Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Extraits et Citations _ La Révolution des Fourmis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Extraits et Citations _ La Révolution des Fourmis   Sam 27 Mai - 12:33

Bon, comme depuis quelques jours, je me suis aperçu de l'immense impact qu'à créer les citations nihilistes, je récidive avec quelques "articles" du romancier Bernard Werber pris dans le roman La Révolution des Forumis paru chez Albin Michel retrouvé dans mon ancien site.
http://membres.multimania.fr/newo/



L'Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu - Tome III

DE L'INTÉRÊT DE LA DIFFÉRENCE : Nous sommes tous des gagnants. Car tous, nous sommes issus de ce spermatozoïde champion qui l'a emporté sur ses trois cent millions de concurrents. Il a gagné le droit de transmettre sa série de chromosomes qui ont fait que vous êtes vous et personne d'autres. Votre spermatozoïde
était quelqu'un de vraiment doué. Il ne s'est pas englué dans quelque recoin. Il a su trouver la bonne voie. Il s'est arrangé peut-être pour barrer le chemin à d'autres spermatozoïdes rivaux.
On a longtemps cru que c'était le spermatozoïde le plus rapide qui réussissait à féconder l'ovule. Il n'en est rien. Plusieurs centaines de spermatozoïdes parviennent en même temps autour de l'oeuf. Et ils restent là à attendre, dandinant du flagelle. Un seul d'entre eux sera élu. C'est donc l'ovule qui choisit le spermatozoïde gagnant
pami toute la masse de spermatozoïdes quémandeurs qui se pressent à sa porte. Selon quels critères ? Les chercheurs se sont longtemps interrogés. Ils ont récemment trouvé la solution : l'ovule jette son dévolu sur celui qui "présente les caractères génétiques les plus différents que les siens". Question de survie. L'ovule ignore qui sont les deux partenaires qui s'étreignent au dessus-de lui, alors il cherche tout simplement à éviter les problèmes de consanguinité.
La nature veut que nos chromosomes tendent à s'enrichir de ce qui est différent et non de ce qui leur est similaire.

--------------------------------------------------------------------------------

DIFFERENCE DE PERCEPTION : On ne perçoit du monde que ce qu'on est préparé à en percevoir. Pour une expérience de physiologie, des chats ont été enfermés dès leur naissance dans une petite pièce tapissée de motifs verticaux. Passé l'âge seuil de formation du cerveau, ces chats ont été retirés de ces pièces et placés dans des boîtes tapissées de lignes horizontales. Ces lignes indiquaient l'emplacement des caches de nourriture ou de trappes de sortie, mais aucun des chats éduqués dans les pièces aux motifs verticaux ne parvint à se nourrir et à sortir. Leur éducation avait limité leur perception aux événements verticaux.
Nous aussi, nous fonctionnons avec ces mêmes limitations de la perception. Nous ne savons plus appréhender certains événements car nous avons été parfaitement conditionnés à percevoir les choses uniquement d'une certaine manière.

--------------------------------------------------------------------------------

STRATEGIE IMPREVISIBLE : Un esprit observateur et logique est capable de prévoir n'importe quelle stratégie humaine. Il existe cependant un moyen de
demeurer imprévisible : il suffit d'intégrer un mécanisme aléatoire dans un processus de décision. Par exemple, confier au sort d'un tirage aux dés la direction dans laquelle lancer la prochaine attaque.
Non seulement l'introduction d'un peu de chaos dans une stratégie globale permet des effets de surprise mais, de plus, elle offre la possibilité de garder secrète la logique qui sous-tend les décisions importantes. Personne ne peut prévoir les coups de dés.
Evidemment, durant la guerre, peu de généraux osent soumettre aux caprices du hasard le choix de la prochaine manoeuvre. Ils pensent que leur intelligence suffit. Pourtant, les dés sont assurément le meilleur moyen d'inquiéter l'adversaire qui se sentira dépassé par un mécanisme de réflexion dont il ne saisit pas les arcanes. Déconcerté et désorienté, il réagira avec peur et sera dès lors complètement prévisible.

--------------------------------------------------------------------------------

CONSCIENCE DU FUTUR : Qu'est-ce qui différencie l'homme des autres espèces animales ? Le fait de posséder un pouce opposable aux autres doigts de la main ? Le langage ? Le cerveau hypertrophié ? La position verticale ? Peut-être est-ce tout simplement la conscience du futur. Tous les animaux vivent dans le présent et le passé. Ils analysent ce qui survient et le comparent avec ce qu'ils ont déjà expérimenté. Par contre, l'homme, lui, tente de prévoir ce qui se passera. Cette disposition
à apprivoiser le futur est sans doute apparue quand l'homme, au néolithique, a commencé à s'intéresser à l'agriculture. Il renonçait dès lors à la cueillette et à la chasse, sources de nourriture aléatoires, pour prévoir les récoltes futures. Il était désormais logique que la vision du futur devienne subjective, et donc différente pour chaque être humain. Les humains se sont donc mis tout naturellement à élaborer un langage pour décrire ces futurs. Avec la conscience du futur est né le langage qui le décrirait.
Les langues anciennes disposaient de peu de mots et d'une grande grammaire simpliste pour parler du futur, alors que les langues modernes ne cessent d'afiner cette grammaire.
Pour confirmer les promesses du futur, il fallait, en toute logique, inventer la technologie. Là a résidé le début de l'engrenage.
Dieu est le nom donné par les humains à ce qui échappe à leur maîtrise du futur. mais la technologie leur permettant de contrôler de mieux en mieux ce futur, Dieu disparaît progressivement, remplacé par les météorologues, les futurologues, et tous ceux qui pensent savoir, grâce à l'usage des machines, de quoi demain sera ainsi
et non autrement.

--------------------------------------------------------------------------------

COMMUNICATION DES BEBES : Au treizième siècle, le roi Frédéric II voulut faire une expérience pour savoir quelle était la langue "naturelle" de l'être humain.
Il installa six bébés dans une pouponnière et ordonna à leurs nourrices de les alimenter, les endormir, les baigner, mais surtout ... sans jamais leur parler. Frédéric II espérait ainsi découvrir quelle serait la langue que ces bébés "sans influence extérieur" choisiraient naturellement. Il pensait que ce serait le grec ou le latin, seules
langues originelles pures à ses yeux. Cependant, l'expérience ne donna pas le résultat escompté. Non seulement aucun bébé ne se mit à parler un quelconque langage mais tous les six dépérirent et finirent par mourir. Les bébés ont besoin de communication pour survivre. Le lait et le sommeil ne suffisent pas. La communication est aussi un élément indispensable à la vie.

--------------------------------------------------------------------------------

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo


Dernière édition par le Sam 27 Mai - 13:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Extraits et Citations _ La Révolution des Fourmis   Sam 27 Mai - 12:33

COMMENT S'INTEGRER : Il faut s'imaginer que notre conscient est la partie émergée de notre pensée. Nous avons 10% de conscient et 90% d'inconscient immergé.
Quand nous prenons la parole, il faut que les 10% de notre conscient s'adressent aux 90% de l'inconscient de nos interlocuteurs. Pour y parvenir, il faut passer la barrière des filtres de méfiance qui empêchent les informations de descendre jusqu'à l'inconscient.
L'un des moyens d'y réussir consiste à mimer les tics d'autrui. Ils apparaissent nettement au moment des repas. Profitez donc de cet instant crucial pour scruter votre vis-à-vis. S'il parle en mettant une main devant la bouche, imitez-le. S'il mange ses frites avec les doigts, faites de même, et s'il s'essuie souvent la bouche avec sa serviette, suivez-le encore.
Posez vous des questions aussi simples que : "Est-ce qu'il me regarde quand il parle ?", "Est-ce qu'il parle quand il mange ?" En reproduisant les tics qu'il manifeste en son moment le plus intime, la prise de nourriture, vous transmettez automatiquement le message inconscient : "Je suis de la même tribu que vous, nous avons les
mêmes manières et donc sans doute une même éducation et les mêmes préoccupations."

--------------------------------------------------------------------------------

STRATEGIE D'ALYNSKI : En 1970, Saul Alynski, agitateur hippie et figure majeure du mouvement étudiant, publia un manuel énonçant dix règles pratiques pour mener à bien une révolution.
1. Le pouvoir n'est pas ce que vous possédez mais ce que votre adversaire s'imagine ce que vous possédez.
2. Sortez du champ d'expérience de votre adversaire. Inventez de nouveaux terrains de lutte dont il ignore encore le mode de conduite.
3. Combattez l'ennemi avec ses propres armes. Utilisez pour l'attaquer les éléments de son propre code de références.
4. Lors d'une confrontation verbale, l'humour constitue l'arme la plus efficace. Si on parvient à ridiculiser l'adversaire ou, mieux, à contraindre l'adversaire à se
ridiculiser lui-même, il lui devient très difficile à remonter au créneau.
5. Une tactique ne doit jamais devenir une routine, surtout lorsqu'elle fonctionne. Répétez-la à plusieurs reprises pour en mesurer les forces ou les limites, puis
changez-en. Quitte à adopter une tactique exactement contraire.
6. Maintenez l'adversaire sur la défensive. Il ne doit jamais pouvoir se dire :"Bon, je dispose d'un répit, profitons-en pour nous réorganiser." On doit utiliser tous les éléments extérieurs possibles pour maintenir la pression.
7. Ne jamais bluffer si on n'a pas les moyens de passer aux actes. Sinon on perd toute crédibilité.
8. Les handicaps apparents peuvent se transformer en les meilleurs des atouts. Il faut revendiquer chacune de ses spécificités comme une force et non comme une faiblesses.
9. Focaliser la cible et ne pas en changer durant la bataille. Il faut que cette cible soit la plus petite, la plus précise et la plus représentative possible.
10. Si on obtient la victoire, il faut être capable de l'assumer et d'occuper le terrain. Si on n'a rien à proposer de nouveau, il ne sert à rien de renverser le pouvoir en place.

--------------------------------------------------------------------------------

INSTINCT GUERRIER : Aime tes ennemis. C'est le meilleur moyen de leur porter sur les nerfs.

--------------------------------------------------------------------------------

DEFINITION DE L'HOMME : Avec tous ses membres développés, un foetus de six mois est-il déjà un homme ? Si oui, un foetus de trois mois est-il un
homme ? Un oeuf à peine fécondé est-il un homme ? Un malade dans le coma, qui n'a pas repris pas repris conscience depuis six ans, mais dont le coeur bat et les poumons respirent, est-il encore un homme ?
Un cerveau humain, vivant mais isolé dans un liquide nutritif, est-il un homme ?
Un ordinateur capable de reproduire tous les mécanismes de réflexion d'un cerveau humain est-il digne de l'appellation d'être humain ?
Un robot extérieurement similaire à un homme et doté d'un cerveau similaire à celui d'un homme est-il un être humain ?
Un humain clone, fabriqué par manipulation génétique afin de constituer une réserve d'organes pour pallier d'éventuelles déficiences de son jumeau, est-il un être
humain ?
Rien n'est évident. Dans l'Antiquité et jusqu'au Moyen-Age, on a considéré que les femmes, les étrangers et les esclaves n'étaient pas des êtres humains.
Normalement, le législateur est censé être le seul capable d'appréhender ce qui est et ce qui n'est pas un "être humain". Il faudrait aussi lui adjoindre des biologistes,
des philosophes, des informaticiens, des généticiens, des religieux, des poètes, des physiciens. Car, en vérité, la notion d'"être humain" va devenir
de plus en plus difficile à définir.

--------------------------------------------------------------------------------

CENSURE : Autrefois, afin que certaines idées jugées subversives par le pouvoir en place n'atteignent pas le grand public, une instance policière avait été instaurée :
la censure d'Etat, chargée d'interdire purement et simplement la propagation des oeuvres trop "subversives".
Aujourd'hui, la censure a changé de visage. Ce n'est plus le manque qui agit mais l'abondance. Sous l'avalanche ininterrompue d'informations insignifiantes, plus personne ne sait où puiser les informations intéressantes. En diffusant à la tonne toutes sortes de musiques similaires, les producteurs de disques empêchent
l'émergence de nouveaux courants musicaux. En sortant des milliers de livres par mois, les éditeurs empêchent l'émergence de nouveaux courants littéraires. Ceux-ci seraient de toute façon enfouis sous la masse de la production. La profusion d'insipidités similaires bloque la création originale, et même les critiques qui devraient
filtrer cette masse n'ont plus le temps de tout lire, tout voir, tout écouter.
Si bien qu'on en arrive à ce paradoxe : plus il y a de chaînes de télévision, de radios, de journaux, de supports médiatiques, moins il y a de diversité de création. La grisaille se répand.
Cela fait partie de la même logique ancienne : il faut qu'il n'apparaisse rien d'"original" qui puisse remettre en cause le système. Tant d'énergie est dépensée pour que tout soit bien immobile.

--------------------------------------------------------------------------------

GATEAU D'ANNIVERSAIRE : Souffler des bougies à l'occasionde chaque anniversaire est l'un des rites les plus révélateurs de l'espèce humaine. L'homme se rappelle ainis, à intervalles réguliers, qu'il est capable de créer le feu puis de l'éteindre de son souflle. Le contrôle du feu constitue un des rites de passage pour qu'un bébé se transforme en être responsable. Que les personnes âgées n'aient plus le souffle nécessaire à l'extinction des bougies prouve en revanche qu'elles sont
désormais socialement exclues du monde humain actif.

--------------------------------------------------------------------------------

CHANTAGE : Tout ayant été exploité, il n'existe qu'un seuul moyen pour créer de nouvelles richesses dans un pays déjà riche : le chantage. Cela va du commerçant qui ment en affirmant : "C'est le dernier article qui me reste et si vous ne le prenez pas tout de suite, j'ai un autre client qui est intéressé", jusqu'au plus haut niveau, le gouvernement qui décrète : "Sans le pétrole qui pollue, nous n'aurions pas les moyens de chauffer toute la population du pays cet hiver." C'est alors la peur de
manquer ou la peur de rater une affaire qui va générer des dépenses artificielles.

--------------------------------------------------------------------------------

PARADOXE D'EPIMENIDE : A elle seule, la phrase "cette phrase est fausse" constitue le paradoxe d'Epiménide. Quelle phrase est fausse. Si je dis qu'elle est fausse, je dis la vérité. Donc, elle n'est pas fausse. Donc, elle est vraie. La phrase renvoie à son propre reflet inversé. Et c'est sans fin.

--------------------------------------------------------------------------------

Propos de l'auteur, Bernard Werber :
J'arrive à trouver une définition de ma démarche. Ce sont les 4 A.
AUTODIDACTE : j'apprends tout seul, par la lecture des ouvrages de mon choix et en discutant avec des amis qui détiennent un savoir qui me manque.
AGNOSTIQUE : je n'ai aucune certitude. Je pense que ceux qui disent "Je sais qu'il y a un Dieu" se trompent car il n'est pas de preuve de son existence. Je pense que ceux qui sont athées et qui disent "Je sais qu'il n'y a pas de Dieu" se trompent aussi. Car il n'y a pas de preuve de son absence. En fait nous ne savons rien et c'est justement cette ignorance qui nous pousse à nous renseigner et à explorer.
AUTONOME : je ne dépends d'aucune philosophie, maître à penser, groupe intellectuel ou dogme. Je crois que chacun doit se faire sa propre opinion à partir de son expérience personnelle qui n'est comparable à aucune autre.
ANARCHISTE : l'idéal de l'homme est d'être libre, responsable de lui-même. Sans qu'il ait besoin de gouvernement, de police, de superstitions, de récompenses ou punitions. Sans qu'il ait besoin qu'on lui indique ce qu'il doit faire. Mais cela demande un civisme et une éducation parfaite. Pour l'instant ce n'est pas possible. Mais il faut préparer le terrain pour qu'un jour (même si c'est dans mille ans), l'humanité y arrive. Dans la "La Révolution des Fourmis" je recherche une méthode pratique pour réussir une révolution douce non-violente, sans spectaculaire, pour changer les mentalités et sortir du système des castes. Internet me semble l'outil pour y parvenir. Je mets au point le concept de VMV (recherche de la voie de moindre violence) et d'Arbre des futurs. Plus le concept de "Infraworld", le jeu où les pièces sont douées du libre arbitre.
[/quote]

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Extraits et Citations _ La Révolution des Fourmis   Mar 28 Déc - 21:57

Remember ;)

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Extraits et Citations _ La Révolution des Fourmis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Extraits et Citations _ La Révolution des Fourmis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [shoot]mtv.com leur évolution
» Myspace évolution
» L'évolution des montagnes russes
» Les citations collector de V.S.
» citations ROCK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: