Forum sur la culture alternative
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les patrons sont formidables

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zabos



Nombre de messages : 7159
Localisation : Entre deux guerres
Date d'inscription : 21/02/2005

MessageSujet: Les patrons sont formidables   Lun 19 Sep - 15:16

Edito de CQFD ce mois-ci (N°26)

LES PATRONS SONT FORMIDABLES

Ils ont l’air d’avoir inventé la pilule du bonheur. Ils sourient tellement qu’on a l’impression que leurs visages vont se craqueler comme de l’argile sèche. Ils ont à la bouche plein de mots humidifiants : « désir », « plaisir », « satisfaction », « travail »... Eux, ce sont les responsables du Medef des Bouches-du-Rhône. Le 9 septembre, ils tenaient leur université d’été à la faculté de Luminy, sur un thème qui ventile l’air du temps : « Le bonheur est-il aussi dans l’entreprise ? » Deux jours plus tôt, les mêmes faisaient bombance dans un club select de Marseille pour présenter le programme de leur raout aux médias locaux, dont un chômeur de CQFD. Ces types ont tellement l’habitude que les journalistes leur mangent dans la main qu’ils laissent entrer n’importe qui. Ce qui frappe, au premier coup d’œil, c’est leur décontraction. La plupart ne portent pas la cravate, il y en a même un qui a les cheveux longs et la chemise déboutonnée, kif un guitariste de hard-rock californien. Ça doit être chouette de bosser pour des mecs aussi cools. Faut dire que le gouvernement venait d’annoncer une réduction de l’impôt sur les hauts revenus en même temps que l’expulsion des squatters et mal-logés, ça vous met forcément à l’aise, même s’il faut « aller plus loin ». Et puis il y a l’effet Parisot. Du temps de Seillière-Kessler, le patronat avait le sourcil ombrageux et le col de chemise raide comme un sabre. Mais depuis que la pimpante Laurence a pris les commandes, le style a changé. Élégance débraillée, attaché-case et kir à la pêche : un vrai kit pour stages de relooking à l’Anpe.

Ici, tout le monde adore Parisot. « Elle fait du bien à l’image des patrons », opine un adepte des rayons UV. Sa déclaration dans Le Figaro du 30 août - « La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? » - suscite en leur cercle des exégèses énamourées. « C’est vrai, s’enthousiasme un des rares cravatés de la bande, la précarité est liée à la nature humaine, normal qu’elle soit aussi dans l’entreprise. Ce qui manque, c’est le courage et l’envie. » Le courage et l’envie, c’est effectivement ce qui a manqué aux 34 667 chômeurs radiés par les Assedic durant le mois de juillet pour rétablir la confiance. Confiance mesurée avec courage et vendue avec envie par l’Ifop, la boîte de Parisot. Mais ce qui impressionne surtout, chez nos décideurs, c’est leur idéalisme. L’avenir leur appartient, et il vaudra cher quand ils le revendront. Le plus romantique, c’est visiblement le président du Medef marseillais lui-même, un certain Stephan Brousse (« Stephan sans “e” et sans accent aigu », précisera l’attachée de presse). « Laurence Parisot a raison, dit-il avec flamme. Dans nos entreprises, c’est vrai qu’on réenchante le monde. Nous avons la foi et la passion pour faire changer le monde. » Changer le monde ? À gauche, ceux qui osent dire ça passent pour des dingues. Mais au banquet des entrepreneurs des Bouches-du-Rhône, les utopies s’énoncent et se reçoivent comme une affaire conclue. Les journalistes qui prennent sagement des notes ne tiquent pas non plus. Après tout, le monde a déjà bien changé grâce aux patrons, chacun comprend qu’ils veuillent finir le boulot. Il y a tant de choses à faire ! Baisser plus encore les impôts des riches et le revenu des pauvres, par exemple, comme le promet Sarkozy. « Le bonheur, s’envole le patron des patrons locaux, est-ce que ce n’est pas le petit peu de bonheur que l’on peut donner aux autres ? » L’assistance hoche la tête, émue. Le contrat nouvelle embauche, c’est deux années de bonheur. Et le bonheur, c’est comme l’amour : indexé sur l’indice de précarité.

Bref coup d’œil sur le programme. Parmi les personnalités conviées à leur machin, on note le nom de Gérard Mordillat. Le réalisateur de Vive la sociale est prévu pour participer à l’atelier « Quel type de dialogue pour recréer la confiance ? » À ce propos, le patron hard-rockeur a une révélation à faire : « Gérard Mordillat est un ancien ouvrier. Eh, personne n’est parfait ! » Rires dans la salle.

Publié dans CQFD n°26, septembre 2005.

http://cequilfautdetruire.org/sommaire.php3

Revenir en haut Aller en bas
http://dimanche-lorraine.blogspot.com/
Yf MiB



Nombre de messages : 129
Date d'inscription : 07/03/2005

MessageSujet: Re: Les patrons sont formidables   Lun 19 Sep - 22:30

Des fois, je me demande.... Réenchanter la France.... Faire aimer le travail.... Ils se prennent pour des croisés.... Bientôt, ils nous diront que c'est normal de crever au boulot, on crève bien ne voiture, en traversant la rue, en fumant des clopes, etc...

En tout cas, j'attends de voir la méthode Parisot à l'oeuvre. La Margaret Tacher française ??
Revenir en haut Aller en bas
 
Les patrons sont formidables
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» petite phrases
» les gens d'ici sont formidables
» Que sont-ils devenus ?
» Ils sont zazous!
» dans le genre truc qui sert a rien : quels sont vos livres preferés ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Couteaux & Fleurs :: Des Couteaux Et Des Fleurs :: Ici je discute à moi-même de tout et rien-
Sauter vers: