Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Complotistes, adeptes de conspirations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Sam 21 Mai - 2:14

Citation :
A-t-on vraiment marché sur la Lune ?

Le 21 juillet 1969, l'astronaute américain Neil Armstrong est le premier homme à poser le pied sur la Lune. Depuis ce jour, quantité de livres et de documentaires ont accusé le gouvernement américain d'avoir monté de toutes pièces la mission Apollo 11.

"Un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'Humanité". 21 juillet 1969 : l'astronaute américain Neil Armstrong prononce cette phrase devenue mythique en posant pour la première fois le pied sur la Lune, suivi par Buzz Aldrin. 18 juin 2009 : la Nasa lance deux sondes pour préparer le retour des Américains sur l'astre en 2020. Entre ces deux dates, quantité de livres et de documentaires ont remis en cause la mission spatiale Apollo 11. Et si personne n'avait jamais marché sur la Lune ?
En 1974, Bill Kaysing, ancien employé de Rocketdyne, une entreprise américaine sous-traitante de la Nasa fabricant des moteurs de fusées, exprime le premier ses doutes dans un livre : "We Never Went to the Moon : America's Thirty Billion Dollar Swindle" (Nous ne sommes jamais allés sur la Lune : une escroquerie américaine à 30 milliards de dollars).
Pour lui, c'est certain, la Nasa ne disposait pas de l'expertise technique suffisante pour mener à bien une telle entreprise. Elle a donc travaillé de pair avec la DIA (Defense intelligence Agency) pour monter un canular. La concurrence exacerbée avec les Soviétiques dans la course à l'espace justifierait la supercherie.

Des clichés contestés

Point par point, Bill Kaysing remet en cause tous les aspects de la mission Apollo 11. Ses arguments initient la théorie du complot.
L'auteur relève plusieurs anomalies sur les photos rapportées par les astronautes. Les clichés n'ont pas été pris sur la Lune, assure-t-il, puisqu'on n'y voit pas d'étoiles.
Il ne comprend pas non plus comment le drapeau américain peut flotter, alors qu'il n'y a pas d'air sur l'astre. Bill Kaysing s'étonne également que l'alunissage n'ait pas formé de cratère sous le module. L'élément qui le conforte dans sa certitude que l'exploration n'a jamais existé est la ceinture de Van Allen dans l'espace. Bill Kaysing juge qu'il est impossible que les astronautes aient pu traverser ces radiations sans encombre.
"Ma conviction ne se base pas sur une seule preuve, soutient-il, mais sur tout un ensemble d'éléments."
En 1978, le film "Capricorn One", de Peter Hyams, enfonce le clou. Le long-métrage relate l'histoire de trois astronautes transportés par la Nasa dans un lieu secret pour simuler devant des caméras l'exploration de la planète Mars. Même s'il ne s'agit que d'une fiction, "Capricorn One" convainc les spectateurs qu'on peut aisément manipuler l'opinion.

Un faux documentaire en 2002

En 1999, soit près de 30 ans après la mission Apollo 11, un sondage Gallup Poll révèle qu'il y a encore 6 % d'Américains qui pensent que le gouvernement a mis en scène ou truqué les voyages des astronautes sur la Lune. 5% n'ont pas d'avis sur le sujet.
La théorie du canular ressurgit de plus belle au début du 21e siècle. En 2001, le documentaire "Conspiracy Theory: Did We Land on the Moon?" de John Moffet (traduit en français sous le titre "L'imposture de la Lune") est diffusé sur la chaîne de télévision américaine Fox. Bill Kaysing y participe et répète les même arguments, inlassablement.
La thèse du complot fait même l'objet d'un faux documentaire en 2002 : "Opération Lune", de William Karel, diffusé sur Arte. Le film met en scène de vrais intervenants, tels Buzz Aldrin ou le Prix Nobel de la Paix Henry Kissinger, qui délivrent des témoignages bidon. "Partant du principe qu’il ne faut pas croire tout ce qu’on nous raconte, que l’on peut faire mentir les témoins, truquer les archives, détourner n’importe quel sujet par un faux sous-titrage ou un faux doublage, nous avons cherché un sujet à la fois universel et historique et qui ne soit pas délicat, par exemple un assassinat ou une guerre", explique le réalisateur. Selon lui, "le sujet se prêtait bien au propos : cela fait trente ans qu’il y a débat sur la réalité de ces images."
D'après l'intrigue inventée par William Karel, le gouvernement américain aurait demandé à Stanley Kubrick de mettre en scène les premiers pas de l'Homme sur la Lune en studio, pour parer à un échec.
Jacques Villain, historien de l'espace, a participé au film : "l'exploit du réalisateur m'a surpris. Au final, je me demande si ce faux documentaire a démonté la théorie du canular ou si, au contraire, il l'a amplifiée."

Coup de poing de Buzz Aldrin

Devant la polémique déclenchée par ces divers ouvrages, la Nasa se montre peu loquace. En 2002, elle a bien tenté de confier un projet de livre à l'historien James Oberg pour faire face aux attaques, mais elle abandonne vite l'idée.
"La Nasa n'a jamais répondu directement aux accusations de canular", explique Patrick Baudry, spationaute et ambassadeur de bonne volonté à l'Unesco. "C'est une administration avant d'être une institution, indique-t-il. Et dans les pays dits démocratiques, les administrations ont une propension à ne pas s'adresser aux personnes qu'elles estiment peu recommandables. Je comprends cette réaction : vous êtes allé sur la Lune, vous avez ramené des preuves et on vous demande encore si c'est bien vrai. C'est comme si on demandait à Louis XIV s'il a bien été roi ." "Buzz Aldrin a même donné un coup de poing à un homme qui soutenait qu'il n'était jamais allé sur la Lune. (le journaliste Bart Sibrel, NDLR)", raconte-t-il.

Une forêt de preuves scientifiques

Les arguments scientifiques démontant les allégations des conspirationnistes ne manquent pas. Phil Plait, astronome cité par la Nasa à la suite de la diffusion du documentaire "Conspiracy Theory: Did We Land on the Moon?" sur la Fox, les détaille sur son site Badastronomy.com. L'absence d'étoiles sur les photos s'explique par leur éclat trop faible pour être visible, affirme-t-il. S'il n'y a pas de cratère sous le module, c'est parce que celui-ci s'est posé doucement. Selon la Nasa, le drapeau devait être maintenu par une tige horizontale, mais elle n'a pas pu être entièrement déployée, donnant ainsi l'illusion que le drapeau flotte.
Au sujet des radiations, Phil Plait met en avant que les astronautes ne les ont traversées que pendant une heure, évitant ainsi une surdose mortelle. Le rapport de la Nasa sur les radiations émises lors des missions Apollo est mis en avant.
"Toute théorie du complot perdure en dépit des preuves concrètes qui sont apportées. Il y a l'Histoire des historiens et l'Histoire virtuelle des partisans de la conspiration", constate François de Closets, journaliste, auteur de "La Lune est à vendre" (Denoël, 1969).

Bientôt de nouvelles photos

Pour Jacques Baudry, "les théories du complot dureront aussi longtemps qu'il y aura des c… , c'est-à-dire éternellement. Chaque événement qui revêt de l'importance est une tentation pour ne pas accepter les faits, par révolte ou par imbécilité. J'ai rencontré les douze hommes qui sont allés sur la Lune. Pour moi, il s'agit du programme spatial le plus élaboré, le plus risqué que l'homme ait tenté. Cela me désole que des personnes puissent le remettre en cause." "Plus l'accomplissement a été merveilleux, plus on brode autour", souligne encore Jacques Villain.
"Contre la volonté de croire, il n'y a pas grand-chose qui soit efficace", se désole François de Closets.
Les prochaines missions scientifiques sur la Lune mettront peut-être un point final à ces doutes. "Les Asiatiques vont envoyer des engins en rafale pour cartographier la Lune. A ce moment-là, des restes des missions Apollo seront retrouvés", assure le journaliste. Pour Patrick Baudry, "la meilleure réponse que la Nasa pourrait donner pour faire taire ceux qui doutent serait d'accélérer le mouvement pour coloniser la Lune".
Gageons que ces nouvelles preuves scientifiques donneront une nouvelle jeunesse à la théorie du complot.

Bérénice Rocfort-Giovanni

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20090630.OBS2579/a-t-on-vraiment-marche-sur-la-lune.html

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Dim 29 Mai - 0:14

Citation :
Les théoriciens du complot conspirent


Une étude de l’Université du Kent a montré que les théories de la conspiration – comme celles qui entourent la mort de la Princesse Diana par exemple – sont plus susceptibles d’être crues par des individus qui sont eux-mêmes disposés à comploter.

Dans un article publié dans le British Journal of Social Psychology [1], les Dr Karen Douglas et Robbie Sutton, deux chercheurs en psychologie, ont découvert que – en accord avec le processus psychologique qu’on appelle "la projection" – la perception d’un individu selon laquelle "je le ferais" informe sur sa perception d’"ils l’ont fait".

La recherche montre que le transfert des théories conspirationnistes est influencé par le désir personnel de conspirer, d’après les réponses de 250 étudiants anglais à 17 conspirations supposées connues, comme l’"assassinat" de la Princesse Diana et de John Kennedy, le "canular" du pied sur la Lune et l’orchestration des attaques du World Trade Center le 11 septembre 2001 par le gouvernement américain.

Dans la première étude, on a demandé aux participants s’ils auraient personnellement joué un rôle dans de telles conspirations s’ils avaient été en position de le faire. Comme par exemple : "si vous étiez dans la position du gouvernement, auriez-vous lancé l’attaque contre les tour jumelles ?" Plus les participants indiquaient une volonté de comploter, et plus ils trouvaient ces mêmes théories du complot plausibles, intéressantes et dignes de valeur.

Les chercheurs ont aussi découvert que les participants qui étaient fortement machiavéliques – définis comme ceux désireux d’exploiter les autres pour un gain personnel – étaient plus susceptibles d’indiquer leur désir de comploter, et donc étaient plus enclins à croire dans les théories conspirationnistes.

Dans la seconde étude, on a demandé à la moitié des participants de se souvenir d’une époque pendant laquelle ils avaient aidé quelqu’un. L’équipe de recherche prétendait que cela augmenterait temporairement le sens moral des participants. Comme attendu, ces participants, comparés à un groupe contrôle, étaient moins enclins à conspirer, et donc moins susceptibles de prendre les théories du complot au sérieux.

"Nous voulions tester une nouvelle explication de la raison faisant que les théories du complot sont si populaires à l’époque d’internet, ou les gens ont accès à toutes sortes de sources d’information variées et souvent contradictoires" explique le Dr Douglas. "Nous avons découvert que dans leur quête d’explications dans de telles conditions incertaines et confuses, les gens font partiellement confiance dans la projection – l’hypothèse selon laquelle les autres se comporteraient plutôt comme eux le feraient."

"Nous ne disons cependant pas que tous les théoriciens de la conspiration sont immoraux, ou qu’ils en sont arrivés à croire ce qu’ils croient grâce à des projections. Il est important de noter que d’autres facteurs pourraient conduire les gens à croire dans les théories du complot. Aussi, notre recherche ne dit rien sur la vérité ou la plausibilité de ces théories. Cependant, ce que nous avons montré, c’est qu’une raison pour laquelle des gens approuvent les théories conspirationnistes vient de ce qu’ils projettent leurs propres tendances morales sur de prétendus conspirateurs" conclut-elle.

http://www.charlatans.info

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Conspiration   Mer 8 Juin - 14:30

Citation :
Le détecteur de théorie conspirationniste
Comment reconnaitre les théories de la conspiration improbables

Les théories de la conspiration existent à foison. Qu'il s'agisse de l'histoire de la mort des Kennedy, de la Princesse Diana et autres spéculations sur l'Ordre du Nouveau Monde, les Templiers, les Franc-maçon, les Illuminati, les Rothschild ou Rockefeller, l'attentat du World Trade Center, voire les Protocoles des Sages de Sion. Il faudrait des livres pour tous les répertorier.

Nous ne pouvons néanmoins pas seulement rejeter toutes ces théories d'un revers de la main, car il arrive que certaines conspirations soient réelles. Au lieu de cela, mieux vaut analyser les signes qui indiquent si une théorie de la conspiration est susceptible d'être fausse. Plus elle présente les caractéristiques suivantes, et moins il est probable que la théorie soit crédible ou véritable :
Les preuves de la conspiration émergent prétendument d'un ensemble de "points connectés" entre des événements qui n'ont pas besoin d'être connectés de manière causale. Quand aucune preuve soutient ces connexions exceptées les allégations de la conspiration, ou quand la preuve colle tout aussi bien à d'autres connexions causales (ou au hasard), la théorie de la conspiration est susceptible d'être fausse.

Les agents derrière le modèle de la conspiration auraient besoin d'un pouvoir pratiquement surhumain ou illimité pour réussir leur oeuvre. Les gens ne sont habituellement pas aussi puissants que ce qu'on pense.

La conspiration est complexe, et sa réussite demande un grand nombre d'éléments.

De la même manière, la conspiration implique un grand nombre de personnes qui devraient toutes garder le silence sur leur secret. Plus il y a de gens impliqués, et moins elle devient réaliste.

La conspiration contient une grande ambition pour contrôler une nation, une économie ou un système politique. Si cela suppose une domination du monde, la théorie est encore moins susceptible d'être vraie.

La théorie de la conspiration accroche des petits événements qui pourraient s'appliquer à de plus grands événements beaucoup moins probables.

La théorie conspirationniste assigne des explications de mauvais augure et sinistres à des événements qui sont anodins et insignifiants.

La théorie tend à mélanger des faits et des spéculations sans distinguer entre les deux, et sans mettre de degrés de probabilité ni de factualité.

Le théoricien est suspicieux de toutes les agences gouvernementales ou groupes privés, ce qui suggère une incapacité à nuancer les différences entre les véritables conspirations et les fausses.

Le théoricien de la conspiration refuse de considérer les explications alternatives, rejetant toute preuve qui la réfute, et cherche manifestement les seules preuves qui confirment sa théorie, pour soutenir ce qu'il a déterminé comme vrai a priori.

Le fait que des politiciens mentent parfois, ou que des corporations trichent, ne signifie pas que chaque événement soit le résultat d'une conspiration tortueuse. La plupart du temps, les événements se déroulent seulement, et nos cerveaux connectent les points dans des modèles d'explication qui auraient du sens.

http://charlatans.info/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Mer 8 Juin - 14:36

Grande enquête de journalistes sur les "zones d'ombre" du 11 Septembre 2001 qui ont fait naître l'idée du complot.

Citation :

Citation :
Rue89 et le CFJ décortiquent les multiples théories complotistes sur les attentats, dans une grande enquête spécial désintoxication.

Il y a bien eu une conspiration, bien réelle, concernant le 11-Septembre : un groupe de comploteurs (George W.B., Dick C., Donald R…) a instrumentalisé des attaques contre le World Trade Center et le Pentagone pour « vendre » à l'opinion l'invasion de l'Irak, alors même qu'ils n'avaient aucune preuve d'aucun lien entre les attentats et Saddam Hussein. C'est l'un des plus grands et des plus machiavéliques complot de tous les temps.

Mais cela ne suffit pas aux amateurs de théories conspirationnistes. Pour certains d'entre eux, le 11-Septembre est un « boulot préparé de l'intérieur » (« an inside job »).

Cette théorie est née dès après les attentats, et sa popularité ne faiblit pas. Elle a surfé, pendant les années Bush, sur l'antiaméricanisme ambiant. Pour quiconque voit les Etats-Unis la grande puissance du mal, il est en effet très difficile d'intégrer les attentats du 11-Septembre dans le tableau. Comment croire que les Américains, ces bourreaux, aient pu être de simples victimes ? Cela ne colle pas.

La journée du 11-Septembre, un matériau riche pour élaborer des théories

Pour résoudre ce court-circuit idéologique, il faut en passer par un autre scénario, bien plus compliqué : on nous aurait menti, les Américains n'auraient pas été victimes du 11-Septembre, ils en auraient été les organisateurs. Des centaines d'entre eux auraient comploté pour cela : contrôleurs aériens, militaires, politiciens, journalistes, experts… sans jamais une fuite.

La journée du 11-Septembre fournit un matériau riche pour de tels échafaudages. Tout est bon pour les étayer : images qui « parlent d'elles-même », témoignages choisis, citations ciselées, renversement de la charge de la preuve.

Les médias, peut-être à tort, dédaignent ces théories de la conspiration. Qu'importe : elles prospèrent sur la toile. Pour les « conspirationnistes », le Net est un terrain formidable : grâce au « copier-coller », n'importe quel image « troublante » fait le tour du web en quelques minutes. Et la folle rumeur, plus de sept ans plus tard, continue de prospérer.

Christine Boutin, Jean-Marie Bigard, Marion Cotillard s'y sont laissés prendre

Un sondage de WorldPublicOpinion.org, réalisé dans 17 pays, montre que dans seulement neuf de ces nations l'on trouve une majorité de personnes qui croient que Al Qaeda est bien derrière les attentats du 11-Septembre…

C'est de notre vieux pays cartésien que la première théorie est partie, et où des personnalités aussi diverses que Christine Boutin, Jean-Marie Bigard ou Marion Cotillard se sont laissés prendre au grand doute vertigineux.

Il est vrai que les autorités de Washington n'ont pas fait grand chose pour dégonfler ces théories : communication minimale (et parfois grotesque), abus du secret, moyens insuffisants mis sur l'enquête officielle.

Par l'accumulation de ses erreurs, le pouvoir américain est en partie responsable de la popularité de ces théories. Il ne cherche même pas à les dégonfler. Poutant, le rapport de la commission d'enquête du 11-Septembre, travail à ce jour le plus sérieux sur les attentats (mais suspect aux yeux des conspirationnistes), mériterait un sérieux complément.

Une trentaine de journaliste lancés dans cette enquête sans a priori

Pour notre part, nous avons décidé d'examiner calmement, une par une, avec l'aide d'une trentaine d'étudiants du Centre de formation des journalistes (CFJ) en fin d'études, les questions soulevées par les « conspirationnistes ».

Ils ont travaillé sous la direction de Guillaume Dasquié, spécialiste des questions de renseignement. Ce dernier s'est déjà frotté, dans un livre, aux théoriciens du 11-Septembre.

Au départ, certains de ces étudiants journalistes étaient sans opinion tranchée sur la question -la meilleure des dispositions pour démarrer une enquête. Après avoir vu le film-culte des conspirationnistes, « Loose change », ils trouvaient bien des éléments de la version officielle « louches ».

Puis ils ont travaillé, en journalistes qu'ils sont : en remontant aux sources des « éléments troublants », en contactant des témoins directs, en interviewant des experts incontestables et dépassionnés.

Nous espérons que leur travail sera utile à tous ceux qui s'interrogent sur cette journée du 11-Septembre et qui cherchent un contrepoint à des théories souvent plus fragiles qu'elles ne le prétendent.

Pascal Riché, Rue89

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Lun 20 Juin - 14:52


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: chemtrails contrails   Ven 24 Juin - 1:12


Citation :
RUMEUR - Traînées de poudre aux yeux...
Ces traces dans le ciel... Ne serait-ce pas la preuve que les militaires tentent de vous empoisonner ? Ou n'est-ce qu'une théorie du complot de plus ?

Depuis 2005 le sujet revient régulièrement sur HoaxBuster. A en croire le site chemtrails-france.com, les militaires répandraient en toute illégalité des produits chimiques à l'aide des avions qui sillonnent le ciel. Le pire est que ce projet secret serait financé illégalement par vos impôts. Vous en doutez ? Et bien levez donc les yeux un jour de beau temps et vous verrez ces traînées blanches qui zèbrent le ciel d'azur, preuves indiscutables de la réalité de ce programme. Et comme on dit : il n'y a pas de fumée sans feu. Alors ? Vérité ou vaste fumisterie ?

Un peu d’histoire

La théorie des chemtrails - [kɛm] "chemical" [tɹeils] "trails", littéralement trainées chimiques - est apparue aux Etats-Unis en 1996 peu après la publication d'une étude de l'Université de l'Air intitulée Le climat comme un multiplicateur de force: posséder le temps en 2025.

Dès lors, les chemtrails ont été définis comme des traînées de produits chimiques répandues dans l'atmosphère pour modifier le climat. Elles seraient plus persistantes que les traînées de condensation habituellement laissées par les avions et remonteraient au début des années 80.

Par la suite, à la théorie de la modification du climat s'est ajoutée celle du contrôle des populations par la manipulation mentale ou l'affaiblissement des défenses immunitaires.

Ça saute aux yeux ?

Les chemtrails seraient visibles quand le ciel est dégagé, ce qui, en soi, est assez évident. Mais encore faut-il, selon chemtrails-france.com, que certaines conditions soient réunies. A savoir :

-Juste avant un jour pluvieux ou orageux ;
-Après une longue période de pluie ;
-Au lever du soleil en hiver ou au coucher du soleil quelle que soit la saison ;
-Et toujours le jour, jamais la nuit.

Et, bien sûr, il faut qu’un avion soit passé…

Commençons par là. Un turboréacteur de dernière génération comme le GE90 de General Electric qui équipe le Boeing 777 absorbe 1.100.000 litres d'air par seconde, soit un volume correspondant à peu près à un cube de 10 mètres de côté. Forcément, l'humidité absorbée avec l'air se trouve concentrée à la sortie de la tuyère, d'où formation d'une traînée de condensation (ou contrails) qui se dissipe au bout d'un délai fixé par le taux d'humidité, la température et le vent régnant à l'altitude de vol.

Pour former un nuage, il suffit de 0,5 à 5 grammes d'eau en suspension par mètre cube d'air sous forme de gouttelettes pour les nuages massif tels que les Cumulus, les Cumulonimbus et les Nimbostratus ou de cristaux de glace pour les nuages d'altitude à l'aspect ténu ou effiloché comme les Cirrus et les Cirrocumulus.

Mais pour qu'un nuage se forme, il faut que l'humidité en suspension rencontre un noyau de condensation qui peut être une poussière, un grain de sable, de la suie ou les résidus de combustion (appelés aussi micro-particules) issus des réacteurs d’avion.

Voilà pourquoi le site affirme que les chemtrails se forment lorsque le temps est humide et/ou froid à la sortie d'un réacteur qui concentre l'humidité mêlée des résidus de combustion de kérosène… Des conditions qui sont exactement les mêmes que celles qui favorisent l’éclosion des contrails !

Dès lors, on peut se demander si les chemtrails existent bel et bien, surtout que leur utilité est problématique, on va le voir.

Des traces, pour quel dessein ?

A quoi pourraient bien servir les chemtrails ?

* A protéger la Terre contre le réchauffement climatique ou les rayonnement dangereux du soleil ?

Mais alors pourquoi garder le projet secret et pourquoi le confier aux militaires ? Bien au contraire, les gouvernements s'empresseraient de communiquer sur le sujet. Après tout, c'est dans l'intérêt de tous.

L'autre problème de cette proposition est qu'elle part du postulat que la création de nuages à haute altitudes induit un refroidissement des couches basses de l'atmosphère du fait de la réverbération du rayonnement solaire vers l'espace. Mais c'est oublier un peu vite que ces nuages participent aussi activement à l'effet de serre en empêchant le renvoi vers l'espace de la chaleur de la basse atmosphère comme le rappelle Jean-Marc Jancovici sur son site Manicore.

Cette hypothèse est donc politiquement et scientifiquement discréditée.

* A empêcher les nuages de se développer dans la haute atmosphère pour protéger la couche d'ozone ?

Le problème est que la couche d'ozone se situe entre 15 et 40 kilomètres d'altitude alors que les nuages les plus élevés, les Cirrus, culminent à 12 kilomètres, soit 3 kilomètres plus bas que la couche d'ozone.

Rappelons également que, si de tout temps l'homme a voulu dompter la nature et maîtriser le climat, par exemple en ensemençant les cyclones avec de l'iodure d'argent avec le programme Stormfury, il n'y a jamais eu aucun résultat probant, comme l’a démontré l'arrêt de ce programme.

Cette deuxième explication est donc elle aussi scientifiquement discréditée.

* A empoisonner les populations, ce qui expliquerait que le projet soit confié à des militaires et caché à la population ?

Mais dans ce cas pourquoi ne pas faire les épandages de nuit, à l'abri des regards indiscrets plutôt que de les interrompre certains jours et d'utiliser les médias pour manipuler les masses ? Ce serait nettement plus simple et tout aussi efficace.

Et surtout, pourquoi semer ces substances à haute altitude ? En effet, plus un épandage va avoir lieu loin de la cible et plus le produit largué risque de tomber à côté, raison pour laquelle les épandages agricoles se font au ras des cultures à traiter. De plus, entre 10 et 15 kilomètres d'altitude règnent les jet-streams, des vents soufflants entre 200 et 300 kilomètres par heure… Du reste, l'éruption du volcan islandais Eyjafjöll a clairement démontré qu'un point de largage (ou de départ dans le cas du volcan) pouvait couvrir de très vaste territoires par le simple fait du déplacement des masses d'air au gré des anticyclones et dépressions. Enfin, compte tenu de cette dispersion des produits, tout le monde en recevrait la même dose, y compris les militaires, leurs familles et les décideurs du projet… Cibler une population donnée serait tout bonnement impossible.

Cette explication n’est donc pas plus convaincante que les précédentes.

* A créer un état de sécheresse permanente ?

Compte tenu de la dispersion dont il est fait état plus haut, ce phénomène, s'il existait, toucherait obligatoirement l'ensemble du globe. Malheureusement, les observations récentes sur la France montrent au contraire une augmentation de la moyenne des précipitations dans la plupart des régions.

Là encore, l'hypothèse est invalidée par les observations scientifiques.

En résumé, aucune des hypothèses présentées ici ne résiste à un examen un peu poussé.

La preuve par l'image ?

Les tenants de ces théories présentent pourtant toutes sortes de photos pour les étayer. De l'avion à réaction à haute altitude à l'avion de transport régional très pixélisé tout y passe, alors même que le projet est censé être mené par des militaires.
En fait, les images tendraient plutôt à infirmer leur théorie...

Ainsi, les chemtrails auraient commencé à être diffusés dans les années 80 dans le bloc occidental. Donc, fort logiquement, il n'y aurait que peu de traces dans les décennies précédentes. Malheureusement, cette affirmation est contredite par un film de la propagande allemande datant de la seconde guerre mondiale, qui montre, dès les premières minutes, de gigantesques traînées laissées par des B17.

Voit-on seulement plus de traînées depuis les années 80 ? C'est fort probable compte tenu de l'évolution du trafic aérien. Ainsi, l'Aéroport International de Genève a vu son trafic passer de moins de 80 000 passagers en 1980 à plus de 140 000 en 2006 soit une hausse de 75 % en 16 ans. Le nombre de passagers augmentant plus vite que la taille des avions, on assiste du coup à une augmentation du nombre des avions de transport de passagers sillonnant le ciel et, par voie de conséquence, à l'augmentation du nombre de traînées de condensation.

Conclusion

Au final, qu'avons nous ? Autant le dire, rien. Un plan ultra secret dont, par définition, personne n'a jamais entendu parler, conçu dans un but nébuleux dont on n’est même pas sûr qu'il soit contraire à l'intérêt de l'humanité, et dont l'existence n’est attestée que par l'observation de phénomènes pour lesquels il existe une explication parfaitement rationnelle. Mais pourquoi s'embarrasser de la vérité quand il suffit d'affabuler ? Nul besoin de démontrer qu'on a raison puisque ce sont les autres qui mentent ou sont complices du complot…

Article par Daniel - HoaxTeam
http://www.hoaxbuster.com/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Ven 24 Juin - 1:19

Citation :
Le mythe des chemtrails

En anglais, les panaches qui suivent les avions s’appellent « contrails » mais parfois aussi « chemtrails ». Simple condensation ou bien épandage volontaire de produits chimiques. Qu’est-ce-que cela signifie ? Le mot anglais « contrail » se traduit par traînée de condensation et « chemtrail » par traînée de produits chimiques. Les contrails sont observables par temps clair, derrière les avions situés entre 7000 à 12000 m d’altitude, quand la température est en-dessous de 30° C. La vapeur d’eau qui sort des réacteurs devient de la glace, et la traînée sera plus ou moins persistante selon l’avion et selon la qualité de l’air, son taux d’humidité et la présence ou non de nuages du type cirrus (à 10 000 m d’altitude). La grande responsable de l’évolution de ces traînées - qu’elles soient éphémères ou persistantes - c’est donc la météo. Une observation régulière avec photos à l’appui s’avère vite suffisante pour s’en rendre compte. Les photos que j’ai placées dans ce billet ont été prises depuis ma fenêtre. Mon appareil photo n’est pas assez performant pour me permettre de prendre des traînées infimes ; mais ce jour- là elles étaient larges et épaisses, relativement persistantes. En cas d’absence de vent, elles peuvent subsister longtemps dans le ciel, s’étalant et formant à leur tour des cirrus.

Avec l’augmentation du trafic aérien, les contrails se multiplient, et se font remarquer. Il n’en fallait pas plus pour faire naître un mythe, une théorie du complot qui avance que ces « contrails » sont en fait des épandages volontaires de produits chimiques : les « chemtrails ». Leur multiplication en serait la preuve. Sur le site Les dessous de l’information mondiale, les photos montrent un enchevêtrement de traînées absolument superbes. Ce site prétend dénoncer une théorie du complot mondial. Pour nous en convaincre, il nous invite à aller voir des chemtrails à différents moments choisis. Extrait :


Il y a de plus grandes chances de voir des chemtrails :
1- Juste avant un jour pluvieux ou orageux.
2- Après une longue période de pluie
3- Au lever du soleil en hiver, et au coucher du soleil quelle que soit la saison


Juste avant un jour pluvieux : chez moi, les gens du pays ont coutume de dire que quand on voit des panaches durables derrière les avions, c’est que le temps va se gâter le lendemain. C’est une assertion empirique, mais elle a le mérite de mettre en cause la météo et la qualité de l’atmosphère. Le contrail devient alors un symptôme-météo se basant sur le taux d’humidité de l’atmosphère. C’est plus ou moins fiable, mais rationnel. Quand vous aurez lu les trois moments où l’on est assailli de chemtrails, avant et après la pluie, avant et après le coucher du soleil, vous verrez qu’il ne reste plus de périodes où l’on n’en voit pas !

Lever et coucher du soleil : c’est le temps fort de la journée pour avoir envie de regarder le ciel. Les couleurs du lever ou du coucher de soleil, le contraste entre un ciel déjà (ou encore) clair et le sol encore envahi par les ombres, font qu’on lève plus volontiers les yeux. Il y a quelques jours, j’en ai fait l’expérience en fin d’après-midi. Une traînée de condensation éclairée par la lueur orangée du coucher de soleil révélait des formes particulièrement drôles : de petits sacs se formaient le long du panache rectiligne d’un avion (lui-même loin devant), à distance très régulière, comme de petits moutons en ribambelle. Le temps de me précipiter sur mon appareil photo - pas plus de 10 secondes - et l’éclairage favorable orangé avait disparu, les petits moutons aussi ; ne restait qu’un filament bien fade. Je fus plutôt surprise et dépitée…

Pour les croyants en la théorie des chemtrails, le symptôme le plus révélateur est la persistance vraiment longue des traces. Pour eux, le contrail est fugitif, le chemtrail persistant plusieurs heures et prenant l’allure de grandes nappes étalées... Or, la durée d’une trace dans le ciel est tout entière liée aux conditions atmosphériques, vent et températures, et à l’angle d’éclairage pour l’observateur, et rien d’autre. Les partisans des chemtrails prétendent que toutes ces traces, quand elles subsistent plusieurs heures, sont des épandages chimiques déversés volontairement pour « empêcher le réchauffement naturel général du système solaire » mais aussi pour « empêcher les radiations nocives d’atteindre la terre », ou encore agir sur la formation de nuages en altitude. Mais ils affirment aussi qu’il ne faut pas éluder l’hypothèse d’épandages nocifs de produits biologiques et chimiques visant la population….On frémit d’horreur !


En août 2007, en Arkansas, ont eu lieu des prélèvements d’eau de pluie pour essayer de prouver la teneur en produits chimiques des chemtrails. Les résultats ont fait l’objet d’une vidéo sur Youtube, le 10 novembre 2007, annonçant la présence de barium dans l’eau prélevée, ce qui devait être le signe que des avions le déversaient par leurs « trails ». La région où a été prélevée l’échantillonnage d’eau est une intersection de divers couloirs aériens importants (d’Atlanta à Dallas, de San Antonio à New York, de Houston à Chicago) ; elle est pour cette raison appelée « Contrail Alley », l’allée des contrails. Sur le très sérieux site Contrail Science, rubrique Chemtrail Myths, vous pourrez lire comment est démantelée l’info, qui avait été diffusée sur une station locale. L’info mentionnait un fort taux de barium, mais le commentaire, une fois épluché, montrait que le journaliste ne savait pas faire les conversions, ou ne savait pas lire les unités de mesure ! Sur Youtube, on peut voir les résultats écrits de l’analyse : 68.8 µg/L, c’est-à-dire 68.8 parties d’un billion. Mais écoutez le journaliste qui lit ces résultats et vous l’entendrez dire : « The results : a high level of barium, 6.8 parts per million (ppm), more than three times the toxic level set by the EPA (Environmental Protection Agency )

En réalité c’est 68.8, non 6.8, et ce n’est pas des parties par million mais des parties par billion. Soit 0.0688 parties par million. Le niveau autorisé par l’EPA étant 2.0 mg/L, c’est-à-dire 2 ppm (parties par million), le résultat du prélèvement accusateur est de 3,4% du taux limite autorisé ! Voilà comment les médias désinforment et alimentent les mythes et les peurs.
Par ailleurs, le barium est très présent dans le sol de L’Arkansas ; il varie avec la pluviosité, comme partout. Il n’y a aucun rapport de cause à effet entre les contrails et le taux de barium dans les eaux de pluie, juste une corrélation… forcée. Les partisans des « chemtrails » ont donc faux sur toute la ligne, mais qu’en saura le grand public, abreuvé de fausses informations télévisées ? En fait il n’existe aucun chemtrail, il n’existe que des contrails. Cela n’empêche pas d’être conscients que les avions rejettent bien des produits de leur combustion autre que de la vapeur d’eau. Il s’agit bien d’un mode de transport polluant. Mais sa contribution à la pollution de l’atmosphère n’est pas un complot.

Pour d’autres explications techniques et scientifiques, pour connaître d’autres phénomènes sur les « contrails » - comme les « distrails » -, et pour vous régaler de magnifiques photos, allez visiter le site en anglais Contrail Science, ainsi que celui, en français, Contrails !.

Poster "Stop chemtrail" extrait du site Contrail Science.
Agnès Lenoire

http://www.naturavox.fr/Le-mythe-des-chemtrails.html

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Ven 24 Juin - 1:31






_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Dim 26 Juin - 14:18


Citation :
AUTOPSIE DES TOURS JUMELLES : L’ACIER BLANCHI

Le 11 septembre 2001, les Twin Towers de New York s’effondraient. Quatre ans après, un rapport d’experts montre que l’acier n’a rien à se reprocher dans cette tragédie.

Dans l’effondrement des Twin Towers à New York, le 11 septembre 2001, l’acier n’est pas mis en cause. C’est ce qu’a, entre autres, montré le rapport du National Institute of Standards and Technology (NIST), publié sous sa
version définitive en octobre 2005. Selon ce rapport, qui a mobilisé plus de 230 experts sur le sujet pendant 3 ans, les tours étaient bien conçues et l’acier correctement utilisé et protégé. Mais il n’a pu résister à l’effet combiné
de l’impact et de l’échauffement.
Retour sur l’événement, en trois étapes techniques.

L’impact des avions sur les tours a détruit ou largement déformé de nombreux poteaux de façade et, partiellement, certains planchers. Il a aussi endommagé des poteaux du noyau central. Les éléments de structure intacts ont vu de ce fait leur niveau de chargement augmenter fortement.
Les incendies qui en ont résulté ont conduit à un échauffement des éléments de structure (poutres, planchers, poteaux) d'autant plus important pour certains d'entre eux que leur protection avait été détruite ou endommagée. Les éléments qui n’étaient plus protégés ont atteint des températures de l'ordre de 650/700°C, alors qu’elles n'ont pas dépassé 300°C dans les poteaux encore protégés.
Sous l’effet du fort échauffement, les poteaux, déjà surchargés, ont perdu leur résistance mécanique. Les planchers, en se déformant, ont “tiré” les façades vers l'intérieur, créant ainsi des moments fléchissants supplémentaires ne pouvant plus être supportés par les poteaux échauffés. Ensuite, c'est l'effet dynamique de l'effondrement des étages supérieurs qui, d'étage en étage, a
conduit à l'effondrement total des tours. Après 56 minutes
pour la tour sud et 102 minutes pour la tour nord.

Propos recueillis auprès de Joël Kruppa, du CTICM.

http://www.otua.org/expert_batiment-twin-towers.htm

http://www.rue89.com/desintox-11-septembre-2001/2009/02/03/pourquoi-leffondrement-des-tours-netait-pas-une-demolition-con

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Dim 26 Juin - 22:41


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: HAARP   Lun 27 Juin - 0:11


Derrière les tremblements de terre du Japon et d'Haïti ? Les militaires américains.
Derrière le réchauffement climatique ? Les militaires américains.
Derrière les ouragans destructeurs ? Les militaires américains.
En somme, derrière toutes les catastrophes naturelles se trouvent les militaires américains. Pourquoi pas iraniens, coréens du nord ou cubains ? Parce que l'on s'habitue tellement à s'attaquer aux ricains que l'on ne change pas les habitudes. Au lieu de ne s'attaquer qu'à une politique qui gère la vie de milliards d'habitants sur Terre (leadership économique mondial), on en rajoute des tonnes pour enfoncer le clou, allant jusqu'à l'absurde.
Dire que l'armée américaine n'arrive pas à aller jusqu'à la victoire finale en Afghanistan et en Irak !!!!
Dans les années 90, vous avez peur d'Echelon, système d'écoute mondial qui n'a pas empêcher les actes terroristes du 11 Septembre 2001, "Ils" vous servent de l'HAARP.
Des questions ? Des hypothèses ? Une conspiration évidemment !



Citation :
HAARP, ARME DE L'APOCALYPSE ?

Le mot "harpe" apparaît 53 fois dans 50 versets sur l'ensemble des écritures.
46 fois dans l'Ancien Testament et 7 fois dans le nouveau, dont 5 pour l'Apocalypse uniquement.

" Et j'entendis du ciel une voix, comme un bruit de grosses eaux, comme le bruit d'un grand tonnerre, et la voix que j'entendis était comme celle de joueurs de harpe jouant de leur harpe. "
(apocalypse 14 : 2).

" Et je vis comme une mer de verre, mêlée de feu, et ceux qui avaient vaincu la bête, et son image, et le nombre de son nom, debout sur la mer de verre, ayant des harpes de Dieu. "
(apocalypse 15 : 2)

" (...) car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes " (EPH 6 : 12)

Cette prophétie bibliques concernant les puissances de l'air et les puissances d'égarement semblent curieusement désigner le projet HAARP.
http://conspiration.ca/haarp/arme_ultime.html

http://www.bibleetnombres.online.fr/haarp.htm
http://www.librepensee-et-conspiration.com/categorie-10591063.html

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo


Dernière édition par Newo le Lun 27 Juin - 0:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Lun 27 Juin - 0:16

Citation :
HAARP : ce qu’il faut savoir avant de se mettre à fantasmer

Tremblements de terre, tempêtes, raz-de-marée,… Depuis quelques années, ils sont de plus en plus nombreux sur la Toile à attribuer l'origine de ces catastrophes naturelles à un programme de recherche américain : HAARP. Qu'y a-t-il vraiment derrière cet acronyme de cinq lettres ? Qui sont ses détracteurs ? Et comment le Parlement européen en est-il arrivé à se faire l'échos des thèses les plus extrémistes sur HAARP ?


Installé à Gakona, en Alaska, le High Frequency Active Auroral Research Program (HAARP) est co-géré par l'Université de l'Alaska et placé sous l'autorité conjointe de l'US Air Force et de l'US Navy. Construit en 1990, ses 180 antennes recouvrent 14 hectares. Elles permettent d’étudier les propriétés de l’ionosphère, la couche supérieure de l'atmosphère. Les travaux qui y sont menés relèvent de la recherche fondamentale mais pourraient avoir des finalités pratiques dans le domaine des télécommunications. Les chercheurs qui travaillent sur la station sont des scientifiques ou des étudiants venant de diverses universités américaines et étrangères. Par ailleurs, tous les deux ans, HAARP est ouvert au public pour une journée. Il existe enfin une demi-douzaine d’autres stations de ce type à travers le monde, en Russie, en Norvège, au Pérou ou au Tadjikistan. Pour les amateurs de théories du complot en revanche, HAARP est bien plus que cela.

Il s’agirait en réalité d’une « arme de destruction massive » d’un nouveau genre produisant un « rayon de la mort » capable de « griller les avions dans le ciel ». Un « système d’armement » ultrasophistiqué pouvant modifier profondément la météo, générer artificiellement des séismes et des cyclones, déclencher des pluies torrentielles ou au contraire des sécheresses, voire même influencer les comportements humains. Dans un texte relayé par les médias officiels de la République bolivarienne du Venezuela, Michel Chossudovsky (Mondialisation.ca) décrit ainsi HAARP comme faisant « partie de l'arsenal militaire du Nouvel Ordre mondial », rien de moins.

Les anti-HAARP

Comme la plupart des thèses conspirationnistes, la théorie du complot sur HAARP fonctionne en circuit fermé : ceux qui dénoncent HAARP citent, à l’appui de leurs thèses, les « travaux » d’autres « experts » afin de conférer à leur discours l’apparence du sérieux. Nous allons voir qu’il s’agit toujours des mêmes individus qui, en définitive, défendent peu ou prou les mêmes thèses.

L'activiste américain anti-HAARP Nick Begich, invité au micro d'Alex Jones le 5 janvier 2011
Nick Begich est sans doute le plus célèbre des activistes anti-HAARP. Cet adepte des médecines non conventionnelles est parfois présenté comme le directeur du Lay Institute On Technology. On pense, au premier abord, avoir affaire à un scientifique crédible à la tête d’un institut de recherche digne de ce nom. En fait d’institut de recherche, le Lay Institute est une compagnie privée à but non-lucratif fondée en 2004 par une certaine Dorothy Lay et… Nick Begich.

Begich se présente lui-même en accolant à son patronyme le titre de «docteur». En réalité, il s’est vu décerner en 1994 un doctorat honoris causa de « médecine alternative » par un obscur établissement privé sri-lankais (The Open International University for Complementary Medicines) qui ne fait l’objet d’aucune reconnaissance officielle et dont les diplômes - à supposer qu'il en délivre - n’ont par conséquent aucune valeur. Pour avoir une idée des centres d’intérêt de Nick Begich, il faut s’arrêter un instant sur son site internet, Earthpulse.com, où sont vendus en ligne, pour un peu moins de 200 dollars, des appareils servant à « accroître les capacités cérébrales », toutes sortes de compléments alimentaires à base de plantes, ainsi qu’une gamme complète de « nutriments nanotroniques » (sic).

Begich est un habitué de l’émission de radio d’Alex Jones où il intervient régulièrement comme « expert » (il y est passé à trois reprises pour le seul premier trimestre 2011). Il n’a aucune compétence scientifique avérée. Ce qui ne l’empêche pas de suggérer que HAARP peut contrôler l’esprit humain, provoquer tremblements de terre et tsunamis, ou encore être à l’origine de la pluie d’oiseaux morts qui a eu lieu début janvier 2011 (1)...

En septembre 1995, Begich a autoédité son premier ouvrage sur HAARP, écrit à quatre mains avec une « journaliste indépendante » spécialisée dans « l’énergie libre » (2) et la « fusion froide » (3), Jeane Manning.

''Les anges ne jouent pas de cette HAARP'', de Nick Begich et Jeane Manning
Intitulé Angels Don't Play This Haarp: Advances in Tesla Technology (4), le livre a été édité en français en 2003 par Louise Courteau sous le titre Les anges ne jouent pas de cette HAARP . Un coup d’œil sur le catalogue de cette éditrice québécoise permet d’apprécier le niveau de sérieux de Nick Begich. On y trouve Energie libre et technologies, de Jeane Manning, sa co-auteure ; Chemtrails, du conspirationniste canadien Nenki (les traces de fumées blanches laissées dans le ciel par les avions seraient en fait des épandages de produits chimiques visant à contrôler la population en la rendant plus docile) ; Le Plus grand secret et Les Enfants de la Matrice de David Icke (sur le grand complot des extraterrestres reptiliens), Mafia ou Démocratie de l’ineffable Christian Cotten ; Le gouvernement secret de William Milton Cooper (sur le complot du Majestic Twelve ) ou encore le Livre jaune n°1 de Jan van Helsing.

Nick Begich fonde ses spéculations sur les thèses de Bernard Eastlund, un géophysicien aujourd’hui décédé qui doit l’essentiel de sa notoriété au fait qu’il est l’auteur de brevets ayant servi – parmi d’autres – à développer le programme HAARP. Selon Eastlund, HAARP serait capable de dévier des ouragans au moyen d’un rayon électromagnétique. Une thèse qu’aucun témoignage de scientifiques travaillant à la station de Gakona n’a jamais corroborée.

C’est une longue interview de Bernard Eastlund qui constitue le fil rouge du film Holes in Heaven? HAARP & Advances In Tesla Technology [Des trous dans le Ciel ? HAARP et les progrès de la technologie Tesla] (5). Directement inspiré des publications conspirationnistes sur le sujet, ce documentaire de 1998 est, sous des apparences d’objectivité (deux représentants officiels de HAARP y sont interviewés) un véritable réquisitoire contre la station de recherche américaine. Nick Begich et Jeane Manning sont naturellement longuement interviewés. Autre « expert » à intervenir dans le film : Brooks Agnew, un tenant de la théorie de la Terre creuse…

''HAARP: The Ultimate Weapon of the Conspiracy'', de Jerry Smith
Fervent partisan de toutes sortes de théories du complot sur les chemtrails, les ovnis, le « Nouvel Ordre mondial », les francs-maçons et les « Illuminati » (6), Jerry Smith recommande vivement le film Holes in Heaven. Lui-même a exploité le filon en publiant HAARP: The Ultimate Weapon of the Conspiracy [HAARP, l’Arme ultime de la Conspiration] (7) et Weather Warfare [Guerre météorologique] (8). En 2009, Jerry Smith est apparu à son tour comme « expert » du programme HAARP dans l’émission Conspiracy Theory de Jesse Ventura. On y retrouve – ô surprise – Brooks Agnew, Robert Eastlund (le fils de Bernard Eastlund) ainsi que Nick Begich. Ce dernier fait écouter de la musique à son interlocuteur à l’aide d’un lecteur CD équipé de « transducteurs piézoélectriques ». La démonstration est censée prouvée que HAARP peut contrôler les esprits.

En France, les éditions Carnot de Patrick Pasin (qui ont édité L’Effroyable imposture de Thierry Meyssan ainsi que d’autres ouvrages conspirationnistes sur le premier pas de l’homme sur la Lune, la mort de Lady Di ou les ovnis), ont apparemment été les premières à s’engouffrer dans la brèche de la théorie du complot sur HAARP en publiant, dès 2001, Les armes de l'ombre, d'un ancien militaire français spécialisé dans les radars, Marc Filterman.

Il n’est pas exagéré de dire que la théorie du complot sur HAARP est devenue l’un des mythes contemporains les plus populaires du monde, au point qu’il a donné son nom à un album live du groupe de rock Muse, en raison des grandes antennes présentes sur la scène, qui rappellent l’installation basée en Alaska. HAARP inspire aussi les romanciers, comme Jean-Paul Jody, auteur d’un thriller conspirationniste intitulé La Route de Gakona publié aux éditions du Seuil en 2009. Certains sont parvenus à convertir en monnaie sonnante et trébuchante les inquiétudes légitimes nées de ce programme de recherche. Toutefois, la théorie du complot serait peut-être restée confidentielle si elle n’avait pas bénéficié d’une caution de poids : celle du Parlement européen.

Lobbying conspirationniste à Bruxelles

Hémicycle du Parlement européen à Strasbourg
En 1995, l’année même de la publication du livre de Nick Begich et Jeane Manning, une proposition de résolution (9) est déposée au Parlement européen (PE) par la députée finlandaise Elisabeth Rehn sur « l'utilisation potentielle des ressources à caractère militaire pour les stratégies environnementales ». La proposition est renvoyée, pour examen au fond, à la Commission des affaires étrangères, de la sécurité et de la politique de défense du PE. L’eurodéputée belge Magda Aelvoet, présidente du Groupe des Verts et membre de la Commission des affaires étrangères, acquiert la conviction que HAARP est un système d’armement secret de nature à menacer les libertés publiques. C’est en tous cas ce que rapporte un article très favorable aux thèses de Begich, publié en novembre 1997 dans un magazine télé belge (10). Son auteur, Alain Gossens, est décédé l’année dernière. Il n’est peut-être pas inutile de rappeler qu’Alain Gossens était, sous le pseudonyme de KarmaOne, le fondateur du site conspirationniste Karmapolis (11), tout entier dédié à propager des théories du complot sur le 11-Septembre, les extraterrestres, les « hélicoptères noirs », de prétendus camps de concentration mis en place par le gouvernement américain, etc.

Selon Gossens, une scientifique du nom de Rosalie Bertell « affirme que les Américains expérimentent à l'insu de tous et surtout au mépris des conventions internationales » des armements ayant « tous pour but de jouer avec l'ionosphère ou avec certaines ondes ». Rosalie Bertell est à la tête d’une modeste ONG canadienne au nom ronflant, l’International Institute of Concern for Public Health. Membre du « Comité Européen pour les Risques des Radiations », un groupe informel créé à l’initiative des Verts au Parlement européen, elle soutient depuis plusieurs années la théorie conspirationniste sur les chemtrails selon laquelle le gouvernement américain se livrerait à des épandages de produits chimiques dans l’atmosphère laissant de longues traces blanches dans le ciel (voir la vidéo ). Elle est parfois présentée comme une « ancienne proche conseillère scientifique du président américain Jimmy Carter » mais étrangement, on ne retrouve rien de tel dans sa biographie officielle, pourtant détaillée.

Du côté du Parlement européen, Magda Aelvoet se voit emboîter le pas par une députée suédoise, membre comme elle de la Commission des affaires étrangères, Maj Britt Theorin (PSE), qui se lance dans la rédaction d’un rapport (12) sur le sujet. C’est dans le cadre de l'élaboration de ce rapport que le 5 février 1998, une sous-commission du PE (qui n’a absolument rien à voir avec une « commission d’enquête parlementaire », comme on le lit parfois sur Internet) organise, à Bruxelles (et non au siège du Parlement, à Strasbourg), une audition publique portant sur le programme HAARP et les armes non létales. La première partie de l’après-midi est consacrée exclusivement à HAARP. Les débats sont modérés par le président de la Commission des affaires étrangères du PE, le Britannique Tom Spencer (PPE). Deux intervenants sont invités à venir faire part de leur expertise : il s’agit de Nick Begich et Rosalie Bertell.

Les Etats-Unis et l'OTAN, conviés à cette réunion, décident de ne pas donner suite à l’invitation qui leur est faite (13). Les Américains ont-ils quelque chose à cacher ? Ou refusent-ils tout simplement de cautionner, par leur présence, une caricature de débat avec des interlocuteurs qu’ils considèrent comme dénués de crédibilité ? Toujours est-il que les deux « experts » défendent pendant deux heures environ, et sans contradicteur, la thèse selon laquelle HAARP est bien plus qu’une simple station de recherche sur la ionosphère. Un document rédigé par Rosalie Bertell et présentant HAARP comme un système d'armement est même distribué parmi le public. Pour prendre conscience du niveau d’intoxication atteint, il faut lire le procès verbal de l'audition reproduit sur le site du Parlement européen qui présente complaisamment le livre de Nick Begich comme « l’une des principales publications sur le sujet » et n’hésite pas à lui donner du « docteur ». Pourtant, on l’a compris, demander à Nick Begich de parler de HAARP, c’est un peu comme demander à un militant anti-avortement de faire un exposé objectif sur les risques médicaux d'une IVG.

L'eurodéputée Maj Britt Theorin
Une seconde audition publique est organisée le 19 mai 1998, toujours sous la présidence de Tom Spencer. Cette fois-ci, Deniz Yüksel-Beten, du Comité sur les défis de la société moderne de l'OTAN, est présente. Elle précise toutefois qu'elle n'est pas en mesure de répondre sur les effets des armes non létales sur l'environnement (14).

Le rapport définitif de Maj Britt Theorin est déposé le 14 janvier 1999. Il se base, explicitement, sur les éléments apportés par Nick Begich et Rosalie Bertell (15). On y lit, sans surprise, que HAARP est « un système d'armement modifiant le climat » consistant en une « manipulation de l'environnement à des fins militaires ».

Deux semaines plus tard, lors des débats en session plénière, Maj Britt Theorin demande à la Commission européenne de rédiger un livre vert sur les activités militaires ayant un impact sur l’environnement ainsi qu’un rapport sur les implications sanitaires et environnementales du programme HAARP. La Commissaire européenne à l’environnement, Ritt Bjerregaard, fait valoir qu’elle ne peut accéder à de telles demandes, qui outrepassent la compétence de la Commission de Bruxelles (16). Le lendemain, le PE adopte une résolution (17) dont les points 24 à 26 concernent HAARP. Le programme de recherche américain n’est plus directement décrit comme « un système d’armement ». Il est néanmoins qualifié de « problème d'une portée mondiale ».

Nous sommes fin janvier 1999. Tom Spencer est arrêté à l’aéroport d’Heathrow en possession de cannabis et d’une vidéo pornographique gay. Sa carrière s’interrompt. Il décrit lui-même cet acte comme « extraordinairement stupide », reconnaît qu’il s’est procuré la drogue lors d’un séjour à Amsterdam et précise qu’il n’a jamais nié être homosexuel. Douze ans plus tard, sa version des faits n’a pas varié. Mais selon un sujet d’I-Télé diffusé le 2 octobre 2008, qui reprend la thèse selon laquelle HAARP est bel et bien une arme météorologique secrète, Tom Spencer aurait été victime d’un coup monté par les services secrets américains afin de « déstabiliser la commission d’enquête » – « commission d’enquête » dont nous avons pourtant vu qu’elle n’en était pas une...

Retour à la raison ?

Les antennes de la station du programme HAARP à Gakona (Alaska)
Luc Mampaey travaille pour le GRIP, un centre de recherche indépendant basé à Bruxelles. Il est l’auteur d’un mémoire sur HAARP (18), rédigé dans le cadre d’un diplôme d'études spécialisées en Gestion de l'environnement. Convié lui aussi comme intervenant par la Commission des affaires étrangères du PE pour parler des armes non létales, Mampaey semble avoir été influencé par les thèses de Nick Begich et Rosalie Bertell dont il a fait la connaissance à Bruxelles en 1998. L’étude de Luc Mampaey, disponible sur Internet, a certainement contribué à donner du crédit à des individus comme Begich – présenté, sans plus de précisions, comme un « scientifique indépendant ». Néanmoins, malgré la reconnaissance qu’il témoigne, dès le début de son exposé, à Begich, Bertell ou encore Alain Gossens, et les inquiétudes, sans doute légitimes, qu’il nourrit à l’égard de l’impact que pourraient avoir sur l’environnement l’utilisation d’armes climatiques, Luc Mampaey se garde de franchir le pas qui l’entraînerait sur le chemin de la théorie du complot.

« Il se passe rarement un mois, explique-t-il, sans que je sois interpellé par un journaliste intrigué ou un citoyen inquiet. Il y a quelques semaines, un certain Laurent me demandait par courriel si je pensais que HAARP pouvait être à l’origine du cyclone Nargis en Birmanie. Non, bien entendu. Mais une mise au point n’est pas inutile : Internet regorge de rumeurs et d’élucubrations les plus folles au sujet du programme HAARP. Il est important de savoir les débusquer et de garder l’esprit critique si nous voulons qu’un débat sérieux soit mené sur ces questions » (19).

Luc Mampaey semble aujourd'hui vouloir tourner la page et assure qu’il « ne cautionne absolument aucune des élucubrations qui circulent sur la toile à propos de ce programme ». Nous lui laissons donc le mot de la fin :

« Chaque catastrophe – tsunami, tornade, séisme en Haïti ou au Chili – donne l’occasion à quelques hurluberlus de relancer leurs théories du complot. C’est non seulement non fondé. Mais c’est aussi très dommageable pour la crédibilité du débat et du travail de sensibilisation et d’information que nous poursuivons pour attirer l’attention des décideurs sur les conséquences et enjeux de certaines activités militaires. HAARP est certes un programme militaire, dont les retombées permettront vraisemblablement quelques avancées technologiques utiles aux militaires, y compris dans des domaines touchant à l’environnement, mais principalement en ce qui concerne les télécommunications. Mais rien de ce qui se fait actuellement en Alaska n’est vraiment "secret" : de nombreuses universités collaborent à ce projet, ainsi que d’autres stations de recherches ionosphériques, notamment la station européenne de Tromsø en Norvège pour certaines expériences communes. Il y a bien longtemps que je n’essaie plus de répondre ou d’argumenter face à la meute de farfelus qui se sont emparés de ce sujet, j’y passerais en effet mes journées » (20).


Notes :
(1) Cf. Jean-Denis Renard, « Le faux mystère des oiseaux morts », Ouest-France, 8 janvier 2011.
(2) Sous ce terme d’« énergie libre », la plupart des détracteurs du programme HAARP font référence à une hypothétique énergie gratuite et non-polluante théorisée par l’ingénieur Nikola Tesla (1856-1943). Selon eux, Tesla aurait découvert une méthode permettant de canaliser et d’utiliser cette « énergie libre » que les compagnies pétrolières et le « complexe militaro-industriel » s’ingénieraient à maintenir secrète depuis des décennies.
(3) Sur ce sujet, lire Pascal Lapointe, « Fusion froide : anniversaire d’un dérapage », Agence Science-Presse, 23 mars 2009.
(4) Ce livre a été suivi d’un deuxième, également autoédité, portant sur les technologies militaires de contrôle de l’esprit humain (Controlling the Human Mind: The Technologies of Political Control or Tools for Peak Performance, Earthpulse Press, août 2006).
(5) Holes in Heaven? HAARP & Advances In Tesla Technology, de Paula Randol-Smith et Wendy Robbins, 1998 (voir la vidéo ).
(6) Jerry Smith a cofondé en 1991 avec Jim Keith (auteur d’un livre sur les « hélicoptères noirs du Nouvel Ordre mondial », l’un des mythes conspirationnistes contemporains les plus répandus au sein de l’extrême droite américaine) un musée des ovnis, le National UFO Museum, dont il s’est occupé jusqu’en 1994. Il a également collaboré, sous le pseudo de « jarod o'danu », à Dharma Combat, un magazine underground dirigé par Jim Keith et spécialisé dans la théorie du complot, allant des enlèvements d’humains par des extra-terrestres au grand complot mondial des « Iluminati ». Jerry Smith a enfin participé au magazine américain Paranoia: The Conspiracy Reader. Voir également le site internet de Jerry Smith.
(7) Jerry E. Smith, HAARP: The Ultimate Weapon of the Conspiracy, Adventures Unlimited Press, 1998.
(8) Jerry E. Smith, Weather Warfare: The Military's Plan To Draft Mother Nature, Adventures Unlimited Press, 2006. La consultation du catalogue de cette maison d’édition n’est pas sans intérêt.
(9) Proposition de résolution B4-0551/95.
(10) Alain Gossens, « L’Arme ultime ! Les Anges ne jouent pas de cette HAARP ! », Télémoustique, novembre 1997. Reproduit sur le site de François Pierre, alias Nenki (Conspiration.cc).
(11) Le co-fondateur, Bruno Michelet, est connu sous le pseudo de Karmatoo.
(12) La députée aurait rédigé ce rapport « de sa propre initiative » si l’on en croit l'European Report du 3 février 1999 (cf. « EU Lacks Jurisdiction to Trace Links Between Environment and Defense », p. 35).
(13) L’Alliance atlantique a malgré tout fait savoir qu’elle n’a pas de politique en la matière et qu'elle n'était donc pas en mesure d'envoyer un expert devant le PE. Source : Parlement européen, Direct Info du 5 février 1998.
(14) Source : Parlement européen, Direct Info du 20 mai 1998.
(15) Cela est d’ailleurs précisé en note de bas de page n°24, p. 21.
(16) Cf. « EU Lacks Jurisdiction to Trace Links Between Environment and Defense », art. cit. Contrairement à ce que l'on peut lire dans un texte de Michel Chossudovsky, l'European Report du 3 février 1999 n'indique à aucun moment que la demande faite à la Commission (et pas "par" la Commission) de rédiger un livre vert aurait été « rejetée de façon cavalière ». La teneur des débats est rapportée assez sobrement :
“Responding for the European Commission, Environment Commissioner Ritt Bjerregaard indicated that a significant proportion of food aid granted in the context of the Lomé Convention is destined to help resolve the problem of desertification. She went on to recall that the use of military resources remains the sole preserve of national authorities and not the Commission. Mrs Bjerregaard was not therefore in a position to guarantee the implementation of the recommendations put forward by the rapporteur: she was unable to accede to the Mrs Theorin’s request that the Commission draw up a Green Paper on military activities with an environmental impact, or her calls for a report on the impact on the environment and public health of the Antarctic HAARP programme (High Frequency Active Auroral Research project).”
(17) Résolution A4-0005/1999 sur l'environnement, la sécurité et la politique étrangère.
A noter que la résolution demande également au Science and Technology Options Assessment (l'organe du PE chargé de l'évaluation des choix scientifiques et techniques), « d'accepter d'examiner les preuves scientifiques et techniques fournies par tous les résultats existants de la recherche sur le programme HAARP aux fins d'évaluer la nature et l'ampleur exactes du danger que HAARP représente pour l'environnement local et mondial et pour la santé publique en général ». De toute évidence, le STOA n'a pas donné suite à cette demande.
(18) Mémoire publié par la suite par le GRIP sous la forme d'un rapport intitulé « Le Programme HAARP : science ou désastre ? » (octobre 1998).
(19) Luc Mampaey, « La Convention ENMOD et le Programme HAARP : enjeux et portée », Note d’analyse du GRIP, 12 juin 2008.
(20) Propos recueillis par Arnaud Lefebvre pour Conspiracy Watch (échange de courriels avec Luc Mampaey en date du 10 mars 2010).

Voir aussi, sur Conspiracy Watch :
* Le régime d'Hugo Chávez accuse les Etats-Unis d'avoir causé le séisme à Haïti
http://www.conspiracywatch.info/Le-regime-d-Hugo-Chavez-accuse-les-Etats-Unis-d-avoir-cause-le-seisme-a-Haiti_a477.html

Pour aller plus loin :
* Site internet officiel du programme HAARP (section des Frequently Asked Questions).
http://www.haarp.alaska.edu/haarp/faq.html
* David Naiditch, “ Is Baked Alaska Half-Baked? ”, Skeptic Magazine, 3 mars 2010.
http://www.skeptic.com/eskeptic/10-03-03/
http://www.conspiracywatch.info/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Illuminati   Lun 27 Juin - 21:32

Citation :

Théories du complot Illuminati

Les théories du complot Illuminati sont des théories conspirationnistes qui prétendent que la « société de pensée » allemande des Illuminati de Bavière, historiquement dissoute en 1785, aurait perduré dans la clandestinité et poursuivrait un plan secret de domination du monde. Ces théories, dont la première mention remonte à l'ouvrage de John Robison, Proof of a conspiracy, publié en 1797, se confondent avec les théories du complot maçonnique en avançant que les Illuminati réalisent leur plan en infiltrant les différents gouvernements, en particulier ceux issus de révolutions, et les autres sociétés secrètes dont la franc-maçonnerie.

Si les études historiques estiment que les derniers Illuminati n'ont pas survécu au-delà du XVIIIe siècle1,2, la dénomination « Illuminati » reste utilisée comme terme générique dans le folklore du complot, pour synthétiser des théories identifiant comme conspirateurs des groupes divers (francs-maçons, sionistes, communistes, sociétés secrètes diverses, organisations internationales) et pour désigner, dans le système qui en résulte, le noyau dur des « maîtres du monde ».

Le gouvernement américain noyauté par les Illuminati

La théorie du complot Illuminati déclare que certains Pères fondateurs des États-Unis, dont certains étaient francs-maçons, ont été corrompus par les Illuminati. Cette très ancienne théorie du complot est encore soutenue de nos jours, notamment par l'écrivain américain Antony Cyril Sutton qui considère que l'influence des Illuminati sur le gouvernement américain se fait à travers la fraternité étudiante de l'université Yale : le Skull and Bones.

George Washington lui-même avait à son époque reçu un exemplaire du livre conspirationniste Proof of a conspiracy de John Robison. Dans une lettre de remerciements qu'il écrivit à l'expéditeur le 25 septembre 1798, le premier président nia que les Illuminés de Bavière aient réussi à gagner de l'influence aux États-Unis, en particulier au sein des loges maçonniques de ce pays.
Le Grand sceau des États-Unis comme symbole Illuminati
Articles détaillés : Grand sceau des États-Unis d'Amérique et Œil de la Providence.
Symbole de l'œil surmontant la pyramide sur le billet de un dollar US.

Le Grand sceau des États-Unis d'Amérique, notamment visible sur le billet de un dollar américain, représente une pyramide dont le sommet est éclairé par l'Œil de la Providence. Au-dessus est inscrite la devise Annuit cœptis, et au-dessous, Novus Ordo Seclorum. L'inscription (MDCCLXXVI) à la base de la pyramide correspond à la valeur 1776 en numération romaine.

Ces symboles sont cités par les théoriciens du complot comme exemples de la présence et du pouvoir des Illuminati : d'après eux, le sceau affiche un œil lucide qui domine une base aveugle et symboliserait par là l'élite omnisciente contrôlant le peuple ; Annuit cœptis (« ce que nous entreprenons sera couronné de succès » ou, selon la traduction, « approuve les choses qui ont été commencées ») est un cri de victoire des conspirateurs, tandis que Novus Ordo Seclorum (« Nouvel ordre séculier ») indique le régime nouveau, rebelle car indépendant de l'Église d'Angleterre ; la mention MDCCLXXVI renverrait, elle, à l'année de la fondation des Illuminés de Bavière, maîtres secrets du gouvernement américain.

En vérité, ces symboles ésotériques courants sont apparus antérieurement aux Illuminati. L'œil dans le triangle est une représentation de Dieu datant de la Renaissance. Quant à la pyramide non terminée, suggérée par Francis Hopkinson au comité qui dessina le Grand sceau des États-Unis, elle représente la nouvelle nation, vouée à durer des siècles à l'instar des fameuses pyramides d'Égypte. Elle comporte 13 rangées de pierres, représentant les 13 colonies d'origine, sous l'Œil de la Providence, image de Dieu veillant sur elles. Enfin, l'inscription (MDCCLXXVI) à la base de la pyramide n'est pas là pour marquer l'année de la fondation des Illuminés de Bavière, mais celle de la déclaration d'indépendance des États-Unis.

Différents liens e bas de cette page
http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9ories_du_complot_Illuminati

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo


Dernière édition par Newo le Mar 28 Juin - 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Lun 27 Juin - 22:46

http://www.dailymotion.com/playlist/xdlqf_vinvin44_theorie-du-complot-illuminati-etc/1#videoId=x6qepr
http://frenchconspiracy.xooit.com/t40-Theorie-des-Illuminatis.htm

devil7

Citation :
http://www.inexplique-endebat.com/article-societe-secrete-illuminati-anges-ou-demons-54072574.html

Ce documentaire s'intéresse aux Illuminatis (1h30), qui veut dire "les illuminés", du latin illuminare, connaître, savoir, qui désigne plusieurs groupes contemporains ou historiques d'existences controversées, tels que les Alumbrados de Castille, les Illuminatis de Bavière et les Illuminés.

Selon les théories du complot, les Illuminatis seraient une société secrète, organisation conspiratrice supposée agissant dans l'ombre du pouvoir, contrôlant les affaires du monde au travers des gouvernements et des grandes multinationales, et visant à l'établissement du Nouvel Ordre Mondial, en devenant les "maîtres du monde".
La théorie du complot Illuminati déclare que certains fondateurs des États-Unis, dont quelques-uns étaient francs-maçons, ont été corrompus par les Illuminatis. Cette ancienne théorie du complot est encore soutenue de nos jours.
George Washington avait à son époque reçu un exemplaire du livre conspirationniste, Proof of a conspiracy, de John Robison. Dans une lettre de remerciements qu'il écrivit en retour le 25 septembre 1798, le premier Président nia que les Illuminés de Bavière aient réussi a gagner de l'influence aux États-Unis, en particulier au sein des loges maçonniques de ce pays.

Aussi, le sceau des États-Unis visible sur le billet de un dollar américain, représente une pyramide dont le sommet est éclairé par l'oeil de la providence. Au-dessus est inscrite la devise Annuit cœptis, et au-dessous, Novus Ordo Seclorum. L'inscription MDCCLXXVI à la base de la pyramide correspond à la valeur 1776 en numération romaine.
Ces symboles sont cités par les théoriciens du complot comme exemples de la présence et du pouvoir des Illuminatis. D'après eux, le sceau affiche un œil lucide qui domine une base aveugle et symboliserait par là l'élite suprême contrôlant le peuple, Annuit cœptis est un cri de victoire des conspirateurs, tandis que Novus Ordo Seclorum indique le régime nouveau, la mention MDCCLXXVI renverrait, elle, à l'année de la fondation des Illuminés de Bavière, maîtres secrets du gouvernement américain.

Hors contexte de la théorie du complot, ces symboles ésotériques courants sont apparus antérieurement aux Illuminatis.
L'œil dans le triangle est une représentation de Dieu datant de la Renaissance, quant à la pyramide non terminée, suggérée par Francis Hopkinson au comité qui dessina le grand sceau des États-Unis, elle représente la nouvelle nation, vouée à durer des siècles à l'instar des fameuses pyramides d'Égypte. Elle comporte 13 rangées de pierres, représentant les 13 colonies d'origine, sous l'oeil de la providence, image de Dieu veillant sur elles. Enfin, l'inscription MDCCLXXVI à la base de la pyramide n'est pas là pour marquer l'année de la fondation des Illuminés de Bavière, mais celle de la déclaration d'indépendance des États-Unis.

Citation :
Les Illuminati: thèse du complot pour incultes

Qui n’a jamais entendu parler des Illuminati? Cette société secrète fondée au 17ème siècle qui voulait instaurer un nouvel ordre mondial. Tout le monde a son avis sur la question, et le Web regorge de théories fondées sur des faits tenant plus de la coïncidence que de l’argument irréfutable. Avec un peu d’analyse, on se rend compte qu’à part exciter des adolescents paumés et faire parler des trentenaires ratés, les thèses conspirationnistes sont assez peu convaincantes…

Selon les théories du complot très à la mode depuis le 11 Septembre notamment, l’organisation secrète serait toujours en activité malgré l’avis des historiens, ces derniers étant certains de la disparition des derniers Illuminatis au 18ème siècle. Toute une partie de la population fantasme alors sur ce complot secret qui dominerait le monde et enverrait au peuple des soi-disant signaux illuminati, comme pour se foutre de notre gueule.

Jay-Z, Rihanna, Madonna, ils le sont apparemment tous. Là où les défenseurs de cette théorie ont bien raison, c’est qu’ils se foutent effectivement de notre gueule, mais pas dans le sens qu’ils le croient. Le monde de la musique et notamment celui du Hip Hop utilise les symboles illuminati pour créer du buzz, faire naitre des polémiques et ainsi alimenter les colonnes des blogs à l’ère du Web 2.0 pour faire leur promo.

Lorsque l’on se penche sur le sujet, et malgré que toutes les petites frappes de l’info qui s’ennuient devant leur PC aient trouvé quelques coïncidences symboliques, on voit qu’il n’en est rien.
Un peu de culture permet souvent de distinguer le vrai du faux. A commencer par les symboles illuminati qui apparaitraient sur les billets de banque américains qui sont en fait de vieux signes liés à l’Histoire Américaine.

Il est aisé de croire au complot, d’être résigné parce que les grands de ce monde se réunissent de toute façon dans des soirées sectaires pour croire en Satan, organisent le système économique et établissent un nouvel ordre mondial où le pouvoir est inaccessible. Il est plus difficile d’accepter le monde comme il est, et d’essayer d’arrêter de se poser en victime.

La théorie du complot, dans une société où la plupart des données nous échappent, recrute dans ses rangs de plus en plus de sceptiques. Même les people s’y mettent (Bigard, Kassovitz, Cotillard…), alimentant ainsi des hypothèses souvent grotesques. Sur le 11 Septembre 2001 entre autre, certains points méritent assurément d’être éclaircis tant les explications de l’administration américaine semblent parfois bizarres. De là à affirmer qu’aucun avion n’est à l’origine des attentats… on est en plein délire paranoïaque.

Nous cherchons tous la vérité, et même si elle n’est pas toujours bonne à savoir, inventer et relayer des thèses conspirationnistes n’alimentent ni le progrès, ni le savoir.

Pour illustrer la folie du genre humain, cette vidéo vous démontrera qu’un billet américain est certainement l’oeuvre de satan !
http://cultiz.com/blog/les-illuminati-these-du-complot-pour-incultes/

mdr

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo


Dernière édition par Newo le Lun 27 Juin - 23:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: théorie illuminati   Lun 27 Juin - 23:04


Citation :
Aux sources des Illuminati
Entretien avec Lionel Duvoy

Conspiracy Watch : À travers les éditions Grammata, que vous avez créées, vous proposez une édition française inédite de Introduction à mon Apologie d’Adam Weishaupt, le fondateur de l’Ordre des Illuminés de Bavière - les fameux «Illuminati» - ainsi que la traduction de leurs premiers rituels. Pourquoi avoir traduit ce texte ?

Lionel Duvoy : Dire que j'ai voulu surfer sur la vague ésotérique est une réponse que je pourrais attendre… Plus sérieusement, ce livre donne enfin aux lecteurs français la possibilité de lire directement Weishaupt et ses rituels, afin de se faire leur idée, loin des délires qu’on trouve sur Internet en tapant le mot clé dans les moteurs de recherche.

Si cela peut contribuer à dissiper les fantômes de la place publique autour des Illuminés de Bavière, j’en serais ravi. D’autre part, et d’un point de vue purement stratégique, l’ouvrage devrait permettre d’opposer aux conspirationnistes des textes qui ne laissent planer aucun doute sur le caractère résolument philanthropique de l’Ordre. Adam Weishaupt, dans son Introduction à mon Apologie, se défend avec force contre toutes les rumeurs et les accusations dont lui et ses « frères » firent l’objet. Mais un fragment d’Héraclite me revient pour expliquer la position de l’Ordre des Illuminés, la plus active du siècle des Lumières : « Il faut absolument que les hommes amoureux de la sagesse soient juges des plus nombreux ». La phrase peut avoir quelque chose de choquant pour qui s’imagine que la politique se résume à mettre en accord les différentes sensibilités humaines. Or, nul n’ignore que les enjeux de cette harmonisation a pour but de préserver celles de chaque communauté : que la société soit en paix avec elle-même, que les individus soient libres d’exprimer leurs opinions, de pratiquer leur culte, de vivre en sécurité, etc. Cette finalité n’est pas une mince affaire. Elle ne peut pas être atteinte si une seule classe sociale ou une seule communauté humaine concentre le pouvoir entre ses mains. Elle n’est pas plus possible sans une forme de gouvernement réunissant les représentants de tous les groupes humains. Il s’agissait donc, pour les Illuminati, d’instaurer ce gouvernement mondial formé par une élite intellectuelle formée à partir de toutes les communautés humaines.

C. W. : Pourtant, ceux qui dénoncent les Illuminati ou le « Nouvel Ordre Mondial » vous objecteront qu’ils le font au nom des valeurs de la démocratie. Etes-vous en train de dire qu’il faut confier le pouvoir à des « philosophes-rois » comme dans La République de Platon ou à une élite restreinte nourrie des idéaux des Lumières ?

L. D. : C’était en quelque sorte le rêve de Weishaupt, à cette différence que chez Platon, la forme idéale de gouvernement devient la société elle-même : on est dans le totalitarisme. Chez Weishaupt, le gouvernement mondial ne doit pas supprimer la liberté des nations particulières, mais imprimer une ligne directrice générale : c’est une sorte de parti des sages et des vertueux basé sur des idées humanistes et une certaine conception de la dignité humaine. Les conspirationnistes peuvent bien objecter que cette conception est relative, que les droits de l’homme n’ont aucune valeur universelle, etc. Mais ils peuvent difficilement l’accuser de totalitarisme. Ou alors, nous ne parlons pas la même langue…

Et puis, il convient d’en rappeler le contexte. La société du XVIIIème siècle n’était pas celle d’aujourd’hui. Les sciences et les techniques commençaient à peine à se libérer des dogmes religieux et des paradigmes de l’ancienne science. Aussi, les recrutés devaient posséder des dispositions scientifiques, morales, humaines et physiques suffisamment développées pour apporter leur contribution au progrès matériel et moral du peuple. Il ne s’agissait pas de privilégier les seuls Illuminés – comme a voulu le faire croire Barruel – mais la condition humaine en général, sans violence ni révolution, mais par «capillarité». Ce n’était pas un projet si utopique que cela. Le peuple, par la philosophie populaire et la vulgarisation des sciences, s’élèverait d’un degré. L’instruction des jeunes gens et la diffusion de l’information auraient entièrement « illuminé » le peuple, l’auraient rendu apte à se gouverner lui-même.

Fondamentalement, le grand désir de Weishaupt était de mettre en pratique les idées des libres penseurs français, et au premier chef celles de Rousseau, dont il avait découvert l’œuvre au cours de ses études de droit à Ingolstadt. Quand il fonda l’Ordre des Perfectibilistes en 1776, il désirait diffuser, de manière occulte, les idéaux de nos penseurs des Lumières. De façon occulte, car en Bavière, à l’époque, il n’était pas question de discuter librement et publiquement des « idées nouvelles » venues de France. Si les Illuminati furent accusés de conspiration, c’est parce que des rumeurs de révolte populaire parvinrent de France aux souverains allemands, et ce, dès le début des années 1780. Au fond, les Illuminati ont jeté les bases de nos démocraties modernes.

C. W. : On le sait, c’est un prêtre jésuite, contre-révolutionnaire, Augustin Barruel, qui a fait passer les Illuminati à la postérité, à travers ses Mémoires pour servir à l’histoire du Jacobinisme. Pourquoi l’Abbé Barruel a-t-il décidé de se focaliser tout particulièrement sur l’ordre maçonnique fondé par Weishaupt ? Est-ce dû à une spécificité de l’Ordre ?

L. D. : C'est bien la spécificité de l'Ordre lui-même qui a décidé Barruel à passer à l’attaque. La même année, Jedidiah Morse (1761-1826) prononça trois sermons pour défendre le livre conspirationniste de John Robison (1739-1805), Proofs of Conspiracy (1797), sur lequel Barruel fonde tout son argumentaire…

Des conventicules étudiants existaient déjà au sein des universités allemandes. C'était là une tradition que les pouvoirs en place regardaient de loin, sans trop se soucier de leurs conséquences. Les membres étaient trop peu nombreux et les appuis, sans importance. Or, Weishaupt parvint à rallier un grand nombre de soutiens, dans toutes les sphères de la société, et particulièrement parmi les intellectuels — Goethe, Herder, Wieland, Jean-Paul, Bode pour ne citer qu’eux — et les aristocrates. La société allemande était parvenue au point où son besoin de développer les sciences et de redéfinir les bases de la morale et de la politique rendit irrésistible l’attirance vers l’Ordre des Illuminés, qui ne promettait pas autre chose.

Les idées défendues par Weishaupt – avant tout la mise en pratique du contrat social de Rousseau et la moralité de Feder (1740-1821) – devaient séduire également les Francs-maçons, pétris de ces idées. En 1780, nous sommes à un tournant : le principal rite pratiqué en Allemagne, celui de la Stricte Observance Templière, est mis en doute par nombre de « frères » (Lessing résume bien cette insatisfaction dans Ernst und Falk…). Les Maçons se diviseront par la suite en deux branches : celle des progressistes, représentés par les Illuminés de Bavière, et celle des mystiques qui opteront pour le système de Willermoz (1730-1824).

Au fond, l’Ordre des Illuminés est le fruit d’une époque, la mise en place, au sein d’une société des plus secrètes, de nouvelles structures de gouvernance qui ont triomphé dans le schéma républicain démocratique que nous connaissons.

C. W. : L’Ordre des Illuminati a été dissout plusieurs années avant la Révolution française. Et pourtant le mythe a persisté, jusqu’à nos jours. Comment l'expliquez-vous ?

L. D. : La dissolution de l'Illuminatenorden par décret (1784) suivit de près la mise en suspens du rite officiel de la Franc-maçonnerie allemande (lors du fameux convent de Wilhelmsbad de 1782). Mais quoi qu'aient pu en dire Robison et Barruel, les Illuminés étaient sortis de leur clandestinité bien avant la Révolution française. Dès 1782, Friedrich L. Schröder (1744-1816), dans le troisième livre de ses Eléments pour une histoire de la Franc-maçonnerie (1), mentionne le recrutement de Johann Joachim Ch. Bode (2) par le baron Adolph von Knigge (3). C'est dire que la prétendue «histoire secrète» pouvait être connue de tous, et les visées progressistes, facilement analysées et réfutées. Mais on sait que les Jésuites allemands avaient déjà perdu une part de leur influence dans les débats politiques et moraux de l'époque. Quoiqu'il fallût conserver le secret sur les idées diffusées dans les loges et au sein de l'Ordre, tout le monde pouvait se procurer les livres très populaires de Feder et Wieland (tous deux Illuminés de Bavière) qui contenaient ces mêmes idées argumentées ou développées sous forme de fables. Jamais les contes de fées et les ouvrages moraux ne furent aussi nombreux.

Face à cela, les semonces de Barruel et Robison, basées sur la dénonciation du caractère démoniaque des idées illuministes, apparaissent comme des réponses démesurées et ridicules. Barruel assimile Weishaupt à Satan, parce qu'aucun argument valable ne lui vient pour démontrer la nocivité de ses idées. De même, il enferme pêle-mêle Montesquieu, Voltaire, les Francs-maçons et les Illuminés dans la catégorie de « secte des sophistes », présupposant par là que les idées défendues par les libres-penseurs des Lumières sont le fruit d'une manipulation du discours plutôt que le résultat légitime et naturel d'un retour des valeurs humanistes de la Renaissance.

Ceci explique, à mon sens, que le fantasme perdure : certaines valeurs ont perdu leur importance (pour ne pas dire qu'elles ont été détruites) en raison des progrès de la science et d'un rejet de la société de l'Ancien Régime, caractérisée, par beaucoup – penseurs des Lumières comme travailleurs manuels –, comme une société du dictat religieux imposé aux consciences. C'est cette perte du pouvoir sur les consciences, ciment d'une société qui n'obéissait qu'à la volonté des monarques et à leur appui religieux, qui a provoqué la réaction de Barruel et Robison. Et, de nos jours, c'est encore cette impossibilité de maîtriser la masse populaire à l'aide de valeurs fixes, cette incapacité foncière des pouvoirs démocratiques à mettre un frein aux excès de la recherche technologique et scientifique, aux grands flux financiers, aux réactions soudaines et violentes de certaines factions qui pousse naturellement les conspirationnistes à trouver refuge dans leur dénonciation d'un système occulte, caché, insaisissable et tenu par une tout petit nombre d’hommes – voire, l’absurdité est sans limite, par des extraterrestres démoniaques – se réunissant en conventicules secrets pour tirer les ficelles. C'est faire beaucoup d'honneur à ces agents imaginaires que de leur prêter tant de pouvoir. Cela participe bien du mythe moderne de la maîtrise des lois qui régissent la nature et nos sociétés. Et cela fait florès, puisque nombre de sectes contemporaines monnayent au prix fort cette illusion du contrôle absolu sur le monde...

Notes :
(1) Cf. Materialien zur Geschichte der Freymaurerey seit der Wiederherstellung der grossen Loge in London, 5717 [Eléments pour une histoire de la Franc-maçonnerie depuis la reconstitution de la Grande Loge de Londres en 5717], p. 167.
(2) Joachim Ch. Bode (1730-1793) était journaliste, musicien et éditeur de Goethe et de Herder.
(3) Le baron von Knigge (1752-1796) était le bras droit de Weishaupt dans la seconde période de l'Ordre et le rédacteur de ses rituels améliorés.


Lionel Duvoy enseigne la philosophie. Éditeur et traducteur, il est notamment spécialiste de Nietzsche, Herder et Lessing. L'entretien a été réalisé par échanges de courriers électroniques dans la semaine du 30 août 2010.


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: armoiries   Lun 27 Juin - 23:34

Citation :



Armoiries de la France

Depuis le 4 septembre 1870, les armoiries de la France ne font plus l'objet d'aucun texte juridique et aucun acte du pouvoir n'a véritablement sanctionné les essais des différents services qui ont voulu faire revivre une héraldique républicaine changeante. L'emblème représenté ici est officieux : à l'heure actuelle, la République française n'a pas d'armoiries officielles (son seul symbole officiel est le drapeau tricolore).

Cette composition est, à l'origine, l'œuvre du sculpteur Jules-Clément Chaplain. Elle fut utilisée sous la IIIe République, par le ministère des affaires étrangères, à partir du 29 juillet 1912.

Elle fut en partie reprise par l'artiste Robert Louis en 1953, à la demande d'une commission interministérielle qui se réunit le 3 juin 1953, afin de répondre à la demande du secrétariat des Nations unies qui désirait orner la salle d'assemblée de panneaux reproduisant les armoiries officielles de chaque État membre. La composition de Robert Louis, sur laquelle la pelta a disparu, se blasonne ainsi :

« D'azur, au faisceau de licteur posé en pal, sur deux branches de chêne et d'olivier passées en sautoir, le tout d'or lié par un ruban du même, chargé de la devise : Liberté — Égalité — Fraternité en lettres de sable1,2. »

Le tout entouré du collier de la Légion d'honneur de la Troisième République modèle 1881.

La commission adopta ce symbole2, qui figure désormais sur le panonceau réservé à la France dans la salle d'Assemblée des Nations unies à New York3. Mais, devant la difficulté à obtenir une solution totalement satisfaisante, elle émit le vœu que le gouvernement puisse statuer sur l'adoption d'armoiries officielles de la IVe République, et décida que la République française serait, en l'attente d'une solution définitive, représentée par « une composition rappelant celle adoptée par la IIIe République pour les postes diplomatiques et consulaires à l'étranger »1.

On trouve parfois cette représentation sur champ de sable substitué au champ d'azur, le tout entouré de l'actuel collier de la Légion d'honneur, créé en 1953.[réf. nécessaire]

La composition de Chaplain est toujours utilisée par le ministère des Affaires étrangères pour désigner ses postes diplomatiques et consulaires, sur la couverture des passeports français, ainsi que par le site de la Présidence de la République.
Broche romaine en forme de pelta analogue à celle des armoiries en question

La présence de ces armoiries françaises officieuses sur les passeports français s'explique, en partie, par le fait que, dénué de couleurs, le drapeau ou l'écusson tricolore ne sont pas facilement reconnaissables, au contraire du faisceau de licteur, plus adapté à une représentation monochrome. Selon les accords internationaux de normalisation des pièces d'identité utilisées pour la circulation des personnes, la couverture du passeport français ne pouvait rester non-identifiable.

Suite
http://fr.wikipedia.org/wiki/Armoiries_de_la_France


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Illuminati   Mar 28 Juin - 0:11

Citation :
Les Illuminati contrôlent-ils la planète ?

C'est LE complot qui permet de mettre en cohérence tous les autres, de l'assassinat de Kennedy au 11 Septembre, en passant par la Révolution française et les extra-terrestres de Roswell. Les Illuminati, mystérieuse société secrète, agiraient dans l'ombre pour prendre le contrôle de la planète - c'est peut-être déjà le cas - afin d'instaurer un "Nouvel ordre mondial".

Qui sont-ils ? L'élite de la franc-maçonnerie ? Les détenteurs d'un savoir occulte ? Un lobby militaro-financier ? Pour certains, les Illuminati incarnent l'intervention du diable sur terre: ils seraient les alliés de l'Antéchrist. A moins que le nom Illuminati ne désigne un super-lobby tentaculaire, dont l'identité véritable est tenue secrète, et qui tirerait les ficelles dans les coulisses de la politique et de la finance.

Les Illuminati ont vraiment existé...

Nous sommes en Allemagne, au XVIIIe siècle. Alors que la franc-maçonnerie se répand en Europe, une société secrète apparaît en Bavière, fondée en 1776 par Adam Weishaupt, un ancien jésuite : c’est l’Ordre Illuminati.
Les Illuminati de Bavière ("Illuminés", ou "ceux qui savent") ne sont guère nombreux. Mais ils infiltrent quelques loges franc-maçonnes allemandes. Quels sont leurs buts ? Difficile à dire. Les Illuminati se réclament des Lumières, ils sont matérialistes et anticléricaux.
En 1784, l'électeur de Bavière Charles Théodore de Bavière décide de dissoudre toutes les sociétés secrètes. Considérés comme des criminels, contraints à l'exil, les Illuminati auraient complètement disparu avant 1789.
Mais en est-on bien sûr ? Et ne seraient-ils pas apparus des siècles plus tôt ?

Satan ou Wall Street

L’Ordre Illuminati aurait survécu… comme il le fait depuis des millénaires ! Car le groupe serait détenteur d'un savoir ésotérique qui remonterait aux antiques Sumer et Babylone, il y a 5.000 ans. Leur influence aurait perduré à travers les âges, infiltrant l’Eglise romaine, les Templiers, les Rose-Croix puis les francs-maçons.
A moins que ces racines historiques ne relèvent que d'un folklore, d'un nuage de fumée destiné à cacher leur véritable identité: celle d'une caste dont le but ultime serait la maitrise du monde, détruisant gouvernements et religions pour l'instauration d'un "Nouvel ordre mondial".
Traversant l'Atlantique, ils se seraient notamment implantés au sein des élites d'un pays neuf: les Etats-Unis.

La preuve par le billet de 1 dollar

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la puissance des Illuminati serait exhibée bien en évidence : sur le billet vert. Le roi dollar incarnerait ainsi l'avènement de leur empire. C’est après l’élection en 1933 du président américain Franklin D. Roosevelt - un franc-maçon - que le billet de 1 dollar adopte son aspect actuel :

- Dans la partie gauche du billet figure une bien étrange pyramide égyptienne, coupée en deux. A la base de cette pyramide est inscrit le nombre MDCCLXXVI, soit 1776. C'est l'année de la fondation des Etats-Unis. Mais aussi celle de l'ordre des Illuminati de Bavière…
- Au sommet, "l'œil irradiant dans toutes les directions" représente "l'œil qui espionne tout".
- Sous la pyramide, l'expression latine Novus Ordo Seclorum "explique la nature de l'entreprise : la signification serait 'un Nouvel ordre social' ou une 'nouvelle donne’", soit un "New Deal". Annuit Coeptis signifierait: "Notre entreprise [la conspiration] a été couronnée de succès". (source: "Pawns in the Game", Des Espions sur l'échiquier, William Guy carr, 1958).
Et de nombreux autres codes seraient cachés dans le billet vert.

Sauf que... le dessin ornant le billet de 1 dollar est le même que sur le Grand sceaux des Etats-Unis, utilisé dès 1782, soit six ans seulement après la création des Illuminati de Bavière. Et Novus Ordo Seclorum ne se traduit pas par "nouvel ordre mondial" mais par "nouvel ordre pour les siècles", une expression qu'il faut entendre en gardant à l'esprit les valeurs de la Déclaration d'indépendance. Annuit Coeptis (qu’on traduit par quelque chose ou qu'un "approuve ce qui est commencé") place l'Amérique -la nouvelle "Terre promise"- sous la protection de Dieu.

Le propre des symboles est de laisser une large place à l'interprétation. En cherchant bien, on découvre ainsi que les différents billets américains auraient annoncé les attentats du 11 Septembre.

L'essayiste Edward Griffin affirme pour sa part que la Banque fédérale américaine (la Fed) a été fondée par un cartel de banques privées contrôlées par les plus puissants milliardaires, et qu’elle sert donc leurs intérêts particuliers. Des milliardaires qui, bien sûr, feraient partie des Illuminati. A la vérité, la Fed est fondée sur l'articulation de banques régionales. Ses gouverneurs sont nommés par le président américain, après confirmation devant le Sénat.

Skull and Bones, la face visible des Illuminati ?


Derrière les dollars, il y a les hommes, et les arguments conspirationnistes deviennent plus inquiétants. Quel est par exemple le point commun entre George W. Bush le républicain et son ancien adversaire démocrate John Kerry ? Ils sont tous les deux membres de Skull and Bones (littéralement: "le crâne et les os"), une société secrète de l'université de Yale. Fondée en 1830, cette confrérie étend son influence notamment à la CIA, au département de la Défense et au département d'Etat. Réseau d'entraide pour booster une carrière? Ou bien pacte unissant les familles les plus puissantes de l'establishment ? Des auteurs conspirationnistes affirment que les Skull and Bones dirigent en sous main le Council on Foreign Relations (CFR, Conseil des relations étrangères), dont les 4.300 membres à vie influencent eux-mêmes la politique étrangère des Etats-Unis.

L'avertissement d'Eisenhower

Le complot a aussi ses adversaires. Le 17 janvier 1961, le président Eisenhower, au moment de quitter le pouvoir, prononça un discours mettant en garde le pays contre le pouvoir du lobby militaro-industriel :
'"Nous devons nous méfier d’une influence non justifiée, qu’elle soit voulue ou non, par le complexe militaro-industriel. Le risque d’un accroissement funeste des abus de pouvoir existe et persistera. Ne laissons jamais le poids de ce complexe mettre en danger nos libertés ou notre démocratie."
Pour les conspirationnistes, les inquiétudes d'Eisenhower annoncent l'assassinat du président Kennedy, deux années plus tard.


(Note de Newo : un ancien président demande de faire attention au lobby militaro-industriel, avec une pensée pacifiste après deux guerres mondiales très meurtrières, et les conspis y voient des illuminatis derrière ???)

Le "Nouvel ordre mondial" s'installe

6 mars 1991. La Guerre froide est finie. "Nous avons face à nous l'opportunité de fonder pour nous et les générations futures, un nouvel ordre mondial un monde fondé sur le règle de la loi", déclare George Bush père.

Bush fait-il référence au "Nouvel ordre mondial" des Illuminati ? Veut-il, au nom des droits de l'Homme, étendre au monde entier la domination des Etats-Unis - et de ceux qui contrôlent le pays ? Depuis la fin de la Guerre froide, la mondialisation de l’économie et la multiplication des institutions internationales alimentent les théories du complot. De la Banque mondiale à l'OMC, des Nations unies à l'Union européenne, des instances jugés non démocratiques seraient à l’œuvre pour abattre la souveraineté des nations et concentrer les pouvoirs dans les mains d’un petit nombre.
Car outre Skull and Bones, plusieurs groupes, dont l’existence est avérée, alimentent les soupçons de complot:

- Le groupe Bilderberg rassemble chaque année, depuis 1954, 130 personnalités du monde des affaires, des médias et de la politique. Ce qui est dit lors de ces réunions reste confidentiel. Et les médias en parlent très peu.
- La Commission trilatérale, fondée en 1973, fonctionne sur le même principe de confidentialité et recrute au sein de la Triade (Etats-Unis, Union européenne, Japon). Ce club fait l'objet de controverses. Il est accusé d'orienter l'économie du monde.

La guerre en Irak enfin, est présentée comme une preuve de l’existence d’un complot. L’administration Bush et les services américains de renseignements ont prétendu que le régime de Saddam Hussein était lié à Al Qaïda et qu’il détenait des armes de destruction massive. Si le président des Etats-Unis a menti cette fois-ci, pourquoi ne l'aurait-il pas fait à d’autres occasions ?
Dès lors, la surveillance sur internet, la vidéosurveillance dans la rue, les passeports biométriques, les recherches sur le génome, les nanotechnologies... seraient autant de moyens pour les Illuminati de parvenir à un contrôle sans cesse plus étroit sur la population, dont les médias seraient les complices.

Un besoin de "réenchantement du monde"


Des indices, des indices soigneusement choisis... mais pas de preuve (on trouve bien sur le web une interview du président des Illuminati de France, Raoul V., mais c'est un canular). Alors au final, faut-il croire aux Illuminati ? Car il s'agit bien ici de croyance, au sens où aucune démonstration rigoureuse ne permet de valider l'hypothèse.
Et pour cause. "Il est difficile d'attraper un chat noir dans une pièce sombre... surtout lorsqu'il n'y est pas", souligne le philosophe et politologue Pierre-André Taguieff, citant un proverbe chinois. "Celui qui ne veut pas entendre n'entend pas. Au contraire, il intègre les objections à sa théorie", poursuit le chercheur au CNRS, interrogé par nouvelobs.com, "les théories du complot sont imperméables à une argumentation, elles relèvent du dogme".

Les théories du complot répondent selon Pierre-André Taguieff à un besoin de "réenchantement du monde". Il s'agit de trouver un sens caché à ce qui n'en a pas forcément. D'où un succès incroyable au cinéma, en littérature, en BD...
"Les récits complotistes s’adaptent au contexte politique, militaire, économique ou culturel. Cette accommodation à l'événement étant une condition de leur vraisemblance, donc de leur efficacité symbolique", poursuit le chercheur. Ainsi, les acteurs de ces récits complotistes auront successivement été les francs-maçons, les juifs ou les sionnistes, l'Eglise catholique ou l'Opus Dei, les bolchéviques, les "200 familles"... C'est dans la seconde moitié du XXe siècle que les Etats-Unis deviennent la nouvelle menace. "Dans les théories du complot, il faut poser une fois pour toute que l'Amérique a toujours tort et qu'elle a toujours de mauvaises intentions", écrit la politologue Nicole Bacharan.

Internet permet de diffuser largement les théories du complot, et chacun fait son marché. "En mêlant le vrai et le faux, le possible et le réel, le vraisemblable et le certain, Internet contribue puissamment à la légitimation et à la banalisation culturelles des croyances complotistes", estime Pierre-André Taguieff. "Il est bon de douter, à condition d’être capable de douter aussi de ses doutes".

Baptiste Legrand - nouvelobs.com

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo


Dernière édition par Newo le Mar 28 Juin - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Illuminati France canular   Mar 28 Juin - 0:16

Voici l'interview canular du président des Illuminati français qui fait hallucinés les illuminés français :)

Citation :
Les illuminati (littérallement les "enluminés") sont une société secrète fondée au XVIe siècle en Castille. Sa branche française a été fondée en 2007 par Raoul et Simone V. à Choisy-le-Roy. Le but des illuminati est de prendre progressivement le contrôle du monde pour en faire un endroit plus juste et plus lumineux. Cependant, le secret qui entoure leur travail suscite de nombreuses inquiétudes et spéculations quant à leurs motivations réelles. LeS dOiGtS bLeUs a décidé d'en savoir plus et vous offre aujourd'hui la première interview de Raoul V. le président des illuminati de France.


LDB : Monsieur V., beaucoup de choses ont été dites sur les illuminati ces dernières années, des dizaines de livres ont été publiés, des documentaires ont été réalisés et ils donnent tous l'image d'un société secrète qui cherche à contrôler le monde, mais pas forcément pour améliorer la vie des gens, qu'avez-vous à répondre à cela?

RV : C'est tout simplement faux. Vous savez nous ne sommes pas une société secrète par plaisir. Quand les premiers illuminati ont décidé de changer le monde, ils ont vite fait l'objet de toutes sortes de moqueries de la part de leurs proches. Il était donc dès le départ évident qu'il faudrait garder les activités et les objectifs secrets afin de protéger nos membres. Rien qu'en France par exemple, la soeur de Simone [NDLR: Simone V. est l'épouse de Raoul V., cofondatrice des illuminatis de France] s'est foutue de nous pendant des mois quand on lui a révélé qu'on avait créé une branche des illuminati. Elle nous appelait "Pipo et Pipette", si vous croyez que c'est drôle! Notre objectif est pourtant clair: le monde va mal, certaines personnes ne se comportent pas convenablement, font souffrir les autres, le développement économique est inégal, il faut que quelqu'un s'occupe de tout remettre en place. Nous voulons être ce quelqu'un, enfin ces quelques uns, mais une fois que nous aurons pris le pouvoir, c'est promis, plus de secrets, vous saurez tous qui nous sommes.

LDB : Dans son ouvrage Anges et Démons, l'auteur américain Dan Brown décrit votre organisation comme l'ennemie du Vatican, quelles sont aujourd'hui vos relations avec l'Eglise catholique?

RV : Ca aussi ça fait partie des grands mythes sur nous. Ca me choque vraiment qu'un universitaire comme Dan Brown déforme notre histoire pour faire de nous des ennemis du Vatican. D'ailleurs pour tout vous dire un des membres de notre section de Villiers sur Marne est même curé! Puisque notre objectif est de prendre le contrôle du monde, c'est vrai que nous avons été en concurrence avec l'église catholique, mais c'était toujours une concurrence très cordiale, et d'ailleurs vu la popularité du pape actuel, nous ne nous faisons pas trop de soucis à ce niveau là.

LDB : Est-il vrai que vous comptez dans vos rangs des gens très puissants un peu partout dans le monde?

RV : C'est tout à fait vrai. Je ne peux pas donner de noms bien sûr, mais pour vous donner une petite idée je peux déjà vous dire que dans l'est parisien nous avons pas moins de deux directeurs d'agence du Crédit Agricole, un professeur d'université et la femme d'un préfet à la retraite. Et comme le réseau est international, vous pouvez multiplier ça par huit [NDLR: les illuminatis ont des branches dans huit pays: l'Espagne, la France, le Qatar, la Corée du Sud, la Namibie, le Canada, l'Irlande et la Corse]. C'est vrai que le mouvement a mis plusieurs siècles à vraiment décoller mais maintenant on a pratiquement atteint notre vitesse de croisière. On a des réunions bimensuelles, on influence les décisions politiques en envoyant des emails à des chefs d'états ou à des maires, on donne des conseils à nos membres pour qu'ils montent dans la hiérarchie de leurs entreprises et surtout on recrute les nouvelles générations d'illuminatis, notamment sur Facebook. C'est très important ça, la relève.

LDB : Certains sites web affirment que des personnalités politiques telles que Barack Obama, Nicolas Sarkozy, Tony Blair ou le Roi Albert II de Belgique sont des illuminatis, est-ce vrai?

RV : J'espère que vous comprendrez que pour des raisons évidentes de confidentialité je ne peux pas vous répondre.

LDB : Dans combien de temps environ estimez-vous être en mesure de prendre le contrôle de la planète ?

RV : Je ne peux pas vous répondre avec beaucoup de précision, car tout dépendra tant du contexte politique mondial que des disponibilités des uns et des autres. En effet, je me permets de vous rappeler que nous sommes tous des bénévoles et que nous avons chacun une vie à côté de notre engagement d'illuminatis, par conséquent la reprise en main du monde - et ça je vous le dis très franchement - ne risque pas de se passer pendant les fêtes de noël ou les vacances d'été. Nous espérons toutefois avoir pris le contrôle du monde d'ici à une douzaine d'années, mais ça pourrait aussi bien être onze ou treize ans.

LDB : Avez-vous un message à adresser à nos lecteurs qui aimeraient rejoindre les illuminatis ?

RV : Oui, s'ils partagent nos objectifs, ils sont les bienvenus. Nous cherchons actuellement des gens motivés pour essayer de monter une branche sur Toulouse, de préférence des gens influents ou alors des gens sympas qui ont le contact facile. Le bureau national pourra mettre à leur disposition des brochures promotionnelles secrètes et l'ordinateur de Simone vu qu'elle l'utilise presque jamais.

LDB : Raoul V. merci d'avoir pris le temps de répondre à nos questions.

RV : C'était un plaisir. Vous oublierez pas de mettre la photo de Poincaré avec l'article, hein?


Propos recueillis par Keyvan Sayar pour LeS dOiGtS bLeUs

http://www.lesdoigtsbleus.com/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: complot   Mar 28 Juin - 13:09

Citation :
Pourquoi les théories du complot ont autant de succès

Comment les théories du complot qui ont traversé l'Histoire sont-elles devenues si populaires ? Les chercheurs se sont penchés sur le succès des thèses conspirationnistes, de la Révolution française au 11 Septembre, en passant par « Le Protocole des sages de Sion » et l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy.

1 Elles donnent du sens à ce qui n'a été ni voulu, ni prévu

« Un complot peut se définir minimalement comme un récit explicatif permettant à ceux qui y croient de donner un sens à tout ce qui arrive, en particulier à ce qui n'a été ni voulu ni prévu », écrit Pierre-André Taguieff, historien des idées et politologue.

C'est la volonté de comprendre un événement qui paraît inexplicable. Les textes conspirationnistes jugés fondateurs remontent à la Révolution française. Ils ont pris forme dans les milieux monarchistes et catholiques qui refusaient ce changement de régime politique. Et ils se développent lors de grands événements historiques, souvent traumatisants, comme la Première Guerre mondiale ou les attentats du 11 Septembre.

« Les thèses semblent mieux fonctionner en période de crise. Ainsi, la fin du XIXe siècle ou les années 1930 ont été des périodes favorables à la naissance de ces textes », remarque Emmanuel Kreis, historien des courants ésotériques modernes et contemporains.

2 Elles apportent des réponses simples

Les auteurs des thèses alternatives opposent les incohérences et failles de la version officielle, à la transparence et à la simplicité de leur raisonnement.

« Tout a été prévu, médité, combiné », écrit l'abbé Barruel dans ses « Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme » de 1797, où il accuse les francs-maçons et des sociétés secrètes d'être à l'origine de la Révolution française. Il s'attache dans ce cas à un événement historique précis. Mais en même temps, il fournit une explication plus globale d'une conspiration contre l'Eglise.

De même, « Les Protocoles des sages de Sion », l'un des plus fameux textes conspirationnistes, diffusé en 1901, prouverait l'existence d'un complot mondial ourdi par les juifs. Une enquête a prouvé depuis longtemps qu'il s'agissait d'un faux réalisé par la police secrète tsariste. Mais les protocoles ont, hélas, du mal à disparaître du paysage planétaire.

3 Elles mettent en avant notre capacité à douter

« Les théoriciens du complot ne cherchent pas vraiment à démontrer ce qui est vrai, mais à prouver que l'autre camp ment », affirme Guillaume Brossard, co-fondateur de HoaxBuster.com, site francophone qui décrypte les rumeurs sur Internet.

Les conspirationnistes partent du postulat que « derrière les apparences, il y a une autre réalité », explique l'historien Emmanuel Kreis. Douter est un réflexe positif. Être sceptique ne signifie pas forcément être conspirationniste, un terme porteur d'un jugement négatif.

4 Elles prouvent que les puissants mentent et manipulent

Au XIXe siècle, ce sont les puissances souterraines, les sociétés secrètes qui sont accusées de fomenter des complots. Les jésuites, les francs-maçons et les juifs constituent les trois cibles favorites. Jusqu'en 1950, la majorité des théoriciens viennent de l'extrême droite.

Mais la mondialisation et la dureté croissante du capitalisme poussent l'extrême gauche à formuler à son tour des théories du complot. De nouvelles cibles apparaissent au XXe siècle dans les thèses : les élites économiques et politiques.

L'attentat contre le président américain Kennedy en 1963 marque le développement des théories de conspiration venant de l'Etat, auxquelles sont souvent mêlés les politiques et les médias.

Céline Marcon

► L'imaginaire du complot mondial. Aspects d'un mythe moderne de Pierre-André Taguieff, éd. Mille et une Nuits - 213p. - 3€.
► Les puissances de l'ombre. Jésuites, francs-maçons, réactionnaires… la théorie du complot dans les textes anthologie réunie par Emmanuel Kreis - CNRS Editions - 309p., 22€.


Rue89

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Mar 28 Juin - 18:38

Citation :
http://www.charlatans.info/conspiration.shtml

Faites vous-même
votre propre théorie conspirationniste

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Mar 5 Juil - 0:57

Citation :

Pourquoi l'affaire DSK agite les théories du complot
"Attentat politique", "manipulation"... Si elle ne prononce pas le mot "complot", la garde rapprochée de DSK y pense en tous cas très fort. Le conspirationnisme n'épargne plus aucune couche de la société. Décryptage de Bruno Fay, auteur de "Complocratie".

Les scénaristes américains nous ont gâtés. Après une première saison bluffante, riche en émotions et en rebondissements, la deuxième saison commence sur les chapeaux de roue. Vous avez aimé le bûcher des vanités version 2011, vous aimerez encore plus les prochains épisodes consacrés aux théories du complot.

Nicolas Sarkozy parviendra-t-il à échapper à la tourmente DSK ? La Russie de Vladimir Poutine sera-t-elle le coupable idéal ? La CIA restera-t-elle encore longtemps à l'écart des soupçons de conspiration ? Christine Lagarde conservera-t-elle son poste au FMI ? L'ancien détenu de Rikers Island se hissera-t-il à la tête de la présidence française pour venger son honneur bafoué ? Tout est désormais possible. Attention spoilers.

Et le conspirationnisme devint un phénomène de masse

Le 16 mai, interrogés par l'institut CSA, les Français étaient une majorité à considérer Dominique Strauss-Kahn "victime d'un complot". L'incroyable retournement de ces derniers jours renforce immanquablement les arguments des théoriciens du complot et illustre de manière spectaculaire la naissance d'un nouveau conspirationnisme de masse. Un conspirationnisme ordinaire, sans préjugés politiques ni fins idéologiques, qui résulte d'une profonde crise de confiance dans les autorités. Chaque fait d'actualité, chaque nouvel événement, est désormais l'objet de théories du complot en tout genre. En ce sens, et contrairement aux apparences, l'affaire DSK est finalement d'une banalité confondante.

Depuis le 14 mai dernier, ni Dominique Strauss-Kahn ni même ses avocats n'ont évoqué la moindre suspicion de complot. Qu'importe, dans les dîners en ville et sur internet, toutes les pistes sont examinées à la faible lueur des rares éléments rendus publics. Ni Dominique Strauss-Kahn ni même ses avocats n'ont à ce jour donné leur version des faits. Qu'importe, les théories du complot font florès, entretenues par quelques déclarations tonitruantes de personnalités politiques de second plan. Inexorablement, jour après jour, la liste des présumés conjurés s'allonge : la Russie, la Grèce, l'UMP, le PS, la mafia guinéenne, les services secrets français, etc. La CIA et le Mossad n'ont pas encore été cités, mais cela ne saurait tarder.

Beaucoup de questions, aucune réponse

La contre-enquête actuellement en cours nous dira si la relation sexuelle entre DSK et la femme de ménage du Sofitel était consentie ou non, si la jeune Guinéenne a touché de l'argent pour piéger le patron du FMI ou bien si elle a simplement agi par opportunisme, si le procureur Cyrus Vance s'est précipité ou bien s'il a agit sur la base d'informations solides. Tout cela, le temps nous le dira. Toutes ces interrogations obtiendront forcément une réponse dans les prochaines semaines, voire les prochains jours.

DSK n'est pas né de la dernière pluie et il a montré qu'il dispose des moyens nécessaires pour se défendre efficacement, que ce soit à la barre d'un tribunal de Manhattan ou sur le plateau d'un JT. S'il est effectivement victime d'un complot, ne doutons pas qu'il aura les moyens de traquer la vérité et de pointer les éventuelles responsabilités. Tout viendra en temps et en heure.

Comment la course à l'info mène aux théories du complot

Alors pourquoi tant de précipitations ? Sans doute, justement, parce que l'affaire DSK incarne l'ère du complot permanent dans lequel nous sommes entrés depuis quelques années, cette forme de complocratie dans laquelle nous baignons au quotidien (Cf. Complocratie, Enquête aux sources du nouveau conspirationnisme, paru aux éditions du Moment). Un conspirationnisme qui se nourrit des mensonges avérés de la société et qui s'épanouit grâce à l'accélération de la circulation de l'information. Le temps de la vérité ne correspond plus au temps médiatique ni au temps judiciaire. Nous vivons au rythme de l'information brute en temps réel, à la cadence de pseudo scoops crachés en moins de 140 signes sur twitter.

Plutôt que de prendre du recul pour analyser l'actualité et mettre en perspective les événements, les médias traditionnels ont fait le pari de s'aligner au départ de cette vertigineuse course à l'échalote. Il n'est pas improbable que le temps leur donne tort... à moins qu'ils ne soient eux-mêmes victimes d'un vaste complot, ourdi par quelques personnes puissantes bien décidées à prendre le contrôle de l'information.

En complocratie, l'imagination ne connaît pas de limites. D'ailleurs, cet article ne serait-il pas lui-même une ultime tentative de diversion pour protéger les véritables instigateurs de la chute de DSK ? La saison 2 s'annonce définitivement palpitante.

http://leplus.nouvelobs.com/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: SIDA   Jeu 7 Juil - 19:57

Le Sida a été créé par le gouvernement américaine !!!! Qu'il paraît.

Citation :
Tuskegee : le drame qui nourrit la thèse du complot

La théorie du complot selon laquelle les Etats-Unis auraient inventé le virus du sida et l'auraient injecté aux populations noires est rejetée comme farfelue. Mais ses adeptes évoquent des faits similaires qui sont, eux, une réalité historique : l'expérience Tuskegee.

Le drame se déroule à Tuskegee, petite ville d’Alabama d’à peine 10.000 habitants, dans les années 1930. A cette époque, la syphilis prévaut dans la population noire fortement touchée par cette maladie. Une étude révèle que le comté de Macon, où se situe la ville de Tuskegee, a le plus fort taux de syphilis.
Sous l'égide de l’US public health service (UPHS) , une étude démarra en 1932 sur place pour suivre l'évolution naturelle de la maladie pendant un temps court. Dans le protocole, aucun traitement ne devait être administré pendant six mois, puis le traitement devait être institué. Des patients noirs de sexe masculin, âgés de 25 à 60 ans, furent recrutés à cet effet. Des soins médicaux gratuits pour toute la vie leur furent proposés ainsi que des repas chauds et des transports gratuits pour les visites médicales obligatoires deux fois par an. En cas de décès, 50 dollars étaient offerts pour frais d’obsèques, à condition d'accepter d’être autopsié. Près de 399 personnes signèrent initialement pour ces soins gratuits.


Privés de traitement

Les premiers résultats montrèrent qu'environ 20% de la population ciblée étaient séropositifs. Puis, l’USPHS décida de poursuivre l'étude durant l'été 1933, sans traiter les patients, comme il était prévu initialement. Au total, elle fut poursuivie pendant quarante années. Cette expérimentation donna lieu plusieurs rapports qui montrèrent les ravages de la syphilis en l’absence de traitement. Un article de 1955 trouva que plus de 30% des sujets autopsiés dans le groupe des syphilitiques étaient morts directement de lésions de syphilis avancée, cardio-vasculaires ou nerveuses.
Pendant toute la durée de l’étude, l’USPHS mit tout en œuvre pour que les"sujets" ne reçoivent pas de traitement. Dès 1934, il fut demandé à des médecins noirs de la région de ne pas traiter les patients inclus dans l'étude. En 1941, quand 256 d'entre eux s'engagèrent dans l'Armée américaine, l’USPHS envoya la liste à l’Armée pour "exempter" ces patients de tout traitement.

Bilan

En juillet 1972, Peter Buxton, un ancien enquêteur de l’USPHS, qui avait exprimé de graves réticences morales sur l'étude en 1966, divulgua l'affaire à Jean Heller, journaliste de l'Associated Press. L'agence envoya l’histoire le 25 juillet 1972 à la plupart des grands journaux américains.
L'étude Tuskegee fut enfin stoppée. Son bilan : 28 patients étaient morts directement de syphilis et 100 autres de complications liées à cette maladie. Au moins 40 femmes furent infectées par leurs conjoints et 19 enfants avaient conrtacté une syphilis congénitale transmise au cours de la grossesse.

Excuses officielles

Une enquête fut diligentée en 1973 par le Sénat, sous l'égide du sénateur Edward Kennedy.
Tous les patients furent retrouvés et traités, sans leur offrir de compensations financières. Le 25 juillet 1973, les patients et leur famille poursuivirent le Gouvernement des États-Unis ainsi que plusieurs personnes liées à l'étude, demandant 1,8 milliard de dollars de dommages et intérêts. En décembre 1974, un arrangement fut conclu avec le Gouvernement qui donna en dédommagement une somme de 10 millions de dollars. Le 16 mai 1997, à la Maison-Blanche, le président Bill Clinton présenta ses excuses aux patients et aux membres de leurs familles au nom du Gouvernement des Etats-Unis, lors d'une cérémonie solennelle.

http://tempsreel.nouvelobs.com/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Jeu 7 Juil - 20:10

Citation :
« Le sida n'existe pas » : le VIH aussi a ses théories du complot
Sur le Web, les révisionnistes scientifiques du sida s'en donnent à cœur joie. Des théories qui nuisent à la prévention de la maladie.
Par Gilles Pialoux | Chef de service des maladies infect... | 30/06/2011


Loin de disparaître avec les récents progrès dans la lutte contre l'épidémie, le phénomène révisionniste doutant des origines du sida, ou plus simplement la négation de l'origine virale de cette maladie – qui a pourtant fait 30 millions de morts en 30 ans – a paradoxalement trouvé un nouvel essor ces dernières années sur le Net.

► Cet article est extrait d'une enquête dans le cadre d'un ouvrage
coécrit avec Didier Lestrade sur les trente ans du sida (à paraître en 2011,
Editions Fleuve Noir). Il a été raccourci à l'occasion de sa publication sur Rue89 et publié en intégralité sur le site de http://www.vih.org.

Parfois, il s'agit d'idéologie, de délires scientistes. D'autres fois, de prétendus « traitements alternatifs » du sida. Un sujet particulièrement d'actualité à l'heure où la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) fait un gros plan sur les « magouillothérapeutes » du cancer.

En juin 2011, les termes « le virus du sida n'existe pas » donnent 73 000 résultats sur Google, en dépit des progrès faits, tant dans la connaissance du virus et de ses mécanismes de destruction que dans les traitements. Echappant à tout comité de lecture, à toute modération, ces thèses nient la cause médicale du sida, voire son existence, et ont trouvé sur la toile un terrain de propagation idéal.

Internet, transmetteur des théories négationnistes du sida

On utilise le terme de négationnisme pour distinguer le révisionnisme tendant spécifiquement à contester la réalité de crimes contre l'humanité, s'agissant tout particulièrement de la négation de la Shoah… et du sida.

Le sida est devenu le nouveau thème de ceux qui nient en bloc, ou qui cherchent un complot derrière chaque événement de la planète. Tara C. Smith et Steven P. Novella, scientifiques spécialistes de la question, déclarent :

« Internet a servi de médium fertile et non référencé pour répandre ces croyances négationnistes.

Le Groupe pour la réévaluation scientifique de l'hypothèse VIH/SIDA (Reappraising AIDS) notait : “Merci à l'ascendance d'Internet, nous sommes maintenant capables de revigorer notre campagne d'information.”

Internet est un outil efficace pour cibler les jeunes, et pour répandre tout type de désinformation à l'intérieur d'un groupe à hauts risques d'infection par le VIH. »

En réponse à ce phénomène, des sites officiels, comme celui du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NAID) ou celui des Centers for Disease Control, ont mis en ligne des articles répondant point par point aux théories révisionnistes du sida.

Les négationnistes du sida, vaste nébuleuse hétéroclite

En y regardant bien, ces théories peuvent être classées en trois groupes :

la théorie du complot – du savant fou à Big Pharma, en passant par le gouvernement américain ;

l'ésotérisme – de la carence en zinc au venin de serpent comme cause du sida, en passant par les ovnis ;

enfin, toutes celles qui servent objectivement une cause – que ce soit la défense de l'Afrique, l'attaque de l'impérialisme états-unien, le racisme ou l'homophobie, la promotion des médecines alternatives ou des tradithérapies, les mouvements anti-vaccin, etc. Ce dernier groupe est celui où on retrouve le plus d'ex-scientifiques poussant leurs pions et disséquant les données scientifiques disponibles à l'infini. Ils surfent sur les incertitudes du moment tout en détournant la parole, malheureuse ou franchement hasardeuse, de certains chercheurs (re)connus.

Les révisionnistes du sida forment une vaste nébuleuse très hétéroclite qui va du guérisseur africain à certains groupuscules barebaker, sans oublier les chefs d'Etat à l'image de Thabo Mbeki en Afrique du Sud, et les humoristes comme Dieudonné.

Le point commun : ils mettent en doute l'existence du sida en tant que syndrome, celle de son virus le VIH, ou de la corrélation entre les deux.

D'aucuns ont même tenté de démontrer sur eux-mêmes que le risque VIH n'existait pas. Un certain Dr Willner a ainsi mis en scène devant les télévisons espagnoles une prétendue auto-contamination en direct à la télé. Lors d'une conférence à Arrecife en 1993, il se pique le doigt avec une aiguille qu'il vient de piquer dans le doigt d'un séropositif… (Voir la vidéo)


1 La théorie d'Edward Hopper : un vaccin animal contaminé en RDC

La « contre-théorie » des origines du sida qui connaît probablement la plus grande audience, encore en 2011, est celle du vaccin anti-polio oral de Hilary Koprowski comme cause avancée du passage du chimpanzé à l'homme.

Le journaliste Edward Hooper suggère en 1999 que l'introduction du VIH dans la population humaine est due à un vaccin antipoliomyélique oral, administré par le docteur Hilary Koprowski entre 1957 et 1960 dans l'ex-Congo Belge, aujourd'hui République démocratique du Congo.

Hooper fait le lien entre le laboratoire de Stanleyville en RDC sur le camp Lindi – un camp d'élevage de chimpanzés installé à proximité – et la recherche que menait alors le virologue Hillary Koprowski sur l'hépatite et la polio dans cette région d'Afrique.

Selon lui, les premiers vaccins de ce type ont été en effet « produits à l'aide de cellules de chimpanzés contaminées par le virus du sida du singe ». Cette thèse est d'ailleurs reprise par d'autres courants révisionnistes du sida et utilisé par les groupes de pression anti-vaccination, y voyant là une preuve des méfaits vaccinaux.

En 2000, la première contre-expertise de la Royal Society est menée par le chercheur vaccinal Stanley Plotkin. En commençant par interroger les protagonistes de la campagne africaine de vaccination dans les années 1950. Tous démentent l'utilisation de cellules de reins de chimpanzés.

Confrontation et réfutation de la théorie du « sida du singe »

Une confrontation est organisée entre Edward Hooper et Hillary Koprowski. En septembre 2000, la première conférence sur les origines du sida est donc organisée à la Royal Society de Londres.

Des preuves irréfutables contredisent alors le travail de Hopper.
Après des années de débats et polémiques, le clou est enfoncé avec la publication d'un article de Michael Worobey en avril 2004 dans la prestigieuse revue Nature, intitulé « Contaminated poliovaccine theory refuted » (la théorie du vaccin polio contaminé réfuté). Une réfutation totale qui porte sur trois arguments :

la divergence génétique importante entre le VIH1 présent dans les populations locales vaccinées et le SIVcpz trouvés chez les chimpanzés ;

les études d'horloge moléculaire qui démontrent que le VIH1 était localement présent dans la région Kisangani de RDC plus de trente ans avant les expériences de vaccination contre la polio par Hillary Koprowski ;

l'absence de traces ADN du SIVcpz dans les préparations vaccinales conservées.

Edward Hooper a depuis contesté ces trois argumentaires et crié au « conflit d'intérêts » des signataires. Mais si la polémique s'est éteinte dans les publications scientifiques, elle continue sur le net.

La vidéo d'Edward Hooper, intitulée « Les Origines du sida » est encore hébergée en plusieurs endroit du Web et arrive dans les premières occurrences en tapant « origine africaine du sida » dans Google. Au point de troubler ceux qui suivent de loin l'histoire du sida.

2 La théorie de Peter Duesberg : le sida est une invention

Peter Duesberg, professeur de biologie moléculaire et cellulaire à Berkeley, est un scientifique de renom ayant travaillé, paradoxe de plus, sur les rétrovirus. Il est également sans doute le premier et le plus titré des révisionnistes du sida.

Il publie en 1996 le livre « Comment on a inventé le virus du sida » et un article scientifique du même titre dans le British Medical Journal, qui occasionnent plus de 500 commentaires, majoritairement de soutien.

Le livre est soutenu et introduit par un prix Nobel de chimie en 1993, Kary Mullis. Ses provocations augmentent le niveau de confusion. Kary Mullis, tout Nobel qu'il soit, se montre incompétent en ce qui concerne le sida et figure parmi les plus beaux pétages de plomb post-Nobel : il s'illustre notamment en déclarant vouloir prélever des cellules du patrimoine génétique de certaines personnalités pour les intégrer dans des bijoux. Il déclare dans cette préface :

« Nous savons que l'erreur est humaine, mais l'hypothèse VIH/sida est une erreur diabolique. Je dis cela à voix haute en tant qu'avertissement. Duesberg le dit depuis très longtemps. Lisez son livre ! »

On peut résumer la thèse de Duesberg par ces propos :

« Je propose que le sida ne soit pas considéré comme une maladie contagieuse provoquée par un virus ou un microbe classique, car aucun virus ou microbe ne mettrait en moyenne huit ans pour provoquer une première maladie, ni ne toucherait de façon sélective uniquement les individus qui ont habituellement un comportement à risque, ni ne serait capable de provoquer un cumul de plus de vingt maladies dégénérescentes et néoplasiques.

Un virus ou un microbe classique ne pourrait pas non plus survivre s'il était transmis de façon aussi inefficace que le sida et tuait son hôte au cours du processus. Les virus classiques sont soit hautement pathogènes et faciles à transmettre, soit non-pathogènes et latents et par conséquent très difficiles à transmettre. […]

En réponse à cette opinion, on fait souvent remarquer que les risques liés au sida existent depuis longtemps, alors que le sida est censé être un nouveau syndrome. Cependant, cet argument ne prend pas en considération le fait que les groupes à risque principaux – homosexuels et consommateurs de drogue par voie intraveineuse – sont devenus apparents et acceptables aux Etats-Unis seulement durant les dix à quinze dernières années, à peu près au même moment où le sida a commencé à apparaître.

L'acceptabilité a facilité et probablement accru les comportements à risque, d'où la fréquence des nombreuses maladies maintenant appelées sida. Il a été signalé que la consommation accrue de drogues avait fait augmenter le nombre de décès liés à la drogue, même si l'interprétation préférée était celle de contaminations par le VIH non-confirmées.

D'ailleurs, la permissivité particulière à l'égard de ces groupes à risque dans les métropoles a encouragé le regroupement des cas nécessaire à la détection du sida. »

Après des années de polémiques, le professeur Peter Duesberg a un peu perdu de sa superbe de provocateur révisionniste. Son dernier article sur le sida date de 2009 mais il n'en reste que le titre : « HIV-AIDS hypothesis out of touch with South African AIDS - A new perspective » (l'hypothèse du VIH-sida hors de propos avec le sida sud-africain - une nouvelle perspective).

En effet, sur la base de données scientifiques, il est retiré de la bibliothèque médicale PubMed car il « porte préjudice à la santé publique globale ».

3 La théorie « Big Pharma » : l'industrie du médicament a tout provoqué

« House of Numbers », le documentaire révisionniste de Leung Brent, est branché sur une autre théorie du complot : celui de « Big Pharma ». La cible, cette fois, est l'industrie du médicament et du vaccin qui, « pour multiplier leurs bénéfices, met en avant une maladie pour vendre ensuite un vaccin qui, soi-disant, la “traite”. C'est toujours la même vieille combine, que l'on parle de cancer du col de l'utérus, de grippe porcine ou de sida. »

En utilisant assez habilement au passage les errances de Luc Montagnier, corécipiendaire du prix Nobel de médecine 2008 pour la découverte en 83 du VIH.

Il est à noter que les propos ou les recherches du Pr Luc Montagnier ont souvent été, paradoxalement, l'otage involontaire de théories visant à nier l'existence même du virus qu'il a codécouvert. Certains ont vu dans la théorie des « cofacteurs », qu'il défend sans nier le poids du VIH, une alternative à la relation de causalité entre VIH et sida.

Particulièrement avec la théorie des mycoplasmes comme cofacteur pouvant jouer un rôle dans la pathogénie du VIH, travail auquel j'ai personnellement cru et collaboré durant mes années pasteuriennes. Des errances qui risquent de refaire surface avec le ralliement partiel de Luc Montagnier à la « mémoire de l'eau » de Jacques Benveniste.

4 La théorie australienne : rien ne prouve que c'est une maladie

Le Perth Group nie quant à lui :

l'origine virale du sida ;

la fiabilité des tests de dépistage du VIH ;

le fait que le VIH attaque les lymphocytes CD4 ;

toute efficacité des médicaments antirétroviraux tels que l'AZT et la capacité de la Nevirapine à diminuer la transmission mère-enfant.

Selon ce groupe, fondé par des médecins australiens :

« Les experts du VIH/sida n'ont pas prouvé :

l'existence d'un unique rétrovirus exogène acquis, c'est-à-dire, l'existence du VIH ;
que les tests d'anticorps du “ VIH ” sont spécifiques au “ VIH ” infectieux iIl s'agit d'une prise de conscience qui a un succès fou. Ça indique que tous les soi-disant “ tests du sida ” sont fondamentalement du charlatanisme) ;
la théorie du VIH dans le sida, c'est-à-dire que le VIH provoque l'immunodéficience acquise (que la destruction des lymphocytes T4 entraîne l'immunodéficience acquise) ou que l'immunodéficience acquise entraîne le développement du syndrome clinique du sida ;
que le “ génome du VIH ” (ARN ou ADN) provient d'une unique particule rétrovirale, exogène, acquise, infectieuse ;
que le VIH/sida est contagieux, que ce soit par le sang, les produits sanguins ou les rapports sexuels (sic ! ) ;
la transmission de la mère à l'enfant d'un rétrovirus VIH ou son inhibition par l'AZT ou la névirapine. »

Le Perth Group estime par ailleurs que :

« L'AZT (principale panacée de Big Pharma contre le sida) ne peut pas tuer le “VIH” et est si toxique qu'il se peut, en fait, qu'il provoque effectivement quelques cas de sida. »

Le Perth Group a proposé le stress oxydatif comme étant la cause unique du sida.

En 2011, le révisionnisme du sida toujours vivace sur le Net

Février 2011. Sur le site Sidaventure, un pur exemple de révisionnisme sida, sous le titre « 11 février 2011, le sida a été crée au fort Mc Kinley, aux USA, révèle un rapport du FBI ». Avec ces précisions, (fausses évidemment) :

« Un rapport révèle que le virus du sida a été créé en laboratoire par les USA pour réduire la population mondiale, principalement en Afrique (le programme population 2000 de l'ONU en 1971 destiné à réduire la population mondiale).

Il a été inoculé à 100 millions de victimes en Afrique en 1977 par des campagnes de vaccination contre la malaria, la fièvre jaune, etc. Vaccins qui étaient intentionnellement infectés par le sida. Ces campagnes de vaccination génocidaires ont été faites par des missionnaires de l'OMS et des associations chrétiennes…

Il a aussi été inoculé à plus de 2 000 homosexuels américains en 1978 lors d'une campagne de vaccination contre l'hépatite B par le centre de contrôle des épidémies (Center For Disease Control) et par le New York Blood Center au cours de l'opération Trojan Horse (Cheval de Troie).

Toutes ces révélations, selon ce site militant, sont avérées et mis à disposition du public par le FBI qui comme l'oblige le Freedom of Information Act doit mettre ses archives à la disposition du public après 25 ans. »

Le négationnisme du sida, un danger pour la prévention

Le révisionnisme du sida n'est pas seulement un terrain de joute sur Internet pour adversaires et tenant de l'histoire ou de la science.

Il est permis d'imaginer que ces courants très présents sur le Net ont toujours un impact négatif en termes d'acceptation de la maladie mais aussi en termes de prévention, en allant jusqu'à avancer comme preuve de la non-existence du VIH le fait que le préservatif n'aurait « qu'un effet négligeable ».

Abandonnées des publications scientifiques, mal connues des associations de lutte contre le sida, inconnues des cliniciens, les théories révisionnistes du sida qui tournent sur le Net ont sans doute leur part de responsabilité dans le retard pris en Afrique comme aux Etats-Unis ou en Europe dans le dépistage et les politiques de réduction des risques sexuels. Comment se protéger d'un virus lorsque l'on nie son existence ?

Illustration : capture d'écran du documentaire « Les Origines du sida » de TV5.

Rue89

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Paranoïa   Jeu 7 Juil - 23:09


Citation :
La paranoïa (du grec παράνοια (paranoia) : folie, des mots παρά (para) : à côté de et νόος (noos) : pensée, esprit1) est une maladie mentale lourdement influencée par l'anxiété ou la peur, souvent jusqu'à un point d'irrationalité et de délire (délire paranoïaque). La pensée paranoïaque inclut typiquement des croyances de persécution concernant une menace perçue envers les individus. Historiquement, cette caractérisation est utilisée pour décrire un état délirant.

Il est opportun d'en différencier la personnalité paranoïaque, qui est un caractère particulier chez certains sujets, mais sans développement d'un délire (même si une personnalité paranoïaque peut évoluer vers une authentique paranoïa). Au début du XXIe siècle, dans un sens dérivé, le langage commun ou journalistique utilise le terme « paranoïa » pour rendre compte d'états comme la méfiance, la suspicion ou le scepticisme, qui ne sont pas pathologiques.
....
Les thèmes du délire, c'est-à-dire le contenu des interprétations, concernent des idées de persécution, de préjudice, de complot. L'évolution fait que, peu à peu, l'ensemble des évènements rencontrés par le sujet vont être rattachés au système délirant. Par exemple, si un proche, un collègue ou un médecin tente de rassurer le sujet en lui disant qu'il « se fait des idées », cela sera immédiatement interprété comme un signe d'appartenance au « complot ». C'est ce qu'on appelle un délire « en réseau » puisqu'il s'étend peu à peu à toute la vie psychique. Il concerne tous les domaines (affectif, relationnel et psychique) de la vie du sujet. L'évolution est chronique.
...
Personnalité

Le risque est principalement l'évolution vers une psychose paranoïaque constituée. Elle n'est pas systématique, et le patient peut montrer jusque-là une parfaite adaptation sociale (normopathie).

Psychose

Syndrome dépressif avec risque suicidaire (c'est dans la paranoïa sensitive que cela est le plus fréquent)
Passage à l'acte hétéro-agressif sous-tendu par des motivations délirantes. Cela peut aller jusqu'au meurtre du persécuteur désigné.

Danger

Le danger psychiatrique des patients affectés par des psychoses paranoïaques n'est pas à négliger. Il est d'autant plus à craindre :

qu'il existe un persécuteur désigné, c'est-à-dire un individu précis, jugé comme étant responsable des persécutions que le sujet pense endurer ;
que le délire évolue de longue date et s'est enrichi au cours du temps ;
qu'il existe un trouble de l'humeur concomitant ;
qu'il existe un alcoolisme et/ou une consommation excessive de drogues.
...
Idéalement, les soins s'organisent en ambulatoire, mais dans certains cas, une hospitalisation est nécessaire :

lors de phases dépressives faisant courir un risque de passage à l'acte suicidaire, parfois accompagné d'homicide (suicide étendu) ;
au cours des phases d'exacerbation délirante, surtout s'il existe un persécuteur désigné, c'est-à-dire une personne que le patient rend responsable des ennuis qu'il traverse (une personne à l'origine du complot contre lui, des persécutions qu'il endure, etc.). Dans ces cas-là, un risque d'agression voire d'homicide existe, faisant de l'hospitalisation une urgence absolue.
...
La paranoïa entretient des liens étroits avec la théorie du complot. Il est parfois très difficile de faire la part des choses, les délires paranoïaques apparaissant souvent comme fortement logiques et cohérents, ils sont susceptibles de convaincre les auditeurs. Dans un certain nombre de cas, les individus affirmant connaître une théorie du complot et se faisant le devoir d'en prévenir le monde sont des sujets paranoïaques.
Enfin, quelques similitudes entre discours paranoïaques et discours religieux (communication personnelle avec Dieu, importance des croyants destinés à sauver le monde, complot allégué visant à éradiquer cette religion, etc.) peuvent prêter à identifications abusives dans un sens comme dans l'autre.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo

avatar

Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   Jeu 7 Juil - 23:16


Citation :
T'es parano !
...
Quelle différence entre se sentir passagèrement "parano", comme cela arrive à tout le monde, et les symptômes durables du vrai paranoïaque ? "Pensez à la chanson de Pierre Vassiliu : "Qu'est-ce qu'il a, qu'est-ce qu'il veut, celui-là..." Il s'agit là d'un questionnement de parano normal. Le vrai parano, lui, transforme la question "Qu'est-ce qu'il veut?" en "Il m'en veut". En fait, tout ce qui est différent de lui est considéré comme ennemi, explique Jean-Pierre Royol, docteur en psychologie au Centre hospitalier d'Arles. En effet, allergique à l'autre, le paranoïaque est obligé de délirer en s'inventant de vrais persécuteurs." Synonyme de folie et de dérèglement de l'esprit en grec, la paranoïa a une très vieille histoire en psychiatrie, mais elle reste extrêmement difficile à soigner.
...
Pour ma part j'ai eu à faire dans le cadre de mes études à des personnes atteinte de cette maladie et le plus dur est sans doute d'arriver à obtenir leur confiance. Elles pensent que le mal est partout et paradoxalement, elle ne font confiance uniquement qu'a d'autres paranoïaques.
...
http://pinkdogofcassis.rmc.fr/245697/Paranoia-La-Theorie-du-complot/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Complotistes, adeptes de conspirations   

Revenir en haut Aller en bas
 
Complotistes, adeptes de conspirations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pour les adeptes de Facebook et de pin's.
» besoin d'éclaircissement SVP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Loisirs-
Sauter vers: