Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Interview Medef inna Babylone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jul

avatar

Nombre de messages : 49
Localisation : Place Beauvau
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Interview Medef inna Babylone   Jeu 14 Déc - 15:54

Allez hop, le tour est fait. Histoire de ne pas nous endormir dessus, je poste le bouzin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.medefinnababylone.com
Jul

avatar

Nombre de messages : 49
Localisation : Place Beauvau
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Interview Medef inna Babylone   Jeu 14 Déc - 15:54

1. Petit historique du groupe.
    Débuts ensemble en 1999
    Premier concert la même année
    Première démo en 2000,
    Premier album 2001,
    Second album 2003,
    Premier concert avec les Vieilles Salopes en 2004,
    Troisième album en 2005,
    Premier concert avec les Mon Dragon la même année,
    Premier concert avec les Bimbo Killers en 2006

2. Qu'elles sont vos influences musicales ?
Yf
    René Binamé, Niagara, Bad Religion, Depeche Mode, Les Vieilles Salopes, Soulwax, Dead Kennedys, Gorillaz, Outkast, Fat Boys Slim, BANG !, …
Bub
    Punk rock francais 77-2006 (la crème : Désert Culturel, Haine Brigade, Foetus Party, Kochise, Vieilles Salopes)
    Deutschpunk 80-90 (la crème : Slime, WTZ, Daily Terror, Schleim Keim, Schwarzen Schaffe)
    Punk rock americain 70-89 (la crème : Dead Kennedys, Germs, Bad Brains, Operation Ivy, Bad Religion)
    Et puis sinon un peu de tout parmi lesquels Crass, Conflict, Inner Terrestrial, René Binamé, Decibelios
    Enfin pas mal de musique traditionnelle aussi : Dédale, Djal etc…
    Et puis aussi la Nueva Cancion, ca calme grave aussi (Victor Jara, Violetta Para, Inti Illamini…)
Mom
    Alors ,à, sans être exhaustif, Toy Dolls, New York Dolls, Sebadoh, Radio Birdman, New Christs, Gaza Strippers, Lazy CowGirls, UK Subs, Sheriffs, René Binamé, Massive Attack, Stooges, Unwound, J Hendrix aussi, Nass El Ghiwane, Rimitti, Weirdos, Addicts, Zeros, Thugs, Buzzcocks, Alan Milman Sect, Detroit Cobras, Andrew Sisters, Sonic Rendez Vous Band, Trisomie21, Warsaw, Crime, Joy Division, Dead Can Dance Outcast, Hard-ons …
Jul
    Pfiouu … Les Thugs, René Binamé, NoFX, Bad Religion, Operation Ivy, Snuff, Inner Terrestrials, Les Sheriffs, Bob Dylan, Janis Joplin, Jimmy Hendrix, Lagwagon & No use for a name des débuts, un peu de classique, une louchette de jazz, et une once de world music. Non, en fait pas du tout de world music. Désolé.


3. Comment faites-vous pour avoir tant de concerts partout en France et à l'étranger ? Avez-vous un manager ?
Jul : Non, on a une ménagère.
Bub : Faut voir que ça fait longtemps qu’on existe et qu’on rencontre des gens très chouettes, à force on a des connaissances un peu partout
Yves : DIY or die. Une délicieuse amie nous file un coup de main (enfin plutôt de fil). Sinon, faut savoir que plus tu joues, plus tu joues, moyennant que tu n’es pas un gros connard, et que ta musique respecte quelques principes élémentaires d’harmonie occidentale. Et surtout, on a rencontré plein de gens qui sont devenus des sortes de potes. Du coup, en fait, plus que des concerts, ce sont des moments pour retrouver ses potes.
Mom : Et puis vu que je travaille aux RGS, On sait directement contacter les activistes… Si ils refusent de nous faire péter, je les balance au préfet, de toute manière…

4. Qu'elles sont vos rapport à l'Entreprise ?
Jul :
Ben, plutôt du type salarial.
Bubu :
Pas mieux. Quand tu vois les énergies qui se perdent à faire des planning et des power point, on peut comprendre que l’entreprise soit à ce point dévalorisé. Jouer dans un groupe c’est aussi une entreprise avec ses objectifs propres qui peuvent ne pas être lucratifs. Entreprendre, c’est oser. Oser c’est se démarquer. C’est très punk quoi, DIY. Do it yourself, do your own bizness !
Yf :
J’y vais le matin, et en échange, elle me donne de l’argent.
Mom :
Pour l’instant, j’en ai pas. Je touche le Jackpot de la république ( le RMI, quoi )

5. Etes-vous déçu que le Baron ne soit plus patron des patrons français mais patron des patrons européens ?
Jul : Comment dire de façon simple ? Non.
Bubu : Vive la France quoi ! On a pas choisi un looser non plus !
Yf : Je pense qu’Ernest le méritait. Il a travaillé dur pour arriver à la présidence du Medef France. Et il a ensuite su faire preuve de pugnacité face à la France des 35 heures, des conflits sociaux. Il peut être fier de lui, et de son oeuvre : il laisse des chômeurs encore plus pauvres qu’avant, et cerise sur le gâteau, des travailleurs plus pauvres que les chômeurs de l’avant Seillières. Prendre la tête du Medef Europe n’est que pure logique. J’ai ouï dire que la prochaine étape était la présidence de l’OMC…

6. Que pensez-vous de sa remplaçante ?
Jul : Pas grand chose pour le moment. On ne peut pas dire que cela conditionne nos vies non plus.
Bubu : Plus discrète mais aussi entreprenante, elle revient au lobbying d’arrière chambre. C’est dommage : La Medef perd un peu de sa popularité et de sa gouaille avec elle.
Yf : Elle a ramené le Medef dans le droit chemin, celui du CNPF. Pas de bruit, mais peut être plus de dégâts. Ernest ne pouvait s’empêcher de raconter des énormités, focalisant ainsi toute l’attention, et la haine également, du grand public. Parisot calme le jeu au niveau communication, sûrement pas au niveau de son amour pour le grand marché.
Mom : Ben faudrait qu’elle continue dans la lignée. Avec deux millions de chômeurs en plus, ça devrait commencer à monter dans les tours. On pourrait commencer à foutre le bordel…

7. Qui écrit les paroles de vos chansons ?
Jul : Vincent Delerm.
Yf : Généralement Bubu, bien qu’on ouvre désormais un peu la porte aux initiatives extérieures au groupe. Dans tous les cas, les paroles sont soumises à l’esprit sagace et critique des membres du Medef. Cela donne généralement lieu à de grosses empoignades. Autant on arrive à peu près à tomber d’accord facilement sur la musique, autant les paroles, c’est le bordel à chaque fois.
Bubu : N’empeche qu’avec cette nouvelle dynamique, c’est tout le monde qui s’y met pour les paroles et personnellement je trouve ca beau quand chacun met la main à la patte !!

8. Vous concertez-vous souvent (comme au C.E.) sur les sujets liés au groupe (design du cd, tee-shirts) ?
Jul : Non jamais. C’est celui qui a les meilleurs performances en bourse qui décide.
Bubu : On essaye mais comme les avis divergent parfois grandement. Après chacun est libre de commercialiser ce qu’il veut si le groupe ne suit pas.
Yf : Ah ah ah, Bub, t’es dégouté pour les T Shirt, isn’t it ?
Mom : Mine de rien, on a un politbüro qui se réunit régulièrement, dans le « salon conférence » du Vito.

9. Que pensez-vous des écologistes français ?
Mom
    C’est quoi, c’est ceux qui étudient l’école ? Bah, sinon plus sérieusement, le Soleil va prendre 5% de volume en plus sur les 15000 ans à venir. Et là, du coup, la Terre, laisse béton, c’est Mars qui présentera les meilleures caractéristiques d’habitabilité. Donc, faudrait déjà s’y mettre ( projet de la Super Highway ), ca réglerait le problème de continuer à vivre sur nos ordures…
Bubu
    L’écologie est un principe de base, après il n’y a pas de projet de société uniquement tourné sur des préoccupations écologiques. Les écologistes français sont donc à la masse.
Yf
    Pour moi, l’écologie telle qu’on l’entendait avant a fait son temps. Leur combat est quelque peu dépassé. Capitalisme et écologie ne font pas bon ménage. S’attaquer au premier arrangera sans doute la situation du second.
Jul
    L’écologie n’est pas une vision d’organisation sociale justifiant un parti politique, c’est une contrainte de départ. En théorie la même contrainte s’applique à tout le monde, et l’écologie devrait être au même niveau que l’éducation ou l’économie, à savoir « au dessus » des partis, et faire partie des critères de toutes les décision collective. Personnellement je regrette que l’écologie se limite à promouvoir le ramassage des papiers gras ou l’extinction du robinet quand on se brosse les dents, parce qu’une analyse froide et réaliste montre que ce sont des problèmes de second ordre par rapport à d’autres. Or malheureusement, pour en revenir à la question, les « écologistes français » ne s’inscrivent même pas dans une démarche de prise de conscience réaliste.

10. Avez vous de quelconques relations relation avec les Franc-maçons ou la secte mooniste?
Jul : Non. Ni avec les Starkystes d’ailleurs.
Yf : Si Mooniste a un rapport avec Momo, alors oui, j’ai des relations quelconques avec le monsieur, type partager le lit en tournée…
Mom : Ben si c’est être dans la lune, chuis mooniste. Une fois j’vais faire des courses, et je croise un de mes colloques dans Carrefour. Du coup on fait les courses ensemble et je repars avec lui. Le lendemain, je voyais pas ma caisse sur le parking de l’appart. Elle était pas à la fourrière. J’ai fait une déclaration de vol. Et trois jours après je me suis rappelé qu’elle était encore sur le parking de Carrefour. Je l’ai récupérée à minuit, elle s’ennuyait, toute seule sur ce grand parking désert…
Bubu : Si j’avais le frère du mari de la cousine germaine de ma mère qui faisait partie des franc-maçons : autant vous dire que ca jasait sec dans la famille.


Dernière édition par le Jeu 14 Déc - 16:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.medefinnababylone.com
Jul

avatar

Nombre de messages : 49
Localisation : Place Beauvau
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Interview Medef inna Babylone   Jeu 14 Déc - 15:55

11. Etes-vous sioniste, ou un truc comme ça?
Jul : On a un voisin violoniste, mais je ne sais pas si cela a un rapport.
Mom : Y a bien des alpinistes, non ? ( bon allez, je sors )
Yf : Sioniste…Il a fallu que j’aille sur Wikipedia pour comprendre… Je ne suis pas pour un état juif, ni musulman d’ailleurs, encore moins catho où je ne sais quelle autre religion. La notion d’état me laisse toujours perplexe.
Bubu : plutôt antisioniste, a bas tous les Etats

12. Vous kiffez le reggae?
Bubu : Skinhead reggae !
Yf: J’ai arrêté les joints. Donc je ne kiffe plus du tout le reggae.
Mom : Ah ben oui alors, ça me fait penser que j’ai oublié les Ruts dans la question 2, et LKJ et Cedric Milton and the Congos et plein d’autres aussi…
Jul : Yeah man.

13. Pourquoi ce "bleu" de travail orange ?
Yf : Et pourquoi pas ? C’est beau le orange.
Jul : Je crois qu’au début on croyait que c’était la mode quand on en a vu plein a la téloche. Mais en fait on nous a dit après que c’était des reportages sur Guantanamo. Finalement on les a gardé, ça évite de pourrir les autres fringues sur scène, et y’au toujours au moins une question dessus dans les interviews.
Mom : En plus, c’est pratique. Juste derrière les concerts, on va bosser direct sur les chantiers de la DDE…
Bubu : pour le côté ouvriériste de la chose – streetpunk unite – et puis sinon ya le recul salutaire de la tenue du prisonnier américain, effectivement ça marche moins en France qu’aux Etats Unis, mais en même temps vu qu’on est jamais allé aux Etats Unis, on peut pas dire grand chose non plus.

14. Qu'à changé la toute nouvelle chanteuse pour votre groupe ?
Jul : Ben on est encore loin de la parité mais déjà on a fait +20%, ce n’est pas si mal.
Bubu : On a surtout multiplié de 0.25 point les possibilités créatrices internes au groupe, donc le chiffre d’affaire devrait suivre d’autant et les bénéfices en conséquence
Yf : Malheureusement rien.
Mom : Une réorientation de stratégie…

15. Avez-vous déjà partouzé avec les Vieilles Salopes ?
Jul : Ouaip. Sauf avec Sarah qui ne couche jamais avant le mariage.
Bubu : C’est le piment sexuel de l’interview ?
Yf : J’ai vu Seb en slip. Mais ça n’est pas allé plus loin. J’ai dû embrasser Alex une fois sur la bouche, mais ça n’est pas allé plus loin. Quant à Sarah, elle est allée plus loin, mais sans moi.
Mom : J’ai déjà échangé des sex toys avec alex.

16. Que les Bimbo killers vous ont appris ?
Jul : Le sens des affaires.
Bubu : Le sens du rock’n’roll
Yf : Le non sens.
Mom : le sens ou assente

17. Que leur avez vous appris ?
Jul : A se maquiller.
Bubu : Ils savent déjà trop de choses
Yf : Le bon sens.
Mom : le sourire kabyle …

18. Que vous inspire l'initiative 'punk voter", à l'origine de membres de plusieurs groupes de votre région toulousaine (dirty fonzie, condkoï) qui incite le punk à voter pour "contrer Le Pen et Sarkozy »?
Jul : Contrer Le Pen et Sarkozy ça semble plutôt louable en soit. Par contre ce n’est pas en votant qu’on y arrivera.
Bubu : Pareil que les planning et les power point, une énergie qui se perd pour le spectacle. Après c’est rock’n’roll, mais c’est un rock’n’roll qui ne m’intéresse pas.
Mom : moi, je vais lancer une initiative « Punk Water(Closed) ã », passqu’il y en a marre des punks qui pissent partout.
Yf : Pfiou, j’ai largement écrit à gauche et à droite à ce sujet. J’y pense que du mal. Sorte d’initiative qui ne sert à rien. Je vous invite tous à adhérer au collectif, ce qui revient à payer 30 euros pour avoir des stickers. Ceci dit, ce que font les groupes de « notre » région toulousaine ne « nous » regarde pas. J’suis généralement plutôt cool, mais leur appel m’a fait bondir. Je me permets de coller ce que j’ai écrit dessus sur un des forums de « notre » belle région :
« Stop les libéraux/fachos. Ségolène n'est donc pas une libérale ? Qu'en est-il de François Hollande ? Je ne comprends pas que ce collectif n'ait pas saisi tout ça. Le problème ne vient pas de Sarko ou de Le Pen. Ces gens là sont des gens de pouvoir, tout comme les autres Hollande et Bayrou et je ne sais qui d'autre. Ces politiques servent "le marché". Le véritable problème vient du profit, de la croissance, de "la loi du marché". Croire que ces gens là vont y changer quelque chose est une immense erreur. Croire que le vote est la solution est une erreur encore plus lourde. La démocratie est une terrifiante propagande. Elle permet aux hommes politiques de faire croire aux gens qu'ils sont libres de choisir qui les gouvernent. Pour ce faire, la démocratie dispose de moyens médiatiques et institutionnels (éducation, culture, etc...) infinis qui, à force, amènent des collectifs semblables à se créer. C'est une immense victoire pour eux que de voir de tels collectifs se créer. C'est en ça que je trouve cela désolant, pour des gens issus de "la scène punk".
Tentons une cholie métaphore. Imaginons un immense supermarché, style Carrefour, un truc vraiment grand, avec pleins de rayons, tous garnis. Tu peux choisir entre des pâtes (emballage bleu, vert, plastique, carton, forme en tube, torsadée, pleine, en forme de bite même, etc...) et du riz. Tu te dis, youpi, on m'offre à choisir entre des milliers de choses toutes différentes. Un jour, il y a un concensus: les pâtes, c'est mal. Les gens se regroupent. Djamel et Joey Star disent: les pâtes, c'est mal, acheter du riz. Le collectif "pleins les urnes" se crée et dit: les pâtes, c'est mal, acheter du riz. Alors, évidemment, le riz, c'est pas non plus super bon, mais bon, les pâtes, c'est vraiment pas bien. Donc toi, militant dans l'âme, tu te dis: ah ah, je vais pêter le système, je vais acheter du riz. Et t'es persuadé d'être au summum de la milite, et que c'est la démocratie qui te permet de faire ça. Tu te dis que tu es bien en France, qu'ailleurs, c'est pire, z'ont même pas le choix entre les pates et le riz, z'ont que les pâtes.
Mais qu'en est-il des légumes, des fruits, de la viande, des insectes, des gants Mappa, des préservatifs ? Y en a pas. On ne te les montre pas. On ne te les propose pas. Et qui décident de ce qu'on te propose ? C'est le directeur du Carrefour. C'est à lui qu'il faut s'attaquer, pas au riz ou aux pâtes.
Les pâtes, c'est Sarko/Le Pen, le riz, ce sont les autres. Les légumes, les gants Mappa, etc... ce sont des alternatives que tu ne vois plus, parce que t'es devenu aveugle.
C'est même pas que j'en veuille à ce collectif. Je constate simplement qu'ils ont perdu leur indépendance intellectuelle. Trop de bières peut être, sûrement trop de télé... »

19. Avez vous peur de perdre vos cheveux ?
Jul : Pas vraiment. En même temps on ne fait rien ni pour ni contre.
Bubu : Devenir skin sans rien faire, le bonheur !
Yf : Mmmmh, je sais pas. J’aurai sûrement une tête bizarre sans cheveux, plus proche du ballon de rugby que de la tête humaine. Je dirai que perdre mes cheveux feraient plus peur aux autres qu’à moi…
Mom : Ben moi, ze voudrais bien, parze que z’en ai au mauvais endroit.

20. Que pensent vos collègues de travail de MIB ?
Jul : Comment avoir des collègues au travail ?
Bubu : Règle un : ne pas mélanger le travail et les affaires
Yf : Vaste débat. Généralement, ils en pensent beaucoup de bien, bien qu’ils n’y comprennent rien du tout. J’ai la chance de pouvoir/oser en parler avec mes chers collègues. Imaginez la scène : on est lundi midi. Le WE précédent, on s’est fait une tournée avec Bimbo Killers, Mon Dragon et les Vieilles Salopes. On s’est fait prendre en photo par Newo et tout le tralala. Je retrouve mes collègues, on part manger à la cantine de ma boîte. Là, au milieu du paté en croute, la question fatidique est prononcée : z’avez fait quoi ce WE ? Là, Jean-Michel, développeur logiciel répond qu’il s’est fait un bowling le vendredi soir, samedi, il était à Ikéa, il a rien fait le soir parce que le monde à Ikéa l’a épuisé. Le dimanche, il est allé à l’éléphant bleu pour laver sa scènic. Puis Jean-Michel se tourne vers moi, et me demande : et toi, tu as joué avec ton orchestre ? Et ben moi, dans ce lundi brumeux où flottent mes souvenirs du WE, je le trouve attachant Jean-Michel. Et je lui raconte mon WE, en détail : le trajet, le public, les lieux, les squatts, les afters, la route à nouveau, je lui parle des Vieilles Salopes (c’est mon moment préféré…). Au fur et à mesure, ces yeux s’agrandissent, sa bouche commence à s’entrouvrir, Jean-Claude, assis à côté de lui, comme par mimétisme, adopte le même faciés. A la fin, ils me regardent avec envie. Donc pour répondre à la question, mes collègues de travail pensent du bien de MIB. D’ailleurs, j’ai vendu une cinquantaine de CD. Y en a même un qui m’a demandé comment je faisais pour faire ce que je fais au taf et faire du punk en même temps. Comme quoi, faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain.
Mom : Mon dernier patron me disait à un pot d’entreprise qu’il avait été DJ punk à une époque. Ca l’a pas empêché de me licencier. Sinon en plus glauque, un cadre ( l’élite de la France, soit disant ) me disait une semaine après les attentats à Londres en 2005 que ça devait pas être facile avec mon faciès en Angleterre à ce moment là. Une autre aussi. Collègue avec qui je travaillais depuis 4 ans, on se tutoyait. Le lendemain des émeutes au Mirail, à Toulouse, je passe la voir, elle me dit « ça craint, ce qui ce passe, pourquoi vous faites ça ? »… Ben alors Maïté, on se vouvoie maintenant ? Je me suis fait virer 1 mois après…


Dernière édition par le Jeu 14 Déc - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.medefinnababylone.com
Jul

avatar

Nombre de messages : 49
Localisation : Place Beauvau
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Interview Medef inna Babylone   Jeu 14 Déc - 15:55

21. Comment faites vous pour garder ce teint clair et cette fraîcheur malgré votre âge avancé?
Yf : Je bois de la bière.
Mom : Je me fais changer le sang en Suisse, une fois par an. Ca coûte cher, mais je détourne des fonds de l’UMP …
Jul : Le botox fait des miracles. C’est un des trucs que les Mon Dragon nous ont appris. Sauf que eux ont commencé il y a trente ans, quand ils étaient ados.
Bubu : Tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute ! Alors dis m’en plus que je sache à quoi m’attendre !

22. Vous êtes venus comment à la musique? ("la musique est venu à nous" n'est pas une réponse envisageable...)
Jul : Y est on seulement arrivé ?
Bubu : En écoutant des musiques toujours plus punk, jusqu’à trouver le cœur de la vibe : le partage musical avec des gens qui sont toujours plus hipe
Yf : Mon père est organiste et chef de chœur (chorale). Ma mère chante depuis toute petite dans des chorale. Elle vient d’ailleurs de faire une tournée en Pologne. Parfois, mon père vient aux répétitions des Medef. Et là, il nous prend la tête parce qu’on fait un Mi alors qu’il faudrait faire un Ré, compte tenu de l’harmonie globale. L’est chiant mon père parfois…
Mom : Ben moi, au début, j’y allais à pieds. Après, j’ai eu le permis, c’était ‘achement plus pratique.

23. Vous pratiquez depuis combien de temps? Amateurs? Autodidactes? Professionnels? Ex-conservatoireux-école-machin? Simples grugeurs jouant sur un play-back de Johnny?
Jul : Bon çà fait plus ou moins longtemps, et il y a un peu de tout. Un seul du conservatoire cependant : le souffleur de flûtiaux.
Bubu : Et Yves qui a fait du piano tu l’oublies ? j’hallucine!
Jul : A ce compte là j’ai fait de la flûte à bec en CM2 aussi…
Yf : Calmez-vous les gars ! Y a toujours eu un piano à la maison, rapport avec les activités musicales de mes parents. Donc dès que j’ai pu, je me suis mis, ou plutôt on m’a mis au piano. J’ai commencé à 6 ans, et j’ai fini à 18 ans, avec la mort de ma prof qui était une vieille dame qui ne m’a jamais fait chier avec le solfège. Je crois que c’est un peu elle qui m’a expliqué que la technique, c’est une chose, mais faut pas que ça prenne toute la place. A 18 ans, j’ai donc changé de prof. Au bout de 6 mois, et 3 profs différents qui me pétaient les cacahuètes avec la position de mes mains et mon solfège un peu léger, j’ai continué tout seul. Je me suis attaqué à la Sonate au Clair de Lune. Le plus beau morceau de piano selon moi. DIY… Sinon, j’ai reçu un beau piano en pin massif pour mes 18 ans. Il est toujours dans l’appartement de ma mère. Un jour, je le récupérerai, et je finirai d’apprendre cette Sonate. Pour la batterie, c’est la faute à Bubu. C’est lui qui m’a dit que je ferai de la batterie. Donc j’en fais en total autodidacte depuis 9 ans maintenant.
Mom : Ben mon père il était fan d’Elvis ( sic ), du coup, il achetait de la brillantine et des santiags ( je voudrais bien récupérer sa collec, d’ailleurs ). Pour tout faire comme lui, il avait acheté une guitare et comme Elvis, il savait pas en jouer. Du coup on s’y est mis, mes frangines et moi ( avec en plus une percu en terre cuite d’Algérie ). On faisait des chorégraphies pour préparer l’eurovision, mais à l’époque, les té-ci faisaient pas partie de l’Europe…

24. Et finalement, c'est d'abord la musique, ou d'abord les textes militants? Est-ce que vous différenciez les deux, ou l'un ne va pas sans l'autre (en ce qui vous concerne)?
Bubu : L’un ne va pas sans l’autre et vice versa, c’est une question de lecture à plusieurs niveaux : tu peux écouter un texte chouette sur une musiques chiante (crass) et un texte bidon sur une musique classe (bimbo killer ? ) mais au moins tu écoutes et c’est ça qui est bon.
Yf : Je ne me vois pas faire des bornes en camion, suer comme un bœuf sur scène, me taper des galères, dormir par terre, pour simplement raconter des trucs vide de sens. Pour moi, le punk va avec une certaine philosophie, tirant plus vers la rébellion que la contemplation des oiseaux dans la nature. Donc comme dit Bub, tout est lié.
Mom : pour moi, faut pas oublier que ça doit être la fête aussi, sinon autant se faire la tournée de tous les enterrements de personnes qui en valaient la peine…

25. Pourquoi des Costumes Oranges ?
Voir #13

26. Joseph ikter à dit un jour "Vive la polka" et vous ?
Bubu : Je dirai même plus vive la polka oui bien sûr mais la polka pogo
Jul : Mouais. Moi de toute façon le seule truc que j’aime c’est la polka-orange.
Yf : C’est marrant, j’ai fait une recherche sur Google sur ce Joseph Ikter. Sur les 100 000 000 000 000 de pages référencées, il en sortir une : celle du forum Ctx & Flrs avec la sus-citée questions. Retour à la case départ. Pour répondre, je dirais que la musique trad, c’est très bien, surtout quand t’accélères le schmilblick.
Mom : Venant du nord, les trois quarts des groupes que tu te tapais à l’époque ( 80 85 ), c’était des orchestres de polonais ( un peu comme les irlandais, les polonais, ils savaient tous faire de la zique ), alors la polka, chuis né à coté…

27. la fille qui chante dans votre groupe, c'est pour faire comme Mon Dragon ou bien comme les Vieilles Salopes?
Jul : Les deux ont tout pompé sur ABBA.
Bubu : On essaye de leur arriver à la cheville, on met toutes les chances de notre côté

28. les costumes orange c'est une référence au costume violet de Johnny Hallyday des Wampas ???
Bubu : elle est très bien cette chanson d’ailleurs,
Yf : Les costumes oranges ne font référence à rien. C’est ça qu’est bon.

29. ou à celui des p4 dans leur jeunesse ?
Bubu : Je ne savais pas : mais encore ?
Yf : J’suis largué…

30. Vous êtes tous ingénieurs chez Airbus ou y en a quand même qui travaillent chez Dassault ?
Bubu : Si je vous avouais mes fonctions de Délégué Syndical d’Etablissement et de Délégué du Personnel, l’ingénierie en prendrait du plomb dans l’aile !
Yf : Je suis ingénieur, voire cadre supérieur jusqu’au bout de la cravate. Les autres, je ne sais pas ce qu’ils branlent, mais moi, oui, je suis ingénieur.
Mom : Moi je suis un serviteur-travailleur du chaos ( l’a bonne mine, le serviteur du chaos avec windows et word…sic )
Jul : Précisons quand même qu’aucun de nous ne travaille ni chez l’un ni chez l’autre.


Dernière édition par le Jeu 14 Déc - 16:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.medefinnababylone.com
Jul

avatar

Nombre de messages : 49
Localisation : Place Beauvau
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Interview Medef inna Babylone   Jeu 14 Déc - 15:55

31. Prenez vous toutes sortes de drogues ?
Jul : T’es de la police ?
Yf : Drogues légales, tels la clope et l’alcool. D’autres drogues moins légales, mais plus sympa.
Mom : A un certain stade, c’est plus des drogues, c’est ça qu’est bon ( ou mauvais )
Bubu : Non, pas toutes sortes, yen a des plus efficaces que d’autres pour être défoncé…

32. Approuvez vous les guerres préventives ?
Jul : Ca dépend, si c’est contre des méchants oui, mais si c’est contre des gentils c’est pas cool.
Yf : Guerres préventives est un oxymore. Je n’approuve pas les oxymores.
Mom : j’aime pas la guerre. Sans concession. La violence est le dernier refuge de l’incompétence.Après je dis pas qu’il faut être « peace and love » et se faire braquer systématiquement par excès de gentillesse.
Bubu : Guerre à la guerre : ya même pas de préventive à faire !

33. Connaissez vous le prix d'un café au comptoir ?
Jul : Non, en général on demande à la secrétaire d’aller le chercher.
Yf : Je suis plein de tunes, je regarde pas les prix. Je sais juste que quand on est à Paris, faut dire que c’est trop cher, quoi qu’il arrive.
Mom : Pendant ce temps là, les chinois travaillent.
Bubu : Au bar des amis, le demi était à 2.50 alors qu’à l’Autan il est à 2 : choisissez bien votre bar, je ne dis que ca!

34. Pour qui aller vous voter en 2007 ?
Jul : Pourquoi aller voter ?
Yf : Ca, c’est une question chiante. Dans l’absolu, voter revient à pisser dans un violon. Voter, c’est l’impression de la pseudo liberté à la sauce démocratie moderne. Dans l’absolu, je ne veux pas voter. Je préfère agir sur les choses par d’autres moyens. Ceci dit, je vais sûrement aller voter, le plus à gauche possible.
Mom : Un taux d’abstention supérieur à 65 pourcents annule le scrutin et nécessite d’en réorganiser un. Je pense que si on arrivait à mobiliser les gens pour qu’il s’abstiennent et qu’on arrive à ce 65%, ça foutrait une belle merde genre campagnes non remboursées… Les plus touchés ( en relatif bien sûr ) seraient les partis institutionnalisés. Mais le risque est trop grand de voir passer à ras certains dangereux personnages. Sinon ce serait grand si ça arrivait.
Moi, je me suis inscrit sur les listes mais pas pour voter, juste pour contribuer au taux d’abstention et puis, à la fouille par les keufs, ça fait toujours bien d’avoir une carte d’électeur…
Bubu : pour Patate, le seul candidat qui ne se présente pas : je vous incite à bien suivre sa campagne…

35. Comment jugez vous la scène toulousaine ? (youpi c'est le délire, y'a trop moyen de faire plein de trucs ; arf on en chie trop; autres...)
Jul : Ben nous depuis le temps qu’on rôde forcément on reçoit relativement pas mal de plans sympas, et on essaie de ne pas trop monopoliser la scène mais Toulouse sort d’une phase plutôt très difficile. Au niveau des lieux comme des initiatives, on peut dire qu’il n’y a jamais eu autant d’espoirs, même si beaucoup restent à consolider. Enfin il faudra que la ville réapparaisse comme étape potentielle sur la route des groupes, car la pénurie de ces dernières années a un peu rayé la région de la carte de pas mal d’entre eux.
Bubu : Cette année depuis longtemps ça repart à fond sur la scène rock’n’roll et ça c’est bon, vive le rock’n’roll, ioupi !
Yf : On n’est pas là pour « juger » la scène toulousaine. Toulouse, c’est là qu’on habite, c’est ici qu’on a commencé, c’est ici qu’on a croisé les premiers groupes. Toulouse a l’avantage d’avoir des groupes de « tout » style. Y a une scène Rock’n roll, une scène punk à roulette, une scène anarko pounk, une scène Ska pouet pouet. Un concert à Toulouse, c’est l’assurance d’une soirée réussie où tu retrouves pleins de potes avec qui tu parles des concerts que t’as fait, etc… C’est bien cool.
Mom : la majorité des gens que je côtoie, je l’ai rencontrée dans le milieu punk ( hormis les potes d’étude ). Et là, après une période longuette de disette, tout le monde s’y remet….

36. L'enchaînement de concert à travers toute la France, ne nuit il pas trop au travail de répétition? Y a t'il des périodes où vous essayez de lever le pied justement?
Bubu : Bonne question, on est en plein brainstorming pour gérer tout ça.
Jul : Si, cela nuit. Et pas qu’aux répètes, à tout. C’est toute ta vie qui risque devenir une errance perpétuelle entre camion, dé- et re-chargement, attente (balances, concerts), et répétition de la même séquence le lendemain ou la semaine suivante. Même pour un groupe très modeste comme MiB.
Il ne s’agit surtout pas de dire que c’est dur, c’est plutôt que c’est déstructurant: on finit par ne plus avoir grand chose à dire d’autre au gens que de parler de choses liées au groupe alors qu’un groupe ce n’est pas non plus une fin en soi.
Donc oui on a fait des breaks régulièrement comme en ce moment par exemple. Tu veux qu’on te montre des photos des vacances ?
Yf : On essaie de lever le pied, et comme l’a dit Juju, pas que pour passer plus de temps en répétition. C’est un peu un rythme de taré. Et c’est déstabilisant dans le sens où tu passes pour le centre du monde. L’accueil du public est généralement excellent. On te dit que tu fais de la super musique, que tu as apporté un poil de bonheur pendant 1h00. On ne parle pas de prendre la grosse tête, mais il est bon de décrocher de temps à autre, histoire de passer du temps à faire d’autres trucs, et rester près des gens qu’on aime, à savoir, les collègues de boulot ;-) De manière générale, un retour de tournée s’accompagne souvent d’une période de déprime, plus ou moins longue, le temps de retrouver « une vie normale ». Sans compter qu’on fait pas de la lounge music, et qu’on fatigue d’autant plus qu’on vieillit…
Mom : tout est dit.

37. Sexe drug and rock n'roll.... et la bouffe dans tout ça?
Jul : Ben déjà faudrait qu’il y ait eu sex, drug & r’n’r pour qu’on puisse te répondre.
Yf : Je mange généralement mal et peu en concert. Je me rattrape quand je ne joue pas. Donc quand c’est Drug et rock-n-roll, c’est pas trop bouffe. Quant au sexe…
Mom : Suivant la taille du sexe, tu peux plus ou moins bien manger, cela dit…
Bubu : c’est contenu dans la bière, dans une sorte de drug comme on dit.

38. est-ce que la cornemuse ça donne des grosses joues ou elles étaient déjà là avant ?
Bubu : Ya du baston dans l’air qui se dessine !!
Yf : Hihihi…
Mom : C’est pas une cornemuse, c’est ses testicules ( voir la question 37 ).

39. Êtes-vous starskistes ?
Voir #10

40. Quelles sont vos influences littéraires ?
Jul
    Perso je suis surtout BD, entre autres Trondheim, Larcenet, Quino, Franquin, etc…(et Bouzard, mon nouveau demi-dieu du moment).
Yf
    J’adore l’anticipation : Hypérion, Endymion, Fondation, dans ton fion, etc…J’aime les bons polars, noir à souhait. Je me bidonne grave devant Larcenet, qui a su trouver le juste mélange entre humour et tendresse.
Bub
    Pas mal de lectures militantes anarchistes, féministes sinon littérairement parlant en ce moment je lis plutôt Primo Levi.
Mom :
    Pareil qu’Yf… J’aime bien Minimal aussi et les My Way, Bruit et Ferraille. Je me démerde toujours pour me retrouver avec une dizaine de zines par an, la littérature militante aussi…


Dernière édition par le Jeu 14 Déc - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.medefinnababylone.com
Jul

avatar

Nombre de messages : 49
Localisation : Place Beauvau
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Interview Medef inna Babylone   Jeu 14 Déc - 15:56

41. Est-ce que vous mangez des enfants, comme la légende le raconte ?
Jul : Seulement les bébé-légumes.
Bubu : Non
Yf : Je préfère le bœuf.
Mom : Ben vu qu’y en a plein les congélos et les étangs, faut pas gâcher. Ca peut considérablement améliorer le quotidien des RMistes.

42. Et si non, pourquoi ?
Jul :Ben si justement.
Bubu :passqu’ils sont remplis de vomis et de selles liquides
Yf : Parce qu’ils n’ont pas le goût du bœuf.
Mom :Ben si ils ont pas été congelés à temps ou bien recongelés, c’est pas bon pour toi, c’est pas bon pour moi…

43. Vous chantez parfois dans une langue étrange. Que pensez-vous du régionalisme (occitan, breton, normand...) ?
Bubu :
Sans diversité pas de mixité, et parallèlement sans mixité pas de diversité : c’est le paradoxe des replis identitaires nationalistes ou régionalistes
Jul :
On vient de répondre à un autre gusse qui nous posait exactement la même question. Ctrl-c, ctrl-v et voilà :
Le problème n'est pas de s'enfermer dans un folklore basé sur la survie d'une culture pour le principe. Les gens qui parlent occitan, breton etc… ont le droit de continuer à vivre en pratiquant leur langue et en développant leur culture, c'est plutôt comme cela qu'il faudrait tourner la chose. Mais une fois que la langue est morte et enterrée, c'est fini. Sinon il faudrait aussi pleurer le latin, l'araméen etc...
Pareil pour les régions: les gens ont individuellement le droit de vivre différemment, parce qu'il n'y a pas de vérité absolue en la matière. Mais le côté identitaire régional par contre, là on entre dans le communautarisme, et si on doit répondre de façon synthétique, ben nous y serions plutôt opposé. Les langues doivent rester un moyen de communication et ne pas devenir un critère d’identification.
Yf :
Me fous de l'identité des régions. Par contre, je ne me fous pas de la manière dont l'état va contrôler la vie des gens, par exemple en réduisant leur propre langue au silence.
Mom :
Le problème du régionalisme ou du communautarisme, c’est le cloisonnement entre catégories qui se ressert et qui ne laisse pas d’interstices pour les non catégorisables…

44. Trouvez-vous que c'est de la merde ?
Jul : Non.
Yf : Ben si, un peu quand même.
Mom : Punk Water(Closed) ã
Bubu : Je crois pas trop quand même

45. Si non, pourquoi donc ?
Jul : Ah si en fait, on a changé d’avis.
Yf : Ben non, beaucoup quand même.
Bubu : Je sais plus, j’y crois pas je crois…

46. Avez-vous vu Les galettes de Pont-Aven avec Jean-Pierre Marielle ? Combien de fois ?
Jul : 0 fois.
Yf :1 fois. M’en souvient que très vaguement…
Bub :C’est un film ?
Mom :Me souviens, parapluies et libido. Je connais un mec qui est au moins aussi érotomane que Marielle, mais il était livreur de poisson ( et pas représentant en parapluies ), du coup, l’avait moins de succès…

47. Préférez avoir tort avec Sartre que raison avec Christine Arron ?
Jul : Ben, vaut mieux avoir tort avec Sartre qu’avec Christine Arron, parce que si tu l’as vexé et qu’il te course au moins t’as une chance de le semer.
Yf : Arron petit, pas tapon.
Bubu : ca rime, c’est bon pour des paroles de chansons ca, yes !

48. Beurre demi-sel ou pas ?
Jul :J’suis plutôt huile d’olive personnellement.
Yf :Beurre doux.
Bub : C’est quoi la bonne réponse ?
Mom : Ben ca dépend. Si tu dois faire des pâtes au beurre pour quelqu’un qui a un régime sans sel, le demi-sel, pas bon. Sinon, le demi-sel, c’est plus pratique à la sortie du frigo…

49. Elvis est-il toujours vivant ? si oui, où se cache-t-il ?
Jul : Sur ses toilettes.
Bubu : Les parodies du rock’n’roll ne m’intéressent pas
Yf : Bien dit, Bubu. Je répondrai comme ça, sans réfléchir, dans ton cul.
Mom : c’est mon père ( cf réponse 23 ).

50. C'est quoi la pire chanson française ridicule of the world ?
Yf :“Les femmes” de Jean-Luc Lahaie.
Jul :Il y a un pote aux René Binamé nommé DJ Vide la Salle qui en a une tripotée difficile à départager. Dans la catégorie « pire chanson mais qui est trop bien en fait », je choisirais personnellement « La cicrane et la froumi» de Pit et Rik.
Bub : J’hésite entre tous les revival de série Télé pour enfants.
Mom: La marseillaise.


Dernière édition par le Jeu 14 Déc - 16:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.medefinnababylone.com
Jul

avatar

Nombre de messages : 49
Localisation : Place Beauvau
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Interview Medef inna Babylone   Jeu 14 Déc - 15:56

51. Comment vous suicideriez-vous si vous aviez à le faire ?
Jul :
    Je me petit-suiciderais.
Yf :
    Je pense que j’aurai vraiment les boules. Du coup, faudrait que je monte un plan pour mourir, mais que ce soit par accident, ou plutôt par surprise. Je pense que je demanderai à Bubu de venir m’écraser en voiture, un jour entre aujourd’hui et la fin de ma vie. Comme ça, sans prévenir. On peut dire que c’est un suicide, mais j’aurai pas peur au moment de mourir.
Bub :
    Je chercherai le livre censuré de Claude Guillon et Yves Le Bonniec : « Suicide Mode d’emploi ». Ensuite je regarderai les solutions proposées avec leurs avantages et leurs inconvénients. Pour l’instant, je n’y ai pas pensé sérieusement, mais la question se pose effectivement.
Mom
    Je voterais Le Pen, et j’inciterais tous mes potes à faire pareil. Dans tous les cas, soit c’est eux qui me tuent, soit c’est lui…

52. Sarkozy acclamé à l'université d'été du Medef, vous êtes jaloux ?
Bubu : Réjoui au contraire, les opposés s’attirent (hein quoi ? ah non ! c’est pas le bon : qui se ressemble s’assemble alors)
Yf : Je donnerai toutes mes baguettes pour être à la place de Nicolas.
Mom : La famille, c’est important. Manque que patrie et travail…

53. Pouvez vous expliquer votre présence sur une compile nationaliste aux cotés de Bimbo Killers? ...et de pogomarto.
Jul : C’est pour diversifier le public.
Bubu : C’est la faute à Bimbo Killers
Yf : C’est la faute à Trauma Social.
Mom : J’ai les boules.

54. Pourquoi la flûte traversière? C'est un choix de base ou vous avez intégré cet instrument par hasard?
Bubu : J‘hésite entre une attirance fortuite pour Jethro Tull ou l’écoute de Jahn Darcq Orgasm voire Red Wings Mosquito Stings qui ont donné l’envie de continuer !
Yf : Le choix de base, s’il y a eu, c’est de jouer avec Bubu. Et Bubu, c’est livré avec une flûte traversière. C’est comme ça.
Mom : c’est du pipeau tout ça…

55. Bub est-il un mutant doté de plusieurs paires de poumons, ou chante/joue-t-il en play-back? Quel est son secret beauté du souffle?
Jul : Si tu savais combien il pue du bec tu ne poserais pas cette question.
Yf : Bubu est la personne la plus impressionnante que je connaisse. Ca fait 7 ans que je m’extasie derrière ma batterie à le voir sauter, souffler, chanter, se faire des entorses du genou, etc… Parfois, il tourne le dos aux gens pour me regarder. Son regard exprime toute la détresse respiratoire du monde. Dans ces moments, il me brise le cœur, et j’ai envie de lui payer un demi d’oxygène dans la minute.
Mom : En temps normal, il pète beaucoup. Du coup, il se bouche le cul en concerts, et ça ne sort plus que par le haut … Magique, hein. C’est comme les ours pendant l’hibernation. Ils se bouchent le cul avec une motte de terre, pour que les fourmis n’entrent pas dans l’appareil digestif, faire la razzia, pendant qu’ils dorment, ces fainéants…
Bubu : Je me souviens d’une campagne contre le playback à l’époque quand j’étais petit qui m’avait marqué. La fin des spectacles vivants tout ca… Faire du playback, c’est une démarche de show buisness… Non, on a mieux, on a un Roland SPD qui retient beaucoup mieux que nous ce qu’il faut dire et comment le dire !

56. Pensez vous qu'il y a un problème au niveau des groupes dit engagés mais ne faisant qu'une critique superficielle de la société (sarko pas bô, le pen la haine) ?
Jul : Les goûts et les couleurs sont une chose, la défense d’une étiquette en est une autre. Critiquer le prétendu engagement (ou « intégrité », autre mot qui revient souvent) de tel ou telle autre personne sous des critères rhétoriques reviendrait quelque part à un communautarisme intellectuel dont je ne suis pas friand. De plus cela reviendrait à s’ériger en gardiens auto-proclamés de ces idées, et le gardiennage c’est pas mon trip.
Yf : Ce n’est pas aux groupes qu’il faudrait s’y prendre, mais plutôt au public. Si les gens s’éclatent sur la musique, sans faire gaffe aux paroles, soit. Je n’ai pas de critiques à formuler sur l’engagement de tel ou tel groupe. Je critique les Medef, parce que c’est ce que je fais. Les autres sont libres de faire comme bon leur semble. Je n’aime pas également participer au débat sur l’intégrité de tel ou tel groupe. Ca me fait halluciner à quel point il existe des diktats dans le punk : téléchargement libre, SACEM free, etc… Peut-on juger l’engagement d’un groupe sur ces axiomes ? Je ne le crois pas.
Mom : Je pense pour ma part que c’est dans les actes qu’on s’engage… Je connais des groupes qui ne s’engagent pas dans leurs textes mais qui sont activistes à leur manière… Genre un pote qui joue dans un groupe de musique de chambre psychédelico-électrique sans paroles qui s’est récemment fait gaulé pour avoir libéré des oies d’un clapier industriel…
Bubu : ya pas de problèmes ya que des solutions… Chacun-e fait ce qu’el veut, maintenant ya de quoi pas être d’accord et s’exprimer au besoin avec une certaine efficacité… Les groupes dit engagés sont peut-être des « artistes » (beurk) qui se servent d’une image : il suffit de voir la démarche et les moyens employés pour voir s’ils sont en adéquation avec la fin et l’engagement proposé.

57. N'est ce pas pire qu'un groupe qui ne parle franchement de rien ?
Jul : Il y a de très belles chansons qui ne parlent de rien.
Yf : La milite est un sujet. La musique, notamment punk, se prête merveilleusement bien à la diffusion de ce type de message. On a eu une discussion avec les Binam à ce sujet. La musique, ça doit rester un moment de fête. J’aime pas certains trucs engagés, j’aime d’autres trucs pas engagés, l’important, c’est de passer un bon moment.
Mom : Le pire, c’est d’avoir une conversation qui parle de rien. Quand ça m’arrive de parler pour rien dire, j’ai les boules ( si je m’en souviens )… Alors, si en face de moi, j’ai quelque chose qui me parle pas, j’utilise la téléportation, soit une cinquantaine de pas de coté et je suis ailleurs.
C’est surtout en prison qu’on te fait sentir l’anéantissement par le rien . Après t’as le choix d’écouter, de ne pas écouter, de contribuer etc.
Bubu : C’est dur de ne parler de rien, j’veux dire, le zéro comme nombre a part entière a commencé à être utilisé au début du XXième siècle… la peur du rien…

58. Est ce que c'est pas juste un truc pour éviter les ennuis et ensuite laisser libre cours à leur beauferie ?
Jul : S’il y avait un vaccin à la connerie cela se saurait. S’imaginer que l’on va identifier demain un critère simple qui permettrait de dire « de ce côté là du trait, tout le monde il est intelligent » est un peu prématuré. On retrouve donc dans toutes les scènes la représentativité exhaustive de la diversité humaine, dans tout ce qu’elle peut réserver de parfois déplorable.
Yf : Pfiou, alors là, j’ai rien à ajouter.

59. Le manque de critique radicale de l'ordre hétéro-normal est elle une insuffisance à la scène ou un besoin vital de respirer deux minutes ?
Jul : C’est aussi un discours monolithique de la part de toute une scène qui pourrait être contre-productif. Personnellement je préfère l’entendre bien exprimé par un ou deux groupes qu’aveuglément récité par dix mille.
Yf : « La scène » n’est pas sensée remplir un nombre pré-défini de fonction de communication sur l’homophobie, le sexisme, etc… « La scène » fait ce qu’elle peut. A nouveau, je n’attends rien de « la scène », si ce n’est qu’elle se bouge elle-même avec l’énergie du DIY pour survivre (échange de plans, etc…).
Mom : A un niveau plus « dual », ma langue courante est le français. Le français n’a pas de genre neutre. Déplorable. La lutte contre l’hétéro-normalité commence, pour moi, par exemple, par me flageller à chaque fois que j’utilise des insultes dont je n’ai compris le sens que bien après qu’elles se soient automatisées dans le cerveau. Alors, je vais te dire, avant de me prendre la tête avec la scène, je me prends déjà suffisamment la tête tout seul et avec ceux que je côtoie. Après, s’il y a encore de la marge, je veux bien faire chier d’autres et ça m’arrive…
Bubu : une insuffisance à la société et la critique radicale est l’occasion de respirer deux minutes dans cette société vidéosurveillée.

60. Vous sentez vous visés par ces questions ? Est ce que vous pensez que je vous aie visés ?
Jul : Personne n’est parfait.
Yf : Maintenant que tu le dis… A la base, on fait de la musique pour nous. Les gens qui viennent pour la soirée, ils ne font pas les milliers de km en camion, etc… Ils viennent passer un bon moment, s’ils le veulent. On débat entre nous des paroles, parce qu’on va ensuite le gueuler dans tous les coins. J’aime bien débattre avec les gens de ce qu’on dit dans nos chansons, ou bien de la manière dont on se comporte. Mais globalement, l’important est avant tout d’être sur la même ligne entre nous, membres des MiB.
Bubu : visé non, concerné oui.


Dernière édition par le Jeu 14 Déc - 16:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.medefinnababylone.com
Jul

avatar

Nombre de messages : 49
Localisation : Place Beauvau
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Interview Medef inna Babylone   Jeu 14 Déc - 15:58

61. C'est quoi ce délire sur l'Occitanie ?
Voir #43

62. Vous savez que je ne pense pas que vous ayez des textes débiles ?
Jul : Je ne savais pas. On se connaît ?
Yf : Cool. Ca prouve que tu les as lus ;-)

63. Quelle place laissez vous aux relations bucco génitales dans votre travail de tous les jours ?
Jul : Ce n’est pas du travail.
Yf : Toute la place.
Mom : toute la place, parce que je suis terriblement membré…

64. Que pensez vous de la présence de l'Otan en ex Yougoslavie ?
Yf : Que dalle.
Jul : Pourquoi « ex » ? Ils ne sont plus ensemble ?
Mom : c’est moins sournois que 10 macDo dans ta ville…Et plus sournois qu’Hitler élu par les allemands pour faire rempart aux « communistes » de l’époque.
Bubu : Tiens c’est intéressant cette question : je viens d’apprendre que le Monténégro était indépendant depuis le 3 juin 2006, comme quoi…

65. Avez vous déjà poussé un aveugle du haut d'un escalier ?
Jul : Oui, parce qu’il était méchant.
Yf : Si Le Pen avait eu plus qu’un œil de verre, alors j’aurais pu.
Mom : Non, mais je lui ai déjà filé mes clefs de voitures parce que j’étais trop bourré ( d’ailleurs c’était moi, et j’ai mal fini, enfin, dans une caisse, quoi )
Bubu : Non, parce qu’il était gentil.

66. Que vous inspire la situation en Irlande du Nord ?
Jul : Il doit y faire plus froid qu’au sud.
Yf : Une raison de plus pour supprimer les religions, surtout quand elles deviennent prétexte de conflits.
Mom : Ben plus au sud, Ca aurait pu être un paradis fiscal, genre les Bahamas…
Bubu : Un histoire de violence incontrolée : à ce niveau, le Vent se lève de Ken Loach retrace bien ces débordements aveugles ou il faut tuer les méchants même si ça fait mal au cœur…

67. A partir de quel âge peut on être punk ?
Yf : Je pense qu’être punk et marcher à 4 pattes, c’est dangereux pendant les concerts. Je pense également qu’il vaut mieux savoir parler, pour débattre. Donc je dirai que 3-4 ans me semble un bon âge pour débuter.
Mom : No rules
Jul : Le plus tard possible serait le mieux.
Bubu : A partir du moment ou tu as assez de jugeotte pour comprendre que tu es normé.

68. Cherchez vous un chaton à adopter ?
Jul : Pas pour le moment.
Yf : Nan, c’est bon, on a Bubu.
Mom : j’ai faim
Bubu : Quand tu adoptes, c’est que tu donnes à quelqu’un le rang et les droits d’être ton fils ou ta fille. En dehors de l’aspect légaliste ou humaniste, tant que le chaton a pas sa parole à dire, je trouve que c’est une relation absurde voire déviante, autoritairement parlant.

69. Quel est le sens de la vie ?
Jul : Pour çà mon gars il faut payer.
Yf : On ne peut pas parler d’un sens de la vie, mais de plusieurs sens de la vie, propre à chacun. Le sens de ma vie, c’est dans un premier temps m’amuser en faisant de la musique. Dans un second temps, vivre en accord avec mes principes, qui par essence, évoluent sans cesse. Donc c’est pas gagné…
Mom : Réponse formaliste, au jour d’aujourd’hui, on a pas encore rigoureusement défini « vie ».
Bubu : 44

70. à lire rapidos il me semble qu'on a pas demandé pourquoi ce nom. Je demande donc.
Jul : Je sais plus.
Yf : Selon Wikipédia : « En 1998, fraîchement élu à la tête du CNPF (Conseil national du patronat français), Ernest-Antoine Sellieres change le nom de ce regroupement de dirigeants d'entreprises en MEDEF (Mouvement des entreprises de France) dans un souci de valoriser le côté entreprenarial en lieu et place de la fonction dirigeante. Voulant ironiser sur ce symbole de la place grandissante de l'économie dans une société intrinsèquement corrompue par le pouvoir (Babylone), et pour rebondir sur les jeux d'images dont se parent les dirigeants de celle-ci, le groupe accole le nom du groupement de patrons et celui de la ville antique autour de l'article "inna", figurant un délire reggae à l'ensemble. »
Mom : tout est dit…
Bubu : Comme disait Max Romeo : « War ina Babylon », reggae rules !


Dernière édition par le Jeu 14 Déc - 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.medefinnababylone.com
Zabos

avatar

Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Re: Interview Medef inna Babylone   Jeu 14 Déc - 16:39

bah chuis content de ma lecture.

Mais vous m'avez niqué les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
Cru$h

avatar

Nombre de messages : 197
Age : 27
Date d'inscription : 29/03/2006

MessageSujet: Re: Interview Medef inna Babylone   Jeu 14 Déc - 16:41

Ouf!!
J'ai failli tout lire mais un peu trop le bordel a la fin (je reviendrais). :flower:
Merci d'avoir repondu a ma question. :D
Moi aussi j'ai les boules (heureusement que ca se vend pas...).
En tous cas merci bien, il me reste plus qu'a vous voir sur scene.
:salut:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pogomarto.net
Jul

avatar

Nombre de messages : 49
Localisation : Place Beauvau
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Interview Medef inna Babylone   Jeu 14 Déc - 18:39

Zabos a écrit:
bah chuis content de ma lecture.

Mais vous m'avez niqué les yeux.
Ben t'avais qu'a attendre qu'on ait fini la mise en page !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.medefinnababylone.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview Medef inna Babylone   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview Medef inna Babylone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Interview] Chat sur Habbo.it : "Gustav & Georg sont là, près de moi"
» [Interview] Bill Kaulitz pour Stern magazine
» Interview fred schneider
» [Interview] GQ : Tokio Hotel - Pourquoi vous devez maintenant prendre les Super-jumeaux au sérieux !
» [Interview] Tokio Hotel réponds aux questions d'NRJ.de

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Interviews :: Interviews DCEDF-
Sauter vers: