché et c'est finalement la liberté d'expression qui a triomphé.

L'engouement et la fascination restent intactes. On ne cesse de parler d'eux comme des héros et on leur rend même hommage par conviction qu'ils ont fait partie intégrante de la révolution tunisienne. Des ateliers lors de journées de clubs universitaires leurs sont consacrées. Des ateliers sont orchestrés afin de mettre en scène le concept du phishing (usurpation d'identités) ou bien les attaques DDoS organisées avec le soutien d'activistes tunisiens pour expliquer au grand public ce qui s'est passé lors du mois de Janvier dernier. En moins technique, des clubs projettent même le film "V for Vendetta" suivi d'un débat pour donner la parole aux jeunes afin de s'exprimer sur ces justiciers de la décennie.

Ils l'ont toujours dit, Anonymous est un groupe qui milite pour la liberté d'expression et non le terrorisme cyberspace. Leurs "sit-in virtuels" ont été l'essence de la révolution tunisienne. Ils ne cherchent ni gloire ni argent et c'est peut-être ça qui a renforcé l'admiration que leur vouent les jeunes tunisiens. Rebelles mais surtout libres ils resteront.

http://www.webdo.tn/2011/01/31/anonymous-justiciers-des-temps-modernes/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Lun 7 Mar - 22:59

Citation :
« Opération Aurora » : Morgan Stanley faisait partie des cibles comme Google
# Publié sur ITespresso.fr par La Rédaction # le 7 mars 2011 à 11:45

La banque d'affaires américaine a aussi été affectée lors du vaste assaut informatique, qui avait été mené en 2009 depuis la Chine et qui avait ébranlé les infrastructures de Google.

On le sait : d’autres sociétés hors de Google ont été touchées par l’opération Aurora du nom d’un assaut informatique repéré en 2009 sur des infrastructures réseaux.

Le surnom « Aurora » émane de McAfee, qui considère que cette opération de piratage depuis la Chine constitue un événement marquant dans le domaine de la cyber-sécurité.

Finalement, 200 firmes ont été touchées, dont Google.

Parmi les cibles figure la banque d’affaires Morgan Stanley, qui a été aussi sévèrement affecté par le même groupe de pirates venu de Chine.

Anonymous a révélé ce nouveau pan de l’opération Aurora, selon les éléments diffusés par Sophos (éditeur de solutions de sécurité IT).

C’est le groupe d’activistes Internet a volé début février des e-mails de la société HBGary orientée sécurité IT pour le compte des services fédéraux aux Etats-Unis.

Basée en Californie, elle avait comme client…Morgan Stanley.

Pourquoi Anonymous s’en est apparemment pris à HB Gary Federal ?

Selon le groupe « hacktiviste », Aaron Barr, en charge des services de sécurité chez HBGary, prétendait disposer d’éléments concernant les dirigeants d’Anonymous qu’il était susceptible de transmettre au FBI.

A la suite de ce piratage, les e-mails de HBGary ont été publiés sur Internet.

La société en sécurité IT a confirmé le piratage mais refuse de commenter leur contenu. Aaron Barr a donné sa démission depuis cette mésaventure.

La correspondance e-mail de HBGary fournit des détails sur la manière dont Morgan Stanley a été gravement affecté pendant les six mois au cours desquels l’opération Aurora a été menée (elle a débuté en juin 2009).

L’impact sur Morgan Stanley vaut la peine d’être signalé dans le monde bancaire traditionnellement feutré. Et les détails de cette attaque n’avait jamais été dévoilé.

Comme cet extrait : « Morgan Stanley a été durement touché par la véritable opération Aurora (pas les morceaux parus dans la presse) », peut-on lire dans un e-mail envoyé par Phil Wallisch, un consultant senior en sécurité chez HBGary.

Celui-ci assure avoir lu une note interne de Morgan Stanley détaillant l’impact de ce vaste assaut informatique dont Google n’aurait été qu’une pièce du puzzle.

« La banque d’affaires m’a donné accès à un rapport confidentiel sur l’impact d’Aurora », écrit Phil Wallisch dans un message électronique en date du 10 mai 2010 envoyé à Penny Leavy-Hoglund, Président de HB Gary Federal.

Selon les éléments rapportés par Bloomberg, il est indiqué dans cette correspondance électronique qu’il serait souhaitable d’éviter la diffusion ou le partage de ces informations.

« Je respecterais leurs volonté de ne pas partager l’information avec quiconque mais la bonne nouvelle est qu’elle me permet d’avoir des bonnes idées pour mon rapport final. »

Effectivement, l’e-mail ne précise pas quelle est la nature des informations volées chez Morgan Stanley.

Selon The Guardian, la banque d’affaires a refusé d’emettre le moindre commentaire sur l’Operation Aurora.

« Morgan Stanley a investi significativement dans la sécurité IT et gère un programme robuste pour s’occuper des agents malveillants et des tentatives de compromissions informatiques », a précisé un porte-parole de Morgan Stanley, contacté par Bloomberg.

Fin 2009, l’assaut informatique, baptisée Aurora, a gagné en popularité avec la cible Google.

ll s’est tranformé en incident diplomatique, en particulier lorsque Google a menacé le 21 janvier 2010 de quitter la Chine après l’attaque qui a affecté ses infrastructures.

Selon Google, l’attaque provenait de Chine et elle consistait à casser des codes d’accès de militants des droits de l’homme.

Le groupe Internet a mis en cause la Chine mais les autorités locales ont apporté un démenti formel.

La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a demandé la publication d’un rapport sur l’Opération Google et Aurora.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Lun 7 Mar - 23:02

Citation :
Espionnage web découvert en Egypte
Publié le 06-03-2011 à 20:39:09

Après la révolution Égyptienne des documents sensibles des services secrets de Moubarak démontrent comment Hotmail, gMail et compagnie devaient être espionnés grace à une société Allemande. Les égyptiens se sont introduits dans leur service secret à la suite de la révolution de Jasmin qui a touché le pays des Pharaons.

Bilan de cette visite, des documents sensibles, datant de juin 2010, ont été découverts sur le système d'espionnage d'Internet que souhaitait mettre en place l'ancien gouvernement Moubarak.

Il semble qu'une société Allemande, Gamma group (filiale Siemens, Elaman), a proposé ses services et ses logiciels pour permettre l'espionnage des ordinateurs et services webmail comme gMail, Hotmail, Yahoo, mais aussi le service de VOiP Skype. Des factures ont été retrouvées pour l'achat, par exemple, de l'outil Finfisher. Prix de l'outillage de web espion, 287.137 euros.

Une page Facebook a été montée par les Wikileakeurs Egyptiens pour dénoncer cet espionnage.

Un espionnage qui n'étonne pas. Pour retrouver les meneurs des manifestations numériques, l'ancien gouvernement Tunisien Ben-Ali sniffait (interceptait) les identifiants de connexion à Facebook, Hotmail, ... Comme ZATAZ vous l'expliquait, depuis le 02 Janvier 2011, nous avons été le premier média a traiter de cette guerre numérique ouverte entre les jeunes tunisiens et le gouvernement Zine el Abidine Ben Ali, l'Internet etait devenu le terrain de chasse des dictateurs.
L'état Tunisien profitait du Fournisseur d'Accès à Internet national (ATI - Agence tunisienne d'Internet) pour injecter un code JavaScript à chaque connexion provenant d'un internaute Tunisien (via un IP local, NDR). Mission, récupérer le login et le mot de passe des utilisateurs Tunisiens de Facebook, mais aussi de Gmail et Yahoo. Une méthode pour remonter une éventuelle trace appartenant aux Anonymous qui attaquaient les sites gouvernementaux ; mis en place un espace de contestation à l'encontre du gouvernement Tunisien sur le portail communautaire américain. Dans le code source s'affichait l'url facebook.com/wo0dh3ad, avec comme commande, l'interception du login et mot de passe. A noter que wo0dh3ad était un faux espace dédié aux Anonymous.
Pour Yahoo, l'url exploité était login.yahoo.com/wo0dh3ad ; pour gMail google.com/wo0dh3ad?q. A noter que ATI n'est pas à son premier "filtre". En avril 2010, il avait déjà bloqué Vimeo, Flickr ou encore Youtube. Cette méthode était exploitée depuis plusieurs mois par le gouvernement Tunisien.
Comme l'indiquait déjà, en juillet dernier, Slim Amamou, de chez Voices Advocacy, ATI forçait les Tunisiens à passer par du HTTP en interdisant l'utilisation du HTTPS, bloquant du même coup le chiffrement des informations pouvant transiter sur le web du pays (Message, mot de passe, ...).

http://www.zataz.com

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo


Dernière édition par Newo le Mar 8 Mar - 2:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: anonyme scientologie   Mar 8 Mar - 2:41

Anonymes québécois acontre la Scientologie
http://anonymousmontreal.blogspot.com/


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Mar 8 Mar - 2:44

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=4vRF1AsS9vA

Citation :
Gouvernements du monde industriel, géants fatigués de chair et de pierre, nous venons de l’Internet. Le nouveau foyer de la conscience collective. Au nom de l’avenir de cette culture, nous vous demandons à vous, le passé et l’obsolète, de nous laisser en paix. Vous n’êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n’avez aucune souveraineté là où nous nous rassemblons.
Message d’Anonymous aux gouvernements du monde – La censure du web

Nous n’avons pas de gouvernement élu, nous n’en voulons pas, nous n’en auront jamais. Nous nous adressons à vous avec toute l’autorité que donne la liberté elle-même, anonymement.
Nous déclarons que l’espace social global que nous bâtissons ensemble est naturellement indépendant des tyrannies et injustices que vous cherchez à nous imposer. Vous n’avez aucuns droits moral à nous gouverner, ni ne possédez de réelles méthodes de répression que nous puissions craindre.

Les gouvernements reçoivent leur pouvoir judiciaire du consentement des gouvernés. Vous n’avez ni sollicité, ni reçu le nôtre. Vous n’avez pas pris part à notre grande conversation, ni à la création de la richesse de nos marchés. La croissance rapide de la censure gouvernementale n’a pas échappée à notre attention. Le cyberespace n’est pas borné par vos frontières. Ne pensez pas pouvoir en construire une, comme s’il s’agissait d’un projet de travaux publique. Vous ne le pouvez pas. Il s’agit d’un acte naturel, qui se développe grâce à nos actions collectives.

Vous prétendez qu’il y a des problèmes entre nous que vous devez résoudre. Vous utiliser cet argument dans le but de nous imposer des restrictions injustes à nos libertés civiles et à nos droits. Nous ne pouvons pas permettre cela. Vous pouvez considérer ceci comme un avertissement formel. Si vous continuez d’imposer un contrôle injuste sur nous, vous irez droit au désastre.

Nous sommes anonymes, nous sommes légion.
Nous ne pardonnons pas, et nous n’oublions pas.
Attendez-vous à nous.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Anonymous rezocitoyen   Mar 8 Mar - 2:51

http://www.rezocitoyen.fr/
Collectif Anonymous

Reportages
http://www.rezocitoyen.fr/rezo.php?page=video-tv_anonymous

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Mar 8 Mar - 2:56


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Anonymous   Mar 8 Mar - 20:42

Citation :
Le côté obscur des entreprises de sécurité informatique

« Anonymous, le groupe de pirates informatiques ayant acquis une certaine notoriété à la suite du soutien apporté à Wikileaks, vient de faire une nouvelle victime. Il s’agit de l’entreprise de sécurité HBGary Federal (filiale de HBGary) et de son PDG Aaron Barr. Ce dernier s’est attiré les foudres du collectif de pirates en menant des recherches sur les réseaux sociaux afin d’identifier les dirigeants d’Anonymous, et en menaçant de dévoiler publiquement leurs noms et de les communiquer au FBI. Hélas pour lui et pour son entreprise, des membres d’Anonymous ont utilisé des techniques d’ingénierie sociale afin d’accéder au serveur de courrier électronique de HBGary et d’y télécharger 40 000 messages qui ont été immédiatement rendus public via le site The Pirate Bay.

Le contenu de ces échanges fait l’objet d’analyses approfondies de la part de médias respectés comme le Washington Post ou Ars Technica. Quelques analyses sont également disponibles en français via le site Crowdleaks. On y apprend notamment comment certains projets de recherche communiqués aux médias sont destinés à générer un sentiment de peur auprès de l’opinion publique et de clients potentiels dans une démarche marketing destinée à propulser les ventes, mais aussi que tous les moyens sont bons pour satisfaire les besoins de ses clients: un projet mené conjointement avec des entreprises de sécurité assez connues comme Palantir et Berico pour le compte de la Chambre de commerce américaine (via un cabinet d’avocat mettant de l’avant son expertise en matière de protection de la vie privée!!!) avait pour but d’infiltrer les rangs des syndicats qui s’opposent démocratiquement aux initiatives de cette dernière et à les alimenter en faux documents afin de les décrédibiliser sur la place publique. Cette cellule de renseignement (baptisée Équipe Thémis) qui prévoyait d’exploiter les plateformes de médias sociaux (comme Facebook, Twitter ou LinkedIn) afin d’amasser des renseignements compromettants sur ses opposants tentait de facturer ses services deux millions de dollars par mois.

Dans le cadre de cette opération en cours de négociation, le cabinet d’avocat se fit également l’intermédiaire d’un de ses clients bancaires qui souhaitait neutraliser le site Wikileaks. Dans une présentation powerpoint analysée par Ars Technica, HBGary Federal propose une liste d’activités envisageables, qui incluent l’attaque des serveurs de Wikileaks à l’aide de logiciels malveillants spécifiquement développés par l’entreprise et de vulnérabilités informatiques connues seulement de cette dernière (les zero-day exploits), ainsi que l’exploitation de l’information disponible sur les médias sociaux afin d’identifier et de manipuler les membres de Wikileaks. Ses partenaires, Palantir et Berico, reprennent des arguments similaires dans des documents internes, laissant penser que ces pratiques semblent tout à fait répandues dans ce secteur. On se rend compte ici à quel point le terme de « sécurité » utilisé pour décrire certains services est dévoyé, puisqu’il sert en réalité à désigner des pratiques apparemment banalisées qui contribuent à l’insécurité générale de l’internet.

La Chambre de commerce, Palantir et Berico ont pris leurs distances avec HBGary Federal, attribuant ce projet à des employés ayant excédé leurs attributions. Quant à HBGary Federal, sa viabilité financière était déjà menacée avant l’affaire Anonymous, et il y a fort à parier que le fait d’avoir été si facilement piraté et la divulgation de ses activités offensives ne va pas attirer de nouveaux clients. »

Par Benoît Dupont, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sécurité, identité et technologie de l’Université de Montréal, spécialiste de Facebook et des réseaux sociaux dans la gestion et l’utilisation des données personnelles.

http://www.in-business.fr

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anonymous   Aujourd'hui à 4:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Anonymous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Masked and Anonymous
» "Masked and Anonymous"
» Masked and Anonymous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: