Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Oussama et Adolf kiffent le tofu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Oussama et Adolf kiffent le tofu   Mer 25 Avr - 22:58

Citation :
Les enragés de la cause animale
Bêtes et méchants
Après
l'Angleterre et les Etats-Unis, la France découvre les actions musclées
de ces nouveaux fanatiques prêts à tout pour libérer les animaux du
joug humain


C'est son fils qui a constaté les dégâts. Michel Grama, lui, dormait
encore. « Papa! Ils t'ont crevé les pneus de ta bagnole! » Les pneus,
ça n'était pas le pire, non. Le plus choquant, c'était la peinture
rouge sang, partout, sur la voiture, sur les murs de la maison. Avec ce
mot tagué sur la façade en pierre : «Assassin!» « Vous imaginez la
réaction des voisins? » Bien sûr, il a porté plainte. Bien sûr, il
s'est fait rembourser les dégâts. Mais la peur s'est installée.
Assassin, lui, un modeste artisan fourreur ? Un confrère de Paris
l'appelle pour le prévenir que son nom, son adresse et même son numéro
de téléphone sont publiés sur un site internet. Il est la victime de
fous furieux. Les enragés de la cause animale. « Ne venez pas me parler
d'écolos, s'insurge-t-il. Pour moi, ce sont des voyous! » Comme lui,
d'autres confrères ont été pris pour cible : ils lui racontent les
vitrines brisées, les enseignes détruites, le matériel volé... L'un
d'eux a même reçu un colis piégé contenant des lames de rasoir.
La
guerre, ces fanatiques l'ont déclarée à tous les «tortionnaires
d'animaux» : les fourreurs, les « connards de chasseurs», les
bouchers-charcutiers qui vendent des « morceaux de cadavres», les
procorridas, les magasins de foie gras, les cirques, les laboratoires
de vivisection... Chaque fois, la même signature : ALF, pour Animal
Liberation Front (Front de Libération des animaux), un groupuscule
ultraviolent étroitement surveillé par les branches antiterroristes de
Scotland Yard et du FBI (voir encadré). Jusqu'ici épargnée, la France
est à son tour touchée. Depuis un an, 54 « opérations » ont été
revendiquées par l'ALF sur BiteBack, le webzine de l'organisation, dont
9 pour le seul mois de mars. Profil de ces enragés ? Plutôt jeunes,
actifs et insérés socialement. Chacune de leurs actions est
minutieusement préparée : ils s'habillent de noir, enfilent des
cagoules, se réunissent dans des lieux secrets, puis attaquent.
Objectif ? Libérer les animaux dont l'homme a fait ses esclaves.






A 17 ans, Guillaume (1), longue tresse fine et
rangers noires aux pieds, a déjà effectué plusieurs séjours en
Grande-Bretagne dans des camps organisés par des groupuscules radicaux.
Là-bas, il a reçu des cours d'autodéfense et a appris les meilleures
techniques de « sabotage économique ». De retour en France, il crée
dans sa fac de Nanterre un collectif, les Furieuses Carottes.
Déterminé, il se dit prêt à aller en prison « si c'est le prix pour
faire bouger les choses ». Combien sont-ils comme lui ? Vingt, cent ou
plus ? Difficile à dire. L'ALF fonctionne comme Al-Qaida, en cellules
autonomes : pas de QG, pas de commandement centralisé. Dès lors,
n'importe qui peut s'en revendiquer. Pour l'instant, en France, ça
reste « gentil » : vitrines cassées, coups de téléphone pour intimider.
Parfois, ça va plus loin, comme en janvier dernier où un « commando de
libération » a pénétré dans un élevage et a relâché 21 ragondins dans
la nature. Si beaucoup nient leur affiliation avec l'organisation, tous
prônent les actions de vandalisme, seule façon selon eux de faire
bouger les choses : « Les mémères à toutous de la Fondation
Brigitte-Bardot sont bien gentilles, mais que font-elles concrètement ?
interroge Etienne. En Grande-Bretagne, les militants d'ALF ont réussi à
faire abolir la chasse à courre et à stopper les expérimentations d'un
laboratoire de vivisection. » Bandeau noir sur une tignasse brune, cet
éducateur de 34 ans a déjà plusieurs années d'activisme derrière lui.
En 2005, il a fondé avec un copain l'association Droits des Animaux,
adepte de «hunt sabotage» : les jours de chasse à courre, ils
mobilisent une trentaine de sympathisants et s'interposent entre les
chasseurs et les animaux traqués. Leur plus grand succès : l'annulation
du championnat du monde de déterrage de blaireaux en 2006.
«
Il faut les prendre très au sérieux, explique Laurent Larcher (2),
journaliste à «Pèlerin Magazine». Ces groupes pourraient se retourner
contre les humains, comme c'est le cas aux Etats-Unis ou en
Angleterre.» Antoine avoue à demi-mots être « passé de l'autre côté ».
Un jour, presque par hasard, cet éducateur et kinésithérapeute visite
un abattoir de viande chevaline. Un choc. « Il y avait trois mètres de
merde et les cadavres de chevaux gisaient sous les vivants. » Révolté,
il décide d'enquêter pour « témoigner, faire bouger les élus et les
services vétérinaires ». Pendant trois ans, il dresse des chiffres,
établit des statistiques. Personne ne bouge. Alors, un jour, il décide
de faire justice lui-même : « enlèvements » de poulains maltraités. Et
tabassages de quelques propriétaires peu scrupuleux des normes. « En
dernier recours,jure-t-il. Pour les dissuader de recommencer. »
«Les animaux sont une cause sociale aussi importante que
celle des Noirs ou des femmes », argumente Méryl Pinque, du Collectif
antispéciste (3) de Paris. «C'est une idéologie dangereuse pour l'humanité de
penser que les animaux ont les mêmes droits que les humains, dénonce Jean-Claude
Guillebaud (4), écrivain et journaliste. Il s'agit là d'un antihumanisme qui
ramène à la logique du nazisme.» Eux se voient comme des libérateurs, des
résistants de l'ombre. Ils prônent le véganisme, mode vie qui exclut toute
utilisation de produits animaux. Vouent un véritable culte à Barry Horne,
premier martyr de la cause, mort en 2001 d'une grève de la faim en prison. Et
attendent le grand chamboulement. Ils s'y sont préparés. « C'est une révolution
éthique, dit Méryl. Nous voulons changer le monde. » Pour eux, ce n'est qu'une
question de temps.


(1) Les prénoms ont été changés.
(2) « La Face cachée de l'écologie », Cerf, 2004.
(3)
Doctrine du philosophe utilitariste Peter Singer selon laquelle toutes
les espèces vivant sur Terre sont égales et ont les mêmes droits («
Animal Liberation », 1975).
(4) Auteur du « Principe d'humanité », Point, 2001.

Aller, franchement, une tarte a la crême et l'echafaud! :lol:
Revenir en haut Aller en bas
nikros

avatar

Nombre de messages : 1975
Localisation : Dans mon trou (d'bite)
Date d'inscription : 20/09/2005

MessageSujet: Re: Oussama et Adolf kiffent le tofu   Ven 27 Avr - 19:12

Ha ben pinaise ils sont gentils au nouvel obs ! Carrément des nazis l'ALF... Pfiouuu c'est à eux qu'il faudrait envoyer des colis piégés
Revenir en haut Aller en bas
http://troudbitindustry.propagande.org/
 
Oussama et Adolf kiffent le tofu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Johann Adolf Hasse: aperçu discographique
» Adolf von Henselt
» Adolf Wiklund
» A Bad Doberan, Adolf Hitler était resté citoyen d'honneur
» Dégénération et l'art dégénéré

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: