Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les Lyrics, ils sont trop grave biens sa race

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zabos



Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Les Lyrics, ils sont trop grave biens sa race   Mer 14 Fév - 13:31

P'tit topic postage de paroles de chansons qui vous plaisent bien.

Pour ma part: Zabriskie Point - 1997

Citation :
Et déjà il n'y a plus de feuilles dans les arbres
il n'y a plus d'arbres non plus
l'ère de l'air est révolue
Et déjà au bout des fleuves il n'y a plus la mer
il n'y a plus de fleuves non plus
l'air de la mer ne guérit plus
Et déjà il n'y a plus d'ici ou d'ailleurs
tout est ici tout est ailleurs
à Pékin on boit du Coca
Et c'est toujours le jour, à la place du soleil
on a installé un néon de supermarché

C'est fini, tout est fini
mais c'est très bien comme ça

Et déjà nous ne savons plus ce que veut dire suer
sans cesse portés que nous sommes
par des océans d'escalators
Et bientôt nous n'saurons plus avoir froid aux pieds
ni comme c'était bon de se sentir chier
Et déjà dans les cafés y'a plus d'alcooliques
on a disposé des télés pour des bitures cathodiques
Et déjà nous n'parlons plus, nos voix se sont tues
dans le grand silence de la Communication
Et déjà il n'y a plus personne,
ni dans les trains, ni dans les rues
dans les trains, dans les rues
y'a juste des téléphones qui sonnent
oh non plus person, juste un téléphon qui son
et un Gaston qui répond pour que le monde tourne rond

C'est fini, tout est fini
mais c'est très bien comme ça
Car déjà je me prépare à inventer de l'après
je viens peut-être un peu tard
mais je suis un tard-venu gai

C'est fini maintenant
tu peux sécher tes larmes maintenant
ça va aller maintenant
maintenant tout peut recommencer

Assez pleuré, assez gémi
assez de mouchoirs salis
j'ai trop perdu de temps
à penser au temps perdu
et il m'en reste encore un peu
pour inventer un troisième temps

L'homme est mort ? nous le réinventerons
la mer morte ? nous baignerons dans l'huile
le mur est tombé ? nous le reconstruirons
il n'y a plus d'air ? nous respirerons autrement

et surtout nous n'oublierons pas de nous souvenir
nous serons des machines et nous saurons le blé
nous serons le pot de fer et le pot de terre
nous serons le fer et la terre
nous serons des hommes nouveaux
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
mezigue



Nombre de messages : 3095
Localisation : avignon
Date d'inscription : 15/03/2005

MessageSujet: Re: Les Lyrics, ils sont trop grave biens sa race   Jeu 15 Fév - 15:17

LES RATS, meilleur groupe du monde


SEULE LA NUIT COMPTE
Seule la nuit compte
Même si le jour où je t'ai vue
Je n'avais alors rien contre
Lui c'est la nuit que j'ai su

A quel point sa clarté nous trompe
Et les fantasmes vécus
A l'abris des regard, sans honte
A l'aube nous paraissent si crus

Seule la nuit compte
Avec elle, j'ai entendu
Sur les comptoir où on raconte
Des histoires sans foi vécues
Des histoires belles comme des contes
D'enfants dont on ne sait plus
Si c'est l'alcool qui nous monte
Pour les avoir ainsi crues

Seule la nuit compte
Car au matin je vais déçu
D'avance gagner mon acompte
Dans cette usine qui me tue...
Revenir en haut Aller en bas
http://bimbokillers.free.fr/
Cru$h



Nombre de messages : 197
Age : 27
Date d'inscription : 29/03/2006

MessageSujet: Re: Les Lyrics, ils sont trop grave biens sa race   Sam 17 Fév - 20:43

Un texte de Brassens qui présente bien le mépris, l'indifférence et la peur de l'autre.

Citation :
La rose, la bouteille et la poignée de main

Cette rose avait glissé de
La gerbe qu'un héros gâteux
Portait au monument aux Morts.
Comme tous les gens levaient leurs
Yeux pour voir hisser les couleurs,
Je la recueillis sans remords.

Et je repris ma route et m'en allai quérir
Au p'tit bonheur la chance, un corsage à fleurir.
Car c'est une des pir's perversions qui soient
Que de garder une rose par-devers soi.

La première à qui je l'offris
Tourna la tête avec mépris,
La deuxième s'enfuit et court
Encore en criant "au secours !"
Si la troisième m'a donné
Un coup d'ombrelle sur le nez,
La quatrièm', c'est plus méchant,
Se mit en quête d'un agent.

Car, aujourd'hui, c'est saugrenu,
Sans être louche, on ne peut pas
Fleurir de belles inconnues.
On est tombé bien bas, bien bas...

Et ce pauvre petit bouton
De rose a fleuri le veston
D'un vague chien de commissaire,
Quelle misère!

Cette bouteille était tombée
De la soutane d'un abbé
Sortant de la messe ivre mort.
Une bouteille de vin fin
Millésimé, béni, divin,
Je la recueillis sans remords.

Et je repris ma route en cherchant, plein d'espoir,
Une brave gosier sec pour m'aider à la boire.
Car c'est une des pir's perversions qui soient
Que de garder du vin béni par-devers soi.

Le premier refusa mon verre,
En me lorgnant d'un oeil sévère,
Le deuxième m'a dit, railleur,
De m'en aller cuver ailleurs.
Si le troisième, sans retard,
Au nez m'a jeté le nectar,
Le quatrièm', c'est plus méchant,
Se mit en quête d'un agent.

Car aujourd'hui, c'est saugrenu,
Sans être louche, on ne peut pas
Trinquer avec des inconnus,
On est tombé bien bas, bien bas...

Avec la bouteille de vin
Millésimé, béni, divin,
Les flics se sont rincé la dalle,
Un vrai scandale !

Cette pauvre poignée de main
Gisait, oubliée, en chemin,
Par deux amis fâchés a mort.
Quelque peu décontenancée,
Elle était la, dans le fossé.
Je la recueillis sans remords.

Et je repris ma route avec l'intention
De faire circuler la virile effusion,
Car c'est une des pir's perversions qui soient
Qu' de garder une poignée de main par-devers soi.

Le premier m'a dit: "Fous le camp !
J'aurais peur de salir mes gants."
Le deuxième, d'un air dévot,
Me donna cent sous, d'ailleurs faux.
Si le troisième, ours mal léché,
Dans ma main tendue a craché,
Le quatrièm', c'est plus méchant,
Se mit en quête d'un agent.

Car aujourd'hui, c'est saugrenu,
Sans être louche, on ne peut pas
Serrer la main des inconnus,
On est tombé bien bas, bien bas...

Et la pauvre poignée de main
Victime d'un sort inhumain,
Alla terminer sa carrière
A la fourrière !


Georges Brassens
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pogomarto.net
polux



Nombre de messages : 4005
Date d'inscription : 28/04/2006

MessageSujet: Re: Les Lyrics, ils sont trop grave biens sa race   Sam 17 Fév - 23:08

Paris Violence, Ni fleurs, ni couronnes :

Tu sais il approche à grands pas
Le jour du bail définitif
Pour une piaule au plafond bas
A l’ombre de deux grands ifs
Une demeure en marbre noir
Baignée d’un glacial silence
Appuyé à la baignoire
J’essaie de reculer l’échéance

Entre mes mains tremblantes
Le lavabo est si blanc
Pourtant dans un instant
Il sera taché de sang

Mais je refuse l’absolution
Je n’ai ni remords ni regrets
Au diable vos accusations
Si c’était à refaire
Je le referais
Je refuse l’absolution
D’ailleurs où serait le péché
Pas besoin d’extrême-onction
Pour aller où je vais

Jamais laisser comme testament
Qu’un cocktail de foutre et de sang
Arrosé d’aigreur et de haine
C’est ça la condition humaine
Ne devenir qu’un souvenir
Notre universel avenir
Dès la première seconde de vie
C’en est une de moins sur notre crédit

C’est vrai qu’on est bien peu de choses
Qu’un agglomérat de viscères
Que 3 chrysanthèmes et 3 roses
Recouvriront dans un cimetière
Mais bon sang qu’est-ce qu’elle est moche
Cette silhoueTte drapée de noir
Déjà je la sens qui approche
Son reflet au coin du miroir

Je pensais pas que je crèverais
Au fond d’une salle de bain
Je serais bien resté encore un peu
Parmi les humains
Revenir en haut Aller en bas
bob le homard



Nombre de messages : 6
Localisation : Mexico
Date d'inscription : 19/05/2006

MessageSujet: Re: Les Lyrics, ils sont trop grave biens sa race   Dim 18 Fév - 6:50

Zabos a écrit:

Pour ma part: Zabriskie Point - 1997

Complètement d'accord avec ce choix.
Cette chanson me file des frissons à chaque fois que je l'écoute. En général je me la passe qd ça va mal.
Très mal.

Et jusqu'à présent ça m'a sorti la tête de l'eau plus d'une fois, comme l'ont fait les berus en d'autres temps.

Ce passage :

Citation :


Assez pleuré, assez gémi
assez de mouchoirs salis
j'ai trop perdu de temps
à penser au temps perdu
et il m'en reste encore un peu
pour inventer un troisième temps

L'homme est mort ? nous le réinventerons
la mer morte ? nous baignerons dans l'huile
le mur est tombé ? nous le reconstruirons
il n'y a plus d'air ? nous respirerons autrement

et surtout nous n'oublierons pas de nous souvenir
nous serons des machines et nous saurons le blé
nous serons le pot de fer et le pot de terre
nous serons le fer et la terre
nous serons des hommes nouveaux
Revenir en haut Aller en bas
http://guarapita.keupon.com/
Zabos



Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Les Lyrics, ils sont trop grave biens sa race   Dim 18 Fév - 7:47

Pas mieux.

Dans son genre, "On s'ennuie" a de la gueule...
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
Odin



Nombre de messages : 1590
Age : 27
Localisation : Oberentzen - 68
Date d'inscription : 29/07/2006

MessageSujet: Re: Les Lyrics, ils sont trop grave biens sa race   Dim 18 Fév - 14:09

Jeunesse apatride - Ma révolution

Citation :
J'écris cette chanson
En pensant à toi
Ma révolution que j'aime
Je te porte dans mon coeur
Mon utopie de vivre
Un jour avec toi
D'être dans tes bras
Et de lutter avec toi

Refrain:
Sans patronat
Sans salariat
Sans État
Plus rien de cela

Ta beauté
Et ta sincérité
Oh toi ! tu me fais rêver
Féroce révolution
Tu es celle
Que je porte dans mon coeur
Je t'apprends, je te lis
Je te mets en pratique

Refrain:
Sans patronat
Sans salariat
Sans État
Plus rien de cela

Tu ne ressembleras jammais
À la Russie de Staline
Comme un tigre dans la jungle
Tu inspires la crainte
Les bourgeois se sauveront
Quand ils te verront
Comme un volcan
Plus rien ne t'arrêtera

Refrain:
Sans patronat
Sans salariat
Sans État
Plus rien de cela

Jenifer - Ma révolution devil7 :doigt2
Citation :
Ma révolution porte ton nom
Ma révolution n'a qu'une seule façon
De tourner le monde
De le changer
Pour toi je ne cesserai jamais de marcher
Ma révolution porte ton nom

J'étais à peu près
Je suis exactement
La femme que j'espérais
Le coeur enfin vivant
Pour toi j'ai soulevé
Un amour de géant
J'ai fait ma guerre
Marqué la terre

Je me suis battue
En ton nom j'ai crié
Sur les toits ma venue
Ma raison d'exister
Je t'aurais voulu
Depuis tellement d'années
Que le temps vienne
Je serais tienne

{Au Refrain}

La nuit mon amour
Je te rêve à côté
A côté de moi
Pour au moins l'éternité
Que ta vie me parcourt
Mais je rêve éveillée
Je suis aux anges
A toi mon ange

{Au Refrain}

Avec toi
Ma vie rêvée
Toi pour m'accompagner
J'ai tout changé
Tout renversé
Et me fait tout un monde
Que j'imagine parfait
T'es ma révolution
Revenir en haut Aller en bas
http://radioblogofodin.c.la
polux



Nombre de messages : 4005
Date d'inscription : 28/04/2006

MessageSujet: Re: Les Lyrics, ils sont trop grave biens sa race   Dim 18 Fév - 14:25

Zabos a écrit:

Dans son genre, "On s'ennuie" a de la gueule...

Ca doit être celle que je préfère.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Lyrics, ils sont trop grave biens sa race   Aujourd'hui à 19:24

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Lyrics, ils sont trop grave biens sa race
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les cons gagnent toujours. Il sont trop.
» Trop comique
» SL2H ?
» Faut-il
» Retours de scène - égalisation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Musique-
Sauter vers: