Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ici les infos sur les actions anti CNE/CPE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Ici les infos sur les actions anti CNE/CPE   Sam 25 Mar - 11:10

Citation :
Je sais que pour la plupart vous n'en avez rien à faire et vous ne vous sentez pas concernés mais c'est important pour nous étudiants en fac...
Je vous écris pour vous demander votre soutien aux étudiants qui se trouvent pris en otage par les manifestations actuelles mais aussi pour vous exposer la réalité de notre situation bien loin de celle que les médias comme à leur habitude déforme. Je suis étudiante en master de droit des affaires à Paris X - Nanterre et je suis révoltée face au blocus des universités.
Premièrement il faut rétablir la vérité, la majorité des étudiants sont contre ce blocus sauf que nous subissons des menaces et des intimidations alors peu d'entre nous osent prendre la parole. De plus, les médias font preuve d'une véritable manipulation dans leurs reportages et oublient bien souvent de mentionner les moyens totalement anti-démocratiques utilisés par ces manifestants.
Tout d'abord, les assemblées générales qui ont été diffusées à la télévision ne sont qu'une mascarade: ainsi lorsque le résultat d'une première AG avait donné le non au blocus majoritaire, dès le lendemain une seconde AG éait organisée par une minorité de manifestants pour revoter illégitimement le blocus, ne respectant pas la décision des étudiants.
Enfin l'AG réunissant le plus grand nombre d'étudiants jeudi dernier était un véritable scandale: nous étions majoritaires contre le blocus alors ils nous ont d'abord imposé 3 heures de faux débats ( temps de parole inégal et les intervenants autorisés étaient à 90% leurs partisans). Ils ont mené une véritable propagande anti-gouvernementale bien loin du problème du CPE et énoncé des abérrations telles que le CPE facilite le licenciement des femmes enceintes et permet de licencier pour une tenue vestimentaire non conforme en dehors des horaires de travail...
Le problème c'est que la plupart des jeunes (non juristes) le prenne pour parole d'évangile!!!
D'autre part pendant cette assemblée la sécurité laisse des individus circuler avec des foulards cachant leurs visages et manifestement menaçants. Enfin le vote s'effectue à main levée avec des gens qui pour la plupart ne sont absolument pas étudiants mais des syndicalistes ou autres appelés en renfort: nous étions 2000, seulement 750 ont voté pour le blocus et ils ont quand même déclaré que nous avions perdu!!!
Mais le plus grave ce sont les intimidations et la violence de ces gens que les médias ne dénoncent pas: jeudi et vendredi lorsque des étudiants ont voulu entrer dans leur faculté des bagarres ont éclaté à coups de barres de fer, une jeune fille a été poussée dans les escaliers par des représentants de l'Unef et a été sérieusement blessée mais là encore personne ne dit rien ou ne se scandalise: non toute cette violence est légitimée par le droit de grève?!!!

Enfin lorsque les manifestants étaient minoritaires face aux vrais étudiants qui voulaient accéder aux cours, ils ont fait appel à des lycéens de nanterre arrivant en masse et criant. Ces jeunes n'étaient là que pour nous intimider et n'ont trouvé rien de mieux que de se prendre en photo avec leurs portables devant l'université en nous narguant et chahutant démontrant leurs réelles motivations!!!
C'est donc un appel à l'aide que je vous adresse pour les vrais étudiants qui veulent que leur droit à l'éducation et celui de ne pas faire grève soient respectés. Les dirigeants de notre université étant démissionnaires et les médias refusant de prendre en compte notre témoignage, je vous sollicite donc pour nous aider à rétablir la vérité et pour que l'Université française redevienne un lieu où les libertés individuelles peuvent s'exercer loin des propagandes et de la violence.
Je vous remercie de votre attention et d'essayer de diffuser au maximum ce message.

Ce message traîne sur les messageries.

DÉSINFORMATION - Les malheurs de Sophie

Les otages des manifestants opposés au CPE souffrent du syndrome de Stockholm, mais une voix courageuse ose briser la loi du silence.

Le témoignage de Sophie repose sur des bases vérifiables : le campus de Nanterre a été le théâtre de violents affrontements entre manifestants et le Président de l'Université a décidé de fermer les locaux.

S'il est difficile de vérifier tous les faits dénoncés par le message de Sophie, quelques éléments mettent cependant la puce à l'oreille :

Les médias n'ont pas pris position en faveur des manifestants, ils ont dénoncé les violences survenues à Nanterre, mais aussi à Rennes, à la Sorbonne ou à l'EHESS ; ces évènements sont en général le fait d'éléments perturbateurs extérieurs.
Le point du vue forcément subjectif d'une personne directement concernée par les évènements ne doit pas être pris pour argent comptant. Il ne faut pas perdre de vue le fait que cette situation reste spécifique et ne concerne pas l'ensemble des campus en grêve.
Il n'y a pas eu de "démission" des dirigeants de l'Université de Nanterre : alors que les manifestations dégénéraient, la seule solution pour garantir la sécurité des étudiants était la fermeture des locaux. Le tribunal administratif de Versailles, saisi d'une demande en référé par les opposants au blocage, a donné raison à Olivier Audéoud, le président de l'UPX.

Il est d'ailleurs paradoxal de demander la réouverture du campus dans des conditions aussi délétères.

Enfin, on ne peut que constater l'attitude de certains élus (en particulier Roxanne Decorte et Brigitte Kuster, qui, bien que tenant tribune ouverte et ayant un important investissement citoyen, n'ont visiblement pas souhaité répondre à nos courriers électroniques) qui ont relayé ce message sur leurs sites ou leurs blogs sans procéder à la moindre vérification élémentaire. Pourtant, on ignore qui en est l'auteur : Sophie est un prénom courant, un Master en droit des affaires est un cursus commun et l'UPX est un grand campus... et quand bien même on le saurait, une telle charge contre les dirigeants d'une Université et les représentants d'un syndicat étudiant doit être prise avec précautions.

Tout ceci ne peut que laisser perplexe sur les intentions réelles de l'auteur (ou des auteurs). En effet, il est bien difficile de ne pas imaginer qu'un syndicat étudiant beaucoup moins hostile au CPE aurait ainsi pu trouver en Sophie la parfaite égérie virtuelle (ou tout la moins une porte-parole idéale).

En résumé, quelle que soit votre opinion politique, n'oubliez pas que la situation actuelle est un affrontement entre deux revendications légitimes, le droit de manifester son mécontentement et le droit à l'éducation. Lorsque la balance penche dans un sens ou dans un autre, il faut que ça soit le fait des personnes directement concernées par l'exercice de ces droits, il est inutile voire malsain de vouloir influencer l'une ou l'autre partie avec des arguments discutables.
En langage HoaxBuster, on peut traduire ça par un seul mot : corbeille!

Article par Valentin - HoaxTeam


http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/hoax.php?idArticle=46792

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Avril livrogne



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 25/03/2006

MessageSujet: Re: Ici les infos sur les actions anti CNE/CPE   Sam 25 Mar - 15:21

Je suppose que les personnes de la hoaxteam sont parfaitement désinteressé et n'ont aucune opinion politique. l'équipe de Hoaxboaster ce mele des débats de société maintenant et joue les redresseur de tord, ce genre d'attitude moralisatrice m'énerve.
Revenir en haut Aller en bas
P'tit Biscuit



Nombre de messages : 477
Localisation : Lyon / Paris
Date d'inscription : 17/05/2005

MessageSujet: Re: Ici les infos sur les actions anti CNE/CPE   Sam 25 Mar - 18:10

J'ai depuis belle lurette reçu ce message...
Sachez que je suis également étudiant à Nanterre Paris 10. Je suis en licence d'Histoire.
Ce message est un tissu de mensonges !!!!!!! Je suis tous les jours sur le campus, je suis mobilisé depuis le début et c'est du délire complet ! J'espère que vous me faîtes plus confiance qu'à un message de merde provenant sans aucun doute de l'UNI voire du RED (rassemblement des étudiants de droite - fachos)....

L'attitude des mecs de "hoax machinchose" est remarquable d'objectivité. Chapeau bas. Mais ils se trompent au sujet de "la presse". La seule presse qui est là tous les jours, depuis le début, c'est S. Merle, journaliste au Parisien "édition des Hauts de Seine"... Il n'a jamais décrit aucune violence sur le campus.

Je vous scanerais les articles...

En attendant lisez la réponse que j'ai fait circuler sur le net.
Diffusez là si vous le désirez :

Citation :
Accusation :
>>J'ai pas l'habitude de diffuser des chaines, bien au contraire je
>>les combats. Mais celle-là semble intéressante, car elle montre un
>>point de vue des manifestations qui n'est pas rentransmit par les
>>médias, et je connais pas mal de monde qui sont dans cette
>>situation (donc je SUPPOSE que ces informations sont vraies, à
>>chacun de faire son opinion).

Réponse :

Je suppose... Et bah cette personne suppose mal, très mal, faut pas se fier à une chaine ou à un spam, depuis quand font-ils autorité ? Et puis les média arrêtent pas de nous casser, donc c'est loin d'être un point de vue "différent". La rumeur de la personne "balancée dans les escaliers" a été véhiculée par France 2. Et c'est bien une rumeur. Perso moi on m'avait raconté la version "les étudiants de Nanterre balance des handicapés par les fenêtres"... A savoir qu'une prof a démenti ces accusations dans un communiqué de presse...


Accusation :

>>Je vous écris pour vous demander votre soutien aux étudiants qui se
>>trouvent pris en otage par les manifestations actuelles

Réponse :

Ceci est une insulte aux vrais otages, ceux qu'on menace chaque jour avec un couteau sous la gorge. Personnellement j'ai toujours discuté avec les étudiants et j'en ai convaincu pas mal...

Accusation :

je suis révoltée face au blocus des universités.

Réponse :

Un blocus c'est quelque chose qui a une dimension économique.... L'autre nom du blocus est l'embargo. J'ai pas l'impression qu'on fasse d'embargo sur la fac. Il y a bel et bien un blocage des bâtiments (enfin plus depuis deux semaines vu que le président a fermé la fac), mais pas de blocus...


Accusation :

>>Premièrement il faut rétablir la vérité, la majorité des étudiants
>>sont
>>contre ce blocus sauf que nous subissons des menaces et des
>>intimidations
>>alors peu d'entre nous osent prendre la parole.

Réponse :

Tout d'abord, à propos de "la majorité contre le blocage", c'est pas forcément vrai, même si mon honnêteté ne me permet pas de dire que c'est faux. Deuxièmement, il n'y a aucune menace, faut vraiment arrêter le délire. Moi la seule menace que j'ai entendue, ce sont des saluts nazis face à des étudiants grévistes d'origine arabe, et des allusions sexistes et racistes. Mais ça on en parle pas. Forcément, tout dépend du point de vue...

Accusation :

De plus, les médias
>>font
>>preuve d'une véritable manipulation dans leurs reportages et
>>oublient
>>bien
>>souvent de mentionner les moyens totalement anti-démocratiques
>>utilisés
>>par ces manifestants.

Réponse :

Eh oui, faut se méfier des médias. De plus, ils ont bien plus souvent agit contre les grévistes et les manifestants que pour eux. Moi personnellement je suis contre ces média. Donc jetez votre télé dans vos chiottes.


Accusation :

>>Tout d'abord, les assemblées générales qui ont été diffusées à la
>>télévision ne sont qu'une mascarade : ainsi lorsque le résultat
>>d'une
>>première AG avait donné le non au blocus majoritaire, dès le
>>lendemain
>>une
>>seconde AG éait organisée par une minorité de manifestants pour
>>revoter
>>illégitimement le blocus, ne respectant pas la décision des
>>étudiants.

Réponse :

Bien sûr ! C'est bien beau de dire ça à des centaines d'internautes qui ne sont pas quotidiennement sur le campus de la fac de Nanterre. Sans avis contradictoire, ils ne peuvent pas juger. Donc moi je vous invite tous, internautes français, à venir sur le campus de Nanterre : vous me direz si les votes ne sont pas démocratiques. Moi je suis mobilisé depuis plus d'un mois, et les votes ont toujours été respectés. Enfin bref, tout ça pour dire que de crier sa haine sur le web, sans preuve, c'est vraiment comme de crier dans le désert...

Accusation :

>>Enfin l'AG réunissant le plus grand nombre d'étudiants jeudi
>>dernier
>>était
>>un véritable scandale: nous étions majoritaires contre le blocus
>>alors
>>ils
>>nous ont d'abord imposé 3 heures de faux débats ( temps de parole
>>inégal
>>et les intervenants autorisés étaient à 90% leurs partisans). Ils
>>ont
>>mené
>>une véritable propagande anti-gouvernementale bien loin du problème
>>du
>>CPE
>>et énoncé des abérrations telles que le CPE facilite le
>>licenciement
>>des
>>femmes enceintes et permet de licencier pour une tenue
>>vestimentaire
>>non
>>conforme en dehors des horaires de travail... Le problème c'est que
>>la
>>plupart des
jeunes (non juristes) le prenne pour parole
>>d'évangile!!!
>>D'autre part pendant cette assemblée la sécurité laisse des
>>individus
>>circuler avec des foulards cachant leurs visages et manifestement
>>menaçants. Enfin le vote s'effectue à main levée avec des gens qui
>>pour
>>la
>>plupart ne sont absolument pas étudiants mais des syndicalistes ou
>>autres
>>appelés en renfort: nous étions 2000, seulement 750 ont voté pour
>>le
>>blocus et ils ont quand même déclaré que nous avions perdu!!!

Réponse :

Oula, alors là on en a une belle. "3 heures de faux débats". Bien sûr : expliquer ce qu'est le CPE, c'est un faux débat. Un faux débat où autant de pro CPE que d'anti CPE ont parlé. S'il a duré 3 heures c'était justement pour n'oublier aucun intervenant (venez vérifier par vous même ! vous verrez que chacun peut intervenir ! venez ! moi je vous accueillerais à bras ouverts !).

Et puis bien sûr que certains intervenants étaient anti gouvernement ! Y'a beaucoup de gens en france qui sont contre ce gouvernement. Et forcément quand on conteste une des mesures du gouvernement, c'est bien souvent parce qu'on est contre ce gouvernement. C'est quelque chose qui me semble tout de même assez logique. C'est ce qu'on appelle de la politique non ? Y'a des pour et des contre.

Après on a pas dit que le CPE permettait de licencier plus facilement des femmes enceintes ou des personnes en jogging bla bla bla... On a pris des exemples concrets d'articles parus dans un journal qui s'appelle "le Monde". Des articles qui expliquaient comment des personnes employées en CNE ont été licenciées sans motif valable. Il suffit de fouiller les archives récentes du Monde messieurs dames. (Je ne m'étends pas plus désolé).

Le message parle de "personnes non juristes"... Ca veut dire quoi ? Que les étudiants qui ne sont pas en fac de droit sont tous des abrutis incapables de juger par eux même. Quel mépris... Bref !

Au sujet des "gens avec des foulards" : ça fait un peu penser à un discours du FN, parce que ces gens avec foulard (qu'on appelle "keffieh") sont pour certains des personnes d'origine arabe. Alors oui ça fait peur ! Les gens de banlieue c'est tous des voyous, c'est Sarko qui l'a dit ! Pfff... N'importe quoi ces arguments. Et oui ! Les manifestants anti CPE recrutent des arabes islamistes qui travaillent pour Al Quaeda, faites attention, ils sont vraiment menaçants... Non mais faut arrêter le délire là aussi.

Et puis au sujet des votes. Rétablissons la vérité. Les comptes ont été faits par des anti blocage, il faut le préciser, et ceux là étaient de bonne foi. Les résultats exacts étaient (pour une assemblée de 1500 et non pas 2000, on a jamais mobilisé plus de 1500 étudiants à la fois malheureusement), ces résultats étaient 753 pour le blocage et 556 contre le blocage. Ce à quoi il faut rajouter les nombreuses personnes qui se sont abstenues. Faites le calcul par vous même, vous verrez que ça n'a rien d'aberrant et d'anti démocratique.
>>

Accusation :

>>Mais le plus grave ce sont les intimidations et la violence de ces
>>gens
>>que les médias ne dénoncent pas: jeudi et vendredi lorsque des
>>étudiants
>>ont voulu entrer dans leur faculté des bagarres ont éclaté à coups
>>de
>>barres de fer, une jeune fille a été poussée dans les escaliers par
>>des
>>représentants de l'Unef et a été sérieusement blessée mais là
>>encore
>>personne ne dit rien ou ne se scandalise: non toute cette violence
>>est
>>légitimée par le droit de grève?!!!

Réponse :

Ce faux accident a été diffusé en boucle sur France 2. Donc ça a été médiatisé, ne t'inquiètes pas. J'y étais et je vais te dire comment ça s'est passé. Des grévistes bloquaient un batiment devant lequel il y a avait une volée de marches. Des anti blocage ont fait une petite charge pour forcer le barrage. Ca a créé une bousculade et une personne avec une atèle est tombée du haut de quelques marches. Elle est mal retombée. C'est un accident, et personne ne s'en réjouit (mais alors vraiment pas). De là à dire que des "militants de l'Unef avec la bave aux lèvres ont violenté et menacé une étudiante..." Je pense qu'il faut arrêter les abus et venir voir pas soi même qui sont les grévistes. Ce sont des gens normaux, et environ 70% des gens mobilisés sont non syndiqués et le revendiquent fièrement (d'ailleurs je le revendique !). Bref, encore de la désinformation à laquelle j'essaye de
répondre sans apporter plus de preuves malheureusement, mais j'apporte peut-être un soupçon de bon sens.
>>

Accusation :

>>Enfin lorsque les manifestants étaient minoritaires face aux vrais
>>étudiants qui voulaient accéder aux cours, ils ont fait appel à des
>>lycéens de nanterre arrivant en masse et criant. Ces jeunes
>>n'étaient
>>là
>>que pour nous intimider et n'ont trouvé rien de mieux que de se
>>prendre
>>en
>>photo avec leurs portables devant l'université en nous narguant et
>>chahutant démontrant leurs réelles motivations!!!

Réponse :

Ah ces lycéens de banlieue parisienne hein ! Tous des voyous !... Alalala, dans quel monde vit-on hein ma pauvre dame !
>>

Fin du message :

>>C'est donc un appel à l'aide que je vous adresse pour les vrais
>>étudiants
>>qui veulent que leur droit à l'éducation et celui de ne pas faire
>>grève
>>soient respectés. Les dirigeants de notre université étant
>>démissionnaires
>>et les médias refusant de prendre en compte notre témoignage, je
>>vous
>>sollicite donc pour nous aider à rétablir la vérité et pour que
>>l'Université française redevienne un lieu où les libertés
>>individuelles
>>peuvent s'exercer loin des propagandes et de la violence.
>>


Réponse :

Parce que oui, les étuidiants grévistes seraient contre les cours. Le scoop c'est que les étudiants qui se sont mis en grève sont parmis les plus précaires de la fac. Certains habitent à la cité universitaire et avec la fin de la trève hivernale, ils risquent de se retrouver à la rue à tout moment pour des prétextes fallacieux. Beaucoup de grévistes sont boursiers et mettent leurs études en jeu. Beaucoup se saignent pour payer leurs études (et oui, 180€ par an ça n'est pas quelque chose de facile pour tout le monde). On ne s'est pas inscris à la fac pour louper les cours. Mettez vous bien ça dans le crâne. On est tous sur la sellette et ça ne nous amuse de nous lever à 7h30 tous les matins et d'être mobilisés jusqu'à 18h00. On pourrait s'en passer mais on estime que cette lutte à de l'importance !

Merci pour ceux qui ont lu jusqu'au bout et diffusez cette réponse à ceux qui vous ont envoyé le message original.
Revenir en haut Aller en bas
http://biger.free.fr
Newo



Nombre de messages : 10780
Localisation : Derrière Mars
Date d'inscription : 18/02/2005

MessageSujet: Re: Ici les infos sur les actions anti CNE/CPE   Jeu 15 Juin - 10:23

Citation :


Moins d'un an après la mise en place de la mesure phare du gouvernement, une étude démontre que seuls 10 % des contrats sont de réelles créations de poste.

CNE, emplois fictifs

par Judith RUEFF
QUOTIDIEN : jeudi 15 juin 2006



Après deux ans de galère, Séverine pensait avoir trouvé «un emploi fixe». Un job de saisie de factures dans une petite boîte de transports, payé 1 650 euros brut par mois. «Quand le patron m'a embauchée, il m'a dit qu'un CNE ou un CDI, c'était pareil, raconte cette jeune femme de 31 ans. J'ai demandé : le CNE, c'est pas ce truc où on est sur la sellette pendant deux ans ? Il m'a répondu que c'était pas dans son intérêt de me former pour me mettre dehors ensuite...» Un mois plus tard, devançant le délai légal «parce que l'ambiance était plutôt familiale», elle lui annonce qu'elle est enceinte. Le lendemain, elle est licenciée sans motif. Lancé en août 2005 et réservé aux entreprises de moins de 20 salariés, le contrat nouvelles embauches (CNE) instaure une période de deux ans durant laquelle le contrat peut être rompu sans explication. Mais n'autorise pas pour autant un employeur à se débarrasser d'une femme enceinte, et l'histoire de Séverine finira devant un tribunal. Comme elle, et d'après une enquête publiée hier sur le site du ministère de l'Emploi (1), un petit tiers (30 %) des salariés recrutés en CNE ont déjà quitté l'entreprise au bout de six mois... Virés (38 %), partis à l'amiable (17 %) ou démissionnaires (45 %).

Nuances. Dénoncé comme ultra précaire par les syndicats unanimes, le cousin du CPE pour les petites entreprises fait la fierté du gouvernement : de Villepin y voyait hier «un bon outil pour l'emploi et la croissance», avec «entre 40 000 et 80 000 emplois nouveaux» créés. Il jurait, en début de semaine, que 90 % des personnes ayant signé un CNE depuis dix mois étaient toujours en activité. L'enquête menée auprès de trois mille patrons de PME nuance fortement cet optimisme. Selon ce tout premier bilan, neuf fois sur dix, le CNE est venu remplacer des embauches en CDD ou en CDI. Entre août 2005 et mars 2006, 10 % de ces contrats (soit 44 000 emplois) correspondent à de véritables créations de postes. Ce n'est pas rien, mais on est loin du tiers annoncé par le Premier ministre fin mai. Pour les syndicats, rien n'assure que ces contrats seront durables. «Ce n'est pas le contrat qui fait l'embauche, c'est la croissance», assène Maryse Dumas, de la CGT. «Il est maintenant démontré que l'effet CNE sur l'emploi est marginal et, de plus, il va se réduire avec le temps : dans deux ans, combien restera-t-il de salariés en poste ?»

Conflits. A la CGPME, le patronat des petites entreprises, on surjoue l'enthousiasme. «44 000 créations nettes d'emploi, c'est gigantesque, estime Jean-Eudes Du Mesnil, secrétaire général. Sur la même période, 50 000 emplois auraient été créés selon l'Acoss, 90 000 selon l'Unedic : le CNE a donc été à l'origine d'au moins la moitié d'entre eux. Alors Alléluia !» Pour les PME, le CNE est pourtant une source croissante de conflits. Des dizaines de plaintes pour licenciements abusifs ont été déposées. «Certains patrons ont cru que le CNE leur permettait de faire n'importe quoi, ce qui est évidemment faux», résume un syndicaliste.

(1) Réalisée par la Dares et l'Acoss, consultable sur www.travail.gouv.fr

_________________
Contre ce Monde, pour l'Humanité.
http://www.dailymotion.com/Newo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ici les infos sur les actions anti CNE/CPE   Aujourd'hui à 21:41

Revenir en haut Aller en bas
 
Ici les infos sur les actions anti CNE/CPE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Infos] Costumes de Bill et croquis de la scéne !
» Complément à la lettre d'infos du 08/09/2010.
» Toutes les infos sur le week-end Noël 2010 sur TH-Live !
» Le topic Anti-Spoiler
» Compil anti-NSBM !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: