Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Cellule(s) invisible(s) - revue de presse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9 ... 14  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Lun 15 Déc - 12:31

lol2 lol2

qui a fait cette affiche ???

"hoo mon dieu mais vous voyez pas que c'est un test ???!!!" hahahha !!!

de mieux en mieux ...
Revenir en haut Aller en bas
Mutos



Nombre de messages : 598
Localisation : LY City, The biggest little city in France
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Lun 15 Déc - 13:04

Ce qui me fait rire, c'est les discours, "Pour le sabotage des catenaires" et le discours "ce n'est pas du terrorisme il n'y a pas mort d'homme". Avec ses truc de soutien on voit vraiment du tout et n'importe quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Netchaïev



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 07/12/2008

MessageSujet: Re: Cellule invisible - revue de presse   Mar 16 Déc - 1:23

Dans la série les "Aventures de la Cellule invisible",ceux qui ont aimé le livre "L'insurrection qui vient" aimeront aussi le texte "Appel" disponible en entier et sans erreurs (mais sans les italiques pour le moment) ici: http://lesbrasmenttombent.blogspot.com/
Bonne lecture !!
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Mar 16 Déc - 1:38

Faut que je laisse un article depuis 4 jours. j'espère le poster demain.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Mar 16 Déc - 2:57

Documents qui relatent l'affaire avec interviews de participant-e-s au comité de soutien.

http://www.dailymotion.com/video/x7pwbv_reportage-sur-les-inculpations-de-t_news

Réfléchir, est-ce désobéir ?

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Mer 17 Déc - 3:27

Citation :
Eric Hazan : « Regardez ce qui se passe en Grèce : c’est de ça dont ils ont peur. »

mercredi 10 décembre 2008, par JBB

Que vous inspire l’attitude des médias dans l’affaire dite de Tarnac ?

Elle est très éclairante, parce qu’elle illustre précisément la relation qu’il existe entre le journaliste spécialisé des affaires judiciaires et la police. Dans un premier temps, les journalistes de tous les quotidiens ont repris sans aucun recul les communiqués de la police. C’est humain, d’une certaine manière : ils sont comme des journalistes embedded dans des unités combattantes, ils ne peuvent mettre en doute les déclarations de la police sans perdre leur source.
Cette tendance à reprendre telles quelles les déclarations de la police a duré une semaine. Puis, au bout d’un moment, les journalistes ont quand même commencé à se poser des questions sur ce qui leur était présenté comme des preuves, soit un horaire des chemins de fer, une lampe frontale, une échelle et L’insurrection qui vient. Là, ils se sont mis à trouver le dossier assez foireux et à se demander s’il ne s’agissait pas d’un montage.

Vous comprenez qu’ils aient mis tant de temps à questionner la version officielle ?

Encore une fois, c’est humain. Les gens ne sont pas forcément très courageux ni indépendants d’esprit. Le sous-ensemble des journalistes est juste représentatif : prenez n’importe quel échantillon de population, il n’y aura pas parmi eux un nombre extravagant de gens à la fois courageux et capables de discriminations.

C’est pourtant justement ce qu’on demande aux journalistes…

Il faut prendre en compte l’énorme changement qui s’est produit en une vingtaine d’années dans leur recrutement. Il y a 20 ans, les journalistes étaient issus de tous les milieux, origines, formations : c’était un agglomérat de gens très hétéroclites. Aujourd’hui, ils sont formatés par les écoles de journalisme à l’esprit sciences-po et au moule républicain laïc et libéral… Et il n’y a même plus besoin de censure tant ceux qui sont aux postes de responsabilité, quadragénaires en bonne partie, sont formatés [Cela renvoie d’ailleurs à un autre phénomène, qui sort un brin de notre sujet : on entend souvent dire qu’il n’y aurait plus de grande pensée française, comparable à la génération des Deleuze et Foucault. Et qu’après Badiou ou Rancière, il n’y aura plus de relève. Mais il y a une raison à cela : ce n’est pas que les Français soient devenus des crétins, mais simplement que le mode de recrutement des universités a évolué. Au premier filtre du mandarinat traditionnel - qui a toujours existé - est venu se superposer le filtre politique : si tu as une étiquette « marxiste », « bourdieusien » ou « trotskiste », tu n’auras jamais de poste universitaire important. Tous les gens qui sont catalogués comme des enseignants potentiellement dangereux pour leurs étudiants sont exclus des universités de sciences humaines. Les esprits féconds, fertiles, curieux et travailleurs - qui ne peuvent néanmoins vivre de leurs écrits - deviennent ainsi souvent professeurs de lycée, profession qui ne leur laisse que peu de temps libre. Et ils n’ont plus la possibilité de maturer, de ciseler leur pensée.

Cet univers de conformisme laisse quand même quelques marges de liberté…

Heureusement ! Sur l’affaire de Tarnac, il y a quelques journaux qui ont senti le truc et ont réagi dans le bon sens : L’humanité, le Canard Enchaîné et Politis, plus les gens du Monde et de l’AFP qui ont assez rapidement émis quelques doutes. A part ça… Libération, il leur aura fallu un temps fou pour se montrer un peu critique ; c’est d’ailleurs frappant de voir que c’est le même journaliste qui a écrit un article infâme sur L’insurrection qui vient et qui signe le long entretien d’aujourd’hui… [L’ultra-gauche déraille » de Joffrin, il y a eu une émeute à Libé, une vague de protestation des journalistes qui ne partageaient pas ce point de vue.
Quant au Figaro… C’est un vrai flic qui a écrit les articles. Lui, c’est vraiment une erreur de casting, il aurait dû faire l’école de la police… Mais même dans ce quotidien, il y a des gens qui ne sont pas convaincus, qui n’en pensent pas moins.

Quels leçons tirez-vous de cette histoire ?

Elle montre plusieurs choses. C’est d’abord la preuve qu’avec la législation antiterroriste, on peut arrêter n’importe qui pour n’importe quoi, puisqu’on inculpe les gens sur des intentions ; c’était d’ailleurs le but de cette législation.
Ensuite se pose une question : pourquoi maintenant ? En fait, je crois que le pouvoir pète de trouille… Regardez ce qui se passe en Grèce : c’est de ça dont ils ont peur. Il se trouve que ça a explosé en Grèce, mais la police aurait aussi bien pu tuer un adolescent ici. Ce ne serait pas si exceptionnel…
Enfin : pourquoi eux ? Je pense que les gens de Tarnac sont dangereux aux yeux de l’appareil d’Etat parce qu’ils peuvent représenter un lien entre la jeunesse étudiante et la jeunesse populaire. Ils sont un peu l’un et un peu l’autre, et cette liaison-là est quelque chose que le pouvoir craint terriblement. Sarkozy l’avait dit quand il était ministre de l’Intérieur : « Si la jeunesse étudiante et la jeunesse des quartiers font la jonction, la fin du quinquennat [sera épouvantable. »

Vous pensez qu’on est dans une situation pré-insurrectionnelle ?

Le pouvoir le craint. Et il n’a pas tort…

La suite sur http://www.article11.info/spip/spip.php?article226

Notes

[1] La citation est de Lémi, collaborateur émérite de ce site qui avait publié en 2007, sur le blog Zapa, un passionnant entretien avec Eric Hazan. A lire ICI.

[2] Ce dont fait état le très bon livre de François Ruffin, Les petits soldats du journalisme, édifiante description du fonctionnement de la machine à décérébrer les apprentis journalistes.

[3] Il s’agit d’une longue interview, publiée en date du 9 décembre, de Benjamin Rosoux, l’un des cinq mis en examen dans le cadre de l’enquête sur les sabotages des lignes SNCF.

[4] Il s’agit du quinquennat de Chirac, donc.

Trouvé ici
http://ultragauche.wordpress.com/

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Mer 17 Déc - 3:43

A voir absolument !!!

Interview des parents des inculpés.
http://www.dailymotion.com/search/tarnac/video/x7qxn5_sabotage-sncf-nos-enfants-ne-sont-p_news

LE reportage n'étant pas sorti du Ministère d'Alliot-Marie.
http://www.dailymotion.com/video/x7q6ot_tarnac-les-accusations-enqute-vido_news
http://www.dailymotion.com/video/x7q470_tarnac-opration-tayga-enqute-vido-d_news
http://www.dailymotion.com/video/x7q7ev_tarnac-lemballement-mdiatique-enqut_news
http://www.dailymotion.com/video/x7qjji_tarnac-une-affaire-politique-enqute_news

Action de soutien aux inculpé-e-s du 11 novembre, à Chalon-sur-Saône, le lundi 8 décembre 2008.
http://www.dailymotion.com/video/x7o7be_inculps11novembrestarnacactionsouti_news

Revue de presse d'un internaute
http://www.dailymotion.com/video/x7oig4_laffaire-qui-tarnac-des-nouvelles-d_news

Libération, passant du rôle de procureur à journaliste
http://www.dailymotion.com/video/x7pnkp_5-jours-la-1-tarnac-flambe-et-ps_lifestyle

Réflexions générales
http://www.dailymotion.com/video/x7p6f2_braves-gens-nayez-plus-peur-2sur5_news

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Mer 17 Déc - 4:26

http://www.paperblog.fr/1311736/ultra-gauche-de-tarnac-enieme-mensonge-detat-par-mam/

Ca fait plaisir de voir qu'il y a du passage sur cette rubrique. Ne pas oublier qu'ils sont encore emprisonnés (dans le froid comme pas mal de prisonniers en France), ou inculpés. Ce n'est pas parce que la plupart des médias ont tourné la page après avoir vomi les communiqués de la Sinistre de l'Intérieur qu'il faut les laisser tomber.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Jeu 18 Déc - 2:35



Citation :
Deux jeunesses françaises
Les révoltés de Tarnac

Le Nouvel Observateur

Un mois après l'arrestation spectaculaire des saboteurs supposés du TGV, l'enquête n'a guère avancé mais Julien Coupat et Yildune Lévy restent incarcérés. Ils sont accusés d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

"Nos libertés sont menacées. Nous vivons dans un Etat policier." Celle qui parle n'est pas exactement une anarcho-auto- nome. Nous ne sommes pas dans un squat, mais dans la belle bibliothèque de sa maison, face au château de Rueil-Malmaison. Il n'y a pas un bruit, un peu de musique classique peut-être. Son sourire est désolé. Son monde déboussolé. Pour Jocelyne Coupat, cette année, le 11 novembre a eu des airs de 11-Septembre. Ce matin-là, le GIGN investit en nombre le village de Tarnac, en Corrèze, où Julien, son fils, vit avec des amis. Ils sont suspectés d'avoir saboté les caténaires de trois lignes à grande vitesse le week-end précédent. La ministre de l'Intérieur convoque une conférence de presse : «Ces gens ont voulu s'attaquer à la SNCF, car c'est un symbole de l'Etat.» La France découvre qu'elle avait dans ses campagnes des terroristes d'ultragauche. Un mois après, l'enquête compte de nombreuses zones d'ombre (voir encadré). Et Jocelyne Coupat n'a toujours pas vu son fils. Alors que trois de leurs camarades ont été libérés, Julien Coupat et Yildune Lévy restent en détention provisoire, sans permis de visite pour l'instant. «On veut en faire des Bonnie and Clyde, c est n importe quoi», s emporte Michel Lévy, le père de la jeune fille. Coupat, Lévy, les deux familles ne se ressemblent guère. Les pères se sont rencontrés pour la première fois au palais de justice. Ils vivent dans des univers différents, pour ne pas dire opposés. Ils s'agacent parfois, «Michel et sa rhétorique», «Gérard et son pragmatisme», mais sont embarqués dans le même bateau : «Nous sommes les vraies victimes de l'antiterrorisme», résume Michel Lévy. Lui a eu 20 ans en 1968. Il était enfant du 20e arrondissement, fils de communistes, il est devenu vincennois, de là où la philo, la socio, la psycho refaisaient chaque jour le monde. Quand «Dany» (Cohn-Bendit) fut bouté hors de France, il repassa avec lui la frontière à pied, clandestinement. Le vent de 68 s'est essoufflé; Michel et quelques amis («le réseau, mais faut pas en parler») ont continué. Philosophie, radios libres, production de spectacles, voyages en Afrique, le voilà sexagénaire flâneur, clope et café cognac, refusant la course à l'efficacité, allergique «à la dictature de la vitesse» et admiratif de Yildune, «ma fille aînée, ma favorite, je n'en ai qu'une». Elle a 25 ans. Elle est née avec l'abolition de la peine de mort, a eu 18 ans avec le 11 septembre 2001 et, comme pre mier choix électoral, un duel Le Pen-Chirac. «Le siècle a commencé dans la terreur et la confusion», dit son père. Etudiante en archéologie, «vive et passionnée», selon ses professeurs, Yildune ne se satisfait pas du monde post-11-Septembre. Sans-papiers, CPE, fichier Edvige, mal-logement, elle s'interroge, elle conteste. Elle rencontre Julien Coupat. Il est plus âgé qu'elle, 34 ans. Comme la jeune fille, il aime les livres et les débats. Comme elle, il croit que l'on peut transformer la réalité. A condition de s'en décaler.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Jeu 18 Déc - 2:36

Citation :
Julien Coupat est décrit par tous comme un type brillant. Mais il refuse de mettre son brio au service du «système». Fils unique de deux médecins ayant fait carrière dans l'industrie pharmaceutique, il a bénéficié de la meilleure éducation. «Il était doué et nous avions le culte des études», raconte son père Gérard, fils d'un militaire d'Algérie. Julien fait son lycée dans le privé à Passy-Buzenval puis une prépa à «Ginette». Helléniste, latiniste, il parle six langues. Chaque samedi, une bibliothécaire anime un club de lecture à la maison. La famille voyage, «nous voulions qu'il soit ouvert au monde». Julien grandit, un peu solitaire, toujours le nez dans un bouquin. «Il était le premier partout, il pouvait faire Normale sup comme Polytechnique. Nous avons tranché la poire au milieu» : ce sera une école de commerce, l'Essec, la dernière chose que ses parents lui imposent. Il ne leur a pas encore expliqué qu'il ne supporte pas l'idée même de carrière. Il s'inscrit à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, décortique Guy Debord, croise Toni Negri et Giorgio Agamben et se lie avec Luc Boltanski. Devenu «post-situ», il forge sa conviction : «Il m'a dit qu'il était profondément communiste», raconte son père. Pas vraiment le genre de la maison qui oscille entre Modem et UMP, mais l'amour parental ne se mesure pas au bulletin de vote. D'ailleurs Julien ne vote pas.
L'écrivain Jean Carrière, avec qui, adolescent, il faisait de longues et âpres randonnées sur le mont Aigoual, disait de Julien qu'il était «un mutant». Un mutant qui veut faire de la recherche, mais refuse de passer l'agrégation pour n'obéir qu'à son intuition. Il crée avec des amis «Tiqqun», revue «du parti imaginaire». En 2004, il passe à l'application concrète de ses idées et imagine avec des amis le projet du Goutailloux, cette ferme du plateau de Millevaches où ils réinventent une autre façon de vivre ensemble. Chaque décision est prise collectivement. Il y a là des écolos, comme Benjamin Rosoux (également mis en examen pour les sabotages), diplômé de Sciences po et de sociologie rurale. «J'y suis allé plusieurs fois pour les former à la faune et la flore, dit son père, biologiste. Ils vivent le développement durable grandeur nature. Entre la ferme pédagogique, l'épicerie-restaurant et leurs animations culturelles, c'est tout sauf une base arrière d'endoctrinement ! Ce sont juste des gens qui ont de la suite dans les idées.» Il y a des enfants aussi, qui, comme dans les sociétés africaines, sont sous la responsabilité de tous les adultes. «Ils considèrent que la famille nucléaire traditionnelle n'est pas un modèle en soi, raconte Gérard Coupat. Ma petite-fille a par exemple plusieurs «pères adoptifs» qui veillent sur elle comme sur leurs propres enfants.»

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Jeu 18 Déc - 2:36

Citation :
Régulièrement, les jeunes de Tarnac organisent des veillées avec les gens du plateau. Ils rendent visite à José, 80 ans, vétéran républicain espagnol à qui ils rêvent de payer un voyage au pays, le premier depuis son exil. On a beau chercher, reste un mystère. Qui sont vraiment ceux de Tarnac ? Refusent-ils les téléphones portables parce qu'ils se cachent ou parce qu'ils détestent l'idée d'être joignables à tout instant ? Sont-ils des insurgés, enfants paumés d'Action directe, ou des intellos tentés par l'expérience radicale d'une autre vie ? La rupture en tout cas est actée avec la société de consommation et le salariat traditionnel - même si le groupe gère une épicerie et emploie des salariés. Mais pas avec les familles. Chaque semaine ou presque, Julien fait le voyage jusqu'aux allées boisées du parc de Malmaison. Difficile de couper ce cordon si bienveillant. Ses parents, partagés entre l'incompréhension et l'admiration, acceptent ce changement total de programme : «Il aurait pu tout avoir, ?

il a choisi la voie la plus difficile, celle d'une vie pauvre en accord avec son idéal. C'est extrêmement respectable», plaide sa mère en réponse à ceux qui ne voient dans son fils qu'un anarcho-rentier à la petite semaine. Car aisé, Julien l'est : ses parents lui ont fait deux donations qu'il a placées dans l'immobilier. Son père a aussi acquis un ancien atelier parisien, pour un projet de journal alternatif, et verse chaque mois 950 euros à Julien, en qualité de gérant de la société immobilière familiale. «Il ne voulait pas de cet argent, mais sa mère a insisté : ça lui garantissait au moins la Sécu», dit avec tendresse celui qui se présente comme «le mécène» de son fils : «Il a une oeuvre à écrire, je trouve normal de le subventionner, approuve Michel Lévy. L'argent est à tout le monde, il l'a mis au service du collectif.» Si certains des résidents de Tarnac étaient fils et filles de bonnes familles, d'autres venaient de milieux modestes. «On les présente comme une bande de bourges oisifs qui jouent les activistes, s'emporte le père de Benjamin Rosoux. C'est faux, ils travaillaient dur pour faire tourner l'épicerie dès 5 heures tous les matins !»
Julien est un sac à dos ambulant. Un jour en Corrèze, un jour à Paris, un autre chez ses parents. Et puis la Grèce, l'Italie, l'Allemagne et même les Etats- Unis, le pays du Patriot Act et de la biométrie que Julien et ses amis détestent tant. C'est parce qu'ils estiment que leur liberté de circulation ne doit pas être entravée par un quelconque fichage que Julien et Yildune franchissent la frontière du Canada à pied, clandestins, en janvier dernier. Leurs sacs passent en voiture, avec un ami canadien. Contrôle, ouverture des sacs : Julien a oublié une pièce d'identité au milieu de livres et de tracts. Le FBI alerte les services français quand, en mars, une grenade saute devant un centre de recrutement de l'armée à New York. La surveillance débute, jusqu'à la «nuit des caténaires» du 8 novembre. Quand ils vivaient à Neuilly, la mère de Julien Coupat, représentante des parents d'élèves, croisait souvent Nicolas Sarkozy, alors adjoint à l'éducation. Désormais à Rueil-Malmaison toujours très investie dans les associations locales, elle connaît bien le maire. Il s'appelle Patrick Ollier. On dit que sa compagne, Michèle Alliot- Marie, passe ses nuits ici. L'histoire ne dit pas si elle aussi fait des nuits blanches.


Isabelle Monnin
Le Nouvel Observateur

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Jeu 18 Déc - 2:49

http://www.dailymotion.com/video/x7nyyr_tiqqun-zone-dopacits-offensives_news

TIQQUN, très situationniste (je ne comprends pas trop le concept), donc très terroriste pour l'Etat sarkozyste.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Jeu 18 Déc - 2:54

Plus drôle
http://www.dailymotion.com/video/x7lovp_big-brother-blues_news

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Jeu 18 Déc - 2:58

L'ultra-gauche et l'ombre de Tarnac sont partout ... Mais on n'apprend quand même que l'ultra-gauche est là pour faire chier le système capitaliste, pas pour tuer comme ces horribles islamistes.

Citation :
Alerte à la bombe au Printemps: "Ça me fait penser à une menace gauchiste"
Hier, 19h22

"Prudence, on est encore sûrs de rien" dit au Post le directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement ce mardi après-midi.

Pourtant, quelques heures seulement après l'alerte à la bombe au Printemps-Haussmann de Paris, Eric Denécé a sa petite idée sur "ce fameux FRA, Front Révolutionnaire Afghan", qui a revendiqué la pose d'explosifs.

Selon l'expert, pas de doute "ce ne sont pas les islamistes qui ont fait ça."

Il privilégie "une menace gauchiste."

Sur Le Post, Eric Denécé s'explique:

Qui a fait ça?

"On est encore sûrs de rien. Mais de nombreux éléments portent à croire que ce ne sont pas des islamistes qui ont fait le coup."

Quels éléments?

"L'analyse du discours lui-même n'a rien d'islamiste, sa dialectique et sa terminologie non plus. Le nom même du groupe, 'Front Révolutionnaire Afghan', n'a rien de djihadiste non plus. La notion de révolution n'a jamais existé chez les djihadistes. C'est une notion marxiste. Le mode opératoire non plus ne fait pas penser aux islamistes."

Pourquoi?

"Déjà, les islamistes ne préviennent jamais les autorités avant un attentat, et ne se justifient pas. Le matériel utilisé va également dans le sens de personnes qui ne sont pas islamistes. Utiliser de vulgaires bâtons de dynamite qu'on trouve sur n'importe quel chantier ne fait pas penser à des islamistes non plus."

Ça vous fait penser à qui?

"Ça me fait clairement penser à une menace gauchiste. De nombreux éléments aussi vont dans ce sens."

Quels éléments?

"Ce qui m'a frappé en découvrant le communiqué, c'est la dialectique anti-capitaliste. Les mots 'vos grands magasins de capitalistes' sont forts. Le terme 'révolutionnaire' va également dans ce sens. Le fait que les explosifs soient placés dans un grand magasin comme le Printemps-Haussmann, temple de la consommation, n'est pas anodin non plus. C'est un symbole. Le mouvement gauchiste a une très forte volonté anti-publicité, anti-marques et anti-consommation."

Qui entendez-vous par 'mouvement gauchiste'?

"Des personnes du genre de celles interpellées dans l'affaire des caténaires SNCF. Les nouveaux groupes contestataires qui luttent contre la société capitaliste moderne. Ceux qui luttent contre la publicité et la surconsommation, ceux qui pratiquent l'éco-terrorisme, les animalistes -qui luttent pour la protection des animaux-, voire certains altermondialistes. Mais ce ne sont que des suppositions."

Pourquoi auraient-ils fait ça?

"Pour marquer le coup, dire qu'ils existent, qu'ils sont là. Ou pour se venger des récentes arrestations liées à la destruction de caténaires SNCF....Qui sait?"

http://fr.news.yahoo.com/63/20081216/tfr-alerte-la-bombe-au-printemps-a-me-fa-019dcf9.html

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Jeu 18 Déc - 5:03

"Les mensonges, c'est fini"
http://www.dailymotion.com/video/x7r4ct_les-mensonges-cest-fini_creation

"Des élus crient au feu"
http://www.dailymotion.com/video/x7r0md_sabotage-sncf-des-lus-crient-au-feu_news

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Zabos



Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Jeu 18 Déc - 11:17

Un sacré spécialiste, ce Eric Dénécé. Et très professionnel avec ça. On dirait du Pierre Bellemare, son discours, c'est dire si c'est pro.

Non vraiment, on voit qu'il s'y connaît drôlement, lui. On la lui fait pas. Ça c'est un mec qui est apte à être compétent. Putain.
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Ven 19 Déc - 3:31

Citation :
Jean-François Copé, le sabotage de caténaires et le terrorisme
DESINTOX

Contre expertise au quotidien des déclarations et des chiffres du débat public..

Les «saboteurs» de caténaires sont-ils des terroristes? Au delà des interrogations sur la culpabilité de la «bande de Tarnac», la question centrale de cette affaire demeure la qualification des faits comme relevant du terrorisme. Un débat complexe (lire la très éclairante interview du juge Thiel à Libération) dans lequel certains s'invitent sans nuances.

Jean-François Copé a, sur le sujet, une idée très tranchée, qu'il a affichée lors de l'émission Dimanche+, ce week-end. Alors que la journaliste Anne-Sophie Lapix suggérait une éventuelle disproportion des peines encourrues par rapport aux faits, le patron des députés UMP a lâché : «c'est du terrorisme», en donnant en plus à son interlocutrice une petite leçon :

Anne-Sophie Lapix : «ces "terroristes", qui risquent 20 ans de prison, ont juste vandalisé des caténaires de la SNCF. Cela ne mérite peut-être pas le traitement qu'on leur réserve...»

Jean-François Copé : «permettez moi de vous dire que, je serais vous, en tant que citoyenne, je ne prendrais pas à la légère l'idée que vandaliser un (sic) caténaire de train, c'est secondaire. C'est gravissime, il y a derrière ça un rendez-vous majeur avec la sécurité des gens. C'est du terrorisme».

LES FAITS

Il est bien aventureux, sinon mensonger, d'affirmer comme Copé que le sabotage des caténaires est «un rendez-vous majeur avec la sécurité des gens». Car selon les avis informés, la pose de fers à béton sur les caténaires n'est pas susceptible de mettre la vie des passagers des trains en danger. Un cadre de la SNCF l'affirmait très clairement à Libération : «Ces dégradations ne faisaient courir aucun risque pour la vie humaine des passagers et des cheminots. Au pire, ça pouvait arracher le pantographe du TGV [le bras articulé sur le toit de la locomotive au contact de la caténaire, ndlr] et quelques centaines de mètres de fil électrique. Mais ça ne pouvait absolument pas faire dérailler le train».

Dans une interview à «Libération» le 3 décembre, Christophe Chaboud, responsable antiterroriste, évoque des «sabotages concertés, dans le but de perturber tout un réseau de communication. L’intention de paralyser le pays en s’attaquant à son réseau de voies ferrées ne faisait pas de doute». Nulle mention de risques pour la «sécurité des gens».

Enfin, Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur pourtant très en pointe depuis plusieurs mois sur les menaces de l'«ultragauche», déclarait le 9 décembre sur France Info : «Je ne pense pas qu'il y ait eu des personnes qui aient été visées, qu'il y ait eu des projets d'assassinat. Avant d'ajouter : En revanche, il y a eu des attentats contre des voies de circulation de TGV. Ça, c'est une réalité».

Une «réalité» qu'il appartient au juge d'instruction de qualifier pénalement. Mais une «réalité» qui n'a pas mis en danger la sécurité des passagers, contrairement à ce que Copé affirme.

Vidéo ici

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Ven 19 Déc - 3:55

Caténaires de guerre
Le Canard Enchaîné


_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Ven 19 Déc - 5:00

Citation :
Echos de la Taïga

Bulletin d'information du comité, Le 1er et le 2nd numéros de l'écho de la Taïga sont téléchargeable à partir du lien ci-dessous :

www.juralibertaire.over-blog.com/article-25849704.html

A diffuser le plus largement possible.

- sur le net (listes et sites divers et variés)

- En imprimant et photocopiant (Deux A3 recto verso - 8 pages) pour les tables de presse, les manifs etc.

Prochain bulletin prévu pour le 11 janvier.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Ven 19 Déc - 5:06

Citation :
Christ ou caténaire? Du sacrilège religieux au sacrilège laïque

Pourquoi les sabotages des lignes TGV avaient-ils une telle importance? Pourquoi fallait-il un tel déploiement de force? De telles mesures d'exception? Par Elisabeth Claverie et Luc Boltanski Parce que cette affaire redonne vie à une figure criminelle que l'on croyait oubliée: le sacrilège. Pour les coauteurs d'Affaires, scandales et grandes causes*, on retrouve à Tarnac les ingrédients d'un scandale judiciaire historique, celui du chevalier de la Barre, qui avait mobilisé Voltaire.

Dans la nuit du 8 au 9 août1765 des coups de couteau sont portés sur le crucifix du pont d'Abbeville. Le 10 au matin, averti par une rumeur, le procureur du roi se rend sur les lieux et dresse procès verbal. Une enquête est lancée, elle ne donne rien, personne n'a rien vu. Néanmoins les soupçons, toujours guidés par la rumeur, se portent sur un groupe de jeunes gens et particulièrement sur l'un d'entre eux, considéré comme leur chef, François-Jean Lefebvre Chevalier de La Barre, issu d'une bonne famille de la région et neveu de l'abbesse de Willancourt. Des délateurs se présentent affirmant qu'on l'a entendu chanter des chansons libertines et s'être vanté d'être passé devant une procession du Saint Sacrement sans se découvrir. Cinq jeunes gens sont interrogés. Trois parviennent à s'enfuir, mais deux sont arrêtés, Le Chevalier de la Barre et le sieur Moisnel, âgé de 15 ans. Les autorités de la ville font grand bruit autour de l'affaire et organisent, en grande pompe, une cérémonie dite de « l'amende honorable » avec évêque, corps constitués, tocsin, cierges, messe solennelle et procession suivie par une foule dévote. Une perquisition menée au domicile de La Barre amène à la découverte de livres interdits dont le Dictionnaire philosophique de Voltaire. L'affaire remonte jusqu'à la Cour et jusqu'au roi lui-même, bien décidé à faire un exemple, d'autant plus frappant que le principal prévenu est issu de la bonne société et qu'il est défendu par des philosophes des Lumières et par l'opinion éclairée, ce qui donne à l'affaire, locale à l'origine, une dimension nationale. Accusé de sacrilège, le Chevalier est condamné à mort malgré l'absence de preuve. Il est torturé, a le poing et la langue coupés, est décapité, puis est brûlé avec l'exemplaire du dictionnaire philosophique attaché à son corps. Il a 19 ans.

Cette affaire serait sans doute demeurée dans les archives judiciaires si Voltaire ne lui avait donné un grand retentissement en prenant publiquement fait et cause pour La Barre et ses coaccusés. Il rédige la Relation sur la mort du chevalier de La Barre et le Cri d'un sang innocent, pour lesquels il sera condamné, sans que la sentence puisse être exécutée du fait de sa présence en Suisse. C'est à cette occasion que Voltaire met en place de nouvelles stratégies de défense qui prennent appui sur l'opinion publique et sur les pouvoirs de la raison éclairée contre le pouvoir de la raison d'Etat. Ces moyens de défense de la liberté seront promis à une longue postérité, notamment, à la fin du XIXe siècle, lors de l'affaire Dreyfus. Ils ont constitué l'un des instruments principaux de la formation de ce que l'on appelle, depuis le grand livre de Jurgen Habermas, l'espace public et, avec lui, de la démocratie.

Et pourtant, deux siècles et demi plus tard, dans notre démocratie française, des événements similaires par leur forme, sinon — au moins peut-on l'espérer — par leurs conséquences, se renouvellent. Le Pouvoir d'Etat, qui ne se réclame plus du droit divin, est privé de la ressource du sacrilège religieux, qui ne fait plus peur à personne. Mais cela ne l'empêche pas de mettre en scène sa puissance et de chercher à susciter une indignation unanime, en invoquant ce que l'on pourrait appeler un sacrilège laïque : la dégradation, temporaire et sans conséquence sur le plan humain, de machines qui — comme chacun sait —, font « l'honneur de la France » et qui sont investies par là d'une haute valeur symbolique : les TGV. Suivent d'autres éléments, dont la similitude avec ceux de l'affaire du chevalier de La Barre sont frappantes. Des jeunes gens, dont le principal forfait est leur volonté de vivre autrement et qui, circonstance aggravante, sont des intellectuels ayant renoncé à leurs privilèges pour partager, dans un village, la condition précaire qui est aujourd'hui celle de millions de personnes, sont hâtivement incriminés et embastillés sans preuves, mais à grand bruit. Comme dans l'affaire du chevalier de La Barre, tout ce qui tient lieu de preuve se résume à la possession d'un livre considéré comme subversif. Non plus, cette fois, le Dictionnaire philosophique, pieusement commenté de nos jours dans les écoles de la République, mais L'insurrection qui vient. Il faut noter pourtant une différence. Tandis que le chevalier et ses compagnons sont accusés d'actes qu'ils sont supposés avoir commis, nos amis de Tarnac sont accusés d'actes qu'ils pourraient commettre, mais dans un avenir indéfini. L'univers totalitaire anticipé par Steven Spielberg dans Minority report, se met ainsi en place, à nos portes, sous nos yeux. Il fait pâlir d'envie les instruments, qui paraissent aujourd'hui bien rudimentaires, dont pouvait user le pouvoir absolutiste de l'Ancien Régime.

Le chevalier de La Barre est devenu une icône de la libre pensée. Des associations, des commémorations, des livres innombrables célèbrent sa mémoire. Son martyr annonce avec éclat l'explosion de la Révolution qui vient, celle de 1789. Les pouvoirs qui se réclament aujourd'hui de cette révolution seraient avisés de renoncer à la stratégie à courte vue consistant à chercher à éloigner l'Insurrection qui vient en faisant de nouveaux martyrs. Même ceux qui ne connaissent d'autre raisons que la raison d'Etat, doivent savoir aussi, parfois, faire marche arrière. Ne serait-ce que pour échapper au ridicule.

Il faut libérer immédiatement Julien et Yildune.

* Elisabeth Claverie est directrice de recherche au CNRS. Luc Boltanski est directeur d'études à l'EHESS. Ils ont publié en 2007 (avec Nicolas Offenstadt et Stephane Van Damme) un ouvrage collectif consacré à l'histoire de la forme affaire : Affaires, scandales et grandes causes (Paris, Stock).

http://www.mediapart.fr

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Sam 20 Déc - 3:58

Citation :
Coupat : remise en liberté ?
AFP
19/12/2008 | Mise à jour : 20:22


Un juge s'est prononcé aujourd'hui pour la remise en liberté de Julien Coupat, chef présumé d'un groupe à l'origine des dégradations contre des lignes TGV, qui reste cependant incarcéré en raison d'un appel du parquet, a-t-on appris de sources judiciaires.

Un juge des libertés et de la détention (JLD) a signé aujourd'hui une ordonnance de remise en liberté à la suite d'une demande déposée par son avocate, Me Irène Terrel, à l'issue d'un interrogatoire de Julien Coupat devant le juge d'instruction chargé de l'enquête le 12 décembre.

Le jeune homme de 34 ans n'a cependant pas été remis en liberté, le parquet ayant pris un référé-détention contre la décision du JLD. Cet appel doit être examiné mardi par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, selon l'une de ces sources.

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Dim 21 Déc - 2:29

Citation :
Un pas vers la liberté pour Julien Coupat

Tarnac . Le juge de la détention prône la sortie de prison.


«Julien Coupat pourrait être libre.» Pourtant, il ne l’est pas. La nouvelle est tombée vendredi soir de la bouche d’Irène Terrel, l’avocate de l’homme que les enquêteurs et le parquet ont présenté comme le leader d’un groupe terroriste. Une information confirmée par le parquet. Me Irène Terrel explique : «Il a été entendu le 12 décembre par le juge d’instruction.» Dans la foulée, l’avocate a pu faire une nouvelle demande de remise en liberté. Et, vendredi, elle a appris que le juge des libertés et de la détention (JLD) s’était prononcé en faveur de sa remise en liberté. Seulement, voilà, pour empêcher l’application de l’ordonance de mise en liberté du juge, le parquet a utilisé une procédure exceptionnelle : le référé-détention. Dans la plupart des cas, le parquet se contente d’un simple appel de la décision, ce qui suppose que la personne en détention provisoire sorte et se présente quinze jours plus tard devant la chambre d’instruction qui examine l’appel (et peut se prononcer pour une réincarcération). Mais le référé-détention (issu de l’article 38 de la loi Perben de 2002) est suspensif.

Quatre tomes. «C’est inadmissible, s’insurge Irène Terrel. A la veille de Noël, le magistrat de permanence» qui va examiner le référé n’a pas forcément suivi le dossier de «quatre tomes», explique-t-elle. Gérard Coupat, le père de Julien s’«étonne que le parquet adopte cette position un peu exceptionnelle». Irène Terrel ajoute qu’ «il faut situer ce qu’on voit dans le contexte un peu plus global des prisons. Le contrôle judiciaire, ça existe». Allusion à la surpopulation des prisons et à leur état déplorable.

De source judiciaire, la chambre de l’instruction statuera mardi sur ce référé. Si elle se prononce contre, Julien pourrait sortir immédiatement. La chambre de l’instruction se prononcera ensuite sur l’appel de la mise en liberté également demandé par le parquet.

Quoi qu’il en soit, le JLD est allé à l’encontre des réquisitions du parquet. Pour Me Terrel la décision du juge «va à l’encontre de la procédure». Gérard Coupat, ajoute : «Pour les gens qui ont monté ce dossier, c’est une déconvenue comme jamais.»

Félicitations. Libération n’a pas pu joindre l’avocat d’Yldune (la compagne de Julien), l’autre personne encore détenue. «Si Julien sort, Yldune sort et la procédure est décrédibilisée», affirme Me Terrel. Déjà, dans le cas de Gabrielle, autre mise en examen, le JLD s’était prononcé en faveur de sa libération. Et, déjà, le parquet avait déposé un référé-détention. Finalement, elle avait été libérée le 2 décembre. Le 11 novembre, Julien, avait été interpellé avec 19 autres personnes. La ministre de l’Intérieur avait aussitôt communiqué, félicitant ses troupes. Elle estimait : «L’opération de ce jour a été rendue possible par le travail de renseignement effectué à ma demande depuis plusieurs mois par la direction centrale du renseignement intérieur [DCRI, ndlr].»

Dix personnes avaient alors été placées en garde à vue dans le cadre d’une procédure antiterroriste (ce qui permet des interrogatoires de 96 heures). Les enquêteurs les soupçonnaient d’être à l’origine du sabotage de quatre lignes SNCF. Au final, c’est neuf personnes qui avaient été mises en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Toutefois, quatre d’entre-elles avaient été mises en liberté sous contrôle judiciaire, le samedi 15 novembre. Une décision qui contrastait avec les chefs de mise en examen. Les avocats des cinq personnes toujours détenues avaient fait appel du mandat de dépôt et, le 2 décembre, trois détenus avaient été libérés : Benjamin, longuement interviewé dans les colonnes du Libération du 9 décembre, Gabrielle et Manon. Chaque jour, la baudruche semble se dégonfler un peu plus ...

Libé

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Dim 21 Déc - 3:31

Citation :
Tarnac un rebondissement qui rend moins loquace les médias de meute

Tarnac Quand les média de meutes sont soudainement moins loquaces sur une revendication ayant pour sujet des sabotages de caténaires Sncf, des nouvelles qu’on ne trouvera pas sur les unes des Jt de Tv et les Radios du pouvoir Ump
Avec Alliot Marie la Dcri et L’Ump tout est possible meme les bobards les plus cyniques

Dimanche, dans les infos de France Inter nous avons entendu que : Après le sabotage des caténaires, et avant le déferlement des « anti-terroristes » à Tarnac, un communiqué posté à Hambourg, a été envoyé à un grand journal de Berlin.

Ce communiqué (en allemand) revendiquait le sabotage des caténaires, et rappelait le quatrième anniversaire de la mort d’un manifestant écrasé par un train transportant des déchets nucléaires !!!

Le journal berlinois n’a pas publié le communiqué, mais l’a évidemment transmis aux "Autorités"...

Comment est-ce possible que la police et la justice française ignorent la chose et continue à s’acharner sur "les 9 de Tarnac" ?

Comment est-ce possible que cette "brève" dérangeante ait été totalement ignorée ou occultée par tous : presse, télé, justice ... ?

Dernier rebondissement les suces micros et les pousse stylos de fRANCE 2 l’évoquent du bout du stylo sur le site de la chaine courtisane

http://www.france-info.com/spip.php?article226087&theme...me=11

avec un lenifiant "article" dont voila un extrait qui se passe de commentaires !



Et si la "cellule invisible" de Tarnac n’avait rien à voir (SIC c’est maintenant qu’ils le disent) avec les sabotages de voies ferrées du mois dernier ?

A la mi-novembre, le quotidien berlinois Tageszeitung (TAZ) a reçu une lettre de revendication anonyme après le sabotage d’un convoi ferroviaire de déchets nucléaires. Le train transportant ces déchets entre la France et l’Allemagne avait mis plus de trois jours pour arriver au centre de stockage, durant le week-end du 11 novembre.

"Parce que nous en avons ras le bol, nous avons dirigé notre colère contre les lignes de transport de (déchets) nucléaires", écrivaient les auteurs de cette missive reçue par la TAZ et transmise à l’AFP.

"Avec des incendies criminels et des crochets métalliques, nous avons donné le signal de notre résistance sur les lignes Paris-Strasbourg, Paris-Lille, Paris-Rhône-Alpes, Paris Bourgogne, Ludwigshafen-Mayence (ouest), Kassel-région de la Ruhr (centre et ouest), région de la Ruhr-Hanovre (idem), Brême-Hambourg (nord) et plusieurs lignes des environs de Berlin", poursuit cette lettre



Meme son de cloche aussi ; trés trés trés discret sur le site de medias achats du clown mediatique Edwy Plenel alias Mediapart qui pourtant le 22 novembre 2008 publiait en s’asseyant largement sur le droit a la présomption d’innocence le rapport de la DCRI sur la "cellule invisible" une "fuite" toute droit issue de ses ex copains Rg probablement

lires les amitiés policiéres d’Edwy Plenel ( en plus c’est des copains médiarques de droite a lui qui avait publié ca).

Edwy Plenel la police et les Rg une longue histoire d’amour

http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/ple....html

Faites donc passer l’information sans modération

Comité des Pas dupes

Lu sur Indymédia Nantes
Mis en ligne par Rakshasa, le Mardi 16 Décembre 2008, 19:20 dans la rubrique "Actualité".

http://endehors.org/news/tarnac-un-rebondissement-qui-rend-moins-loquace-les-medias-de-meute

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Dim 21 Déc - 3:38

Humour d'internaute
http://www.dailymotion.com/video/x7rxzi_17-langoisse_fun

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Dim 21 Déc - 3:54

Le couple risque de rester en prison le temps de la procédure (2, 3 ans ?)
http://fr.youtube.com/watch?v=PXdu_5X-CEc

Les méthodes médiatiques
http://fr.youtube.com/watch?v=cMpB7vO5awo

I am en paroles
http://fr.youtube.com/watch?v=hKWYQSDIaQE

Manifestation de soutien à Bruxelles avec Noël Godin
http://fr.youtube.com/watch?v=qSyZJgG_Iro

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cellule(s) invisible(s) - revue de presse   Aujourd'hui à 21:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Cellule(s) invisible(s) - revue de presse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 14Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9 ... 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» Revue de presse suite et fin
» Revue de presse
» Revue de presse
» couverture revue
» La Pluie sans parapluie - REVUE DE PRESSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: