Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 gland d or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
glandons
Invité



MessageSujet: gland d or   Jeu 12 Jan - 21:23

Jeudi 29 Décembre 2005
Glands d'or 2005

le palmarès en exclusivité !



Voilà donc les bonnes têtes de vainqueurs de cette année (puisque c'est la mode des bilans annuels, autant faire le sien), ce prix est décerné par un jury constitué de l'intégralité des personnes dignes de foi et incontestables que je connaisse : moi. Evidemment, c'est subjectif, injuste et méchant, c'est normal, c'est fait pour.



Politique :

1. Jacques Chirac

2005 devait être l'année où il se refait la cerise, c'est un échec cuisant. Le raffarindoum a fait pschit, son poulain Gaymard a disparu à cause de son abracadabrantesque duplex de 600 m², seuls 1% des Français veulent le voir se représenter, il est sourd comme un pot, il est bigleux, il a participé au fiasco de Paris 2012 en se rendant à Singapour et en critiquant la cuisine Finlandaise, personne ne l'écoute dans son parti, il est méprisé par les autres partis qui ne jugent même plus utile de le critiquer (même Hollande est méchant !) et sa réélection hauts les mains de 2002 n'a jamais paru aussi loin.

2. François Hollande

Il dirige toujours le premier parti de l'opposition mais personne ne le voit comme alternative crédible, le choix semblant se limiter entre Dominique Galouzeau de Villepin et Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa. Il voulait que son parti ne parle que d'une seule voix lors de la campagne du raffarindoum, on a eu une cacophonie, il a été réélu à la tête du PS mais personne ne semble respecter son autorité, pas même sa femme qui lui est préférée dans les sondages, si ça se trouve, à la maison, ses gosses n'obéissent vraiment qu'à elle (et dans ce cas, Fabius a raison, il vaut mieux que ce soit elle qui s'en occupe).

3. Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa

Il nous a vendu le couple génial, aimé de toute la France, représentant d'une idéologie qui triomphe partout et qui a mis fin à l'insécurité. En fait, il a été largué par Cécilia (mais s'est déjà recasé), il ne laisse personne indifférent (on l'aime ou le déteste, mais on trouve peu d'opinions mesurées, ce qui est gênant pour quelqu'un qui doit représenter tous les Français), les libéraux enchaînent les résultats décevants (défaite en Espagne, Bolivie et Pologne, déception en Allemagne, en attendant le Chili et l'Italie) et les étincelles qui ont enflammé le baril de poudre que sont les banlieues (tiens, on dirait une raffarinade) viennent bien de lui.


Tourisme :


1. Pukhet

Certes, le climat est idéal mais la piscine à vagues est mal réglée et le concept d'hôtel les pieds dans l'eau a été trop développé. Et quel est l'intérêt de proposer du tourisme sexuel avec les locaux si les enfants n'ont pas pied ?

2. Outreau

On pensait d'ailleurs avoir trouvé la Thaïlande tout près de chez nous, hélas, c'était de la publicité mensongère. Certes, il n'y a pas la mer dans l'Yonne, mais au moins, ils tiennent leurs promesses.

3. Clichy


Les voitures crament, les entreprises aussi, les policiers jouent à chat-bite avec leurs matraques et flash-ball et sans que l'on le veuille, les jeunes autochtones poussent vraiment très loin leur admiration pour Claude François, autant de nouveautés 2005 qui donnent envie de ne plus y aller. De toute façon, on n'y allait pas déjà avant.


Philosophie :

1. Bernard-Henri Lévy


Pour l'ensemble de son oeuvre et en remerciement pour son rôle dans le développement de l'industrie pâtissière.

2. Jean-Pierre Raffarin

Son exégèse de Lorie lors de Vivement Dimanche n'a pas convaincu, ses aphorismes ont lassé et sa tentative d'internationalisation de sa pensée avec le fameux Win ze yes nidze ze no tou ouin eugaine ze no a été un flop. Vexé, il s'est réfugié dans son logis reculé du Poitou, encore que certains l'auraient vu rôder près du Luxembourg.

3. Alain Finkelkraut



Des dérapages après la crise des banlieues (sur lesquels il est revenu en partie) et une paranoïa très poussée envers les médias qui le lynchent alors que nombreux lui laissent de la place pour s'expliquer justifient cet honneur.

Dopage :

1. Lance Armstrong

Au soir de sa septième victoire sur le Tour, il fustigeait les cyniques et tous ceux qui n'aiment pas le cyclisme et ne veulent pas croire au rêve et au travail. Envers les coureurs propres (comme Bassons) ou repentis (comme Simeoni), il a été odieux, les humiliant et menaçant publiquement. Quand on a eu la preuve qu'il a pris de l'EPO en 1999, il l'a expliqué par le fait que les Français sont des méchants qui n'aiment pas les Américains et qu'ils sont aigris de ne pas gagner le Tour depuis longtemps. Fox News a bien aimé.

2. Tim Montgomery


Réussir à se faire condamner alors qu'on ne s'est jamais fait attraper, il y est arrivé. Déjà disparu de la circulation après son record du monde (et avant aussi, d'ailleurs), il est tombé dans l'affaire BALCO sur des accusations. Vexé, il arrête le sport.

3. Mariano Puerta

Premier tennisman à se faire attraper pour la deuxième fois, il a mis un mois avant de trouver son explication : sa femme (forcément, c’est de sa faute) prend un médicament contenant des substances interdites et elle a bu dans le même verre que lui. Le jury n'a pas été vraiment convaincu : 8 ans de suspension et donc une carrière terminée.

Sport :

1. Jan Ullrich

Il compte autant qu'échecs sur le Tour que de kilos en trop au départ de la course, toujours looser, jamais décevant, une véritable valeur sûre : une préparation à base d'alcool, de Schlagsahne et de virées en discothèque, le tout doublé d'une tactique qui déroute surtout ses coéquipiers et voilà un coureur qui restera. Le pire, c'est qu'en loupant les deux derniers Tours davantage que les autres fois, il a pour l'instant échoué à battre le recors de deuxièmes places de Zoetemelk, même dans l'échec, c'est un looser.

2. Bertrand Delanoë

Paris 2012 a mobilisé toute la capitale pendant des mois (jetant au passage l'opprobre sur les connards qui se mettent en grève et manifestent le jour où la commission vient) pour un bide au final. Un film promotionnel ridicule, une communication passéiste, une dénonciation des pratiques courantes au CIO seulement après la défaite (histoire d'être sûr de faire mauvais perdant) ... Pour couronner le tout, Paris a ensuite aussi perdu dans la course à l'organisation des Gay Games 2010 face à Köln.

3. Romain Mesnil

Pour participer aux Championnats du Mooonde d'athlétisme, c'est très simple : il faut réussir une certaine performance dans un espace temporel limité. La liste définitive est donnée pour chaque pays à partir d'une pré-liste (où l'on ajoute à ceux qui ont déjà réussi les minima ceux qui sont susceptibles d'y parvenir avant la date limite). Ainsi, lorsque le meilleur perchiste français franchit ces minima (on est entre la remise de la pré-liste et celle de la liste définitive), il est heureux : il est alors persuadé qu'il pourra participer aux Mondiaux. Sauf que ... il a été oublié de la pré-liste et ne pourra donc pas participer, du coup, il part en vacances.

Télévision :

1. Evelyne Thomas

Celle qui est persuadée d'être Marianne a accumulé les échecs : Combien ça coûte ? baissait en audience (pour le niveau, on reste aux pâquerettes) depuis son arrivée, elle est lourdée et ça remonte, C'était mieux hier ? n'a duré qu'une seule émission, battue par Louis la Brocante et Starting Over, dont elle est productrice va bientôt aussi s'arrêter, faute d'audience. Quel dommage qu'elle ne puisse plus demander à l'équipe de C'est mon choix de lui faire un relooking de neurones !

2. Marc Tessier

Une flagornerie ostensible (et même ostentatoire) ne lui aura pas suffit pour se faire réélire à la tête de France Télévisions mais avant son départ, il verrouille les contrats des animateurs stars qui coûtent cher en faisant des programmes de qualité contestable. Enfin, les daubes style fiction de Josée Dayan, c'est lui aussi : les Rois Maudits encore plus théâtralisé que l'original, avec des acteurs qui surjouent et ne changent jamais de costumes (que l'on comprenne bien), le tout dans les décors d'Harry Potter montés pour pas cher en Hongrie (en français, ça s'appelle une délocalisation), avec toute la famille Depardieu au casting qui comprend aussi la fille de Villepin ou Jean-Claude Brialy, sans compter que va arriver un Milady avec encore deux Depardieu, Arielle Dombasle en Milady et Florent Pagny en D'Artagnan. Et tout ça, c'est notre pognon !

3. Guy Carlier

Le gros méchant se fait mièvre à l'occasion, voyant qu'il ne peut pas rivaliser avec la teigne au rire de fouine qui l'accompagne. Réconciliation larmoyante avec Julien Lepers pour présenter de façon finalement décevante l'Eurovision (là encore, il reste battu dans les mémoires par Fogiel, dans son duo avec Dave) et tentatives confuses de montrer que ses chroniques ne sont pas représentatives de lui-même entier (avec donc aux passages, moult gentillesses). Le pire, c'est qu'il a perverti le frais jouvenceau Stéphane Bern en se faisant déflorer le casier judiciaire avec lui par Carole Rousseau.

Téléréalité :

1. Gérard Louvin

Directeur vedette de la Star Ac' 4 sachant alterner les engueulades (sur la tenue du château) et les félicitations (sur les prestations de ses protégés, c'est-à-dire ceux qui étaient déjà sous contrat), il n'a en revanche pas réussi à assurer le service après-vente, les ventes des disques de ses poulains étant décevantes. On l'attendait comme directeur pour une saison de plus, il a dû céder sa place. Le clou du pestacle : sa société de production a été condamnée : les contrats des participants de l'Île de la Tentation ayant été reconnus comme étant des contrats de travail et donc les candidats doivent disposer des mêmes droits que les travailleurs. Et puis ça fait plaisir de lui attribuer.

2. Endemol

Pour que toutes les promotions de la Star Academy ne se ressemblent pas, il faut toujours trouver des nouveautés mais là est le problème : si l'année précédente, le coup du gravement malade avait marché, cette saison, les jumelles ont fait un flop et la grosse a quand même un gros déficit de talent par rapport au vainqueur précédent, on y ajoute les manoeuvres grossières pour la jeter et un revirement tout aussi apparent, on obtient du lourd.

3. Jean Roucas

Symbole des has been (voire never was) candidats à l'humiliation pour une fois, juste une dernière fois, passer à la télé et relancer leur carrière. Bien que finaliste, il n'a pas été populaire, sa carrière est toujours au point mort et son pathétique CD a fait un bide monstrueux. Cela dit, Philippe Risoli aurait mérité lui aussi un part du gâteau.


http://telepoubelle.over-blog.com/article-1486379-6.html
Revenir en haut Aller en bas
 
gland d or
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Locle
» Salut bande de moux du Glands!
» Tu veux connaitre le gout de l\'huile de chene?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: