Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le foot industriel, c'est dangereux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
natty

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 16:26

Grand dieu Thoth a écrit:
Qu'est ce qui peut faire dire que le foot c'est de la merde?
du snobisme?
C'est un sport, c'est marrant à pratiquer et à regarder.
Le fanatisme est partout, pas seulement dans les stades.

justement, tu fais bien de paler des stades,dansles stades, certaines tribunes sont censées fairent passer des messages, même si la télé ne le montre pas :( il y a heureusement des gens qui s'impliquent et ne se contente pas de regarder le match, c'est un travail de fourmi d'organiser une tribune sans qu'elle dérape et heureusement ça donne aussi ca


Revenir en haut Aller en bas
bes

avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : sur terre
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 16:30

le foot a du bon aussi dans les supporters il ni a pas que des hooligans(pour ceux qui generalise) il ni a pas si longtemp que ca le magnifique hommage que les suporters lensois on rendu aPierre Bachelet en interpretant tous en coeur les corons
Revenir en haut Aller en bas
Grand dieu Thoth

avatar

Nombre de messages : 252
Localisation : Cracrazone
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 17:06

Encore une fois c'est un reflet de la societe.
Combien parmis tous ces supporters sont racistes?
Une minorité tres certainement. La constitution des equipes est plus significative, blancs, noirs ou beurs jouent ensemble. Il arrive que les joueurs eux mêmes aient de mauvaises attitudes, et l'evenement est toujours souligné par la presse. Mais la plupart du temps le fair play et la bonne humeur sont de mise.
Revenir en haut Aller en bas
http://kitchen-show.over-blog.com/
Zabos

avatar

Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 18:08

Moi j'ai bien aimé l'hommage à la Marseillaise rendu lors d'u match fort polémique.

Il en faudrait plus des hommages de ce genre, avec brûlage de drapeau tricolore (et de drapeaux en général). :twisted:
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
Zabos

avatar

Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 18:11

natty a écrit:
Grand dieu Thoth a écrit:
Qu'est ce qui peut faire dire que le foot c'est de la merde?
du snobisme?
C'est un sport, c'est marrant à pratiquer et à regarder.
Le fanatisme est partout, pas seulement dans les stades.

justement, tu fais bien de paler des stades,dansles stades, certaines tribunes sont censées fairent passer des messages, même si la télé ne le montre pas :( il y a heureusement des gens qui s'impliquent et ne se contente pas de regarder le match, c'est un travail de fourmi d'organiser une tribune sans qu'elle dérape et heureusement ça donne aussi ca



A moins que tu ne précises le contexte (et dans ce cas-là pardon d'avance) mais récupérer une image "contestataire", que ce soit pour souhaiter la victoire d'une équipe, pour mettre sur un T-shirt ou pour une pub de grand supermarché (cf. l'ignoble campagne de pub de ce cynique salopard d'Edouard le pas très clair) c'est un peu inquiétant, non?
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
FantomeDuPogo

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 22:35

Je suis d'Auxerre.

Hier la manif lycéenne a croisé les suporters de l'AJAX venus rencontrer l'AJA. Bilan, bagarres, provoc...

Un suporter a fini au poste pour avoir agressé un lycéen sous prétexte qu'il était noir.

Le foot c'est de la merde, ça bouffe les finances d'une ville et ça endort le peuple. Enfin et surtout, ça rend con.

Auxerre, c'est 11 joueurs et 20 000 entraineurs.

👎
Revenir en haut Aller en bas
bes

avatar

Nombre de messages : 32
Localisation : sur terre
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 22:54

FantomeDuPogo a écrit:
Je suis d'Auxerre.

Hier la manif lycéenne a croisé les suporters de l'AJAX venus rencontrer l'AJA. Bilan, bagarres, provoc...

Un suporter a fini au poste pour avoir agressé un lycéen sous prétexte qu'il était noir.

Le foot c'est de la merde, ça bouffe les finances d'une ville et ça endort le peuple. Enfin et surtout, ça rend con.

Auxerre, c'est 11 joueurs et 20 000 entraineurs.

👎
je trouve que tu fais d'une minorité une majorité,tous les suporters ne son pas comme ca.moi par exemple je deteste le foot mais il n'empeche il y a des bons et mauvais spectateurs comme dans toute disipline sportif,musique....SINON BIEN L'IMAGE DE SID VICIOUS
Revenir en haut Aller en bas
FantomeDuPogo

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 23:41

Citation :
je trouve que tu fais d'une minorité une majorité,tous les suporters ne son pas comme ca.
Non je n'en fais pas une majorité. Mais vivre dans une ville de 40 000 hbts
ou il n'y a de la place que pour le foot, c'est vraiment gonflant.

Il n'y a pas de place pour le reste ici. Le foot c'est le nouvel opium du peuple.

vas à Gueugnon, c'est pire.
http://www.viamichelin.com/viamichelin/fra/dyn/controller/mapPerformPage?strLocation=Gueugnon&strCountry=eur&google=1
Un bled qui fait meme pas 5 km de long et qui a eu une équipe au sommet.
Revenir en haut Aller en bas
natty

avatar

Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Sam 26 Fév - 13:44

Zabos a écrit:
natty a écrit:
Grand dieu Thoth a écrit:
Qu'est ce qui peut faire dire que le foot c'est de la merde?
du snobisme?
C'est un sport, c'est marrant à pratiquer et à regarder.
Le fanatisme est partout, pas seulement dans les stades.

justement, tu fais bien de paler des stades,dansles stades, certaines tribunes sont censées fairent passer des messages, même si la télé ne le montre pas :( il y a heureusement des gens qui s'impliquent et ne se contente pas de regarder le match, c'est un travail de fourmi d'organiser une tribune sans qu'elle dérape et heureusement ça donne aussi ca



A moins que tu ne précises le contexte (et dans ce cas-là pardon d'avance) mais récupérer une image "contestataire", que ce soit pour souhaiter la victoire d'une équipe, pour mettre sur un T-shirt ou pour une pub de grand supermarché (cf. l'ignoble campagne de pub de ce cynique salopard d'Edouard le pas très clair) c'est un peu inquiétant, non?

si tu cliques sur la 1ere photo, tu vois apparaître le "che"avec un message :

Roger Romain Courcelles Belgique Marxisme Léninisme Socialisme Communisme Paix Internationalisme Anti-racisme Anti-fascisme Unité des Travailleurs : bienvenue !
En Hommage à Ernesto CHE GUEVARA (liens) :


HASTA LA VICTORIA SIEMPRE !

Ernesto Che Guevara de la Serna est né le 14 juin 1928 à Rosario, une des villes les plus importantes de l' Argentine. A deux ans, il souffre de sa première crise d' asthme, maladie qui n' allait plus jamais le quitter et dont il surmonta les inconvénients par une force de caractère hors du commun. En 1951, il commence un périple à travers toute l' Amérique latine. Che termine ses études de médecine et travaille dans une léproserie à Caracas au Venezuela. On lui parle de la révolution au Guatemala et en '54, enthousiaste, il s' y rend immédiatement. Il assiste à la chute du régime Jacobo Arbenz, il participe à la lutte et décide alors de vouer sa vie à la libération de l' Amérique latine.

Au Mexique, il retrouve le revolutionnaire cubain Nico Lopez qui lui avait parlé au Guatemala de Fidel Castro et de l' attaque dee la Caserne Moncada. Il se lie d' amitié avec Raoul Castro et parle avec Fidel toute une nuit. A l' aube, il était déjà le médecin de l' expédition que Fidel et ses hommes préparaient pour la libération définitive de Cuba. Il était l' un des 82 expéditionnaires du Yacht Granma qui débarque à Cuba le 2 décembre 1956 dans la province d' Oriente.

Che faisait partie du groupe qui avec Fidel réussit à briser l' encerclement des troupes ennemies et à gagner la Sierra Maestra. Il voulait être soldat et non médecin. Il participe à plusieurs combats et ses mérites lui valent le grade de commandant. Au cours de la guerre, il a ezncouragé la naissance de différentes industries, créant la première forge et armurerie, une boulangerie, un centre de préparation de viande salée, etc... Il a aussi été le fondateur de Radio rebelle et du journal "El Cubano libre" moyens de diffusion essentiels pour la guérilla.

C' est le Che qui mènera une colonne rebelle de la Sierra Maestra jusqu' au centre de l' île et qui, par la prise de la ville de Santa Clara, décidera le dictateur Batista à prendre la fuite. Le 1er janvier 1959, Camilo Cienfuegos et Che avancent avec leurs troupes jusqu' à La Havane.

Le 9 février 1959, le Conseil des Ministre déclare Che citoyen cubain de naissance, en reconnaissance des mérites et des services rendus à Cuba.

le message qui est fait passer dans certaines tribunes comme celle-ci par exemple est une façon d'être solidaire avec les prisonniers cubains.

je ne vois pas ce qu'il y a d'inquiètant !!!!!!!!!!!! mais bon chacun son point de vue.

C'est vrai que le foot à des dérapages financiers, et le racisme s'est accentué ses derniers temps, c'est pour ça qu'il y a des supporters antifa. Si tu veux plus t'info, rejoins le redfo, il y a un topic consacré aux ultras sur le foot

a+
Revenir en haut Aller en bas
Zabos

avatar

Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Sam 26 Fév - 14:16

Alors là ça ouvre un débat sur le Che qui n'est pas tout rose tout rose (mais tout leader de QUOI QUE CE SOIT, parfois malgré lui, est poussé à la compromission ou à l'arbitraire à un moment ou à un autre, quelle que soit sa bonne volonté, c'est mécanique).

Celà dit, je n'avais pas fais gaffe en mattant la photo (honte sur moi). Je te demandais de préciser au cas ou, voilà qui est fait, alors c'est cool, y'a pas de malaise...
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
NARCISSUS

avatar

Nombre de messages : 103
Localisation : kekpart vers béziers
Date d'inscription : 25/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Sam 26 Fév - 14:27

Une Autonome a écrit:
le sport, vc est bon pour la snté.
l'argent pourrit le sport.
on pourrait meme élargir : l'argent pourrit la vie.
Et puis à la base le sport a rien de mal...mais tout est bon pour faire de la tune, comme noel par exemple. Bon ca c'est encore autre chose...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Sam 26 Fév - 14:33

moi j'aime bien le sport entre potos, avec des binouzes dans la glacière, des copines et du soleil.J'vous jure, essayez :!:
Revenir en haut Aller en bas
Zabos

avatar

Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Jeu 26 Juin - 12:55

Dans Le Courrier des Balkans:

Croatie-Turquie : le match qui a ravivé toutes les déchirures de la Bosnie

Traduit par Nihad Hasanović
Publié dans la presse : 19 juin 2008
Mise en ligne : mardi 24 juin 2008



A la veille des quarts de finale de l’euro 2008 opposant la Croatie à la Turquie, la police de Bosnie-Herzégovine était en état d’alerte. En effet, ce match a été un catalyseur de toutes les tensions ethniques qu’expriment les supporters de football croates de Bosnie-Herzégovine... mais aussi les supporters bosniaques, qui soutenaient la Turquie « par défaut », l’équipe de Bosnie-Herzégovine étant aux abonnés absents. Le commentaire de Senad Avdić, de Slobodna Bosna, à la veille de la rencontre, finalement remportée par la Turquie.

Par Senad Avdić


Supporters croates à Mostar

J’ai ressenti une douleur lancinante, dont le diagnostic n’est pas encore établi, quelque chose de très sérieux, coincé mon estomac, dimanche 15 juin à dix heures et demie du soir, immédiatement après que le « Maradona du Bosphore », le joueur de l’équipe espagnole Villareal Nihat Kahveci a lobé, par un effet phénoménal, la tête cuirassée du gardien de but tchèque Peter Cech, amenant ainsi la Turquie aux quarts de finale du championnat européen de football.

Ce qui m’a pris au vif, c’est que les Turcs, lors de leur prochain match vendredi en Autriche seront confrontés à la meilleure sélection nationale du championnat - la Croatie, menée à la baguette par son sélecteur-rockeur « peace brothers » Slaven Bilić.

« Tiens, il nous arrive un pépin, ça ne se déroulera pas sans une guerre relativement intense dans au moins cinq endroits « chauds » de la Fédération ! », me dis-je alors in petto, même s’il s’agissait de quelque chose que tout le monde savait depuis longtemps.

Dès le lendemain, toutes les forces de police de la Fédération de Bosnie-Herzégovine étaient en état d’alerte maximum, les autorités prêtes à regrouper les unités spéciales et d’intervention, cantonales aussi bien que fédérales, avant de les diriger vers « les lieux sensibles ». D’après ce qui est annoncé, la zone tampon de Stolac entre les supporteurs de la Croatie et ceux de la Turquie (en d’autres termes, entre les Bosniaques et les Croates locaux) sera assurée par cinq cents policiers. À Mostar, ils devront être trois fois plus nombreux pour accomplir la même tâche de « maintien de la paix ». Les forces de police d’Uskoplje/Gornji Vakuf, Vitez, Kiseljak, Prozor-Rama etc. seront renforcées par des troupes envoyées d’autres parties de la Fédération, plus épargnées, le soir du match, par la folie des aficionados - pour parler plus clairement, par la violence inter-ethnique.

Je suis attentivement les informations pour savoir si, en Allemagne où habitent quelque cinq millions de Turcs et de Croates, quelque chose a été modifié ou bien bousculé au niveau de la sécurité par le fait que les sélections nationales de ces deux pays se rencontrent dans les quarts de finale du championnat européen. Les unités de police, disons, de Berlin, sont-elles envoyées à Stuttgart, où cohabitent dans un mélange très dense les émigrants turcs et croates ? Pensez-vous ! Ayant submergé l’Autriche ces dix derniers jours, les supporteurs croates ont envahi joyeusement et avec euphorie les stades et les places des centre-villes. Ils n’ont rien fait de mauvais ni provoqué aucun incident digne d’être mentionné. À côté d’eux, à Klagenfurt et à Vienne, les Autrichiens ambitieux, les Allemands humiliés, les Polonais indomptés végétaient ou bien - comme de règle - cafardaient, mais sans avoir provoqué aucun incident sérieux.


Cordon policier à Mostar

En revanche, dans le même temps, à Vitez et à Kiseljak, à Mostar et à Stolac, à Prozor et à Rama, les victoires de la Croatie étaient une occasion pour provoquer des « événements désagréables », des conflits entre les Bosniaques et les Croates, qui ne sont que des broutilles en comparaison de ce qui pourrait advenir après la fin du match entre la Croatie et la Turquie dans la capitale autrichienne !

Toute la question du sport, des supporters et des rapports reflétés et surtout produits par cette passion, est énormément mystifiée, parce que chez nous ceux-ci ne sont observés qu’à travers la sphère de « l’intêret national vital », irrationnel, émotionnel, quasiment spirituel. Assurément, l’amour de la patrie, de la nation, du club ne connaît pas de limites et échappe aux « acquis » du droit positif, de sorte que ce n’est pas la peine de prévenir ou de sanctionner les causes et les conséquences de cette « épidémie aveugle ».

Tout au contraire ! Les supporteurs croates affluant ces derniers jours au pélerinage footballistique en Autriche subiront des représailles financières draconiennes s’ils affichent avec ostentation le drapeau croate au cours de leur voyage de transit par la Slovénie. Et bien rares sont ceux qui sacrifieraient, pour le bien de leur fierté nationale, quelques centaines d’euros issus de leur propre poche. Pour calmer les hooligans enclins à soutenir leurs sélections d’une manière exagérée et incontrôlée, les autorités de l’Autriche et de la Suisse, hôtes du championnat d’Europe, ont assuré des « chambres frigorifiques », qui ont cinq étoiles de moins que les cages anti-terroristes américaines de Guantánamo. Selon les informations disponibles, aucun « ensemble touristique » de ce type n’a encore accueilli d’invité qui se soit montré excessivement espiègle au cours de la Coupe.

Il y a peu de temps, mon collègue Vlado Vurušić, du quotidien de Zagreb Jutarnji list, a mis à nu d’une façon saisissante l’hypocrisie de la politique croate et, en général, de la scène publique de ce pays qui se mobilise à l’échelle nationale dès que les Serbes de Vukovar fêtent les triomphes de Novak Đoković ou les victoires, pourtant rares, des footballeurs serbes. Dans le même temps, ces critiques louent et glorifient le patriotisme des Croates de Bosnie-Herzégovine, qui s’est encore manifesté après la victoire de la sélection de football de Slaven Bilić sur la Bosnie-Herzégovine, son hôte, sur le stade de Koševo à Sarajevo, alors que les supporters des « fougueux » [l’équipe de Croatie] avaient dessiné lors du match des croix gammées sur leurs propres corps !


Turquie (Bosniaques) vs. Croatie (Bosno-croates)

Seule la police de la Fédération de Bosnie-Herzégovine se prépare pour ce match à « haut risque » entre la Croatie et la Turquie. Cela ne trouble personne en Europe. De plus, aucune autre institution fédérale, aucun politicien, croate ou bosniaque, ne s’est exprimé sur le sujet, ne serait-ce que par respect pour le protocole, en faisant appel à la décence civile élémentaire et à l’abstention de la violence et du hooliganisme potentiellement funeste, et fatal. Le Premier ministre croate Ivo Sanader avait pourtant émis des réserves à propos du concert de Marko Perković Thompson, récemment organisé sur la place centrale de Zagreb, en affirmant que ce spectacle était nuisible pour la perspective européenne de la Croatie.

De même, des conséquences fâcheuses pour certains chapitres des négociations entre Zagreb et Bruxelles ont été provoquées par le vandalisme des hooligans croates, il y a un ou deux ans, lors d’un match à La Valette, à Malte. Cet incident avait gravement compromis et ralenti les ambitions européennes de la Croatie. Dimanche dernier, Thompson a braillé les mêmes messages en flânant à Ljubuški, en Herzégovine, et personne parmi les politiciens croates en Bosnie-Herzégovine n’a osé manifester la moindre petite réserve par rapport aux conséquences que ces événements pourraient avoir pour les ambitions européennes de la Bosnie-Herzégovine. Un jour après avoir mis sa signature sur l’Accord de stabilisation et d’association au Luxembourg, le président du Conseil des ministres Nikola Špirić devait écouter dans la salle de sports de Skenderija, lors du match de basket-ball entre la « Bosna » de Sarajevo et l’ « Igokea/Partizan » de Milorad Dodik, des ovations chaleureuses : « N... ta mère de tchetnik ! » Les amateurs de basketball assis sur les tribunes ont correctement sublimé ce qu’ils avaient décodé dans le « langage du corps » de Haris Silajdžić, qui, au Luxembourg, tournait le dos avec dégoût à Nikola Špirić, tout en bavardant avec Javier Solana et Dimitrij Rupel.

Les terrains de sport ont été transformés en lieux de lutte, les seuls authentiques et sincères, des leaders nationalistes au pouvoir, comme c’est le cas dans le superbe film Taking Off de Miloš Forman ; sauf que là, ils sont sincères et dénudés, privés de la peur d’être mal compris. Car, de toute façon, le sport n’est qu’un jeu...

Epilogue



Le soir du 20 juin, alors qu’à Sarajevo on fêtait la victoire de la Turquie jusqu’à tard dans la nuit, la violence éclatait dans les rues de Mostar et autres villes à majorité croate, telles que Vitez ou Čapljina. Bilan : 16 policiers et 4 supporters blessés à Mostar, ainsi que de nombreux dégâts matériels. Dans la petite ville de Stolac en Herzégovine, haut-lieu du nationalisme croate et des conflits bosniaques-croates, 4 policiers blessés et huit personnes arrêtées. Non loin, à Čapljina, un policier blessé et cinq mineurs arrêtés. 40 personnes ont été arrêtées pour ces incidents.
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le foot industriel, c'est dangereux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le mouvement Industriel
» [Vendus] JamMan + Foot Controler
» big foot lucas "the" one man band
» [Italie] "Love and Death" utilisée durant le match de foot Allemagne-Argentine
» Parler foot, c'est pas cool...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: