Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant
AuteurMessage
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 6 Sep - 21:42

Une erreur le FC est issu du BI et non membre...

Citation :
Etat réactionnaire / Fascistes du Front Comtois, même combat !

Ce 8 septembre 2011 se tient le procès du Front Comtois, groupuscule d’extrême-droite membre du Bloc Identitaire. Cette organisation fasciste comparaît pour des textes négationnistes et des affiches à caractère raciste. Des associations de la gauche institutionnelle dont SOS Racisme ont déposé plainte contre elle.

Nous ne sommes pas venu apporter notre soutien à cette plainte. Celle-ci entraînera, au maximum, la dissolution du Front Comtois qui se reformera sous un autre nom. Nous sommes venu.e.s dire que, malgré quelques procédures judiciaires, l’État est complice de la montée du fascisme et du racisme en France. Suppressions d’aides sociales aux parents immigré.e.s, rafles et expulsions de sans-papiers et de Roms sont autant d’exemples et d’encouragement donnés aux groupuscules d’extrême-droite.

L’extrême-droite profite de cette période réactionnaire en gangrénant nos rues par de multiples agressions sur personnes de couleurs et militant.es politiques, notamment à Lyon où celle-ci agit sous l’impunité policière et dernièrement dans le Nord où elle s’en est pris à des militant.e.s d’extrême-gauche.

Peu importe cette décision de justice, il s’agit dès maintenant de s’organiser de manière durable et concrète contre le fascisme. Celui-ci est impulsé par le capitalisme car le patronat et l’État cherchent la division parmi les travailleur.euse.s et la population. Les luttes sociales doivent être débarrassées de cette vermine fasciste qui tente de s’y infiltrer afin de casser toute organisation et tout mouvement social.

Le fascisme, c’est la gangrène,
on l’élimine ou on en crève !!!
No pasaran !!!
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 8 Sep - 1:57

Citation :
NKM contre Le Pen: le courage face au culot
Laureline Dupont et Jean-Claude Jaillette - Marianne | Mercredi 7 Septembre 2011 à 22:36

Le débat entre la ministre de l'Ecologie et la Présidente de l'Ecologie a surtout porté sur les contenus, économie et immigration. Un match nul mais pas nul du tout. Dans lequel la patronne du FN a accusé l'UMP d'être infestée de gens d'extrême droite... Un ange est passé...

près la parution du livre de NKM, Le Front antinational, le débat avec Marine Le Pen est apparu comme une évidence », explique-t-on dans l'entourage de la ministre de l'Ecologie. Partie en croisade contre le FN depuis les dernières élections cantonales, la maire de Longjumeau s'est préparée à l'événement avec le sérieux d'une étudiante en classe prépa. De son côté, la patronne frontiste a décortiqué le livre de son adversaire, regardé quelques vidéos ici ou là, « mais elle n'était pas obnubilée par l'événement », jure un de ses conseillers. Pourtant, le côté « opération anti-Front » du débat aurait pu avoir de quoi l'inquiéter. Michaël Darmon, présent aux côtés d'Arlette Chabot pour animer les échanges, n'est autre que l'un des deux commanditaires du livre de NKM. Après avoir tenté de faire porter le projet à Rama Yade sans succès, le journaliste et Yves Derai, directeur des Editions du Moment, ont contacté Kosciusko-Morizet. Etrange donc, de le retrouver en plateau ce soir pour conduire le débat.

L’IMPOSSIBLE DÉFENSE DU BILAN DE NICOLAS SARKOZY

Sur le terrain de l’économie, NKM est sur la défensive. Elle sait que le bilan n’est pas bon. Mais, comme ses collègues du gouvernement, elle a rôdé les arguments : en cinq ans, le pays a du affronter une crise financière, faire la guerre en Afganistan et en Lybie, éviter la faillite de la Grèce. Si le président n’avait pas été aux commandes, la situation aurait été pire. En face, Marine Le Pen, qui bien que née et vivant, comme son adversaire du soir, dans la banlieue ouest de Paris, entame le couplet qu’elle affectionne par dessus tout, celui de porte parole du peuple qui souffre, de la défense des ouvriers, des employés, des chômeurs, des retraités : « Madame, est-ce que vous entendez l’extraordinaire souffrance du peuple ? » NKM rosit. En bonne pédagogue de la politique de son gouvernement, elle a préparé des graphiques. Trop sans doute. Trop volumineux. Elle fouille sa pile de note, met quelques secondes à les retrouver. « On voit la polytechnicienne… » s’impatiente son adversaire.

La ministre vacille et explique que la progression du chômage en France a été moins forte qu’ailleurs. « Pour vous il n’y a donc pas de chômage ? » l’interroge, narquoise, Marine Le Pen . Vient l’estocade: « Plutôt que de montre des graphiques illisibles, vous feriez mieux de parler avec votre cœur. »

NKM tente alors une contre attaque courageuse: « Avec vos propositions économiques, ceux que vous défendez seraient ruinés ». « Mais nous sommes déjà ruinés, lui répond Marine Le Pen, les services publics disparaissent, le pouvoir d’achat s’écroule, l’insécurité explose. » Il ne reste plus à la ministre qu’à renvoyer son adversaire à un rôle surjoué « de pleureuse », peu sincère. Inaudible.

Quelques minutes auparavant, NKM, courageusement et sûre d’attaquer Marine Le Pen sur un de ses points faibles, son programme économique et en particulier sur soa proposition de sortie de l’euro. « Votre projet, c’est de faire tourner la planche à billets et de faire flamber l’inflation ». Bien vu, car cette perspective inquiète une partie des électeurs gagnés ces derniers mois par Marine le Pen, les femmes et les salariés actifs notamment. Au point que, sur ce sujet, la présidente du Front national s’avance sur des œufs, évitant soigneusement de prononcer les mots « sortie de l’euro ». Elle préfère parler « crise de l’euro », elle parle de « partenariat avec les autres pays européens », elle suggère « d’anticiper un effondrement inévitable. » NKM aurait pu s’en saisir, et la pousser à s’expliquer sur les inflexions d’une position dont elle avait fait un point fort de son plan média du début d’année. Dommage. Elle aurait repris le terrain perdu en se perdant dans ses graphiques.

MARINE LE PEN OSE TOUT ET DÉNONCE LES XÉNOPHOBES DE L’UMP

Soucieuse d'en découdre une bonne fois pour toute avec Marine Le Pen, Nathalie Kosciusko-Morizet profite de la seconde partie du débat pour aborder le sujet de l'immigration. « Il y a un mensonge à avoir refait la vitrine, de dire le Front national a changé, s'insurge NKM. Rien n' a changé. Le discours sur l'immigration du FN est toujours le même, un fourre-tout ! » Mais au lieu de pointer du doigt les absurdités du discours frontiste sur le sujet, la ministre s'embarque dans l'énonciation chaotique des différents types d'immigration -« irrégulière, légale, de travail »-, avant de citer le chiffre de 12 milliards, correspondant, selon elle, à la somme gagnée chaque année par la France grâce à l'immigration. Ni une ni deux, Marine Le Pen ironise : « Vous nous dites que la France gagne 12 milliards d'euros par an grâce à l'immigration mais allez au bout de votre logique, si on fait rentrer le double d'immigrés on aura 24 milliards d'euros par an. » Une attaque simpliste qui laisse pourtant la ministre sans voix.

Si NKM avait disséqué avec un peu plus d'acuité les propositions de la candidate du Front, elle aurait pu y déceler au moins une aberration, facile à dénoncer : en réduisant le nombre de titres de séjour délivrés de 200 000 à 20 000 par an, Marine Le Pen affirme réaliser une économie de 45 milliards par an, soit plus d'un quart du budget de l'Etat ! Peu probable.
Au lieu de l'attaquer sur ce terrain, NKM préfère jeter à la figure de la présidente du FN le vieux concept frontiste de « préférence nationale », offrant ainsi à Marine Le Pen l'occasion de préciser, une fois de plus, que cette « préférence nationale » bénéficie à tous ceux qui ont la nationalité française quelle que soit leur origine.
Comme si l'échange la mettait en confiance, la candidate FN se paye même le luxe d'attaquer NKM sur les propos tenus par Alain Marleix lors du campus UMP à Marseille : « Les immigrés naturalisés sont des Français, vous devriez le dire à monsieur Marleix. » Manifestement surprise par ce scud inattendu, NKM hésite, marmonne, mais ne riposte pas. Poussant le bouchon encore plus loin, Marine Le Pen va même jusqu'à pointer du doigt l'extrême droite qui serait à l'UMP, les Marleix et Luca. Un culot d'acier trempé, mais sans doute efficace à la télévision. Reste à savoir si l'argumentaire pouvait passer parmi les téléespectateurs d'i-télévision. Si Marine Le Pen joue à domicile sur l'antenne de RMC, elle est à l'extérieur sur la télévision des bobos urbains.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 8 Sep - 20:05

Citation :
Soirée privée pour crânes rasés DIMANCHE 4 SEPTEMBRE 2011

Hier soir, à Saint-Léonard, les bords de Vienne grouillaient de skinheads d'extrême-droite parfois venus de loin pour... un « vin d'honneur ».

Le comité local du mouvement contre le racisme et pour les amitiés entre les peuples (MRAP) s'est alarmé en apprenant qu'une soirée privée regroupant plusieurs groupes de musique se revendiquant de l'extrême-droite radicale était organisée sur le site de Beaufort sur la commune de Saint-Léonard-de-Noblat hier soir.

« La salle a été réservée par un particulier au début du mois de juillet pour un vin d'honneur, explique madame le maire de Saint-Léonard, Christine Riffaud. Je n'ai été avertie il n'y a que quelques jours qu'il ne s'agissait vraisemblablement pas d'un vin d'honneur... Mais nous ne pouvons pas y faire grand-chose. »

La préfecture, comme la gendarmerie, mises au courant de l'événement, parle d'une seule et même voix : « Il s'agit d'une soirée musicale privée qui effectivement peut regrouper beaucoup de personnes du même bord politique. Mais tant que la soirée privée garde son caractère privé, il n'y pas de problème. » Pour s'assurer de cela, une « surveillance particulière », d'après les termes de la préfecture a été mise en place aux abords du site de Beaufort.

D'après nos renseignements, des groupes phares de la scène RAC (rock against communism, NDLR) ont été invités, comme le groupe lyonnais "Frakass", les Bretons de la "Bretonische Waffenverband", la "9e Panzer Symphonie" de l'Essonne et les Limougeauds de "Lémovice", probablement à l'origine de l'invitation.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 10 Sep - 5:45



Citation :
NKM/Le Pen, le vrai-faux

Marine Le Pen et Nathalie Kosciusko-Morizet étaient, mercredi, les invitées d'Europe1 et I-Télé. Petites phrases, chiffres, éléments de programme, la patronne du FN et la ministre de l’Ecologie ne se sont pas ménagées. Europe1.fr passe leurs arguments au détecteur de mensonges. Revue de détail.

Plan d’aide européen

“Le plan d’aide a couté 60 milliards d’euros à la France”. C’est ce qu’affirme Marine Le Pen à la ministre de l’Ecologie. C’est faux, d’après les chiffres donnés par Eric Besson lors de la séance de questions au gouvernement du 9 juin, au Sénat. La somme de l’aide apportée par la France au plan de sauvetage au nom de la solidarité européenne est 32,4 milliards d’euros, si l’on prend en compte l’aide à Grèce, mais aussi au Portugal et à l’Irlande. Depuis, l’Assemblée nationale a voté une aide supplémentaire de 15 milliards. Le total est donc de 47,4 milliards d’euros, et non 60.

Logement social

Selon la fille de Jean-Marie Le Pen, “il y a aujourd’hui en France 700.000 demandeurs de logement sociaux”. Faux. Selon la fondation Abbé Pierre reprenant les données du ministère du Logement, le véritable chiffre est beaucoup plus important. En 2010, il y avait très précisément 1.230.136 ménages en attente d’un logement social.

Croissance

Marine Le Pen : “La croissance française était de 0% au second trimestre”. La patronne du FN ne se trompe pas. Au deuxième trimestre 2011, la croissance française s’est maintenue à 0% selon l’Insee.

Emplois industriels

La ministre de l’Ecologie l’a fièrement affirmé : “Pour la première fois depuis des années, la France a créé de nouveaux emplois industriels.” Elle ne s’est pas trompée. Les derniers chiffres de l'emploi industriel, publiés mi-août par l'Insee confirment ses propos : au premier trimestre 2011, l'industrie est redevenue créatrice d'emplois. Le mouvement reste très modeste cependant: 1.300 postes ont été créés au premier trimestre 2011.

La présidente du Front National lui a immédiatement répliqué que “500.000 emplois industriels ont été détruits depuis que Nicolas Sarkozy est au pouvoir.” Un partout, la balle au centre : Marine Le Pen a aussi (presque) raison. Selon la Direction générale de la compétitivité et des services, organisme dépendant du ministère de l’Economie, 500 000 emplois industriels ont été supprimés en France depuis 2000. L’information avancée par la présidente du Front National n’est donc ni totalement fausse, ni totalement exacte. 500.000 emplois ont bien été supprimés, mais pas depuis 2007, depuis 2000.

Taux de chômage

Carton rempli de courbes en main, NKM a tenu à démontrer que l’emploi résistait mieux en France que chez ses voisins. Ce qui n’est pas tout à fait vrai. Selon les dernières statistiques de l’OCDE, le taux de chômage a décru dans la zone euro de 0,5% de mai 2010 à mai 2011. En France, la baisse s’est établie à 0,3%, contre 1,2% pour l’Allemagne, notamment.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 10 Sep - 23:31

Citation :
Joute verbale entre Marine Le Pen et Nathalie Kosciusko-Morizet Le 08/09/2011 - Benjamin Quesnel

Pour leur rentrée, i-Télé et Europe 1 ont accueilli Marine Le Pen et Nathalie Kosciusko-Morizet mercredi 8 septembre. Arlette Chabot et Michaël Darmon ont assisté à un véritable combat sur fond d'idéologie et de crise économique : retour sur une émission très animée.

La première du nouveau rendez-vous politique d'i-Télé et d'Europe 1, "Expliquez-vous", a été une réussite. Sur le plateau, deux des femmes les plus influentes de France. La première, ministre de l'Ecologie de Nicolas Sarkozy, a justement écrit un livre à l'encontre du parti d'extrême droite ("Le Front antinational" publié en juin dernier). La deuxième, présidente de ce parti, bâtit son argumentaire électoral comme un réquisitoire contre le mandat Sarkozy. Selon les entourages de l'une et l'autre, NKM se serait préparée très sérieusement à cette confrontation, alors que Marine Le Pen se serait contentée d'éplucher le livre discriminant son parti. Résultat, la rigueur de l'une s'est confrontée à la détermination de l'autre, offrant aux téléspectateurs un match sans gagnant, mais parsemé de nombreuses attaques virulentes.

Un nouveau Front national ?

Le débat a essentiellement porté sur l'économie et l'immigration ainsi que sur l'existence (ou non) d'un nouveau Front national. Cette idée de renouveau a été qualifiée de "gigantesque tromperie" par la ministre de l'Ecologie. Elle a exprimé l'idée qu'à ses yeux, la fille du fondateur du FN n'avait fait que nettoyer la "vitrine", mais que la "vieille boutique familiale, l'arrière-boutique, est toujours la même". Marine Le Pen a expliqué que son parti avait toujours eu à se confronter à "la formule d'extrême droite" brandie "pour faire peur aux Français", ajoutant : "Moi, je ne suis ni de droite, ni de gauche, je porte un modèle qui est radicalement différent de la classe politique française".

Sur le plan économique, Marine Le Pen réputée comme ayant certaines lacunes dans ce domaine, s'est ingéniée à demander des comptes à NKM, sur la situation actuelle. Egrenant les difficultés, NKM a assené : "Dans le cortège des malheurs de la France, Marine Le Pen joue le rôle des pleureuses". Elle a par ailleurs attaqué le souhait frontiste d'un "patriotisme économique" afin de "protéger la France du cataclysme". Au sujet de l'euro, elle a attaqué : "Vous voudriez faire croire aux Français que c'est quand une monnaie est forte que ça va mal", avant de souligner que la sortie de l'euro provoquerait une hausse de la dette de 20% et une "inflation gigantesque".

" Des immigrés naturalisés, ce sont des Français, madame "

Par ailleurs, Marine Le Pen a marqué des points lorsqu'elle a demandé à la ministre : "Madame, est-ce que vous entendez l’extraordinaire souffrance du peuple ?". Paniquant vraisemblablement, NKM a laissé passer un petit blanc en cherchant dans ses notes, laissant dire par son adversaire : "On voit la polytechnicienne…" et trancher : "Plutôt que de montrer des graphiques illisibles, vous feriez mieux de parler avec votre cœur."

Sur l'immigration, NKM a surenchéri, décrivant la politique du FN comme étant "toujours le même fourre-tout, une espèce de bulle générale". Plus tard, Marine Le Pen l'a reprise en lui disant au sujet des "immigrés naturalisés" dont a parlé la ministre : "Des immigrés naturalisés, ce sont des Français, madame". Ceci avant d'ajouter, ironique : "Vous devriez le dire à monsieur Marleix", en référence à la sortie du sénateur UMP Alain Marleix du week-end précédent, pendant l'Université d'été de l'UMP.

A la question des valeurs auxquelles ces dames sont attachées, la ministre a répondu "la vérité" et la candidate à la présidentielle "la liberté et la démocratie". C'est pourtant au nom de "la vérité" que Marine Le Pen a pris la défense, le lendemain, d'un policier condamné pour avoir publié une bande vidéo de sécurité montrant une agression. En effet, elle écrit dans un communiqué : "Sa condamnation vise bien sûr à intimider ceux qui disent et qui montrent la vérité, à savoir le climat de violence grandissante et le laxisme qui règnent en France. Le pouvoir veut masquer cette vérité parce qu'elle souligne l'échec terrible de sa politique contre l'insécurité".
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 11 Sep - 20:27

Citation :
Moselle: Une manifestation «anti-islam» le 11 septembre interdite - AFP Mis à jour le 09.09.11 à 11h37

Les services de l'Etat ont interdit une manifestation «anti-islam» qu'un mouvement d'extrême droite voulait organiser à Forbach (Moselle) dimanche, jour anniversaire des attentats du 11-Septembre, a-t-on appris ce vendredi auprès de la préfecture. «Le préfet a interdit cette manifestation car il jugé que le risque de trouble à l'ordre public était trop important», a indiqué une porte-parole de la préfecture.

Trois sénateurs socialistes de la Moselle, Jean-Marc Todeschini, Gisèle Printz et Jean-Pierre Masseret, avaient indiqué jeudi avoir écrit au ministre de l'Intérieur Claude Guéant pour lui demander d'interdire cette marche aux flambeaux, organisée par la Nouvelle droite populaire (NDP). Les trois élus avaient dénoncé une «provocation xénophobe et une incitation à la haine raciale».

Contre-manifestation

La NDP, mouvement identitaire créé en 2008 par des dissidents du Front national (FN), a pris prétexte de la victoire d'une coalition européenne - à laquelle participait le duc de Lorraine - contre les Turcs le 11 septembre 1683 à Vienne pour défiler à Forbach contre «l'islamisation de la Lorraine». Plusieurs partis, syndicats et organisations de gauche et d'extrême gauche avaient appelé à une contre-manifestation qui devait débuter une heure plus tôt dimanche, à 19h.

Dans leur lettre à Claude Guéant, les trois sénateurs soulignaient que cette contre-manifestation pouvait «laisser craindre la possibilité d’affrontements violents».

Citation :
Forbach : manifestation anti-islam interdite publié le 10/09/2011 à 05:00

La manifestation contre « l’islamisation de la Lorraine » prévue, demain soir à Forbach, a finalement été interdite par le préfet de région en raison de risques importants de trouble à l’ordre public.

Si la manifestation anti-islam a été interdite, la contre-manifestation des anarcho-syndicalistes, elle, est maintenue Photo DR
Après avoir, dans un premier temps autorisé la manifestation anti-islam appelée par le Nouveau parti populaire (NPP), demain à Forbach, le préfet de Région a publié, hier, un arrêté d’interdiction. La décision est tombée tôt dans la matinée sur intervention du ministère de l’Intérieur. « Tant qu’il n’y avait pas menace de trouble à l’ordre public, nous respections le droit constitutionnel à manifester », précisait-on, hier, en préfecture où l’on ne souhaitait pas faire de publicité à un rassemblement jugé marginal qui avait réuni, le 11 septembre 2010, une quinzaine de personnes. Mais la mobilisation des organisations de gauche, avec en première ligne les arnarcho-syndicalistes de la CNT (Confédération nationale du travail), qui ont mis en place une cellule de veille sur les sites et blogs de l’extrême droite, a changé la donne.
« Nous avons su créer un rapport de force », note Fouad, membre de la CNT qui a très tôt appelé à une contre-manifestation à laquelle s’était invitée la FAO, équivalent allemand de la CNT. Depuis plusieurs jours, la presse Outre-Rhin s’est fait l’écho du rassemblement des militants du Nouveau parti populaire qui, depuis deux ans, tente d’installer ce rendez-vous chaque 11 septembre. Ce dernier est censé rappeler les attentats de New-York en 2001 et plus anciennement une bataille du XVIIe siècle aux portes de Vienne entre les troupes du roi de Pologne et les Ottomans. Mais le vernis commémoratif ne fait pas illusion. L’objectif est clairement ailleurs : dans une stigmatisation clairement exprimée dans le slogan phare de la marche annoncée comme silencieuse : « Non à l’islamisation de la Lorraine ».

Risque de contagion

À l’extrême-droite, le parti identitaire « pro Deutschland » avait également assuré le NPP de son appui logistique. La mobilisation de plus en plus forte, le radicalisme des groupuscules allemands, le risque de contagion au quartier populaire du Wiesberg, lieu de rendez-vous des contre-manifestants et l’inquiétude formulée par les sénateurs socialistes ont convaincu les autorités d’ interdire le rassemblement. Dans son arrêté, Christian de Lavernée, préfet de la région Lorraine fait état « d’un risque réel de troubles à l’ordre public susceptibles de se produire et de se propager dans la commune ». Laurent Kalinowsli, maire socialiste de Forbach, se dit « satisfait de cette décision » qu’il a appelée de ses vœux par courrier. « Notre cité doit retrouver sa sérénité, elle ne pouvait être l’otage de l’instrumentalisation par un groupuscule d’extrême droite ». « C’est scandaleux que les Français n’aient pas le droit d’exprimer leur droit à la résistance nationale », s’emporte Robert Spieler, ancien député FN originaire de Sarreguemines et aujourd’hui délégué général du NPP. Il demande néanmoins à ses militants de respecter la décision préfectorale et de renoncer à cette commémoration de façade. La contre-manifestation est, en revanche, maintenue. Elle pourrait contrarier « le retour à la sérénité » souhaitée par le maire de la ville.

P. R.

Citation :
La température monte à Forbach

FORBACH - Un appel de la Nouvelle droite populaire (NDP) à manifester «contre l’islamisation de la Lorraine» fait grimper la pression dans la commune mosellane, détenue par le PS depuis 2008.

Une manif contre l'«islamisation» de la Lorraine

Le maire, Laurent Kalinowski, et plusieurs sénateurs du département ont envoyé jeudi une demande d’interdiction au préfet de Moselle concernant un rassemblement prévu pour dimanche soir, «à une date symbolique du 11 septembre, commémoration de la bataille de Vienne où furent repoussés les Ottomans», mais surtout date anniversaire des 10 ans de l’attentat du World Trade Center. «Une date qui ne doit rien au hasard».

L’an dernier à la même date, ce groupuscule extrémiste avait été interdit et une poignée de personnes étaient recensées par la police. «Sauf qu’à l’époque, la ville avait réussi à ne pas médiatiser l’événement en amont. Cette année, tout le monde en parle» dans la presse nationale, commente la fédération mosellane du Parti socialiste, contactée par L’essentiel Online. «Il ne faut pas oublier qu’à quelques kilomètres de là, de l’autre côté de la frontière, on peut trouver quelques groupes nazis et blacks blocs qui sont prêts à venir».

Contre-manifestations

Le PS 57 a justement envoyé au ministère de l’Intérieur un soutien à la requête de M. Kalinowski, pour éviter «un trouble à l’ordre public». La température pourrait encore monter avec les contre-manifestations appelées par de nombreuses organisations de gauche, antiracistes et gays. Le maire de la 4e ville de Moselle, contacté par L’essentiel Online, n’a pas souhaité s’exprimer avant une réponse de la préfecture, qui devrait intervenir vendredi.

Mouvement créé en 2008 par des dissidents du Front national (FN) dont Robert Spieler, député FN alsacien, le NDP prévoit la formation de groupes dans le reste de la Moselle-Est, notamment à Sarreguemines et Saint-Avold.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Lun 12 Sep - 23:18

Ci-dessous une rapide revue de presse classée par ordre alphabétique sur Nice (j'ai exclu les articles concernant les relations avec les Identitaires et concernant les " exclus ") : force est de constater que la somme d'articles (loin d'être exhaustive) est colossale :!:

http://www.20minutes.fr/article/784966/marine-pen-arc-boute-fondamentaux-devant-militants
http://www.francesoir.fr/actualite/politique/fn-marine-pen-face-crise-135862.html
http://www.francesoir.fr/actualite/politique/collard-bertrand-duo-infernal-136164.html
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/09/11/97001-20110911FILWWW00128-fn-couper-l-aide-sociale-aux-recidivistes.php
http://www.lefigaro.fr/politique/2011/09/11/01002-20110911ARTFIG00185-marine-le-pen-retrouve-ses-fondamentaux.php
http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Marine-Le-Pen-tente-de-se-relancer-dans-la-campagne-386325/?sitemapnews
http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Marine-Le-Pen-a-cloture-les-journees-d-ete-du-FN-a-Nice-387295
http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/09/10/marine-le-pen-deroule-ses-arguments-devant-les-membres-du-fnj-a-nice_1570256_823448.html
http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/yves-bertrand-l-invite-surprise-des-journees-du-fn-10-09-2011-1371830_324.php
http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/front-national-l-effet-marine-le-pen-11-09-2011-1425872.php
http://www.liberation.fr/politiques/01012359276-a-nice-le-pen-ressort-ses-grosses-ficelles
http://www.liberation.fr/politiques/01012359102-a-nice-marine-le-pen-entre-dediabolisation-et-starification
http://www.lindependant.fr/2011/09/10/marine-le-pen-fait-sa-rentree-a-nice,59789.php
http://www.mediapart.fr/journal/france/100911/nice-le-fn-dediabolise-cache-mal-sa-frange-dure
http://www.republicain-lorrain.fr/france-monde/2011/09/10/marine-le-pen-cherche-la-vague-a-nice
http://www.republicain-lorrain.fr/france-monde/2011/09/11/marine-le-pen-affiche-ses-soutiens-a-nice
http://www.rue89.com/2011/09/12/la-france-revee-de-militants-fn-quand-marine-sera-au-pouvoir-221477
http://www.sudouest.fr/2011/09/11/avec-marine-la-sueur-leur-monte-au-front-496169-2079.php
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/election-presidentielle-2012/20110910.OBS0130/nice-a-l-heure-des-journees-d-ete-de-marine-le-pen.html
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/election-presidentielle-2012/20110910.OBS0130/marine-le-pen-appelle-a-cesser-toute-immigration.html

http://www.france-info.com/france-presidentielle-2012-2011-09-10-l-ancien-patron-des-rg-yves-bertrand-a-t-il-rallie-le-fn-561025-9-508.html
http://www.francetv.fr/2012/a-nice-une-cuvee-imbuvable-3945
http://lci.tf1.fr/politique/2012-marine-le-pen-mobilise-ses-troupes-a-nice-6683205.html
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 14 Sep - 3:24

Suite de la revue de presse : le FN et sa droite (exclus, identitaires...)

http://www.20minutes.fr/presidentielle/784462-journees-fn-present-absent-nice
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hjk3HozBKipuoc0ZOhjeRpzpBSAw?docId=CNG.bf9b93c2a20e175b5f865d9f0b3922a9.271
http://universitesdete.blogs.lavoixdunord.fr/archive/2011/09/10/fausses-surprises.html
http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2011/09/07/fn-des-purges-benedetti-en-tete-sinvitent-aux-journees-dete-marine-le-pen
http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/les-exclus-de-marine-le-pen-tentent-de-faire-entendre-leur-voix-aux-journees-d-ete-10-09-2011-1371879_324.php
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 15 Sep - 4:57

Citation :
Progression inquiétante des identitaires dans le Pas de Calais

Attention, l’extrême droite identitaire progresse dans la région Nord-Pas de Calais, en preuve après la Vlaam Huis à Lambersart et de l’Artésienne à Auchel. Voila maintenant, que la Troisième Voie (parti politique d’extrême droit, création de Serge Ayoub, alias batskin, connu de nos chroniques mais surtout pour ces actes racistes) est toutes fière d’annoncer via son site internet la création d’une section à Lens dans le Pas De Calais.

Sur les photos (voir à cet endroit) de cette section de fascistes repoussant, on se rend compte aussi que malgré les diverses bonnes appréciations de sites de noctambules « La Taverne De L'excalibur », 12 route de Béthune à Lens reste et restera un repaire de fachos. Donc un lieu à combattre, à proscrire et à surveiller.

Autres sujet d’inquiétude, c'est cette prévisions de manifestation de protestations prévue dans la région par Opstaan , l 'Artésienne et la Vlaams Huis et les associations activistes nationalistes du nord de la France, le 23 Septembre.(Cf : site de l’artesiennne) Par contre le lieu de cette manifestations fasciste n’y est pas indiquer. Affaire à suivre….

Mais quoi qu’il arrive, il est temps de bouter hors de nos villes ces fascistes avant qu'ils fassent plus de mal par leur discours et leurs actes haineux.

No pasaran !!!!

Citation :
Samedi 8 octobre : Une manifestation néo-nazi d’ampleur nationale à Lille

Une manifestation d’envergure nationale organisée par la frange dure de l’extrême-droite aura lieu samedi 8 octobre à 17h dans la région lilloise. Le thème de cette manifestation serait « la lutte contre l’islamisation ». Des bus de Paris, Lyon et Montbéliard sont d’ores et déjà prévus.



Appel de la Vlaams Huis

En soirée se déroulera la « fête du cochon » organisée pour la troisième année consécutive par « le Front de Libération du Cochon », avatar de la Maison Flamande. Il s’agit d’un banquet où l’on mange de la cochonnaille entre xénophobes « anti-islam » et « anti-hallal » convaincus.



Appel de Serge Ayoub

Les membres des organisations signataires de l’appel à cette manifestation (3ème Voie de Serge Ayoub (aka batskin) connu comme le loup blanc chez les fachos, Nationalistes Autonomes, Opstaan, Front Comtois, ...) sont les éléments les plus radicaux de l’extrême-droite européenne. Ils sont réputés pour leurs grandes violences commises à l’encontre des immigrés et des militants progressistes. et leurs liens avec les différents groupes hooligans de l’hexagone (Bad Gones Lyon, LOSC Army, Tribune Boulogne du PSG, ...) ne sont plus à prouver.



Appel des Nationalistes Autonomes France

Nous ne pouvons laisser faire cela en toutes impunités car même nos soit disant politiques collaboratrices laissent faire.

No pasaran.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 15 Sep - 23:11

Citation :
Extrême droite : la manif lilloise qui fait peur jeudi 15.09.2011, 05:22 - PAR BENJAMIN DUTHOIT

Fin octobre2010, une soixantaine de militants d'Opstaan s'étaient rassemblés devant le tribunal de Lille. Les collectifs antifascistes, ici lors d'une marche contre la Maison flamande en juin 2010, seront actifs pour la manif du 8 o

Le 8 octobre, une inédite manifestation d'ampleur nationale de groupes d'extrême droite est prévue à Lille. Martine Aubry craint des débordements et a écrit au préfet.

C'est une première à Lille, qui provoque des préoccupations et un branle-bas de combat des autorités. L'événement prévu, pouvant devenir annuel, est en effet de taille. Samedi 8 octobre, une manifestation d'extrême droite d'ampleur nationale est annoncée dans la capitale régionale et les organisations annoncées (Troisième voie, Nationalistes autonomes, Front Comtois, etc.), réunies dans un réseau commun, ne sont pas anodines : « C'est toute la frange radicale la plus brute de décoffrage, qui a participé à un défilé parisien le 9 mai 2011 », souligne Jean-Yves Camus, chercheur à l'IRIS et spécialiste de l'extrême droite (lire ci-contre). Serge Ayoub, ex-leader des skinheads parisiens dans les années 80, devrait être présent. Le décor est planté. Plusieurs centaines de participants, peut-être 600, sont envisagés, issus de la région mais aussi d'un peu partout en France. Cinq bus doivent ainsi venir de Paris, Lyon, Montbéliard ou encore de Belgique.

« Provocations »

À l'initiative de ce rendez-vous, Opstaan, l'association de jeunes de la controversée Maison flamande de Lambersart (lire ci-contre) , qui s'affiche de plus en plus. Pour le moment, aucune déclaration de manifestation n'est déposée en préfecture. Un choix stratégique : « On ne le fera que trois ou quatre jours avant pour que la mairie ne puisse pas se retourner et nous faire interdire par la préfecture. Il y aura une pression de sa part ainsi que de l'extrême gauche. On a choisi Lille pour rappeler à Martine Aubry les valeurs de gauche », affirme sans rire Claude Hermant, de la Maison flamande, pour qui la date du cortège n'a pas été retenue par rapport à la primaire socialiste du lendemain. Sans nul doute, les collectifs antifascistes se mobiliseront.

De son côté, la municipalité monte au créneau. Avertie en début de semaine, Martine Aubry a écrit mardi au préfet Dominique Bur une lettre dans laquelle elle tire la sonnette d'alarme : « Les informations qui m'ont été communiquées laissent à penser (...) que des groupuscules prévoient certaines provocations, voire des actes violents envers certains individus isolés. Ces événements, comparables à ce qui s'est passé à Lyon en mai dernier (des débordements avaient émaillé une manif d'extrême droite), suscitent ma grande inquiétude ainsi que celle des associations de défense des droits de l'homme. » La maire de Lille compte sur une réaction : « Je vous demande de bien vouloir tout mettre en oeuvre afin que l'ordre public soit respecté et que les mesures que vous estimez nécessaires puissent être prises en temps utile. » L'entourage de Martine Aubry indiquait hier qu'elle « rejette les discours et actes de haine » et que « les échanges avec la préfecture sont constants ».

« Fête du cochon »

L'une des questions est celle d'une éventuelle interdiction. Une telle décision est préfectorale, relève la mairie, qui, le cas échéant, la soutiendrait. Mais rien n'est encore tranché : « Le préfet prendra les dispositions jugées nécessaires pour éviter les troubles à l'ordre public, souligne la préfecture. Une attention particulière est portée à ce dossier. » Elle rappelle aussi « la liberté de manifester. Une manifestation ne peut être interdite qu'en cas de troubles à l'ordre public », c'est-à-dire des risques d'incidents ou de confrontation avec des opposants.

À Paris et Lyon, en mai, des défilés similaires ont été autorisés, sous étroite surveillance. La crainte de répétition des dérapages lyonnais est rejetée par Claude Hermant : « Ce n'étaient pas les mêmes organisateurs (le Bloc identitaire), rien à voiravec nous. Ce sera cadré, avec un service d'ordre. » De toute façon, une interdiction pourrait être bravée : « Tout est calé, les gens ont payé le bus, on n'aura pas d'autre choix que de faire la manif. D'un point de vue sécurité, c'est ça ou tout le monde se balade en ville. Le seul moyen pour que ça se passe bien c'est que ce soit autorisé et canalisé. » Quant aux thèmes, il évoque des sujets sociaux. Vraiment ? Car à l'opposé de ce discours officiel, circulent sur Internet des mots d'ordre de groupes appelant à « lutter contre l'islamisation ». Dans le même état d'esprit, une « fête du cochon contre le tout-halal » se déroulera après la manif à la Maison flamande. Tout un programme...
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 17 Sep - 1:54

Après MLP c'est au tour de Carl Lang de bénéficier d'une incroyable couverture médiatique : revue de presse non exhaustive

http://www.20minutes.fr/politique/786406-ex-fn-carl-lang-concurrent-marine-pen-presidentielle
http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/carl-lang-candidat-en-2012-face-a-marine-le-pen-626698
http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2011/09/13/presidentielle-2012-carl-lang-est-candidat
http://www.francesoir.fr/actualite/politique/presidentielle-2012-carl-lang-s-oppose-au-fn-marine-pen-136892.html
http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Carl-Lang-ancien-du-FN-se-presente-a-l-election-presidentielle-interview-389245
http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/candidats/presidentielle-carl-lang-candidat-contre-marine-le-pen-12-09-2011-1604274.php
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/carl-lang-se-lance-dans-la-presidentielle_1029623.html#xtor=AL-447
http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/69979/date/2011-09-13/article/2012-carl-lang-veut-depasser-marine-le-pen-sur-sa-droite/
http://www.liberation.fr/politiques/01012359656-l-ex-frontiste-carl-lang-veut-se-presenter-a-la-presidentielle
http://www.streetpress.com/sujet/7957-le-cyber-candidat-carl-lang-entre-en-campagne-devant-des-veterans-de-l-indo

http://www.youtube.com/watch?v=ZH20icW1Tns
http://www.dailymotion.com/video/xl25xf_carl-lang-ancien-secretaire-general-du-front-national-president-du-parti-de-france_news
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 18 Sep - 1:49

Citation :
Rapprochement entre les identitaires de Nice et l'italien Mario Borghezio Par Jean-Yves Camus | Chercheur en science politique | 10/09/2011 | 09H31

Le dirigeant niçois du Bloc identitaire Philippe Vardon devait donner une conférence de presse le 9 septembre après-midi, avec le député européen de la Ligue du nord Mario Borghezio. Il devait y annoncer notamment que le Bloc identitaire présenterait des candidats aux élections législatives de 2012 contre les élus UMP Christian Estrosi, Eric Ciotti et Rudy Salles.

Citation :
Alliance politique franco-italienne entre Nissa Rebela et Ligue du Nord [ Nice Premium ] • 8|09|2011

Vendredi 9 septembre, 16h30 : conférence de presse de Philippe Vardon et du député européen Mario Borghezio

Dans une année qui – entre rebonds de crise à répétition et échéances présidentielles et législatives – s’annonce rythmée.

Seront évoqués lors de cette rencontre :

Mémoire : la commémoration et le colloque organisés pour le 440e anniversaire de la bataille de Lépante.

Présidentielles : le soutien de Nissa Rebela à Arnaud Gouillon, candidat identitaire engagé dans la recherche des 500 parrainages.

Législatives : des candidats identitaires pour défier Estrosi, Ciotti et Salles.

Municipales 2014 : le partenariat renforcé avec Jacques Peyrat et la main tendue à toute l’opposition de droite au système Estrosi.

Europe : l’installation pour une permanence hebdomadaire à Nice du député européen de la Ligue du Nord (participant au gouvernement de Berlusconi) Mario Borghezio et participation de Philippe Vardon au lancement d’une fondation européenne.

Il devait également rendre publique l'ouverture à Nice d'une permanence hebdomadaire de l'euro-député italien, lié de longue date au Bloc identitaire et suspendu actuellement de la Ligue du nord pour avoir tenu des propos compréhensifs envers Anders Breivik, le tueur d'Oslo.

Pour les municipales de 2014 à Nice, Philippe Vardon confirme son « partenariat » avec l'ancien maire Jacques Peyrat tout en annonçant une « main tendue à toute l'opposition de droite ». Ce qui tendrait à confirmer qu'il n'exclut pas un accord avec le Front national, réuni ce week-end à Nice pour Les journées d'été de Marine Le Pen.

Philippe Vardon vient de publier aux éditions IDées un intéressant ouvrage qui décrit bien l'imaginaire de la mouvance identitaire : « Eléments pour une contre-culture identitaire ».

http://www.youtube.com/v/v9_58Ki3tgY à partir de 7'00''
" (...) Mario Borghezio : il faut beaucoup insister sur le côté régionaliste de votre mouvement
Militant identitaire : jouer le régionalisme c'est plus facile pour les Italiens que pour nous
Mario Borghezio : oui, mais c'est une bonne manière de ne pas être immédiatement classé comme des fascistes nostalgiques (...) "
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 18 Sep - 18:42

Citation :
Des tombes musulmanes profanées à Carcassonne dimanche 18 septembre 2011

Une trentaine de tombes musulmanes d'un cimetière de Carcassonne ont été recouvertes d'inscriptions racistes et nazies.

Les tombes, celles de musulmans morts pendant la première guerre mondiale, sont situées dans le carré militaire du cimetière Saint-Michel, en centre-ville, a précisé le procureur de Carcassonne Antoine Leroy.

C'est le gardien du cimetière qui a découvert les faits samedi au moment de la fermeture du site.

L'enquête a été confiée au commissariat de Carcassonne. «Ce sont des faits qui ne sont pas anodins, qui sont particulièrement déplaisants», a souligné le procureur.

«Le propos est réellement raciste et tout sera mis en oeuvre pour réussir à retrouver les auteurs et à les juger», a-t-il ajouté.

Les inscriptions à caractère raciste et nazi avaient été portées au marqueur sur les stèles.

Une fois que la police a achevé sur les lieux son travail de relevés et d'enquête, les stèles ont été immédiatement repeintes et restaurées par les services municipaux,

Le maire PS de Carcassonne, Jean-Claude Perez, s'est insurgé contre un acte «inqualifiable de barbarie». «Je pense aux familles» de ces gens qui sont morts en servant au sein de l'armée française, a-t-il dit, ajoutant qu'à sa connaissance, c'est la première fois que «ce genre d'acte se produit» à Carcassonne.

«Si c'est un acte politique, cela prouve qu'il y a encore des gens qui prônent la haine de l'autre», a-t-il dit, précisant que la ville avait «immédiatement porté plainte».

«Si c'est l'oeuvre de jeunes, j'espère s'ils sont pris qu'ils puissent être condamnés à des travaux d'intérêt général pour nettoyer tous les graffitis» dans la localité de 50.000 habitants, a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de la préfecture Olivier Delcayrou, qui s'est rendu sur les lieux dans la matinée dimanche, s'est refusé à tout commentaire.

ev/bg

Citation :
RACISME : Les néo-nazis "Blood & Honour" marchent sur Rome JEUDI, 15 SEPTEMBRE 2011 07:00

Ils prêchent le racisme et s'inspirent des idées d'Hitler. Le 28 octobre le premier meeting italien, organisé par les boneheads de Rome.

Musique et engagement politique au service des idéologies racistes, Le mouvement "Blood & Honour", fondé en Angleterre mais désormais transformé en réseau international, a son identité écrite dans son nom, rappel explicite de ce "Blut und Ehre", qui fut la devise de la Jeunesse hitlérienne.

Interdite, il y a quelques années en Allemagne pour activités éversives, “surveillé spécial" en Grande Bretagne pour ses liens avec les hoolingans et les actions anti-immigrés du groupe naziste C18, le mouvement débarque également en Italie.

Le 28 octobre, anniversaire de la marche fasciste sur Rome, se tiendra dans la capitale, le premier meeting de la collonne italienne de B&H.

Au milieu des croix celtiques, les bras tendus et les hymnes à la suprématie blanche. la manifestation sera abritée à la Casa Italia Colleverde, à via Monte Bianco, un espace géré par le groupe S.P.Q.R Skin. Un choix qui semble avoir divisé l'extrême droite si bien que "Veneto Fronte Skin" et "Casa Pound" prennewnt les distances.

Entre-temps B&H marchent sur Rome. Au rythme d'une musique qui ne fait tout autre que donner des frissons.

Elvio Pasca
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 20 Sep - 3:24

Citation :
Tags contre le Bloc identitaire

Pique-nique citoyen et tags face à une réunion des « Identitaires ». Hier midi, place du Mercadiou à Saint-Macaire. PHOTO O. E.

« Non au fascisme en Sud-Gironde, oui à la solidarité entre les peuples ». C'était le thème de l'appel lancé par le collectif des citoyens du Sud-Gironde et de l'Entre-deux-Mers (1), auquel ont répondu, hier midi à Saint-Macaire, une petite cinquantaine de personnes. Pour les organisateurs, l'idée consistait à partager un repas sur le principe de l'auberge espagnole. Un concept qui se veut à l'opposé des apéros « saucisson-pinard » dont le Bloc identitaire s'est fait une spécialité.

Le collectif citoyen s'est en effet mobilisé en réponse au mouvement d'extrême droite, qui organisait sa réunion de rentrée en Sud-Gironde. Un des membres du collectif expliquait « qu'il s'agit de sensibiliser la population face à un groupe extrémiste qui joue sur le double discours et qui cache derrière des notions comme la ruralité une véritable organisation raciste et xénophobe ». Afin « d'éviter d'aller au contact », le pique-nique était organisé à une vingtaine de kilomètres du lieu de rassemblement des « Identitaires ».


Murs tagués et cambriolage

Après avoir d'abord envisagé de se retrouver à Saint-Pardon-de-Conques, les membres du Bloc identitaire avaient rendez-vous hier à Bazas, en présence de deux leaders de cette mouvance, Arnaud Gouillon et Bernard Anthony. Cette réunion, présentée comme « la journée de la ruralité et de l'identité », était « d'ordre privé », selon Alain de Peretti, relais aquitain du Bloc, ancien candidat en Gironde à des élections locales sous l'étiquette du FN puis du MNR.

Il y avait pourtant les gendarmes hier matin devant le château Saint-Vincent. Dans la nuit, plusieurs tags, tel que « résistance antifasciste », ont été inscrits sur les murs. Le local où avait été entreposé du matériel du Bloc identitaire (drapeaux, livres, sono) a été cambriolé. Dans un contexte politique « sensible, notamment quand il touche aux extrêmes », selon le capitaine Yves Bedenes de la compagnie de Langon, la gendarmerie a dépêché sur place des techniciens de l'identification criminelle.

Le Pen à Loupiac samedi

Deux plaintes devaient être déposées, par le propriétaire du château et par Alain de Peretti, qui renvoyait le dossier vers « les gauchistes qui critiquent nos méthodes, qui pourtant ne relèvent pas du pénal, elles ». À Saint-Macaire, la nouvelle de ces dégradations était évidemment commentée. « C'est dommage pour les propriétaires du château, qui n'ont rien à voir avec le Bloc identitaire, mais ces actes sont à comparer à la violence démesurée que prône ce groupe », observait un participant.

Le collectif se veut d'autant plus vigilant face à la venue de l'extrême droite en Sud-Gironde que sont annoncés samedi prochain au château Mazarin, à Loupiac, Jean-Marie Le Pen et le frontiste aquitain Jacques Colombier.

Olivier Escots

(1) L'appel a été relayé par les comités locaux du Parti de gauche, de la CNT, de la FSU, de Solidaires, d'Attac, de la Fase, et d'Europe-Écologie- Les Verts.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 21 Sep - 2:30

Citation :
FN se serait-il fait rouler dans la farine par sa nouvelle "personnalité d'ouverture", Alain Dumait ?

Grâce au FN, l'ancien maire UDF-PR du 2e arrondissement de Paris dans les années 80 a pu prendre la tête d'une liste aux sénatoriales à Paris. Hic : il vient de déposer cette liste, sans mentionner le Front national... qui pourtant le soutient. M. Dumait est ainsi à la tête d'une liste " indépendante d'entente à droite" avec six colistiers (dont un suppléant) frontistes. Mais rien, aucune mention n'est faite du parti d'extrême droite sur le matériel électoral. Ce qui n'était évidemment pas prévu.



Autant dire que ce "coup" de la part de M. Dumait ne plaît pas au Front national, qui pensait avoir un accord solide avec lui. "Il y a des colistiers, il parle du soutien du FN sur sa profession de foi, mais rien sur les bulletins. De toute façon, en politique, le manque de clarté est toujours néfaste", persiflait, lundi 19 septembre, un membre de la direction du parti de Marine Le Pen.

Contacté samedi en fin de journée, M. Dumait assurait que rien n'avait bougé et qu'il mènerait bien une liste soutenue par le FN... Lundi 19 septembre, la version avait changé : "Je présente une liste indépendante. Pourquoi y aurait-il une mention de soutien ? Je suis aussi soutenu par les libéraux conservateurs, et je ne le mets pas ! Je ne fais référence à aucun soutien d'aucune sorte. Plusieurs médias dont le vôtre ont déjà parlé du soutien du FN à ma liste", s'est énervé M. Dumait. Qui conclut : "De toute façon, les gens se décideront ou non sur ma personne. C'est un vote plus personnel que partisan".

Intervenant lors des journées d'été Marine Le Pen, Alain Dumait a été amené par Louis Aliot, n°2 du parti. Homme aux convictions ultralibérales affichées, anti-étatiste forcené, M. Dumait aurait "peur" , selon des cadres frontistes, du "soutien" du Front national. Toujours selon ces cadres, M. Dumait pense que cela "porte préjudice" à sa candidature. "Alain Dumait est persuadé qu'il va finir sénateur", se moquait ainsi samedi un membre de la direction du FN. Un imbroglio qui ravit en tout cas au FN les opposants aux alliances avec des personnalités de la "droite libérale".
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Ven 23 Sep - 2:15

Citation :
Exclusif: la lettre d'amour du Bloc identitaire à Montebourg 21/09/2011 | 18H25

En prenant à bras-le-corps le thème de la démondialisation, Arnaud Montebourg s’attire des soutiens inattendus. Après avoir reçu les éloges de Marine Le Pen, c’est au tour du Bloc identitaire de défendre sa candidature à la primaire socialiste.

En luttant contre la mondialisation, Arnaud Montebourg réussit l’exploit de séduire autant la gauche de la gauche que la droite de la droite. Interrogé en juin dernier sur les primaires du PS, Marine Le Pen n’hésitait pas à dire que "si elle faisait partie de la famille socialiste, elle glisserait un bulletin pour Arnaud Montebourg".

Egalement séduit par son discours antimondialiste, le Bloc identitaire compte aller jusqu’à soutenir sa candidature dans une lettre ouverte que nous nous sommes procurée (dont nous reproduisons des extraits à la fin de l'article).

Depuis la publication de son livre Votez pour la démondialisation en juin, Arnaud Montebourg est ardemment sollicité par les identitaires qui ont le sentiment de l’avoir influencé. Il y a trois mois, Projet Apache, un groupe rassemblant les jeunes identitaires parisiens et franciliens réfléchissaient déjà au meilleur moyen de le soutenir. Par le biais de cette lettre ouverte, c'est aujourd'hui l'ensemble du mouvement qui a décidé de le supporter officiellement lors de la primaire socialiste.

"Depuis le lancement de notre mouvement en 2002, les identitaires combattent la mondialisation. Bien que le PS soit un parti du système, je ne vois pas pourquoi nous nous mettrions à l'écart de ce débat", se justifie le patron du Bloc, Fabrice Robert qui "espère peser sur cette campagne interne".

"Encore un petit effort Arnaud"

Localiste et farouchement européen, le Bloc identitaire s’estime sur la même longueur d’onde idéologique qu’Arnaud Montebourg même si ce mouvement d’extrême droite s’en distingue par son prisme culturel et identitaire.

"Nous lui demandons encore un petit effort pour rejoindre totalement nos positions", explique Fabrice Robert.
Dans leur lettre ouverte à Arnaud Montebourg, les identitaires encouragent donc le député de Saône-et-Loire à aller au bout de sa réflexion en participant notamment à des assises communes contre la mondialisation. Sur le même modèle que ceux contre l’islamisation qu’ils avaient lancés en décembre, les identitaires souhaitent inviter le député de Saône-et-Loire à la tribune.

A la question de savoir si ce soutien ne risque pas plutôt d'handicaper le candidat socialiste, Fabrice Robert répond :

"Il n'y a aucune volonté de nuire à Arnaud Montebourg, simplement la volonté de provoquer un débat. Il reconnait lui-même que ce sujet doit dépasser les clivages politiques."

Les jeunes identitaires veulent voter Montebourg

Pour bousculer le résultat de la primaire socialiste, les jeunes identitaires parisiens ont même l’intention de voter pour lui. Pas gêné le moins du monde par la signature obligatoire d’une adhésion aux valeurs de gauche, Frédéric Robillard, l’un des responsables des jeunes identitaires, explique qu’ils "partagent des valeurs communes". Un site internet devrait également voir le jour pour soutenir cette campagne et débattre sur la démondialisation.

Arnaud Montebourg se passerait bien de ses soutiens. Visiblement embarrassé, Thierry Mandon, l’un de ses porte-parole, se dit "très surpris" par ces initiatives.

"Je ne comprends pas qu’ils puissent se retrouver dans nos idées, il n’y a pas de dimension culturelle ou identitaire dans notre discours, notre critique de la mondialisation est uniquement économique et social."
Phénomène singulier ou mouvement d’ampleur? En juillet, le site Fdesouche avait organisé un petit sondage pour connaître les intentions de vote de son lectorat. 13% d’entre eux avaient répondu qu’ils comptaient voter à la primaire socialiste…

David Doucet

Citation :
Les extraits de la lettre du Bloc identitaire à Arnaud Montebourg :

Les victoires sémantiques précèdent les succès politiques !

De Seattle à Porto Alegre, les mondialistes canal-historique et leurs alter-egos altermondialistes ont monopolisé la parole politique. Loin de ces modes éphémères, les identitaires s'affirmaient eux anti-mondialistes depuis leur création en 2002. Aujourd'hui ces derniers constatent en écoutant Arnaud Montebourg que leur ténacité a porté ses fruits! Comme Arnaud Montebourg l'a écrit, il n'y a pas de mondialisation heureuse. Le mondialisme n'est ni souhaitable, ni réformable. Ne nous trompons pas, le basculement de l'altermondialisme à la démondialisation est bien plus qu'une victoire sémantique. C'est le premier pas vers un changement profond de ce système devenu cannibale pour ses propres populations. Ce retournement impensable il y a peu montre que la lutte ne sera jamais vaine. (...)

Vivre et travailler au pays !

Arnaud Montebourg constate localement dans sa circonscription les ravages de la mondialisation. Dans le meilleur des cas, les multinationales pratiquent un chantage permanent à la délocalisation, faisant pression sur les salariés pour qu'ils acceptent des conditions de travail toujours plus défavorables. Dans le pire des cas, les délocalisations à l'autre bout de la planète entrainent la mort de régions entières, quand ce n'est pas la mort de salariés licenciés et désespérés! Arnaud Montebourg fixe comme objectif prioritaire la relocalisation de nos industries. Ces industries qui ancrent l'économie dans le réel loin des bourses dérégulée et de leurs montages financiers virtuels! Louable engagement auquel doit s'ajouter impérativement pour être efficace l'interdiction à ces mêmes multinationales de "délocaliser à domicile" en faisant venir ici une main d'œuvre étrangère et corvéable à merci. Le concept de démondialisation inventé par le Philippin Walden Bello ne précise-t-il d'ailleurs pas de "fixer les populations dans leurs aires d'origine" ! (...)

Face aux clivages partisans, l'unité des dissidents : Arnaud avec nous !

Arnaud, tu constates comme nous qu'une majorité de la population française est aujourd'hui favorable à ces solutions. Les jeunes et les plus déclassés en particulier. La démondialisation bénéficie d'un large consensus loin des querelles de chapelles qui stérilisent le débat public. Tous: élus, militants politiques, associatifs, syndicalistes, simples travailleurs, nous pouvons nous entendre sur une base commune. Parce que le fatalisme n'est pas une option: Arnaud, Face à ce qui défaille, tu n'es plus seul! Rassemblons nous dès maintenant avec pour objectif d'organiser des assises de la démondialisation larges et ouvertes. Pour faire de ce thème crucial, un enjeu central, fut-il même électoral!
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 24 Sep - 15:11

Citation :
http://zebrastationpolaire.over-blog.com/article-bresil-subversion-raoni-et-ses-soutiens-dans-l-ultra-droite-fran-aise-identitaire-84988310.html

Brésil - Subversion : Raoni et ses soutiens dans l'ultra-droite Identitaire Française.

Le chef Amérindien Brésilien Raoni vient de commencer une visite en France dans le cadre de sa campagne de subversion contre la construction du barrage de Belo-Monte . Arrivé lundi à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle , il s'est vu remettre par son comité de soutien Français les signatures d'une pétition s'opposant au projet du barrage .
Cette pétition lancée depuis plus d'un an par les initiateurs du site Raoni.com réclame l'arrêt des travaux du barrage . Elle a nottament été signée par Marion Cotillard , Bernard Lavilliers ,Vincent Cassel , Pierre Richard et " Tatie " Danielle Mitterrand a précisé à l'AFP Gert-Peter Bruch , responsable éditorial du site .
Mais parmi les soutiens de Raoni en France , on ne sait pas si ceux-ci ont d'ailleurs signé cette pétition , on rencontre aussi certains cercles identitaires de l'ultra-droite Française gravitant autour du site d'informations Novopress.

Ce n'est pas en soi une surprise ! L'un des axes de la propagande Raoniste est la " menace " que ferait planer l'arrivée sur les " terres ancestrales Amérindiennes " de milliers de travailleurs Brésiliens " non Amérindiens " et de leurs familles . Selon le consortium Norte-Energia responsable du projet Belo-Monte , la construction du barrage génerera 18 000 emplois directs et plus de 23 000 emplois indirects soit prés de 96 000 personnes avec les familles .
Cette vulgate indigéniste Raonienne qui oppose les " Brésiliens de souche " que seraient les Amérindiens aux " envahisseurs " que seraient les Brésiliens de la " raça cosmica " métisse est dans la droite ligne de la vulgate identitaire qui dénonce la " colonisation " des " terres ancestrales Françaises " et de ses " terroirs " par des populations immigrées , majoritairemernt Africaines et musulmanes.

Notons aussi que cet argumentaire ethno-différentialiste est largement employé en Russie par les opposants aux grands projets de barrages , que ce soit en Sibérie - Envenkia - ou dans la République de Mari-El. Il s'agit dans ce cas d'opposer les " Moskals " de Rushydro , présentés comme des envahisseurs , aux " petits-peuples " de la Fédération de Russie.
Ceux-ci bénéficient du soutien désintéressé non seulement des associations environnementalistes et indigénistes trans-nationales déja citées par l'ABIN dans son rapport sur Belo-Monte mais aussi d'agences gouvernementales Estoniennes et Finlandaises au nom d'une " solidarité Finno-Ougrienne " .

Les contacts des populations Amérindiennes d'Amérique du Sud et du Nord avec les élèments les plus radicaux des droites Européennes ne sont pas en soi une nouveauté historique , bien qu'il soit difficille de savoir si les chefs coutumiers Amérindiens et surtout les populations Amérindiennes étaient alors - dans les années 30 - pleinement conscients de leurs engagements . On ne peut pas en dire autant aujourd'hui et il appartient donc à ces chefs coutumiers de se prononcer sans retard sur ces soutiens , leur silence valant acquiescement de l'idéologie nauséeuse distillée par ces groupuscules .

A partir de 1934 , le géopolitologue et agent de renseignement de l'Abwehr Colin Ross - proche de Baldur Von Schirach et d'Adolf Hitler dont il était le conseiller privé sur les affaires Etasuniennes - prend contact avec diverses communautés Amérindiennes des Etats-Unis lièes à l'American Indian Federation . Plusieurs chefs coutumiers Amérindiens prennent contact aussi avec l'organisation des Siver Shirts of America de William Dudley Pelley , avec le German American Bund et avec le comité America First .
Ces chefs coutumiers Amérindiens réclamaient l'autonomie administrative au sein des Etats-Unis , la dissolution du Bureau des Affaires Indiennes et présentaient le " New Deal " comme une " conspiration Judéo-Bolchévique " !
On ne peut malheureusement que faire le lien avec les revandications Raonistes et celles des indigénistes radicaux Brésiliens qui réclament une extra-territorialité pour les " terres Amérindiennes " sur le territoire du Brésil , la dissolution de la FUNAI et avec leurs critiques contre le PAC -Programa de Aceleração do Crescimento - dont le projet de barrage de Belo-Monte fait parti .
Parmi les représentants de la communauté Amérindienne Nord-Américaine qui ont entretenu des rapports ténus avec le renseignement Nazi et ses diverses organisations aux EU , il faut citer la " sang mélée " Seneca-Cherokee Alice Lee Jemison et le chef coutumier Red-Cloud [ de son vrai nom E.A . Towner , chef coutumier héreditaire Hoopa ] qui n'hésita pas à déclarer que " les Juifs sont les enfants de Satan " . La propagande Nazie de Colin Ross visait surtout à montrer que les Amérindiens étaient une " race pure " et que ceux-ci appartenaient à la " grande famille Aryenne " . Il les poussait à réclamer l'autonomisation de leurs territoires et assurait qu'en cas de victoire , le régime du III éme leur accorderait l'indépendance. L'activisme de Colin Ross , le devoiement de certains chefs coutumiers Amerindiens et de certains citoyens Etasuniens de souche Allemande a poussé le législateur Etasunien à créer en 1938 le FARA qui oblige tout personne publique à revéler les sommes ou avantages en nature reçu d'un Etat étranger. Alice Lee Jemison reconnut ainsi devant une commission d'enquête parlementaire qu'elle recevait de l'argent du Bund. Les associations indigénistes et environnementalistes " Brésiliennes " qui s'opposent au projet de barrage de Belo-Monte sont beaucoup moins loquaces pour révéler la provenance de leurs fonds, ce à quoi s'est attelée l'ABIN dans son rapport.

La loyauté de la quasi-totalité des peuples Amérindiens à l'égard de Washington fut cependant totale malgrés l'ostracisme , pour rester modéré , dont ils étaient victimes de la part du pouvoir Etasunien , un ostracisme toujours en cours. Des 1940 les Papagos, Navajos, Hopis et Apaches bannirent ainsi l'usage de la Swastika , symbole Amérindien séculaire , et certaines nations Amérindiennes déclarérent même la guerre au III éme Reich , déjouant les prédictions de Goebbels qui affirmait que " les Amérindiens allaient se soulever contre le gouvernement Américain " .
La petite fille du chef Hoppa Red-Cloud reste toujours trés active aujourd'hui au sein du mouvement Amérindien d'Amérique du Nord et a parlé il y trois ans d' " ethnocide " en évoquant l'idée du métissage . Elle s'oppose à la reconnaissance du statut d'Amérindien aux " sangs mélés " et plus particulièrement aux descendants de métis Afro-Américains et Amérindiens . Une position qui tend malheureusement de plus à plus à gangréner l'ensemble des communautés Amérindiennes Nord-Américaines et dans la droite ligne de la position des ultra-droites identitaires Européennes sur la question de la nationalité . We are free to oust blacks et Communiqué .

Au Brésil des contacts entre des agents du régime Nazi et les peuples Amérindiens d'Amazonie eurent lieu lors de la Deutsche Jary-Amazonas expedition de 1935-1937 . Si l'essentiel de l'activisme Nazi au Brésil se concentrait sur les populations de souche Allemande immigrées dans le Sud du Brésil [ Joinville , Blumenau ] , l'importance de l'Amazonie comme base d'opérations en Amérique du Sud , mais aussi comme source de matières premières , n'avait pas échappé aux chefs politiques et militaires Nazis . Sous la couverture d'une mission de recherche ethnologique et sous la forme d'un raid aérien en hydravions Dornier , la Deutsche Jary-Amazonas expedition , entiéremment financée par le régime Nazi avait d'autres missions :
- Etude des axes de pénetration en Amazonie Brésilienne
- Recensement des matières premières
- Etude de l'implantation d'une base de ravitaillement pour les submersibles Allemands
- Etude des conditions d'une implantation Allemande prés des frontières des Guyanes Française , Hollandaise et Britannique et ceci avec l'appui éventuel d'une " 5ème colonne " Amérindienne . De nombreuses photos montrent ainsi les membres de l'expedition initier les populations Amérindiennes au maniement de postes de radio et d'armes à feu .

La mort d'un membres de l'expédition , Joseph Greiner , consécutive à la fièvre jaune fut largement mediatisée dans les journaux cinématographiques et la presse écrite Allemande , plus particulièrement avec la publication de photos montrant des Amérindiens posant à côté de la tombe de Joseph Greiner . Celle-ci a été redécouverte en 2008 .

En 1992 , j'ai eu l'occasion de discuter avec l'anthropologue Brésilien Darcy Ribeiro. Il m'a alors confirmé que c'est la crainte d'une intervention étrangère , principalement du IIIème Reich et du Japon, en Amazonie qui a poussé le gouvernement de Getulio Vargas a lancer le projetRoncador-Xingu qui vit la participation des fameux sertanistes Brésiliens, les frères Orlando et Cláudio Villas-Bôas.

La fascination des Allemands pour les populations Amérindiennes ne date toutefois pas du Nazisme. Elle est consécutive au mythe de Winnetou , un Indien Apache imaginé par le romancier allemand Karl May . Karl May a developpé au travers de ses romans un vision Rousseauiste de l'Amérindien des plaines , l'opposant au " méchant " , le " colon blanc " . C'est cette image Rousseauiste de l'Amérindianité qui est aussi largement dévéloppée et utilisée par les Occidentaux qui soutiennent aujourd'hui les opposants au projet de Belo-Monte et le chef Raoni . Au Rousseauisme , vient s'ajouter désormais la vision Cameronistequi veut faire des Amérindiens du Xingu de nouveaux Na’vis .

Le chef Raoni doit rester en France jusqu'à début octobre selon son comité de soutien. Il doit notamment rencontrer des officiels et être fait citoyen d'honneur de la Ville de Paris le 27 septembre .
Son voyage, et ses contacts, font certainement l'objet d'une attention particulière de l'ABIN.

Bibliographie :

Crossing the pond: The native American effort in World War II - Jere Bishop Franco - 1989 - University of North Texas press .
Chap1 principalement . The Swastika shadow over native America : John Collier and the AIF .

Unser Amerika : Der deutsche Anteil an den Vereinigten Staaten - Colin Ross - 1936 - Leipzig F.A. Brockhaus . Interdit aux EU apres 1938 et en Europe aprés 1945 . Disponible épisodiquement à des prix modérés sur les sites de ventes aux enchères [ Attention au filtrage ] . Necessite la maitrise de la Fraktur .

Das Land ohne Herz: Eine Reise ins unbekannte Amerika - A. E. Johann - 1942
Voir supra .

Das Guayana-Projekt: Ein deutsches Abenteuer am Amazonas - Jens Glüsing - 2008 - Berlin

" Les Allemands au Brésil " - Politique étrangère -Année 1939 - volume 4
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/polit_0032-342x_1939_num_4_2_5991

Les indiens d'Amérique du Nord à la veille de la seconde guerre mondiale . De la spoliation au début de la reconnaissance .
Article de Fabrice Delsahut dans " Histoire de la dernière guerre " [ 1939-45 , au jour le jour ]
N°6 - Juillet aout 2010 .
Un morceau d'érudition pure par un universitaire Français .

Casa-Grande & Senzala - Gilberto Freyre - Rio de Janeiro - 1933

Articles de presse :

Expedição nazista, 2ª Guerra, Hitler e Amazônia Nazis queriam construir colónia na Amazónia

The first Boys From Brazil : Nazi graveyard discovered deep in the Amazon rainforest
Nazis hoped to found empire in Amazonian rainforest
Nazis im Dschungel-Camp

Nota : Cet article vient d'être censuré , probablement à l'instigation des cercles Raonistes ou identitaires Français , sur un site d'informations en ligne . Je remercie les éditeurs de la plateforme " over-blog " de ne pas l'avoir censuré à leur tour. Sa diffusion est autorisée avec mention du site " Ice Station Zebra " .
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 25 Sep - 23:34



Citation :
Gollnisch fait une rentrée chahutée

Bruno Gollnisch avait été suspendu par le ministère de l'Enseignement supérieur en 2005.

Université Le député européen du FN reprend ses cours à Lyon-III après six ans de suspension

La rentrée s'annonce mouvementée à l'université Lyon-III. Le syndicat étudiant Unef, les associations SOS Racisme, la Licra, la Ligue des Droits de l'homme et l'Union des étudiants juifs de France appellent à un rassemblement aujourd'hui à 16 h devant la Manufacture des tabacs (8e) « contre le retour de Bruno Gollnisch à l'université ». Le député européen du Front national, professeur de langue et de civilisation japonaise, doit donner en fin de journée son premier cours magistral, six ans après avoir été suspendu de ses fonctions d'enseignant pour ces propos controversés sur les chambres à gaz, tenus lors d'une conférence de presse à Lyon en octobre 2004. « Nous lui demandons de présenter toutes ses excuses quant aux propos qu'il a pu tenir ces dernières années », indique le syndicat Unef, qui participe à la création d'un comité de vigilance des étudiants et personnels de l'université contre l'extrême droite.

Excuses ?

« Ils peuvent toujours attendre. Et ce serait plutôt à eux de s'excuser pour avoir orchestré cette persécution professionnelle », a réagi hier Bruno Goll­nisch, rappelant que la cour de cassation l'avait blanchi en 2009 des accusations de « contestation de crimes contre l'humanité ». Bruno Gollnisch, qui doit assurer 200 heures d'enseignement cette année, en techniques commerciales et japonais moderne, a indiqué qu'il « porterait plainte en cas de perturbation de son cours ».

Frédéric Crouzet

Immunité

L'immunité parlementaire de Bruno Gollnisch a une nouvelle fois été levée en mai dernier, après une plainte contre X de la Licra en 2008 pour « incitation à la haine raciale ». Elle vise un communiqué du groupe FN du conseil régional évoquant « l'invasion de notre patrie et la destruction de notre culture » par l'islam.

Citation :
Rassemblement contre le retour de Gollnisch à Lyon III (complété) LB et ES

Le syndicat étudiant UNEF, la Ligue des Droits de l'Homme de Lyon, SOS racisme, la Licra, l'Union des étudiants juifs de France et Hippocampe ont lancé, lundi soir, un appel contre le retour de Bruno Gollnisch à Lyon III. Les associations appellent à un rassemblement devant l'université Lyon III à 16h mercredi 14 septembre, 8 rue Rollet. "A aucun moment, Bruno Gollnisch n'est revenu sur ses propos", explique Mathieu Landau, un responsable de l'UNEF qui exige des excuses de l'enseignant. "Le combat contre l'extrême-droite n'est pas mort" a t-il ajouté. Les associations exigent de l'Université et du ministre de l'Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez qu'ils prennent "les mesures nécessaires concernant son exclusion".
Par ailleurs, un comité de vigilance des étudiants et du personnel de l'Université Lyon 3 contre l'extrême-droite est en cours de formation. Le leader lyonnais du Front national donnera son premier cours magistral mercredi à 17h à la Manufacture des Tabacs. Il reprend ses cours de Japonais, après une suspension de 5 ans due à des propos jugés négationnistes. En juillet dernier, Bruno Gollnisch s'était dit prêt à "assigner en correctionnelle", les éventuels "groupuscules" qui voudraient l'empêcher d'exercer à Lyon 3.

Citation :
Lyon 3 : la reprise des cours de Bruno Gollnisch contestée Agathe Rosier, à Lyon

Après cinq années de suspension, Bruno Gollnisch a repris cette semaine ses fonctions de professeur à l’université Lyon 3. Mercredi 14 septembre 2011, son premier cours magistral a suscité un rassemblement de protestation. Reportage.

« Ces dernière années, il y a eu un effort global de Lyon 3 pour enterrer ses heures sombres depuis sa création. Aujourd’hui, Gollnisch est synonyme de retour de flamme de l’extrême-droite », juge Nathan de Arriba-Sellier. Vice-président étudiant Unef de l’université, il fait partie des deux-cents personnes rassemblées mercredi après-midi devant l’entrée de l’université, à l’appel de plusieurs associations, partis et syndicats (1).
Bruno Gollnisch est revenu lundi à l’université Jean-Moulin enseigner le japonais et le commerce international, au terme de cinq années de suspension, durant lesquelles il a reçu la moitié de son traitement. En mai 2006, le Cneser l’avait sanctionné pour des « propos discriminatoires contraires à la déontologie universitaire et pour faute disciplinaire grave portant atteinte à la réputation, à l’ordre et au bon fonctionnement de l’Université Jean Moulin Lyon 3 ».

Les forces de l’ordre présentes

Autour d’une banderole « La jeunesse contre l’extrême droite » de nombreux étudiants militants argumentent. « On ne peut pas accepter que quelqu’un comme lui, qui n’a fait aucune excuse depuis cinq ans, soit accepté dans cette université » clame Yoann Sportouch, secrétaire général de l’UEJF Lyon. Raphaël, inscrit en 3e année de droit, a préféré confectionner sa propre affichette : « je préfère apprendre le japonais avec la wii plutôt qu’avec un nazi ». Il insiste : « Gollnisch a purgé sa peine, mais il n’a pas sa place ici parce qu’il est dans un parti anti-républicain frôlant le racisme ». Soudain, des cris couvrent les propos du jeune homme. « Bleu-blanc-rouge, la France aux Français!». Dans la rue, s’avance une douzaine de jeunes en noir se revendiquant du mouvement nationaliste L’Oeuvre Française. « Fachos hors des facs » contre « Gauchistes au goulag » les slogans bien rôdés s’enchaînent en cadence. Après une petite échauffourée avec des jeunes communistes, le petit groupe est isolé par les forces de l’ordre.

La présidence rappelle la motion votée en juillet

Devant le campus, les vigiles de l’université sont un peu tendus. « Il s’agit d’un dispositif exceptionnel, à cause de la manifestation. Nous verrons en fonction de ce qui se passera dans les jours qui viennent », précise Bernard Pascal, directeur général des services de Lyon 3. Le retour de Bruno Gollnisch porte un coup à Hugues Fulchiron, élu à la présidence en 2007 grâce à une « union sacrée » pour rompre avec les précédentes équipes. Mardi, le président a renvoyé par mail aux personnels une motion votée en juillet par son conseil d’administration. Ce texte rappelle l’impuissance de l’université face à «une réintégration de droit» et promet de garantir « la défense des libertés universitaires mais aussi le respect des obligations d’éthique et de dignité qui s’imposent à tous ceux qui font l’Université. »

Bruno Gollnisch serein

L’enseignant contesté affiche de son côté une grande sérénité, voire une certaine jubilation. Tandis que des manifestants s’époumonnent à l’extérieur, il est déjà devant la porte de son amphithéâtre. Ici, il est accueilli chaleureusement par Jean-Clément, étudiant, originaire du Sénégal, ravi d’avoir M.Gollnisch comme professeur. « Je trouve parfaitement ridicule de confondre une opinion politique ou une assertion avec une capacité d’enseignement » explique le jeune homme. Le cours débute. Bruno Gollnisch demande à la quarantaine de présents de remplir une petite fiche de renseignements et commence à discuter en japonais avec certains. « En dépit de la réputation qui m’est faite, j’ai les idées larges » répond-il à une jeune fille qui s’inquiète de savoir si son cursus un peu atypique pose problème. Pas d’autres allusions. Dehors, les étudiants se sont déjà dispersés.
(1) UNEF, LDH, SOS RACISME, LICRA, UEJF, HIPPOCAMPE,JOC, LMDE, ASSOCIATION RENE CASSIN, PARTI SOCIALISTE, PARTI COMMUNISTE,
EUROPE ECOLOGIE, PARTI DE GAUCHE, GAUCHE UNITAIRE, MJS, MJCF, UEC

Citation :
Gollnisch fait sa rentrée sous les huées Catherine Coroller

UNIVERSITÉ - Bruno Gollnisch, député européen du Front national, est de retour à l'université Lyon III après cinq ans d’interdiction d’enseigner pour propos révisionnistes.

Du sous-sol de l’université Lyon III Jean-Moulin, on n’entend pas la clameur de la rue. Bruno Gollnisch patiente, tout sourire, en attendant que se libère l’amphi où il doit donner un cours de japonais moderne.
Après avoir été suspendu cinq ans, en 2006, pour ses propos révisionnistes, le député européen du Front national a retrouvé son poste d’enseignant-chercheur. Hier, il donnait son premier cours magistral. Vigile. Prudent, Gollnisch a fait une arrivée discrète. Par les sous-sols, en compagnie d’un vigile.

A l’extérieur, un comité d’accueil plutôt musclé l’attendait. 200 personnes environ, rassemblées à l’appel de l’Unef, SOS Racisme, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), Hippocampe (Association des étudiants de l’université Jean-Moulin Lyon III contre le négationnisme, le racisme et l’antisémitisme), la Ligue des droits de l’homme, la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (Licra).

«Le discours tenu par Bruno Gollnisch ne saurait être compatible avec le métier d’enseignant et le statut de fonctionnaire», expliquent les organisateurs. «Bruno Gollnisch n’a pas sa place au sein de l’institution universitaire», poursuivent-ils. Les syndicats enseignants (Snesup Rhône-Alpes et FSU du Rhône) appellent les pouvoirs publics à «faire preuve de la plus grande fermeté en cas de récidive».

Si Gollnisch ne s’est pas montré, ses soutiens ont tenté de faire le coup-de-poing contre les manifestants. Au premier rang, Yvan Benedetti, conseiller municipal d’extrême droite de Vénissieux, «ami» de Gollnisch, «exclu du FN pour avoir critiqué la présidente [Marine Le Pen, ndlr]». Des militants d’extrême gauche les prennent à revers, une échauffourée éclate, vite réprimée par les forces de l’ordre.

Pendant ce temps, trois étudiants attendent, au sous-sol, le début du cours. «On n’est pas là pour faire de la politique. On est là pour faire des études, expliquent-ils. Bruno Gollnisch est très respecté au niveau de son enseignement. Avoir quelqu’un d’aussi éminent comme prof, c’est quand même important.» Le leader d’extrême droite arrive. «Je ne parle pas politique dans l’enceinte de l’université, je suis ici pour faire cours.» Une quarantaine d’étudiants sont dans l’amphi. Des vigiles filtrent l’accès de l’escalier menant au sous-sol. Gollnisch peut reprendre son enseignement en toute tranquillité.

Citation :
Agressés après la manif anti-Gollnisch, ils portent plainte

Deux types descendent d'une moto. Ils frappent avec leurs casques, en plein jour dans le centre ville de Lyon, deux manifestants revenant de la protestation contre le retour de Bruno Gollnisch à l'université Lyon-III, le 14 septembre. Les agresseurs ont agi devant les caméras d'une banque et se sont enfuis sans leur moto. Une plainte a été déposée.

Au départ, il y a une petite manif contre Gollnisch. Des étudiants étaient venus protester, mercredi 14 septembre, contre le retour du député européen Front national - après six ans d'absence pour cause de démêlés judiciaires - à l'université Jean Moulin Lyon-III.

Peu après la manifestation, deux individus déboulent à moto et frappent avec leurs casques deux manifestants partis boire un coup. La scène est filmée par les caméras d'une banque. Une plainte a été déposée et devrait permettre de mettre des visages sur les agresseurs. Le tout dans un contexte lyonnais (assaut de kebab, “marche des cochons”…) où les agressions imputées à l'extrême droite semblent se multiplier, comme nous le décrivions déjà en juin dans notre article "Identitaires, skins : la face noire de Lyon".

Le grand retour de Bruno Gollnisch

Cette manifestation anti-Gollnisch avait été lancée par plusieurs associations et groupes politiques (PCF, Unef, Confédération étudiante, UEJF, SOS racisme, la Licra…). Environ deux cents étudiants s'étaient réunis avec drapeaux et bannières. Sont brandis par-ci par-là, une main jaune de "Touche pas à mon pote", un drapeau de la paix ou encore un drapeau communiste. Venus maintenir l'ordre, des CRS, policiers et RG empêchent qu'un début d'altercation ne dégénère avec des militants d'extrême droite. Une vingtaine d'entre eux étaient venus soutenir Bruno Gollnisch et scander au passage "la France aux Français". Parmi eux, deux exclus du FN : Alexandre Gabriac, élu de l'Isère et Yvan Benedetti, conseiller municipal de Vénissieux.

Ce mercredi était le jour du grand retour de Bruno Gollnisch. Six ans que la faculté ne bénéficiait plus des cours de langue et de civilisation japonaises du candidat malheureux à la présidence du FN, en janvier dernier. Cause de cette absence : des démêlés judiciaires pour avoir tenu des propos controversés sur les chambres à gaz. Condamné pour "contestation de crimes contre l'humanité" en première instance et en appel, la Cour de cassation a finalement cassé ce jugement en 2009. Bruno Gollnisch venait donc donner son premier cours magistral de la rentrée.

"Fascistes, cassez vous !"

Vers 17h40, une fille et deux garçons descendent le cours Gambetta. Ils reviennent de la manifestation, l'un d'eux a encore dans sa main un drapeau. Ils vont boire un coup, mais n'ont rien dans les poches. Ils s'arrêtent pour retirer de l'argent. Tout à coup - c'est le cas de le dire - les deux garçons reçoivent un violent coup de casque, l'un sur le crâne, l'autre derrière la nuque. Se retournant, ils se trouvent face à deux "gars aux cheveux courts", vêtus de noir, avec leur casque à la main.

Le porteur de l'étendard, appelons-le Thomas, les tient alors à distance avec le bâton de son drapeau en criant "Fascistes, cassez-vous !" Au départ menaçants, les deux motards commencent à s'inquiéter du barouf et des appels à la police, ils s'enfuient vers leur bécane, style motocross. Dans la panique, ils abandonnent finalement l'engin sur place et détalent à pied.

Membre du collectif 69 de vigilance contre l'extrême droite, Thomas se dit étonné de ce mode opératoire "extrêmement lâche".

"Ils nous ont agressés en plein jour, devant les caméras d'un DAB (distributeur automatique de billet) en ôtant leur casque et en laissant leur moto derrière eux… Du coup, j'ai pu reconnaitre l'un d'eux qui était présent une heure avant dans le petit groupe d'extrême droite venu soutenir Gollnisch."
Le soir même, les deux manifestants agressés sont allés porter plainte. L'hôpital a délivré cinq jours d'interruption temporaire de travail (ITT) au garçon ayant reçu un coup derrière la nuque et deux jours d'ITT pour le second. L'un d'eux a reconnu l'un de leurs agresseurs sur les photos présentées par la police. Il s'agissait du propriétaire de la moto délaissée. Un procès devra permettre de confirmer - ou non - l'appartenance des motards fuyards à une organisation d'extrême droite.

Geoffrey Le Guilcher
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 28 Sep - 2:59

Citation :
Sénatoriales: Marine Le Pen « très satisfaite »

La présidente du FN Marine Le Pen s'est dite dimanche à l'AFP "très satisfaite" des scores de son parti aux sénatoriales, en soulignant une "très forte poussée" dans certains départements, même si les résultats ne dépassent pas, au mieux, 3 à 4%.

Selon un premier décompte de l'AFP portant sur le 1er tour et les 30 départements métropolitains hors Ile-de-France concernés par le scrutin, le FN a triplé ses voix par rapport à 2001, passant de 300 à 1.031.

En pourcentage, le FN a fait son meilleur résultat en Haute-Marne, avec 4,3% des suffrages exprimés, soit 34 voix.

La présidente du FN a insisté sur les résultats de son parti dans le Pas-de-Calais (101 voix et 2,63%, contre 21 voix en 2001), en Moselle (87 voix et 3,13%, 0 en 2001), en Meurthe-et-Moselle (43 voix et 2,2% contre 15 voix en 2001), dans la Marne (53 voix, 3,57% contre 9 voix en 2001), dans la Nièvre (29 voix, 3,9% contre 3 voix en 2001), ou le Loiret (45 voix, 2,95% contre 5 voix en 2001).

Le FN progresse partout

Alors qu'il avait très peu de grands électeurs officiellement acquis à sa cause, le FN a progressé partout, parfois nettement comme dans le Nord, où il a recueilli 141 voix (2,53%) contre 79 en 2001, ou dans l'Oise (66 voix, 3%, contre 22 en 2001).

"Arriver à des scores comme ceux-là, c'est évidemment un événement politiquement très révélateur", a estimé Marine Le Pen, en rappelant qu'"en 2001" son parti "avait beaucoup plus d'élus".

A l'époque, le parti était également confronté à la concurrence du MNR de Bruno Mégret, présent quasiment partout. Cette fois-ci, la coalition de petits mouvements menée par Carl Lang (Parti de la France) n'a présenté des listes que dans trois départements (Oise, Nord, Pas-de-Calais).

" Enracinement du FN dans les territoires "

Marine Le Pen a ajouté que ces résultats "(montraient) un fort enracinement du Front dans les territoires, compte tenu de notre faible nombre d'élus".

La présidente du FN avait estimé cette semaine que son parti pouvait compter en théorie sur une cinquantaine de grands électeurs étiquetés FN.

Les leaders du mouvement d'extrême droite espéraient aussi convaincre des élus sans étiquette, notamment dans les zones rurales, pour pouvoir progresser, en misant sur leur exaspération face à la réforme des collectivités territoriales et la diminution des services publics dans certains territoires.

Citation :
L'inoxydable Slabo, en leader de « l'alternative »... au FN
« Si on arrive à faire au-dessus de dix voix... » L'ancien conseiller municipal de Valenciennes et ancien conseiller régional Dominique Slabolepszy ne se fait pas d'illusion ...

sur l'issue du scrutin de dimanche. « L'essentiel est de faire acte de présence, de faire connaître la Parti de la France », explique celui qui, à l'occasion de ces sénatoriales, est encore en première ligne pour défendre les idées du dissident Carl Lang. L'ancien baron du FN vient d'ailleurs d'annoncer sa candidature pour la présidentielle, signe que, malgré les revers électoraux de son Parti de la France depuis 2009, il espère toujours pouvoir incarner « l'alternative à droite », à l'extrême-droite, est-on tenté d'ajouter. Encore faudra-t-il obtenir les 500 signatures... D'où l'intérêt d'occuper le terrain. Slabo, déjà candidat à de multiples élections cantonales (trois deuxièmes tours), et législatives dans la 21e, renfile ici le bleu de chauffe pour faire vivre, en tant que tête de liste, les idées du Parti de la France. Des idées qui veulent se démarquer « des positions démagogiques de Marine Le Pen, comme revenir à la retraite à 60 ans, alors que tout le monde sait que c'est illusoire !

». D'affirmer encore « une différence d'appréciation » sur l'euro : « Contrairement au FN, nous ne voulons pas revenir au franc, et nous sommes plutôt solidaires de la politique européenne vis-à-vis de la Grèce. » Les grands électeurs seront-ils sensibles à ces différences d'appréciation ? Rien n'est moins sûr d'autant que les points de convergence entre cette Union de la Droite nationale (*) et le FN sont légion, sur des thèmes comme « la défense de la France paysanne », « l'affirmation d'une politique étrangère indépendante », « l'affirmation des droits du peuple à rester lui-même »... Et pourtant Slabo le martèle : « On veut montrer autre chose que le FN. » Et comme le Valenciennois y croit, et ne s'en lasse pas, il prévient déjà qu'il sera, à nouveau, candidat aux législatives de 2012, « toujours dans la 21e ».

On notera la présence sur cette liste de l'Union de la Droite nationale d'une autre militante inoxydable (et autre dissidente du FN), Michelle Béal, ancienne conseillère municipale de Saint-Amand, ancienne conseillère régionale (n°4). La troisième valenciennoise de la liste est moins connue, quoique... Il s'agit de Dominique Boudrenghien (n°12), épouse d'un ancien élu anzinois, et elle-même déjà candidate aux cantonales et aux municipales d'Anzin. •

C. T.

(*) L'Union de la Droite nationale regroupe le Parti de la France, le Mouvement national républicain (MNR) et la Nouvelle droite populaire (NDP).

Citation :
Le Front national veut convaincre les élus du monde rural

Les candidats de l'arrondissement du Front national aux élections sénatoriales étaient aux côtés de leur tête de liste pour terminer à Lens, samedi, à la salle Sion, un circuit qui les a conduits à travers toute la région pour tenter de convaincre les grands électeurs (les maires) à leur donner leur voix. Pourquoi cette candidature ? « Nous sommes un parti démocratique qui participe à tous les scrutins et nous représentons des milliers d'électeurs, nous devions être présents », répond Laurent Brice, secrétaire départemental du FN. Il était venu présenter Olivier Delbé, tête de liste, qui était entouré d'autres candidats dont Claudine Chaussois, conseillère municipale de Oignies (tête de liste aux dernières municipales), Freddy Baudrin, conseiller régional, responsable de la 3e circonscription de Lens..

Le FN a surtout mené campagne dans les petites communes « pour marquer son attachement au monde rural. D'ailleurs c'est un rural qui conduit la liste ». Si une vingtaine d'élus est acquise à sa cause, ce sont tous les indécis et ceux qui se disent « apolitiques » qu'il faut convaincre. Et les arguments ne manquent pas pour le FN, à commencer par cette réforme territoriale qui effraie les villages et petites communes. Le FN prend également la défense de leurs élus pour qui il réclame un vrai statut par rapport à la tâche qui leur est demandée alors qu'ils ont en parallèle une activité professionnelle et parfois familiale. Il dénonce aussi la disparition des services publics en zone rurale, la fermeture des tribunaux d'instance, exemples départementaux à l'appui... « Il y aura une surprise pour ces sénatoriales », affirment les militants du FN qui disent être « candidats pour défendre les communes » avec pour slogan de campagne « Aimer et protéger le Pas-de-Calais ». En sachant que le FN est également sur la ligne droite des présidentielles et qu'il peut collecter au passage les voix des élus pour ce scrutin. • D. B.

Citation :
Le Front national mène surtout campagne à la campagne
Avec, en 2001, 1,42 % des voix dans le Nord et 0,54 % dans le Pas-de-Calais, on peut décemment affirmer que les sénatoriales ne sont guère favorables au parti de Marine Le Pen. ...

Il n'empêche. Le FN présente à nouveau deux listes avec l'espoir de faire mieux qu'il y a dix ans. « Nous comptons sur les non-inscrits, ceux qui ne sont pas affiliés à un parti », indique Steeve Briois, secrétaire général du FN . « Vu les scores de 2001, on ne peut que progresser », ajoute Laurent Brice, en neuvième position sur la liste du Pas-de-Calais.

Ruralité

Pour progresser, les membres du FN misent à fond sur la ruralité, les petits villages où certains grands électeurs pourraient, l'espèrent-ils, être séduits par leur discours. « Dans le Pas-de-Calais, nous sommes en campagne depuis le 12 juillet, explique Olivier Delbé, tête de liste dans ce département. Nous avons rendu publique notre liste à Saint-Pol-sur-Ternoise, capitale de la ruralité. »

Pour conquérir les grands électeurs des champs, le FN et Steeve Briois enfourchent le cheval de bataille de la lutte contre la réforme territoriale : « Nous sommes là pour défendre la ruralité. C'est le grand oublié de ces élections, des élections en général. Face à cela, il y a le rouleau compresseur de la réforme territoriale. On veut rayer les petites communes au profit des agglomérations, des métropoles et des régions. »

Quel que soit le discours tenu, il n'y aura très probablement pas de sénateur FN à l'issue de la campagne des sénatoriales dans la région. Que ce soit sur la liste d'Olivier Delbé dans le Pas-de-Calais ou sur celle de Nathalie Acs dans le Nord. « On vise les 50 voix », confirme Steeve Briois. Il en faut environ 400 pour avoir un élu. • P.-L. F.

Citation :
Le FN aussi courtise le monde rural, mais « nous, nous n'avons pas voté la réforme »

Il est très prisé par les candidats des listes en course pour les sénatoriales, le monde rural. Le Front national y compris, qui s'appuie sur Olivier Delbé, conseiller régional mais aussi conseiller municipal dans le village de Lisbourg, pour mener sa liste dans le Pas-de-Calais. Avec deux colistiers (Jean-Pierre D'Hollander et Laurent Brice), il était hier à la Belle Étoile de Saint-Nicolas, pour présenter les idées que compte mettre en avant le FN pour accrocher les voix des grands électeurs, dimanche 25 septembre. Une tête de liste qui a multiplié les réunions dans le département pour prendre la température. Il a relevé la même que ses adversaires pour identifier les problématiques. Non, les maires et les élus ne veulent pas des fermetures de classe ou de services publics dans les communes oui, ils veulent qu'on se penche sur le statut d'élu local. Et surtout non, ils ne veulent pas du projet de réforme présenté par le préfet, qui vise à faire fusionner des intercommunalités. Alors, le FN sur la même longueur d'ondes que les autres, finalement ? Peut-être, « sauf que nous, nous n'avons pas de députés ni de sénateurs et nous n'avons pas voté pour cette réforme du 16 décembre 2010. Ceux de la Majorité gouvernementale qui l'ont votée et ceux de l'opposition qui n'ont pas sorti toutes les armes pour s'opposer. C'est facile et scandaleux, aujourd'hui, de voir ces élus en place aller dans le sens du vent quand ils savent que 88 % des maires sont contre. C'est en amont qu'il fallait recueillir les doléances », expliquent les trois colistiers. Qui dénoncent « vitesse et précipitation. Au FN on demande à repousser ce calendrier et qu'on tienne compte des contre-propositions », en taclant quand même au passage « l'absentéisme chronique de certains sénateurs et leurs nombreux privilèges ». •

M. V.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Jeu 29 Sep - 2:09

Citation :
Robert Ménard, intervenant vedette d’un club de l’extrême… extrême-droite Abel Mestre et Caroline Monnot

Depuis quelques mois, Robert Ménard, ancien patron de Reporters sans frontières, n'a de cesse d'envoyer des signaux à l'extrême droite. Quelques exemples parmi d'autres. En mars, sur RTL, il faisait l'éloge de Marine Le Pen : "Elle appelle un chat, un chat. Elle pose des questions qui sont des vraies questions. Contrairement à ce que disent les gens, elle apporte des réponses qui sont des réponses, qu'on aime ou que l'on n'aime pas. Elle piétine une classe politique qui est dans l'incapacité totale de résoudre les problèmes qu'il y a. (...) Elle incarne une autre réponse. Vous n'aimez pas cette réponse, les gens vont vous balayer."

Le 21 avril, il publiait avec Emmanuelle Duverger un petit livre sobrement intitulé Vive Le Pen ! (Ed. Mordicus, 32 p., 4,90 euros). Invité dans de nombreux médias, il n'a eu de cesse de jurer qu'il ne votait pas FN et qu'il se contentait de défendre la liberté d'expression.

Le 15 octobre, Robert Ménard ira plus loin. Il interviendra dans le cadre des "4e journées de la réinformation" de Polémia, le think tank d'extrême droite de Jean-Yves Le Gallou. Ce club, dès sa création, annonçait la couleur : "affirmer sans complexe la supériorité de la civilisation européenne" et donner aux "Euro- Français" des "armes de reconquête intellectuelle, politique et morale".

Le thème de l'intervention de M. Ménard devant Polémia sera : "Comment les blogs changent les médias dominants ?"

M. Le Gallou, ancien dirigeant du FN puis du Mouvement national républicain (MNR) mégrétiste, est un personnage-clé de l'extrême droite française, une sorte "d'intellectuel organique" qui appartient à sa mouvance identitaire et "ethno-différencialiste" (axée sur la défense de la race blanche, au nom du précepte "une terre, un sang, un peuple"). C'est ce haut-fonctionnaire qui théorisa la préférence nationale pour le FN. Depuis son retrait de la vie politique active, ce proche du GRECE continue à travailler dans le cadre du club de l'Horloge, autre think tank, qui tend, lui, a dresser des ponts entre la droite de la droite et le Front national.

"J'aime les débats"

Aujourd’hui, M. Le Gallou s'est fait une spécialité de ce qu'il appelle "la réinformation" – comprendre la méthode de lutte contre les "médias dominants" et le "politiquement correct"– et de la bataille du Net. Ainsi, il est l'auteur d'un véritable manifeste de l'activisme sur la Toile, intitulé "Douze thèses pour un gramscisme technologique" – en référence au communiste italien, Antonio Gramsci, pour qui il n'y a pas de victoire politique possible sans au préalable une victoire culturelle. Une conception qui avait été reprise par la Nouvelle Droite dans les années 1970-1980, dont M. Le Gallou demeure un des cadres les plus influents.

Robert Ménard, lui, se défend vigoureusement d'être une caution. "J'aime les débats. Je défendrais la liberté d'expression de gens avec qui je ne partage aucune conviction. J'interviens partout. Je suis allé à l'UOIF [l'Union des organisations islamiques de France], je m'en fiche", nous a-t-il déclaré. Quant à savoir si, mises bout à bout, toutes ses sorties récentes n'envoient pas des signaux à l'extrême droite, y compris dans sa version la plus radicale, la réponse fuse : "Vous êtes de mauvaise foi. Je ne donne aucun signal à qui que ce soit. Vous êtes bardés de préjugés, vous n'aimez pas le débat
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 1 Oct - 1:19

Citation :
La fièvre du samedi soir pour les fachos toulousains

Concert et attaque de facho : encore un week-end où le groupuscule des Jeunesses Identitaires (JI) toulousaine a cru s’imposer à Toulouse, une ville qui, sans prétention, croit lui appartenir [1].

En effet, ce groupe d’extrême droite radicale est la section toulousaine de Nòstra Revòlta, l’organe jeune du Bloc Identitaire (BI) en Midi-Pyrénées. Nous retiendrons les méfaits du BI les plus médiatiques, à savoir la distribution discriminatoire de soupe au cochon aux SDF (longtemps attribuée au FN) ainsi que les apéros saucisson/pinard de juin et septembre 2010. Le Bloc Identitaire est né des cendres d’Unité Radicale, dissout par décret en 2002 suite à l’attentat raté contre Jacques Chirac perpétré par Maxime Brunerie, membre d’Unité Radicale.

Les JI toulousains ont donc invité à Toulouse un groupe de musique parisien pour jouer Samedi 17 Septembre 2011. Le groupe Hôtel Stella la fanfare du Projet Apache (JI parisien) [2].

L’Union Antifasciste Toulousaine ne pouvait pas laisser se produire un évènement public de ce genre. Les JI ont donc réservé un établissement du quartier Saint-Michel omettant de préciser la nature nauséabonde de l’événement. Une fois l’établissement prévenu le concert a été annulé et le bar fermé pour la soirée. Mais les JI, fidèles à leurs agaçantes habitudes, n’en restèrent pas là [3].

En effet, le soir même se tenait une soirée organisée dans un bar d’Arnaud Bernard par le collectif trans-pédé-bi-gouines Insurrection du désir [4].

Peu avant 3 heures du matin, alors que le bar procédait à sa fermeture et qu’il ne restait que quelques participants, un groupe fit son apparition. L’allure, la démarche et pour certains le look bonehead (skinhead néo-nazis) ne laissèrent aucun doute : « les fachos attaquent ! »

Une vingtaine de fascistes des jeunesses identitaires (leurs t-shirts étant là pour le rappeler) arrivèrent, quasiment tous armés de matraques télescopiques et d’aérosol lacrymogènes, vociférant leurs slogans racistes et joignant le geste à la parole. La réaction ne se fit pas attendre et dispersa promptement le groupe identitaire.

Une question demeure : qu’elle était la cible des fachos? Les « arabes » d’Arnaud Bernard ? Les pédés et gouines de la soirée ? On ne le saura sans doute jamais, mais ce qui est certains c’est que tous firent face aux fachos pour leur signifier qu’à Arnaud Bernard comme dans tout Toulouse et partout ailleurs, l’extrême droite et le fascisme n’ont pas leur place !

Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartiers pour les fachos !


[1] Nous reviendrons bientôt sur l’agitation des JI toulousains, section récréée fin 2009 et qui depuis quelques temps multiplie les actions, les tags, les dégradations, les agressions avec comme dénominateurs communs, le racisme et une haine viscérale des milieux progressistes (militants de gauche).

[2] On notera que la plupart de ses membres sont des habitués de la tribune boulogne du PSG connue pour ses débordements, ses violences et son apologie du fascisme.

[3] Ils auraient certainement fait de même si leur concert s’était tenu. On peut même s’avancer en indiquant que cela aurait entraîné des répercutions plus importantes. En effet un bon nombre d’éléments de l’extrême droite radicale locale se seraient retrouvés à ce concert, des boneheads aux hooligans du TFC et autres extrémistes racistes freelance. On aurait peine à croire que les participants soient retournés gentiment à la maison sans penser à « ratonner » en ville.

[4] Le thème de la soirée était les mouvements homosexuels révolutionnaires des années 1970. Une soirée ponctuée d’une projection d’un documentaire La Révolution du désir (2007) (bande annonce ici) poursuivi d’un débat pour finir avec un sound system haut en couleur.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Sam 1 Oct - 15:09

Citation :
Le FN joue les hussards noirs de la République Par CHRISTOPHE FORCARI

Virage. A l’inverse de son père qui les conspuait, Marine Le Pen, au nom de la laïcité, veut amadouer les profs.

Jean-Marie Le Pen conspuait les professeurs gauchistes et barbus. Sa fille les courtise. En 2002, le finaliste à l’élection présidentielle les avait accusés d’avoir poussé les élèves à descendre dans la rue entre les deux tours de l’élection présidentielle. Marine Le Pen exprime ses regrets sur les malentendus persistants entre le FN et le corps enseignant.

«Longtemps nous avons donné le sentiment de vous regarder en ennemis. Longtemps nous n’avons pas su vous parler, trouver les mots et comprendre à quel point vous étiez attachés à l’intérêt général», a-t-elle lancé en conclusion du colloque «Comment redresser l’école de la République ?», organisé par le think tank frontiste Idées Nation. «Longtemps, nous avons commis l’erreur de penser que vous étiez complices ou passifs face à la destruction de l’école. C’était une erreur et cette époque est révolue», a-t-elle ajouté en s’adressant aux enseignants.

A une exception près, tous les experts, majoritairement des profs, présents à cette manifestation ont été des candidats frontistes à diverses élections ou ralliés de fraîche date comme Paul-Marie Coûteaux, ancien compagnon de route de Philippe de Villiers ou Bertrand Dutheil de la Rochère, ancien directeur de cabinet de Jean-Pierre Chevènement, nouvelle prise de guerre de la présidente du FN.

La future candidate à l’élection présidentielle ne cache pas son objectif d’élargir son audience électorale ou du moins d’amadouer une profession réputée hostile au FN.

«Je ne vais pas passer par les fourches caudines des syndicats. Je vais m’adresser directement à eux», a précisé la députée européenne. Avec un discours très «hussard noir de la République» sur l’autorité. Elle s’est posée une nouvelle fois en défenseure de la laïcité face «aux exigences de repas hallal». Le discours très laïc de Marine Le Pen a été souligné par Elisabeth Badinter. Dans le Monde des religions, celle-ci déclare qu’«en dehors de Marine Le Pen, plus personne ne défend la laïcité». Une phrase citée à la tribune par Marine Le Pen. Et, pour la première fois, le nom de Badinter a été applaudi dans une réunion du FN.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Dim 2 Oct - 9:48

Vous vous souvenez de Edouard de Brisoult :

http://www.romainblachier.fr/2011/03/int%C3%A9ressant-de-lire-les-centres-dint%C3%A9r%C3%A8t-du-candidat-edouard-de-brisoult-membre-du-fn-et-pr%C3%A9sent-au-second-tour-des-cant.html
http://www.leprogres.fr/actualite/2011/03/25/rillieux-la-pape
http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/03/25/cantonales-un-candidat-fn-pris-en-photo-faisant-le-salut-nazi_1498604_823448.html
http://societe.fluctuat.net/blog/48270-un-candidat-fn-affiche-son-nazisme-sur-facebook.html#

La blogosphère d'ED annonce son " départ " du FN et son " retour " à l'OF...
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mar 4 Oct - 0:39

Citation :
Extrême-droite : manifestation sous haute tension Publié le vendredi 30 septembre 2011 à 06h00 - MORAD BELKADI > morad.belkadi@nordeclair.fr

Des mouvements d'extrême droite ont déjà manifesté à Lyon en mai 2011. Des échauffourées avaient éclaté avec les contre manifestants.

Le 8 octobre à Lille, une manifestation nationale pourrait réunir près de 600 personnes à l'appel des identitaires de la Maison flamande. Une première qui provoque un tollé et suscite une inquiétude dans le milieu associatif et politique.

Le climat est électrique depuis qu'Opstaan, le mouvement des jeunes de la Maison flamande de Lambersart (lire ci-dessous) , a appelé à une manifestation nationale le 8 octobre à Lille. Une première. Elle devrait réunir des identitaires et nationalistes de Paris, Lyon, Montbéliard et de Belgique. Depuis cette annonce, tout s'est emballé.
Martine Aubry a exprimé sa « grande inquiétude » au préfet, craignant « des actes violents envers certains individus ciblés ». La Ligue des droits de l'Homme parle d'un défilé fasciste organisé par les « groupuscules les plus durs et les plus déterminés de l'extrême droite ». Elle demande l'interdiction pure et simple. Syndicats et mouvements de gauche ont appelé à une contre-manif'. La CGT, Sud, le NPA, le Parti communiste, la CNT devraient être présents.

Face à cette levée de boucliers, la Maison flamande joue l'incompréhension. La raison d'être de cet appel n'aurait pour fondement... que des revendications sociales. Elle invoque même - provocation ou manipulation - la mémoire de Roger Salengro, « défenseur des travailleurs français » , à qui elle prétend rendre hommage au cours de sa manifestation ! « Il s'agit de défendre nos emplois, nos retraites et tous nos acquis menacés par la mondialisation, détaille Claude Hermant, figure de proue de l'institution lambersartoise. On veut nous coller une étiquette, on a même dit que cette manifestation était contre l'islamisation. » Une référence à la 4e édition de la fête du cochon qui aura lieu dans la soirée. « Ça n'a rien à voir avec la manif, c'est un événement interne et privé mais qui n'est pas anti-islam, rétorque Claude Hermant. On ne veut pas interdire le halal, on ne veut pas que tout devienne halal. C'est différent. »
« Chasse gardée »
Pour l'heure 350 personnes devraient participer au repas. Dans la journée, le seuil moyen de manifestants devrait être de 600. Si « surprise », il faudra ajouter 300 personnes de plus. La Maison flamande a toujours refusé d'être assimilée à l'extrême droite. « On dérange, parce qu'on s'attaque à un domaine de la gauche en parlant du social et de la défense des ouvriers. Ils n'apprécient pas, c'est leur chasse gardée », lâche Claude Hermant.
Là, la Ligue des droits de l'Homme proteste. « Je suis désolé, mais ce sont les franges les plus radicales de l'extrême droite qui vont défiler, comme 3e voie, Nation ou le Front Comtois. Il y aura des nazillons », souligne Guy Fournier, président de la fédération Nord.
Le FN lui même prend ses distances. « Je ne serai pas à la manif, je les trouve trop extrémistes, ils sont dans une sorte de folklore du passé » , annonce Éric Dillies, secrétaire départemental.
À la Maison flamande, on ne nie pas que des jeunes aux crânes rasés seront présents dans le cortège. « Ils sont dans la provocation , assure Claude Hermant. À 95 %, ces jeunes sont en difficulté et veulent exprimer un mal être. Vous savez, certains choisissent de brûler des voitures ou leur salle de sport. Eux ont choisi ce biais, sans vraiment adhérer au dogme. Demandez-leur de citer un seul dignitaire nazi ou le fondement de l'idéologie, ils en sont incapables. » Et de poursuivre, en assurant que chaque année, la Maison flamande sort une dizaine de jeunes « de la rue » de cette mouvance, en leur trouvant, entre autres, un travail.
« Interdire cette manifestation serait une grave atteinte à la liberté d'expression », prévient-il.
Les services de l'État étudient sérieusement la question. « Le préfet porte une attention particulière à ce dossier » , précisait-on hier. À ce jour, aucune déclaration n'a été déposée, les organisateurs doivent le faire au plus tard trois jours avant la manifestation. La préfecture rappelle aussi la liberté de manifester. Une interdiction doit être motivée, notamment par des risques de troubles à l'ordre public. « Il n'y aura pas de problèmes, nous avons l'habitude d'organiser des manifs dans le calme », affirme Claude Hermant. Son parcours, il le déposera au dernier moment, et peu importe si son défilé est interdit. Ils iront quand même : « Les bus sont déjà réservés, imaginez 700 personnes frustrées dans le centre-ville après 12 heures de bus. » Traduction : c'est là qu'il pourrait y avoir des dégâts.
Guy Fournier, de la LDH, appelle à ne pas « céder » à ce qu'il qualifie de « chantage ».

Citation :
« C'est la frange la plus radicale de l'extrême droite » Publié le vendredi 30 septembre 2011 à 06h00 - PROPOS RECUEILLIS PAR BRUNO RENOUL > bruno.renoul@nordeclair.fr

Auteur d'une biographie sur Marine Le Pen parue en juin, spécialiste de l'intégrisme religieux et de l'extrême droite, Caroline Fourest décrypte pour Nord éclair le discours des mouvements qui appellent à la manifestation lilloise du 8 octobre.

Pour elle, on fait du neuf avec du très vieux.

Front Comtois, Troisième Voie, Opstaan, quels sont ces mouvements qui appellent à la manifestation du 8 octobre à Lille ?

>> Opstaan, je ne connais pas, mais les deux premiers sont issus de la mouvance nationaliste-révolutionnaire, dite aussi « troisième voie », qui est sur la ligne « ni capitalisme, ni communisme ». C'est la frange la plus dure et la plus radicale de l'extrême droite. C'est aussi la plus troublante, car ils empruntent beaucoup aux codes et à l'iconographie de l'extrême gauche. Ils cherchent en permanence à brouiller les cartes, car ils savent qu'ils ne peuvent séduire sur un message uniquement nationaliste et identitaire.
Ils se disent toutefois « solidaristes » et réfutent leur appartenance à l'extrême droite.
>> Personne ne se déclare intégriste ou extrémiste. Mais il ne faut pas être dupe : malgré le mélange d'idées venues d'horizons très divers, on a affaire à du vrai néo-fascisme.
L'actualité donne de nouvelles couleurs à ces mouvements, mais le solidarisme est en réalité un vieux courant d'extrême droite, qui fait partie de la mouvance du nationalisme révolutionnaire et qui date des années 70. On y parle beaucoup de la mondialisation, vue comme le mal à abattre, mais pas dans l'objectif de lutter contre le système financier ni contre les inégalités, mais bien pour combattre le mélange, le métissage, le cosmopolitisme. Ce qui revient tout le temps, c'est le discours identitaire basé sur le droit du sang, le terroir, le rejet de l'islam. Ils veulent bien faire du social, mais pour l'homme blanc, européen, chrétien, même s'ils sont généralement plus païens que chrétiens. La chrétienté est souvent pour eux un marqueur identitaire par rapport à l'islam. C'est aussi pour ça qu'ils font des soupes au cochon ou des apéros saucisson vin rouge. C'est du social, mais trié selon le critère du sang.

Qui est Serge Ayoub, un des instigateurs de la manifestation du 8 octobre ?

>> C'est un homme qui essaie de ressusciter les mouvements skins qu'il a animés dans les années 80. Son surnom, « Batskin », il ne le tire pas de nulle part puisqu'il a toujours aimé faire le coup de poing. Il a fondé un bar à Paris, « Le local », où il fréquente des gens comme Alain Soral et son mouvement « Égalité et réconciliation », dont les messages sont très contradictoires, parce que dans le même temps, ils font l'amalgame entre délinquance et immigration maghrébine, et sont fascinés par la virilité islamiste.

Quels sont les liens entre tous ces mouvements et le Front national ?

>> Officiellement, il n'y en a pas, mais en réalité, il y a des ponts. Christian Bouchet et Frédéric Châtillon, qui sont des proches de Marine Le Pen, sont de cette tendance nationaliste révolutionnaire, mais leur obsession est plus anti-juive qu'anti-musulmane. Le FN essaie de cacher ces personnages, pour ne pas nuire à son repositionnement républicain et laïc.
Ces mouvements, ainsi que le Bloc identitaire, critiquent Marine Le Pen, jugée trop molle, mais c'est un classique de l'extrême droite : chacun accuse l'autre d'être trop jacobin ou trop régionaliste, d'être trop mou ou trop violent, de privilégier telle cible plutôt que telle autre. d'être trop ceci ou pas assez cela. Ce qui explique les difficultés qu'ils ont à se fédérer. Il faut également noter que le discours de Troisième voie se rapproche de celui de Marine Le Pen, car ce « ni capitalisme, ni communisme » est très présent dans les slogans du Front national depuis qu'elle en a pris la tête. Et Marine Le Pen dénonce le mondialisme plus que la mondialisation.

Cette tendance des mouvements d'extrême droite à essayer de se rendre visibles au plus grand nombre est-elle nouvelle ?

>> Oui, ils sont très en forme, c'est clair. Ils ont de beaux coups d'éclats à réaliser. Il faut dire que l'actualité les sert, l'affaire des prières de rue à Paris, soulevée par Marine Le Pen et le Bloc identitaire, les a beaucoup aidés. Et la manifestation lilloise, je pense que ce n'est pas un hasard si elle est organisée la veille de la primaire socialiste, dans la ville de Martine Aubry. Ce qui me désespère, moi, c'est de voir des mouvements aussi radicaux s'offrir une virginité en s'emparant de sujets qui sont parfois de vrais sujets, comme la question de la laïcité par exemple.

Faut-il selon vous interdire ce genre de rassemblement ?

>> Je ne vois pas au nom de quoi il faudrait l'interdire, sauf à ce qu'il y ait des risques réels de violences ou des outrances verbales dans les appels à manifester. Manifester contre eux, c'est presque leur faire trop d'honneur mais ce n'est pas un défilé anodin. Il faut espérer que la contre-manifestation soit digne et calme. La meilleure réponse doit en réalité être politique : il faut un front républicain sur toutes ces questions, pour à la fois lutter contre les dérives du capitalisme financier et sauvegarder la laïcité.

Dernier ouvrage, co-écrit avec Fiammetta Venner : « Marine Le Pen », Grasset, 19 E.
Revenir en haut Aller en bas
Nico37



Nombre de messages : 2247
Date d'inscription : 08/03/2011

MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Mer 5 Oct - 0:38

Citation :
Extrême-droite : les organisateurs de la manifestation porteront plainte en cas d'interdiction Publié le mardi 04 octobre 2011 à 19h14 - AFP

Serge Ayoub, au centre, est un des organisateurs de cette manifestation qui se présente comme "identitaire".

Les organisateurs du rassemblement d'extrême droite prévu samedi à Lille saisiront la justice en cas d'interdiction de leur manifestation, ont-ils annoncé mardi lors d'une conférence de presse à Lambersart.

Le parcours de la manifestation sera déposé à la préfecture du Nord « au dernier moment, mercredi », a informé Claude Hermant, dirigeant de la Maison flamande, au siège du groupe identitaire. « Si elle est interdite, notre avocat ira en référé », a dit Claude Hermant, en précisant qu'il n'y aurait pas de manifestation si cet éventuel recours échouait. La déclaration préalable peut être déposée jusqu'à trois jours avant l'organisation d'une manifestation.

Les organisateurs ont refusé la comparaison avec le Bloc identitaire, à l'origine de la manifestation du 14 mai à Lyon, au cours de laquelle des échauffourées avaient eu lieu entre manifestants d'extrême droite et contre-manifestants. « Nous n'avons rien à voir avec ce qui s'est passé à Lyon. Ce n'est pas la même mouvance, pas les mêmes motifs », a affirmé Serge Ayoub, de Troisième voie, autre organisateur de la manifestation avec le Mouvement Nation, un groupe belge, et le Front Comtois.

La Maison flamande réclame par ailleurs « le respect des libertés fondamentales » dans des lettres ouvertes à la maire de Lille Martine Aubry et à la Ligue des droits de l'Homme. Celles-ci ont appelé à l'interdiction de la manifestation du 8 octobre par crainte de violences. « En votre qualité de candidate à la présidentielle, vous n'êtes pas sans savoir que ce qui caractérise la nature exacte d'une société réside dans sa capacité à accepter l'existence et l'expression de ce qu'elle considère être des minorités rebelles et dissidentes », écrit-elle à Martine Aubry.

Des organisations de gauche et de protection des droits de l'homme ont déjà appelé à une contre-manifestation le même jour.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien   Aujourd'hui à 5:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de presse:infos droites extrêmes, et racisme quotidien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 39 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Revue de presse suite et fin
» Revue de presse
» Revue de presse
» couverture revue
» La Pluie sans parapluie - REVUE DE PRESSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: