Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le foot industriel, c'est dangereux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Zabos



Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 2:15

Technologie - Les réservations en ligne de billets sont ouvertes. Mais des organismes de défense de la vie privée s'inquiètent des pratiques de la fédération allemande: sur l'exploitation des données des supporters et l'introduction des puces RFID dans les tickets.

La vente des billets pour la Coupe du monde de football 2006 en Allemagne a débuté ce mardi 1er février. Les supporters peuvent les réserver en ligne sur le site officiel ou par courrier. Ce qu'ils n'ont pas manqué de faire : douze heures après l'ouverture des guichets, 500.000 commandes ont été enregistrées, via le Net. Ont-ils, dans cet empressement, entendu les mises en garde de plusieurs organismes allemands, inquiets du sort réservé aux données personnelles que doit fournir chaque candidat à l'achat d'un billet?

Depuis plusieurs mois, la Foebud, une organisation très sensible à la question de la protection des données tire la sonnette d'alarme. Elle affirme que les informations demandées par la Fédération allemande de football (DFB) dépassent largement le cadre d'une simple préréservation, qui ne garantit même pas aux supporters l'obtention d'un billet.

Selon la Foebud, il est abusif de leur demander de fournir, à cette étape, un numéro de pièce d'identité, leur nationalité ou encore le nom de l'équipe qu'ils soutiennent. Ces exigences s'appliquent également pour les personnes qui les accompagneront. De son côté, le comité d'organisation explique qu'il veut être en mesure de repérer des fauteurs de troubles reconnus pour refuser de leur vendre des billets. Il est vrai que certaines informations peuvent être nécessaires pour éviter, par exemple, que des supporters de différentes nationalités ne se retrouvent mélangés dans les tribunes.

Des données personnelles à l'avenir incertain

Pour Foebud, il s'agit avant tout d'une démarche marketing: ces données pourront être transmises aux sponsors et aux pays qui participent à la Coupe du monde, souligne l'association. Les organisateurs ont bien prévu un système d'"opt-in", c'est-à-dire que les clients devront donner leur accord express au transfert de leurs données. Mais Foebud reproche à la DFB de ne pas expliquer clairement que l'obtention des billets n'est en aucune façon conditionnée à un accord ou au refus d'utilisation des données personnelles.


Par ailleurs, en cas d'accord, les données du client seront exploitées non seulement par la DFB, mais aussi transmises à l'ensemble des partenaires de la fédération, présents et futurs. Sans possibilité pour le supporter d'exiger que les informations le concernant ne partent pas à l'étranger ou ne soient utilisées que par la DFB.

Des griefs que partage également l'autorité de protection des données de la région Schleswig Holstein (nord du pays). Dans un communiqué publié le 1er février, elle recommande à tous ceux qui souhaitent assister aux matches de ne pas donner leur accord au système d'opt-in.

Thilo Weichert, son directeur, s'insurge également contre l'insertion de puces RFID dans les billets qui seront délivrés. Officiellement, elles doivent permettre de repérer d'éventuels hooligans et de lutter contre le marché noir et la circulation de faux billets. Des arguments que rejette catégoriquement Thilo Weichert: «La Coupe du monde a été transformée en un gigantesque projet de surveillance, grâce auquel les fans de football doivent devenir entièrement contrôlables. Mais cette surveillance supplémentaire n'entraîne pas une sécurité accrue.»

(Zdr.net news)


Dernière édition par Zabos le Jeu 26 Juin - 12:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
Gonzo



Nombre de messages : 2384
Age : 35
Localisation : Santa Belgica
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 3:32

Je maintiens


Le foot c'est de la merde!!!


même si ca plait pas à tout le monde!
Revenir en haut Aller en bas
Mordoc
Invité



MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 15:38

Gonzo a écrit:
Je maintiens


Le foot c'est de la merde!!!


même si ca plait pas à tout le monde!

je pense meme qu'on pourait elargire au sport en general ...
enfin bon , ca n'engage que moi.
Revenir en haut Aller en bas
Une Autonome



Nombre de messages : 351
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 16:16

le sport, vc est bon pour la snté.
l'argent pourrit le sport.
on pourrait meme élargir : l'argent pourrit la vie.
Revenir en haut Aller en bas
natty



Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 16:29

el mordoc a écrit:
Gonzo a écrit:
Je maintiens


Le foot c'est de la merde!!!


même si ca plait pas à tout le monde!

je pense meme qu'on pourait elargire au sport en general ...
enfin bon , ca n'engage que moi.

LE FOOT c'est bien
:bounce:

Bob Marley, une vie de reggae et de football…

Au-delà des clichés et des légendes, un récit éclairé du parcours de l'idole et de ses liens intimes avec notre sport préféré.
"Football is a whole skill to itself. A whole world. A whole universe to itself. Me love it because you have to be skilful to play it!
Freedom! Football is freedom." (Bob Marley - 1979)
(Le football est une aptitude à part entière. Un monde entier. Un univers entier en soi-même. Je l’aime parce que tu as besoin s’être doué dans cet art pour y jouer. Liberté, le football, c’est liberté ! ).



Quiconque a entendu ces paroles mystiques prononcées par Bob "Tuff Gong" Marley, ne peut qu’aimer encore plus ce sport. La vie sinon l’œuvre du Prince jamaïcain ne saurait être totalement comprise sans évoquer son rapport amoureux et compulsif à la balle. Passion d’enfance commune aux enfants des ghettos de Kingston, seul sujet d’unanimité entre les Wailers et leur entourage, amour du beau jeu argentin et brésilien, ultime distraction pendant son agonie, le football accompagne la vie de Bob Marley jusque dans ses derniers instants. Il fut sûrement l’un des plus grands et sincères passionnés de football. Mais quoi de plus normal, qu’une personnalité si universellement appréciée adore le sport du monde? Un ballon et un t-shirt à l’effigie du Rasta de la balle ouvrent presque toutes les portes de ce monde.

Une passion d’enfance du Rude Boy
Lorsque Robert Nesta Marley naît en 1945, le football est déjà bien implanté en Jamaïque. Les colons britanniques ont importé le beautiful game aux Antilles à la fin du dix-neuvième siècle. Le premier club officiel se crée en 1893, et rapidement d’autres suivent dans les principales villes de l’île, à Kensington, Melbourne, Kingston, Lucas, et à Saint-George. Avant même l’indépendance obtenue en 1962, une sélection nationale dispute des rencontres amicales, principalement contre Haïti et Trinidad & Tobago, voire dans le cadre de petites compétitions régionales comme les Central American and Carribean Games.
Le football s’est aussi et surtout développé dans les ghettos des Rude Boys de Kingston, notamment le Trench town qui voit grandir Tuff gong (le gong volcanique, surnom de Bob Marley). La Jamaïque comme les autres îles des Antilles britanniques reste réfractaire aux sports nobles anglais (cricket, polo), et l’amour de la balle comme celui de la musique (rock steady, ska puis reggae) offrent une accalmie dans un univers empreint d’une violence endémique que Bob Marley dénoncera dans ses chansons mais ne parviendra pas à briser malgré des tentatives d’union sacrée. Bien loin de l’image paradisiaque, la Jamaïque, notamment la ville de Kingston, est en état d’insurrection quasi permanente, en proie aux rivalités des deux partis dominés par les aniciens colons blancs Seaga et Manley, ainsi que leurs sbires, les gangs de rude boys et de bandits. De véritables batailles rangées sont livrées entre quartiers partisans de l’un et de l’autre. Finalement, football, ganja, reggae, rastafarisme sont autant de moyens pour s’évader d’une réalité sordide et sans beaucoup d’espoir. En 1978, Bob Marley réussit, le croyait-on, à célébrer la réconciliation nationale au cours One Love Peace concert, mais elle ne lui survécut pas et les ghettos de Kingston sont toujours d’une rare violence.

Les Wailers, des footeux en tournée
Presque tous les membres du groupe adoraient le foot, mais seul Alan " Skilly " Cole surpassait le Bob. Skilly, ancien joueur international, passe pour le meilleur joueur des Antilles britanniques de tous les temps.
Les nombreuses tournées mondiales de Bob Marley & the Wailers ont souvent été rythmées en fonction de leur passion pour le ballon rond. A chaque étape, des matchs étaient disputés, parfois très sérieusement, souvent contre des équipes de journalistes locaux ou des membres des maisons de disques, voire des petits clubs. En 1980, pour l’ultime tournée, un véritable tournoi fut organisé en marge d’un concert londonien dans un stade indoor près de Fulham.
Concerts, répétitions, interviews, etc. étaient également programmés pour ne pas manquer les matchs des compétitions importantes, et notamment la Coupe du Monde. Le 1978 Kaya tour fut le grand moment footballistique de la carrière des Wailers. Tout fut prévu pour suivre la Coupe du Monde argentine, au grand dam des attachées de presse. Le passage en Amérique du Sud de la tournée leur permit également de rencontrer Paulo Cesar.

The Player
Bob Marley jouait le plus souvent en meneur de jeu créatif. Il était un manieur de balle très doué. Ses idoles étaient brésiliennes (Pelé) ou argentine (Ardiles, Villa). En amateur du beau jeu, il ne jurait donc que par le football latino-américain, et s’il porta un jour les couleurs des Tottenham Hotspurs, ce ne fut qu’en hommage à Ossie Ardiles. Son cœur battait en effet pour le Santos magique et mythique du Roi Pelé. Les qualités de footballeur du Rasta de la balle étaient indéniables. Le spécialiste britannique de football, Danny Baker, qui le vit jouer à plusieurs reprises, assurait avoir vu en lui le talent suffisant pour mener une carrière professionnelle en Jamaïque ; à l’époque, les joueurs des Caraïbes avaient peu de chance d’évoluer dans l’ancienne métropole.
Mais si le football fut sa grande passion sportive, elle n’atteint tout de pas le niveau de son amour pour la musique : "I love music before I love football. If I love football first, maybe that a bit dangerous, because the football very violent. If a man tackle you hard, it brings feelings o' war!" ("J’aime la musique avant le football. Si j’aimais le football d’abord, ce serait peut-être un peu dangereux, parce que le football est très violent. Si un homme te tacle durement, ça te donne des sentiments guerriers!").

Le football et la fin de Tuff gong
La légende veut que Bob Marley décéda des suites d’une blessure mal soignée provoquée lors d’un match de football. La réalité est un peu différente, même si elle ne peut être clairement établie. Journalistes français et britanniques se battent encore aujourd’hui pour placer ce tragique événement lors d’un match disputé pendant la tournée européenne de 1977. Pour les Français, Bob s’est blessé au cours d’un match contre la presse et la profession musicale au lendemain d’un concert à Paris, tandis que les Anglais situent le match à Londres contre une équipe de célébrités à Battersea Park.
Les deux versions le font consulter un médecin londonien. En fait, au cours de ce match, un choc avec un adversaire débordé rouvrit une vieille blessure mal soignée. Le rythme des tournées aidant, Bob Marley ne s’était pas trop préoccupé d’une plaie d’apparence bénigne. Malheureusement, le spécialiste anglais diagnostiqua un mélanome assez avancé. La thérapie proposée était radicale : l’amputation de l’orteil. Bob s’y refusa pour ne pas enfreindre un interdit de la religion rastafari, qui lui aurait pourtant sauvé la vie. Il continua de tisser sa légende quelques années encore, et un jour de 1980, alors qu’il courait dans le Central Park de New York en compagnie de Skilly Cole, il s’effondra, évanoui. Cette fois-ci, une tumeur au cerveau fut diagnostiquée, et les pronostics des médecins ne lui donnaient plus que quelques mois à vivre. Sa dernière tournée fut interrompue, et en novembre, il fut admis dans une clinique bavaroise, en phase terminale, à bout de force, chauve et squelettique. Presque miraculeusement, son état commença de s’améliorer. Dans cette Ringberg Klinik, il put ainsi fêter, son ultime anniversaire le 6 février 1981, et visionner avec ses amis Junior Marvin, Seeco et Tyrone Downie une émission dédiée au Roi Pelé. Un dernier bonheur avant l’issue fatale, le 11 mai.

Reggae, football, et société de Jamaïque orphelins
Le reggae d’abord, malgré les revivals commerciaux, ne se remettra jamais vraiment de la perte de sa légende désormais défunte. Peut-être que l’empreinte tutélaire de Tuff gong est trop forte pour qu’on puisse prétendre la dépasser. Au-delà des Abyssinians, Culture, Toots, Black Uhuru & Co, ce sont peut-être les pionniers du travail du son, Lee " Scratch " Perry, Sly Dunbar et Robbie Shakespeare qui transmirent le mieux l’héritage de Bob Marley aux musiques électroniques actuelles.
Quant à lui, le football jamaïcain s’en est un peu mieux sorti. Les meilleurs joueurs de l’île parviennent à jouer en Europe et l’équipe nationale est parfois capable d’exploits. Mais si les gestionnaires de l’héritage du Rasta de la balle n’étaient aussi cupides, ils nieraient tout rapport entre son amour pour le foot et le reggae et l’objet marketing lancé sur le marché européen lors de la Coupe du Monde 1998 sous le nom blasphématoire de Reggae Boyz!
Plus tristement, la société jamaïcaine souffre toujours de la guerre des quartiers Seaga et Manley et de la violence des gangs leur servant de polices privées. Bob est parti il y a vingt ans, et l’espoir avec lui.

Reggae, football, et société de Jamaïque, vous êtes orphelins de l’esprit du Rasta de la balle!
Football is freedom!!!


Revenir en haut Aller en bas
droggyz



Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 16:49

cool l'info, sinon un vrai truc dangereux, la politique
Revenir en haut Aller en bas
Grand dieu Thoth



Nombre de messages : 252
Localisation : Cracrazone
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 17:23

Qu'est ce qui peut faire dire que le foot c'est de la merde?
du snobisme?
C'est un sport, c'est marrant à pratiquer et à regarder.
Le fanatisme est partout, pas seulement dans les stades.
Revenir en haut Aller en bas
http://kitchen-show.over-blog.com/
Mordoc
Invité



MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 17:39

ouais mais c'est fatigant .
si je dit que le foot et le sports sont mauvais , c'est pas par snobisme , juste par feneantise .
et puis les rares foi ou j'ai u l'ocasion de jouer au foot , c'etait avec des gros futurs beauf "virils" , macho etc...
Revenir en haut Aller en bas
droggyz



Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 17:53

c'est perso, j'aime le jeu en me foutant de toutes ces histoires de pognons, dopages etc...... c'est sur y'aurait a dire, mais bon chacun son truc
Revenir en haut Aller en bas
Grand dieu Thoth



Nombre de messages : 252
Localisation : Cracrazone
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 18:00

droggyz a écrit:
c'est perso, j'aime le jeu en me foutant de toutes ces histoires de pognons, dopages etc...... c'est sur y'aurait a dire, mais bon chacun son truc
J e suis d'accord.
Pi on va pas refaire un sujet sur les beaufs...La conclusion etait qu'on est tous le beauf de quelqu'un d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
http://kitchen-show.over-blog.com/
droggyz



Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 18:02

pas mieux
Revenir en haut Aller en bas
Mordoc
Invité



MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 18:22

ouais c'est clair qu'on est tous de beauf de quelquns , mais ceux qui sont mes beauf , bah j'epreci moyen leur compagnie , enfin , c'est perso ^^ :roll:
Revenir en haut Aller en bas
droggyz



Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 19:41

essaie le bridge, surtout en club, t'as aura surement des gens a ta hauteur
Revenir en haut Aller en bas
Zabos



Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Mer 23 Fév - 20:34

En même temps l'article ne parlait pas de foot mais des milles et unes manières de contrôler la vie privé utilisées non plus par les gouvernements (quoique) mais surtout par les apprentis sorciers de l'économie, du commerce à grande échelle et de la communication.

Sinon, si je dois donner mon avis perso subjectivement, à bas le foot, et le plus objectivement possible, mon avis sur le foot.... bah en tant que sport c'est un sport quoi. C'est-à-dire qu'il ne devrait pas s'y jouer des milliards, il ne devrait pas s'y jouer de la vente de bétail humain de club en club, il ne devrait pas s'y jouer les rivalités entre quartiers et fractions il ne devrait s'y jouer que des pieds, des têtes, des passes et des buts. Bref, un sport, quoi, ce qui au sens premier n'a rien de mal, mais qui au sens "actuel" est tristement vomissable par tous les orifices...
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
Grand dieu Thoth



Nombre de messages : 252
Localisation : Cracrazone
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 15:54

Ce sport est à l'image de notre societe c'est clair. Bon dans la formule 1 ils sont moins nombreux mais l'argent qui circule est enorme et on en fait pas un foin.
Revenir en haut Aller en bas
http://kitchen-show.over-blog.com/
droggyz



Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 15:55

AUXERRE 3-1 AJAX
Revenir en haut Aller en bas
Mordoc
Invité



MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 15:56

et le golfe hein ? hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Grand dieu Thoth



Nombre de messages : 252
Localisation : Cracrazone
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 15:58

le Golfe, ça y brasse plutot du petro-dollars!!
Revenir en haut Aller en bas
http://kitchen-show.over-blog.com/
Mordoc
Invité



MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 15:58

:P
Revenir en haut Aller en bas
Grand dieu Thoth



Nombre de messages : 252
Localisation : Cracrazone
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 16:02

"Les salaires des sportifs européens restent à la traîne de ceux des Américains

Le pilote de F1 Michael Schumacher vient en tête, avec 59 millions de dollars par an. L'Europe ne place que deux sportifs parmi les quinze athlètes les mieux payés au monde.

Plus de 1 million de francs par jour... C'est le montant encaissé par le pilote allemand de formule 1 Michael Schumacher. En deux jours, le triple champion du monde gagne autant que Michel Bon, le patron de France Télécom, en une année. Au total, Michael Schumacher arrive en tête du classement des sportifs les mieux payés au monde, avec un revenu annuel de 59 millions de dollars (425 millions de francs). Son seul salaire chez Ferrari lui assure 30 millions de dollars, tandis que ses nombreux contrats publicitaires génèrent environ la même somme. Au panthéon des sportifs les plus riches, il devance le golfeur américain Tiger Woods (53 millions) et le boxeur Mike Tyson (48 millions).
Le pilote allemand dame le pion aux stars américaines, qui occupent douze des quinze premières places du classement mondial, selon une synthèse d'enquêtes réalisées par les magazines Forbes, France football et Formule 1 magazine. Ce ne sont certes que des estimations, les sportifs préférant commenter leurs exploits sur les terrains que leurs comptes en banque. Cette synthèse donne toutefois un net aperçu du fossé qui sépare les rémunérations des deux côtés de l'Atlantique.

Zizou seulement vingt-troisième. Quatrième sportif le mieux payé en Europe avec des revenus de 11,2 millions de dollars, le footballeur français Zinédine Zidane ne pointe qu'en vingt-troisième position au niveau mondial. Et le football, s'il draine des sommes considérables, ne permet pas à ses stars d'atteindre les niveaux de rémunération américains, en basket-ball (NBA), en foot américain (NFL) ou en base-ball (MLB). Dans le Top 15 mondial figurent ainsi sept basketteurs américains, tous au-dessus de 17 millions de dollars annuels, mais aucun footballeur. Le joueur de base-ball le mieux rémunéré, Mike Piazza, culmine aussi largement au-dessus de Zidane, à 15 millions de dollars. Un montant équivalant aux revenus du footballeur américain Peyton Manning.

L'écart entre les revenus des stars américaines et européennes peut surprendre, le base-ball ou le foot américain jouissant d'un rayonnement mondial moindre que le football. Mais il témoigne de l'importance du marché américain, que le football n'a pas encore pénétré.

Autre événement : cinq joueuses de tennis (Martina Hingis, Serena et Venus Williams, Anna Kournikova et Lindsay Davenport) dépassent 6 millions de dollars de revenus annuels, contre un seul joueur homme (André Agassi)."

La Tribune
Revenir en haut Aller en bas
http://kitchen-show.over-blog.com/
Grand dieu Thoth



Nombre de messages : 252
Localisation : Cracrazone
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 16:03

On a encore du boulot pour etre des Ricains!!
Revenir en haut Aller en bas
http://kitchen-show.over-blog.com/
droggyz



Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 16:06

clair et fort sergent
bien que go go go aja
Revenir en haut Aller en bas
Gonzo



Nombre de messages : 2384
Age : 35
Localisation : Santa Belgica
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 16:08

Le Golf, au départ c'est un putain de jeu sexiste, même que le mot golf, c'est une abréviation pour Gentleman Only Ladies Forbidden. Ca troue le cul non?
:pale:
Revenir en haut Aller en bas
bes



Nombre de messages : 32
Localisation : sur terre
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 16:18

Zabos a écrit:
En même temps l'article ne parlait pas de foot mais des milles et unes manières de contrôler la vie privé utilisées non plus par les gouvernements (quoique) mais surtout par les apprentis sorciers de l'économie, du commerce à grande échelle et de la communication.

Sinon, si je dois donner mon avis perso subjectivement, à bas le foot, et le plus objectivement possible, mon avis sur le foot.... bah en tant que sport c'est un sport quoi. C'est-à-dire qu'il ne devrait pas s'y jouer des milliards, il ne devrait pas s'y jouer de la vente de bétail humain de club en club, il ne devrait pas s'y jouer les rivalités entre quartiers et fractions il ne devrait s'y jouer que des pieds, des têtes, des passes et des buts. Bref, un sport, quoi, ce qui au sens premier n'a rien de mal, mais qui au sens "actuel" est tristement vomissable par tous les orifices...


:thumleft: :thumright:
Revenir en haut Aller en bas
bes



Nombre de messages : 32
Localisation : sur terre
Date d'inscription : 24/02/2005

MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   Ven 25 Fév - 16:23

Grand dieu Thoth a écrit:
"Les salaires des sportifs européens restent à la traîne de ceux des Américains

Le pilote de F1 Michael Schumacher vient en tête, avec 59 millions de dollars par an. L'Europe ne place que deux sportifs parmi les quinze athlètes les mieux payés au monde.

Plus de 1 million de francs par jour... C'est le montant encaissé par le pilote allemand de formule 1 Michael Schumacher. En deux jours, le triple champion du monde gagne autant que Michel Bon, le patron de France Télécom, en une année. Au total, Michael Schumacher arrive en tête du classement des sportifs les mieux payés au monde, avec un revenu annuel de 59 millions de dollars (425 millions de francs). Son seul salaire chez Ferrari lui assure 30 millions de dollars, tandis que ses nombreux contrats publicitaires génèrent environ la même somme. Au panthéon des sportifs les plus riches, il devance le golfeur américain Tiger Woods (53 millions) et le boxeur Mike Tyson (48 millions).
Le pilote allemand dame le pion aux stars américaines, qui occupent douze des quinze premières places du classement mondial, selon une synthèse d'enquêtes réalisées par les magazines Forbes, France football et Formule 1 magazine. Ce ne sont certes que des estimations, les sportifs préférant commenter leurs exploits sur les terrains que leurs comptes en banque. Cette synthèse donne toutefois un net aperçu du fossé qui sépare les rémunérations des deux côtés de l'Atlantique.

Zizou seulement vingt-troisième. Quatrième sportif le mieux payé en Europe avec des revenus de 11,2 millions de dollars, le footballeur français Zinédine Zidane ne pointe qu'en vingt-troisième position au niveau mondial. Et le football, s'il draine des sommes considérables, ne permet pas à ses stars d'atteindre les niveaux de rémunération américains, en basket-ball (NBA), en foot américain (NFL) ou en base-ball (MLB). Dans le Top 15 mondial figurent ainsi sept basketteurs américains, tous au-dessus de 17 millions de dollars annuels, mais aucun footballeur. Le joueur de base-ball le mieux rémunéré, Mike Piazza, culmine aussi largement au-dessus de Zidane, à 15 millions de dollars. Un montant équivalant aux revenus du footballeur américain Peyton Manning.

L'écart entre les revenus des stars américaines et européennes peut surprendre, le base-ball ou le foot américain jouissant d'un rayonnement mondial moindre que le football. Mais il témoigne de l'importance du marché américain, que le football n'a pas encore pénétré.

Autre événement : cinq joueuses de tennis (Martina Hingis, Serena et Venus Williams, Anna Kournikova et Lindsay Davenport) dépassent 6 millions de dollars de revenus annuels, contre un seul joueur homme (André Agassi)."

La Tribune


PROFESSIONNEL est devenu une des mines d'or pour les riches et de plus,
les salaires des joueurs sont tellement rendu énorme, c'est a se demandé ou en n'est rendue la logique dans
tout ça
quand la moitié
de la planète est pauvre.Tout cette argent seulement pour courir soit après une rondelle ou un ballon et dans
la vie, ça sert
a quoi de faire 70 circuits quand il y a la guerre en Afghanistan.
Mais le but de ce texte est de faire voir que les équipes de pros sont vraiment pas dans le coup, par rapport la pauvreté:

Prenons un exemple; un joueur de hockey,disons John Leclair des Flyers de Philadelphie qui gagne pas loin de $ 9,000,000
par année, ce qui veut dire que pour 84 parties régulières ça lui donne: $ 107,142.85
par match de soixante ou il ne
joue
que disons 25 min, ce qui égale= $ 4285.71 de la minute.Et a cela. il ne marque pas de but a toute les
fois.S'il
est
si
surdoué,
ou sont ses miracles.Et ici je ne parle pas du plus riche, au Baseball, au Football ou Basketball c'est aussi pire sinon plus.
Reprenons l'exemple de Leclair qui en 4 minutes de travail gagne $ 17,142.84 ce qui égale le salaire
annuel
de certain
travailleur.
Ou est le partage de richesses, et bien il faudras y repassé deux fois ,hein,et après cela on se demande pourquoi
tant de
gens se suicide,tue, vole ou fraude.
Ici la logique est dépassé et pas a peu près, Le sport est comme l'économie et la politique, ou
ils se sont apperçue que le
pouvoir passe par l'argent et que la pauvreté elle demeure et sera toujours une des plaie de ce monde tant que les
riches
seront toujours aussi stupide et con.

C'est ben beau le sport, mais c'est beau aussi une famiile pauvre mangée a sa faim.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le foot industriel, c'est dangereux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le foot industriel, c'est dangereux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le mouvement Industriel
» [Vendus] JamMan + Foot Controler
» big foot lucas "the" one man band
» [Italie] "Love and Death" utilisée durant le match de foot Allemagne-Argentine
» Parler foot, c'est pas cool...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: