Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Lun 7 Fév - 1:37

Citation :
Tunisie, Égypte,
la révolution en marche…
dimanche 6 février 2011

Publié dans : Revue Tout est à nous ! 18 (février 2011)

Les événements qui ont bouleversé la Tunisie en moins de quatre semaines, ont aussi exercé une immense influence sur tous les autres pays arabophones. Partout, des fractions du peuple se sont inspirées de la révolte sociale et démocratique des Tunisiens et Tunisiennes pour s’opposer à leurs propres conditions de vie, à leur dictateur, aux mafias qui trustent la vie économique de leur pays. Les termes français en rendent d’ailleurs compte, fréquemment sous la forme de « risque de contagion régionale », ce qui est doublement faux. Faux parce que « contagion » évoque une maladie, et parce qu’au lieu de « risque », il faudrait plutôt parler de chance ou d’opportunité !

Parfois, c’est la solidarité avec le peuple tunisien qui a permis, dans un premier temps, de mobiliser. À Nouakchott (Mauritanie) et à Alger – à l’appel du syndicat autonome Snapap –, des rassemblements de soutien au peuple tunisien ont été organisés dès le 
6 janvier. D’autres, programmés dans les villes marocaines de Rabat et Casablanca, ont été interdits par les autorités locales qui craignaient que la population fasse « trop » le lien avec la situation dans leur propre pays…

Une vague de mobilisations pour des revendications locales – sociales, économiques, démocratiques – a déferlé dans les jours suivants. En Jordanie, près de 4 000 personnes suivant les mots d’ordre de divers mouvements d’opposition (gauche, syndicats, mais aussi islamistes) ont manifesté à la mi-janvier devant le Parlement à Amman « contre la vie chère ». En Algérie – où des émeutes de la jeunesse se sont produites du 6 au 
9 janvier –, c’est l’opposition politique, mais aussi des structures syndicales qui ont tenté d’organiser des manifestations, le 22 janvier et appellent à une autre 
le 9 février.

En Égypte, une coalition d’organisations baptisée « Alliance du 6 avril » – inspirée de la date de la grève générale ouvrière, très suivie, d’avril 2008 – a appelé à une manifestation « contre la répression, contre la vie chère et la corruption », le 25 janvier. Celle-ci a rapidement créé un véritable tremblement de terre. Ainsi pas moins de trois millions de personnes ont manifesté le 1er février, au huitième jour des protestations, demandant au régime de « dégager ». Le soir même, le président Hosni Moubarak – sur la défensive  – déclara qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre 2011. À l’heure où nous mettons sous presse, il est trop tôt pour savoir si cette « offre » suffira à garantir la « transition ordonnée » que l’administration américaine a explicitement demandée à Moubarak, ou si l’explosion sociale en cours ruinera ces plans. Quoi qu’il en soit, les choses auront énormément changé en Égypte après ces jours et ces semaines d’une intensité inouïe : une société s’est débarrassée de la peur qui la paralysait.

Au Yémen, des étudiants ont manifesté le 16 janvier, appelant « les peuples arabes » à « se soulever contre leurs dirigeants ». Dans la nuit du 22 au 23 janvier, l’opposante yéménite Tawakel Karman de l’organisation « Femmes sans chaînes » a été arrêtée par le pouvoir, ce qui a déclenché la protestation de plusieurs centaines de journalistes et de leur syndicat.

D’importantes manifestations, réprimées, ont eu lieu au Soudan et un appel à manifester était lancé pour le 4 février en Syrie...

Tous les présidents, dictateurs et rois arabes craignent « l’onde de choc » de la révolution tunisienne, même si les situations locales ne sont pas identiques à 100 %. Ainsi, la bourgeoisie tunisienne a pu en partie soutenir le soulèvement populaire, parce qu’elle était elle aussi systématiquement soumise au racket par le pouvoir mafieux en place. La Tunisie étant de loin l’un des pays les plus répressifs au niveau de la liberté d’expression, cela laissait nettement moins de « soupapes » à la société, la moindre critique étant bannie avant le début du soulèvement. Cela à la différence par exemple de l’Algérie, où les habitants sont nombreux à insulter « le système » à longueur de journée, alors même que les contre-pouvoirs sont faibles et que l’opposition souffre d’un défaut de structuration…

Le seul gouvernement arabe à saluer d’abord – officiellement  – le soulèvement en Tunisie fut l’Autorité palestinienne, en Cisjordanie. Or, quand de jeunes Palestiniens (qui ne sont liés à aucune organisation politique) ont pris l’initiative d’organiser un rassemblement de solidarité avec le peuple tunisien, mercredi 19 janvier à Ramallah, ils en furent empêchés. Au prétexte qu’un rassemblement de soutien aux prisonniers palestiniens en Israël avait déjà été prévu à la même date, le Fatah s’opposa au rassemblement de solidarité et transforma sa propre manifestation – celle pour les prisonniers – en contre-manifestation de fait. Opposant ainsi deux causes, justes et légitimes, l’une à l’autre. Plus tard, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, prit même fait et cause pour Hosni Moubarak alors que celui-ci faisait face à la colère de son peuple…

Ailleurs, les gouvernements ont préféré se taire sur la situation tunisienne, tout en se montrant préoccupés comme les autorités marocaines qui viennent d’imposer un quota d’embauches de chômeurs dans la fonction publique. Le dirigeant libyen Kaddafi (au pouvoir depuis… septembre 1969) exprimant clairement sa préférence pour Ben Ali plutôt que pour la révolution tunisienne. o

Bertold du Ryon, le 3 février 2011.
NPA

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Lun 7 Fév - 1:49

Etat policier, état meutrier










_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Lun 7 Fév - 1:54




_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Lun 7 Fév - 1:57



_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Mar 8 Fév - 3:30

Citation :
De la Tunisie à l’Egypte : el pueblo unido jamas sera vencido !
Communiqué du secrétariat international de la CNT

En Tunisie, les habitants des régions mobilisées depuis décembre contre le régime de Ben Ali, région de Kasserine et de Sidi Bouzid, et qui ont subi le plus la répression des semaines sanglantes de janvier ne décolèrent pas, « Non au vol de la Révolution ! » scandaient les manifestants il y a quelques jours à Sidi Bouzid.
En effet, si la tête du pouvoir est en fuite, ses sbires sont toujours en place, et les tunisiens de ces régions ne se leurrent pas sur les manipulations visant à étouffer leur contestation via remaniement ministériel ou milices armées, ils continuent d’exiger la démission du gouvernement de transition et de Ghannouchi, premier ministre qui assure la présidence en intérim. Ces habitants en lutte depuis plus d’un mois, ont organisé une « caravane de la liberté » jusqu’à Tunis, où le 23 janvier ils se sont installés sous des tentes, à la Casbah, devant le siège du gouvernement, pour maintenir leurs revendications contre la dictature et la précarité.
Depuis leur présence, ils ont fait face à une répression continue. Le 28 janvier l’attaque violente de la police pour les évacuer a fait plus d’une quinzaine de blessés, et certaines sources parlent de plusieurs morts à l’issue de courses poursuites dans les rues de Tunis. Un enfant de 17 ans originaire de Regueb (région de Sidi Bouzid) est porté disparu. 29 jeunes ont été arrêtés et torturés, et sont passés au Tribunal le lendemain samedi 30 janvier, pour entrave à la circulation, coups, et jets de projectiles, ils ont finalement été libérés en attendant la délibération.
Si depuis le départ de Ben Ali la police n’avait pas usé de gaz lacrymogènes, cela n’aura pas duré longtemps, l’Etat policier montre de nouveau son visage ! Stop à la répression !

Les milices armées des partisans du RCD continuent leurs exactions. La CNT-F dénonce l’existence et les actes de ces milices qui poursuivent leur terreur, de même nous dénonçons l’occupation des locaux régionaux des syndicats de l’UGTT le 25 janvier 2011 à Monastir et Béja et les tentatives d’occupation pour ceux de Gafsa par ces milices. La CNT-F apporte tout son soutien aux habitants toujours en lutte pour obtenir satisfaction !

L’Algérie connaît elle aussi depuis janvier des révoltes populaires de la jeunesse dans différentes régions, contre la vie chère mais aussi comme en Tunisie pour un renversement du régime. Les manifestations continuent, l’état d’urgence est toujours de vigueur, les tentatives d’immolations d’habitants en désespoir ne font que se répéter. Le 22 janvier Alger était complètement assiégée. Samedi 30 janvier c’est encore plusieurs milliers de personnes qui sont descendues dans les rues de Béjaïa en Kabylie.
Une coordination nationale pour le changement et la démocratie en Algérie (qui regroupe des associations, syndicats, partis politiques) s’est créée il y a quelques jours pour mener un front uni contre le régime de Bouteflika : d’ores et déjà une marche est appelée le 12 février pour la levée de l’état d’urgence et pour faire tomber le régime !
La CNT-F s’oppose à tous les moyens qu’use l’Etat Algérien pour étouffer et réprimer la contestation, en ce sens nous dénonçons fermement les pressions directes de la Direction des Renseignements et de la Sécurité que subit le SNAPAP (syndicat autonome des personnels de l’administration publique qui fait partie de cette coordination) depuis ces derniers jours !

Que ce soit ici, en Tunisie, en Algérie, et ailleurs, libertés syndicales !!

L’écho de la révolte du peuple tunisien a raisonné jusqu’en Egypte ! Depuis le 25 janvier se sont des centaines de milliers et largement plus d’un million aujourd’hui 1er février au Caire et dans d’autres villes qui réclament le départ de Moubarak au pouvoir depuis 1981 !

Comme les révoltes du bassin minier de Gafsa en 2008 pour la Tunisie, l’Egypte a connu un épisode de mobilisation précédent marquant : les révoltes de Mahalla, aussi en 2008, parties au départ de la grève des travailleurs d’une usine de textile appartenant à l’Etat égyptien, puis qui se sont étendues massivement et sur de longs mois, avec comme revendication principale une augmentation des salaires face à la vie chère, sont significatives. En effet si aujourd’hui le peuple égyptien réclame la chute du régime et le départ du président, c’est aussi, et surtout, comme en Tunisie et en Algérie un mouvement populaire dans la continuité des expériences de 2008, pour la liberté d’expression, de meilleures conditions de travail, et contre la précarité !

La vitesse et l’ampleur de la mobilisation est impressionnante, mais celle de la répression aussi : si en Tunisie le bilan catastrophique des morts en janvier s’élevait à environ 200 en plusieurs semaines, en Egypte, au bout de trois jours seulement on compte déjà 300 morts.

La stratégie militaro-sécuritaire et la répression féroce associée, et ce avec l’ingérance de la France et des Etats Unis dans les différents pays est inacceptable ! En nomant le 30 janvier, à la place de vice-président, Omar Suleiman, chef des services de renseignements égyptiens depuis plusieurs décennies, et biensûr proche de ses confrères européens et israéliens, Moubarak ne fait que confirmer ses orientations mais aussi ses inquiétudes face à la force de la contestation populaire. Car malgré la coupure du réseau internet et téléphonique, les tirs à balles réelles et les tueries, les arrestations et tortures, et la complicité des puissances occidentales à la dictature de Moubarak, le peuple égyptien reste mobilisé et poursuit comme en Tunisie son élan révolutionnaire !

La CNT-F réaffirme son soutien aux peuples Tunisien, Algérien et Egyptien en luttes, dénonce la répression dont ils sont victimes, et exige l’arrêt des arrestations et tueries, la libération de tous les prisonniers et l’arrêt des poursuites à leur encontre ! Aussi la CNT-F dénonce une fois de plus les positions néo-coloniales et complices de la France, de l’Europe et des Etats Unis. Stop à l’ingérence ! Autodétermination des peuples !

La CNT-F appelle à rejoindre les initiatives locales de soutien aux mouvements populaires actuels en Tunisie, en Algérie et en Egypte et ceux qui suivront dans cet élan ! El pueblo Unido Jamas Sera Vencido !

Solidarité Internationale !



Le groupe de travail Afrique du Secrétariat International de la CNT-France.

Secrétariat International de la CNT-F
33, rue des Vignoles
75020 Paris


www.cnt-f.org/international

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Mar 8 Fév - 18:59

Citation :
La famille Moubarak richissime

EGYPTE - Elle serait à la tête d'une fortune estimée entre 40 et 70 milliards de dollars.

Des comptes dans des banques suisses et britanniques, des propriétés à Londres, New York, Los Angeles, des complexes hôteliers sur les côtes de la mer Rouge... La fortune de la famille Moubarak serait tentaculaire et oscillerait entre 40 à 70 milliards de dollars (entre 29,5 et 51,6 milliards d'euros), selon le Guardian. Soit beaucoup plus que le clan Ben Ali, dont la fortune s'élèverait à 5 milliards d'euros selon le magazine Forbes.

Etonnamment, les avoirs du président égyptien ne figurent pas dans le classement du magazine américain, qui indique que les deux plus grandes fortune du monde sont le mexicain Carlos Slim et l'américain Bill Gates, avec chacun environ 53 milliards de dollars (39,2 milliards d'euros). Et pour cause, Hosni Moubarak et sa famille auraient pris soin d'être discrets.

Ses fils milliardaires

Selon le Guardian, un système de corruption pour chaque investissement étranger en Egypte aurait été mis en place, le pouvoir exigeant pour toute implantation dans le pays une joint-venture avec un partenaire local à hauteur de 20%.

La chaîne américaine ABC News affirme de son côté que Gamal Moubarak, le fils du président, aurait spéculé sur la dette souveraine de son pays depuis une trentaine d'années, devenant ainsi milliardaire, tout comme son frère Alaa. Une récente manifestation devant une propriété cossue de Londres, au 28 Wilton Place, a mis en lumière les appétits de la famille pour les trophées de l'Ouest, indique le Guardian.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Mar 8 Fév - 19:02

http://www.dailymotion.com/video/xgx1jq_nouvelles-violences-en-tunisie-suspension-des_news#from=embed&start=0




_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Mer 9 Fév - 12:13

Citation :
Egypte : Wael Ghonim, symbole de la "révolution Facebook"

Par TF1 News, le 09 février 2011 à 08h15, mis à jour le 09 février 2011 à 10:05

Ce cadre de Google, relâché lundi après douze jours de détention, a été accueilli mardi de manière triomphale par les manifestants de la place Tahrir, épicentre de la révolte au Caire.

La contestation ne faiblit pas au Caire. Après un mardi marqué par les manifestations les plus importantes depuis le début du mouvement le 25 janvier, la mobilisation n'a montré aucun signe d'essoufflement dans la nuit de mardi à mercredi sur la place Tahrir, épicentre de la révolte au Caire. Malgré les nuits fraîches, la fatigue et les conditions de vie spartiates sur ce rond-point devenu un village de tentes retranché, les opposants sont toujours sur les lieux.

Un cadre de Google élevé au rang de symbole

Mardi, la foule a réservé un accueil triomphal au cybermilitant et cadre de Google Wael Ghonim, libéré lundi après 12 jours aux mains des très redoutés services de sécurité d'Etat. "J'aime à appeler ça la révolution Facebook mais après avoir vu les gens ici, je dirais que c'est la révolution du peuple égyptien", a lancé le jeune homme, entouré par des milliers de manifestants. Devenu un symbole de la contestation, Wael Ghonim a confirmé dans une interview à la chaîne privée Dream 2 être l'administrateur de la page Facebook "Nous sommes tous Khaled Saïd", du nom d'un jeune homme battu à mort par la police, un mouvement qui a joué un rôle-clé dans le lancement du mouvement.

Moubarak lâche un peu plus de lest

Dans une tentative d'apaisement, Hosni Moubarak, 82 ans et presque 30 ans à la tête de l'Etat, a annoncé la création d'une commission pour amender la Constitution, dans le cadre du "dialogue national" entamé dimanche entre le pouvoir et l'opposition dont, pour la première fois, les Frères musulmans, jusqu'ici bête noire du régime. Lundi, il a promis une hausse de 15% des salaires des fonctionnaires et des retraites à partir du 1er avril, et a demandé la formation d'une commission d'enquête sur les violences du 2 février place Tahrir, où des affrontements meurtriers ont opposé pro et anti Moubarak. L'opposition conteste notamment les articles de la Constitution liés aux conditions très restrictives de candidature à la présidentielle et au mandat présidentiel. Mais les mesures politiques - dont l'annonce le 1er février du président qu'il ne briguerait pas un sixième mandat en septembre - n'ont pas apaisé la colère des protestataires qui exigent toujours son départ immédiat.

Pressions internationales

Mardi, les Etats-Unis ont appelé les autorités égyptiennes à prendre des mesures pour aboutir à des réformes "irréversibles" dans le cadre de la transition politique. Ils ont notamment présenté aux autorités égyptiennes un programme en quatre points pour mettre fin à la contestation, qui recommande notamment la levée immédiate de l'état d'urgence. Washington, pour qui le Caire reste un partenaire de la plus haute importance stratégique, tant pour le processus de paix au Proche-Orient que pour l'activité du canal de Suez, semble douter de l'engagement du président Hosni Moubarak et de son gouvernement en faveur de réformes démocratiques substantielles. La France a pour sa part appelé à "l'émergence des forces démocratiques" pour une transition qui doit se dérouler "sans violence et aussi rapidement que possible". L'ambassadeur russe à l'ONU Vitaly Churkin, a lui souhaité que le Conseil de sécurité de l'ONU se rende en visite au Moyen-Orient pour tenter de lever l'impasse au processus de paix et évaluer les troubles en Egypte et dans les autres pays de la région. De son côté, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a estimé que le peuple égyptien était frustré et attendait des "réformes audacieuses".

L'Egypte rejette les "ingérences étrangères"

Le vice-président Omar Souleimane a rejeté les "ingérences étrangères" dans les affaires de l'Egypte, sans nommer un pays en particulier, soulignant qu'elles étaient "plutôt une invitation à davantage de chaos". Il faut dire que les recommandations américaines, formulées par le vice-président Joe Biden, et qui appelaient notamment à "mettre un frein aux activités du ministère de l'Intérieur en cessant immédiatement les arrestations" faisaient figure de réponse aux propos prêtés dimanche à l'ex-chef des services de renseignement, qui aurait déclaré que l'Egypte n'est pas mûre pour la démocratie et que l'état d'urgence ne sera levé qu'une fois les condition réunies.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Jeu 10 Fév - 2:07



http://www.viduba.com/video:QZFb0llaWNTTHZkSR1GcTFlbohVVR1TP

Citation :
Egypte : 5 morts dans le sud, mobilisation place Tahrir
Publié le 09.02.2011, 14h28 | Mise à jour : 21h54

Au moins cinq personnes sont mortes et une centaine d'autres ont été blessées au cours d'affrontements entre police et manifestants dans une ville d'une oasis du sud égyptien. Ces événements se sont déroulés hier, mardi, mais ne sont connus que ce mercredi, au 16e jour de la contestation contre le président Hosni Moubarak. Pendant ce temps, au Caire, la mobilisation se poursuit place Tahrir.

Les manifestations ont commencé lundi dans la ville d'El Kharga, à plus de 400 kilomètres au sud du Caire, et ont dégénéré mardi après qu'un policier eut insulté les protestataires. La police a alors tiré à balles réelles contre des manifestants, faisant une centaine de blessés. Trois des blessés ont succombé mercredi, selon les autorités. Les sources médicales font état, elles, de cinq décès. La foule en colère a réagi en mettant le feu à sept bâtiments officiels, dont deux commissariats, un tribunal et le siège local du parti du président Hosni Moubarak, le Parti national démocrate (PND).

Les Etats-Unis réclament toujours des «mesures claires et concrètes»

Selon Al-Arabia, le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, a prévenu ce mercredi «que l'armée interviendrait pour reprendre les choses en main» si le pays sombrait dans le chaos. Jusqu'ici, la retenue de l'armée égyptienne avait été saluée par une grande majorité de la communauté internationale.

Au Caire, les manifestants de la place Tahrir maintiennent toujours la pression ce mercredi : ils ont tenté de bloquer le Parlement, au lendemain d'une mobilisation monstre contre le président Hosni Moubarak. Pour les Etats-Unis, la poursuite de la mobilisation signifie que les progrès de la transition politique promise par les autorités ne répondent pas au «seuil minimum» des attentes des Egyptiens. Le porte-parole du président Obama a réitéré l'appel des autorités américaines à des «mesures claires et concrètes», ainsi qu'à des «changements irréversibles» dans le fonctionnement du gouvernement égyptien.

LeParisien.fr

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Jeu 10 Fév - 3:05

Citation :
Des internautes bahreïnis appellent à *la révolte* à partir du 14 février

Une page sur Facebook appelant à "la révolte" à Bahreïn à partir du 14 février, dans la foulée d'initiatives similaires dans la région du Golfe, a rassemblé mardi plus de 6.000 supporteurs.
"C'est votre chance d'ouvrir la voie à des réformes politiques et sociales, notamment dans la ligne des changements en cours au Moyen-Orient. Nous allons scander tous ensemble le 14 février: +Le peuple veut une réforme du régime+", selon un texte mis en ligne sur le réseau social.

A l'instar des internautes dans les autres pays arabes, les Bahreïnis réclament dans leur texte que le gouvernement résolve le problème du chômage et augmente les salaires.
Ils appellent aussi le gouvernement à "mettre fin à sa politique de naturalisation". L'opposition chiite accuse les autorités de naturaliser des résidents sunnites pour modifier la structure confessionnelle du pays.
Dans leur texte sur Facebook, les Bahreïnis énumèrent 14 revendications dont "la libération et l'indemnisation des prisonniers (politiques), une réforme du système judiciaire, l'interdiction de l'alcool et de la prostitution et la fin de la torture et des entraves aux droits de l'Homme".
Ils réclament aussi la démission du Premier ministre, cheikh Khalifa Ben Salmane Al-Khalifa, qui est "en poste depuis 40 ans", la dissolution du Parlement et des amendements constitutionnels en vue d'une participation populaire à la gestion des affaires de Bahreïn, un pays à majorité chiite mais gouverné par une dynastie sunnite.
Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter ont joué un rôle important dans la grogne populaire -provoquée par la pauvreté et le chômage- et qui a tourné à la révolte en Tunisie et en Egypte.
En Tunisie, les protestations ont fait tomber le président, alors que la contestation anti-gouvernementale en Egypte est entrée mardi dans sa troisième semaine.
Le nombre des usagers de Facebook dans le monde arabe a augmenté de 78% en 2010, et plus particulièrement dans les monarchies du Golfe et au Liban, selon une étude de Dubai School of Government, publiée en janvier.
Leur nombre est passé de près de 12 millions en janvier 2010 à quelque 21 millions à la fin de l'année dernière, selon cette étude.
Dans les années 1990, Bahreïn avait été secoué par une vague de troubles, initiée par l'opposition chiite et qui avait conduit en 2001 au rétablissement du Parlement élu, dissous en 1975, et à l'instauration d'une monarchie constitutionnelle.

Le Parisien

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Jeu 10 Fév - 21:25

Citation :
En Egypte, Moubarak serait proche du départ

Pourquoi est-ce donc les services américains qui font ce genre d'annonce alors que Moubarak rencontre le vice-président une dizaine d'heures plus tard ?

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Ven 11 Fév - 20:28









_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Ven 11 Fév - 20:30

Citation :
Les événements en Egypte vendredi 11 février :

18h15 - Amman Les puissants Frères musulmans de Jordanie estiment que le départ du président Moubarak "doit être une leçon pour beaucoup de régimes arabes".

18h15 - Bruxelles La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton salue la démission du président égyptien qui "a écouté la voix du peuple égyptien" et appelle à la constitution d'un gouvernement "largement représentatif" dans le pays.

18h10 - Ankara Ankara dit souhaiter un nouveau "système" en Egypte, pour répondre aux demandes du peuple.
En photos

* [EN IMAGES] Nouvelles manifestations dans toute l'Egypte
* Les principaux acteurs politiques en Egypte

18h - Berlin Angela Merkel évoque"un changement historique", après la démission de Moubarak.

17h55 - Téhéran Les Egyptiens ont obtenu une "grande victoire", affirme l'Iran.

17h50 - Le Caire L'informaticien Waël Ghonim, devenu un cybermilitant icône du soulèvement en Egypte, écrit sur son compte Twitter : "Félicitations à l'Egypte, le criminel a quitté le palais".

17h35 - Londres Les cours du pétrole se replient nettement juste après l'annonce de la démission du président Moubarak, dégringolant de plus de 1 dollar à New York comme à Londres, avant de se ressaisir et de limiter leurs pertes quelques minutes plus tard.

17h30 - Jérusalem Israël dit espérer une transition "sans secousse".

17h30 - Gaza Le Hamas évoque le "début de la victoire de la révolution égyptienne" tandis que des scènes de liesse se déroulaient à travers la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste palestinien.

17h25 - Washington On apprend que le président des Etats-Unis Barack Obama va s'exprimer à 13H30 (18H30 GMT) sur la démission de son homologue face aux caméras, annonce la Maison Blanche.

17h20 - Tunis Explosion de joie à Tunis, concert de klaxons.

17h20 - Le Caire Les centaines de milliers de manifestants réunis place Tahrir au Caire explosent de joie à l'annonce de la démission du président égyptien après trente ans au pouvoir.

17h15 - Bruxelles Moubarak "a écouté la voix du peuple égyptien", déclare Catherine Ashton.

17h05 - Le Caire Hosni Moubarak remet le pouvoir à l'armée.

17h05 - New York Wall Wall Street repart à la hausse.

17h05 - Le Caire Explosion de joie dans les rues du Caire.

17h05 - Le Caire Le président égyptien Hosni Moubarak quitte officiellement le pouvoir, selon le vice-président, Omar Souleimane.

16h45 - Al-Arich Une personne est tuée et 20 blessées lors de heurts dans le Sinaï égyptien, entre manifestants et policiers, selon un responsable des services de sécurité.

16h40 - Le Caire Hossam Badrawi, secrétaire général du Parti national démocrate (parti au pouvoir), nommé il y a quelques jours, va démissionner, indique l'un de ses proches

16h25 - Washington Un haut responsable américain, sous couvert d'anonymat, juge que le départ de Hosni Moubarak à Charm el-Cheikh est "une première étape positive".

16h20 - Al-Arich Echange de tirs dans le Sinaï égyptien entre manifestants et policiers, faisant plusieurs blessés selon des témoins.

15h40 - Washington Les Etats-Unis dénoncent les entraves posées par l'Iran aux médias couvrant la situation en Egypte, faisant référence au service en persan de la BBC-télévision, brouillé depuis jeudi.

15h30 - Le Caire La télévision d'Etat annonce un communiqué "important et urgent" de la présidence sous peu.

15h00 - Le Caire Le président égyptien, Hosni Moubarak, a quitté Le Caire pour Charm el-Cheikh, dans le Sinaï, indique le porte-parole du Parti national démocrate (PND, au pouvoir).

14h55 – Le Caire Plus de 3.000 manifestants se dirigent vers le palais présidentiel dans les environs du Caire et le siège de la télévision d'Etat.

14h45 – Egypte Plus d'un million de manifestants dans tout le pays, selon l'AFP.

14h30 – Egypte Une source sous le couvert de l'anonymat refuse de préciser s'ils avaient quitté l'Egypte ou gagné la station balnéaire de Charm el-Cheikh, dans le Sinaï, où le président a une résidence secondaire.

14h15 - Le Caire Le président égyptien Hosni Moubarak, qui a délégué ses pouvoirs à son vice-président sous la pression de la rue, a quitté Le Caire pour une destination inconnue avec sa famille, selon une source proche du gouvernement.

14h00 - Egypte Selon plusieurs rumeurs qui circulent sur Twitter, Hosni Moubarak et sa famille auraient quitté l'Egypte pour l'Arabie Saoudite après le discours.

13h35 – Copenhague Le Premier ministre danois Lars Loekke Rasmussen déclare que "Moubarak c'est du passé" et que "le régime est fini".

12h40 – Le Caire Selon Al-Jazira, il y a des échauffourées entre l'armée et les manifestants autour du palais présidentiel au Caire.

11h50 – Le Caire Les manifestants réagissent avec colère aux déclarations de l'armée soutenant les réformes annoncées par Hosni Moubarak.

11h20 – Le Caire Trois soldats de l'armée égyptienne abandonnent leurs armes et leurs uniformes pour se joindre aux manifestants anti-régime place Tahrir, affirment des témoins.

11h10 – Le Caire L'armée égyptienne assure qu'elle garantira des "élections libres et honnêtes".

11h05 – Le Caire L'armée égyptienne met en garde contre toute atteinte à la sécurité du pays et des citoyens.

11h – Le Caire L'armée égyptienne appelle à un retour à la vie normale, selon un communiqué lu à la télévision d'Etat.

10h55 – Le Caire L'armée égyptienne affirme qu'elle se portait garante des réformes promises par Hosni Moubarak, selon un communiqué lu à la télévision d'Etat.

9h40 - Berlin Le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle appelle les responsables égyptiens à "prendre acte" de la volonté populaire d'une transition démocratique sans le président Hosni Moubarak.

9h30 – Téhéran Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad affirme que le Proche-Orient sera "bientôt débarrassé des Etats-Unis et d'Israël" en évoquant les révoltes en Egypte et en Tunisie dans un discours célébrant le 32e anniversaire de la révolution islamique de 1979

9h10 –Le Caire Les manifestants commencent d'affluer par milliers place Tahrir une journée de mobilisation massive Hosni Moubarak, qui a provoqué leur colère en s'accrochant à son poste malgré la forte pression.

8h40 – Le Caire Les manifestants qui ont passé la nuit sur la place Tahrir au Caire se réveillent tôt pour une mobilisation massive contre le président égyptien Hosni Moubarak.

8h35 – Le Caire Le conseil suprême des forces armées égyptiennes va adresser un "important communiqué au peuple", annonce l'agence officielle Mena.

8h30 - Paris Michèle Alliot-Marie, propose que la France accompagne l'Egypte dans sa période de transition, égratignant au passage les pressions des Etats-Unis en soulignant la nécessité "d'être respectueux" de la volonté des Egyptiens.

2h40 - Sydney Le Premier ministre australien, Julia Gillard, juge que "le changement devait venir en Egypte".

2h10 - Washington Barack Obama affirme que le transfert de pouvoirs annoncé par son homologue égyptien Hosni Moubarak n'est pas "suffisant", et appelle Le Caire à tracer un chemin "sans équivoque" vers la démocratie.

2h05 - Washington Barack Obama met en garde le gouvernement égyptien contre tout recours à la "répression ou aux brutalités" contre les manifestants.

0h25 - Paris Elisabeth Guigou regrette que face à la "lame de fond" dans la région du Sud-est méditerranéen, "on n'ait pas entendu l'Europe", et qu'il n'y ait pas eu un "Conseil européen spécialement dédié" aux événements en Tunisie et en Egypte.

0h15 - Londres Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague appelle à une "transition urgente mais ordonnée" en Egypte.

0h05 - Washington L'ambassadeur égyptien aux Etats-Unis Sameh Choukri affirme que le vice-président égyptien Omar Souleimane est désormais le "président de facto" d'Egypte.

0h – Le Caire Omar Souleimane appelle les jeunes manifestants à rentrer chez eux dans une allocution télévisée.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Ven 11 Fév - 20:32

En direct du Caire, manifestations de joie.

http://www.itele.fr/direct

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Sam 12 Fév - 1:38

Citation :
11/02

Algérie : une révolution qui se fait attendre

Les Algériens sont appelés à descendre dans la rue samedi pour la démocratisation de leur pays. Tout laisse à penser que cette journée devrait être décisive. Mais sur place, les appels à manifester ne font pas l'unanimité.

L'Algérie retient son souffle. Les manifestations du samedi 12 février sont sur toutes les lèvres. A l'appel de l'opposition et canalisés par la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), Alger, Boumerdès, Tipaza, Bejaïa et d'autres villes se préparent à la "marche" organisée pour "changer le système" face au "vide politique" qui menace la société algérienne "d'éclatement". A Alger, samedi et bien que la manifestation a été interdite, le départ est fixé à 11 heures Place du 1er mai (baptisée Place de la Concorde) et le point d'arrivée est la Place des Martyrs, aux pieds de la Casbah et à l'entrée de Bab el Oued, théâtre traditionnel de la révolte.

Les tentatives d'immolations par le feu sont devenues des scènes quasi-quotidiennes et des mini-émeutes explosent sporadiquement un peu partout. Le pays vit au rythme de grèves perlées depuis des semaines: dans les lycées et les universités contre les programmes, dans les entreprises contre les conditions de travail et les salaires bas. 100.000 personnels du paramédical sont en grève illimitée depuis plusieurs jours.

L'Algérie a-t-elle rendez-vous avec l'histoire ? Si les éditorialistes de la presse algérienne l'espèrent, sur place il règne un calme déconcertant. "Alger n'a pas l'air en état de siège", raconte Farid Aïchoune, envoyé spécial du Nouvel Observateur, "la capitale ne donne pas l'air d'une ville qui va exploser". Les cafés sont remplis et à l'heure du déjeuner les Algérois ont plutôt le regard tourné vers les événements d'Egypte.

Une marche qui ne fait pas l'unanimité

Et si cette "marche pour la démocratie" ne faisait pas l'unanimité ? En effet, beaucoup goûtent au calme retrouvé après presque une décennie de guerre civile et ne veulent pas retrouver le chaos. "C'est le cas de la plupart des 'anciens', affirme Farid Aïchoune. "Ils ont trop souffert, maintenant ils veulent être tranquilles".

Et puis l'Algérie, n'est ni la Tunisie, ni l'Egypte. Si elle a en commun le chômage, la corruption et un pouvoir autoritaire, elle connaît une grande liberté d'expression. Une partie de la presse écrite est particulièrement virulente contre le régime en place et les caricaturistes, bien qu'harcelés par le pouvoir, ne se lassent pas de croquer avec délectation le président Bouteflika et les caciques du régime. "Cette presse fait office de soupape qui permet aux Algériens de s'exprimer librement", confirme Farid Aïchoune.

Des policiers mobilisés

Et pourtant, le gouvernement algérien craint d'être débordé. A Alger, le gouvernement a interdit la manifestation, justifiant de l'état d'urgence instauré depuis 19 ans au nom de la lutte contre le terrorisme islamiste. Pour le moment, la décision sur le comportement à adopter lors de cette journée fatidique n'a pas été prise. "Il y a deux écoles au sein du gouvernement. Il y a ceux qui pensent que les forces de l'ordre ne doivent pas intervenir, pour donner une bonne image de l'Algérie à l'étranger. Et il y a ceux qui estiment qu'il ne faut pas céder", explique Farid Aïchoune.

Face au mouvement, le pouvoir a tout de même aiguisé son dispositif sécuritaire. Ainsi, le quotidien arabophone El Khabar affiche "30.000 policiers pour la capitale samedi" et dans les villes qui manifesteront. Dans l'ouest, les manifestants d'Oran, à 430 km d'Alger, n'ont pas eu l'autorisation de marcher. Mais la CNCD a maintenu son mot d'ordre.

Le gouvernement lâche du lest à l'avance

Pour calmer la grogne, Abdelaziz Bouteflika a également fait des annonces : levée de l'état d'urgence, crédits pour des logements, mesures contre la vie chère et pour l'emploi des jeunes, dont plus de 20% sont chômeurs, ou lutte accrue contre la corruption.
Les pro-gouvernement ont entendu le message. Parmi eux, les syndicats officiels qui ne descendront pas dans la rue. Et même le parti d'opposition historique FFS de Hocine Aït Ahmed s'est désolidarisé de la marche dès son annonce le 21 janvier.

Sarah Diffalah – Nouvelobs.com

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Sam 12 Fév - 1:42

"Monte, imbécile, toute ma vie, il aura fallu que je supporte tes conneries !"

Citation :
[EXCLUSIF] L'histoire secrète de la fuite de Ben Ali

Le dictateur tunisien a été poussé à l'exil par l'armée mais aussi par sa femme, la machiavélique Leïla. Grâce à des témoignages inédits, Sara Daniel fait le récit des derniers moments du président sur le sol de son pays. A lire dans le Nouvel Observateur cette semaine.

Il refuse de monter dans l'avion. Sur le tarmac de l'aéroport de Tunis, il résiste, se tord les mains, serre sa petite mallette noire, son seul bagage, essaie de rebrousser chemin vers la Mercedes noire qui vient de le déposer. Il supplie : "Laissez-moi, je ne veux pas y aller, je veux mourir ici dans mon pays." [...]

Ce vendredi 14 janvier à 17 heures, alors que la révolte gronde dans les rues de la capitale, Ben Ali ne veut pas partir. Il gémit, hagard. "Bordel de Dieu ! Tu vas monter !" C'est Ali Seriati, l'homme de l'ombre, le redouté chef de la police politique, compagnon de Ben Ali depuis trente ans, qui le bouscule et l'oblige à gravir les marches en jurant.

Aucun des militaires qui font cercle autour du petit groupe composé du président, de sa femme Leïla, de leur fils Mohamed, de sa fille Halima, du fiancé de celle-ci, du majordome Moustafa qui a tenu à les accompagner et de deux employées de maison philippines, n'a osé toucher le président. Avec la langue fleurie qu'elle affectionne, Leïla rudoie ce mari hébété dont les jérémiades l'exaspèrent maintenant qu'il a perdu son pouvoir : "Monte, imbécile, toute ma vie, il aura fallu que je supporte tes conneries !" ...

Le Nouvel Observateur raconte cette semaine comment le couple diabolique formé par la femme du président tunisien et le directeur de la sécurité, Ali Seriati, ont poussé Ben Ali vers la sortie. Jamais le président tunisien n'aurait accepté de décoller si Seriati ne lui avait pas juré que son départ n'était que temporaire. [...] Sériati et Leïla ont-ils cru sérieusement que le président ou sa femme pourraient revenir à la tête du pays ou savaient-ils déjà que leur sort était scellé ?

Sara Daniel

A lire dans le Nouvel Observateur du jeudi 10 février

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo


Dernière édition par Newo le Jeu 17 Fév - 14:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Lun 14 Fév - 8:24

Citation :
L'opposition algérienne organise une nouvelle marche à Alger

Au lendemain d'une marche largement empêchée par un important dispositif policier, l'opposition algérienne annonce un nouveau rassemblement pour "changer le système" le 19 février.

L'opposition algérienne a décidé d'organiser une nouvelle marche à Alger le 19 février. "La Coordination nationale vient de finir une réunion et a décidé d'organiser une marche samedi prochain à Alger", a déclaré au téléphone Me Moustepha Bouchachi du mouvement de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD).

La CNDC était à l'origine d'une première marche samedi à Alger qui a été empêchée par un important dispositif estimé à quelque 30.000 policiers qui ont procédé à de brèves interpellations, 14 selon le ministère de l'Intérieur, 300 selon l'opposition. Mais plusieurs centaines de manifestants avaient néanmoins bloqué la Place du 1er mai pendant plusieurs heures. Un rassemblement de très courte durée s'était également tenu à Oran, la grande ville de l'ouest algérien, où une trentaine de participants ont aussi été interpellés.

La CNCD, qui regroupe des partis d'opposition, des organisations de la société civile et des syndicats non officiels, est née le 21 janvier dans la foulée des émeutes du début de l'année qui ont fait 5 morts, et plus de 800 blessés. Elle exige le changement du système, et dénonce le "vide politique" qui menace la société algérienne "d'éclatement".

(Nouvelobs.com avec AFP)

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Lun 14 Fév - 21:17

Citation :
Les derniers jours de Moubarak à la présidence

L'ancien président égyptien était dans ses derniers jours à la présidence plongé dans la confusion la plus totale face aux événements qui allaient provoquer sa chute, selon la presse égyptienne.

Mal informé par son ministre de l'Intérieur, pressé par son fils Gamal d'ignorer la rue, Hosni Moubarak était dans ses derniers jours à la présidence plongé dans la confusion la plus totale face aux événements qui allaient provoquer sa chute, selon la presse égyptienne.
Des quotidiens gouvernementaux et privés évoquent une violente altercation entre les deux fils du chef d'Etat déchu - Alaa, l'aîné, et Gamal, 47 ans, qui était pressenti comme le successeur -, le premier reprochant à l'autre d'avoir "sali l'image" de son père, qui a dirigé l'Egypte pendant près de 30 ans.

La main de Gamal Moubarak

Le 10 février, veille de la démission historique, "la confusion, voire l'impuissance, était grande au palais présidentiel", écrivait lundi Al-Ahram, qui fut un poids-lourd de la presse pro-Moubarak.
"Ils ne comprenaient vraiment pas ce qui se passait", poursuit le journal, en référence aux manifestations qui ont secoué le pays pendant 18 jours.
Selon les différents quotidiens, c'était la main de Gamal, décrit comme un ambitieux entouré d'hommes d'affaires, qui était la plus visible dans les discours de son père à la nation pendant toute la crise. "Gamal Moubarak a géré la crise (...) avec l'oeil sur le pouvoir. Il n'a compris que très tardivement qu'il était hors-jeu... c'est pour cela que les discours ne correspondaient pas à ce que les gens voulaient entendre. Cela a avivé leur colère", poursuit Al-Ahram.

Jeudi, avant la dernière apparition de Hosni Moubarak à la télévision, "Gamal a convaincu son père d'une dernière tentative, celle d'annoncer des réformes et de déléguer les pouvoirs à Omar Souleimane", dont la désignation comme vice-président n'avait pas convaincu la foule.
"D'autres ont suggéré un ton plus conciliant et sentimental, mais Gamal n'était pas de cet avis. Le discours a alors enflammé la foule... la tentative a échoué... le président est tombé".

"Tu as pourri le pays"

La stratégie du fils cadet n'aurait pas fait l'unanimité, même au sein de sa propre famille.
Selon Al Akhbar (officiel), les deux fils du président en sont presque venus aux mains après l'enregistrement du discours du 10 février, objet d'un "montage" afin d'introduire des propos plus fermes envers les manifestants.
"Tu as pourri le pays quand tu as ouvert la voie à tes copains (des milieux d'affaires) et voici le résultat. Au lieu que ton père soit honoré à la fin de sa vie, tu as oeuvré pour salir son image", s'est écrié Alaa à l'adresse de son frère, rapporte le quotidien, selon lequel tout le palais présidentiel a entendu la dispute.
Toujours selon le quotidien officiel, ce discours, dans lequel Hosni Moubarak devait annoncer qu'il déléguait ses pouvoirs civils à Omar Souleimane et militaires à l'armée, a été remanié au dernier moment, à la grande surprise des Etats-Unis et des chancelleries occidentales qui s'attendaient à un autre ton.

Suzanne Moubarak s'est évanouie

D'après le journal Al Youm Al Sabee (privé), la Première Dame, Suzanne Moubarak, s'est évanouie à deux reprises en raison de cette altercation.
Mais c'est initialement le très détesté ministre de l'Intérieur qui semble avoir induit le raïs en erreur.
"Le rapport qu'a fait parvenir Habib el-Adli au président Moubarak avant le mardi 25 janvier minimisait l'importance de la manifestation" qui sonné le début de la révolte populaire, selon Al-Ahram.
Par la suite, il a justifié auprès de Hosni Moubarak le "succès surprenant" de la manifestation en lui faisant croire que les Frères musulmans, bête noire du régime, "avaient mobilisé leurs jeunes conformément à des instructions de l'étranger".
Mais le ministre était convaincu "qu'il s'agissait d'une 'poignée de familles', que l'événement pouvait être 'contenu' et que 'tout était sous contrôle'". Dix-huit jours plus tard, le président devait démissionner sous la pression de la rue.

(Nouvelobs.com avec AFP)

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Lun 14 Fév - 21:21

Citation :
DUBAI, Emirats arabes unis (AP) — Les forces de sécurité du royaume de Bahreïn ont tiré lundi des grenades lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser des milliers de manifestants hostiles au gouvernement appelés à participer à un grand rassemblement prévu par l'opposition.

Citation :
Un week-end de manifestations dans les pays arabes.
Egypte, Algérie, Maroc, Yémen, Jordanie ...

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Mar 15 Fév - 15:19

Citation :
Iran face à un début de protestation
Par Europe1.fr avec agences
Publié le 14 février 2011 à 23h17 Mis à jour le 15 février 2011 à 11h51


Un Iranien a été tué lundi lors des rassemblements de l'opposition à Téhéran, l'UE proteste.

Après la Tunisie et l'Egypte, l'Iran sera-t-il le prochain pays à être ébranlé par les manifestations ? Lundi, de nombreux partisans de l'opposition ont été arrêtés à Téhéran où les forces de sécurité ont été massivement déployées pour empêcher ces rassemblements, selon le site de l'opposition Kaleme.com du leader réformateur Mir Hossein Moussavi.

Les heurts ont déjà fait une première victime. Un Iranien a été tué par balle et plusieurs autres blessées, rapporte l'agence de presse Fars, qui impute les tirs à des manifestants.

Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et de billes de "paintball" contre les milliers de manifestants anti-gouvernementaux qui tentaient d'atteindre la grande place Azadi, ou "Liberté" à Téhéran, malgré l'interdiction des autorités, rapportent le site Kaleme.com et plusieurs témoignages. C'est sur cette place que les dirigeants de l'opposition Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karroubi avaient appelé leurs partisans à se regrouper. Eux-mêmes n'ont pu se joindre à la manifestation, leurs domiciles ayant été encerclés par les forces de sécurité.
Des rassemblements à Ispahan et Chiraz

A Ispahan, la troisième ville du pays, des incidents ont également éclaté entre les forces de sécurité et des centaines d'opposants au régime qui défiaient eux aussi l'interdiction des autorités. Des dizaines de personnes ont également été arrêtées, selon un témoin. Selon Kaleme.com, qui fait état de "centaines de milliers de manifestants" dans tout l'Iran, des rassemblements similaires ont eu lieu à Chiraz, dans le sud, et à Machhad, au nord-est du pays.

Cette première journée de mobilisation constitue un test pour l'opposition réformiste iranienne, qui n'était plus descendue dans les rues depuis un rassemblement marqué par la mort de huit personnes en décembre 2009. D'ores et déjà, les Etat-Unis ont apporté leur soutien aux sympathisants de l'opposition. "Les événements auxquels nous assistons aujourd'hui en Iran témoignent du courage du peuple iranien", a déclaré la secrétaire d'Etat Hillary Clinton.
L'Union européenne appelle à la modération

L'Union européenne a accru la pression

Mardi sur les autorités iraniennes pour qu'elles respectent le droit de manifester et lèvent les restrictions à l'opposition, son Parlement faisant même un parallèle avec les toutes récentes révolutions en Egypte et Tunisie. La chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, suit de près les événements en Iran, "en particulier les restrictions apparentes à la liberté de mouvement de certains membres de l'opposition et les manifestations qui ont lieu dans les rues".

Cette dernière "appelle les autorités iraniennes à respecter pleinement et à protéger les droits de leurs citoyens, y compris la liberté d'expression et le droit de se rassembler pacifiquement", invitant par ailleurs "les autorités iraniennes à s'abstenir de l'usage de la force contre des manifestants pacifiques".

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Mar 15 Fév - 15:23



Le département d’État américain crée un compte twitter en persan






_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Iran émeutes   Mer 16 Fév - 0:17

Citation :
L'Iran, le Bahreïn, l'Algérie et le Yémen sous le vent de la révolte

Pays par pays, suivez heure par heure les protestations dans le Monde arabe et en Iran.

De nombreuses manifestations touchent le Monde arabe et l'Iran, parfois réprimées avec violences. Après la Tunisie et l'Egypte, les peuples protestent à Téhéran, Alger ou Manama. Suivez-ici, pays par pays, l'évolution de la situation.

(carte des dictateurs menacés dans le monde Arabe)


Iran: l'UE et Washington font pression sur Téhéran

Une personne est morte lors des manifestations selon le chef de la police de Téhéran.

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton «appelle les autorités iraniennes à respecter pleinement et à protéger les droits de leurs citoyens, y compris la liberté d'expression et le droit de se rassembler pacifiquement».

Barack Obama a trouvé "ironique" que les dirigeants iraniens "fassent mine de célébrer ce qui s'est passé en Egypte, alors que dans les faits ils ont fait exactement le contraire de ce qui s'est passé en Egypte en tabassant les gens qui essayaient de s'exprimer pacifiquement".

"J'espère que le peuple d'Iran va continuer à avoir le courage d'exprimer sa soif de liberté et son désir d'avoir un gouvernement représentatif", a dit le président américain.

Lundi Hillary Clinton a rendu hommage aux protestataires: «Nous souhaitons la même chance à l'opposition et aux personnes courageuses qui sont descendues dans la rue à travers l'Iran que celle qu'ont su saisir leurs homologues égyptiens la semaine dernière».

L'Iran a rejeté mardi ces déclarations. «Les commentaires faits ces derniers jours par des officiels américains émanent de leur confusion en raison des changements dans la région», a déclaré aux journalistes le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes, Ramin Mehmanparast.

Des députés iraniens ont appelé aux mardi à «pendre» les chefs de l'opposition l'ex-Premier ministre Mir Hossein Moussavi et l'ancien président du Parlement Mehdi Karoubi.

http://www.youtube.com/watch?v=yb3akDWH_AA&feature=player_embedded

Libé.fr

Bahreïn, deux manifestants tués

Des milliers de manifestants se sont rassemblés mardi dans le centre de Manama, certains réclamant un changement de régime, après la mort de deux jeunes chiites dans la répression de protestations anti-gouvernementales. La place de la Perle, au centre de Manama, a notamment été rebaptisée "Place Tahrir" (Libération), à l'instar de celle qui fut l'épicentre du soulèvement au Caire.

Sur la vidéo ci-dessous, la police de Manama tire sur des protestans désarmés.


Yémen: affrontements entre manifestants et partisans du pouvoir

Des affrontements ont de nouveau éclaté mardi entre des manifestants qui tentaient de se diriger vers le palais présidentiel à Sanaa et des partisans du parti au pouvoir.

Des partisans du Congrès populaire général (CPG, parti au pouvoir), armés de gourdins, se sont opposés aux manifestants à quelque 1,5 km du palais et ont jeté des pierres en leur direction. Il y a eu des blessés légers.


Tunisie, apaisement des tensions avec l'Italie

L’Italie a proposé lundi une aide «opérationnelle» à la Tunisie pour lutter contre l’afflux massif de clandestins sur ses côtes, apaisant ainsi les tensions avec le gouvernement tunisien de transition confronté à sa première crise diplomatique un mois après la chute de Ben Ali.

Egypte: L'armée donne 10 jours à une commission pour réviser la constitution

L'armée, au pouvoir en Egypte depuis la chute du président Hosni Moubarak, a annoncé mardi qu'elle donnait dix jours à la commission de juristes qu'elle vient de nommer pour réviser la Constitution.

Les Frères musulmans, officiellement interdits en Egypte mais tolérés dans les faits, ont annoncé mardi qu'ils comptaient créer un parti politique après la chute du président Hosni Moubarak.

Par ailleurs, le pays a appelé mardi la communauté internationale à soutenir son économie, durement affectée par la crise politique, au lendemain d'un appel de l'armée à cesser les grèves.

Les mouvements sociaux étaient suspendus mardi, jour férié marquant l'anniversaire de la naissance du prophète Mahomet, mais ils menaçaient de reprendre dans plusieurs secteurs-clés.

Algérie: Paris demande des manifestations «libres»

La France a appelé lundi le gouvernement algérien à laisser les manifestations se dérouler librement.

«S'agissant des manifestations organisées à Alger et dans certaines grandes villes, ce qui est important à nos yeux c'est que la liberté d’expression soit respectée et que les manifestations puissent se dérouler librement et sans violence», a déclaré lors d'un point-presse le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Une marche de l'opposition en Algérie, à l'appel de la Coordination nationale pour la démocratie et le changement (CNCD), et qui était interdite, s'était heurtée samedi à Alger à un dispositif de sécurité très renforcé. Une nouvelle marche est prévue samedi prochain.

Irak: manifestations pour de meilleures conditions de vie

Des centaines de manifestants, réclamant des emplois et une réduction des coupures de courant, ont défilé mardi dans plusieurs villes d'Irak.

Alors que des groupes sur Facebook ont appelé à une importante manifestation le 25 février à Bagdad, quelque 800 protestataires ont manifesté dans la ville de Falloujah, à l'ouest de Bagdad.

Le Maroc injecte 1,4 milliard d'euros dans l'économie

Le Maroc a décidé «d'injecter» 1,4 milliard d'euros pour compenser la hausse des prix des produits de première nécessité sur le marché international, a affirmé mardi le chef du gouvernement Abbas El Fassi.

Ces «nouveaux fonds», qui s'ajoutent aux 17 milliards de dirhams (1.5 milliard d'euros) prévus par la loi de finances 2011, «visent à compenser la hausse des prix de certains produits de première nécessité sur le marché international», selon le Premier ministre marocain.

Le 3 février, un groupe de jeunes Marocains a appelé sur le réseau social Facebook à «manifester pacifiquement» le 20 février pour une «large réforme politique» dans le pays.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Mer 16 Fév - 0:35


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Mer 16 Fév - 1:39

http://www.alternativelibertaire.org/IMG/pdf/2011-02-11_Tunie_Egypte_A_qui_le_tour.pdf

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Mer 16 Fév - 3:40

Citation :
Entretien avec une organisation anarchiste persanophone, « Voix de l’Anarchisme », par la Fédération anarchiste tchécoslovaque (CSAF)

Traduction d’un texte d’A-Infos sur l’organisation anarchiste persanophone « Voix de l’Anarchisme ».

http://www.ainfos.ca/en/ainfos24711.html

1. Histoire de nos buts et de nos collaborateurs et collaboratrices

Nous sommes un groupe d’anarchistes qui ont premièrement milité en situation d’isolement dans diverses sphères sociales et politiques mais qui, depuis un an déjà, avons combiné nos efforts, considérant qu’il est vital de travailler ensemble et d’être coordonné-e-s dans nos activités et dans l’internet. La plupart d’entre nous ont de l’expérience et un bagage d’activisme avec divers groupes de gauche, mais comme tou-te-s les anarchistes, nous ne prônons pas l’étatisme ou la participation aux partis politiques. ---- Présentement, nous sommes actifs et actives en Iran, Australie, Canada, Turquie, Liban, Allemagne, France, Norvège, Suède et dans le Kurdistan iraquien, entre autres. Nous sommes le seul groupe anarchiste uniquement persanophone à l’extérieur du pays au sens que nous parlons tou-te-s persan et communiquons en persan, même si nous parlons plusieurs autres langues, comme la langue du pays où nous habitons et où nous sommes aussi actifs et actives. Nous espérons attirer des militant-e-s d’Afghanistan et du Tadjikistan bientôt.

N’importe quel-le anarchiste, peu importe s’il ou elle parle persan ou une autre langue comme le kurde, l’arabe, le français, l’allemand ou autre, peut se considérer comme membre de notre groupe et joindre nos réunions virtuelles puisque notre but a toujours été de se cordonner de plus en plus avec les anarchistes de partout sur la planète. Nous souhaitons spécialement renforcer le mouvement anarchiste du Moyen-Orient et espérons y organiser une conférence anarchiste dans les prochains mois avec nos camarades d’Israël, de Palestine, du Kurdistan Iraquien, de Turquie, de Jordanie, de Syrie et d’Iran.

Nous cherchons également à apprendre et traduire en persan les expériences d’anarchistes de partout sur la planète et à avoir des rapports et des contacts des mouvements anarchistes de chaque pays. Nous coopérons avec des anarchistes non-persanophones du Canada, d’Allemagne, de France et d’Angleterre ; en d’autres mots, nous participons tous et toutes aux mouvements anarchistes de notre communauté locale, tout en étant réseauté-e-s dans la langue persane. Nos camarades du Kurdistan Iraquien ont joué un rôle très positif et ont réellement renforcé notre groupe et accru nos connexions dans le Moyen-Orient. Si vous aimeriez, vous pourriez avoir des entretiens avec eux et elles séparément à propos du mouvement anarchiste en Iraq et au Kurdistan.

Nos membres ont plusieurs blogues et pages facebook qu’ils et elles ont lancé individuellement et nous avons une page partagée appelée la Voix de l’Anarchisme sur le web et sur facebook. Nous avons un salon de discussion virtuel, une radio, et espérons étendre notre radio virtuelle et initier un canal de télévision satellite. Nous tentons également de faire des vidéos en persan sur l’anarchisme et de les placer sur youtube puisqu’il n’y a pas une seul vidéo sur l’anarchisme en persan sur youtube. Youtube et yahoo sont bloqués en Iran, mais les gens trouvent des façons d’y accéder et ce n’est rien de moins qu’un moyen d’information très efficace.

2. Notre vision sur la situation en Iran

Même si le mouvement anarchiste en Iran n’est pas formellement reconnu, nous amenons la voix de l’anarchisme aux masses iraniennes et un plus grand mouvement anarchiste peut se développer partout sur la planète. Quand les gens en Iran deviennent plus familiers avec ce qu’est l’anarchisme, ils y répondent de façon très positive.

En raison des siècles de diverses formes de dictature et d’oppression en Iran, il y a une compréhension et une littérature, d’articles et de livres, relativement petites sur l’anarchisme.

Nous n’avons pas de chansons anarchistes en persan et même si nous avons des artistes de rap qui se considèrent comme anarchistes, ils et elles ne chantent toujours pas de chanson anarchiste. Il n’y a qu’une chanson de John Lennon qui est chantée en persan. Nous n’avons pas de poètes, caricaturistes, peintres et artistes en général qui soient anarchistes et connu-e-s. Les artistes peuvent avoir un impact considérable sur la réflexion sociale et politique de n’importe quelle société et le manque d’anarchistes dans les arts est l’un des défis auquel nous faisons présentement face. L’Iran a des centaines de milliers de blogueurs et blogueuses et seulement un petit nombre de ceux et celles-ci écrivent à propos de l’anarchisme. Même s’il y a eu une augmentation dans le nombre de blogueurs et blogueuses qui se considèrent anarchistes, ceux et celles-ci se gardent de parler d’anarchisme.

Depuis nos débuts, les gauchistes étatistes se sont engagé-e-s dans la critique de l’anarchisme et le régime a pris conscience de notre présence. Étant donné notre philosophie d’action et les questions sécuritaires en Iran, les anarchistes iranien-ne-s ne peuvent souvent pas travailler directement avec nous. Il y a des poches d’anarchistes qui ont leurs propres méthodes d’action, mais qui sont incapables de communiquer avec les autres et de faire des groupes, tout en évitant que le régime les infiltre.

Si des anarchistes sont arrêté-e-s, ils et elles sont arrêté-e-s individuellement et pourtant d’autres anarchistes sont envoyé-e-s en prison. Dernièrement, des camarades anarchistes qui participaient au mouvement de masse dans les 18 derniers mois ont été intéressé-e-s à joindre notre organisation, mais nous avons très peu d’informations sur eux et elles. Le point est que dans le mouvement de masse des deux dernières années, des anarchistes furent naturellement aussi impliqué-e-s. Ce qui est intéressant dans ce processus est que les femmes et les jeunes sont très anarchistes, et que dans le mouvement ouvrier, les femmes et les jeunes ont une pensée très anarchiste.

Alors il serait très possible de déclencher un mouvement anarchiste de masse en Iran. Il s’agit d’un courant politique avec beaucoup de potentiel puisqu’il est le plus aligné avec les buts et revendications des femmes, de la classe ouvrière et des jeunes, et qu’aucune autre alternative de gauche ou de droite ne peut rassembler autant de gens que l’anarchisme. Il y a un creux de vague dans le mouvement de masse et l’anarchisme peut amener l’espoir nécessaire pour qu’il revienne à un niveau de pic.

L’anarchisme serait un nouveau chemin et une nouvelle méthode en Iran, un pays qui a toujours vécu l’oppression, la brutalité, la soumission et la domination et où les besoins vitaux minimaux ne sont toujours pas remplis. Un pays avec l’héritage des mouvements étatistes de gauche et de droite abusant toujours de la confiance du peuple.

Une telle société est préparée à déterminer son propre destin. Plusieurs gens ont la mentalité anarchiste sans se réclamer de l’anarchisme alors une bonne description et explication de l’anarchisme dans la société et l’entrée dans la psyché sociale et politique a le potentiel de créer une grande force dans la poursuite des objectifs des masses et vers l’anarchisme. Il n’y a présentement pas de langage politique commun ou de littérature commune entre chacun-e, ou d’objectifs ou de revendications explicitement partagé-e-s dans le mouvement. Il y a vraiment des stratégies, des actions et des objectifs qui sont anarchistes mais ils ne combinent pas en un même mouvement ; en d’autres mots, il y a une crise d’identité dans le mouvement.

Même si tou-te-s disaient la même chose, sans un mouvement commun tout est perdu. Et même si parfois un même terme commun est utilisé, il y a plusieurs définitions au terme. Alors nous voyons divers concepts, mais sans définitions partagées, par exemple sur l’anarchisme, le socialisme libertaire, la liberté, la démocratie directe, les conseils ouvriers, l’anti-autoritarisme, la révolution,…

3. Les problèmes des anarchistes en Iran

L’anarchisme comme plusieurs autres types de militantisme ne sont pas permis et sont lourdement réprimés par le régime. Il n’y a jamais eu assez d’espace de liberté pour permettre aux anarchistes de se rencontrer les uns et les autres ou de discuter ouvertement de leurs idées. Il y a très peu de documentation en persan sur l’anarchisme. Nous pouvons très peu pour aider à la libération de nos camarades anarchistes.

4. Analyse de la situation au Moyen-Orient

De ce que nous avons appris, il y a de forts mouvements anarchistes en Turquie, puis au Kurdistan, en Irak, ainsi que de fortes tendances anarchistes dans d’autres endroits comme en Iran et ailleurs au Moyen-Orient.

5. Quelle est votre opinion sur le conflit israélo-palestinien ?

Comme les autres anarchistes, nous prônons un monde sans frontières. Alors en ce qui a trait au conflit israélo-palestinien, nous croyons également qu’il ne devrait y avoir aucune frontière et aucun gouvernement, et qu’à la place les communautés locales devraient être autonomes pour résoudre leurs problèmes.

Notre politique est de supporter les anarchistes en Israël et en Palestine et de faire la promotion de l’anarchisme dans cette région, comme une solution pouvant graduellement résoudre leurs problèmes, même s’il ne faut pas oublier que les forces gouvernementales de la droite religieuse autant en Israël qu’en Palestine ont rendu la tâche très complexe. Notre espoir est qu’à travers une conférence du Moyen-Orient avec nos camarades particulièrement d’Israël, de Palestine, du Liban, de Jordanie, de Syrie et …, ils et elles nous informeront d’eux et d’elles et de leurs stratégies prometteuses.

6. Comment pourrions-nous coopérer ensemble ?

a) Par des entretiens introduisant divers groupes anarchistes ensemble, pour connaître les ressources dont on dispose, quels sont nos besoins, et de quelles méthodes nous avons besoin pour communiquer avec les autres pour se coordonner. b) Combiner les ressources pour un front anarchiste plus fort. c) Une programmation de télévision anarchiste partagée avec l’aide des uns et des autres et l’aide d’autres groupes anarchistes. d) Traduction et publication de textes anarchistes dans diverses langues. e) Des réunions virtuelles une fois par mois pour rapporter les activités des uns et des autres et échanger des idées. f) Publier et traduire des nouvelles anarchistes de partout dans le monde dans diverses langues. g) Organiser un événement anarchiste mondial au moins une fois par an si possible.

Traduction du Blogue du Collectif Emma Goldman

http://paris.indymedia.org/spip.php?article5716

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011   Aujourd'hui à 21:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Emeutes Algérie-Tunisie et + si affinités 2010/2011
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» actu...
» Patrick en Tunisie, mai 2011
» Festival International de Musique Militaire Paris 2009
» Takhralifih (Photos Inside)
» Attention arnaque sur le net:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Manifs-
Sauter vers: