Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Beruriers 1ere formation (1978-80) (avant François)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prisunic



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: Les Beruriers 1ere formation (1978-80) (avant François)    Lun 6 Déc - 22:13

Alors,petite bio vite fait :
Salut a tous,je recherche donc des infos sur cette periode.

Petite bio vite fait :


78 :Création des Beruriers avec :

Olaf (Basse,Futur Ludwig von 88)
Stephane Marin (Futur Witches Valley - entre autres ?)
Mathieu Szpiro (Futur Guernica)
Barthé-rifiant-lémy (a la batterie)

Le tout du coté du Perreux-sur-Marne (94)

Ambiance "zonards destroy banlieue alcool" (un vieil article parle de repets avec "nunchakus,barre a mine et grenade au platre" !)
Peu de concerts (trés cahotiques,groupe bourré,Barthé pisse sur scéne)
et divers changement de noms "UTDM","Beethoven group" (on retrouve déja l'inspiration a venir des Ludwigs),"Eddy et les Beruriers","Casque allemand",etc,etc



Mi-79 (?) : 1er contact avec François.


Concert a Decroly (ecole libre fondée par un médecin) :
Mathieu Szpiro et Loran y sont eleves.
(Loran y est pour probleme d'élocution/begaiement).
Loran fait son tout 1er concert ("Cadenas Rock",2 personnes,batterie et une guitare,dont il vient juste d'apprendre a jouer,13 ans).
Il se prend un coup de boule par un mec des Beruriers qui dixit "m’avait traité de sale hippie. Ils avaient un morceau que je n’aimais pas du tout “mort aux hippies, les Hells sont avec nous”… Super provo…"
Rencontre Loran / François (qui etait dans le following des Berus)


Période floue,changement de personnel,d'instruments :départ de Stéphane,arrivée de Pierrot,du frère de Barthé (de temps en temps) et de la boite a rythme (DRM-16,qui les suivra longtemps)




80 :
François entre dans les Beruriers au chant (a leur demande),aprés le départ de Barthé ils ne sont plus que trois (Olaf & Pierrot aux grattes)


Repets dans la cave a Pierrot.
Virage rockabilly (bananes,ecoutent Cochran),public de loubards.
Le groupe joue faux,musique depressive "lente et lourde".
"c’était un truc bizarre, un malaise avant tout"



Début du repertoire BN (textes d'Olaf : La mort aux choix / Il tua...)
(a moins que certains datent de la toute 1ere formation > Lobotomie,Helene,J'ai Peur ?)

("les éléphants ? : C'est une vieille chanson écrite par les anciens Beruriers.Les elephants c'est ce qui se passe dans ta tete quand tu prends des medicaments
et que ça te trotte dans le crane : Badoum,badoum,badoum...")



81 : 1ere percée dans les squatts.Influence "Autonomie",début de la propagande (Foulard Noir),graphisme,
1ers textes politiques : "Fils de..."


François "Aux Vilins qui etait le squatt de la rue des Vilins,où il y'avait toute la commune des Couronnes,
où il y'avait des drapeaux noirs aux fenetres,etc,où là c'etait archi-chaotique,on a joué avec LSD,un groupe qui s'appellait Mass,et ça a été
biture sur biture,baston enfin c'etait un peu comme d'habitude dans les squatts a l'epoque,un car de flic qui passait et c'etait une pluie de cannettes qui volaient,
donc c'etait assez destroy comme ambiance en fait.Ceci dit il y a un bouquin qu'etait sorti qui s'apellait "Roquette Rockers" sur les rockers de la bastille,notre environnement
aux anciens berus c'etait ça,c'etait les clous,les chaines,des bananeux,les mecs rasés qui trainaient a Harry Cover,a la boutique punk avec les croix de teddy,les mecs qui venaient de
la courneuve,enfin des mecs comme ça quoi,je sais pas ce qu'ils sont devenus tous ces mecs là mais c'etait ça "


Début 82 : Cave interdite.Exil alcoolique du trio dans une chambre.Cloitrés.Beuveries,mal de vivre.
("Castagnes,delirium,coup de pistolet,c'est la bonne ambiance")
(Dans le DVD "Meme pas mort" François parle de "Mauser allemand dans la bouche")

Concert aux Cascades : http://euthanasie-1904.blogspot.com/2009/11/cascades-82.html (unique trace du groupe a cette période)
A noter qu'ils devaient etre présents sur la compil Paris-Mix mais non retenu (a en juger par la "fausseté" de ce morceau on comprendra pourquoi...)


Laul :"Les bérus c'etait un truc glauque et ethylique,c'etait nihiliste,mal chanté,mal joué,par des alcoolos,c'etait les Beruriers
c'etait pas les Beruriers Noirs,ça m'avait assez branché mais dans le frisson,dans le theatral et dans le loupé"


François : "On tournait dans les squats, on n'avait rien, il fallait donc faire des concerts événements. C'était noir, terrible, on faisait exploser des poulets sur scène"


Pierrot dérape (alcoolisme,tentatives de suicide,HP > grosse inspiration pyschiatrique pour François qui ira le visiter)

Loran (alors dans Guernica) le remplace (c'etait censé etre provisoire) a la gratte (2,3 concerts) avec a l'occasion Laurent (pote de collége d'Olaf -banlieue Est- et futur bassiste des Ludwigs)
notamment lors dela fete de la zik rue Bougon prés de la boutique du collectif d'art Abattoir (François + sa soeur + membres Guernica,le tout gravitant autour de la Fac St-Charles,de Michel Journiac,"la viande hurle"),
ils jouent "Les elephants" & "Traumatisme" pour Pierrot.


Olaf part a l'armée en Allemagne,envoie sa lettre de demission (où il refuse le moindre succés a son groupe).

[a son retour il montera les Ludwigs,pas encore fun,avec Laurent (basse),Laurent (gratte)-futur DEM/Flitox-et Fabrice -mort depuis- au chant,les 1ers textes parlent
d'armée -"un quai de gare","Marche", de tete de mort dans une foret allemande -"UTDM"-,bref la continuité directe -d'autant qu'ils jouent alors tous en treillis-
"Olaf s'est tiré juste aprés la sortie du premier single,comme il le faisait a chaque fois.C'etait un dadaiste,un nihiliste
authentique" dixit Bruno Garcia.
On le reverra dans dans le sillage des BN,sur la pochette de "Macadam Massacre" -dans la DS- et mentionné dans les remerciements jusqu'a "Joyeux Merdier",
"son ombre a toujours été présente dans les Berus" dixit Marsu,
a noter qu'il a aussi signé quelques textes - "l'ile du pacifique" & "Jour de fete" sur l'album "Le bohneur c'est simple" des Cadavres,aucune nouvelle depuis...si vous avez des infos)






Bref le groupe est orphelin.A un concert Guernica le duo tape l'incruste pour splitter en beauté.
Concert deuil (Loran seul a la gratte remanie rapidement les morceaux,François apporte des accessoires / masques -l'orga voulait une perfo).
Pierrot bourré vient gueuler sur "Hopital Lobotomie"
Meilleur concert des Berurier..."noir"...les Lucrate dans le public les incitent a continuer..."c'etait le premier concert reussi" dixit Laul....






Les Beruriers sont les rois :

http://www.youtube.com/watch?v=pmZ2dqCZasM

"1978 les rats sortent de la nuit

Les Beruriers sont formés

A coup de punk et de clichés

Elsa-Etat soumets-toi

La loi pour toi tu creveras

Les Beruriers boivent de la biére

Il tua son petit frere


Malformé égocentrique

Pierrot devient alcoolique

La desintoxication

L'acool est l'obsession

A l'hopital psychiatrique

Pierrot a le mal de vivre

Il ne joue plus comme avant

Helene Helene et le sang



Pierrot part a l'armée

On lui apprend a sauter

Chez les parachutistes

Depression en chute libre

Mais Pierrot a deserté

Soldat vous etes reformé

Tentatives sur tentatives

Tentatives de suicide



Pierrot Pierrot suicidé

Pierrot doit se sauver

Olaf part a l'armée

en Allemagne pour en chier

Dans un camp militaire

Semi-disciplinaire

Les Beruriers torturés

Crucifiés ecorchés


C'est l'histoire des Beruriers

Les Beruriers série noire

Mais qui pourra comprendre

Mais qui voudra se prendre

En ecoutant les Beruriers

Toutes les nuits toute la journée

1983

Les Beruriers sont les rois"







(A noter qu'il existe une version studio de ce morceau,enregistré lors de la 1ere session de Macadam Massacre,
mais mise de coté et jamais diffusé depuis)




Enfin voilà, si certains ont des infos sur cette période ça m'interesse beaucoup
(que ce soit zines,audios,photos,temoignages, souvenirs ou simple question / commentaires)








A noter aussi le morceau Olaf de Banlieue Rouge qui "semble" inspiré par le personnage :


Moi j'ai un grand frère
Il s'appelle Olaf
Il va partir à la guerre
Toute ma famille est très fière
Mais moi j'veux pas y aller
Moi j'veux pas crever
Je suis allergique aux armes
Et à la marche à pied

Olaf ! Olaf !

Mon frère n'est pas revenu
Il est mort au combat
Dans une fosse anonyme
Maintenant il reposera
Mon père a honte de moi
Me dit que je suis un cloporte
Mais mieux être une honte vivante
Qu'une fierté morte

Olaf ! Olaf !

Oh Ludwig a raison
Ouais les morts sont des cons
Et moi aussi maintenant
Je chie sur leurs tombes
Pour ternir un peu
De tout ce qui leur reste
Un bout de cimetière
Et cette fierté que je déteste

Olaf ! Olaf ! Adieu !!



Merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Les Beruriers 1ere formation (1978-80) (avant François)    Mer 8 Déc - 14:31

Des explications ici.
http://official.fm/track/172524
La véritable histoire des Beethoven
Interview radio Jungle Call

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Prisunic



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: Re: Les Beruriers 1ere formation (1978-80) (avant François)    Mer 8 Déc - 16:50

Merci

Une tof d'époque :
http://item.slide.com/r/1/0/i/x5cyUot-mg9hY7HmxZ8v9FMopunbmfCGbFdX-nyT4ZClX5s6_UtLATIApFtcw01W2BCQ-6cuF-FDM9f8WlZdfw/
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Les Beruriers 1ere formation (1978-80) (avant François)    Mer 8 Déc - 22:30

Lu sur Wikipedia

Citation :
Formation du groupe

Le groupe (composé d'Olaf, de Pierrot et de François) se forme en 1978 sous le nom de « Bérurier », en référence au personnage éponyme, adjoint du commissaire San-Antonio des romans de l'écrivain Frédéric Dard. Leur style de musique s'inspire de celui de Métal Urbain : une voix, une boîte à rythmes et une guitare électrique saturée.

À leurs débuts, les « Bérurier » changent souvent de nom : ils s'appellent successivement « Bérurier rebelle », « Bérurier Véritable », « Bérurier Army », « Bérurier Moine », « Béruriers UTDM », « Bérurier Fighter », « Peste », « Barbelés », « Poli-Mili »…

Les membres du groupe changent aussi. Pierrot, le guitariste, est appelé sous les drapeaux, puis, ayant déserté, se voit contraint de faire un séjour en prison. Pour le remplacer, les Béruriers font alors appel au guitariste du groupe Guernica, Loran, qui rejoint bientôt définitivement le groupe. En décembre 1982, Olaf, parti également au service militaire, en Allemagne, annonce à François qu'il quitte le groupe. François et Loran décident alors de faire un concert d'adieu et de mettre un terme à la carrière des Bérurier. En signe de deuil, ils adoptent un nouveau nom : les « Bérurier Noir ». Le concert d'adieu se déroulera le 19 février 1983 à l'usine de Pali-Kao (une ancienne papeterie du XXe arrondissement de Paris qui accueille la frange la plus « alternative » des artistes parisiens). C'est lors de ce concert qu'ils se déguisent pour la première fois.

Première époque

Au lieu d'être un final, ce spectacle les propulse en avant. Après avoir signé avec un petit label (V.I.S.A.), le deuxième concert de Bérurier Noir a lieu dans la salle de La Roquette devant 1 000 spectateurs. L'accueil est chaleureux et le groupe va jusqu'à reprendre trois fois Lobotomie pour faire plaisir à son public. Les Bérurier Noir s'illustrent dans un autre concert improvisé devant le Liberty's (une boîte branchée du quartier latin). Suite à un désaccord avec le gérant de l'établissement, le groupe décide de jouer devant le club sur le trottoir. En effet, la boîte avait bouché les entrées d'air pour pousser à la consommation. La police arrive sur place mais le public ne les laissera pas s'approcher des Bérurier, qui continueront à jouer leur musique. On raconte qu'ils joueront quelques minutes avec leurs masques à gaz sous les gaz lacrymogènes.

Ensuite, le groupe enchaîne les concerts, légalement, dans des salles ou bien de manière « sauvage » dans des squats, dans la rue, dans le métro parisien, etc. Les membres du groupe passent la plus grande partie de leur temps dans des squats parisiens comme celui des Vilins à Belleville, et cette vie rebelle militante, se retrouve dans leur son « brut » incisif et tranchant et leurs textes rebelles, crus, violents, le groupe dénonçant l'injustice et incarnant sur scène par sa puissance artistique une sorte d'effervescence insurrectionnelle froide et contagieuse, qui deviendra par la suite plus festive… Leur réputation grandit très vite en France dans le milieu punk alternatif par le biais du bouche à oreille et des fanzines puis de leurs premiers vinyles, autoproduits par de petits labels punk qui commencent en même temps qu'eux : V.I.S.A puis Bondage Records. Ils arpentent fin 1984 les scènes étrangères (Amsterdam, Genève, Irlande) avec d'autres groupes alternatifs français.

Durant l'année 1985, Bérurier Noir entame une tournée dans toute la France, mais continue avec ses « mauvaises habitudes ». Les Bérurier organisent un concert sauvage sur un bus, le jour d'une manifestation pour les chômeurs. Leur défilé sera stoppé par la police de manière assez violente, puisqu'on en parlera dans la presse de l'époque (Actuel notamment).

François et Loran exercent d'autres activités en parallèle « pour manger ». François est manutentionnaire au sous-sol du BHV et Loran animateur dans un centre de loisirs pour enfants à Torcy (en Seine-et-Marne).

En 1986, les Bérurier Noir commencent à passer en radio, l' Empereur Tomato-Ketchup fait un carton inattendu sur NRJ et séduit la frange la plus jeune du public. Cette soudaine notoriété apporte un nouveau public au groupe, qui se voit qualifier de « commercial » par une petite partie de son public. De plus en plus de monde se déplace à leurs concerts (47 dates cette année-là), et ils possèdent même leur propre service d'ordre. En 1987, ils continuent leurs concerts, jouent dans divers festivals indépendants, à Rock in Squatt et participent même à un concert organisé par SOS Racisme. Leur carrière a toujours été marquée par des positions radicalement antiracistes. En 1988, ils organisent un concert devant 6800 personnes au Zénith. Les Bérurier sont alors plus nombreux, ils ont entamé peu à peu une transformation festive tout en gardant la tension froide de leurs débuts, empruntant sur scène des éléments au cirque, mêlant à leurs déguisements grotesques habituels des nez de clowns, et sur disque ajoutant des sifflets et des instrumentations orientales aux sirènes de police, mélangeant le punk destroy et l'ambiance « fanfare » sur l'album Abracadaboum. Pour créer cette version « Circus », ils ont été rejoints par des membres d'autres groupes. Sur scène on trouve François, Loran, la petite Titi, Helno, Paskal Kung-Fu, Masto, les frères Lulu, Jojo et un magicien. En matière de rock français, seuls Téléphone et Indochine avaient réussi à remplir la salle avant eux.

Le 20 avril 1988, les Bérurier se voient décerner le Bus d'Acier (un grand prix du rock français) par une presse qui les a quasiment ignorés ainsi que tous les groupes alternatifs de l'époque. Le groupe réagit en faisant un doigt d'honneur au jury. Loran dira plus tard dans un magazine « La tronche du jury quand on leur a annoncé qu'on n'en voulait pas de leur Bus. Qu'on n'en avait même rien à foutre ! ».

Ce coup d'éclat ne les empêchera pas de partir quand même avec le prix, qu'ils laisseront traîner une bonne année dans la boîte à outils de leur camion.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Prisunic



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: Re: Les Beruriers 1ere formation (1978-80) (avant François)    Jeu 9 Déc - 1:29

Oui c'est bien ça (merci) sauf pour le tout début "Le groupe (composé d'Olaf, de Pierrot et de François) se forme en 1978".
Au tout départ il n'y avait qu'Olaf.
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Les Beruriers 1ere formation (1978-80) (avant François)    Jeu 9 Déc - 1:53

Yes
http://beruriernoir.fr/article.php3?id_article=130?keepThis=true&TB_iframe=true&height=500&width=670

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Beruriers 1ere formation (1978-80) (avant François)    Aujourd'hui à 21:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Beruriers 1ere formation (1978-80) (avant François)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Orchestres & Politiques Instrumentales
» Baroque français, 3e école:Rameau,Boismortier,Mondonville...
» ténors d'avant 1950 du répertoire italien
» Le baroque français avant Lully (premier XVIIème siècle)
» Christophe Maé, en 1ere partie de la tournée 2009 de Johnny.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Musique-
Sauter vers: