Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Grèce 2008 ... et plus si affinités

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Mar 6 Jan - 1:24

Interview de jeunes à Athènes

http://www.dailymotion.com/video/x7vhuv_interview-de-jeunes-athnes_news

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Mar 6 Jan - 2:04

Citation :
grece le mouvement social continue

GRECE : LE MOUVEMENT SOCIAL CONTINUE ... samedi 3 janvier 2009

GRECE : LE MOUVEMENT SOCIAL CONTINUE ... Pour le nouvel an, la plupart des gens choisissent de rester dans leur maison ou d’aller dans des bars, pour célébrer l’arrivée du nouvel an. Cependant il y a des gens qui ont choisis de passer ces temps proche de ceux qui sont seuls, enfermés et oubliés. Il y a aussi des gens qui pensent que la lutte sociale ne s’arrête jamais. A Athènes, un millier de personnes ont participé à la solidarité : ils ont d’abord marché vers la prison des hommes puis ont continué ensuite verts celle des femmes. Il y a eu une petite manifestation pendant laquelle quelques distributeurs de banques et quelques caméras de surveillances ont été détuites. Les 6 ou 7 unités anti émeutes n’ont pas réagi.

Au meme moment, s’est tenu un rassemblement au square Sintagma d’Athènes contre le bombardement de l’armée israélienne à Gaza et l’occupation de la Palestine. Participaient de nombreux migrants, palestiniens et autres, des membres des mouvements pacifists, et des parties et organisations de gauche. Par ailleurs, des incendies et d’autres attaques ont eu lieu dans de nombreuses villes de Grèce après les 12 coups de minuit, envoyant un message pour 2009

CNT AIT


Rétrospective grecque
http://fr.youtube.com/watch?v=Ego4Bi_7ZF8

Citation :
Flagrant délit filmé : des Policiers grecs déguisés en émeutiers cassent des vitrines de petits commerces, et rejoignent leurs collègues en uniformes au coin de la rue Cette vidéo montre que le gouvernement grec est prêt à tout pour orienter lopinion publique contre ses opposants. Elle est passée dans une émission télévisée grecque.
http://fr.youtube.com/watch?v=2kviI4cOZSM
Ca se passe avec toutes les polices du monde. Surtout dans des pays démocrates où il faut de la casse pour expliquer les exactions policières.
Sources d’aprés

Ici, photos de la Prison de Koridalos (Athènes)

http://athens.indymedia.org/

Video

http://www.youtube.com/watch ?v=kCm4...

Photos de la prison Ag. Stefanos de Patras :

http://patras.indymedia.org/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Ven 9 Jan - 20:20

Alternatif web
Web Revolution
http://www.dailymotion.com/video/x7y240_grce-la-web-revolution_news

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Ven 9 Jan - 22:45

Citation :
Mercredi, janvier 07, 2009

Lettre à (...), somewhere in Greece...

Cher-e-s ami-e-s,

Le froid sur Paris et sa banlieue ne fait pas oublier les quelques nuits de chaleur passées à vos côtés.

Un mois après, ne toujours pas savoir comment vous remercier. Vous remercier pour l’hospitalité, les restes de salade d’olive au matin, les traducteurs qui se proposent naturellement, les discussions du soir et (...). Vous remercier pour nos sourires. Nos doutes et notre confiance retrouvée.

Les bruits d’Athènes ce soir à la maison (1). Quatre heures de service public où la radio sait encore informer, évoquer, ne pas dire. Les slogans refont bander les poils de nos bras, les bruits nous maintiennent en alerte ; et la beauté de votre langue. Flics, gros porcs, assassins. Ces jours et ces nuits appartiennent à Alexis. Kouyias, ce n’est que justice que tu meures par ricochet.

Flics, gros porcs, assassins. Ces jours et ces nuits nous ont aussi un peu appartenu ainsi qu’à tou-te-s ceux-elles épris-es de cette idée de liberté. Il serait juste que d’autres que Kouyias meurent par ricochet.

Cette après-midi, on buvait le champagne à la maison avec (...). Mais là n’est pas la question. Avec ce gars de vingt ans, riche de peu de culture politique, nous parlions de vous. Nous parlions de ces jours de rage, de vos mots et de vos actes de soutien en novembre 2005. « Ce que propose ce monde doit être détruit » disaient Les Racailles athéniennes. « Et c’est bien le moins qu’on puisse faire ».

On causait des groupes super organisés, des pointeurs laser pour cibler les keufs, des habitants ouvrant leur porte aux émeutiers. De la guerre de rue.

Ses yeux brillaient, (...). Je ne sais si c’était le rêve de ces jours, le champagne qui monte, ou le simple fait de parler de ça dans la maison de (...). Mais ses yeux brillaient comme les miens hier au téléphone quand vous me disiez être en route vers (...) pour un « réveillon festif ».

Nous savons bien que rien ne s’est vraiment arrêté en Grèce, que rien ne s’arrêtera jamais nulle part, que de toute façon, rien ne sera jamais comme avant, que la vieille Europe croule vers son précipice. Que le murmure gronde, sourd et menaçant, de partout. Que nous en sommes. Que la menace rôde et la vengeance s’apprête.

(...)

Contre des flics qui tuent, des matons qui humilient, des banquiers qui profitent, contre des lâches qui se taisent.

D’Athènes aux prisons françaises, un monde vermoulu feint de trouver des solutions.

Concrètes.

Pragmatiques.

Nous sommes de plus en plus à savoir qu’il n’y a pas plus de problème que de solution.

Juste une forme de vérité.

Que nous sommes prêt-e-s, dans l’ombre de la nuit ou de (...), à révéler au grand jour.

Enfin.


(1) : Là-bas si j’y suis, Daniel Mermet, quatre épisodes téléchargeables par là...
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1573

Ubi

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Ven 9 Jan - 23:58

Citation :
COMMENT S'EST ORGANISEE L'INSURRECTION GRECQUE

traduit de l'américain du site et fanzine Anarcho Punk Crimethinc

copyleft et diffusion vivement recommandée


Nous avons le plaisir de vous présenter l'un des premiers rapports des participants dans les mouvements qui ont secoué la Grèce après le meurtre par la police d'un jeune de 15 ans, Alexandros Grigopoulos, dans le quartier anarchiste d'Exarchia, le 6 décembre.


Il s'agit d'un premier ensemble de réponses de nos camarades grecs. Nous espérons pouvoir bientôt recevoir des perspectives différentes par des autres partcipants de l'insurrection grecque, afin de vous fournir une vision générale du contexte et de la dynamique de la révolte. Si vous ou (quelqu'un que vous connaissez) souhaitez répondre à ces questions, alors écrivez nous à rollingthunder at crimethink.com.


Comment les actions ont-elles été coordonnées dans les villes ? Et entre les villes ?

Il existe des centaines de groupes d'affinité complètement clos - des groupes basés sur une longue amitié et sur une confiance à 100 % - et des groupes plus importants comme ceux des 3 grands squats d'Athènes et de trois autres à Salonique. Il y a plus de 50 centres sociaux en Grèce, et des espaces politiques anarchistes dans toutes les universités du pays ; le mouvement anti-autoritaire a des sections dans toutes les plus grandes villes et il existe un réseau de groupes d'affinité des Black Bloc actifs dans toutes les villes grecques, basés sur les relations personnelles et communiquant par téléphone et courriels. Pour tous, Indymedia est un très important et stratégique lieu de rassemblement et de partage des informations utiles - où les conflits ont lieu, où est la police, où la police secrète est en train d'effectuer des arrestations, et ce qu'il se passe à chaque instant ; c'est utile aussi au niveau politique, pour publier des annonces et pour appeler à des manifestations ou à des actions.
Bien sûr, il ne faut pas oublier que dans la pratique, la première forme de coordination, c'était d'ami à ami, par des téléphones mobiles ; telle fut aussi l'approche utilisée essentiellement par les jeunes étudiants pour coordonner leurs initiatives, leurs manifestations, et les actions directes.

Quelles formes de structures d'organisation sont-elles apparues ?

a) Toutes sortes de petits groupes d'amis prenaient des décisions spontanées dans les rues, préparant des actions et les réalisant eux-mêmes d'une manière chaotique, incontrôlable : des milliers d'actions ayant lieu simultanément dans tout le pays...
b) Chaque après-midi, il y avait une assemblée générale dans les écoles occupées, dans les bâtiments publics occupés, dans les universités occupées...
c) Indymedia servait à passer les annonces et à coordonner stratégiquement des actions...
d) Les différents partis communistes ont aussi organisé leurs propres confédérations d'étudiants...
e) ... Et il y a eu aussi une fédération particulièrement influente, organisée par les amis d'Alexis, pour organiser les manifestations et les actions des étudiants, l'occupation des écoles, et pour publier les annonces générales sur la lutte des étudiants.

Y avait-il des structures déjà existantes qui ont servi à l'organisation des participants ?

Pour les jeunes étudiants qui étaient dans la rue pour la première fois, et aussi pour les immigrants qui participaient, le téléphone était amplement suffisant ; cela a constitué un élément chaotique et imprévisible dans les situations. Autrement, pour les anarchistes et les anti-autoritaires, les assemblées générales sont l'outil d'organisation qui leur sert depuis 30 ans pour toutes sortes d'actions. Tous les groupes affinitaires, les squats, les centres sociaux, les occupations d'université et les autres organisations, ils ont leurs propres assemblées aussi. D'autres participants comprenaient des groupes politiques de gauche, des espaces politiques universitaires de gauche et anarchistes. Pendant la lutte, beaucoup de nouveaux blogs sont apparus ainsi que des réseaux de coordination d'étudiants.

Quelles ont été les différentes formes d'action ?

a) La destruction, le pillage et l'incendie ont été les principales formes d'action des jeunes. Il se sont souvent attaqué à des quartiers commerçants chics, ils ont ouvert des magasins de luxe, emportant tout ce qu'il y a avait dedans, et ils ont mis le feu, pour combattre les effets des gaz lacrymogènes ambiants. Beaucoup de voitures retournées ont servie de barricade, mettant la police à distance et créant ainsi des zones libérées. La police a lancé 4600 bombes lacrymogènes - presque 4 tonnes - mais les gens allumaient plein de feux, assez pour laisser des endroits où l'on pouvait respirer, malgré la guerre chimique engagée par l'état contre le peuple.
Quand des milliers de gens dans les rues ont compris que la fumée noire des incendies pouvait annuler les effets de la fumée blanche des gaz lacrymogènes, ils ont développé la tactique de brûler tout ce qui leur tombait sous la main pour se protéger de ces gaz. D'autres techniques comprenaient la casse des pavés des rues avec des marteaux, pour en faire des milliers de cailloux que les gens utilisaient comme projectiles ; et bien sûr, les initiatives personnelles de fabriquer et de lancer des cocktails molotov. Cette dernière tactique a servi surtout à forcer la police anti-émeute à craindre et respecter les manifestants, et aussi à maîtriser l'espace et le temps des attaques et des fuites.
b) Des attaques avec des bâtons, des cailloux et des cocktails M. ont été lancées contre un tas de banques, de stations ou de voitures de polices dans tout le pays. Dans les villes plus petites, les banques ou la police étaient les principales ou les seules cibles, car les rapports personnels ont découragé la destruction des magasins, sauf quelques grandes franchises internationales.
c) Des centaines d'occupations symboliques ont eu lieu dans un tas de bâtiments publics, de bureaux municipaux, d'offices publics, de théâtres de stations radio ou de TV, ou d'autres bâtiments, par des groupes de 50-70 personnes. Il y a eu aussi de nombreux actes symboliques de sabotage et de blocage des rues, des routes, des bureaux, des stations de métro, des services publics, etc. avec distribution de milliers et de milliers de tracts aux gens du coin.
d) Tous les jours, il y avait des protestations silencieuses, des manifestations artistiques et des actions non-violentes devant le parlement et dans toutes les villes. La plupart ont été attaquées violemment par la police, avec des gaz lacrymogènes et ils ont arrêté des participants.
e) Des gens de gauche ont organisé des concerts dans des lieux publics avec la participation de groupes underground et même quelques célébrités politisées. La plus importante a impliqué plus de 40 artistes et elle a attiré plus de 10.000 personnes.
f) Des manifestations contrôlées ont été organisées par le Parti Communiste. Beaucoup d'entre elles attiraient une bien plus faible participation que les manifestations étudiantes chaotiques et spontanées.

Combien de participants aux actions avaient été impliqués auparavant dans de telles actions ? Pour combien d'entre eux pensez-vous que cela fut leur « première fois » ?

Des milliers de gens avaient déjà été des insurgés anarchistes, anti-autoritaires et libertaires-autonomes ; la moitié étaient des anarchistes plus âgés qui ne sont dans la rue que pour des luttes importantes puisque, pour la plupart, ils ont déjà été arrêtés. Il y avait aussi des milliers de jeunes radicalisés au cours des trois dernières années, au cours des luttes sociales pour l'assurance sociale et contre la privatisation de l'éducation, mais aussi dans les immenses manifestations spontanées qui ont eu lieu lors de incendies où ont brûlé 25% des zones naturelles de la Grèce en 2007. On estime que pour 30% des jeunes, cela a été leur première émeute.

Quelles tactiques utilisées dans l'action avaient déjà servi auparavant en Grèce ? Se sont-elles étendues au cours de la rébellion ? Si tel est le cas, comment est-ce arrivé ?

La plupart des tactiques utilisées dans la lutte le sont depuis longtemps en Grèce. L'aspect le plus important à cette occasion, ce fut l'apparition immédiate des actions dans tout le pays. L'assassinat d'un jeune garçon dans la zone principale d'activité anarchiste a provoqué une réaction instantanée ; dans les 5 minutes qui ont suivi sa mort, des cellules anarchistes avaient été activées dans tout le pays. Dans certains cas, la police a été informée bien après les anarchistes de la raison des attaques populaires. Pour la société grecque, cela a représenté une surprise que la majorité des jeunes adoptent des tactiques « de violence anarchiste, de destruction, d'incendie », mais cela est une conséquence de l'influence généralisée des actions et des idées anarchistes dans la société grecque des 4 dernières années.

Y a t-il eu des conflits entre participants durant les actions ?

Le Parti Communiste s'est détaché des anarchistes et des gauchistes, et ils ont organisé des actions séparées. Et les annonces publiées par le Parti Communiste, leur participations dans les médias assujettis, leurs discours au parlement, et la propagande négative qu'ils ont développé contre les organisations de gauche, tout cela prouve qu'ils sont effectivement un adversaire de beaucoup d'efforts pour un changement social.

Quelle est l'opinion du « grand public » sur ces actions ?

Ce qu'on appelle « grand public » à une époque de 'télé-démocratie' demanderait beaucoup d'explications.
Globalement, le « grand public » a peur quand la TV lui raconte que l'on « brûle les petits magasins » mais les gens savent bien quel est le genre des magasins dans les quartiers chics où les émeutes ont eu lieu ; ils prennent peur quand la TV leur dit que des immigrants en colère sont sortis dans les rues et se sont livré au pillage, mais ils savent aussi que les immigrants sont pauvres et désespérés, et aussi que seule une minorité d'entre eux est sortie dans la rue. Beaucoup d'artistes, de théoriciens, de sociologues et d'autres du même milieu ont offert des explications pour la révolte, et beaucoup ont été positives pour nous ; quelques uns étaient sans doute coincés par leur besoin de participer à l'esprit du temps, alors que d'autres se sont servis de la situation pour exprimer honnêtement leurs idées réelles. Le « grand public » est en colère pour le meurtre d'un garçon de 15 ans par un officier de police, et beaucoup détestent la police plus encore qu'avant ; de toutes manières, personne n'aimait la police pour commencer. La majorité des gens « normaux » ne fait pas confiance au présent gouvernement de droite ou au gouvernements passés (et surement futurs) des socialistes, et ils n'aiment pas la police, les magasins chics et les banques. Maintenant, une nouvelle opinion publique se développe qui offre toutes les justifications sociales et éthiques de la révolte. S'il était difficile de gouverner la Grèce avant, cela va maintenant l'être encore plus.

Quelle importance dans ce contexte accordez-vous à l'héritage laissé par la dictature en Grèce ?
Comment cela influence t-il l'opinion et les actions publiques dans le cas présent ?


En 1973, les jeunes furent les seuls qui prirent le risque de la révolte contre une dictature de 7 ans ; même si cela n'a pas été la seule cause de la chute de la dictature, il reste dans la mémoire collective que les étudiants ont sauvé la Grèce de la dictature et de la domination américaine. On croit souvent que les jeunes risqueront beaucoup pour le bénéfice de tous, et cela produit un sentiment d'espoir et de tolérance pour les actions des étudiants. Bien sûr, c'est aujourd'hui une vieille histoire et même si elle participe au contexte des luttes, on n'en parle pas dans notre combat actuel.
Une autre influence doit être trouvée dans les luttes étudiantes de 1991 et de 1995 contre la privatisation de l'éducation, qui obligèrent le gouvernement à changer ses plans et qui sauvèrent l'éducation publique jusqu'à ce jour. C'est vrai, la révolte de 2007 a probablement été le point culminant du mouvement anarchiste en Grèce avant aujourd'hui, parce qu'elle est apparue dans tout le pays et qu'elle a fortement influencé les actions, les mots d'ordre et les idées d'une bonne partie de la société ; mais les luttes étudiantes d'avant, surtout à Athènes en 1991, étaient plus visibles et plus généralisées.

Pensez-vous que les problèmes économiques soient aussi importants dans ces évènements que les médias du système le disent ?

Les jeunes de beaucoup zones riches d'Athènes ont aussi attaqué les stations de police de leurs quartiers, et donc même les marxistes de la guerre de classe ont du mal à expliquer ce qui arrive : la séparation des riches et des pauvres se semble pas compter autant que la persistance de la solidarité et de la participation dans la lutte pour l'égalité et la justice sociale.
D'un autre côté, les grecs entre 25 et 35 ans ne peuvent pas fonder une famille et avoir des enfants, à cause de l'économie. La Grèce est le pays le plus sous-peuplé d'Europe. Mais on ne mentionne pas cela comme cause de la révolte. Les jeunes sont en colère et ils détestent la police, le cynisme capitaliste et le gouvernement d'une manière naturelle, instinctive qui n'a pas besoin d'explications ou d'un programme politique. Les médias locaux n'ont pas essayé de discuter en profondeur des conditions sociales à la manière des médias US, français, britanniques. Les chaînes TV locales du système essaient de faire passer des boniments sur des « masquetaires » (masketeers) sans idées et sans identité sociale, parce que l'influence morale des anarchistes est tellement forte maintenant dans la société que si ces chaînes commencent à parler sérieusement de nos idées à la télévision, la société pourrait exploser. A l'exception de quelques programmes TV et de quelques journaux, la plupart des mass médias essaient de tenir séparées les questions économique de la révolte désordonnée.
Même les gauchistes de la génération de mai 68, quand ils parlent aux médias, ils disent que la destruction et les émeutes ne sont pas les expressions politiques des besoins et des espoirs des gens - que les anarchistes et les jeunes n'ont pas la capacité d'exprimer un programme politique, et que les gens ont besoin d'autres modes de représentation politique. Bien sûr, tout cela a peu d'influence sur les jeunes qui vont participer aux luttes sociales du futur, puisque après la lutte actuelle, il y a une forte tension et une grande distance entre les jeunes et toutes les formes d'autorité de direction politique.


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Ven 9 Jan - 23:59

Citation :
Quelles autres motivations poussent les gens à participer, au-delà de la colère contre la police et l'économie ?

Le besoin personnel et collectif de l'aventure ; le besoin de participer à l'histoire qui se construit ; le refus chaotique de toutes les formes de politique, de partis politiques et d'idées politiques « sérieuses » ; la détestation des vedettes de la TV, des sociologues ou des experts qui prétendent vous analyser comme phénomène social, le besoin d'exister et d'être entendu comme on est ; l'enthousiasme de se battre contre les autorités et de ridiculiser la police anti-émeute, le pouvoir dans le cour et le feu dans les mains, l'aventure incroyable de lancer des molotovs et des cailloux contre les flics devant le parlement, dans les quartiers commerçants chics, ou dans une petite ville tranquille, dans votre village, sur la place de votre quartier.
D'autres motivations comprennent le sentiment collectif de préparer une action avec vos meilleurs amis, de la faire devenir réalité, pour ensuite entendre les gens raconter cette action comme une histoire incroyable qu'ils ont entendu de quelqu'un d'autre ; l'enthousiasme de lire sur une autre action que vous avez faite avec vos amis, dans un journal ou à la TV de l'autre côté de la planète ; le sentiment de responsabilité que vous avez de créer des histoires, des actions et des plans qui deviendront des exemples mondiaux pour les luttes futures. Il y a aussi la grande fête de détruire les magasins, de prendre leurs produits et ensuite de les brûler, de regarder les fausses promesses et les rêves du capitalisme brûler dans les rues ; la haine des autorités, le besoin de prendre part à la cérémonie collective de revanche pour la mort d'une personne qui aurait pu être vous-même, la revanche personnelle de sentir que la police doit payer pour la mort d'Alexis dans tout le pays ; le besoin d'envoyer un message fort au gouvernement que si la violence policière augmente, nous avons le pouvoir de nous défendre et la société explosera - le besoin d'envoyer un message direct à la société que chacun a besoin de se réveiller, et un message aux autorités qu'il faut nous prendre au sérieux parce que nous sommes partout et nous allons tout changer.

Les partis politiques réussissent-ils à récupérer l'énergie de l'insurrection ?

En chiffres 'réels', les socialistes ont augmenté leur popularité dans les sondages vis-à-vis de la droite, gagnant 8% dans les sondages ; les « communistes du forum social européen », ont perdu 1%, même s'ils ont participé à la révolte, mais ils sont encore en troisième position avec 12% ; le parti communiste est à 8%, les néo-fascistes nationalistes à 4,5% et les verts sont stables à 3,5%.
Il est aussi intéressant que le chef des socialistes est vu maintenant comme le plus à même de « gouverner le pays » après de nombreuses années de moindre popularité que le premier ministre de droite. Les soulèvements ont eu un grand effet sur la scène politique : les partis politiques sont apparus incapables de comprendre, d'expliquer, de réagir à l'énorme vague de violence et de participation à tous les niveaux de la société. Leurs déclarations semblaient n'avoir aucun rapport avec ce qu'il se passait. Leur popularité a diminué énormément parmi la population des jeunes, qui ne se reconnaissent pas dans la logique et la politique des partis politiques et ils ne sentent pas représentés par ces partis.

Quel a été le rôle des anarchistes dans la mise en route et la continuation des actions ? Est-il apparu clairement au reste de la société ?

Ces dernières années, les anarchistes ont créé un réseau de communautés, de groupes, d'organisations, de squats et de centres sociaux dans toutes les grandes ville de Grèce. Beaucoup ne s'aiment pas, puisqu'il existe beaucoup de différences entre les personnes et les groupes. Cela sert aussi le mouvement cependant, puisque le mouvement peut couvrir maintenant une grande variété de sujets. Différentes sortes de gens trouvent des camarades dans des mouvements anarchistes divers et, ensemble, ils se poussent - d'une manière positive, même si elle est parfois antagoniste - à communiquer avec la société. Cette communication intègre la création d'assemblées de quartier, la participation aux luttes sociales, et la préparation d'actions qui ont un sens pour la société en général. Après 30 ans d'anarchisme anti-social, le mouvement anarchiste grec aujourd'hui, avec tous ses problèmes, ses limitations et ses conflits internes, est capable de regarder hors du microcosme anarchiste et de produire des actions qui améliorent la société en général, dans des manières résolument évidentes. Bien sûr, cela demande beaucoup d'effort pour que cela soit évident, mais jour après jour, plus personne ne peut le nier.
En ce qui concerne le rôle des anarchistes pour mettre en route et continuer les actions... surtout au début - samedi et dimanche, les 6 et 7 décembre - et aussi à la suite après mercredi, 10 décembre, c'était surtout les anarchistes qui ont monté les actions. Pendant les jours intermédiaires, surtout le lundi quand l'apocalypse destructrice a eu lieu, les étudiants et les immigrants ont joué un rôle important. Mais la plus grande partie des étudiants en ont eu assez après un, deux ou trois jours de destruction et après ils rentraient chez eux ou allaient aux manifestations avec une atmosphère plus pacifique. De la même manière, les immigrants craignaient la réaction des habitants locaux, et ils avaient peur de revenir dans la rue.
Alors les 20.000 anarchistes de Grèce ont commencé, et ils ont continué quand tout le monde retournait à la normalité. Et il faut mentionner que la peur de revenir au normal nous a aidé à continuer la lutte pendant dix jours de plus, nous mettant en danger parce que les actes de vengeance pour l'assassinat d'un ami se transformaient, dans notre imagination, en préparation pour une grève générale. Maintenant, la société européenne sait une fois pour toutes à quoi ressemble une insurrection et qu'il n'est pas difficile de changer le monde en quelques mois.
Mais il faut que tout le monde participe et joue son rôle. Les jeunes de Grèce ont envoyé une invitation à toutes les sociétés d'Europe. Nous attendons votre réponse maintenant.

Quelle est la visibilité des anarchistes en Grèce en général ? A quel point l'Anarchisme est-il pris « au sérieux » par la majorité des grecs ?

D'une certaine manière, on peut dire qu'il y a juste 3 ou 4 ans que les anarchistes ont commencé à se prendre eux-mêmes « au sérieux » et c'est comme cela que l'on nous voit dans la société en général. C'est seulement ces dernières années que nous avons réussi à croître au-delà des limites de la stratégie anti-police qui avait caractérisé nos efforts pendant 25 ans. Selon cette dernière stratégie, on attaque la police, ils arrêtent des gens, on fait des actions de solidarité, et ça recommence. Cela nous a pris 25 ans pour nous dégager de cette routine. Bien sûr, les attaques anti-police et les bagarres continuent, et le mouvement de solidarité envers les prisonniers est plus fort que jamais, mais l'élément anti-social dans le mouvement anarchiste se contrôle lui-même consciemment et nous pouvons parler, nous inquiéter et agir pour le bénéfice de toute la société maintenant, avec des plans et des actes susceptibles d'être mieux compris par au moins une partie de la société.
De nombreuses actions, comme les attaques aux supermarchés et la distribution libre de produits volés, sont devenues très populaires et sont bien acceptées. Les attaques aux banques, surtout après la crise économique, sont aussi bien acceptées, et les attaques aux stations de police ont été adaptées et utilisées par des étudiants dans tout le pays. D'une manière ou d'une autre, nous avons fait les gros titres pendant ces quinze derniers jours. En général, avec notre participation aux luttes des étudiants ou des travailleurs, et dans les luttes écologiques, chaque semaine, des actions entreprises par des anarchistes attirent l'attention et offrent de la visibilité au mouvement anarchiste.
Cela ne veut pas dire que « l'anarchisme » est pris au sérieux par la majorité des grecs, puisque la plupart des gens croient encore aux boniments diffusés par la TV qui nous décrit comme « masketeers » ('masquetaires') ou criminels, et aussi parce que la majorité ne peut imaginer comment une société anarchiste pourrait jamais fonctionner - cela inclut la plupart des anarchistes, même, qui se refusent à engager cette question ! Mais nos actions, nos critiques et nos idées ont une forte influence maintenant parmi les gens de gauche et les progressistes. On ne peut plus dire maintenant que nous n'existons pas, et notre existence radicalise la majorité de la génération la plus jeune.


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Ven 9 Jan - 23:59

Citation :
Quel a été le rôle des groupes de la subculture - comme les punks, les squatters etc... - dans la montée de l'insurrection ?

Après 1993, il y a eu une forte tendance dans le mouvement anarchiste - avec beaucoup de luttes intestines - à éliminer l'influence des styles de la sous-culture dans le mouvement. Cela signifie qu'il n'existe pas d'identité spécifiquement punk, rock, metal etc. au mouvement anarchiste grec - vous pouvez être ce que vous voulez, écouter la musique que vous voulez, vous pouvez suivre le style ou la mode que vous aimez, cela ne constitue pas une identité politique.
Dans les combats de rue de ce mois, beaucoup « d'emos » ont participé, avec des hippys et des ravers, beaucoup de punks, des garçons et des fille heavy metal, et aussi des jeunes ordinaires, branchés qui aiment la musique grecque ou autre chose. Cela doit être la conscience sociale et politique, la critique sociale et la compréhension collective qui vous conduit à participer au mouvement anarchiste, pas la mode. Bien sûr pour les 19 dernières années au moins, le réseau 'Void' et des collectifs similaires ont présenté une introduction culturelle aux espaces politiques radicaux. Ces groupes organisent beaucoup d'événements culturels/politiques, des festivals, des fêtes tous les ans et ils ont le pouvoir d'attirer des milliers et des milliers de gens vers les cultures underground. Mais même Void network (réseau 'Void') ne crèe pas d'identité subculturelle, il ne sépare pas les différentes subcultures, il essaie d'organiser des événements qui intègrent un maximum de cultures underground. Il est vrai pourtant que la majorité des gens de la scène viennent et participent à la plupart des événements de la culture underground auto-construite ; beaucoup des ces événements sont organisés chaque mois dans des espaces libérés.

Qu'est ce qui a rendu le mouvement anarchiste si prospère en Grèce ?

La politique de séparation vis-à-vis des identités subculturelles ont fait comprendre aux gens que pour s'appeler anarchiste, cela implique une plus sérieuse participation, une plus grande préparation, créativité, plus d'actions que de simplement porter un T-shirt exhibant l'anti-Christ ou de se balader dans des concerts punk en buvant de la bière et en prenant des pilules hallucinogènes. On comprend maintenant que pour s'appeler anarchiste, il faut participer aux manifestations, sortir dans la rue avec des banderoles et des drapeaux noirs et rouges, crier ensemble des mots d'ordre et montrer une présence anarchiste. Il faut aussi participer chaque semaine à une, deux ou trois rassemblements avec d'autres pour préparer des actions, des plans ou des luttes, si vous voulez être appelés anarchistes. Vous devez être amis avec des gens à qui vous faites confiance à 100% pour préparer quelque chose qui peut être dangereux ; il faut savoir ce qui se passe dans le monde pour décider de vos actions, vous devez être fou ou enthousiaste, pour sentir que vous pouvez faire des choses incroyables - vous devez être prêt à risquer votre vie, votre temps, vos années dans une lutte sans fin. Mieux vaut ne pas trop espérer pour ne pas être déçu. Ne vous attendez pas à gagner. Vous vous habituez à apparaître, à vous battre, et à disparaître encore ; vous savez comment vous rendre invisible en tant que personne et visible comme pouvoir collectif. Vous savez que vous n'êtes pas le centre du monde, mais à tout moment, vous pouvez devenir le centre de votre société.

Comment pensez-vous que le mouvement anarchiste en Grèce pourrait devenir meilleur ou plus fort ?

Il nous faut trouver des façons plus intelligentes d'expliquer nos idées aux gens. Nous avons besoin de techniques de communication avec toute la société, des façons plus fortes et meilleures de « traduire politiquement » nos actions et de placer la lutte toute entière dans son contexte social. Dans une télé-démocratie, où les politiciens ne sont que des vedettes de la TV, notre refus de communiquer avec ou par les médias de masse est juste, mais nous devons trouver d'autres moyens de dépasser la « réalité de consensus » des mass médias, leur propagande contre nous, et de trouver des moyens d'expliquer les causes de nos actions à la société. Aussi longtemps que ce qui est sur la TV est ce qui « existe » et ce qui n'y est pas « n'existe pas », nous serons présents avec nos idées folles, nos actions dangereuses et nos combats de rue pour casser la normalité des programmes TV, nous nous servirons de la publicité négative de nos actes pour détourner les fantaisies et les rêves des gens du commun. Mais comment expliquer nos idées positives à tous ? Comment pouvons-nous aider les gens à cesser de faire confiance aux médias ? Comment rentrer en contact avec des millions et des millions de gens ?
Cela prendra des millions et des millions d'affiches et de tracts, voyageant de main en main dans les rues ; cela prendra des millions d'invitations à manifester ou à participer aux luttes sociales ; cela demandera plus de services publics que le gouvernement est prêt à proposer - des docteurs et des infirmiers anarchistes gratuits, de la nourriture gratuite, des logements libres, de l'information, de la culture underground etc. - tout ce qui peut rapprocher les gens de nos idées. Cela prendra plus de squats et de centres sociaux. Si vous pouvez commencer un squat, tant mieux, mais s'il n'est pas possible d'installer un squat dans votre ville, alors louez un bâtiment avec des amis, occupez vous de la bureaucratie, formez un collectif, organisez une assemblée, et mettez un drapeau noir ou rouge et noir à l'entrée. Commencez à proposer aux gens de votre ville un exemple vivant d'un monde sans racisme, sans patriarcat, sans homophobie, un lieu d'égalité, de liberté, de respect des différences, un monde d'amour et de partage. Nous avons besoin de beaucoup plus « d'autonomie » dans « l'insurrectionisme » du mouvement anarchiste grec, pour le faire briller comme modèle dans une nouvelle vague de la vie sociale et pour démontrer cette nouvelle méthodologie de survie dans les métropoles.

Jusqu'à quel point la police a t-elle réussi à enfermer le mouvement anarchiste ? Comment les gens ont-ils résisté ?

Les rêves et les plans des insurgés sont devenus réalité ; une énorme vague de participation a « dépassé » les anarchistes, et pendant de nombreux jours de chaos, les gens ont pu traverser la ville et y lutter comme jamais auparavant, dans un temps et un espace inhabituels.
Ils ont aussi atteint, bien sûr, les limites de l'insurrection. Les gens passent beaucoup de temps maintenant en longues discussions sur comment on peut étendre la compréhension, la méthode, les pratiques, les actions populaires qui soutiendront et enrichiront la lutte. Beaucoup de gens réfléchissent à des manières de rapprocher tous les différents éléments de la révolte. La répression de la police a joué un rôle moins important à amener la fin des émeutes que la fatigue. Nous partageons tous un sentiment d'achèvement et une impression de commencement, et ce sont des choses que la,police ne peut pas toucher.

Quel sera à votre avis le résultat final des événements de décembre ?

La lutte continue ! Un combat sans fin pour l'égalité politique, sociale et économique ! Toujours plus de liberté !
A l'avenir, les gouvernements de Grèce et de l'Europe réfléchiront bien avant d'essayer de mettre en place des changements d'ordre social ou économique. Les émeutes d'Athènes et la crise économique ont mis fin au cynisme des autorités, des banques, des multinationales, elles ont radicalisé une nouvelle génération en Grèce, et elles ont donné à notre société une chance d'ouvrir un débat sur les grandes luttes sociales du futur.

Comme le dit le mot d'ordre de décembre 2008 à Athènes et à Exarchia :

NOUS SOMMES UNE IMAGE D'UN MONDE FUTUR

(« we are an image from the future »)

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
laiheault



Nombre de messages : 186
Age : 26
Localisation : Tours
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Sam 10 Jan - 1:14

Sinon Newo merci pour les liens vers les émissions de La-bàs. Des très bonnes émissions sur ce qui s'y passe.
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Jeu 22 Jan - 16:49

Citation :
Extrait du Monde :

“Dans le sillage des anarchistes, les lycéens se sont ensuite mobilisés le plus vite. L’adolescent tué avait leur âge. Un peu plus de vingt-quatre heures après le drame, rompus à Internet, aux chats et aux SMS, ils ont été les premiers en mesure d’organiser une manifestation. “On s’est appuyés sur le réseau “Hi 5″ (un équivalent de Facebook) où tous les élèves sont inscrits”, explique Jason, 15 ans, petit brun aux yeux verts en sweat-shirt. Dans chaque lycée, un groupe de 15 élèves suivent la mobilisation. Il fait partie de l’un d’entre eux. Les syndicats enseignants ont assuré leur liaison avec les étudiants”

Quel est le point commun entre la Corée du Sud et la Grèce ? Il sagit dinfluence digitale.

Point “affinitaire” de contestation (la mort de Alexis Grigoropoulos tué par un policier), mobilisation en ligne, et cristallisation via Hi5 autour d’une cause (qui est une direction) plutôt qu’autour d’une idéologie (qui est une base de départ). C’est ainsi que des lycéens apolitiques en t-shirts de geeks se retrouvent dans la rue avec des anarchistes anti-système dans la même Ecole Polytechnique, à deux pas de la place Exarchia, quartier contestataire historique.

Un parallèle est à faire avec la contestation coréenne du printemps dernier :

Fond de menace sanitaire, mécontentement de la population…La différence, c’est qu’en Corée, il y a… plus de 12 millions de blogueurs, sans compter Cyworld, ce mystérieux réseau social à la croisée de tous les modes d’expres​sion(14 millions d’utilisateurs coréens connectés…) !La mobilisation s’est concentrée online, via la plateforme Agora. La discussion contre le Président a été extrêmement suivie, reprise sur de nombreux blogs personnels et sur une plateforme d’échange de vidéos qui est devenue en quelques jours numéro 1 : Afreeca qui a laissé ses utilisateurs livecast-er en direct des manifestations. 700 000 personnes ont manifesté.

Quel est le point commun entre la Corée du Sud et la Grèce ? Il sagit dinfluence digitale.

Nous venons tout juste d’entrer dans une ère où de nouvelles solidarités atypiques se créent en ligne via des dispositifs d’influence digitale mis en ligne par de nouveaux types d’activistes. David Weinberger de Harvard parlait justement au Web08 de démocratie de la réputation, où le leadership était désormais partagé par plusieurs têtes, ou plus précisément par plusieurs “hubs” complémentaires. *

La question sera donc pour les enjeux de société à venir de savoir comment réguler - et pas seulement contrôler - institutionnellement ces nouveaux leviers d’influence
ALORS CONTINUONS DE NOUS ORGANISER ET TOUS AU G8 EN SARDAIGNE EN JUILLET 2009!!!!!

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Mar 27 Jan - 16:13

http://emeutes.wordpress.com/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
ubifaciunt



Nombre de messages : 1743
Age : 38
Localisation : nanterre (pas mes rêves !)
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Dim 15 Fév - 22:35

une bonne 50aine de tofs inédites pour la plupart :


http://ubifaciunt.blogspot.com/2009/02/p_15.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.article11.info
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Mar 17 Fév - 12:16

Il y a vraiment de superbes photos. On est bien dans l'ambiance insurrectionnelle.
Il y avait l'air d'avoir quelques français en Grèce pendant les évènements, je comprends mieux pourquoi Sarkozy avait peur que les émeutes s'exportent ;)

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Bibine



Nombre de messages : 1388
Age : 26
Localisation : Calvingrad
Date d'inscription : 22/02/2007

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Dim 6 Déc - 21:51

Et gréce 2009? Un an aprés.
http://juralibertaire.over-blog.com/categorie-10815705.html
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Lun 7 Déc - 10:18

Citation :

Grèce: incidents dans plusieurs villes et plus de 230 arrestations, un an après les émeutes

06.12.2009 22:21

Des heurts ont opposé dimanche à Athènes et Salonique les forces de l'ordre et des milliers de jeunes. Ces derniers manifestaient pour le 1er anniversaire de la mort d'un adolescent tué par un policier, à l'origine d'émeutes dans toute la Grèce. Près de 150 anarchistes étrangers se seraient joints à la manifestation. La police a arrêté près de 230 personnes, dont 130 à Athènes. Des dizaines de personnes ont été blessées. La mort d'Alexis Grigoropoulos, 15 ans, tué par balles à Athènes dans la soirée du 6 décembre 2008, avait déclenché des violences urbaines durant 15 jours. Le policier doit être jugé le 20 janvier. (SWISS TXT)

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
ubifaciunt



Nombre de messages : 1743
Age : 38
Localisation : nanterre (pas mes rêves !)
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Mar 8 Déc - 19:15

trad d'une analyse sur le dispositif contre-insurrectionnel mis en place depuis déc. 2008 :

http://www.article11.info/spip/spip.php?article636
Revenir en haut Aller en bas
http://www.article11.info
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Jeu 24 Déc - 2:13

Souvenir
http://www.dailymotion.com/video/x7qbz4_grece-hommage-a-alex_news

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Dim 10 Jan - 21:55

Citation :
Grèce: attentat à l'engin explosif devant le Parlement grec
Par AFP, publié le 09/01/2010 à 19:39 - [/size]mis à jour le 09/01/2010 à 21:48

ATHÈNES - Un attentat à l'explosif, qui n'a pas fait de victimes, a été commis samedi dans le centre d'Athènes près de la tombe du soldat inconnu, devant le Parlement grec, pris pour la première fois pour cible par les extrémistes, a indiqué une source policière.


L'explosion, survenue à 19h57 heure locale (16h57 GMT) et précédée d'un appel téléphonique d'avertissement auprès du quotidien grec Elefthérotypia, n'a fait que des dégâts mineurs, brisant quelques vitres des guérites policières aux alentours, selon une source policière.

Réagissant à cette attaque sans précédent, le Premier ministre, Georges Papandréou, s'est rendu à son bureau au Parlement pour une réunion avec des collaborateurs. "La démocratie ne se laisse pas terroriser", a-t-il déclaré à son arrivée.

"Ce site a une haute charge symbolique pour les Grecs, il n'est pas gardé et ne le sera pas. Nous ne soumettrons pas Athènes à un régime policier, c'est une ville libre et ouverte", a déclaré sur place le ministre de la Protection du citoyen, Michalis Chryssohoidis.

Il a exprimé sa conviction que les auteurs de l'attentat seraient "rapidement arrêtés et traduits devant la justice".

La police avait évacué de la zone les passants et les evzones, membres de la garde présidentielle, qui gardaient le monument.

L'explosion, de faible puissance, s'est produite 17 minutes après l'appel, dans le délai donné par son auteur, a indiqué une source policière. L'enquête a été confiée aux services anti-terroristes.



ATHÈNES - Un attentat à l'explosif, qui n'a pas fait de victimes, a été commis samedi dans le centre d'Athènes près de la tombe du soldat inconnu, devant le Parlement grec, pris pour la première fois pour cible par les extrémistes, a indiqué une source policière.
Un policier près des débris d'une bombe après un attentat devant le parlement grec à Athènes, le 9 janvier 2010

AFP/Louisa Gouliamaki

Un policier près des débris d'une bombe après un attentat devant le parlement grec à Athènes, le 9 janvier 2010

L'explosion, survenue à 19h57 heure locale (16h57 GMT) et précédée d'un appel téléphonique d'avertissement auprès du quotidien grec Elefthérotypia, n'a fait que des dégâts mineurs, brisant quelques vitres des guérites policières aux alentours, selon une source policière.

Réagissant à cette attaque sans précédent, le Premier ministre, Georges Papandréou, s'est rendu à son bureau au Parlement pour une réunion avec des collaborateurs. "La démocratie ne se laisse pas terroriser", a-t-il déclaré à son arrivée.

"Ce site a une haute charge symbolique pour les Grecs, il n'est pas gardé et ne le sera pas. Nous ne soumettrons pas Athènes à un régime policier, c'est une ville libre et ouverte", a déclaré sur place le ministre de la Protection du citoyen, Michalis Chryssohoidis.

Il a exprimé sa conviction que les auteurs de l'attentat seraient "rapidement arrêtés et traduits devant la justice".

La police avait évacué de la zone les passants et les evzones, membres de la garde présidentielle, qui gardaient le monument.

L'explosion, de faible puissance, s'est produite 17 minutes après l'appel, dans le délai donné par son auteur, a indiqué une source policière. L'enquête a été confiée aux services anti-terroristes.
La police anti-terroriste grecque à la recherche d'indices sur le lieu de l'explosion d'uine bombe devalt le parlement à Athènes, le 09 janvier 2010

AFP/Louisa Gouliamaki

La police anti-terroriste grecque à la recherche d'indices sur le lieu de l'explosion d'uine bombe devalt le parlement à Athènes, le 09 janvier 2010

L'engin, muni d'un mécanisme de retardement, avait été placé dans une poubelle à quelques mètres d'une guérite policière, à l'un des angles de l'esplanade abritant le monument, en contrebas du Parlement, a précisé la source policière.

La relève de la garde sur ce site est l'un des passages obligés du tourisme athénien.

Imputés par la police à des activistes d'extrême gauche ou anarchistes, les attentats à l'explosif ne faisant pas de victimes et visant des intérêts économiques et des bureaux de personnalités politiques se sont multipliés en Grèce depuis la mort, le 6 décembre 2008, d'un adolescent tué par un policier à Athènes.

Le dernier en date, également précédé d'un appel téléphonique d'avertissement, avait visé le 27 décembre l'immeuble de la plus grande compagnie d'assurance grecque à Athènes, Ethniki Asfalistiki, causant d'importants dégâts.

Il avait été revendiqué le lendemain par un groupe se réclamant de la mouvance anarchiste, la "Conspiration des cellules de feu", auteur depuis 2008 de dizaines d'attaques contre des bureaux et domiciles de responsables politiques.

Se déclarant hostiles au mode de vie occidental, les auteurs du texte de revendication indiquaient avoir voulu "perturber le calme de la ville".

La police avait découvert en septembre 2009 une planque du groupe dans une banlieue d'Athènes et arrêté six membres présumés, des jeunes gens, dont trois ont été placés en détention préventive.

Une autre organisation, Lutte révolutionnaire (EA), active depuis six ans et figurant sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne, avait revendiqué en septembre un attentat à l'explosif contre la Bourse d'Athènes qui n'avait pas fait de victimes.

L'Express.fr

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Une Autonome



Nombre de messages : 351
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Sam 6 Mar - 15:05

Grèce : manifestation et violences à Athènes
http://www.leparisien.fr/international/grece-manifestation-et-violences-a-athenes-05-03-2010-837250.php
://www.megatv.com/megagegonota/summary.asp?catid=17632&subid=2&pubid=6350740
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Dim 7 Mar - 15:03

http://videos.tf1.fr/jt-20h/grece-violentes-manifestations-contre-le-gouvernement-5707284.html

http://www.youtube.com/watch?v=LEZc65b158k

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo


Dernière édition par Newo le Dim 21 Mar - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Ven 12 Mar - 21:51

Bank Bashing - As Protests in Greece heat up
http://www.youtube.com/watch?v=cDD-Duk43mI

Anarchy Riot in Greece 11.03.2010
http://www.youtube.com/watch?v=7iNBJq25oXU

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Dim 21 Mar - 19:41

Citation :
Journées ordinaire en Grèce : 16-18 mars

Quelques informations, forcément partielles, glanées artisanalement sur divers médias de contre-information, et qui donnent l’idée d’un certain climat social. Ce que l’on ne vous dit pas ni à la TV, ni dans votre quotidien favori…

Manifestations, mardi 16 mars

Athènes : Quelque 7.000 personnes ont participé à la manifestation organisée par ADEDY et plusieurs associations de travailleurs sous forte présence policière. Depuis Propylea jusqu’à Syntagma, le cortège entier a été suivi par des escadrons anti-émeutes sur parties latérales de la manifestation. Aux alentours du Parlement, une personne a été arrêtée sans qu’il y ait eu la moindre provocation car c’était une manifestation très calme et paisible.

Thessalonique : manifestation pacifique d’environ 1.000 personnes. Le bloc ESE de Thessalonique (anarchosyndicalistes) a réuni environ 150 personnes.

Héraklion : manifestation d’environ 350 personnes. Il y eu un petit bloc anarchiste d’environ 80 personnes. Les anti-émeutes ont suivi la manifestation de près tout au long du trajet.

Chania : Après l’attaque fasciste dont a été victime un enseignant du secondaire, plusieurs interventions ont été organisées par de nombreux collectifs dans la ville, avec des rassemblements, prises de paroles et distribution de plus de 7000 tracts dans plusieurs quartiers de la ville, dans le centre et trois lycées. Sous le slogan “Pas de fascistes, jamais et nulle part”, plus de 250 personnes ont participé à la manifestation antifa.

Quartier d’Agia Paraskevi (Athènes) : Plus de 500 personnes de tous âges, sont passées aux Journées organisées par l’Assemblée du quartier d’Agia Paraskevi dans l’ex-camp militaire de Spirúdi, les 14 et 15 Mars. Il y eu des débats, des concerts de groupes de lycéens, des jeux pour enfants, des graffitis, etc. Aux débats, participèrent environ 70 personnes, où les camarades qui participent à des initiatives similaires dans les quartiers Brajámi et Jalándri ont parlé des expériences et des luttes qu’ils sont en train de mener. Au cours de la conversation, des gens du voisinage ont pris la parole et sont entrés pour la première fois en contact avec l’Assemblée du quartier, en disant qu’il est pour eux encourageant de constater l’existence d’une Assemblée populaire qui se situe en opposition aux formes actuelles d’organisation (conseil municipal, autres associations, etc.) Dimanche prochains, le 21 Mars, il y aura une nouvelle assemblée avec comme perspective de trouver un local qui fonctionne comme un lieu de rencontre et de référence pour les gens du quartier.

Athènes : le 18 mars, une mobilisation est appelée dans le quartier Petrúpoli

Lu sur l’affiche : « Rien pour nous, tout pour tous ; Auto-organisation - Autogestion ; Retrait immédiat des mesures ; Rassemblement – Manifestation, place centrale de Petrúpoli Organisateurs : Espace social Jardin Botanique »

Athènes : Un manifestant incarcéré. Une des personnes arrêtées lors de la manifestation de jeudi dernier, journée de grève générale, a été placée en détention provisoire (incarcération) par un procureur général aujourd’hui (lundi 15) à Athènes. Le jeune manifestant a été arrêté sans preuves par la police grecque, de nombreuses photos / vidéos le confirment. La police anti-émeutes qui gardait le palais de justice d’Athènes a été attaquée par les personnes qui s’étaient rassemblées en solidarité, des gens ont été blessés…

Athènes : occupation des locaux centraux de la Compagnie Publique de l’Electricité, en ce premier jour de grève des travailleurs de cette entreprise. Grève et coupures de courants prévues également demain mercredi.

Crise pas financière

D’après la presse (Ta Nea), environ 110 000 postes de travail ont été perdus officiellement au cours du deuxième semestre de 2009 dans le secteur des PME. A ces pertes, devraient être ajoutées au moins 60 000 autres jusqu’en juin 2010. Parallèlement, la confédération patronale des artisans et commerçant a déclaré hier prévoir que sur deux ans, 2010 – 2011, environ 60 000 petites entreprises mettront la clé sous la porte. Selon une enquête réalisée pour le compte de la fédération des petites entreprises [GSEBEE] portant sur une échantillon de 809 entreprises courant février, au cours du deuxième semestre de 2009, 21,1% des entreprises ont procédé à des diminutions de personnel, tandis qu’à peine 2,2% ont embauché.

Par contre, pour les investisseurs privés, la situation s’améliore de jour en jour ; ils peuvent se procurer de nouvelles obligations d’Etat au rendement net de 6,25% annuel, exempts d’impôt !

Lundi 15 mars : actions

• Les travailleurs de la Compagnie Publique de l’Electricité ont occupé symboliquement les agences d’OAED (agences pour l’emploi) dans le quartier d’Alimos à Athènes, dans la ville de Ptolemaida et à Megalopoli. Les ouvriers refusent les coupes dans leurs salaires et pensions. Ils dénoncent également que le gouvernement licencie des ouvriers tandis que les heures de travail des employés obtiennent de plus en plus. Les ouvriers ont également annoncé 48 heures de grève les 16 et 17ème mars.

• Le bâtiment de la préfecture d’Imathia dans la ville de Veroia est occupé depuis tôt le matin par des travailleurs de United Textiles qui ne sont pas payés depuis les 12 derniers mois. Ils demandent également le redémarrage des usines en condamnant les patrons qui ont réalisé des profits grâce à eux et qui ont ensuite arrêté la production. Les ouvriers ont également prévu d’occuper le bâtiment demain. En attendant, leurs collègues de l’usine de chaussures ÉLITE sont sans emploi depuis quatre mois maintenant en dépit des promesses du gouvernement disant que l’usine de chaussure ne serait pas fermée.

• Les médecins de l’hôpital pour enfants d’Aglaia Kyriakou à Athènes et de l’hôpital universitaire de la ville de Larissa sont en suspension de travail depuis aujourd’hui. Les heures supplémentaires des médecins ne sont pas payés depuis novembre alors les hôpitaux sont ouverts pendant les nuits etc. Ils condamnent également le manque de médecins, d’infirmières et d’équipement dans les hôpitaux qui mettent en danger les vies des patients. Demain, les infirmières seront en grève pour 24 heures dans toute la Grèce contre les coupes dans leurs salaires et pour condamner le manque général d’infirmières dans tous les hôpitaux du pays.

• La Fédération des propriétaires de stations-service a annoncé que 24 heures de grève et de fermeture le 18 mars.

• Les producteurs de vin et les commerçants de ce secteur ont bloqué l’autoroute Corinthe - de Tripolis à la hauteur de la ville de Nemea, en protestation contre la situation économique de leur secteur et du manque d’appui de l’Etat aux agriculteurs

http://oclibertaire.free.fr/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Dim 2 Mai - 1:24

http://www.dailymotion.com/video/xd5dmc_1er-mai-mobilisation-a-athenes-cont_news
http://www.dailymotion.com/video/xd59q5_incidents-lors-du-defile-du-1er-mai_news
http://www.dailymotion.com/video/xd5c83_1er-mai-2010-grece-manif-affronteme_news
http://www.youtube.com/watch?v=ylhPO32LuDw
http://athens.indymedia.org/front.php3?lang=el&article_id=1161572
http://athens.indymedia.org/front.php3?lang=el&article_id=1142402

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Dim 2 Mai - 12:28

http://giantakos.blogspot.com/2010/03/11032010.html

[1May Athens] - Riots @ Panepistimio to Omonia
http://www.youtube.com/watch?v=wGdRXKEw9ws

[1May Athens] - Protest of anarchist block - Panepistimio to Sintagma
http://www.youtube.com/watch?v=hLLPnfkRsT8

[1May Athens] - Exarchia to Panepistimio
http://www.youtube.com/watch?v=N8NX9rL9pqI

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Mar 2 Nov - 1:13

Citation :
Un colis piégé découvert à Athènes était adressé à Nicolas Sarkozy

Le paquet, et un autre destiné à l'ambassade de Belgique, étaient en possession de deux anarchistes grecs qui ont été arrêtes. "Pas de commentaires", affirme l'Elysée.

L'Elysée s'est refusé à tout commentaire après l'annonce par la police grecque qu'un des deux colis piégés découverts lundi 1er novembre à Athènes était destinée au président Nicolas Sarkozy.

"Nous ne faisons pas de commentaires", a affirmé la présidence française.

Un des colis piégés découverts aux mains de deux présumés extrémistes anarchistes grecs arrêtés était effectivement adressé au président français Nicolas Sarkozy, a indiqué un communiqué de la police. Le paquet, ainsi qu'un autre adressé lui à l'ambassade de Belgique à Athènes ont été découverts en possession des deux suspects lors d'une opération policière déclenchée dans le quartier central de Pangrati par l'explosion en fin de matinée d'un premier colis, déposé dans une société de messagerie express à l'adresse de l'ambassade du Mexique à Athènes. Un deuxième avait ensuite été neutralisé par la police dans une autre agence proche, adressé lui à l'ambassade néerlandaise.

"L'affaire apparait de fait assez ridicule, dans le cas de M. Sarkozy il est évident que ce paquet n'aurait jamais pu atteindre son destinataire", a commenté pour le porte-parole de la police, Thanassis Kokalakis.

Déflagration de faible puissance

L'un des suspects était revêtu d'un gilet pare-balle et était armé d'un pistolet, l'autre portait un paquet semblable à celui ayant explosé peu avant, a précisé la police. Les deux hommes ont été arrêtés dans le quartier central de Pangrati, où se trouvent les deux agences. La police les soupçonne d'appartenir à la mouvance extrémiste locale, qui revendique régulièrement des attentats en Grèce, au nom d'une idéologie d'extrême-gauche ou anarchiste, et l'enquête a été confiée à la brigade anti-terroriste.

L'alerte avait été donnée par l'explosion, en fin de matinée, d'un premier colis, que venait de déposer un jeune homme et était adressée à un destinataire non précisé par la police, au Mexique. L'employée qui manipulait le colis a été légèrement blessée à la main par la déflagration, de faible puissance.

Le chef de la sécurité tué

Des artificiers de la police ont ensuite neutralisé un deuxième paquet signalé comme suspect par le personnel d'une autre société de messagerie, proche. Il était adressé à l'ambassade néerlandaise d'Athènes, a indiqué la même source.

En juin dernier, un colis piégé adressé au ministre à l'époque en charge de la police, Mihalis Chryssohoidis, avait explosé dans l'antichambre de son bureau ministériel, tuant le chef de sa sécurité. L'enquête avait révélé que le paquet avait été adressé à la permanence politique de Mihalis Chryssohoidis, et porté au ministère, sans être contrôlé, par un de ses collaborateurs.

(Nouvelobs.com)

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Mer 3 Nov - 14:16

Citation :
Tentatives d'attentats simultanés aux colis piégés en Grèce, Italie et Allemagne

Des paquets en provenance de Grèce, adressés à des ambassades, à Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et Silvio Berlusconi ont été interceptés.

Une douzaine de colis piégés postés en Grèce ont été découverts quasi-simultanément mardi 2 novembre à Berlin, Bologne (Italie), dans plusieurs ambassades d'Athènes et à son aéroport, conduisant les autorités grecques à suspendre l'expédition de tout courrier par avion vers l'étranger pour 48 heures.

Dans la nuit de mardi à mercredi, la Grèce a annoncé la suspension de l'acheminement par voie aérienne de toutes les lettres et colis pour une période de 48 heures, afin de procéder à des vérifications.

Quasiment au même moment, un paquet suspect adressé au Premier ministre italien Silvio Berlusconi et expédié depuis la Grèce a été intercepté à bord d'un avion postal privé qui avait atterri à 22H15 (21H15 GMT) à l'aéroport de Bologne (Italie), a indiqué une source policière grecque.

Quand les artificiers ont tenté de l'ouvrir, le paquet suspect, trouvé à bord d'un avion cargo en provenance de Grèce et à destination de Paris, a pris feu sans faire de blessé, a précisé l'agence italienne Ansa, citant des sources proches de l'enquête.

Fermé après l'atterrissage de l'avion transportant le colis piégé l'aéroport de Bologne a été rouvert au trafic aérien mercredi vers 01H00 GMT, selon la même source.

Onze colis

Mardi soir, la police grecque a parallèlement annoncé avoir détruit à l'aéroport d'Athènes deux paquets suspects contenant des livres dans lesquels avaient été aménagé un espace pouvant contenir des explosifs.

Les destinataires étaient Europol, dont le siège est aux Pays-Bas, et la Cour européenne de justice au Luxembourg, ont indiqué des médias.

Un peu plus tôt dans la soirée, un autre paquet explosif, posté en Grèce lui aussi et adressé à la chancelière allemande Angela Merkel, a été désamorcé à la chancellerie à Berlin. Selon le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, l'engin explosif était semblable à celui expédié à l'ambassade de Suisse à Athènes et qui a explosé mardi matin.

Au total, en Grèce, depuis lundi, onze colis piégés ou suspects ont été interceptés. Ils étaient adressés à des ambassades, ainsi qu'au président français Nicolas Sarkozy. Mardi, deux d'entre eux, de faible puissance, ont explosé aux ambassades Suisse et russe, sans faire de victimes. Lundi, un autre avait explosé dans une société de messagerie.

La police grecque privilégie la piste d'un seul et même groupe. Les enquêteurs n'étaient toutefois pas en mesure de désigner une organisation précise, dans un pays confronté à un militantisme extrémiste récurrent, s'incarnant dans divers groupes affichant des thèses d'extrême gauche ou anarchistes.

Selon Théodore Papathéodorou, professeur de criminologie à l'université du Péloponnèse, interrogé avant les annonces de la police concernant l'Italie et l'Allemagne, ces actes sont un "appel" pour "attirer l'attention des opinions publiques au niveau européen" et "dénoncer la crise" qui frappe toute l'Europe, la Grèce en tête.

Lundi, la police a arrêté deux suspects. L'un d'eux, un étudiant en chimie de 22 ans, était recherché pour extrémisme anarchiste, l'autre, âgé de 24 ans, est considéré comme un militant autonome.

"Actions terroristes"

Les suspects, qui étaient armés, ont été déférés mardi en milieu de journée devant un procureur qui a lancé contre eux des poursuites pour quatre chefs d'inculpation, dont "appartenance à une organisation terroriste" et "actions terroristes".

Le Premier ministre Georges Papandreou a condamné les actes de ceux qui "essaient en vain de perturber la paix sociale du pays par des actes criminels" et d'atteindre "l'image de la Grèce à l'étranger à un moment particulièrement difficile".

Selon Georges Marnellos, journaliste au quotidien Eleftherotypia, qui traite des questions de terrorisme, "le phénomène en Grèce est plutôt dans le creux de la vague. Mais il ne faut pas croire que cette détente va durer. Car la Grèce traverse une crise économique, et cela a des conséquences sur toute la société".

De fait, ces événements interviennent dans un contexte social tendu, à quelques jours d'élections locales cruciales pour le gouvernement socialiste qui applique un programme d'austérité très impopulaire pour tenter de juguler la dette abyssale de la Grèce, en échange de l'aide financière de la zone euro et du Fonds monétaire international.

(Nouvelobs.com)

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Grèce 2008 ... et plus si affinités   Aujourd'hui à 19:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Grèce 2008 ... et plus si affinités
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Vote] Grèce - MTV Hit List
» 11 Mai 2008 - Doooooom Over Paris
» Corso de Firminy 2008
» fanf'oiron 2008
» [T] 22-23-24.03.2008 : Europa Park

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Manifs-
Sauter vers: