Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Top 5 album

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zabos



Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Top 5 album   Jeu 25 Jan - 14:54

Il existait un tel topic lancé par Ekkeh si mes souvenirs sont exacts, mais pas moyen de remettre la souris dessus, ou je susi débile, ce qui n'est pas à exclure. Si un modo le retrouve, je le supplie de fusionner ceci avec l'ancien... pas le peine de faire double-emploi.

Donc, les 5 albums les plus écoutés en ce moment, ou alors cinq albums que t'as envie de présenter aux gens.
______________________________________

Les albums que je cite, je les ai à la maison, je fais un fichier soulseek ou quoi si on me réclame par MP
_________________________________________


Dawn LandesDawn’s Music

Plus que j’écoute, plus que ça me plaît. Une jeune fille de New York qui joue avec ou sans musiciens des petites chansons très feutrées, mais avec un esprit rock’n’roll, mais de celui qui a trop mangé de jazz et de pop, mélangeant toutes ces choses pour en sortir sa façon de faire.

Soit elle joue avec les musiciens des autres groupes présents en concert, soit elle joue seule avec des boucles et des pédales par milliers, sur scène avec sa guitare autosuffisante, telle une Joan Baez électrique (si, si).

L’album Dawn’s Music est absolument fabuleux, à s’écouter seul, dans la noir, écrasé sur un lit, dans la nuit, avec une tisane ou une absinthe. Bourré de fausse naïveté, de murmures et de souffles dans Suspicion, nostalgique et flottant dans Accordion song, très US dans Scars avec une drôle de façon de faire penser à une station essence cinématographique perdue sur une large route rectiligne en plein désert sud-américain… des titres royalement excellents. Amateurs de fausse douceur, de vraie mélancolie et de rock ultra-feutré, c’est vraiment chouette…



Les PapillonsLe Bout du Siphon

J’ai déjà évoqué ces Nancéiens acoustico-chansono-jazzeux, parce que ça en vaut la peine. Les concerts sont de vrais petits spectacles, c’est bien marrant, un bon moment, une bière en main, avec envie de la savourer pour une fois. C’est théâtral, c’est marrant, et ça sent fort l’autodérision.

Les albums sont beaucoup moins intéressants que la scène, mais tout de même : Le Bout du Siphon, en l’écoutant, on le temps de s’esbaudir comme des crétins incompétents sur des textes tout simples, mais évocateurs, très évocateurs. Les Papillons c’est juste de la chanson jazzy bien écrite qui ne prétend à rien d’autre (ce qui leur est parfois reproché, bah…), deux guitares acoustiques, une contrebasse… depuis peu une nouvelle contrebassiste et du piano, mais je trouve que c’est moins chaleureux que l’ancienne formation à trois. D’autant que l’ancienne contrebassiste chantait régulièrement avec une voix suave à peu près inégalable.

Tu vois Paris Combo ? Pareil, mais sans la sophistication musicale parfois agaçante.

Sur Le Bout du Siphon, au premier chef Les Poètes professionnels, une putain de jolie chanson qui parle à tous les gens du coin, adoptifs ou non, et puis L’Oreille au mur, l’hilarante Tatie, Camille sous la douche et Un Beau brin d’fille, juste pour la voix suave, et enfin, forcément, La Débine, qui nous parle des petits matins nancéiens à s’acheter un sandwich gras, à moitié bourré, à six heures du mat’ sur la place de la gare.

Les Petites BourrettesComme des Rois

J’en rajoute une couche de gratte acoustique/contrebassine/accordéon. De chant alcoolisé. Les gens sont de Savigny-sur-Orge si je ne m’abuse, et comme les deux groupes précédents, je les ai vus en concert plus ou moins par hasard avant d’entendre le moindre morceau enregistré. Ça a du bon. Depuis, ils se sont un peu électrifiés, mais ont perdu en âme, que je trouve. Mais cet album, putain d’ses morts, quelle claque. Faut juste avoir pas peur, un peu ivre, d’avoir les larmes aux yeux en l’écoutant. Le temps qui passe, le quotidien ennuyeux, le rêve et puis le rêve rattrapé et tué une seconde fois par le quotidien ennuyeux, les actes manqués, le meilleur copain qui aurait voulu être l’amant, et « la vie c’est froid, pour les vivants, et quand j’serai mort, on m’mettra dans un frigo » et toute ces sortes de textes.

L’ensemble acoustique a des airs festifs complètement et heureusement pervertis par cette ambiance très mélancolique au dernier degré. Y’a quand même deux trois titres sympatoches souriants comme Et si je t’aime, J’aime pas et une très réussie reprise de Pour me rendre à mon bureau qui reste toujours jouissive comme chanson.

Voilà, y’a la première de l’album, On rigolera, quand je l’écoute en matant des photos de groupe avec des potes ou quoi, des films, avec des dessus qu’ont cassé leur pipe et qui sont plus trop là, elle me serre tellement la gorge que voilà et pouf. Même en matant des choses avec des gens toujours là, tu peux pas t’empêcher de penser à quand sur la photo, y’en a qui seront partis, un jour, et des qui restenront, mais amputés à vie de leurs potes et toute cette connerie de roulette russe qu’est l’existence.

Fuck. Cet album des Petites Bourrettes, il est horriblement et intimement prenant.



Allez, on se calme (pas) :

Golpe de EstadoMétal & Béton

Quoique ces Rémois aient pondu d'autres albums qui sont à mon avis vraiment pas géniaux, celui-ci est une perle de punk et de ska-punk.

Bon dieu, c’est beuglant, c’est vif, c’est rude comme le pavé, ça racle les oreilles sans ménagements, c’est du punk comme Brigitte Bop ou Les Vieilles Salopes savent l’être. Histoire prolos, bière, usine et guérilla. Et avec tous ces poncifs, t’as quand même l’impression de fraîcheur, enfin non, pas de fraîcheur, mais de véritable souffle primaire, ça te pousse au cul, et ça donne envie de boire des cannettes pour les balancer aux keufs comme ça gratuitement. Même si, chante notre Gégé de 3ème Démarx/Punishment Park, « Kronenbourg ou cocktail Molotov, vient le temps de choisir son camp ».

Malgré tout, Golpe, ça parle à l’instinct, ça chasse les compromis, ça fait de l’écho partout où t’as envie que ça en fasse, ça aide à traverser le quotidien comme un héros bourré et connard. Et pourquoi pas ?

Ça a la pêche et la capacité à faire du déjà-vu en te le dealant comme du tout neuf, car avec eux ça en devient réellement, cetet capacité qu'ont des gens comme Sarkophage.

Labelle et le Konnard, ça fait des choses aux sentiments quand même, Les Fourmis, c’est bien, ça te rappelle d'où tu viens, Qu’ils crèvent est simple, méchante, action directe. Bref, bon esprit tout ça. Et si vraiment t’en a plus rien à foutre de tout, mais que t’as quand même envie de friter du flic ou du faf pour le fun, A boire et On n'en a rien à branler font du bien au cul.



IdoliHitovi

Groupe phare de la "contre-culture™ yougoslave", du post-punk pour le pire et le meilleur, Idoli, des gens de Belgrade, est un tas de crétins qui savent passer du morceau pop dégénéré avec nappes de clavier outrancières mais qui chavire quand même le cœur, comme dans Radostan Dan, au rock "folk" local le plus gravement endiablé et complètement taré comme Plastika ou Maljciki. Sans compter qu'avec Dok Dobuje Kisa on frôle une très drôle et talentueuse musique d'ascenseur. Textes assez sobres, dans la mesure où il y en a peu, dans la mesure aussi ou dans la Yougoslavie de Tito puis du début des années 80, on ne chantait pas ce que l’on voulait, même si la liberté d’expression était sans commune mesure avec celle des autres démocraties populaires d’Europe de l’Est. A sa manière, Tito était largement « moins pire » que des Staline, Khrouchtchev et autres Ceausescu…

Idoli, c’est du coup un genre de mélange à la sauce balkanique de la new wave benête des années 80, avec des influences à la Smiths, Stranglers et aussi un peu de Cure, voire des côtés Virgin Prunes et choses de cet ordre. Mais on sent quand même que c’est relevé par l’abus d’alcool. Je sais que pour les fans des années 80 « alternatives » ex-Yougoslaves, et surtout serbes (car cette limace vénéneuse de nationalisme rampant dans les Balkans exclut ce groupe pourtant très « yougoslave » de tout ce qui n’est pas serbe, puisqu’ils étaient serbes…) ce sont des mythes importants, et quand j’y pense, musicalement, ont-ils à rougir face aux Porte-Mentaux ? ah ah ah.

Ça peut sembler imbitable à certains, et je le comprends. Mais je trouve qu’ils portent bien dans leur son stupide l’âme des tous les jeunes yougoslaves avides d’autre chose que du Partizan communiste (mais pourtant si beau), sans pour autant tout attendre de « l’Occident », ces jeunes des années 80 qui dans leur pays vivaient en parallèle/un parallèle avec ceux qui découvraient dans ces mêmes années les squatts, la Souris et les Bérus en France…



Dernière édition par le Jeu 25 Jan - 21:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
Lafrousse



Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Re: Top 5 album   Jeu 25 Jan - 17:01

Alors, pareil que Zabos, je veux bien ripper ces cds si quelqu'un-e en a envie et m'explique comment on fait.

Edit : en fait c'est pas tant la numérisation que la mise en ligne qui me pose problème.

Don Cherry - Brown rice

Don Cherry c'est un trompettiste et grommeleur-chanteur de free jazz qui fait partie entre autre du premier quartet d'Ornette Coleman. C'est un-e des rares musicien-ne-s du mouvement qui était capable de composer des trames harmoniques riches. Il joue généralement très peu de notes (il s'est mis à la pocket trumpet, réputée difficile à jouer, pour s'obliger à ca) avec un son super fragile, cristallin - au risque d'utiliser des lieux communs. Sur ce disque il est avec Charlie Haden notamment, qui est sans doute mon contrebassiste préféré de l'univers.

C'est pas de la musique furieuse comme souvent dans le free. Au contraire, ils s'acharnent autour de jolies mélodies qu'ils délitent sur de longues périodes. Souvent, un seul ostinato reste pendant tout le morceau et il y a des bourdons qui adoucissent encore l'ensemble.

Skeleton Crew - Learn to talk

Ca c'est un duo de Tom Cora (le violoncelliste qui apparait parfois dans the Ex) et Fred Frith. Ca date des années 80. Ils jouent tous les deux de mille instruments, chantent et déclament. Et c'est à ma connaissance un des rares groupes dérivés du jazz à avoir été politisé.

J'aurais du mal à décrire ce qu'ils font, disons que c'est une sorte de mélange de punk-jazz-folk-rock-pop déjanté. Par moment c'est même limite funky...

Infectious Grooves - Groove family cyco

La même équipe que Suicidal Tendencies. C'est fin, plutôt bourrin et, surtout, ils ont le son. Un genre de métal funk bien rebondissant. Heu... Qui met la pêche quoi. Et pour le bonus sac à fiel, il y a un morceau sur rage against the machine relativement moqueur. 'Fin c'est à relativiser sachant que le bassiste joue maintenant... dans metallica.

Subtle - A new white

Alors ca en gros c'est de l'electro-post rock. Guitare, violoncelle, batterie, machines, chant... C'est beau et froid, ca va du très lourd à l'épileptique.

Il faut mentionner la présence de Doseone du label Anticon. C'est un rappeur de Chicago dont le flow approcherait de celui de Teki Latex mais en mieux (il sait faire autre chose). Et puis à priori c'est moins une ordure, ca aide à avoir envie d'écouter.

Zu - Igneo

Alors ca... Mettons une batterie et une basse qui jouent des plans complètement tordus mais entrainants avec un son crado et un sax baryton qui se déchaine par dessus. Bon maintenant, que vous avez formé une image mentale, doublez-en le volume. Voilà, ca ressemble à ca.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Top 5 album   Jeu 25 Jan - 19:49

Zabos a écrit:
Si un modo le retrouve, ...

et toi t'es quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Top 5 album   Jeu 25 Jan - 20:34

5 classiques

MOTÖRHEAD - overkill (1979)

avec un son à la fois énorme et déglingué dû à jimmy miller (producteur des rolling stones à la fin des années 60), overkill est le meilleur et le plus indispensable disque de motörhead. un monstrueux groove rock'n'roll brutal avec une batterie de dingue à la souplesse animale qui a plus ou moins lancé la mode de la double grosse-caisse dans le metal (bien que déjà utilisée dans le passé). inutile de détailler cet album très connu.


BLUE ÖYSTER CULT - secret treaties (1974)
un disque très fluide, au son soyeux et non-percutant. entre prog dégraissé et rock'n'roll, tous les morceaux de ce disque sont de petits bijoux de composition et d'interprétation. ça n'est pas vraiment un concept-album, mais certains personnages reviennent dans plusieurs chansons. énergique mais pas violent, c'est un disque qui repose sans endormir.
à noter : la version cd contient des titres supplémentaires par rapport au vynil d'époque, mais ils ne présentent pas d'intérêt et viennent casser l'harmonie aérienne de l'ensemble. (donc le disque s'arrète après "astronomy" le reste -> poubelle)
le meilleur BÖC, avec le live de 1975 "on your feet or on your knees".


HAWKWIND - space ritual (live 1973)

hippie à la limite du tolérable, HAWKWIND est pourtant le groupe le plus violent de tout le rock progressif. il présente un alliage insoluble de hard-rock, d'expérimentations et de musique planante. il est une influence de METAL URBAIN au niveau de l'utilisation bruitiste des synthétiseurs. tous leurs morceaux sont sous-tendus de concepts science-fiction/fantasy. sur scène, HAWKWIND présentait un "spectacle total" avec des danseurs, des projections, etc. destiné à faire vivre au public un trip psychédélique. de nombreux morceaux sont de longues cavalcades à la fois nerveuses et extatiques construites sur une base boogie/rock très efficace.
leurs albums studios sont plus variés dans l'expérimentation. seuls les 4 premiers albums de ce groupe ("hawkwind", "in search of space", "doremi fasol latido" "space ritual") , ainsi que le 6ème (le chef d'oeuvre planant "warrior on the edge of time" ), sont intéressants. ils s'engluent à partir de 1976 dans un prog mou et casse-bonbons (déjà effleuré avec le consternant "hall of the mountain grill" de 1975).
à noter : à cet époque, leur bassiste est lemmy , futur fondateur de motörhead (dont le nom provient d'un morceau de hawkwind).


THE STOOGES - funhouse (1970)

est il utile de parler de ce disque ultra-célèbre ? entre pré-punk ultra violent, rock 70 et expérimentation jazz-rock stridente (le fabuleux "l.a blues" ), ce disque massacre tout sur son passage d'un bout à l'autre.


ROLLINS BAND - the end of silence ( 1991)

ce disque constitue une quintessence du style créé par le groupe fondé par henry rollins (ex S.O.A / ex BLACK FLAG ). les morceaux, parfois très longs) sont variés et modulés, visant à créer une ambiance par des passages presque feutrés, à la violence contenue, qui convergent vers une apocalypse hardcore noisy influencée par le rock 70s et le metal. les structures sont servies par une interprétation simple et efficace et un son monstreux. les textes de rollins oscillent entre rage et désespoir et sont en parfaite adéquation avec la musique. l'ensemble est poignant et aggressif.


merde déjà 5 ?
bon, ben je repasserais pour causer de SONIC YOUTH, VIRGIN PRUNES, BAUHAUS, HÜSKER DÜ, BIG BLACK, SCIENTISTS, et un paquet d'autres...

une recherche sur soulseek devrait vous permettre de vous procurer ces disques assez facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Zabos



Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Top 5 album   Jeu 25 Jan - 20:57

buck . a écrit:
Zabos a écrit:
Si un modo le retrouve, ...

et toi t'es quoi ?

Un modo qui le retrouve pas danseska .
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Top 5 album   Jeu 25 Jan - 20:59

C'est possible que le topic soit mort lors de la suppression de compte de tonton Alexis. Donc l'idée de le recréer est ma fois une bien bonne initiative.
J'me lance.
________________________________________________________________

The Cramps

Dans la douzaine d'album des Cramps que j'ai, il y en a un qui sort carrément du lot, même si je n'les ai pas tous écoutés à fond, j'ai un gros coup de coeur pour l'album "Fiends of Dope Island", album de 2003. Ici il n'est plus question du rock'n'roll psychédélique des premiers albums, où le batteur flinguait sa batterie d'une seule main, l'autre tenant une clope. Les lyrics sont clairement barjes (des chanson comme "Elvis Fucking Christ", "She's got balls" ou "Papa Satan sang Louie").
Même si on peu discuter sur le retour des Cramps ou de l' "état d'esprit du groupe TM", qu'on se le dise, cette galette popotte sa race dans l'huile d'olive. C'est entraînant, c'est rigolo, c'est tarré. Même si ça n'a plus la classe du groupe sans basse, que la période d'abondance musicale du groupe (1990) a peut etre un peu pourri le tout, rien a foutre, celui-là il est super.




Frankenstein Drag Queen from Planet 13

C'est un truc tout récent que j'ai découvert par je ne sais quel biais, surement une mailing list ou une merde du genre. Enfin bref, je m'attendais à un bon cliché du psychobilly puisqu'on m'en avait venté ses côtés, à l'écoute: rien a voir. Le seul album que j'aie, c'est à dire "Viva las violence", tu fous un gros coups de rock'n'roll bien électrique et bien rapide dans la cheutron. Attention aux oreilles la première fois, c'est strident, c'est simple, mais c'est efficace.
C'est de la musqieu sans prétention, vraiment pas politique du tout, du gros délire visuel et musical, de la "chicken shit from outer space".



Demented are Go!

J'me tappe aussi plus rarement cet espèce d'ovnis du psychobilly qu'est l'album "The Day the Earth spat Blood". Non pas que le son soit différent des canons du psycho, nonon, c'est juste que le son de la contrebasse est super prononcé et ressort à fond. l'album en lui même vaut pas un clou, mais j'ai appris qu'il avait été fais en 3 jours. Musique et lyrics. Alors même si il casse pas trois ailes à un castor, je le trouve assez puissant. Et la chanson Flight-103 est vraiment coolos.



Voilà, sinon j'écoute toujours pleins de trucs bizaïdes que je télécharge ou que j'ai déjà depuis lurette, comme le fabuleux "Steady as she goes" des Voodoo Glow Skulls, qui est un condensé de bonne humeur et qui fous grave envie de bouger son derche.

Voodoo Glow Skulls - Steady As She Goes




Revenir en haut Aller en bas
merlinus



Nombre de messages : 314
Date d'inscription : 15/07/2005

MessageSujet: Re: Top 5 album   Sam 27 Jan - 19:55

fantomas - delirium cordia
after dinner - after dinner
toy dolls - absurdities
queen - queen II
mr bunlge - disco volante

...allez 5 autres

frank zappa - whe're only in it for the money
kaada - MECD
bumblefoot - uncool
arthur brown - the crazy world of arthur brown
the usa is a monster - Sunset at the End of the Industrial Age

...

the melvins - stoner witch
the zombies - odessey and oracles
turbonegro - Scandinavian Leather
infected mushroom - converting vegetarians
the sparks - kimono my house
Revenir en haut Aller en bas
http://tfugit.free.fr/keikotsuda/home.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Top 5 album   Sam 27 Jan - 20:40

C'est super, mais c'est quoi tout ça? Parce que c'est bien beau de balancer des noms à tire la rigole sans dire un seul truc dessus, mais ça fais pas avancer des masses le schmilblick. Dis-nous en quelqu'chose!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Top 5 album   Aujourd'hui à 10:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Top 5 album
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rumeur] Les titres du nouvel album
» [Album] Humanoid [Version anglaise]
» JOSS STONE Nouvel album !
» Funny Line (album Golden Melody de Michel Herblin)
» Album "HELENE"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Musique-
Sauter vers: