Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
polux



Nombre de messages : 4005
Date d'inscription : 28/04/2006

MessageSujet: Re: La mort   Mer 5 Sep - 3:26

La mort, ça pourrait être comme une nuit sans phare perdue dans les flots lisses d'une mer noire et lente.



Non, je déconne. lol2 crazy

Comme Yann, la mort c'est cool.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort   Mer 5 Sep - 9:35

oui, ça calme.


et ce que flurpy a ecrit plus haut me parle. Parfois quand quelqu'un qu'on aime meurt, on s'imagine un tas de trucs (parce que l'inimaginable c'est le cadavre qui a tout fini) et ça fait du bien au coeur, même si on n'est pas croyant, et même si au fond on sait bien que c'est foireux.

Et pi Newo, ton cynisme du début m'a donné vraiment envie de me facher, parce que ça m'a heurtée, mais je vois pas quoi ajouter.

ps: haha je savais aps que j'avais fait come Alf, il me manque des super références culturelles!
Revenir en haut Aller en bas
Tahiri



Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 27/10/2005

MessageSujet: Re: La mort   Mer 5 Sep - 10:55

c'et un episode où il reste seul à la maison avec le grand père de la famille (qui ne connait pas son existence), alors la mifa lui a instalé une tente dans le jardin pour pas qu'il se asse rodave par le grand père. Mais pour une question de trame dramatique, le grand père se retrouve face à alf et en fait un arret cardiaque. Alf, tout seul pour de vrai cette fois ci, avec le cadavre du papy, rganise ne petite fête avec cotillon, chapeau en carton, langue de belle-mav et tout le tralala. La petite famille revient de week end juste au moment où la fête bat son plein et là c'est le choc des culture. S'ensuit un dialogue poignant entre Willy (le papa) et Alf, où le premier explique les coutumes pleurnichardes terriennes, tandis que le deuxième, en plus de lui expliquer le pourquoi comment de sa petite fête en accord avec les traditions melmaciennes, lui rapelle que la quasi-totalité des Melmaciens ont péri dans l'explosion de la planète Melmac, ce qui confère un rapport different à la mort.

Citation :
Parfois quand quelqu'un qu'on aime meurt, on s'imagine un tas de trucs (..)
On a beau etre hyper rationel et pragmatique, la superstition nous ratrape vite quand on est au pied du mur. Mais meme quand les gens sont vivant on se créé (parce que l'autopersuasion va plus loin que l'imagination et peut etre à la base de trucs reels au final) de la magie avec ceux qu'on aime. Et quand ça retombe bah c'est la merde, crise d'atheisme aigue.
Revenir en haut Aller en bas
http://minivomi.free.fr
Zabos



Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: La mort   Mer 5 Sep - 13:20

Une fois, y'a pas longtemps, y'a une môme de six ans, parlant de son arrière grand-mère qui est morte y'a deux ans, qui a demandé à sa mère:

"Dis maman, mamie Claire ça fait longtemps qu'elle est morte... tu crois qu'elle le sait maintenant?"

Comment j'ai eu du respect pour la môme...
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort   Mer 5 Sep - 15:33

Sofia-hiri a écrit:
Et quand ça retombe bah c'est la merde, crise d'atheisme aigue.

C'est clair, et ça marche comme ça pour un tas de trucs...
Revenir en haut Aller en bas
Une Autonome



Nombre de messages : 351
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La mort   Mer 5 Sep - 15:42

quote="Clémence Poï Poï Poï"]

Et pi Newo, ton cynisme du début m'a donné vraiment envie de me facher, parce que ça m'a heurtée, mais je vois pas quoi ajouter.
[quote]

Laisse mon cynisme crever en paix !

Sinon, d'autres réponses ce soir après le taff.

Newo o taf.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort   Mer 5 Sep - 15:46

soit.
Revenir en haut Aller en bas
Lazare



Nombre de messages : 858
Localisation : Belsch
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: La mort   Mer 5 Sep - 19:13

Perso, j'ai eu la chance de ne pas avoir trop de pertes autour de moi durant mon enfance.

En vieillissant, y a des potes, des ex, des ex-potes, des voisins des gens qu'on appréciait qui y passent.
Parfois, on s'y attendait, parfois non.

La mort, elle fait maintenant partie de mes connaissances.
Des fois, je la souhaite à mon pire ennemi (j'en ai qu'un, hein).

Je me demande si c'est pas la peur de perdre des potes par la mort qui nous les fait perdre en coupant les ponts.
Je m'explique : y a des gens, ils ont beau être sympas, tu préfères les fuir plutôt que de risquer de te retrouver à serrer leurs mères dans tes bras l'année suivante.
Genre : les gros dépressifs, toxicos, ou autres.

Bref.
La mort des uns fait la vie des autres, quelquepart.
Je me suis boosté, il y a deux ans après deux suicides dans mon entourage. Je ne regrette rien.
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: La mort   Mer 5 Sep - 22:46

Comment vous parlez de la mort ?
Ce n'était pas Pigalle mais les Garçons Bouchers.
Impossible de trouver leur chanson dans mes recherches virtuelles.

http://www.chartsinfrance.net/Les-Garcons-Bouchers/Comment-Vous-Parler-De-La-Mort-t102337237.html

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo


Dernière édition par le Mer 5 Sep - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
polux



Nombre de messages : 4005
Date d'inscription : 28/04/2006

MessageSujet: Re: La mort   Mer 5 Sep - 22:56

Revenir en haut Aller en bas
mezigue



Nombre de messages : 3095
Localisation : avignon
Date d'inscription : 15/03/2005

MessageSujet: Re: La mort   Jeu 6 Sep - 11:55

[quote="seigneuryo"]Toi t'iras pas au paradis satanas.

La mort cette vieille inconnu, à qui elle ne fais pas peur, aujourd'hui tu te traîne, tu partage des choses avec des gens et demain t'es un buffet pour vers de terre.
J'essaye de prendre conscience que je suis vivant en acceptant que je vais mourrir mais la vie me rattrape toujours.
Des millions de cellules qu'interagissent entres elles par procédé chimique et boum, ça s'arrête, et d'un coup t'es un tas de viande.
Ho et puis ya l'âme.
Les gens que j'ai aimé je vais quand même pas jamais les revoir?
He vais me réincarner en minou.
Mes souvenirs vont partir avec moi alors pourquoi?
J'aimerais me dire que je vais aller voir saint pierre

J'étais désespéré a huit ans, quand une nuit, dieux le père m'a foutu un coup de poing dans la gueule, j'ai vu le néant, et ça ma fais peur.

La mort elle est magnifique, et douloureuse, en fait j'en sais rien, je la connais pas spécialement cette pute, je la sens à droite et à gauche, je sais qu'elle est là, mais je me voile la face et je l'écarte de mon esprit, ya toutes ces choses autour de moi que j'aime, que j'ai tellement peur de quitter.

Et ya moi, ho ouais moi, dans mon égocentrisme, qu'a peur de partir, de ne plus être.

A huit ans pour me réconforter tout les soir quand je me sentais tellement oppresser que je voulais justement mourir (ironie oblige), je me disais que j'avais vécu plein de belles choses en huit ans, et que je pourrait vivre autant de choses encore une fois et j'aurais que 16 ans.

Aujourd'hui j'ai 16 ans dans le double de temps j'en aurais 32...

quote]

Joliement dit, et touchant...

Le ressentiment que j'ai pu avoir vis à vis de la mort m'a litteralement bouffé de l'interieur. On en parlait avec Plolux, ce genre de nevrose, pour les contenir, les mepêcher de virer à la psychose, il faut s'en servir. La catharsis, la sublimation. Moi, mes angoisse inherentes à la mort sont ce qui alimente mon besoin d'ecrire, de hurler dans un micro, tout ça...

La mort fait partie de la vie, je hais cette phrase poncive, mais c'est vrai. L'un ne va pas sans l'autre. Vivre induit mourrir.
Vivre tue, quoi... ;)
On ne peut vivre enfin que lorsque l'on accepte que l'on est déjà mort.
Ca ne veut pas dire arreter de flipper. Ca veut dire "aujourd'hui je suis là, demain peut être pas. Au lieu de me ronger les sang, je vais remplir cette journée comme un mois, remplir ce mois comme un an, et cette année comme une vie".
Ca veut aussi dire "demain je ne serais peut être plus là, tu sera peut être parti(e). L'humilité baillone parfois, les non dits restent comme de lourds fardeau si la vie nous arrachent. Je tue l'humilité et je dis un maximum de chose, je ne perds rien".
Accepter la mort, ce que je redoute le plus, ça m'a permis pour la première fois, cette année, de vivre.
En partie. He, je ne dors toujours pas.

Mais si rien ne peut être totalement réglé avec cette putain, il reste l'autre (mon autre) nevrose à essayer de dompter: l'amour, et tout ce qui tourne autour: ego, peine, manque, etc...

Yann le cynique et polux le neurastenique sont mignons.
Quelle humilité!
;)

Allez, retournez vite matter DELAMORTE DELLAMORE, ça va toujours mieux après.
Catharsis, sublimation, poésie, humour...
Revenir en haut Aller en bas
http://bimbokillers.free.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort   Jeu 6 Sep - 12:17

starsky a écrit:

Le ressentiment que j'ai pu avoir vis à vis de la mort m'a litteralement bouffé de l'interieur. On en parlait avec Plolux, ce genre de nevrose, pour les contenir, les mepêcher de virer à la psychose, il faut s'en servir. La catharsis, la sublimation. Moi, mes angoisse inherentes à la mort sont ce qui alimente mon besoin d'ecrire, de hurler dans un micro, tout ça...

Bah justement je me posais la question de savoir si hurler dans un micro ou toute autre forme de création pouvait avoir ce genre de fonction. (en me doutant que oui) Merci pour cette explication personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
natacha



Nombre de messages : 581
Age : 36
Date d'inscription : 06/03/2005

MessageSujet: Re: La mort   Jeu 6 Sep - 14:22

Sofia-hiri a écrit:

De la à dire que la mort c'est cool... je pense que se retrouver face à un cadavre tout frais qui ne soit pas sa vieille grand mère qui pue, mais un enfant qui a pas pu etre soigné ou un pote à qui il est arrivé une saloperie par exemple, bah ça calme un peu la ricanerie...

Ouai en fait là dessus je suis tres perso, j'en ris quand je veux, quand j'en ai besoin aussi... et des fois ceratins en rient pas au bon moment pour moi alors que je vais en rire a d'autres, et evidement là je constate que c'est fragile tout ça et parfois independant de notre volonté.

Hier au boulot y'avait un patient qui sonnait, pas lui avec une sonnette, non, il n'est pas en etat... son scope, c'est a dire ses constantes qu'on surveille via des tas de machines... ce gars avait sonné toute la journée (c'est tres tres courant chez nous) quoiqu'on fasse, c'etait un jour bof pour lui.. et puis dans ces cas là y'en a toujours un ou une qui a un moment de la journée regarde l'infirmier-e qui gere le malade et lui dit un truc du genre "y'a ton patient qui meurt encore là..." ... allez savoir pourquoi hier y'en a une qui n'a pas bien vecu la petite blagounette morbide du jour et qui a quitté la salle en disant tout bas qu'elle dirait jamais un truc comme ça... et elle l'a surement deja dit, mais elle etait mal et en avait l'droit et ça m'a fait chier pake je l'aime bien, mais nos blagues pas droles nous permettent de relativiser et de supporter des trucs aussi et je sais qu'elle le sait.

Et puis des fois y'en a qui meurt en vrai dans le service.
Et on le sait mieux que personne, ce risque au quotidien.
Moi ça m'ai encore pas tombé dessus, soit j'etais pas là, soit j'ai pas eu a donner le coup de main genre fais le presentable et ferme la housse mortuaire.
Mais ça m'arrivera, c'est sur. Et je crois que le pire ce sera même pas de fermer cette vilaine housse, je crois que je m'en sentirai capable, mais c'est de voir la famille arriver et hurler sa douleur, ça j'ai dejà vu et je peux pas ça me glace comme rien d'autre... alors s'il faut leur parler en plus... merde.


Le seul truc dont je sois sure, c'est que la mort c'est un truc qui faut exterioriser tant qu'il le faut quand on est amené à l'avoir en travers de la gorge. Quand j'etais gamine ma famille a cru crever de la mort de certains, ils en ont fait le culte pendant des années, les fetes etaient tristes, bougies et photos des absents à l'appui... les adultes pleuraient et hurlaient leur douleur, leur manque, ce vide et les enfants bah... on ne leur demandait pas comment ils avaient vecu tout ça. Leur souffrance existait pourtant avec des questions de ouf en plus paske c'etaient des enfants mais pour les grands on aurait dit qu'elle n'exisait pas ou qu'elle etait vraiment moindre que celle des adultes cette souffrance, quasi inexistante. J'ai donc moi même assimiler cet amoindrissement de ma souffrance, accompagnée d'une certaine dose de culpabilité aussi, evidement ça peut pas etre simple... Et puis un jour, longtemps apres ça m'a rattrappé, j'ai repris tout ça dans la gueule, vlan...

aaïeeuuh...
ça fait maaleeuuh...



Pour finir je reste persuadée que la façon dont on subit et percoit la mort la-les premiere-s fois qu'on le rencontre est determinante pour toute la suite, mais bon on peut aussi s'en remettre un peu mieux par la suite en faisant un travail sur soi,et sur ça.
Voilà, les mômes faut leur parler, et les ecouter... bordel!
Revenir en haut Aller en bas
Tahiri



Nombre de messages : 284
Date d'inscription : 27/10/2005

MessageSujet: Re: La mort   Jeu 6 Sep - 14:37

flurpy a écrit:
Ouai en fait là dessus je suis tres perso, j'en ris quand je veux, quand j'en ai besoin aussi... et des fois ceratins en rient pas au bon moment pour moi alors que je vais en rire a d'autres, et evidement là je constate que c'est fragile tout ça et parfois independant de notre volonté.
ça oui. en rire oui. Ca permet de desamorcer. Je jettai pas la pierre à une blagouze dans mon post, je disai juste que la mort on la sacralise trop, on la pleurniche trop, mais à l'inverse c'est normal aussi d'etre mal à l'aise avec, d'etre triste ou quoi, et que non c'est pas cool. Qu'on blague dessus, heureusement.

EDIT : c'etait aussi, apres la lourdeur de Newo, puis ton post qui parle de ton taf, puis Rayote avec ce que je sais qu'elle a vecu, puis celui de Clemence, l'humour pas complettement drole ou dire que la mort c'est cool, c'est moyen à sa place... surtout je me dit que là sur un forum on a moins de scrupules à n'etre pas tres drole et cynique ou de mauvais gout alors que "en vrai", y'aurai moins de témérité meme "pour de rire"..
Revenir en haut Aller en bas
http://minivomi.free.fr
Zabos



Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: La mort   Jeu 6 Sep - 16:10

Quand mon grand-père est mort, j'ai même pas interrompu ma phrase. J'étais avec un copain dans ma chambre, ma mère a ouvert la porte doucement et j'étais face à elle, le copain de dos. J'avais quinze ans. Elle m'a fait non avec la tête et elle a refermé. Je savais qu'il était à l'agonie à l'hôpital. J'ai continué de causer, sans même arrêter ma phrase. Et j'y ai seulement repnsé un peu le soir quand mon pote s'est cassé. Pas longtemps, et j'ai bien dormi.

Et mon grand-père je l'over adorais. C'est pas étonnant que quelques années plus tard seulement, j'ai été triste. Mais je me l'imagine toujours avec son vieux sourire et sa 2CV rouge. J'ai été à l'incinération. Ça m'a rien fait. J'étais pas là en vrai.

C'est quand même beau le blindage.

Mais j'ai pas eu trop de retour de bâton. C'est une chance. Ça peut encore venir.

Mes seuls regrets sont actuels. J'aimerais bien lui montrer mes photos. Je pense souvent à lui quand j'en fais. Et puis des trucs que je fais. Et même la musique. Il me dirait assurément que c'est pas de la musique et il ferait semblant de trouver que c'est nul ce que je fais, mais il en parleraoit fièrement aux voisins dans mon dos. Il me dirait "c'est quoi ces gars que tu fréquentes, ils ont l'air arabes ou chais pas quoi", mais quand je viendrais chez lui, il leur taperais dans le dos et leur ferais la cuisine en sifflitant d'aise. J'le connaissais bien mon grand-père, c'était un ours super bougon avec un coeur énorme, et chenapan avec ça, quand on balançait tous les deux des bombes à eau sur les gens qui sortaient de l'immeuble et qu'on rigolait comme des bossus.
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
natacha



Nombre de messages : 581
Age : 36
Date d'inscription : 06/03/2005

MessageSujet: Re: La mort   Jeu 6 Sep - 18:22

Sofia-hiri a écrit:
flurpy a écrit:
Ouai en fait là dessus je suis tres perso, j'en ris quand je veux, quand j'en ai besoin aussi... et des fois ceratins en rient pas au bon moment pour moi alors que je vais en rire a d'autres, et evidement là je constate que c'est fragile tout ça et parfois independant de notre volonté.
ça oui. en rire oui. Ca permet de desamorcer. Je jettai pas la pierre à une blagouze dans mon post, je disai juste que la mort on la sacralise trop, on la pleurniche trop, mais à l'inverse c'est normal aussi d'etre mal à l'aise avec, d'etre triste ou quoi, et que non c'est pas cool. Qu'on blague dessus, heureusement.

EDIT : c'etait aussi, apres la lourdeur de Newo, puis ton post qui parle de ton taf, puis Rayote avec ce que je sais qu'elle a vecu, puis celui de Clemence, l'humour pas complettement drole ou dire que la mort c'est cool, c'est moyen à sa place... surtout je me dit que là sur un forum on a moins de scrupules à n'etre pas tres drole et cynique ou de mauvais gout alors que "en vrai", y'aurai moins de témérité meme "pour de rire"..

...bah j'suis assez d'accord avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La mort   Aujourd'hui à 12:50

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La mort d'Hyacinthe engendrant la jacinthe.
» Philippe khorsan est mort
» Un génie méconnu mort à 26 ans: Gideon Klein (1919-1945)
» [WDW] 2 monorails se percutent - 1 mort
» LA MORT D'ELVIS REVISITEE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: