Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Pensées salariées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zabos



Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Pensées salariées   Jeu 24 Mar - 20:04

Pensées salariées

03.12.04
Le travail est une chose étonnante. Tu en as, tu es malheureux d’y aller. Tu n’en a pas, tu es malheureux de ne pas en avoir.

Il te mène en bateau sans que tu ne comprennes ni où ni comment. Tu n’as pas de travail, on te culpabilise. Tu en as, on te culpabilise. La vie tient à la culpabilisation. Et ça pue.

On a tous connu les rues humides d’une ville, vers six heures du matin, quand ça dégouline de partout, l’hiver, que même ça dégouline dans ta tête et dans tes membres et que tu t’étonnes de ne pas dégouliner toi aussi. Les voitures rampent dans la brume, les passants comme toi, rares, sont anonymes et glissent vite dans l’oubli, avec juste leur bonnet et leur tête rentrée dans leur col qui se détache un dernier instant sur le fond noir et calamiteux du petit matin.

Cette ambiance propre aux trains régionaux, aux cars, à l’aube, ce petit groupe de gens aux traits tirés, la tribu des sans-voitures, des petits employés, des ouvriers, pas mal de jeunes en apprentissage… des gens qui se laissent raconter les derniers bouts de nuit à la fenêtre d’un bus qui les emmène de bourgade en bourgade, de village en village, de petite ville de province en hameau perché sur des collines…

Comment chacun voit les choses ? Je me demande ce qui traverse la tête de ces gens quand les lampadaires blancs des ZAC à l’inégalable vulgarité se reflètent dans leurs yeux vitreux, embués, perclus de sommeil ? Même si, à l’occasion d’une grève des chauffeurs, ils plaisantent avec le conducteur non-gréviste et se rassurent, sur le mode viril, en se créant l’illusion du courage pour être là si tôt le matin, le doute, la lucidité voient-ils le jour dans leurs têtes mélancoliques quand réduits au silence faute de fanfaronnades ils s’abandonnent de nouveau au non-paysage d’un bord de départementale opaque d’humidité stagnante ?

On te dit que le travail c’est la liberté. Souvent, il a des airs d’esclavage. Imagine pour celui qui ne travaille pas… si tu n’es même pas un esclave… et on te le reproche, en plus…

Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
éké
Invité



MessageSujet: Re: Pensées salariées   Ven 25 Mar - 19:56

...et c'est là que j'me dit que chui quand meme content de plus travailler, d'etre payé à rien foutre au lieu de me lever à 4h30 le matin comme y'a qq mois, et voir les meme tetes de décalqués dans le bus froid.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pensées salariées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pensées amusantes
» Transmission de pensée
» Pensée philosophique du jour
» Pensées Nocturnes "Grotesque"/ Avant-Garde Black Metal!!
» Pensées Nocturnes "Grotesque"/ Avant-Garde Black Metal!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Vos merdes pseudos artistiques-
Sauter vers: