Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Antisexisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Antisexisme   Ven 15 Jan - 23:56

Rayhana, comédienne et auteure d'une pièce de théâtre sur la condition féminine en Algérie, a été aspergée d'essence en plein Paris avec jeté de mégot sur sa tête. Par chance, ça n'a pas flambée. Il se pourrait que ce soit des islamistes qui l'aient agressés par rapport à ses écrits.
La police enquête ...
Ce qui est aussi choquant, c'est qu'elle a voulu trouvé refuge auprès de deux commerçants qui l'ont jetés comme un torchon sale.
Y a du travail à faire ...

http://www.liberation.fr/societe/0101613632-hammam-au-bord-de-la-crise-de-nerfs

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mar 30 Mar - 13:40

Libre
http://fr.wikipedia.org/wiki/Taslima_Nasreen

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mar 4 Mai - 14:53

Citation :
Mesdames, vous pourrez peut-être bientôt porter un pantalon
Créé le 03.05.10 à 18h55

LEGISLATION - Une proposition de loi a été déposée en ce sens ...

«Toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l’autorisation.» Vous ne le savez peut-être pas, Mesdames, mais pour porter un pantalon, il faut montrer patte blanche. C'est la loi du 26 brumaire an VIII qui l'impose. Mais réjouissez-vous, les choses pourraient bientôt changer.

Délégifération

Les efforts d'émancipation portés par deux circulaires de 1892 et 1909, qui autorisent le port du pantalon «si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval» ont fait école.

Dix députés ont déposé fin avril une proposition de loi portant «délégifération». En clair, ils proposent purement et simplement d'abroger les «dispositions obsolètes» de ladite loi. Qui a dit que le féminisme était mort?

Julien Ménielle

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Une Autonome



Nombre de messages : 351
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mar 27 Juil - 14:16

Citation :
Sexisme envers les hommes
La position masculinistes consiste à défendre les droits des hommes. Cette position prétend que la libération sexuelle aurait eu des effets « castrateurs » sur le comportement des hommes et qu'il conviendrait de le dénoncer et d'y apporter des correctifs. Ils dénoncent également les jugements en matière de divorce ou de séparation. Le droit des pères, notamment en ce qui concerne la garde des enfants, y serait insuffisamment reconnu. Ainsi, jusqu'en 2002, l'enfant était confié dans 90% des cas à sa mère.

Les violences contre les hommes, en particulier conjugales, ne sont ni reconnues ni combattues par les pouvoirs publics.

Au Canada, jusqu'en 1999, seules les femmes étaient interrogées lors d'enquêtes importantes sur la victimisation en milieu conjugal.

Wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
Une Autonome



Nombre de messages : 351
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mer 11 Aoû - 18:24

Citation :
La comparaison hommes-femmes pour contrer la discrimination salariale

La Cour de cassation a rendu un arrêt autorisant la comparaison entre collègues masculins et féminins pour juger d'un écart de salaire.

Dans un arrêt daté du 6 juillet, révélé mercredi 11 août par le journal Les Echos et consulté par l'AFP, la Cour de Cassation a décidé qu'une salariée s'estimant discriminée pouvait s'appuyer sur une comparaison avec des collègues masculins, même s'ils n'exerçaient pas exactement les mêmes fonctions.

Rejetant le pourvoi de l'employeur de cette salariée, la chambre sociale de la cour de cassation a ainsi confirmé un arrêt de la cour d'appel de Paris datant de novembre 2008.

Une responsable des ressources humaines, du juridique et des services généraux s'estimant victime de discrimination salariale en raison de son sexe avait comparé sa situation à celle des directeurs chargés de la politique commerciale et des finances de l'entreprise, membres comme elle du comité de direction.

La cour d'appel confortée

Son employeur avait fait valoir que la discrimination salariale n'est reconnue que si le salarié s'estimant victime peut comparer sa rémunération avec "d'autres salariés placés dans une situation identique ou encore effectuant un travail de valeur égale". Il soutenait aussi que "n'effectuent pas un travail de valeur égale des salariés qui exercent des fonctions différentes dans des domaines d'activité nettement distincts".

Mais la Cour de cassation a validé le raisonnement de la cour d'appel, qui avait relevé entre la salariée et ses collègues masculins "une identité de niveau hiérarchique, de classification, de responsabilités, leur importance comparable dans le fonctionnement de l'entreprise, chacune d'elles exigeant en outre des capacités comparables et représentant une charge nerveuse du même ordre".

La responsable des ressources humaines, qui avait "une ancienneté plus importante et un niveau d'études similaire", était moins payée que ses collègues masculins, sans que l'employeur ait apporté "la preuve d'éléments étrangers à toute discrimination justifiant cette inégalité" de traitement.

(Nouvelobs.com avec AFP)
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Dim 29 Aoû - 21:29

40 ans du mlf

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Dim 26 Sep - 21:31

Il paraît que ça été affiché sur la ville de Lyon.


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Dim 17 Oct - 12:46

Partout dans le monde, les femmes sont les premières victimes sociales des sociétés.


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Lun 18 Oct - 2:29

Citation :
CONGO: FEMMES EN MARCHE CONTRE LE VIOL DE GUERRE
Paru le Samedi 16 Octobre 2010

ISABELLE STUCKI

Egalité La Marche mondiale des femmes concentre sa Troisième action internationale autour de la paix et de la démilitarisation. A Bukavu (RDC), des délégations en provenance de cinquante-deux pays ont retrouvé mercredi les coalitions de femmes qui oeuvrent près des Grands Lacs. Cela pour organiser la lutte contre les viols comme arme de guerre dans une région où leur nombre dépasse l'entendement.

Etre horrifié par le viol comme arme de guerre, la pauvreté et les violences envers les femmes ne suffit pas. La Marche mondiale des femmes (MMF) entend fermement dépasser le constat. Réunie depuis mercredi dernier à Bukavu, capitale du Sud Kivu, en République démocratique du Congo (RDC), la MMF réfléchit aux actions de lutte qui doivent être conduites pour que cesse toute violence sexuelle basée sur le genre. Ce dimanche, elle clôt sa «Troisième action internationale» par une grande marche pour la paix et la démilitarisation de tous les pays en conflit.
En 2008, 48 délégations issues de la Marche, mouvement féministe, anticapitaliste et anti-impérialiste, ont planifié à Vigo, en Espagne, l'action internationale de 2010. Celle-ci a débuté par des initiatives nationales le 8 mars dernier. Ensemble, les femmes ont décidé de conclure ces huit mois de manifestations dans un pays en guerre.
«Les femmes congolaises présentes à Vigo ont invité la Marche dans le Sud Kivu. Elles estimaient que les quatre champs d'action qui ont résulté de notre travail étaient parfaitement ajustés à la réalité de leur pays», assure l'Argovienne Michèle Spiller, membre du comité international de la MMF. Violence envers les femmes. Paix et démilitarisation. Bien commun et services publics. Autonomie économique des femmes. Les domaines dans lesquels la coalition féministe agit depuis deux ans sont incontestablement au coeur du conflit qui empeste le Sud Kivu.
Plus de 900 femmes de la région des Grands Lacs ainsi qu'une centaine de délégations de la MMF provenant majoritairement de pays pauvres et en guerre travaillent à Bukavu autour des stratégies à adopter dans le futur. «La MMF mélange des femmes de tous les âges. Beaucoup de jeunes reprennent le flambeau: tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous marcherons», revendique Michèle Spiller.

Renforcer les coalitions locales

Par sa présence à Bukavu, la Marche souhaite renforcer les coalitions de femmes qui luttent sur place. «Nous voulons augmenter la visibilité des militantes locales et permettre la construction d'une Coordination nationale de la MMF», souligne Michèle Spiller. La réunion des femmes des différentes provinces de la RDC devrait en tout cas conduire à l'élaboration d'un «cahier de charges». A savoir une plate-forme de demandes nationales spécifiques à la situation complexe de la RDC.
En 2000, la Concertation des collectifs et des associations oeuvrant pour la promotion des femmes dans la région des Grands Lacs (COCAFEM-GL) a établi une liste de revendications. Ces dernières concernent entre autres la nécessité de condamner les agresseurs. La reconnaissance de la femme en tant qu'interlocutrice dans la recherche de la paix en fait également partie. De même que l'identification des réseaux liés aux commerces des armes et celle des pays «qui se cachent derrière des intérêts économiques pour mettre à feu et à sang la sous-région des Grands Lacs».

«Génocide silencieux»

Les sollicitations de la COCAFEM serviront de point d'ancrage à la dynamique de la MMF qui va de la réflexion à l'action. «Nous nous rejoignons dans la dénonciation de la violence et de la pauvreté. Ensemble, nous décelons leur origine au sein du couple fusionnel «patriarcat-capitalisme». Mais évidemment, le contexte des pays influence les revendications des femmes de la société civile qui militent in situ», souligne Michèle Spiller pour qui il est exclu que les femmes du Nord imposent leur grille de lecture à une situation particulièrement complexe.
Cette réalité congolaise, la Neuchâteloise Marianne Ebel l'a découverte grâce aux femmes de RDC rencontrées à Vigo, où elle s'en rendue en tant que membre de la Coordination nationale suisse de la MMF. «Pour soumettre les populations locales, s'approprier des terres et des mines d'or, de diamant ou de coltan, les armées du capitalisme violent les femmes.» Elle poursuit: «Les agresseurs détruisent le système génital des femmes afin qu'elles ne puissent plus donner la vie.»

Condamner les abuseurs

Syndicaliste neuchâtelois et grand connaisseur du Congo, Jean-Marc Rotzer compare cette stratégie de destruction à «un génocide silencieux». Il observe: «Stigmatisées, les femmes sont souvent rejetées par les leurs.» Michèle Spiller complète: «Les alliances entre belligérants changent sans cesse. Selon nos soeurs congolaises, toutes les forces armées en présence pratiquent des violences sexuelles envers les femmes.»
Dans la seule province du Sud Kivu, l'International Rescue Commitee a recensé 40000 cas de viol entre 2003 et 2008. A cause de leur nombre, ces abus sont banalisés. Et les agresseurs restent impunis.
Selon les militantes congolaises, mettre des cas individuels devant la justice ne suffirait de toute façon pas à responsabiliser tous les agresseurs. Ainsi, elles ont imaginé instaurer une Commission de vérité, à l'instar de celle qui a vu le jour en Afrique du Sud suite à l'apartheid.
Parmi les questions abordées à Bukavu, la Marche discutera de la manière de prévenir ces violences. Par exemple en utilisant des systèmes d'alerte. En ce sens, l'expérience des autres délégations de la MMF, comme celle venue de Colombie, sera profitable. «Nos analyses, déductions et revendications résultent de la mise en commun de nos savoirs.», explique Michèle Spiller. C'est cela qui rend la MMF de plus en plus forte et efficace dans ses actions.

Note : www.mmm2010.info

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Jeu 4 Nov - 3:49

Citation :
amedi 6 novembre 2010 à 14h

Lieu :Place d'Italie

Place d'Italie
Métro Place d'Italie



[Rendez-vous publié sur Démosphère]
L'équipe Démosphère travaille plusieurs heures chaque jour pour vous apporter ces rendez-vous. Merci de faire connaître Démosphère.

Attention: cette manifestation est bien maintenue. Elle convergera avec la manifestation retraites au niveau de Bastille.

Source : message reçu des organisateurs le 24 octobre 14h
Source : http://mobilisationavortementnov2010.over-blo...
Manifestation nationale à Paris pour défendre le droit des femmes à disposer de leur corps
Avorter est un droit !
Mobilisons-nous toutes et tous pour le défendre

L'avortement est un droit fondamental des femmes gagné de haute lutte !

Droit à l'IVG menacé

Le droit à l'avortement est une liberté fondamentale pour les femmes. La liberté de disposer de son corps permet de faire ses propres choix de vie ; c'est un pas vers l'autonomie, c'est permettre aux femmes d'exister autrement qu'en tant que mères.

De 1975 à 2001, le droit à disposer de son corps n'a fait que progresser, grâce aux luttes menées par les femmes :

* 1975, loi Veil : les femmes obtiennent l'autorisation d'avorter.
* 1982 : les femmes obtiennent le remboursement de l'avortement.
* 2001, loi Aubry : les femmes obtiennent l'allongement du délai de 10 à 12 semaines, la suppression de l'obligation de l'autorisation parentale pour les mineures, la suppression de l'entretien préalable obligatoire, et la possibilité de choisir la technique d'avortement.

On pouvait donc penser qu'en 2001 le droit à l'avortement était enfin acquis !

Mais 9 ans plus tard, rien n'est acquis !
La loi de 2001 n'a jamais été appliquée dans son intégralité

La loi de 2001 représente une réelle avancée, mais elle est mal appliquée.
Certains établissements n'accueillent pas les femmes jusqu'à 12 semaines de grossesse. D'autres multiplient les obstacles à la prise en charge des mineures. Les femmes sans couverture sociale peuvent être obligées de fournir un chèque de caution. Les délais d'attente pour un avortement peuvent dépasser 3 semaines.

L'obligation des établissements publics d'organiser la pratique des avortements n'est pas respectée, alors qu'ils y sont tenus depuis 1979 : il n'existe aucune mesure contraignante ou incitative.

Les médecins pratiquant les avortements ne sont pas, dans la plupart des cas, remplacés quand ils partent ou prennent leur retraite : c'est l'occasion pour les directions d'établissements de restreindre ou d'arrêter la pratique de l'avortement.

Début 2010, l'Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) a dénoncé cette situation.

document au format PDF:
La loi Bachelot enterre l'hôpital public et l'avortement avec

La loi Bachelot restructure la santé publique avec pour seul objectif, la rentabilité économique.

* Les établissements de santé sont regroupés, avec pour conséquence la fermeture d'hôpitaux de proximité, la
fermeture de maternités, ou encore la fermeture de centres d'interruption volontaire de grossesse (IVG).
* La tarification à l'activité, nouvelle méthode de financement des hôpitaux, incite les établissements à limiter ou à arrêter les actes chirurgicaux estimés non rentables, notamment la pratique des IVG.
* A chaque fermeture d'hôpital ou de services, les restructurations sont organisées avec perte de personnels soignants, concentration des activités, « travail à la chaîne ».

Cette politique est un recul considérable pour le droit des femmes à disposer de leur corps. C'est inacceptable.

http://mobilisationavortementnov2010.over-blog.com/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Lun 8 Nov - 2:23

Citation :
Viols en RDC : « Ils cherchent de l'or dans nos vagins »
Par Valérie Dupont | Journaliste | 07/11/2010 | 17H43

En République démocratique du Congo, « les viols massifs se déroulent dans des villages près des zones minières, là où il y a une forte concentration d'or. Souvent, les femmes cachent des petits colis d'or dans leur vagin. Les groupes armés le savent », explique un chef coutumier. Or ou pas, « ils kidnappent toutes les femmes du village à partir de 13 ans », raconte Theresita. Rencontre avec ces femmes violées par des milices.

(De Goma, RD Congo) Jeannine, 25 ans, est allongée sur un matelas à même le sol dans une petite cabane délabrée des faubourgs de Goma. Atteinte du sida, en phase finale, Jeannine agonise. Comme beaucoup de jeunes filles dans cette région, elle a été victime de viol. Les viols se produisant souvent les jours de marché, les familles de paysans empêchent de plus en plus les jeunes filles de se déplacer pour se rendre au marché mais aussi aller à l'école. Et détruisent ainsi la structure sociale.

« On devait parfois enterrer une fille encore vivante »

Capturée par un groupe armée des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda, basées dans l'est de la République démocratique du Congo), elle a réussi à s'échapper.

L'interview sera longue et pénible, mais elle tient à témoigner :

« Ce sont les soldats des FDLR qui m'ont kidnappée. J'étais commerçante près de Masisi, j'allais vendre la production de mon papa au marché. Ils m'ont emmenée dans leur camp, là il y avait vingt jeunes filles. Nous devions faire la cuisine, mais nous étions surtout là pour leurs besoins sexuels.

Si une fille tentait de se débattre, elle était exécutée tout de suite. Nous, les filles, on devait parfois l'enterrer même si elle était encore vivante.

Aujourd'hui je suis en train de partir, je ne peux plus manger, je souffre, mais surtout parce que je sais que ces barbares continuent de violer des femmes et qu'on les laisse faire. »

L'est de la République du Congo, précisément le Nord-Kivu, terre riche en minerais (diamants, or, coltan…), échappe en partie au contrôle du régime de Kinshasa dirigé depuis 2001 par Joseph Kabila. Dans cette zone de non-droit, la vie des femmes est précaire.

« Le viol renverse les liens sociaux et familiaux »

Jeannine (Valérie Dupont)Pour comprendre cette situation alarmante, il faut remonter en 1994, quand le génocide au Rwanda, pays voisin de la RDC, déclenche l'exode d'environ 2 millions de réfugiés, principalement hutus.

Parmi eux se trouvent des extrémistes, membres des milices interahamwe, responsables de tueries contre les Tutsis et les opposants hutus modérés. Ils installent leurs bases dans le Congo oriental.

S'en suit la « première guerre mondiale africaine », à laquelle neuf pays vont participer. Entre 1998 et 2002, environ 4 millions de personnes seront tuées.

Le 1er octobre dernier, un rapport accablant de l'ONU de 600 pages consacré au conflit proclame « la nécessité de créer de nouveaux mécanismes pour briser le cercle de l'impunité ».

Aujourd'hui, le viol massif apparaît comme une nouvelle arme de guerre. Selon l'Observatoire international de l'usage du viol comme tactique de guerre (fondé par Caritas en 2005) :

« L'acte est organisé et programmé dans le but de détruire non seulement la victime individuellement mais également les communautés. Le viol renverse les liens sociaux et familiaux. Dispersant les individus, il perturbe l'organisation même de la société. »

Ces derniers mois, des villages entiers ont été pillés et les femmes y vivant ont été violées. Les FDLR ne sont pas le seul groupe en armes à sévir dans cette région. On y trouve aussi les Maï-Maï, craints par la population grâce à « l'eau magique dont ils s'aspergent qui les rend invincibles. »

Le responsable pour l'ONU de la force de maintien de la paix, Roger Meece, avoue son incapacité à gérer cette zone :

« Des groupes armés opèrent dans de nombreuses zones très vastes […] et sont souvent mélangés à la population civile. »

« J'ai été violée parfois plus de dix fois dans une même journée »

Theresita a vraisemblablement une quarantaine d'années. Son regard porte les balafres de sa vie. Elle a été kidnappée à cinq reprises par des groupes armés. Son témoignage est bouleversant ; certains passages, tellement barbares, sont impossibles à relater :

« Que ce soit les FDLR ou les Maï-Maï, c'est toujours pareil. Ils kidnappent toutes les femmes du village à partir de 13 ans.

Arrivés dans la forêt, on nous regarde et celles qui pèsent moins de 50 kilos sont exécutées. D'autres ont moins de chance. Ils leur tranchent les seins et les mangent, persuadés alors de bénéficier de pouvoirs magiques. J'ai vu ces femmes agoniser et on ne pouvait rien faire pour elles. C'était horrible…

Nous vivions nues. On devait assouvir les besoins sexuels de tous les soldats. J'ai été violée parfois plus de dix fois dans une même journée. Ils cherchent de l'or dans nos vagins.

Mais je m'estime chanceuse, j'ai vu des femmes enceintes qu'ils ont enterrées vivantes pour que la terre soit fertile. »

Le chef coutumier de Walikale, Willy Buhini, ministre honoraire de la République du Congo, explique la phrase employée par Theresa, « ils cherchent de l'or dans nos vagins » :

« Les viols massifs se déroulent dans des villages près des zones minières, là où il y a une forte concentration d'or. Souvent, les femmes cachent des petits colis d'or dans leur vagin. Les groupes armés le savent, c'est une pratique fréquente dans la région. […]

Il manque une réelle volonté politique. C'est pourquoi nous lançons un appel à la communauté internationale pour qu'elle puisse nous aider à doter notre armée de moyens conséquents afin de protéger notre population. »



Rue89

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mar 9 Nov - 15:23

http://www.rue89.com/2010/09/14/decathlon-cree-une-pub-sexiste-pour-le-web-puis-retropedale-166578



Citation :
Dans la lutte contre les discriminations sexistes, le moment le plus gratifiant est celui où l'on obtient gain de cause : c'est ce qui vient de m'arriver face au géant de l'équipement sportif, Décathlon, grâce à une mobilisation dont le Web a le secret.

C'est le mail d'une lectrice, reçu via mon blog Féminin Singulier, qui attire mon attention sur une bizarrerie.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mar 23 Nov - 21:41

Citation :
Miss France 2011 : incidents à Caen ! "C'est bientôt Noël, mais on n'est pas …


Le maire de la ville, Philippe Duron trouve que c'est une très bonne pub pour la ville ! Il confie : "8 millions de téléspectateurs auront les yeux braqués sur Caen, le 4 décembre (...) sans parler des hôtels qui seront pris d'assaut par les familles des miss et les journalistes".

Malika Ménard, l'actuelle Miss France qui est de Caen, est-elle aussi très contente de passer sa couronne dans sa ville.

Mais hier des incidents ont éclaté : une dizaine de manifestants ont empêché le tournage d'un clip pour TF1 hier dans les rues de Caen révèle ce matin le Parisien.

Les 33 prétendantes rentrées de leur voyage de préparation aux Maldives ont été contraintes de se réfugier à l'intérieur d'un magasin de prêt-à porter pendant une demi-heure.

Les militants féministes scandaient : "C'est bientôt Noël, mais on n'est pas des dindes".

Un responsable du collectif Toison Touge indiquait : "On ne veut pas bloquer le tournage, c'est juste histoire de marquer le coup".

Déjà ce week-end, des membres du Parti Europe Écologie de Caen avaient parlé d'un concours "rétrograde".

C'est du moins ce qu'a confié Samia Chabab, adjointe au Maire de Caen, du parti Europe Ecologie. "Ce concours fait l'apologie de la "marchandisation des corps."

http://fr.news.yahoo.com

http://normandie.france3.fr/info/basse-normandie/caen-manif-anti-miss-france-65985242.html

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mar 23 Nov - 23:24


Citation :
Lorsque je suis en jupe, je remarque, oui, que les hommes me regardent. Lorsque je suis en jupe, je me sens femme, oui, aussi dans mon propre regard. Lorsque mes sœurs, à Vitry ou ailleurs, tentent d’en faire de même, elles se font traiter de putes. Elles bravent l'interdit en arborant trop de liberté et de féminité.

C’est de là qu’est venue l’idée de se servir des jupes comme un symbole de notre mouvement. Le 25 novembre donc, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, j’appelle toutes les françaises à porter une jupe, qu’elle soit crayon, porte feuille, mini, bouffante, plissée…comme un acte de soutien à toutes celles qui subissent le fait d’être née femme.

Aussi, ce même jour, Ni Putes Ni Soumises organisera « Toutes en Jupes », une vente aux enchères de jupes de femmes célèbres, qui ont décidé de soutenir notre combat pour les femmes. Les fonds récoltés à l’occasion de cette vente serviront à financer des « appartements-relais », projet de Ni Putes Ni Soumises et de l’association Aurore, un acteur social reconnu. Dans la continuité, des photos de filles des quartiers portant les dites jupes seront exposées et mises en vente.


Sihem HABCHI
Présidente de Ni Putes Ni Soumises

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mer 24 Nov - 11:56

Citation :
« VIOL : la honte doit changer de camp ! »
Communiqué du 20-11-2010

Jeudi 25 novembre 2010, journée mondiale contre les violences faites aux femmes

Lancement d’une campagne « VIOL : la honte doit changer de camp ! »

Chaque année en France des dizaines de milliers de femmes sont violées. Aucun de ces crimes ne
constitue un cas isolé : le viol est un fait social, une marque que les relations femmeshommes
restent profondément inégalitaires dans notre société. Pour lutter contre cette
situation, rappeler ces faits importants et permettre que la honte dont souffrent les victimes de
viol change de camp, trois associations (le Collectif féministe contre le viol, Mix-Cité et Osez
le féminisme) lancent une pétition nationale.

Plus d’une centaine de personnalités soutiennent cette campagne. Elle sera officiellement
lancée le mercredi 24 novembre lors d’une conférence de presse*.


Lors de cette conférence de presse, en présence de quelques unes des personnalités, seront
rendus publics :
• Le manifeste signé par les personnalités et la pétition qui sera mise en ligne
• L’affiche de la campagne
• La liste des personnalités signataires
• Un film de sensibilisation réalisé par Patric Jean et Frédérique Rollet (en présence des
réalisateurs)
Le 25 novembre des dizaines de militantes iront à la rencontre du public partout en France pour
porter le message et les enjoindre à signer la pétition.

Le 25 novembre, la honte change de camp !
RDV à partir du 24 novembre sur http://www.contreleviol.fr




Le Collectif Féministe Contre le Viol s’est constitué en 1985 dans la région parisienne pour réagir contre les viols commis dans les lieux publics devant des témoins passifs. Le 8 mars 1986, grâce à l’appui financier du Ministère des Droits des Femmes, le CFCV a ouvert une permanence téléphonique :

« VIOLS–FEMMES–INFORMATIONS »
Numéro vert, gratuit en France, DOM et TOM, depuis un poste fixe
0 800 05 95 95
du lundi au vendredi, de 10 h à 19 h (heures Paris)


Cette permanence téléphonique propose aux personnes qui ont subi des violences sexuelles une écoute, un soutien, une solidarité ainsi que des informations nécessaires aux différentes démarches qu’elles peuvent entreprendre, tout en respectant leur anonymat si elles le désirent.

http://www.cfcv.asso.fr
http://www.contreleviol.fr/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mer 24 Nov - 12:02

http://www.dailymotion.com/video/xfq6a9_spot-1-2-3-campagne-contre-le-viol-a-faire-tourner_news#from=embed

http://www.dailymotion.com/video/xfq4xh_spot-1-3-campagne-contre-le-viol-a-faire-tourner_news#from=embed

http://www.dailymotion.com/video/xfq5bs_spot-2-3-campagne-contre-le-viol-a-faire-tourner_news#from=embed

http://www.dailymotion.com/video/xfq5uq_spot-3-3-campagne-contre-le-viol-a-faire-tourner_news#from=embed

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mer 8 Déc - 5:25

"C'est drôle, hein. Les femmes et les belles voitures,ça marche toujours."
La voiture du peuple (Volkswagen)

Je suis tombé sur une bonne publicité sexiste qui passe actuellement sur les écrans. La femme est passive et vénale. Belle image de la femme dans le milieu automobile.
J'ai eu du mal à la retrouver sur le net n'ayant pas écouté le nom du constructeur, ce qui prouve que le sexisme ne fait peut faire réagir, mais ne pas retenir le nom du constructeur d'un produit vendu.
On y retrouve toujours la femme vénale qui n'a pour but que d'aller vers l'homme qui a LA voiture.

http://www.youtube.com/user/AMchaine#p/a/u/1/O4PqJL7G3zY

La pub vend une offre qui se veut historique, le concept est passéiste.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Ven 31 Déc - 0:44

Israël est une démocratie

Citation :
L'ex-président israélien Katsav reconnu coupable de viols

LEMONDE.FR avec AFP | 30.12.10 | 09h58 • Mis à jour le 30.12.10 | 10h16

L'ex-président israélien Moshé Katsav a été reconnu coupable jeudi 30 décembre de deux viols. Le verdict du tribunal de district de Tel-Aviv a été rendu à l'issue d'un procès de plus de quatre ans.

L'ex-chef de l'Etat, 65 ans, a été reconnu coupable d'avoir violé à deux reprises une de ses subordonnées à l'époque où il était ministre du tourisme dans les années 1990. Il répondait aussi d'"actes indécents, harcèlement sexuel, subornation de témoin et entrave à la justice", et avait plaidé non coupable. Le 19 mars 2009, M. Katsav avait été formellement inculpé pour "viol", "harcèlement sexuel" et "actes indécents" contre trois de ses employées alors qu'il exerçait les fonctions de ministre du tourisme puis de chef de l'Etat après son élection en 2000.

M. Katsav, président jusqu'en 2007, risque un maximum de seize ans de prison et au moins quatre ans de prison pour chaque acte de viol, la peine devant être prononcée ultérieurement. Il peut faire appel devant la Cour suprême, "mais ses chances de succès seraient nulles", selon Moshé Negbi, expert juridique de la radio publique israélienne.

LES FÉMINISTES SATISFAITES

L'ex-président a blêmi et murmuré "non, non" à la lecture des attendus du jugement par le président du tribunal, le juge George Kara. "Si quelqu'un a utilisé le double langage, c'est l'accusé et ses arguments selon lesquels il avait un alibi se sont effrités" à propos des deux accusations de viol, a affirmé le juge Kara.

"Le témoignage de Katsav était truffé de mensonges", ont dit les trois jurés dans leur jugement. Ce scandale avait poussé Katsav à une démission sans conséquence pour la politique israélienne, puisque le rôle du président est essentiellement honorifique. Le procès de Katsav s'est tenu à huis clos pour respecter l'intimité des plaignantes.

Les groupes de défense des droits de la femme ont considéré le procès de l'ancien président comme une victoire, eux qui dénoncent la complaisance des autorités israéliennes envers le harcèlement sexuel au bureau. Katsav s'est dit victime de chantage et d'une cabale aux motivations racistes. Né en Iran, il est arrivé en Israël en 1951 alors qu'il n'était qu'un enfant. Son ascension, des quartiers populaires aux hautes sphères du pouvoir, en avait fait un modèle pour tous les juifs désargentés venus du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mer 5 Jan - 1:31

Citation :
USA : un marine relevé à cause de blagues sexistes

Le commandant en second d'un porte-avions américain s'est retrouvé au centre d'une polémique pour avoir animé une émission à l'humour de corps de garde sur le circuit de télévision interne du navire.

Le commandant en second d'un porte-avions américain a été relevé de ses fonctions pour avoir animé une émission sur le circuit de télévision interne d'un navire de la Marine, émission à l'humour jugée "inappropriée" .
Les sketchs diffusés dans une émission intitulée "XO Movie Night" montraient des aviatrices prenant leur douche ensemble ou des scènes de simulation de masturbation, tandis que son animateur, le capitaine de vaisseau newo Honors , multipliait grossièretés et blagues sexistes ou homophobes. L'émission s'est arrêtée en 2007 mais a suscité le scandale en faisant depuis lundi le tour des chaînes de télévision américaines et du web après la mise en ligne de vidéos sur le site d'un journal local, le Virginian-Pilot.
La Marine américaine avait alors lancé une enquête jugeant les images "déplacées".
Le commandant visé, O. Honors, est aujourd'hui commandant du navire l'Enterprise, qui devait être prochainement déployé dans l'océan Indien pour soutenir les opérations en Afghanistan. Il va donc devoir se trouver de nouveaux projets.

Son émission, diffusée en moyenne une fois par semaine, était destinée à divertir l'équipage de 6.000 hommes et femmes du porte-avions "Enterprise".
Dans l'une d'elles, son animateur, qui était aussi pilote de chasseur F-14, se moquait des officiers de surface, les traitant de "pédés".

Mais l'émission a toujours ses fans: une page Facebook "Nous soutenons le capitaine Honors" comptait près de 1.200 membres lundi matin.
Sur la page Facebook de l'Enterprise, un marin écrit que l'émission "XO Movie Night" était "l'une des rares choses qu'il attendait avec impatience pendant les déploiements" en mer.

NouvelObs

http://www.dailymotion.com/video/xgeqae_us-aircraft-carrier-skipper-in-hot-water-over-videos_news

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Jeu 27 Jan - 1:04

Il y a 50 ans. Ce que les jeunes filles apprenaient à l'école.


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mar 1 Fév - 14:21

Citation :
Un article d’une féministe tunisienne, Neila Jrad, paru dans le n°216 du 29 janvier 2011 d’Attarik el Jadid, la Voie nouvelle.
Dimanche 30 janvier 2011

Nous vivons, depuis le 14 janvier en particulier qui a vu la chute de Ben Ali par la force de la volonté populaire, dans une atmosphère d’ébullition et de confusion qui facilite tous les excès mais aussi fait émerger de multiples espoirs. Depuis cette date, la république démocratique dont nous avons rêvé depuis tant d’années, pour laquelle hommes et femmes se sont engagées dans le combat politique et démocratique et pour laquelle sont morts, il y a maintenant plus d’un mois plusieurs dizaines de jeunes tunisiens, semble à portée de main.

Mais de nombreux obstacles et dangers sont aujourd’hui présents sur les stratégies pour y parvenir et sur les contours à donner à cette république tunisienne démocratique.

Durant tout le processus qui a conduit au 14 janvier, Les femmes ont été très actives dans les syndicats, les manifestations, les associations et les partis politiques. Pourtant, il y a peu de femmes ministres dans le gouvernement de transition actuel en dehors du traditionnel ministère de la femme et, chose nouvelle, du ministère de la culture. Elles sont aussi très peu présentes dans les débats télévisés. Dans les discours prononcés depuis le 14 janvier, les débats organisés par les chaines de télévision, les conférences de presse, la question de l’égalité citoyenne des femmes n’a jamais été posée. On aimerait croire que c’est parce que, étant donné la place que les femmes de tous âges et particulièrement les jeunes ont occupée dans le mouvement, la question de leur citoyenneté et de l’égalité apparait comme une évidence. Quelques indicateurs semblent pourtant montrer le contraire. Quand il s’est agi d’organiser les comités de quartier, les femmes n’ont pas été sollicitées ou très peu alors qu’elles ont montré leur détermination et leur courage dans les autres mouvements en particulier dans la rue. Elles en ont d’ailleurs payé les frais sous la forme des violences policières spécifiques qu’un grand nombre d’entre elles ont subi dans les manifestations ( tirage de cheveux, insultes à caractère sexistes, attouchements grossiers, on a même parlé de viols ), dans les postes de polices et même dans les maisons dans lesquelles se sont introduits, dans certaines régions du pays, les forces de la répression. Ces violences sont spécifiques parce qu’elles se sont exercées sur les femmes parce qu’elles sont des femmes et pourtant nul n’en a parlé. Elles se sont trouvées noyées au sein des violences générales subies par tout le peuple tunisien durant plus de trois semaines. Pourtant, dans cette révolution qui fut celle de la révolte contre l’atteinte à la dignité humaine, ces violences policières faites aux femmes méritaient largement d’être signalées.

Malgré leurs luttes, leur présence sur la scène politique, leur courage et leur combativité, les femmes se trouvent encore une fois marginalisées sur la scène politique. En nombre et en prise en compte de leurs aspirations à une égalité réelle. Cette marginalisation se trouve confirmée par les réponses que nous recevons lorsque nous remarquons la faible présence des femmes au gouvernement : on verra après nous dit-on ; lorsque nous voulons nous retrouver pour réfléchir sur le sens à donner à cette république démocratique en projet et sur le rôle que les femmes peuvent y jouer pour qu’elle leur garantisse l’accès une citoyenneté pleine et entière : nous nous entendons dire, et parfois même par des militantes politiques voire féministes, que ce n’est pas le moment.

Cela est d’autant plus surprenant et même alarmant que l’on sait que Bourguiba, au lendemain de l’Indépendance, a considéré comme une priorité absolue d’établir des ruptures avec le passé en ce qui concerne le statut des femmes dans la société : le CSP promulgué en 1956 est le premier code promulgué par la jeune république tunisienne parce que le statut des femmes dans une société est un indicateur pertinent du degré de modernité de cette société. C’est d’ailleurs ce statut des femmes tunisiennes entre autre que les états européens n’ont arrêté de mettre en évidence pour s’aveugler sur les excès dictatoriaux de Bourguiba, Ben Ali et de leur régime. Or aujourd’hui, il faut le dire clairement : il n’y aura jamais de démocratie réelle en Tunisie sans égalité totale des droits des hommes et des femmes.

Si la démocratie implique le droit pour toutes les organisations et les opinions politiques d’exister, on ne peut considérer le parti de Rached Ghannouchi, Ennadha, comme seulement un parti politique étant donné qu’il puise ses référents politiques dans la religion musulmane. Par ailleurs, l’existence de Ennahdha peut mener à l’existence d’autres partis islamistes plus modérés ou plus radicaux mais qui risquent fort d’avoir les mêmes référents. Sinon, qu’est-ce qui les distinguerait d’un autre parti politique si ce n’est cette spécificité ?. Or, aujourd’hui, des militants d’organisations politiques considèrent que le gouvernement de transition doit être représentatif de tous les partis politiques existants et ne semblent pas voir d’inconvénients à la participation de Ennahdha dans un nouveau gouvernement ou dans un comité national de supervision du processus démocratique. Un danger menace donc les droits des femmes et leur statut dans la société du fait même de la présence sur la scène politique de partis à référents religieux qui, bien que se présentant actuellement sous un jour de démocrates bon teint ont toutefois la caractéristique de ne pas considérer que les femmes ont les mêmes droits que les hommes, leur droit à la liberté étant régi par la religion musulmane. Plus grave encore, ces partis peuvent trouver une assise populaire qui puise sa source dans la misogynie ambiante et dans les conceptions rétrogrades de la place des femmes dans la société. Ils peuvent donc constituer un frein au développement des droits des femmes dans le sens de l’égalité totale.

C’est pourquoi il convient de définir les contours de cette république démocratique que nous voulons. La Commission chargée de la réforme politique aura cette tache avec les organisations de la société civile et les représentants des partis politiques. Les femmes ont un rôle fondamental à jouer dans cette réforme politique pour défendre leur droit à la citoyenneté, à la liberté et à l’égalité et avec elles tous ceux pour qui la démocratie est inséparable de la rationalité et de la modernité dans lesquelles elle puise ses sources et ses valeurs. Il est fondamental pour la démocratie politique mais aussi sociale que l’état démocratique à venir ne soit le monopole ni d’un parti ni d’une religion, que la république soit à la fois démocratique et laïque.

La construction de la démocratie en Tunisie a déjà commencé. Elle ne doit se faire ni sans les femmes ni contre les femmes mais avec les femmes dans le cadre de la préservation des droits acquis et du développement de ces droits vers une égalité totale et réelle. Cela est fondamental même si nous traversons une zone de turbulence conséquence des décennies d’autoritarisme et de dictature que nous avons subies. Plus encore, c’est justement parce que nous traversons cette zone de turbulence que nous devons définir clairement le projet politique et social que nous voulons et qui doit être basé sur la justice sociale et l’égalité entre tous et toutes, pour tous et toutes, fondement d’une véritable démocratie.

Neila Jrad

http://www.collectifdroitsdesfemmes.org

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Lun 14 Fév - 8:27

Italie : Importants rassemblements anti-Berlusconi dans plus de 200 villes




_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Lun 28 Fév - 8:00


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Jeu 3 Mar - 1:50

Citation :
Des Ukrainiennes seins nus contre un concours sexiste

Des militantes protestent contre un concours d'une radio néo-zélandaise qui promet au vainqueur de "gagner une épouse" ukrainienne.

Une dizaine de jeunes ukrainiennes ont manifesté mardi 1er mars seins nus à Kiev contre le caractère sexiste d'un concours organisé par une radio néo-zélandaise qui promet au vainqueur une conjointe ukrainienne avec le slogan "Gagne une épouse".

"L'Ukraine n'est pas un bordel", ont scandé les protestataires, militantes du mouvement féminin FEMEN habitué à faire des coups d'éclat, qui se sont déshabillées devant le service de l'état-civil de la capitale. Portant leurs traditionnelles couronnes de fleurs d'épousailles et des voiles de mariée, les jeunes femmes brandissaient des pancartes sur lesquelles il était écrit: "Fiancée pour un sauvage" ou encore "Bienvenue en enfer".
Une rencontre avec une Ukrainienne "sexy"

"Les Ukrainiennes ne sont pas des prostituées", a clamé une militante, Olexandra Chevtchenko, dans un communiqué du mouvement. La radio néo-zélandaise The Rock FM a organisé en février un concours dont le vainqueur, choisi lundi en fonction des votes en ligne pour sa photo et de tests psychologiques, obtiendra une rencontre avec une Ukrainienne "sexy, qui deviendra peut-être un jour sa femme".

L'homme pourra passer 12 jours à Zaporijia, ville industrielle dans le sud-est de l'Ukraine, où il rencontrera son épouse potentielle, qu'il choisira parmi les candidates sélectionnées par une agence matrimoniale néo-zélandaise, selon les conditions publiées sur le site de la radio. En Ukraine, ex-république soviétique où plus d'un quart de la population vit sous le seuil de pauvreté, nombre de femmes tentent de trouver un époux à l'étranger.

(Nouvelobs.com)

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Antisexisme   Mar 8 Mar - 2:26



_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Antisexisme   Aujourd'hui à 13:32

Revenir en haut Aller en bas
 
Antisexisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: